Navigation – Plan du site

Rapatrier la révolution ? L’Amérique, New Labour et le débat républicain

Matthew GRAVES

Texte intégral

That country gave us all a great example when 200 years ago it threw off the British monarchy.

(The Centre for Citizenship – the Centre for Republican Democracy)1

Introduction

1Le débat républicain au Royaume-Uni a reçu une contribution remarquée en 1998 sous la forme de l’essai de Jonathan Freedland : Bring Home the Revolution.

2Journaliste et présentateur, Freedland travaille comme éditorialiste au Guardian, qui a la réputation d’être l’un des trois journaux républicains de la presse britannique, avec The Independent et The Observer. Il fut l’envoyé spécial du journal à Washington pendant quatre ans, jusqu’en 1997 (la fin de la première présidence de Clinton), ainsi que reporter occasionnel au Washington Post, et présentateur de l’émission de radio de la BBC American Graffiti (BBC Radio 5 Live). Bring Home the Revolution est le fruit de son expérience de la scène politique américaine.

3L’ouvrage de Freedland se veut une analyse iconoclaste de la constitution britannique, doublée d’un panégyrique de la république américaine. Il a connu au moins trois sous-titres au cours de sa brève existence éditoriale : How Britain Can Live the American Dream pour l’édition brochée; How Britain Can Take Back the American Dream pour la première édition de poche ; The Case for a British Republic pour la deuxième édition de poche. On notera le glissement syntaxique de la modalité vers le nominatif, du rêve à la république, et l’on serait tenté de se demander s’il ne s’agit pas d’une “république de l’imaginaire” (Nairn), d’une vision utopiste ?

4Néanmoins, l’ouvrage de Freedland s’inscrit dans un genre littéraire bien connu : l’essai de journalisme politique sur les traces de l’illustre confrère Bagehot et son English Constitution (1867). À sa parution, nombre de commentateurs ont souligné l’espérance de vie courte de ce genre d’ouvrage. À titre de comparaison, dans son introduction à la réédition du chef-d’œuvre de Bagehot de 1963, Richard Crossman note ceci :

As an account of contemporary fact, the book was out of date almost before it could be reviewed. (1)

5Crossman fait référence bien entendu à la Réforme constitutionnelle de 1867. De même, l’ouvrage de Freedland paraît sur fond du grand débat constitutionnel qui s’est déroulé pendant la période 1988 à 1998, débat qui précède et accompagne les réformes du premier gouvernement Blair. Il en résulte que la première vague de législation constitutionnelle de 1997-98 a rendu caduques certaines des recommandations de Freedland, notamment en ce qui concerne le quasi-fédéralisme du système législatif dévolu.

6L’essai de Freedland est d’un genre hybride : entre critique de la constitution britannique et manifeste pro-républicain, il s’apparente plus à la didactique qu’à l’analytique. Comme panacée au déficit démocratique britannique, Freedland propose ni plus ni moins d’importer la culture politique américaine “lock, stock and smoking barrel” pour citer un critique sceptique. D’après l’auteur, la constitution américaine serait plus démocratique, égalitaire, et radicale que la britannique. Sa thèse est de nature anachronique : la vraie révolution anglaise eut lieu aux États-Unis au XVIIIèmesiècle, nous avons exporté notre radicalisme constitutionnel, le moment est venu de le rapatrier et de l’intégrer à nos institutions. C’est une variante sur l’idée de la “troisième révolution” anglaise, révolution extra-territoriale qui eut lieu outre-Atlantique il y a deux cents ans :

Britain did have a revolution. The trouble is, we had it in America. The Founding Fathers were English radicals, who took a revolution intended for us and shipped it across the Atlantic. With it they exported our rightful destiny. It is time to bring it back home. (241)

7Au cours de ce colloque, on a évoqué l’existence d’“un marché d’exportation constitutionnelle” au XVIIIèmesiècle. De ce point de vue, Freedland cherche à inverser la tendance historique et à favoriser le développement d’un marché d’importation constitutionnelle à la fin du XXème siècle.

La réception de l’ouvrage

8Bring Home the Revolution fut un best-seller pour la petite maison d’édition indépendante 4th Estate (depuis rachetée par Harper Collins). Il fut l’objet d’un intérêt médiatique intense : deux articles de fond y furent consacrés dans le Sunday Times, trois éditoriaux dans le Times, d’autres dans le Daily Telegraph et le Guardian ainsi qu’une réplique cinglante de Frederick Forsyth dans le Daily Mail. La critique de Will Hutton fut dithyrambique : Freedland était “the Orwell of our times”, son ouvrage “the book of the year (…) the most persuasive case for British republicanism I have ever read” (Freedland 1).

