Navigation – Plan du site
L'ordre des mots dans l'espace de la phrase

La coordination en 3D

Observations sur l’ordonnancement des énoncés dans l’espace discursif
Martine SEKALI

Résumés

Cette étude se situe à l’interface entre syntaxe, sémantique et pragmatique. Il s’agira, dans un premier temps, de décrire la relation particulière, probablement définitoire, qu’entretiennent les coordonnants anglais avec l’ordre linéaire du discours. Ceci amènera à proposer que les opérations de coordination et de subordination s’opposent, non pas sur la notion de hiérarchisation ou non des propositions, mais sur celle d’une dépendance ou non de l’ordonnancement des énoncés par rapport à l’une des dimensions du discours : sa dynamique linéaire. Dans un deuxième temps, nous proposons une formalisation des instructions respectives d’exploitation des autres dimensions de l’espace discursif par les coordonnants anglais AND, OR, BUT et FOR. Nous dégageons ici la définition d’une dynamique d’ordonnancement inter-énoncés orientée différemment selon le coordonnant choisi (horizontale/verticale, prospective/rétrospective, ouverture/clôture du domaine argumentatif etc.). Enfin, le positionnement co-énonciatif marqué par les coordonnants permet d’associer à la dimension dynamique linéaire du discours une mesure de l’ « épaisseur » de sa texture, car il construit une hiérarchie des forces argumentatives par rapport à un « vouloir dire », que nous proposons d’analyser en linguistique en tant que phénomène de subordination sémantique sous-jacente (coordination ‘contre-subordonnante’ (but) et ‘co-subordonnante’ (for)). Nous suggérons ici une description unifiée de la spécificité opératoire de la coordination en tant qu’elle explicite en même temps qu’elle exploite la nature multidimensionnelle du discours.

Haut de page

Texte intégral

I. Objectifs et démarche

1Je m’intéresse ici à la relation particulière qu’entretiennent les coordonnants anglais avec l’ordre linéaire du discours (et le pouvoir prédicatif de cet ordre linéaire), avec deux objectifs principaux et corrélés. Dans un premier temps, je propose de revisiter brièvement la distinction entre coordination et subordination, en considérant cette distinction non plus simplement au niveau syntaxique, ni même au niveau purement sémantique, mais à l’interface entre syntaxe, sémantique et pragmatique. Il apparaît alors que dans cette interface, c’est précisément cette relation particulière à la dynamique linéaire du discours qui pourrait constituer le trait définitoire de l’opération de coordination, et qui la distingue de l’opération de subordination. Dans un deuxième temps, je propose un retour sur l’analyse du fonctionnement des coordonnants anglais AND, OR, BUT, et FOR, et définis leur rôle respectif dans l’articulation d’au moins trois dimensions dynamiques du discours : la dynamique prédicative linéaire, la dynamique relationnelle du repérage thématique instruit par l’opération de coordination, et une dynamique d’orientation argumentative.

II. Définition des opérations de coordination / subordination aux différents niveaux de l’analyse linguistique

II.1. La notion de « hiérarchie » comme trait distinctif

2Aux différents niveaux d’analyse envisagés sur cette question, coordination et subordination sont généralement assez clairement contrastées à partir de la notion de « hiérarchie » :

  • au niveau des structures syntaxiques, la subordination est considérée, dans les théories génératives de la syntaxe, comme une construction de dépendance hypotactique résultant d’un processus d’enchâssement ou de complémentation, s’opposant à une structure non enchâssée et paratactique pour la coordination ;

  • au niveau sémantique (cf. en particulier Langacker 1991, Cristofaro 2003, Fabricius-Hansen 2008, Blühdorn, 2008), la même différence entre les deux types de mise en lien est considérée au niveau conceptuel, avec une opposition entre les relations conceptuellement symétriques et asymétriques, une relation asymétrique (sémantiquement subordonnante) exprimant une hiérarchie des domaines conceptuels ou notionnels ;

  • au niveau discursif (cf. Polanyi 1988, Van Valin (1999 ; 2004), Asher et Vieu 2005), on oppose également la subordination et la coordination en termes de hiérarchie ou non des unités discursives par rapport à une unité précédente ou de niveau supérieur.

3Aux trois niveaux (syntaxique, sémantique, discursif), on retrouve donc, avec des terminologies à peine différentes, ce même trait distinctif des opérations de coordination et de subordination, en termes de hiérarchie ou non hiérarchie (de dépendance ou non) des unités liées au sein de l’énoncé complexe. Si le trait distinctif des deux opérations semble cohérent à travers les trois niveaux d’analyse pris séparément, il demeure néanmoins sur cette question un problème assez ennuyeux d’instabilité définitoire lorsque l’on considère ce critère définitoire à l’interface entre ces trois niveaux. On constate en effet rapidement que, par exemple, une structure définie comme coordonnante en syntaxe peut s’avérer asymétrique, et donc subordonnante en sémantique, et vice-versa (cf. en particulier les observations de Larcher (1992), Delechelle (1994) et Culicover et Jackendoff (1997 ; 2005)). Les deux exemples suivants avec le coordonnant AND sont caractéristiques de cette instabilité :

(1) Give us the contents of this room, and we’ll consider the account square." [Brooklyn, 207]

(2) Ed Donnelly is still bothered by a side injury and will miss his starting turn. [Brown]

Si, en (1), on a bien affaire à une structure syntaxiquement coordonnée, il s’agit néanmoins d’une relation conceptuellement asymétrique (et donc sémantiquement subordonnante), puisqu’elle marque une relation de dépendance conceptuelle de type repérage conditionnel, qui pourrait être paraphrasée, entre autres, par « If you give us the contents of this room, we’ll consider the account square ».

4Le même constat peut être fait à partir de l’exemple (2), où AND construit une relation interprétable comme un lien de cause à conséquence, donc sémantiquement asymétrique, puisque marquant une dépendance des prises en charge des validations, l’une étant matrice, ou repère, de la validation de l’autre.

5Cette instabilité définitoire soulève d’épineuses questions épistémologiques : est-on justifiés à distinguer des catégories de conjonctions (coordonnants/subordonnants), si le critère définitoire est la hiérarchisation ou non des représentations liées, alors même que ce phénomène de hiérarchisation est contexte-dépendant, et non inscrit uniquement dans les opérations dont les conjonctions sont la trace ? Dans quelle mesure la coordination et la subordination sont-elles des structures elles-mêmes traces d’opérations particulières, justifiant des catégories de marqueurs spécifiques ? Existe-t-il un trait discriminant et définitoire de l’opération de coordination qui puisse « tenir » à l’interface des différentes dimensions de la langue ?

6Je propose de considérer que ce qui définit la coordination, ce n’est pas la construction d’une relation non-hiérarchisée, non-dépendante, mais plutôt la convocation d’une dépendance particulière à l’ordre linéaire du discours.

II.2. Contraintes spécifiques aux coordonnants

7Si l’on se réfère aux observations de Quirk et al. (1985 : chapitre 13) sur les contraintes communes justifiant l’existence d’une catégorie des coordonnants, on observe que, sur les six critères principaux dégagés, seuls les critères positionnels par rapport à l’ordre linéaire du discours sont communs à tous les coordonnants, y compris FOR (pourtant réputé mixte). AND, BUT, OR and FOR, obéissent ainsi aux critères 1 à 3 :

  1. Le coordonnant introduit le dernier élément coordonné

  2. Le coordonnant et la proposition qu’il introduit ne peuvent être antéposés

  3. Un coordonnant ne peut être précédé par un autre coordonnant

8Ces critères définitoires de la catégorie marquent en réalité une dépendance stricte des coordonnants par rapport à l’organisation linéaire du discours, là où les subordonnants peuvent détacher la relation de cet ordonnancement linéaire. Je propose de considérer que c’est précisément dans cette dépendance que se trouve la spécificité de l’opération de coordination, et une éventuelle justification à l’existence d’une catégorie de coordonnants, plutôt que dans la notion de hiérarchisation ou non des éléments connectés au sein de l’énoncé complexe.

