Navigation – Plan du site
Recensions

Cécile Desoutter & Caroline Mellet (dir.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques

Berne, Peter Lang, 2013. 270 p. ISBN : 978-3-0343-1292-9.
Grégoire LACAZE
Référence(s) :

Cécile Desoutter & Caroline Mellet (dir.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques. Collection Linguistic Insights, volume 178. Berne, Peter Lang, 2013. 270 pages. ISBN : 978-3-0343-1292-9.

Texte intégral

  • 1 Ce logiciel a été conçu et développé conjointement par la Copenhagen Business School et le laborato (...)

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Cécile Desoutter et Caroline Mellet, a été publié en mai 2013 par l’éditeur Peter Lang. Il rassemble diverses contributions portant sur les marques du discours rapporté (DR) en français et en italien dans une approche méthodologique associant linguistique et didactique. Ces contributions font suite à deux journées d’études organisées à l’Université de Bergame (Italie) en mai 2011 sur le thème « Le Discours Rapporté et ses marques : perspectives théoriques et didactiques ». L’objectif de ces journées était la mise en évidence des frontières du discours rapporté à partir de l’emploi du logiciel de navigation textuelle NaviLire1 développé par le groupe de recherche NaviLire Research Group. Ce logiciel vise à isoler les séquences de discours rapporté. Compte tenu de la diversité et de l’hétérogénéité des formes de DR, les contributions rassemblées dans cet ouvrage visent à mieux cerner les frontières du DR et ainsi affiner le paramétrage du logiciel NaviLire.

2Parmi les formes de discours rapporté, le discours direct (DD) fait l’objet de plusieurs études. À partir d’articles du journal Le Monde, Denis Le Pesant analyse les « introducteurs de discours rapporté au style direct » combinant un « Groupe Nominal sujet » et un « Verbe » (23). Il relève que certains introducteurs peuvent apparaître en position initiale (c’est-à-dire « antéposés » (25)), en position médiane (donc « en incise » (24)) ou en position finale (ils sont alors « postposé[s] au discours rapporté » (25)). Il soutient que tous les verbes introducteurs de DD sont « toujours des verbes intransitifs ou des verbes transitifs pris dans leur emploi intransitif » (31). Dans son étude, il s’intéresse aux verbes exprimant « la disposition émotionnelle du locuteur et la force illocutoire du discours rapporté » (36).

3Léda Mansour, quant à elle, travaille sur un corpus littéraire (le roman La Trilogie du Caire de Naguib Mahfouz) et étudie les occurrences de DD qui n’ont pas donné lieu à un acte de parole verbalisé oralement. Elle se penche notamment sur les « enjeux et effets stylistiques » du DD « non prononcé » (56) qui mime la « représentation de la parole intérieure » des personnages (45). Ce type de DD fait partie de la famille des énoncés de DD qui expriment un certain degré de « déconnexion entre la forme et le sens » (Lacaze 2012). Parmi ces occurrences de DD non prononcé, Léda Mansour distingue le DD « non actualisé » (51), le DD « supposé » (52) et le DD « imaginé » (54).

4Domitille Caillat analyse diverses représentations du discours direct à l’oral à partir de conversations spontanées. Elle cherche à identifier des « indices de balisage multimodaux » marquant « le décrochement énonciatif »  (64), comme la présence d’« énoncés métaénonciatifs introductifs » (65) ou « en position clôturante », ainsi que l’insertion de « ponctuateurs du discours aux frontières » des occurrences de DD comme des « ligateurs, interjections et connecteurs » (68). Dans son étude, elle associe le choix des verbes de parole à la prosodie et à la mimo-posturo-gestualité pour interroger les frontières du DD, la détection des frontières étant essentielle au bon paramétrage du logiciel NaviLire. Elle montre que la représentation du discours d’autrui à l’oral s’accompagne d’« une hausse de la fréquence intonative » (69) chez le locuteur rapporteur et d’une « désimplication de l’interlocuteur » (74) matérialisant « une rupture illocutoire » (73).