  • 2  “New Labour’s Bible” d’après le Daily Mail.

9Or, les remarques de Hutton, chantre de la troisième voie néo-travailliste, posent le problème du rapport de l’auteur avec le pouvoir politique : autre journaliste proche du gouvernement Blair, Freedland est un républicain dans une mouvance centre-gauche. Son ouvrage serait devenu la “Bible” du New Labour en matière de réflexion constitutionnelle.2 Ainsi, plusieurs passages du discours de Tony Blair au Congrès du parti en 1998 semblent avoir été puisés directement dans Bring Home the Revolution, ainsi que des éléments du discours de Jack Straw au Constitutional Unit en 1999, où il est question de l’héritage de Thomas Paine, et de la culture des droits. Si l’influence de Freedland sur l’élite travailliste paraît indéniable (il compterait également Gordon Brown parmi ses lecteurs), son importance réside moins dans l’efficacité de son prosélytisme républicain (qui ne semble pas avoir converti les principaux ministres du gouvernement au républicanisme), que dans l’Atlantisme de son discours, car ses thèses situent Freedland à l’opposé de l’anti-américanisme traditionnel du mouvement républicain en Grande-Bretagne (et notamment de Charter 88).

Les Dix Points de Freedland

10L’ouvrage présente une structure binaire : la première partie comporte une étude comparée des deux constitutions, britannique et américaine, tout en affirmant la supériorité du modèle américain. Dans la deuxième partie, l’auteur tire les leçons de sa critique de la constitution britannique et préconise un programme de réformes républicaines en dix points pour le Royaume-Uni.

  • 3  Freedland cite et approuve la célèbre critique de Lord Hailsham.

11Par un procédé analogique, Freedland fait l’éloge de la constitution américaine pour mieux mettre en lumière les déficiences de la constitution britannique. Ainsi il oppose le modèle de la souveraineté populaire et de la société citoyenne américaines aux défauts de la souveraineté absolue du Parlement britannique et à la dépendance du “citoyen-sujet”. Le Bill of Rights et la culture américaine des droits sont comparés favorablement à l’érosion des droits fondamentaux en Grande-Bretagne sous les régimes conservateurs des années 80-90. La décentralisation du système fédéral américain (une démocratie avant tout locale et populaire) met en exergue le centralisme de l’état britannique. De même, l’esprit égalitaire d’une société américaine sans système de classes, avec sa mobilité sociale et son dynamisme, sert à souligner la hiérarchie sociale en Grande-Bretagne. Freedland s’attarde également sur le patriotisme américain qui procéderait de l’idéalisme et de la confiance en soi d’une société fondée sur la raison éclairée, face à une identité nationale britannique parcellaire et sans cause commune. Enfin, la séparation des pouvoirs et la faiblesse relative de l’exécutif américain font ressortir les pouvoirs absolutistes du Premier ministre britannique et la “dictature élective”3 de sa majorité parlementaire.

12Sur fond de cette critique, dans la deuxième partie de son ouvrage, Freedland développe un plan d’action constitutionnelle en dix points qui fait volontairement allusion aux six points de la Grande Charte des radicaux du XIXèmesiècle. Sa réforme de la constitution britannique comporte “10 étapes vers la révolution” :

131) Une déclaration de souveraineté populaire.

142) Une réforme électorale. Il s’agit d’étendre le champ démocratique, d’instaurer des élections directes pour les officiels jusqu’alors nommés : juges, administrateurs des “Quangos”, responsables du système de santé, entre autres. Elle comprend le recours systématique au référendum à l’initiative des citoyens.

153) L’instauration d’une “nouvelle république”, ce qui implique l’abolition de la monarchie (ou au minimum la séparation de la monarchie des instances de l’État sur le modèle scandinave) :

if Britons want to reform the elective dictatorship (…) they will have to attack the source of that power—the crown (…) It is time we issued our Declaration of Independence from the House of Windsor. (191-2)

16Il n’y aura pas de présidence en Grande-Bretagne, mais un Premier Ministre à la fois chef d’état et de gouvernement, comme aux États-Unis ou en Afrique du Sud.

174) La séparation des pouvoirs par le biais de la réforme de la chambre des Lords, libérée de son élément héréditaire et directement élue, capable de rivaliser avec la Chambre des Communes et de contrôler les excès de l’exécutif.