9Il convient cependant de définir précisément de quelle nature est cette dépendance à la chaîne linéaire dans l’opération de coordination, ce qui suppose de clarifier l’apport de l’un (la chaine linéaire) et de l’autre (la coordination) dans la mise en place des relations inter-propositionnelles.

II.3. Coordination/subordination : un rapport différentié à la prédicativité linéaire

10Je définis l’énoncé complexe comme une macro-relation prédicative, où des propositions, disons P et Q, elles-mêmes plus ou moins assertées, déterminées, modalisées, deviennent les termes d’une relation dite ‘complexe’. Dans cette configuration, la question se pose de savoir à quel niveau de l’organisation des énoncés complexes joue la puissance relationnelle et prédicative de la chaîne linéaire, ou plus précisément, de déterminer ce qui, dans la mise en place des relations inter-énoncés, est déjà défini par la progression prédicative et déterminative du discours.

11Au niveau de l’énoncé complexe, l’ordre linéaire des propositions opère une mise en relation syntaxico-référentielle, une antécédence relationnelle de type anaphorique et prédicatif. Comme le signale Delmas (1987 : 15) : ‘le linéaire nait du traitement d’une structure antécédente, qui limite le dynamisme potentiel de l’autre’. Néanmoins, cet ordre prédicatif linéaire n’est pas à l’origine de l’organisation thématique (le sens du repérage inter-propositionnel) au sein de l’énoncé complexe. L’ordre prédicatif linéaire n’instruit donc pas le choix du terme de départ dans la macro-relation. Tout comme dans un énoncé simple, le thème dans un énoncé complexe (ou repère de la relation) est défini par le choix des structures et des marqueurs de relation, ainsi que par tout un paramétrage au sein des énoncés connectés (lexique, déterminations, prosodie, repérages situationnels etc.). La valeur sémantique des relations inter-énoncés est d’ailleurs elle-aussi liée, non pas à l’ordre linéaire, mais à l’ordre des repérages, c’est pourquoi le connecteur AND, par exemple, peut instruire des valeurs relationnelles de consécution ou de conséquence, mais pas de cause.

12Je propose de définir les catégories des coordonnants et des subordonnants non pas en tant que catégories de mots (word classes) mais en tant que catégories d’opérations, à l’interface syntaxe, sémantique et discours. Les coordonnants se distinguent alors par la nature de leur dépendance et de leur rapport au « programme prédicatif linéaire » (Cotte 1992) tel que décrit ci-dessus. Avec les subordonnants, l’organisation thématique et informationnelle n’est pas liée à la chaine linéaire, mais directement instruite par le marqueur de relation : la linéarité n’affecte que l’organisation discursive des éléments joints (topicalisation par antéposition etc.). Les coordonnants, quant à eux, prennent comme base la relation linéaire dans sa dimension d’antécédence et d’anaphore, pour prédiquer une relation de repérage entre les entités coordonnées. L’organisation thématique des énoncés coordonnés est donc indissociablement liée à la chaîne linéaire et ne peut s’en détacher. La coordination solidarise ainsi les deux ordres, syntaxico-référentiel et thématique dans l’énoncé complexe.

13La nature hiérarchisée ou non de la relation entre les items reliés n’est, dès lors, plus le trait distinctif des structures coordonnées ou subordonnées. Si l’on considère ces opérations à l’interface syntaxe/sémantique/pragmatique, le trait définitoire se situe au niveau d’une dépendance ou non de l’ordre du repérage inter-énoncés par rapport à l’ordre prédicatif linéaire du discours.

III. Individualisation des marqueurs de relation au sein de la coordination : articulation de trois dynamiques relationnelles

III.1. Articulation opérations de structures/opérations de marqueurs

14Le schéma opérationnel de la coordination, bien qu’il se distingue de la subordination par la relation étroite qu’il impose entre la dynamique prédicative inter-énoncés et la dynamique prédicative linéaire, s’inscrit dans la schématisation globale de l’énoncé complexe en tant que « macro-énoncé ». Dans cette configuration, le marqueur de relation (qu’il entre dans un schéma de coordination ou de subordination), est assimilable à un prédicat de relation, trace d’une opération d’assertion d’un lien inter-énoncé. L’assertion inter-propositionnelle marquée par le relateur est posée et prise en charge par un énonciateur, de sorte que le relateur prend non seulement une fonction de lien prédicatif, mais définit également la modalité de ce lien.

15La définition de formes schématiques larges (opérations de structures de coordination ou de subordination), suggère une synergie contrainte entre « opérations de marqueurs » (en particulier les relateurs) et ce que l’on peut désormais appeler des « opérations de structures ». Il doit donc y avoir une certaine compatibilité entre les opérations marquées par certains connecteurs et les opérations de coordination et de subordination, ce qui justifierait une possible « catégorisation » des marqueurs de relation, bien qu’elle ne soit plus, dans mes propositions, basée sur le critère de la hiérarchisation syntaxique. La « catégorie opérationnelle » des coordonnants serait alors basée sur deux opérations fondamentales : le marquage d’un lien prédicatif et énonciatif dynamique et orienté entre plusieurs notions ou propositions, et un rapport étroit mais différencié, selon le marqueur, entre cette dynamique prédicative et la dynamique de la chaîne linéaire.

16Si la coordination solidarise les dynamiques de prédication linéaire d’une part, et de relation de repérage thématique (repérage inter-énoncés) d’autre part, la relation construite par les marqueurs de relation au sein de la forme schématique large de la coordination n’est pas pour autant unidimensionnelle. Les différents marqueurs intervenant dans l’opération de coordination s’individualisent par un schéma opératoire propre (ou opération invariante).

III.2. Trois dimensions dynamiques relationnelles

  • 1 On peut aussi s’interroger sur notre représentation même de la linéarité : une ligne, après tout, n (...)

17Le schéma individuel des coordonnants articule ainsi de façon différenciée les deux dimensions dynamiques (prédicativité linéaire et prédication d’un repérage inter-énoncés orienté), ainsi que le rapport de ces deux dimensions à une troisième : la dynamique argumentative, et impose de ce fait une orientation argumentative spécifique. Ces trois dynamiques sont liées, et définissent un espace discursif qui, du coup, n’est plus seulement linéaire unidimensionnel1, mais s’organise en plusieurs dimensions multi directionnelles.

18Outre la prédication d’un repérage inter-énoncés (comme tous les relateurs au sein des énoncés complexes), les coordonnants définissent en effet également une relation des éléments coordonnés à un ‘vouloir dire’, une visée signifiante qui s’en trouve par là même explicitée, élaborée, et subjectivement repérée. Ce rapport à une visée argumentative correspond à ce que Ducrot et Anscombre (dès 1983), dans leur Théorie de l’Argumentation dans la Langue, ont défini comme le volet prioritaire du contenu sémantique de tout énoncé (sa signification), l’« argumentativité », le deuxième volet, l’« informativité » (le sens), en étant d’après eux dérivé :

Tout énoncé est argument. Ce qui ne signifie pas qu’un énoncé vise nécessairement une conclusion particulière. Simplement, au niveau de la phrase (la « structure profonde ») apparaissent des fonctions argumentatives liées à cette phrase et qui circonscrivent une classe de conclusions. Il serait d’ailleurs plus exact de parler d’une classe de types de conclusions. C’est ainsi que lors de l’étude du comparatif d’égalité aussi...que, nous avions été amené à introduire une fonction argumentative attachée à la phrase sous-jacente aux énoncés-type x est aussi P que y. Cette instruction était, en simplifiant, de la forme : « chercher la conclusion r que l’on peut tirer de x est P ». Nous avions procédé d’une façon similaire lors de l’étude de mais, et d’une façon générale des structures concessives. (Anscombre 1989 : 20)

19Je reviens dans mes travaux sur le terme de « conclusion », que j’envisage, dans le cadre théorique de la Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives (voir en particulier Culioli 2002), comme une « continuation potentielle du discours » (Sekali 2007 ; 2010 ; 2011), un construit référentiel issu d’une opération de repérage entre deux représentations (dont l’une peut être implicite), mais j’emprunte à Anscombre et Ducrot (1983 et suite) le concept d’« orientation argumentative », d’abord défini comme une « classe de conclusions suggérées au destinataire : celle que l’énoncé présente comme une des visées de l’énonciation » (Anscombre et Ducrot 1983 : 149). Cette dimension de visée de l’énonciation, qui est instruite dans et par la langue, est nécessairement directionnelle et dynamique. On peut l’assimiler à une projection argumentative qui est intimement liée aux repérages intersubjectifs des relations dans le discours, et donc au marquage d’une concordance ou d’une discordance des origines énonciatives par rapport à la continuation du discours. Cette dimension-là n’est donc pas uniquement linéaire, et donne aussi une mesure de l’« épaisseur » référentielle et subjective du discours.

