Navigation – Plan du site
L'ordre des mots dans l'espace de la phrase

« Up came the leaves » : l’antéposition des groupes prépositionnels (GP) et particules adverbiales comme marqueur de style

Jean ALBRESPIT

Résumés

Le but de cette communication est double. Il s’agit dans un premier temps de réexaminer les cas d’antéposition des groupes prépositionnels et des particules adverbiales en revenant sur les mécanismes linguistiques qui rendent possible le réagencement syntaxique. Les explications en termes de cohérence discursive et d’emphase sont aussi revues et discutées.
Dans un deuxième temps nous formulons l’hypothèse que l’antéposition est un marqueur de style. L’étude vise à montrer que le changement de l’ordre des mots signale un changement de plan dans la narration en même temps qu’un style de narration différent. Ce phénomène est particulièrement visible dans la littérature de jeunesse. La notion de style est examinée dans ses rapports avec la construction linguistique.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Les particules adverbiales associées à un phrasal verb à sens métaphorique ne peuvent être antéposé (...)

1« Up came the leaves », « off we go », « away she went », « down he slid to the ground », « up the path he came » : ces expressions avec antéposition d’une particule adverbiale1 ou d’un groupe prépositionnel se rencontrent avec une relative fréquence dans certains textes narratifs, en particulier dans la littérature de jeunesse, les comptines, les nursery rhymes, les poèmes. L’exemple (1) ci-dessous est extrait d’un livre pour enfants. La forme étudiée se trouve de façon typique dans une partie narrative et signale un événement qui est saillant (le fait même de le présenter dans une structure de ce type créé un effet de focalisation), correspond à un changement de thème (il est question d’abord de fleurs avant d’évoquer les feuilles) même s’il est dépendant du co-texte à gauche, dans lequel les procès « wake up » et « grow » établissent le domaine de référence :

(1) All over the garden, little animals were waking up. They had been having their winter sleep, and they were very cross. They came out into the garden, yawning sleepily.
“It’s too early for summer.” They grumbled.
“We want to go back to sleep.”
The flowers had been asleep under the snow. They woke up and began to grow. Up came the leaves, and then the flowers. (Valerie Thomas & Korky Paul, Winnie the Witch)

  • 2 Aucune occurrence de phrases de ce type dans Frantex.

2Le travail présenté sera centré sur ce type d’antéposition avec inversion sujet-verbe et verbe de déplacement. L’objectif général visé est d’essayer de comprendre comment une construction linguistique peut se spécialiser dans un genre littéraire ou un type de discours. Ce type d’inversion est en outre inhabituel pour un francophone dans la mesure où il n’y a pas d’équivalent en français - il n’y a pas de verbes à particule et déplacer un GP n’est acceptable qu’au risque de produire un effet très étrange ( ? ?dans la cave ils descendirent)2.

3Si ces inversions apparaissent surtout dans les textes de fiction, on en trouve aussi en oral spontané, particulièrement dans des formes lexicalisées, c’est-à-dire des formules toutes faites comme off you go, on we go.

  • 3 I = initial position

4Quirk (1985 :522) signale la dimension stylistique dans l’emploi de l’antéposition :
Direction adjuncts are put in
I3 virtually only in literary English and in children’s literature (stories, poems, and nursery rhymes). A few exceptions occur in informal speech, mainly with go, come and (more restrictedly) get.

5Cette structure s’inscrit dans une « famille » de structures à inversion. Les exemples suivants (2 à 5) illustrent les différents cas de figure :

(2) ‘Oh! ... I think Heffalumps come if you whistle.’
‘Some do and some don’t. You never can tell with Heffalumps. Well, good night!’
‘Good night!’