185) Une déclaration des droits à l’américaine surveillée par une cour constitutionnelle indépendante (séparée de la chambre des Lords), comprenant la liberté de l’expression et de l’information, et la défense de l’intérêt public dans les affaires de diffamation.

196) Une constitution écrite, codifiée.

207) Une république fédérative avec la décentralisation du pouvoir vers les nations et régions, pour assurer l’unité nationale dans la diversité (à cet égard, Freedland salue la dévolution comme “un bon début”).

  • 4  Freedland s’inspire dans ce domaine de Michael Young, auteur du manifeste travailliste de 1945

218) Réduire l’État-providence et la dépendance, renforcer la société civile par le volontariat et un retour aux principes de “self-help”4.

229) Développer une société plus égalitaire (“the classless society”) en encourageant le rêve américain de mobilité sociale en Grande-Bretagne par l’investissement massif dans l’éducation.

2310) Renouveler l’identité nationale. Freedland se prononce pour un nationalisme d’idées, plutôt que de sang, au travers du symbolique : l’adoption d’un nouveau drapeau, d’un nouvel hymne national (l’Afrique du Sud est une fois de plus citée en exemple).

24Le manifeste républicain de Freedland est assorti de quelques arguments-choc : il préconise le rétablissement de la peine de mort en conformité avec la volonté populaire (une majorité des sondés étant régulièrement en faveur de la peine capitale), ainsi que la réintroduction de la sélection dans l’enseignement secondaire, tout en proposant de ressusciter une vieille politique d’Old Labour : la nationalisation des “public schools” afin de créer des “centres d’excellence”.

  • 5  Voir à ce propos l’ouvrage de Norman Fairclough, New Labour, New Language.

25Or, au travers de ce mélange savant de radicalisme et de conservatisme, Freedland se pose en porte-parole d’une troisième voie républicaine, mi-gauche (abolition de la monarchie, de l’hérédité dans la chambre des Lords), mi-droite (encourager le volontariat, réduire l’État-providence). Il revendique d’ailleurs cette synthèse centriste dans un langage résolument New Labour :5

the old labels of left and right are increasingly out of date. (230)

26Pour Freedland le drame britannique est d’avoir fait sa révolution sur le principe du trop peu, trop tôt :

1688 was a false start… our success in gaining a little liberty early denied us the chance to win a lot of liberty later. (240)

27L’auteur ambitionne de réunir les ailes économique et sociale du libéralisme, séparées depuis un siècle. Les fondateurs du libéralisme : Hobbes, Locke, Mill, nous rappelle-t-il, étaient tous britanniques. De même, des grandes figures de l’indépendance américaine : William Penn (né à Londres), Thomas Paine (né dans le Norfolk), ainsi que George Washington, Ben Franklin, John Adams étaient tous d’origine britannique. Même s’il s’agit d’un lien de parenté au deuxième ou troisième degré, cela n’invalide pas la démonstration selon Freedland, pas plus que le mélange de pères fondateurs de la révolution (Washington, Franklin, Adams) avec une figure de l’histoire coloniale (Penn) :

We need to reclaim the ideas that were born in Britain but which only flourished in the United States. They are ours, and we want them back. (232)

28Le rappel de la phrase tranchante de Margaret Thatcher “I want my money back” paraît intentionnel, car Freedland proposerait sa variante républicaine : “I want my constitution back”.

Le républicanisme de Freedland et la conjoncture politique

29Le républicanisme de Freedland s’inscrit dans un contexte propice au changement. La monarchie est en perte de vitesse depuis les années 80, affaiblie par des scandales à répétition, en crise ouverte à partir du discours “annus horribilis” de la reine Élisabeth II en 1992, culminant avec un pic d’impopularité au moment du deuil national provoqué par le décès de la Princesse de Galles en 1997.

30La classe politique traverse une crise de confiance, les institutions aussi, sous les effets conjugués du Poll Tax impopulaire, des accusations de “sleaze” et la publication du rapport Nolan sur la vie publique (1995). La désaffection de l’opinion publique devient manifeste. Selon un sondage du Joseph Rowntree Trust, “the State of the Nation Poll” de 1995, seulement 22 % avaient confiance dans leur système de gouvernement; 81 % étaient pour une loi sur la liberté d’information; 79 % pour une déclaration des droits fondamentaux et une constitution écrite (Coxall & Robbins 227-8). La Grande-Bretagne post-Diana sera travailliste et réformiste : elle coïncide avec l’avènement au pouvoir du New Labour après une longue traversée du désert, sur une plate-forme électorale radicale qui met un terme abrupt à dix-huit ans d’hégémonie conservatrice. L’une des raisons du succès de l’ouvrage de Freedland sans doute est qu’il capte l’air du temps et participe à la rhétorique du renouveau : “New Labour, New Britain”… New Constitution.