20Dans ce travail sur la coordination, ce n’est pas à l’orientation argumentative des termes de la relation eux-mêmes que je m’intéresse (leur potentiel relationnel, leur capacité interne à diriger vers telle ou telle conclusion), mais surtout à l’orientation marquée de la relation entre ces termes, c’est-à-dire l’organisation des repérages inter-énoncés et intersubjectifs par rapport à une visée argumentative d’un sujet énonciateur. Je définis, du coup, l’« orientation argumentative » comme le rapport (la solidarisation ou désolidarisation) entre la dynamique linéaire, la dynamique des repérages inter-énoncés, et la projection argumentative, ce rapport étant instruit par les marqueurs de relation, en interaction avec les notions et déterminations internes aux éléments coordonnés (cf. Fig.1).

Figure 1 : Orientation argumentative et dynamiques relationnelles

Figure 1 : Orientation argumentative et dynamiques relationnelles

21Je propose ci-dessous de décrire la façon dont les coordonnants anglais AND, OR, BUT et FOR s’individualisent au sein de l’opération de coordination, en tant qu’à la fois ils explicitent et exploitent l’espace du discours dans ses différentes dimensions. J’oppose dans un premier temps AND et OR, puis AND et BUT sur le type de rapport marqué par ces différents coordonnants entre ces trois dimensions dynamiques.

IV. AND ET OR : dynamiques prédicatives prospectives horizontale et verticale

IV.1. AND : trois dynamiques parallèles et co-orientées

22Le coordonnant AND, en tant qu’opérateur d’assertion de lien, marque un ordonnancement thématique iconique, c’est-à-dire une avancée prédicative qui suit l’ordre prédicatif linéaire : le deuxième élément coordonné constitue un ajout prédicatif et modal sur le premier, le deuxième sur le troisième, etc. Les éléments, même notionnellement hétérogènes, sont posés, à l’issue de la coordination en AND, comme inséparables dans leur rapport à une visée argumentative commune. Je synthétise ci-dessous mes analyses du marqueur AND (voir en particulier Sekali 2012) en l’illustrant parfois par de nouveaux exemples issus de corpus larges, écrits et oraux, et d’une sélection de romans.

23Si on considère par exemple l’énoncé (3), qui fait la publicité d’une marque de chaussures masculines :

You won’t remember the name, but the good looks of this men’s shoe from Rockport’s Casual Dress Collection will stick in your mind. Our tester, a V.P., wore his pair to work with a jacket and tie. And got compliments ! "They look nice, they’re comfortable, and they have those indestructible Vibram soles. It’s the kind of shoe I’d be comfortable wearing on a walk home from work - and cutting through the woods if I were in the mood," he said. [COCA]

24La première occurrence de AND est précédée d’un point. Le coordonnant vient ici contredire l’apparente clôture de l’énoncé précédent : a VP wore his pair with a jacket AND tie, qui qualifie déjà positivement les chaussures par la possibilité de les associer à des tenues élégantes, pour surenchérir par got compliments. AND reprend l’énoncé précédent pour l’insérer dans un macro-énoncé, le reliant ainsi à un second énoncé, pour embrayer contextuellement le discours dans le même sens qualitatif positif. Le coordonnant asserte donc un ajout prédicatif de type anti-restrictif, qu’on pourrait gloser par « attention, cela ne s’arrête pas là, j’ai mieux encore… ». Une série de propriétés est ensuite prédiquée sur le même sujet syntaxique repris anaphoriquement par le pronom they, et disposée par AND dans une dynamique cumulative et une avancée prédicative modale orientée dans le même sens que la dynamique linéaire.

On retrouve ce mouvement prédicatif anaphorique dans l’énoncé suivant :

‘I’m thirty years old,’ he told his new boss, ‘and forty pounds overweight. I haven’t slept with a woman in over a year, and for the past twelve mornings I’ve dreamt about traffic jams in twelve different parts of the city. I could be wrong, but I think I’m ready for a change. [Brooklyn : 207]

25Le coordonnant AND impose ainsi une continuation du discours et une progression prédicative qui sont solidaires de la dynamique linéaire : après une boucle anaphorique, la prédication relationnelle définit une maille discursive qui va dans le même sens que la chaine linéaire, et impose même un mouvement en avant, ici qualitatif, ou modal (comme le confirme la paraphrase possible en furthermore, qui traduit ce mouvement à la fois linéaire – further, et modal – more).

26Tous les prédicats sont ainsi rassemblés de manière cumulative sur le même sujet I et orientés vers la même conclusion notée en gras dans l’exemple.

27La progression prédicative est toujours assertée, avec AND, sur la base d’un point de reprise, ou point d’anaphore, enjeu du lien de coordination. Ce sont, dans les exemples ci-dessus, des notions qualitatives (des propriétés) dans P qui sont la cible d’une reprise pour réélaboration au sein de l’énoncé coordonné, avec une intersection des domaines notionnels de P et Q. Une schématisation de cette opération est proposée dans la Figure 2.

Figure 2 : Mouvement prédicatif marqué par AND

Figure 2 : Mouvement prédicatif marqué par AND

28Outre la reprise d’une notion au niveau prédicatif de l’énoncé P, la coordination peut cibler le niveau énonciatif de la structuration du premier énoncé, c’est-à-dire prendre comme point d’anaphore les repères de sa validation (T et S) ou sa modalité assertive même. Dans ce cas, c’est la localisation temporelle de l’énoncé P, sa prise en charge subjective, ou encore sa modalité assertive, qui seront définies comme point d’anaphore, et repères d’une avancée temporelle ou modale de la validation de l’énoncé Q :

Julie closed (T1) the door again and slid (T2) the chain into place. [BNC]
Ed Donnelly is still bothered by a side injury and will miss his starting turn. [BROWN]
This is my restaurant, and nobody tells me what to do !
[Brooklyn : 122]

  • 2 Je développe l’analyse de ce paramétrage de la cible de la coordination, et de la construction des (...)

29Le coordonnant AND s’appuie en particulier sur les déterminations internes aux énoncés liés pour définir la cible prédicative ou énonciative de l’assertion d’un mouvement prédicatif ordonné de P à Q, qui suit et poursuit la dynamique horizontale de la chaîne linéaire sur la base d’un point d’anaphore, quel que soit le « sémantisme » de la relation marquée par AND2.

IV.2. OR

30Le relateur OR marque également une opération de prédication d’un lien entre deux ou plusieurs notions ou énoncés, mais dans un rapport avec la dynamique prédicative linéaire qui est bien différent de celui que marque AND : avec OR, les éléments sont joints de façon à la fois verticale et horizontale. La « maille du tricot discursif » en est donc différente.

31Le relateur OR, on le sait (cf. en particulier les analyses de Gournay (1998 ; 2007), et Lapaire et Rotgé 1991) est intrinsèquement lié à la notion d’altérité (other), et coordonne un élément à son autre, de sorte que, dans la construction [P OR Q], le coordonnant revient sur le domaine notionnel de P pour l’ouvrir à son extérieur (P’) et coordonne P’ à une pluralité d’autres représentations possibles :

  • soit Q est directement « l’autre de P » (son complémentaire noté P’), ce qui n’est pas le cas le plus fréquent, avec des exemples du type Stand up or sit down ; To be or not to be, that is the question. On construit alors simplement l’ouverture d’une alternative polarisée, ce qui permet des opérations de parcours des deux valeurs d’une notion nominale ou prédicative envisagée (cette notion de parcours, qualitatif/quantitatif, est, d’après Gournay (1998), le trait définitoire de l’opération définie par ce marqueur) ;

  • soit Q est « un autre que P », coordonné à la branche P’ de l’alternative préalablement ouverte par le marqueur or (cf. l’exemple (8) ci-dessous, ou encore des énoncés du type Your money or your life !