And off trotted Piglet to his house TRESPASSERS While Pooh made his preparations for bed. (Alan N. Milne, Winnie the Pooh, p. 57)

(3) And then he had a Clever Idea. He would go very quietly to the Six Pine Trees now, peep very cautiously into the Trap, and see if there was a Heffalump there. And if there was, he would go back to bed, and if there wasn’t, he wouldn’t. So off he went. (Alan N. Milne, Winnie the Pooh, p. 61)

(4) “Very well. Off with you, then!” (Renee Bernard, A Rogue’s Game-CoCA)

(5) “But I can’t have liars and tricksters aboard. They are a danger. So home you go” (Mary A Turzillo, An Old-Fashioned Martian Girl-CoCA)

(6) “Here comes the train, Timmy!” said George. (Enid Blyton, Five Fall into Adventure, 1950)

(7) He thought he would go and buy some sweets. So up he got and down the street he went. (Enid Blyton, The Three Golliwogs)

(8) And while he was still laughing - Crash went the Heffalump’s head against the tree-root, Smash went the jar, and out came Pooh’s head again... (Alan N. Milne, Winnie the Pooh, ch. 5)

(9) Putt, putt goes Farmer Bear’s tractor (Richard Scarry, Splish-Splash Sounds)

  • 4 PA : particule adverbiale ; V : verbe ; GN : groupe nominal ; PREP : préposition/groupe préposition (...)

6Il s’agit de structures dans lesquelles une particule adverbiale (parfois un adverbe) ou une préposition est antéposée. Les types suivants sont les plus fréquents : PA-V-GN4 (2) ; PA-PRO-V (3) ; PA-PREP-PRO (4) ; ADV-PRO-V (5) ; ADV-V-GN (6) ; PREP-V-GN (7). Dans les livres pour enfants, on trouve aussi des onomatopées (7) et (8) qui occupent la place d’une particule adverbiale dans la structure.

7Le but de cet article est double. Il s’agit dans un premier temps de réexaminer les cas d’antéposition des groupes prépositionnels et des particules adverbiales en revenant sur les mécanismes linguistiques qui rendent possible le réagencement syntaxique, ainsi que sur le rôle du contexte, le type de préposition ou de particule et le type de verbe. Les explications en termes de cohérence discursive et d’emphase sont aussi revues et discutées.

  • 5 BNC, British National Corpus : Web. 30/04/2013.
  • 6 CoCA: Corpus of Contemporary American English:Web. 30/04/2013.

8Dans un deuxième temps nous allons nous attacher à montrer que l’antéposition est un marqueur de style. L’étude vise à montrer que le changement de l’ordre des mots signale un changement de perspective dans la narration. Ce phénomène est particulièrement visible dans les livres illustrés pour les enfants. La notion de style est examinée dans ses rapports avec la construction linguistique. L’analyse s’appuie sur un corpus de blogs, de romans et plus particulièrement sur un sous-corpus d’histoires et de romans pour enfants et sur les corpus BNC5 et CoCA6.

2. Le développement des structures à inversion

  • 7 Sources :

9La littérature de jeunesse en tant que genre est considérée comme étant apparue au milieu du 18e siècle7. On trouve des structures à inversion dès les premiers écrits pour enfants :

(10) Here Margery stopped, and ran up to the Door, Tap, tap, tap. Who’s there? Only little goody Two-Shoes, answered Margery, come to teach Billy. Oh Little Goody, says Mrs Wilson, with Pleasure in her Face, I am glad to see you, Billy wants you sadly, for he has learned all his Lesson. Then out came the little Boy. (Goody Two-Shoes, A Facsimile Reproduction Of The Edition Of 1766, ch. 5. Auteur anonyme)8.

  • 9 Lamont (2005)

10On peut émettre l’hypothèse que l’usage était établi dans la langue orale et a été conservé dans la langue écrite. Le développement des verbes composés (phrasal verbs) s’est fait à partir du moyen-anglais (en vieil anglais, les verbes étaient préfixés, par exemple forbærnan avec le sens de burn up9) et s’est pleinement développé à partir du 17e siècle.

11L’utilisation de l’inversion ne peut évidemment dater que de la période du développement des verbes composés. Sur une période plus récente et limitée (1810-2000), le corpus CoHA10 donne un aperçu de l’évolution des emplois de l’inversion particule adverbiale/sujet. Nous avons pris à titre d’exemple les occurrences de « out came + Sujet » et « up came + Sujet ». On peut constater une augmentation de leur nombre jusqu’en 1900 pour atteindre une trentaine d’occurrences puis une diminution jusqu’en 2000, plus forte avec « up came + Sujet » (5 occurrences) qu’avec « out came + Sujet » (20 occurrences). Il est difficile de tirer des conclusions étant donné le petit nombre d’occurrences. Il faudrait aussi faire une étude sur un nombre plus conséquent de formes différentes. Il est cependant intéressant de voir que ce phénomène d’inversion reste assez marginal dans un corpus général (écrit et oral) et a pu correspondre, en anglais américain, à un phénomène de mode (au début du 20e siècle).