  • 6  The Daily Telegraph, 11 juin 1998.

31Qui plus est, le pro-américanisme de Freedland apparaît comme le pendant naturel de l’échange transatlantique nourri entre partis politiques dans les années 90 — “the transatlantic trade in politics”6— notamment entre New Democrats et New Labour.

  • 7  Marr (7) pose le problème ainsi : “The British, in short, happened to other people. Now the world (...)

32Son ouvrage coïncide avec l’essentiel de la législation sur la dévolution (1998-99), initiative qui tranche avec le conservatisme constitutionnel et l’inertie institutionnelle des deux décennies précé­dentes. Il tente aussi de répondre au “vide idéologique” ressenti en Grande-Bretagne et dans les autres démocraties libérales après l’effondrement du bloc communiste. La question que se pose Freedland et d’autres essayistes politiques de sa génération (Will Hutton, Andrew Marr) est de savoir comment re-dynamiser la société britannique postmoderne dans l’après-guerre froide ?7

Taxinomie de Bring Home the Revolution

33La question se pose de savoir où situer Freedland dans la famille républicaine britannique. D’après la taxinomie établie par Frank Prochaska dans son ouvrage The Republic of Britain 1760-2000, il existe trois catégories de républicain : i) le républicain classique qui accepte une monarchie limitée dans l’intérêt public ; ii) le républicain théorique, qui est abolitionniste dans l’absolu mais qui reste avant tout pragmatique ; iii) le républicain pur ou anti-monarchiste. D’après cette classification, Freedland serait un républicain du troisième type : “a pure or anti-monarchical republican”, de par son insistance sur l’abolition de la monarchie.

34Le “républicanisme à l’état pur” a pour figure emblématique Thomas Paine et souligne les pouvoirs politiques réels de la couronne, sa nature antidémocratique, et son influence sociale structurante. Or, Freedland colle fidèlement à cette analyse : il insiste sur le fait que les pouvoirs “résiduels” de la reine sont loin d’être anodins, et il cite son potentiel d’arbitrage (dans le choix du Premier ministre) en cas de “hung parliament” (voir également le choix contesté de Ramsay Macdonald à la tête du National Government par Georges V en 1931) ; il dénonce le caractère antidémocratique des pouvoirs et privilèges exceptionnels du souverain contenus dans la prérogative royale, et délégués au premier ministre ; enfin, il accuse la couronne d’incarner une hiérarchie politique et sociale de type féodal : “power in Britain flows from the top down” (191). Bien que symboliques, les pouvoirs de la monarchie n’en sont pas moins réels : “symbols count”, affirme-t-il (192). L’institution monarchique soutiendrait une classe politique arriérée ; ce que Prochaska qualifie de “variations on the theme of Old Corruption” (215).

35Par contre, Freedland passe sous silence les éléments républicains dans la constitution existante, et la thèse attribuée à Harney que l’Angleterre est déjà une quasi-république : “England [is] a republic of sorts” (1850). De même, l’ambiguïté de l’expression “new republic” chez Freedland pose problème : est-ce un appel à la reconnaissance de la république monarchique (“the monarchic or crowned republic”) en Grande-Bretagne ou, au contraire, une allusion au Commonwealth cromwellien ?

  • 8  “the splitting of sovereignty into many parts amounts to there being no sovereign” (220).

36À ce titre, Freedland critique la thèse de Bagehot, à qui il reproche son monarchisme et son anti-américanisme. Selon Freedland, Bagehot commet une série d’erreurs d’analyse et d’appréciation des constitutions anglaise et américaine : il situe l’exécutif chez le monarque en Grande-Bretagne au lieu du Premier Ministre ; il met les deux chambres du Congrès sur un pied d’égalité, exagérant les risques de blocage législatif ; il estime que les pouvoirs réservés des États sont sources de conflit (se laissant trop influencer par le hiatus de la guerre de sécession) ; il reproche au fédéralisme de conduire au morcellement de la souveraineté ;8 enfin, il voit dans la destitution du président Johnson en 1868 la preuve de l’instabilité institutionnelle du régime américain soumis aux pressions de l’opinion publique : “nothing could be so conclusive against the American constitution as that incident” (Bagehot 301).