5De manière plus générale, Emilia Calaresu propose une théorie de « la représentation et [de] la reconstruction du discours » (16) lorsque le rapporteur demande à l’interlocuteur un travail interprétatif et « inférentiel » (16) notable pour qu’il parvienne à mettre en évidence la présence d’altérités discursives dans un discours donné. Ce problème se pose notamment pour « le traitement automatique des textes » (81, notre traduction), en l’absence de marqueurs explicites.

6Dans une approche didactique, Francesca Pagani construit divers types d’exercices utilisant le logiciel NaviLire et mettant en regard la « version filmique » et la « version écrite » (16) d’un court-métrage de Jean-Luc Godard. Le choix d’un « texte filmique » (100) comme corpus d’étude permet à l’auteure d’analyser conjointement le discours direct à l’écrit et à l’oral.

7Les spécificités de la représentation du discours d’autrui liées à certains genres textuels sont aussi prises en compte dans cet ouvrage. Par exemple, le « compte rendu de réunion » et l’« article de recherche » (17) sont des genres relativement contraints et leurs caractéristiques propres influencent les types de formes de DR présents dans ces genres textuels. Cécile Desoutter analyse différentes structures introductrices comme les « nomina ou verba scribendi » (127), les « verba dicendi » et les « nomina dicendi » (134) dans des procès-verbaux de conseil de faculté en français et en italien. Parmi les contraintes propres à ce genre discursif, les échanges rapportés obéissent à des séquences ritualisées, notamment pour l’enchaînement des tours de parole.

8Le compte rendu est aussi l’objet d’analyse de Caroline Mellet et Frédérique Sitri qui inscrivent leur recherche dans la méthodologie d’analyse de la « représentation du discours autre » (notée RDA) introduite par Jacqueline Authier-Revuz. Les deux linguistes mettent au jour divers faisceaux d’« indices permettant d’aider à l’identification de segments non explicitement marqués comme étant de la RDA » (137), ces indices étant de trois types : « génériques, sémantiques et contextuels » (140). L’article contient des propositions d’exercices pour le logiciel NaviLire.

9Dans une visée didactique, Shirley Carter-Thomas et Elizabeth Rowley-Jolivet consacrent leur étude aux problèmes d’insertion des « citations bibliographiques » (159) rencontrés par les chercheurs francophones dans la rédaction d’articles de recherche en anglais. L’approche contrastive anglais-français adoptée par les auteures les amène à comparer plusieurs corpus : un corpus constitué d’articles de recherche en anglais écrits par des anglophones, un autre corpus rassemblant des articles écrits en français par des francophones et enfin un corpus d’articles en anglais rédigés par des francophones. Cette étude porte principalement sur la comparaison des emplois respectifs « des verbes et noms introducteurs », des modalisateurs en discours second comme according to et selon et « du conditionnel » (164). Elle met en évidence les enjeux liés aux différents degrés de prise en charge énonciative par le chercheur du contenu qu’il cite, notamment la question du « positionnement de l’auteur » (165) qui a le statut de locuteur citant.

10Fanny Rinck, dans son article sur la didactique de la citation dans l’article de recherche, propose aux jeunes chercheurs « un scénario didactique » (181) sur la façon de convoquer les discours d’autres chercheurs et, notamment, la mention de « références aux savoirs existants » (184).

11Julie Lefebvre envisage « le rôle […] joué par la note [de bas de page] dans le repérage et l’identification d’une forme de RDA dans le corps du texte » (200) à partir d’un corpus hétérogène mêlant extraits de livres, d’articles de presse, d’« écrits académiques » et d’« écrits à visée didactique » (199). Selon l’auteure, une note pourrait s’interpréter comme un « indice de la présence d’une forme de RDA » (201) dans l’environnement cotextuel d’un appel de note.

12Les deux dernières contributions de l’ouvrage collectif portent sur des extraits de fiction. L’article de Sylvie Plane, Fabienne Rondelli et Christine Vénérin fait appel à des données expérimentales qui sont le fruit d’une mise en situation d’enfants et d’adolescents dans « l’écriture et la réécriture de discours rapportés » (215). L’expérience menée consiste en l’observation de « la rédaction des paroles de personnages » par « les scripteurs inexperts que sont les enfants » (215). Cette étude s’intéresse aux processus mnésiques accompagnant la « mise en texte » (216) et au signalement des frontières entre discours citant et discours cité, ce que les auteures appellent le « marquage » des « dénivelés énonciatifs » (215).