"Get competitive or get out". In veiled terms, that’s what the Kennedy Administration is saying to the American textile industry. [BROWN]

32Ces deux formes de prédication d’ouverture à une alternative sont schématisées dans la Figure 3 :

Figure 3 : Mouvement prédicatif marqué par OR

Figure 3 : Mouvement prédicatif marqué par OR

33On a là un mouvement prédicatif différent, linéaire et anaphorique, mais d’abord vertical, qui réévalue P pour ouvrir sur un choix. Ce choix est marqué comme possible ou contraint (inclusif ou exclusif) selon les déterminations internes : associé à des questions fermées ou des modalités impératives, par exemple, OR ouvre l’alternative P/P’ et ce sont les modalités assertives dans P et Q qui définissent un appel au co-énonciateur, et une injonction de choix exclusif. La variation entre or inclusif ou exclusif ne relève donc pas de la polysémie, mais d’une variance potentielle inscrite dans sa forme schématique même, qui sera fixée selon les paramètres contextuels associés à son usage. L’exemple (9) illustre un paramétrage inclusif :

“Raymond, do you want to stay with your brother Charlie here in Los Angeles or do you want to go back to Wallbrook ?”
"Go back to Wallbrook and stay with my brother Charlie."
[Rain Man]

34Dans cet exemple, correspondant à la configuration d’alternative directe (Fig. 3 ci-dessus), l’énonciateur impose à Raymond, par une question fermée, un choix binaire entre deux prédicats complémentaires : rester ou partir. Il y a ouverture sur un choix restreint, et injonction de choix. Raymond bloque ensuite la stratégie de l’énonciateur en refusant de choisir, et en associant cette fois par AND les deux prédicats pourtant complémentaires. L’exemple suivant illustre au contraire la deuxième configuration : Q n’est pas le complémentaire direct de P, mais est coordonné à ce complémentaire ouvert par OR :

Tom finally understood that he didn’t have it in him to finish. Or, if he did have it in him, he couldn’t persuade himself to believe in the value of doing it anymore. [Brooklyn : 135]

35Bien souvent d’ailleurs, comme dans cet exemple, cette ouverture verticale de la notion de P à son extérieur est explicitée dans les énoncés avec une reprise en do avec une polarité inverse, ou un ‘if not’, qui retracent le mouvement complexe, vertical puis horizontal, marqué par le coordonnant OR.

36Les deux formes schématiques de AND et OR que j’ai représentées ci-dessus sont opérantes également dans la coordination énumérative de prédicats, et d’ailleurs, la substitution d’un relateur par l’autre (qui est possible dans ce type d’énoncés), confirme ces spécificités opératoires dans la dynamique prédicative de chaque marqueur. Dans les énoncés (11) et (12), qui décrivent la révolte des noirs contre la discrimination dans les bus pendant l’apartheid, la scène est présentée de façon tout à fait différente selon que les événements sont connectés avec AND ou OR :

Black commuters have been boycotting the buses and walking, en masse, thirty kilometres a day, in and out of work. They picket the buses and sometimes burn them and stone them and even throw themselves in front of them. [Trapido : 137]

They picket the buses or sometimes burn them or stone them or even throw themselves in front of them.

37Les prédicats dans l’énoncé original (11) ne sont pas ordonnés dans une succession temporelle ; la dynamique prédicative marquée par AND définit une accumulation de prédicats ordonnés linéairement dans le sens d’une progression qualitative intensifiante du degré de révolte : ils bloquent les bus, les brûlent, leur jettent des pierres, et vont même jusqu’à se jeter sous leurs roues.

38Le même énoncé avec OR en (12) énonce une série de possibilités, de modes opératoires selon les moments, mais il n’y plus de progression intensifiante dans le degré de révolte, d’ajout qualitatif linéaire. Le marqueur even qui clôt l’énumération signifie : vont même jusqu’à avec AND ; et ou encore, ou même, avec OR.

39Les deux coordonnants définissent donc des ordres prédicatifs qui n’ont pas le même rapport à la dynamique linéaire :

  • AND asserte un mouvement prédicatif linéaire prospectif ;

  • OR marque un arrêt, une interruption du discours pour ouvrir le champ des prédications possibles avant d’enchaîner le discours sur cette alternative. C’est une dimension linéaire aussi, mais d’abord verticale, par superposition plutôt que par progression, qui révèle et exploite une deuxième dimension du discours.

40La dynamique des deux exemples ci-dessus peut être représentée de la manière suivante (Figures 4 et 5) :

Figure 4 : Dynamique horizontale avec AND

Figure 4 : Dynamique horizontale avec AND

Figure 5 : Dynamique verticale avec OR

Figure 5 : Dynamique verticale avec OR

41La comparaison que j’ai pu faire avec différents type de « mailles » est assez visible sur ces figures : dans les deux cas, avec AND comme avec OR, il ne s’agit pas d’une prédication prospective linéaire plate et droite, mais d’une boucle anaphorique, comme en tricot, où P est le repère d’une avancée prédicative dans Q, mais où cette avancée même réévalue P dans la relation construite.

V. AND et BUT : orientation prospective co-orientée vs orientation rétrospective contre-orientée

  • 3 Bien que le coordonnant anglais BUT ne soit pas strictement parallèle au français MAIS (cf. en part (...)

42J’ai reconsidéré la notion d’orientation argumentative en tant que rapport entre l’ordre prédicatif asserté par le relateur, la dynamique linéaire du discours, et la dynamique argumentative (projection référentielle et discursive et repérages intersubjectifs). Lorsque les trois dynamiques sont solidaires, comme c’est le cas avec AND, les éléments liés sont co-orientés. Le coordonnant BUT, au contraire, définit une maille bien plus complexe dans la texture du discours : l’organisation thématique qu’il prédique entre les éléments coordonnés les désolidarise de la dynamique linéaire pour en imposer une autre. A l’inverse de ce qui se passe avec AND, les énoncés coordonnés par BUT sont contre-orientés3. Par retour, l’interprétation du premier énoncé pourra être teintée d’une valuation qualitative différente. Par exemple dans l’énoncé (13) :

She was thirty and she had never been more attractive. [Lessing : 166]
She was thirty but she had never been more attractive.

43Avec AND en (13) le fait d’avoir trente ans est défini comme point d’anaphore et repère d’une comparaison qualitative, le deuxième énoncé qualifiant cet âge du plus haut degré de séduction au repère T. AND co-oriente le fait d’avoir 30 ans et les propriétés de séduction de la jeune femme. Il est clair que le fait d’avoir 30 ans est évalué plus négativement par la coordination en BUT dans l’énoncé (14) : avoir 30 ans est jeune avec AND, et le début de la vieillesse avec BUT. La coordination influe donc sur la valuation d’une même prédication, que celle-ci soit gradable ou non. C’est que BUT dévie la chaîne linéaire : avoir 30 ans et être séduisante sont définis par but non pas comme intrinsèquement contraires (il n’y a pas d’opposition sémantique, logique, ni même argumentative dans l’absolu entre 30 ans et ‘séduisante’), mais comme contre-orientés, et l’âge est associé à une valeur qualitative qu’il n’avait pas au départ, c’est-à-dire avant la coordination en BUT.