37Par ailleurs, l’ouvrage de Freedland fait appel à des précédents plus récents. L’auteur se situe dans la mouvance des réformateurs de Charter 88, même si cette organisation n’appelle pas ouvertement à l’abolition de la monarchie (Nairn le qualifie d’ailleurs de républicain refoulé (“closet republican”). À l’instar d’un Piers Brendon (Our Own Dear Queen), Freedland compte sur la Répu­blique pour déclencher une renaissance nationale. Mais, comme Prochaska le remarque, rien ne prouve que l’élimination de la monarchie suffirait pour faire de la Grande Bretagne une société plus moderne, performante et égalitaire. Enfin, à l’instar de Tom Nairn, le républicanisme de Freedland est utopiste. Il demande bien plus qu’une réforme constitutionnelle : le lecteur est appelé à une véritable révolution des comportements et des mœurs : un sursaut politique pour transformer le sujet passif en citoyen actif.

Critique de la critique républicaine

  • 9   “Do it their way”, The Economist, 2 juillet 1998
  • 10  Selon l’American Political Science Association, 1998.

38Plusieurs critiques, parmi lesquels l’éditorialiste de The Economist, ont souligné la lecture idéalisée que Freedland fait de l’expérience institutionnelle américaine. En effet, Freedland a une vision abstraite de la culture politique d’une nation. Son utopisme laisse d’importantes objections sans réponse. Est-il possible de changer une culture nationale par intervention gouvernementale. Le dynamisme des États-Unis est-il attribuable à sa seule constitution (quid de sa taille, de ses ressources humaines et matérielles, etc.) ? Est-il possible de transposer la relation États/gouvernement fédéral en Grande-Bretagne ? Est-ce souhaitable de révolutionner un régime politique et constitutionnel qui a fait ses preuves et qui jouit du soutien populaire, au risque de créer l’instabilité ?9 Freedland semble également ignorer cette évidence constitutionnelle : que l’on peut constituer une république avec une monarchie (Prochaska 212). Et que les monarchies constitutionnelles ne sont pas forcément moins démocratiques que les républiques “pures”.10

39Sur la question de savoir si la réforme républicaine devait être un processus ou un événement, Freedland pencherait pour la dernière solution : un “big-bang” constitutionnel entraînant une renaissance nationale. Mais ceci va à l’encontre de l’expérience britannique (et pas seulement dans la vision Whig de l’histoire) de réforme graduelle et modérée : les États-Unis, la France, l’Afrique du Sud, sont devenus des républiques à la suite de guerres civiles ou d’indépendance. La Grande-Bretagne postmoderne n’a pas connu de tels catalyseurs.

40Enfin, il n’y a pas de mouvement populaire en faveur de l’abolition de la monarchie : les abolitionnistes n’ont jamais dépassé la barre des 20 % des sondés dans les années 90, et n’atteignaient que 15 % de soutien en 2002 selon Lord Morgan. La République ne représente pas aujourd’hui une aspiration populaire et démocratique en Grande-Bretagne, et ne pourra le faire demain qu’en cas de défaillance majeure des institutions d’État.

La république et la gauche

  • 11   “(…) made anti-monarchism intellectually respectable on the Left.” Prochaska 210.

41Dans le débat républicain, on peut situer Freedland du côté de la gauche modernisatrice. À la différence de Tony Benn, et de son projet de loi républicaine de 1992, la République de Freedland n’est pas un Commonwealth socialiste où la reine serait remplacée par un président élu. Il revendique plutôt la notion gramscienne d’“américanisme”, voire de “socialisme substitutif”, pour décrire son modèle de société libérale à l’américaine. Mais Freedland ne ferait que s’engager dans une brèche déjà ouverte. D’après Prochaska, c’est la critique sociologique de la monarchie avancée par Tom Nairn dans son ouvrage iconoclaste The Enchanted Glass (1988) qui a rendu l’anti-monarchisme acceptable pour la gauche modérée.11

42Si l’on accepte la classification de Prochaska, Tony Blair, tout comme ses principaux ministres, serait un “républicain théorique”, opposé au principe héréditaire, mais avant tout pragmatique, car conscient de la force du symbole dans la vie politique :

reforming governments require symbols of legitimacy more than conservative ones. (196 ; c’est Prochaska qui cite Rousseau)

43À cet égard, l’approche de Blair rappelle celle du gouvernement travailliste d’Attlee, dont les grandes réformes sociales ont reçu le soutien public de la famille royale. On peut comprendre alors pourquoi Blair a cherché à établir un modus vivendi avec la monarchie, allant jusqu’à prendre sa défense par temps de crise.