13Enfin, l’article de Paola Polito et Erling Strudsholm s’attache à décrire la mise en mots du non-verbal, en particulier la transcription de la mimo-posturo-gestualité sous la forme d’un discours rapporté non verbalisé. L’analyse de nouvelles de Giorgio Bassani permet aux auteurs d’établir une liste de « marques linguistiques » transcrivant une « sémiosis corporelle », comme l’expression d’un visage esquissant un sourire ou une grimace, en « actes de paroles » (20). Les auteurs se livrent à une étude précise de la « sémiosis naturelle des gestes et des événements » (240, notre traduction) à partir de textes d’Alessandro Manzoni, Carlo Collodi et Giovanni Verga. Ils identifient notamment plusieurs marqueurs de « sémiosis naturelle »  (240, notre traduction) et explorent le champ sémantique du silence. La présence d’occurrences de discours direct dans ces textes pour traduire la mimo-posturo-gestualité illustre, une nouvelle fois, l’hétérogénéité des formes de déconnexion forme-sens apparaissant dans les œuvres de fiction.

14En résumé, le repérage des frontières entre discours citant et discours cité au moyen de divers indices textuels, lexicaux, syntaxiques, grammaticaux est essentiel pour une bonne compréhension des textes. Avant la parution de cet ouvrage collectif, de nombreuses études ont établi la grande hétérogénéité des formes de discours rapporté et soulevé les difficultés rencontrées pour identifier, hiérarchiser, classer toutes ces formes de DR. La notion de « continuum » entre ces formes, soutenue par divers linguistes (Rosier 1999 ; 2008, De Mattia-Viviès 2010), laisse entrevoir la complexité et la richesse des mécanismes qui permettent à un rapporteur de faire entendre une autre voix que la sienne.

15Les différents algorithmes conçus conjointement par des chercheurs en sciences du langage et des informaticiens tendent à analyser tous les énoncés de discours rapporté même si certains énoncés s’éloignent des formes canoniques habituellement décrites dans les ouvrages pédagogiques. Face à ce défi, ces différents acteurs doivent mettre en commun leurs compétences et leur énergie pour parvenir à proposer une modélisation idoine de toutes ces formes linguistiques qui, à différents niveaux, mettent en œuvre du discours rapporté.

16La conception et l’utilisation du logiciel NaviLire semblent constituer une expérience tout à fait intéressante et stimulante faisant collaborer chercheurs et informaticiens, à une époque où la linguistique de corpus connaît un remarquable essor, accompagnant l’expansion des humanités numériques dans le champ de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

DE MATTIA-VIVIÈS, Monique. « Du discours rapporté mimétique aux formes intrinsèquement hybrides ». ANGLOPHONIA/SIGMA 28/2010 : 151‑180.

LACAZE, Grégoire. « Ce que la syntaxe tisse, la sémantique tend à l’effilocher : étude de phénomènes de déconnexion forme-sens dans des énoncés de discours rapporté ». E-rea 9.2 (2012). http://erea.revues.org/2339.

ROSIER, Laurence. Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques. Bruxelles : Duculot, 1999.

ROSIER, Laurence. Le discours rapporté en français. Paris : Ophrys, 2008.

Haut de page

Notes

1 Ce logiciel a été conçu et développé conjointement par la Copenhagen Business School et le laboratoire Modyco de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est téléchargeable sur le site personnel de Jean-Luc Minel : http://www.jeanlucminel.fr/navitexte.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire LACAZE, « Cécile Desoutter & Caroline Mellet (dir.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/3415

Haut de page

Auteur

Grégoire LACAZE

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853
Grégoire Lacaze est Maître de conférences en linguistique anglaise au Département d’Études du Monde Anglophone et membre du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA EA 853) à l’Université d’Aix-Marseille. Il est spécialiste du discours rapporté et ses recherches portent sur l’analyse contrastive anglais-français.
gregoire.lacaze@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org