44J’insiste sur le fait que la co-orientation ou contre-orientation argumentative est une construction linguistique instruite par le coordonnant, et non directement issue d’une homogénéité ou opposition sémantique des éléments coordonnés. Dans l’énoncé (15) par exemple, bien que young et old soient des opposés sémantiques, ils sont co-orientés par AND par rapport à une visée argumentative explicitée par la conclusion everybody’s falling :

Suburban Hospital in Bethesda also reported an avalanche of injuries. "They’re young and they’re old", said emergency room nurse Lisa Joyce. “Everybody’s falling.” [COCA]

My mom is beautiful but she’s not cut her hair in over 10 years. She’s got a cute figure but she only wears jogging suits. And my dad. We can’t get him out of the V-neck T-shirts and blue jeans. [BNC]

45De même en (16), il n’y a pas, me semble-t-il, d’opposition ou de restriction sémantique intrinsèque entre le fait d’être très belle et le fait d’avoir les cheveux très longs. La dimension restrictive de BUT (qui s’oppose à la prédication d’une anti-restrictivité par AND), est construite par une coordination complexe, qui n’est plus binaire mais ternaire, et ne porte pas directement sur la validité du premier élément coordonné (le fait qu’elle soit très belle), mais sur un terme intermédiaire associé à sa beauté : la satisfaction de la fille, que vient disqualifier le deuxième élément coordonné. On retrouve cette opération à trois termes juste après dans l’exemple (16) : she’s got a cute figure but she only wears jogging suits. On peut noter aussi que cette requalification de la mère est reprise anaphoriquement par AND après un point, pour être co-orientée avec une qualification du père, dans une avancée modale qui fait une piètre description des pauvres parents par leur fille (une adolescente assurément).

46BUT définit donc une orientation argumentative qui n’est plus prospective mais rétrospective et contre-orientée.

V.1. Réflexion sur l’« attendu de relation » : topoï, stéréotypes, projection argumentative

47Cette analyse du relateur BUT rappelle bien sûr l’analyse proposée par Anscombre et Ducrot (1977 ; 1983) et surtout Anscombre (2002) du connecteur MAIS en français, en termes de contre-argumentation et d’anti-orientation. Dans mes premières études du connecteur BUT, (cf Sekali 1992 et Sekali 2007), je n’ai pu néanmoins me résoudre à m’approprier un élément central de leur analyse : l’existence d’un topos binaire et gradable, sélectionné par le connecteur dans un faisceau de topoï déclenchés par un terme, pour aboutir à partir de ce terme à une conclusion notée r. Ainsi (très schématiquement), dans les analyses de Ducrot et Anscombre, l’expression P mais Q signale que :

  • soit P, en vertu d’un certain topos, est un argument pour la conclusion [r = non-Q] (contre-argumentation directe) ;

  • soit P est argument de r alors que Q sert la conclusion non-r, et Q a une force argumentative plus élevée (contre-argumentation indirecte).

48Dans les deux cas, les deux propositions sont donc argumentativement contre-orientées. L’hypothèse clé, dans ce système d’analyse, est que le rapport de cause à conséquence qui constitue l’argumentativité des énoncés, entre P ou Q (les arguments) d’une part, et les conclusions d’autre part, n’est pas direct, mais transite par un lieu commun (topos) non asserté mais tenu pour acquis :

  • 4 C’est moi qui souligne.

Ces topoï sont des principes généraux, qui servent d’appui au raisonnement, et jouent mutatis mutandis un rôle analogue aux axiomes d’un système formel. Ils ne font jamais l’objet d’une assertion, mais servent à en produire4. Ils sont admis au sein d’une communauté d’individus plus ou moins vaste : ce peut être la communauté linguistique tout entière, un sous-groupe de cette communauté et, cas extrême, un groupe réduit à deux individus dans le cadre par exemple d’une discussion, où il s’agit alors de l’emporter sur l’autre, au besoin en utilisant des topoï créés de toutes pièces. (Anscombre 1989 : 23)

49Ce topos, dans les premières versions de la théorie, ne relie pas un fait à un autre, mais une échelle graduée de faits à une autre échelle graduée. Ainsi les topoï peuvent être de quatre types : « plus p, plus q » ; « plus p, moins q » ; « moins p, plus q » ; « moins p, moins q ». Selon Ducrot par exemple, l’assertion : « Cette voiture est bon marché, tu devrais l’acheter », active un topos du type « moins c’est cher, plus c’est avantageux ».

50La prise en compte de ce concept de topoï dans l’analyse des enchaînements inter-énoncés m’a gênée, dans cette appréhension par ailleurs très convaincante de l’argumentativité de la langue, pour deux raisons :

  • l’aspect nécessairement gradable des topoï pose de nombreux problèmes.

51Dans l’énoncé (14) analysé ci-dessus par exemple, il parait difficile d’analyser une contre-argumentation par rapport à une conclusion issue d’un topos gradué du type « plus on a trente ans, plus on est séduisant », et même si l’on considère un lien plus large entre l’âge et le pouvoir de séduction par un lieu commun (discutable certes) du type « plus on est jeune, plus on est séduisant », rien ne dit si l’âge de 30 ans doit être considéré comme jeune ou vieux (question de point de vue), en tout cas en aval de la connexion par but, qui elle, instruit une valuation qualitative d’un âge autrement non explicitement valué.

52Ce problème a d’ailleurs conduit Anscombre (2001 ; 2002) à renoncer à cette gradabilité nécessaire des topoï, et à développer une théorie des stéréotypes, qui suscite pour moi beaucoup d’intérêt et de réflexions :

A certains items lexicaux est attachée une liste ouverte de phrases, les phrases stéréotypiques, qui constituent le stéréotype de l’item considéré. Par exemple, l’item singe comportera dans son stéréotype la phrase (stéréotypique, donc) Les singes mangent des bananes. D’une façon très générale, si m est un item lexical, son stéréotype sera un ensemble de phrases g(m,n1), g(m,n2) … g(m,ni), etc., qui relient l’item m en tant que forme à d’autres formes n1, n2 … nk, etc. Et c’est le statut sémantique de ces phrases qui confère une signification à m. (Anscombre 2002 : 117)

  • La question de l’existence des « topoï »/« stéréotypes »/« garants » : potentiels ou acquis ? Préexistants ou construits dans la connexion ?

53Si l’on considère, avec Anscombre (2001), que « La Théorie des Stéréotypes voit la langue comme un réservoir de préjugés et d’idées reçues », on peut saisir une notion intéressante, à savoir que les stéréotypes sont des sortes de présupposés de relations, correspondant à ce qu’on pourrait appeler l’« attendu de relation », ancré dans un savoir partagé sur les notions primitives (au sens culiolien du terme), et sur les relations entre ces notions. Chaque terme serait alors associable à une famille d’enchaînements possibles (son orientation argumentative), susceptibles d’être instanciés en discours, et ouvrant sur une classe d’inférences possibles. Les « conclusions », ou ce que je nomme dans mes analyses des « représentations intermédiaires implicites », sont alors à voir comme issues de l’activation/sélection dans le discours d’un stéréotype préexistant.

54La projection stéréotypique est probablement à relier à un ensemble de propriétés des termes lexicaux, et des déterminations et repérages énonciatifs qui leur sont associés en discours. Le concept de stéréotype, ou de l’attendu de relation (inférenciable en amont de la relation) est alors assimilable à ce que Culioli nomme les « relations primitives », et que Ranger (1998 : 28), à propos des phénomènes d’inférence, décrit en termes de « contraintes pré-énonciatives » :

Les notions lexicales ont certaines propriétés qui font que les combinaisons entre elles ne sont pas tout à fait arbitraires, tant s’en faut. A partir des notions /cat/, /eat/ et /mouse/, on comprend que leurs relations primitives – et l’interaction de ces propriétés – donnent un certain ordre pré-énonciatif, naturel, de sorte que /cat/ sera, normalement, la notion source du procès, et /mouse/ sera, normalement, la notion but dans ce qu’on appelle une ‘relation primitive’. Ces contraintes ne nous empêchent pas de renverser cet ordre : the mouse ate the cat, par exemple, n’est pas un énoncé inacceptable, bien entendu, mais représente toutefois une situation inattendue, d’après les propriétés des notions en cause. 