3. Types de constructions à inversion

12Les constructions les plus représentées dans le corpus sont les suivantes :

[gpup the path] [sv [pr he] [v came] ]
[gpup the path] [svcame [GNa hundred stout men] ]

13Ce sont des formes brèves, destinées le plus souvent à être percutantes :

(11) “Stand by! One – two – three – away you go!”

14And away she did go! Why, she seemed to whiz out of sight in a second. (M. Twain, Tom Sawyer Abroad)

15Des contraintes pèsent sur les structures GP-V-GN, en particulier l’impossibilité d’avoir un pronom en position finale et l’obligation d’inversion avec un GN. Considérons l’occurrence suivante:

(12) Then up the path, hopping along with his crutch, came poor, puzzled Wiggie, wondering if everyone was quite, quite mad. (E. Blyton, The Three Golliwogs, 1944, édition utilisée: 1968)

16Le GN ne peut être remplacé par un pronom : *Up the path came he. L’ordre GP-GN-V n’est pas non plus possible: * Up the path poor, puzzled Wiggie came. Certains auteurs (J.-C. Souesme par exemple) expliquent ce phénomène en disant que le pronom étant une reprise ne peut apparaître en position finale, rhématique. En revanche le GN (« poor, puzzled Wiggie » dans l’énoncé 12) peut apparaître en position finale. L’énoncé suivant montre bien que l’inversion permet d’introduire un élément nouveau. Il y a donc deux phénomènes en même temps : focalisation sur la particule adverbiale et dévoilement d’un élément rhématique avec le GN, les deux phénomènes étant liés :

(13) On our last day, nearly at the trailhead, we heard a loud crashing noise from the brush near the creek and out came a bull. The bull spotted us and without any hesitation it broke into a full charge at top speed. (Backpacker, 2010-CoCA)

3.1. Le type de combinaison verbe-préposition ou verbe-particule

17La particule adverbiale de certains verbes composés ne peut pas être antéposée, car elle doit garder un sens spatial non métaphorisé :

  • 11 Huddleston & Pullum (2002: 284-5)

*Down it broke
*Off went the milk
*Up pay the patrons
*In gave the bandits11

18On ne peut pas isoler la particule adverbiale car elle est indissociable de la construction du verbe et il n’y a alors pas de sélection possible : broke down ne s’oppose pas à broke up alors que down he went entre dans un paradigme dans lequel on peut trouver up he went, away he went, over he went, along he went.

19En isolant la particule ou le GP, il y a toujours la possibilité d’introduire un accent contrastif guère envisageable dans les verbes composés de type break down.

3.2. Les types de verbes

20Dans la liste suivante : go, come, get (dans son sens de go, arrive), dart, dive, drop, fly, slide, spring, swim, sink, rush, run, tous les verbes sont des verbes de déplacement. L’éventail est somme toute assez restreint et les verbes qui reviennent le plus souvent sont go et come, verbes si souvent utilisés qu’ils se détachent comme des verbes prototypiques de cette construction, en quelque sorte comme des métaverbes, ce qui indique un degré de codification de cette antéposition assez élevé. Ces deux verbes ont un sémantisme « léger » (« informationally light ») : leur contenu aspectuel lexical est limité à l’indication d’un mouvement à partir d’un point de référence ou vers ce point, à la différence de fly par exemple, verbe qui donne des informations sur la nature du déplacement, comme dans l’énoncé (14) :

(14) Down flew a handsome drake, on to the muddy bank beneath the hide. (P. Ehrlich & S. Naeem, Birdwatcher’s Year. Oxford: O.U.P., 1994-BNC)

21Un verbe spécialisé (swim ; dive ; drop) attire l’attention sur la manière du déplacement alors que l’attention est déplacée sur la préposition, c’est-à-dire sur la direction du déplacement. Il y a donc conflit entre deux points de focalisation.

