Navigation – Plan du site
Comptes rendus
8

Hélène Machinal. Conan Doyle, de Sherlock Holmes au Professeur Challenger

Préface de J. P. Naugrette
Max DUPERRAY
Référence(s) :

Hélène MACHINAL. Conan Doyle, de Sherlock Holmes au Professeur Challenger. Presses Universitaires de Rennes, 2004, 368 pp., €14.48, ISBN 2-7535-0030-4.

Texte intégral

1Hélène Machinal a publié sa thèse sur Conan Doyle en un ouvrage des Presses Universitaires de Rennes qui comblera un vide relatif en balayant la totalité de l’œuvre du père de Sherlock Holmes. Les différentes facettes de l’œuvre monumentale sont systématiquement explorées pour mettre en relief l’ultime cohérence de son traitement de l’imaginaire contextualisé dans une période de forte intensité spéculative. À l’instar de Stevenson ou d’H. G. Wells, en écho à Chesterton parfois, entre autres, Conan Doyle ouvre la poétique de l’énigme à la littérature populaire qui rend compte à sa manière du devenir d’une civilisation. Conan Doyle donne à la fiction policière son plus glorieux représentant, mais pas le plus limpide, dans le schéma archétypique du détective et de son fidèle suivant ; il tire les ambiguïtés des pulsions vers le Fantastique de ses nouvelles curieuses où l’imagination expose ses prouesses ; il s’engage dans le voyage utopique happé par l’aventure où grotesque et scientisme font bon ménage. L’agnosticisme finit par y céder la place à un occultisme spirite où la fiction vient s’abîmer, comme à la recherche d’un monde perdu, une (en)quête qui se confond avec l’existence-même.

2C’est le mérite de cet essai, fortement structuré selon la méthode éprouvée des grandes dissertations, en chapitres courts et individualisés, de démonter minutieusement le carcan du texte, joliment dénommé “texte de l’énigme” et de déjouer les ambiguïtés savantes des personnages. La thèse d’Hélène Machinal hérite de ce souci louable de classification générique. Toute la tradition des études de l’imaginaire, de ses thématiques, et des travaux sur les “topoi” du fantastique, de leur développement narratologique, ancrent solidement l’étude de cette “cartographie” du monde mental de Conan Doyle. La critique anglo-saxonne (par ex. Lehan ou Andrew Smith) est plus orientée vers le devenir du patriarcat (“gender”) dans un monde où il est remis en question, un questionnement sur les mutations  sociologiques à l’œuvre, à l’intérieur du cadre reconnaissable des “cultural studies”.

3L’approche narratologique permet par exemple de voir la textualisation de l’énigme par le redoublement du lecteur dans le personnage de Watson, le fidèle serviteur. Positivisme et naïveté se conjuguent au sein de cette “surenchère déductrice”. Le rapport de l’élucidation à la médecine, et aussi à la drogue, notamment dans “The Signs of Four”, complexifie encore le schéma. Le souvenir de De Quincey poursuit le lecteur derrière Holmes devenu flâneur. Au niveau de la nouvelle de terreur, la typologie du genre est analysée méthodiquement avec un arrêt sur le concept de seuil et de sa subversion. Très en phase avec l’époque, Conan Doyle joue de l’inadmissible sur des claviers variés depuis le néoromantisme de “l’Etoile Polaire” jusqu’à l’humour cynique de la nouvelle “Le Choix d’un Fantôme”, où le surnaturel est un bric-à-brac conventionnel qui détruit l’illusion plutôt que l’inverse. Dans le dernier volet, nous entrons de plain-pied dans le “récit d’aventure et l’aventure de la narration” qui trahit quelques préoccupations idéologiques. Tout repose finalement sur un réflexe “archéologique”, surface et profondeur, et les récits montent en crescendo vers une reconnaissance ultime et paralysante d’une altérité de plus en plus inquiétante “dans le domaine d’étude le plus passionnant (...) à la fin du XIXe, celui qui touche au sujet”. C’est le point essentiel pour expliquer le travail de sape des certitudes victoriennes. Comme le disait John Cavelli (dans son livre Adventure, Mystery and Romance Chicago University Press, 1976), le plus étonnant chez Sherlock Holmes est qu’il ait décidé d’être détective plutôt que criminel. Le devenir ludique des textes transforme le crime en un jeu, un puzzle, une “esthétisation du crime”, pour citer la même source... une esthétisation de la peur, de façon plus générale

4Avec le livre récent de Christophe Gelly sur “Le chien des Baskerville” (Presses Universitaires de Lyon, 2005), l’ouvrage d’Hélène Machinal remet Conan Doyle à la place qu’il mérite dans les études anglophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max DUPERRAY, « Hélène Machinal. Conan Doyle, de Sherlock Holmes au Professeur Challenger », E-rea [En ligne], 4.1 | 2006, document 8, mis en ligne le 15 juin 2006, consulté le 24 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/333

Haut de page

Auteur

Max DUPERRAY

Aix-Marseille 1

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org