55Il me semble que, lorsqu’on considère l’énoncé complexe, où une relation est explicitée par un connecteur qui définit une organisation thématique particulière et un positionnement intersubjectif sur la relation inter-énoncés, alors les termes mis en relation peuvent être en quelque sorte « dé-stéréotypés » pour être rattachés à une visée argumentative subjectivée, et construire à la fois de ‘nouveaux stéréotypes’ (s’il n’y a pas là un oxymore conceptuellement douteux), et des représentations intermédiaires non préexistantes à la relation. Ces processus illustrent d’ailleurs la souplesse des systèmes de langue et la malléabilité des représentations qui peuvent s’y construire, à travers, en particulier, le filtrage de l’intersubjectivité (cf. Sekali et Trévise 2012). Dans ce cas, il faudrait différencier au moins trois types de projection de relation :

  • la projection stéréotypique liée aux domaines notionnels des termes (faisceaux de propriétés physico-culturelles primitives associées aux termes) ;

  • la projection linéaire due aux phénomènes d’indétermination des termes (les énonciations « projetantes » dans les relations asyndétiques sous-déterminées ;

  • la projection argumentative issue d’un repérage inter-énoncés associé à une visée argumentative subjectivée (détermination aspecto-modales, connecteurs).

56Ces trois types de « projection de relation » dans la langue sont intimement liés, et interagissent dans la construction du sens.

V.2. BUT et la double thématisation5 : BUT « contrordonnant » ? 

  • 5 Je rappelle que j’entends par « thématisation » le choix d’un terme de départ dans une relation de (...)

57Bien qu’on ait toujours une relation d’antécédence linéaire anaphorique de P à Q (P antécédent d’une réélaboration par Q), la relation marquée par BUT est une relation d’opérations plus qu’une relation de propositions ou d’énoncés. Avec le coordonnant BUT, la dynamique argumentative progresse par la coordination de deux thématisations contre-orientées (Fig. 6) :

  • P est défini comme repère de la prise en charge d’une représentation sous-jacente (noté « i » comme implicite) attribuée à autrui dans le discours (le co-énonciateur comme pôle d’altérité) ;

  • c’est cette relation de repérage implicite qui est ciblée (repérée) dans la coordination, avec une nouvelle thématisation relationnelle, où l’élément coordonné Q est pris comme repère d’une disqualification de cette première opération de repérage. Le point d’anaphore dans la coordination en but n’est donc pas une notion simple, mais une opération de repérage, que la coordination à la fois construit et disqualifie.

Figure 6 : Schéma opératoire de BUT

Figure 6 : Schéma opératoire de BUT

58L’orientation argumentative de l’énoncé complexe est donc temporairement désolidarisée de la dynamique linéaire du fait de cette double organisation thématique rétrospective. J’analyse la coordination par BUT comme une coordination d’opérations plutôt que coordination de propositions : du fait de la disqualification d’un transfert des prises en charge de P à i, j’ai parlé dans Sekali 2011 et 2012 de « coordination ternaire contre-subordonnante », dans le sens où BUT coordonne Q à une forme de ‘subordination sémantique’. Je renonce désormais à ce terme, qui ne convient pas à l’interface syntaxe/sémantique. Je propose ici un néologisme qui pourrait rendre compte de l’opération complexe marquée par BUT : la « contrordination », du fait de cette double thématisation dans une coordination contre-orientée.

  • 6 Cf. mon analyse d’exemples du type « He’s a cop but he isn’t a bastard » (Sekali 2007)

59En linguistique, analyser cette troisième dimension suppose la prise en compte, dans l’appareil théorique, non seulement du dit, mais du ‘vouloir dire’, en tant que projection référentielle par repérage inter-énoncés implicite. Je considère cette projection référentielle comme un construit linguistique mais non explicite, et qui suppose une relation non pas seulement inter-propositionnelle, mais aussi subjective et intersubjective. Ce marqueur de coordination ajoute ainsi à la dimension linéaire horizontale une dimension de profondeur, par la construction d’un espace référentiel intermédiaire (laissé implicite, mais parfois rigoureusement calculable6) et d’un repérage intersubjectif discordant sur le vouloir dire associé aux énoncés connectés.

60Ce phénomène, illustré également dans l’énoncé (17), y est même commenté de façon explicite :

Dinah writes what she considers to be a completely spoofy letter (P). But, incredibly, her mum seems happy with the letter (Q) and posts it right away. (Q1) [Trapido : 148]

61Dans cet exemple, Dinah est une petite fille plutôt hardie, qui ose écrire une lettre à la place de sa mère, pour réclamer qu’on vienne paver l’entrée boueuse de son garage. Le lecteur adopte dans ce texte le point de vue de la jeune fille (S0), à travers des présents simples qui sont des présents de narration. L’adjectif spoofy qualifiant la lettre est à mettre au compte de Dinah (S0) : cette prise en charge subjective de la modalité qualitative est d’ailleurs rappelée par la relative nominale what she considers. Le coordonnant but vient établir une discordance des points de vue subjectifs entre Dinah (S0) et sa mère (S1), discordance paraphrasée par l’adverbe incredibly. But définit donc un retour sur un repérage inter-énoncés implicite de P à i (her mother won’t like it), et cette continuation potentielle est imputable au point de vue subjectif de Dinah. Dans le même temps, BUT disqualifie cette opération de repérage implicite pour introduire une autre continuation (prospective, celle-ci : Q her mum seems happy with the letter.

62Cette orientation rétrospective « contrordonnée » est ensuite « coordonnée » par AND à un autre énoncé (she) posts it, prenant comme point d’anaphore les repérages temporel et subjectif de l’énoncé précédent, ce qui définit une relation à la fois de consécution et conséquence, la prise en charge de her mum seems happy se transférant sur celle de (she) post it (cf. Figure 7 ci-dessous).

Figure 7 : Dynamiques relationnelles dans l’exemple 17

Figure 7 : Dynamiques relationnelles dans l’exemple 17

63Cette coordination complexe est sans doute à l’origine du fait que BUT (tout comme FOR) est considéré comme un coordonnant « moins central », et ne répond pas à certains critères érigés comme définitoires de la catégorie : notamment la symétrie et la possibilité de coordonner linéairement plus de deux éléments. Une des raisons à cela pourrait bien être que ces deux connecteurs marquent une relation qui n’est pas binaire, mais ternaire, et coordonnent toujours les propositions à une opération de repérage sous-jacente, instruisant du coup une double thématisation intégrée dans une coordination syntagmatiquement linéaire.

VI. BUT et FOR

64Avec le coordonnant FOR, on retrouve cette double thématisation et la construction d’un repérage implicite, mais avec une orientation inverse de celle de BUT. Le coordonnant FOR :

  • est quasiment toujours précédé d’une virgule ou d’une pause intonative à l’oral, parfois même d’un point ;

  • ne peut pas être antéposé, dans une structure *for Q, P ;

  • ne peut être modifié par aucun adverbe (*particularly, *especially, *only for) ;

  • ne peut pas répondre à la question « why ? » ;

  • coordonne les énoncés P et Q, souvent très fortement modalisés, (structures clivées emphatiques, adverbes de phrase, auxiliaires modaux).

En (18) par exemple :
At first I feared I might not be accepted, for I had not had any training at all, but two ladies from the supermarket’s human resources department took me in hand. [COCA]

65L’énoncé P est asserté et modalisé de façon d’abord indépendante, puis dans un second temps, cet énoncé est coordonné à un argument qui le conforte et est argumentativement co-corienté. La crainte de ne pas être embauchée est d’abord posée, puis coordonnée à l’assertion d’une absence totale de formation, laquelle est donnée comme un argument annexe, second, un nouveau repère (nommé appositif dans l’analyse de la connexion subjective en FOR) d’une relation de repérage implicitée de type conséquence (so they wouldn’t take me). C’est d’ailleurs cette opération seconde de repérage inter-énoncés, de Q à une reformulation implicite de P, qui est ensuite, dans cette suite discursive, la cible d’une disqualification par BUT.