44Le programme de réforme du gouvernement Blair est progressif et parcellaire plutôt que radical. Il ne comprend aucun projet de constitution écrite, ni de réforme majeure de la monarchie, ni de remise en cause du tout puissant principe de la souveraineté parlementaire. D’après la formule de Coxall et Robins il s’agit de “evolutionary rather than revolutionary change” (231), ce que j’ai qualifié par ailleurs de “révolution inachevée”. On peut citer à titre d’illustration les travaux du Constitution Unit de l’Université de Londres, dirigé par le professeur Robert Hazell. Bien qu’indépendant du gouvernement, le Constitution Unit a joué (et continue de jouer) le rôle de bureau d’études, ou think-tank, pour le programme constitutionnel de New Labour. Or, dans son allocution d’ouverture de l’Unit en novembre 1988, Hazell ne fit aucune référence à la monarchie, indiquant qu’elle ne figurait pas à l’ordre du jour des réformateurs.

45On a observé que le langage de renouveau du New Labour a pour effet d’amortir, voire de dissiper, l’élan radical et républicain dans l’opinion, à l’instar de la rhétorique modernisatrice d’Harold Wilson dans les années soixante. C’est Wilson qui a cherché le premier à diminuer la pression en faveur du changement constitutionnel dans les années 70 par des réformes préemptives, avec ses projets de loi sur la réforme de la Chambre des Lords et la Dévolution concernant l’Écosse et le Pays de Galles (sans succès). Mais en dépit de la dette apparente de Blair envers son prédécesseur (jusque dans l’adoption du slogan Wilsoniste de “New Britain”), Blair évite soigneusement toute filiation, car malgré sa longévité politique, Wilson reste avec Ramsay Macdonald l’une des bêtes noires de l’histoire travailliste.

46Selon une logique analogue, l’utilité du manifeste républicain de Freedland pour le gouvernement Blair réside moins dans le fond que dans la forme. Ce n’est pas tant la finalité républicaine qui importe, c’est surtout la rhétorique réformiste qui entretient un climat de changement propice dans une opinion réceptive :

  • 12  Ambrose Evans-Pritchard, The Daily Telegraph, 10/11/ 2002.

47Such an inventive revision of history could prove itself useful to New Labour as it presses its agenda of institutional deconstruction.12

L’Amérique et la gauche

48Journaliste de tendance centre-gauche et fidèle reflet de l’axe éditorial de son employeur The Guardian, Freedland éclaire par sa position le clivage idéologique entre New et Old Labour vis-à-vis de l’Amérique. L’auteur s’efforce de rompre le monopole de la droite néo-libérale sur la relation spéciale anglo-américaine depuis l’ère Thatcher, par un processus que l’on pourrait appeler : “seizing the American high ground”. Ainsi, il cite favorablement von Hayek, maître-penseur de la nouvelle droite, lorsque ce dernier condamne la concentration des pouvoirs en Grande-Bretagne : “the death knell of both individual freedom and democracy” (Freedland 184).

  • 13  In ‘Britain’s Deficient Democracy’, http://www.centreforcitizenship.org.
  • 14  “Socialists has long decried America as a bastion of capitalist greed.” Prochaska 194.

49Freedland incarne le passage de l’anti-américanisme de l’aile gauche du parti travailliste des années 70 et 80 à l’américanophilie du New Labour. Selon la formule consacrée par le député travailliste Denis McShane : “Anti-Americanism is the new socialism of fools”.13Bring Home the Revolution s’emploie à faire oublier cette tradition socialiste qui rejetait l’Amérique comme terre d’élection du capitalisme sauvage.14 À tel point que la critique du Daily Telegraph ironisait :

Well, I’ll be damned. No longer the villain of the London intelligentsia, America is now to be admired for running away with the revolution that was meant for us. (11/07/98)

50Mais Freedland pousse le sentiment pro-américain encore plus loin, en dénonçant l’anti­américanisme comme un réflexe antidémocratique : “the British elite’s anti-americanism [is] a coolness towards democracy” (72). Et c’est précisément là que se situe la nouveauté de sa thèse : dans sa détermination de faire la jonction entre Républicanisme et Atlantisme, de réconcilier la gauche radicale et la gauche sociale-démocrate autour d’un projet commun.

  • 15  Jonathan Freedland, ‘Bring Home the Revolution in 500 Words’, The Guardian, 05/11/1999.