66Parfois, et même assez souvent, cette opération de repérage implicite de Q à une reformulation de P est rendue explicite par le recours au coordonnant AND, comme dans l’exemple suivant :

What the passage demonstrates is a superb use of simple images, all closely related. For the images in themselves really are simple, and there is no attempt at complex development of anyone of them. [Coombes : 60]

67On note une fois encore que l’énoncé P est asserté de façon d’abord indépendante (avec une pseudo-clivée marquant une focalisation discursive, et une qualification appréciative superb). C’est dans un deuxième mouvement (après un point ici) que le coordonnant FOR reprend un élément de P comme terme de départ d’une nouvelle prédication qui en renforce la modalité : the images in themselves really are simple. La projection de l’élément Q vers une référence « implicitée » est rendue explicite par la deuxième coordination avec AND, qui n’est ici rien moins qu’une reformulation de P (there is no attempt at complex development).

68Comme BUT donc, FOR coordonne un premier énoncé à une opération de repérage implicite, mais avec FOR la référence implicite est associée au deuxième énoncé (Q) et non au premier comme avec BUT, et elle est co-orientée par rapport au premier : organisation argumentative et organisation thématique restent donc toutes deux parallèles à l’ordre d’antécédence linéaire du discours.

69Au niveau des relations intersubjectives, FOR s’oppose également à BUT en définissant cette réévaluation comme non polémique (repérée par rapport à S*). La particularité de cette connexion par FOR, à mon sens, réside dans le fait que, bien que l’argument Q soit posé et pris en charge par l’énonciateur, comblant ainsi un hiatus modal supposé ou potentiel, son orientation argumentative est représentée comme d’emblée consensuelle. Plutôt qu’une discordance des sujets sur des conclusions possibles, FOR marque donc une concordance intersubjective sur le lien de repérage : cette coordination est posée comme un rappel, ou un repérage indirect et non déterminatif. On pourrait dire que FOR coordonne à P une opération de repérage « appositive », et non déterminative, pour reprendre une terminologie que l’on utilise souvent pour les relatives :

« J’asserte P, et dans un deuxième temps, je rappelle, si besoin est, que Q est repère de P. »

70Cette double thématisation et cette coordination d’opérations sont donc sous-jacentes aux deux coordonnants BUT et FOR mais avec une orientation argumentative différente, comme j’ai pu le schématiser dans la Figure 8 ci-dessous :

Figure 8 : Schémas opératoires de BUT et FOR

Figure 8 : Schémas opératoires de BUT et FOR

VII. Formes schématiques des coordonnants en 3D

71Si l’on reprend les formes schématiques des quatre coordonnants, telles que je les ai brièvement synthétisées ici, en prenant en compte, à l’interface syntaxe/sémantique/pragmatique, leur articulation différenciée des trois dimensions dynamiques retenues dans l’analyse, on relève pour les trois marqueurs la trace d’une opération d’assertion d’un mouvement prédicatif et thématique anaphorique et orienté, qui est ancré dans un rapport étroit avec la dynamique linéaire du discours, et ne peut s’y soustraire, mais avec des orientations argumentatives différentes, des relations binaires ou ternaires, et des modes d’association différents, comme je tente de le figurer par le schéma récapitulatif dans la Figure 9 :

Figure 9 : Schémas opératoires des coordonnants anglais

Figure 9 : Schémas opératoires des coordonnants anglais

72Si AND et OR sont des coordonnants plus « centraux » que BUT et FOR, c’est qu’ils contribuent à faire avancer le texte de façon explicite et dans l’espace-temps du texte. BUT et FOR, quant à eux, associent à la dynamique linéaire une dimension supplémentaire, avec une dimension intersubjective systématique qui, non seulement fait avancer le texte, mais le qualifie au fur à mesure, en le mettant en relation avec un vouloir dire, un positionnement par rapport à une visée argumentative qui contribue à l’épaisseur modale du texte.

73Dans l’analyse des propriétés de deux opérations de structures distinctives (coordination et subordination), j’ai observé (avec d’autres), que la coordination opère sur des éléments qui sont définis comme des unités de discours, voire sur des opérations relationnelles, plutôt que sur des unités syntagmatiques, et dans une dynamique de réélaboration et de qualification d’un élément antécédent. Au sein de cette construction coordonnante, les marqueurs de relation s’individualisent alors en exploitant également les autres dimensions de l’espace discursif, et c’est le rapport qu’ils instruisent entre la dynamique linéaire, la dynamique relationnelle thématique et leur orientation argumentative, qui me semble différencier les opérations marquées par les différents coordonnants. Dans cette articulation entre les « opérations de marqueurs » et les « opérations de structures », je dirais que les coordonnants exploitent en même temps qu’ils révèlent (mettent en scène) l’espace discursif dans sa multidimensionnalité.

Haut de page

Bibliographie

Sources des exemples

[BNC] : British National Corpus, http://www.natcorp.ox.ac.uk/

[BROWN] : The Brown University Standard Corpus of Present-Day American English, W. N. Francis and H. Kucera, 1961.

[COCA] : Corpus Of Contemporary American, http://corpus.byu.edu/coca/

[Independent] : The Independent.

[Coombes] : Coombes, H. (1953) Literature and Criticism, Penguin Books.

[Lessing] : Lessing, D. (1984) Between Men. In : A Man and Two Women, Simon & Schuster.

[Rain Man] : Levinson, B. (1989) Rain Man (film).

[Trapido] : Trapido, B. (2003) Franckie and Stankie, Bloomsbury.

[Brooklyn] : Auster, P. (Reprint 2006) The Brooklyn Follies, Picador.

Bibliographie

ASHER, N. & VIEU, L. (2005) Subordinating and coordinating discourse relations. Lingua 115, pp. 591-610.

ANSCOMBRE, J.-C. et DUCROT, O. (1977) Deux mais en français ? Lingua 43 : 23-40.

ANSCOMBRE, J.-C. et DUCROT, O. (1983) L’argumentation dans la langue. Paris-Liège : Margada.

ANSCOMBRE, J.-C. (1989) Théorie de l’argumentation, topoï, et structuration discursive. Revue québécoise de linguistique, 18/ l : 13-56.

ANSCOMBRE, J-C. (2001) Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux. Cahiers de praxématique, 36 : 43-72.

ANSCOMBRE, J-C. (2002) Mais/pourtant dans la contre-argumentation directe : raisonnement, généricité, et lexique. LINX 46 : 115-131.

BLÜHDORN, H. (2008) Subordination and coordination in syntax, semantics and discourse : Evidence from the study of connectives’, in : Fabricius-Hansen, Cathrine & Ramm, Wiebke (eds.). ‘Subordination’ versus ‘Coordination’ in Sentence and Text. Amsterdam, Benjamins, pp. 59-85.

COTTE, P. (1992) Réflexions sur la linéarité, Travaux du CIEREC, 76, pp. 53-76.

CRISTOFARO, S. (2003) Subordination. Oxford : Oxford University Press.

CULICOVER, P., JACKENDOFF, R. (1997) Semantic subordination despite syntactic coordination. Linguistic Inquiry 28, pp. 195-217.

CULICOVER, P. & R. JACKENDOFF. (2005) Simpler Syntax. Oxford-New-York : Oxford University Press.

CULIOLI, A., (2002) Pour une linguistique de l’énonciation, Tomes I&II, Paris : Ophrys.

DELECHELLE, G. (1994) Relations inter-énoncés : de la subordination à la coordination", RANAM XXVII, Strasbourg, pp. 29-41.

DELMAS, C. (1987) Structuration abstraite et chaîne linéaire. Paris : CEDEL

DUCROT, O. et al. (1980) Les mots du discours. Paris : Minuit.

FABRICIUS-HANSEN, C. and RAMM W. (eds.) (2008) Subordination versus Coordination in Sentence and Text. Amsterdam : Benjamins.

GOURNAY, L. (1998) Étude contrastive de la coordination en français et en anglais, Paris : Ophrys.

GOURNAY, L. (2007) Les formes de la coordination notionnelle en français et en anglais. Cahiers de Recherche en Grammaire Anglaise. Paris : Ophrys.

GOURNAY, L. (2011) Connecteurs et altérités dans une perspective contrastive français-anglais. Revue française de linguistique appliquée 16/2 : 75-89. 

LANGACKER, R.W. (1991) Foundations of Cognitive Grammar. vol. 2 : Descriptive application. Stanford : Stanford University Press.

LAPAIRE, J.-R. et ROTGE, W. (1991) Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, troisième volet “La phrase complexe”, pp. 537-569.

LARCHER, P. (1992) De Bally à Ducrot : note sur les concepts de ‘coordination’ et ‘subordination’ sémantiques, La subordination, Travaux du CERLICO 5, Presses Universitaires de Rennes, pp. 29-42.

POLANYI, L. (1988) A formal model of the structure of discourse, Journal of Pragmatics 12, pp. 601-638.

QUIRK R., GREENBAUM, S., LEECH, G. and SVARTVIK, J. (1985) A Comprehensive Grammar of the English Language, Longman, chapter 13, pp. 918-988.

RANGER, G. (1998) Les constructions concessives en anglais : une approche énonciative. Paris : Ophrys.

SEKALI, M. (1992) Coordination et création de l’implicite : une étude du connecteur but, TELOS n° 1 : Approches énonciatives de l’énoncé complexe, Edition Peeters, Louvain-Paris, pp. 109-119.

SEKALI, M. (2007) ‘He’s a cop but he isn’t a bastard’ : an enunciative approach to some pragmatic effects of the coordinator but. in Connectives as Discourse Landmarks, John Benjamins Publishing Company, Pragmatics & Beyond New Series, 161, pp. 155-175.

SEKALI, M. (2010) Coordination et dynamique discursive : étude comparative des coordonnants anglais and, or, but et for. In : Florea, Papahagi, Pop, & Curea (eds.) DIRECTIONS ACTUELLES EN LINGUISTIQUE DU TEXTE, Cluj-Napoca : Casa Cărţii de Ştiinţă, pp. 235-245.

SEKALI, M. (2011) Counter-subordinative coordination vs. co-subordinative coordination : a syntax/semantics interface study of BUT and FOR. In : D. Hornsby (ed.) INTERFACES IN LANGUAGE 2, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, pp. 3-18.

SEKALI, M., TRÉVISE, A. (2012) Mapping filters and parameters of meaning : issues and tools for interface analyses of meaning construction. In : M. Sekali and A. Trévise (eds.) Mapping Parameters of Meaning, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, pp. 1-13.

SEKALI, M. (2012) Coordination et sens relationnel : formes schématiques, paramètres contextuels et instructions de cible. In M. Sekali (ed.) « Paramétrer le sens ? Etudes de cas », CORELA Numéros Thématiques.

SEKALI, M. (2012) Le paramétrage linguistique du sens : pour une linguistique des interfaces. In M. Sekali (ed.) « Paramétrer le sens ? Etudes de cas », CORELA Numéros Thématiques.

TREVISE, A., CONSTANT, L. (2007) Asyndète et construction du fictif dans certaines variétés d’anglais. In : A. Celle, S. Gresset & R. Huart (eds.) Les connecteurs, jalons du discours, pp. 71-94.

VAN VALIN, R. D. Jr. (1999) Generalized semantic roles and the syntax-semantics interface. In : F. Corblin, C. Dobrovie-Sorin, and J.-M., Marandin (eds.), Empirical Issues in Formal Syntax and Semantics 2. The Hague : Thesus, pp. 373-389.

VAN VALIN, R. D. Jr. (2004) Semantic macroroles in Role and Reference Grammar. In : R. Kailuweit and M. Hummel (eds.) Semantische Rollen. Tübingen : Narr, pp. 62-82.

Notice biographique

Martine SEKALI est Professeur en Linguistique à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Directrice du groupe de recherches GReG (Groupe de Réflexion sur les Grammaires) de l’EA CREA (Centre de Recherches Anglophone), ses principaux axes de recherche concernent l’analyse des énoncés complexes et de l’argumentation à l’interface syntaxe/sémantique/pragmatique. Elle se spécialise également dans l’analyse de l’acquisition du langage par les jeunes enfants.

Quelques publications significatives récentes :

Sekali, M., Trévise, A. (2012) Mapping filters and parameters of meaning : issues and tools for interface analyses of meaning construction. In : M. Sekali and A. Trévise (eds.) Mapping Parameters of Meaning, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, pp. 1-13.

Sekali, M. (2012) The emergence of complex sentences in a French child’s language from 0 ;10 to 4 ;01 : causal adverbial clauses and the concertina effect. In : M. Sekali (ed.) First-language acquisition of French grammar (from 10 months to 4 years old), Journal of French Language Studies, 22, Cambridge : Cambridge University Press, pp. 115-141.

Sekali, M. (2012) Coordination et sens relationnel : formes schématiques, paramètres contextuels et instructions de cible. In : M. Sekali (ed) « Paramétrer le sens ? Etudes de cas », CORELA Numéros Thématiques.

Sekali, M. (2012) Le paramétrage linguistique du sens : pour une linguistique des interfaces. In : M. Sekali (ed) « Paramétrer le sens ? Etudes de cas », CORELA Numéros Thématiques.

Sekali, M. (2011) Counter-subordinative coordination vs. co-subordinative coordination : a syntax/semantics interface study of BUT and FOR. In : D. Hornsby (ed.), Interfaces in Language 2. Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, pp. 3-18.

Sekali, M. (2007) ‘He’s a cop but he isn’t a bastard’ : an enunciative approach to some pragmatic effects of the coordinator but. In : Connectives as Discourse Landmarks, John Benjamins Publishing Company, Pragmatics & Beyond New Series, 161, pp. 155-175.

Haut de page

Notes

1 On peut aussi s’interroger sur notre représentation même de la linéarité : une ligne, après tout, n’est pas forcément droite (elle peut être courbe, sinusoïdale, circulaire, en spirale …). Rien ne dit non plus qu’elle soit forcément horizontale (les concepts d’amont et d’aval signalent d’ailleurs une certaine verticalité, ou plutôt une profondeur, qui peuvent être fécondes en linguistique).

2 Je développe l’analyse de ce paramétrage de la cible de la coordination, et de la construction des valeurs référentielles qui en résulte, en particulier dans un article pour la revue CORELA (cf. Sekali 2012).

3 Bien que le coordonnant anglais BUT ne soit pas strictement parallèle au français MAIS (cf. en particulier les emplois analysés dans Ducrot 1980 et Gournay 2011), la contre-orientation argumentative de BUT correspond à ce que Anscombre et Ducrot (1977 ; 1983) dénomment « anti-orientation » dans leurs études de MAIS, à la différence près que dans leurs analyses, ce sont les termes de la relation qui ont une orientation argumentative différente (ils déclenchent des conclusions différentes en relation à un topos), alors que dans mon analyse, c’est le coordonnant qui marque cette orientation, et définit l’existence d’un troisième terme non forcément préexistant à la relation.

4 C’est moi qui souligne.

5 Je rappelle que j’entends par « thématisation » le choix d’un terme de départ dans une relation de repérage (ici repérage inter-énoncés). Ce choix aboutit à une « organisation thématique », c’est-à-dire une orientation en terme repère/terme repéré, au sein de la relation construite.

6 Cf. mon analyse d’exemples du type « He’s a cop but he isn’t a bastard » (Sekali 2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Orientation argumentative et dynamiques relationnelles
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2 : Mouvement prédicatif marqué par AND
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 3 : Mouvement prédicatif marqué par OR
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 4 : Dynamique horizontale avec AND
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 5 : Dynamique verticale avec OR
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 6 : Schéma opératoire de BUT
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7 : Dynamiques relationnelles dans l’exemple 17
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 8 : Schémas opératoires de BUT et FOR
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 9 : Schémas opératoires des coordonnants anglais
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3422/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine SEKALI, « La coordination en 3D », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/3422 ; DOI : 10.4000/erea.3422

Haut de page

Auteur

Martine SEKALI

Université Paris Ouest Nanterre. CREA EA 370-GReG
sekali@u-paris10.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org