51Ainsi, aux “relations spéciales” diplomatique et culturelle (on pense à l’intitulé dylanesque de son ouvrage, puisé dans la musique populaire), Freedland ajoute une “special relationship” constitutionnelle : “A primer for the new Atlanticist progressives” (The Daily Telegraph, 11/07/98). Reste un grand absent du tableau de Freedland, cet Autre de l’Amérique, l’Europe : “Europe, where’s that?”, ironise-t-il.15

Conclusion

52Si l’on considère les idées républicaines comme un baromètre de l’état de la nation, de sa santé institutionnelle, on peut interpréter Bring Home the Revolution comme une manifestation de la crise d’identité que traverse l’Union depuis trois décennies. Le déficit démocratique épinglé par Freedland, n’est-il pas surtout le reflet du déficit de conviction d’une élite en quête de credo, comme en témoigne l’adoption par le gouvernement Blair de la rhétorique de New Britain ? N’est-il pas aussi indirectement symptomatique de l’attrait croissant de la “relation spéciale” pour la gauche britannique ?

  • 16  “abolition became the sine qua non of republicanism.” Prochaska 215

53La problématique de Freedland démontre l’ascendant des républicains antimonarchistes en Grande-Bretagne, pour lesquels républicanisme est synonyme d’abolition de la monarchie, devenue l’article de foi de la nouvelle génération de “pure republicans”.16 Mais depuis sa parution, ses prémisses semblent avoir été en partie invalidées par un sursaut de sympathie pour la famille royale. Le recueillement national lors des obsèques de la reine mère et le succès inattendu du jubilé d’or de la reine en 2002 ont fait beaucoup pour redorer le blason de la famille royale. Les républicains ont-ils sous-estimé les capacités de la famille royale à se réformer de l’intérieur ? Le Way Ahead Group, fondé en 1995, a permis au Prince Charles d’améliorer son image en développant ce que Prochaska appelle un “républicanisme civique”.

  • 17  Jonathan Freedland, ‘Back to the Revolution’, The Guardian, 20 mars 2002.

54La thèse de Freedland paraît également moins convaincante à la suite du 11 septembre, alors que l’opinion britannique se trouve confrontée à l’unilatéralisme américain. Le changement qualitatif dans la “relation spéciale” sous la présidence Bush (“the not so special relationship”) qui tranche avec la bonne entente Blair-Clinton, suggère que le sentiment pro-américain en Grande Bretagne est plus conjoncturel qu’idéologique, comme en témoigne le niveau d’opposition à la guerre contre l’Irak dans les sondages. Le modèle américain semble avoir été terni par son nouveau visage belliqueux. D’ailleurs, dans une tribune récente, la nouvelle doctrine de guerre préemptive des États-Unis a conduit Freedland à nuancer son enthousiasme : “It is perfectly possible to love the ideals of America’s founding fathers and to abhor George W’s policies.”17

55Le programme en dix points de Freedland est dépassé par d’autres développements qui laissent peu d’espoir de le voir un jour réalisé. Le débat sur l’avant-projet de la constitution européenne mené sous la présidence de Giscard d’Estaing tendrait à montrer que le moteur de la réforme constitutionnelle sera désormais européen, plutôt qu’américain. L’abandon de la réforme électorale préconisée par la Commission Jenkins dessine les limites du radicalisme du gouvernement Blair. De même, la mise entre parenthèse de la réforme de la chambre des Lords par le biais d’un comité de réflexion présidé par l’ancien ministre travailliste Jack Cunningham (le projet le plus réaliste prévoit de ne pas dépasser les 20 % d’élus dans la Chambre) laisse partiellement résolue la pièce maîtresse du manifeste de Freedland (suite à l’élimination de l’élément héréditaire). Loin d’être la première étape d’une révolution républicaine, l’abolition des pairs héréditaires, selon Prochaska, pourrait être le point culminant de la monarchie constitutionnelle, “the final stage in the perfection of the crowned republic” (214).

56Surtout, c’est le conservatisme de la vision de Freedland qui frappe ; son évocation empreinte de nostalgie d’une “new-old England”, celle d’avant 1783, est une résurgence inattendue de l’Angleterre coloniale. D’après l’argumentaire, la rupture dans la continuité constitutionnelle occasion­née par la perte de l’Amérique nécessite le rétablissement du lien organique. C’est ainsi que l’ouvrage reconstitue fidèlement le champ métaphorique organiciste, en mettant l’accent sur l’origine de l’idée républicaine. Freedland s’efforce de montrer que la république n’est pas un corps étranger, un concept aliénant dans l’expérience britannique. Pour ce faire, il dresse une filiation d’idées, légitimée par une communauté linguistique et culturelle anglo-américaine, une consanguinité. Le locus de son idée de la république se situe dans une Grande Bretagne extra-territoriale qu’il situe aux États-Unis du XVIIIèmesiècle : “We live in the place they left behind” (Freedland 177). Il s’agit d’inventer une tradition constitutionnelle (dans le sens où l’entend Hobsbawm), ou plutôt de la resituer. Et c’est ainsi, en retraçant une ascendance identitaire transatlantique, que Freedland dessine un républicanisme d’un genre nouveau : l’Atlantisme constitutionnel ou la République par procuration.

Haut de page

Bibliographie

Bagehot, Walter. The English Constitution. 1867. London: Penguin, 1984.

Bogdanor, Vernon. Devolution in the United Kingdom. Oxford: Oxford UP, 1999.

Coxall, Bill & Robins, Lynton. Contemporary English Politics. London: Macmillan, 1998.

Fairclough, Norman. New Labour, New Language? London: Routledge, 2000.

Freedland, Jonathan. Bring Home the Revolution: The Case for a British Republic. London: Fourth Estate, 1998.

Hazell, Robert. Constitutional Futures: A History of the Next Ten Years. Oxford: Oxford UP, 1999.

Hutton, Will. The State We’re In. London: Vintage Books, 1995.

Marr, Andrew. Ruling Britannia: The Failure and Future of British Democracy. London: Penguin, 1996.

Nairn, Tom. The Enchanted Glass: Britain and its Monarchy. London: Jonathan Cape, 1988.

Prochaska, Frank. The Republic of Britain 1760-2000. London: Penguin, 2000.

Haut de page

Notes

1  http://www.centreforcitizenship.org

2  “New Labour’s Bible” d’après le Daily Mail.

3  Freedland cite et approuve la célèbre critique de Lord Hailsham.

4  Freedland s’inspire dans ce domaine de Michael Young, auteur du manifeste travailliste de 1945

5  Voir à ce propos l’ouvrage de Norman Fairclough, New Labour, New Language.

6  The Daily Telegraph, 11 juin 1998.

7  Marr (7) pose le problème ainsi : “The British, in short, happened to other people. Now the world happens to Britain.”

8  “the splitting of sovereignty into many parts amounts to there being no sovereign” (220).

9   “Do it their way”, The Economist, 2 juillet 1998

10  Selon l’American Political Science Association, 1998.

11   “(…) made anti-monarchism intellectually respectable on the Left.” Prochaska 210.

12  Ambrose Evans-Pritchard, The Daily Telegraph, 10/11/ 2002.

13  In ‘Britain’s Deficient Democracy’, http://www.centreforcitizenship.org.

14  “Socialists has long decried America as a bastion of capitalist greed.” Prochaska 194.

15  Jonathan Freedland, ‘Bring Home the Revolution in 500 Words’, The Guardian, 05/11/1999.

16  “abolition became the sine qua non of republicanism.” Prochaska 215

17  Jonathan Freedland, ‘Back to the Revolution’, The Guardian, 20 mars 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthew GRAVES, « Rapatrier la révolution ? L’Amérique, New Labour et le débat républicain », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/341 ; DOI : 10.4000/erea.341

Haut de page

Auteur

Matthew GRAVES

Université de Provence
Maître de conférences
Matthew Gravesenseigne la civilisation de la Grande-Bretagne et du Commonwealth. Auteur d’une thèse sur Bruce Chatwin et l’idéologie du voyage, il mène des recherches en géopoétique et en géopolitique mêlant histoire culturelle et politique, et géographie culturelle. Il a notamment publié des articles sur la nouvelle géopolitique des îles britanniques, et a coordonné, avec Gaïd Girard, un ouvrage collectif sur la dévolution au Royaume-Uni (Europe Unie, Le Royaume Désuni ? Brest : UBO/CRBC, 2000). Avec Jan Borm, il a codirigé la publication de Bruce Chatwin: Anatomy of Restlessness – Uncollected Writings (New York: Penguin, 1999). Il est également l’auteur, entre autres, de “Brave New Britain: Wilson and the Rhetoric of Renewal”, in Les Années Wilson 1964-70 (Paris : Ellipses, 1998), et de “Parti travailliste et nouvelle architecture institutionnelle : une révolution inachevée”, in Comprendre La Grande-Bretagne de Tony Blair (Lille : Septentrion, 2001).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org