22Dans le modèle off PRO V (habituellement off PRO GO), lorsque d’autres verbes que go sont sélectionnés il s’agit la plupart du temps de reprise terme à terme ou de reprise sous la forme d’un synonyme d’un verbe déjà mentionné, comme en (15) :

(15) Then they resumed their journey, the little grey Queen of the Field Mice running swiftly ahead and then pausing until the travelers drew near, when away she would dart again. (L. F. Baum, The Marvelous Land of Oz)

23Le verbe dart est une reprise de run swiftly, et l’adverbe again renforce l’interprétation anaphorique. De même, dans l’énoncé (12), l’occurrence de slide est préparée en amont dans le texte par leaning over/trying to reach/slip, et en (13) par la mention de backflipped into the water :

(16) Uncle Podger would have to measure it again. He would use a bit of string this time, and at the critical moment, when the old fool was leaning over the chair at an angle of forty-five, and trying to reach a point three inches beyond what was possible for him to reach, the string would slip, and down he would slide on to the piano, a really fine musical effect being produced by the suddenness with which his head and body struck all the notes at the same time. (J. K. Jerome, Three Men in a Boat)

(17) They geared up, sat on the railing and backflipped into the water. Down they swam to the cathedral, approaching it from the front from where it looked like the bastions of some timeless underwater archdiocese. (The Engulfed Cathedral, Analog Science Fiction & Fact, New York: Jan/Feb 2008-CoCA)

24En (18), l’anaphore est associative, avec la reprise d’un élément présent notionnellement dans le contexte (car en l’occurrence) :

(18) Philip became very furious, threw my card through the window and stopped the car and told me to alight and off he drove fast leaving me in a cloud of dust. (http://www.baptbara.org/​success.php?id=2. 30/04/2013.)

25Cependant la contrainte sémantique sur la sélection des verbes est assez forte. Le verbe swim, par exemple, dont nous n’avons relevé aucune occurrence dans le BNC dans une structure à inversion, ce qui montre le peu d’affinité sémantique du verbe avec ce schéma syntaxique, demande un frayage, une construction textuelle préalable, avec une première mention de swim et un contexte dans lequel le fait de s’éloigner à la nage n’est pas une surprise, pour pouvoir être utilisé dans la structure comme dans l’exemple (17) déjà mentionné ou en (19) ci-dessous :

(19) Suddenly he had an idea: If he left his group and swam alone maybe he would meet a fish that wouldn’t be afraid of him. So off he swam deep into the ocean where he hoped to find a friend. (http://www.eachnewday.com/​Prose/​Daniel_the_shark.htm. 30/04/2013.)

26D’autres verbes, tels que dive (off PRO dive) sont des candidats encore moins probables, mais bien sûr pas totalement exclus. Nous n’avons trouvé qu’un seul exemple de dive:

(20) One day an unsuspecting youth trotted out to the end of the board and looked down. Since the water was murky, he couldn’t see the depth – so off he dived. (The Free Lance Star, Fredericksburg, Virginia, 12/06/1951)

3.3. Syntaxe des constructions à inversion

  • 12 Mendikoetxea 2006.

27Ce phénomène d’antéposition a surtout fait l’objet d’analyses syntaxiques. Les tentatives pour définir des critères dans la sélection du verbe (les verbes pouvant être employés dans cette inversion seraient des verbes inaccusatifs, sans argument externe – sujet – et ayant un GP comme argument interne, le verbe prototypique étant come) se heurtent à la difficulté de faire entrer tous les verbes intransitifs dans les deux catégories, inaccusatifs/inergatifs, et ce d’autant plus que l’antéposition admet des verbes des deux types, comme par exemple les verbes indiquant la manière du déplacement12 tels que ride et walk. Ces verbes sont cependant considérés comme inaccusatifs, en raison d’un changement sémantique postulé qui serait dû à la présence d’un complément indiquant la direction.

  • 13 Culicover & Levine 2001 donnent la définition suivante: “light inversion (LI), in which the postver (...)

28D’autres distinctions sont faites entre « heavy inversion » et « light inversion »13. Ces critères semblent peu convaincants car la catégorisation n’est pas assez puissante pour éliminer des impossibilités. Tout verbe de déplacement est susceptible d’être employé, à condition que la compréhension puisse être immédiate.

3.4. Temps, aspect, modalité

29Comme cela a été noté par Quirk et al. (1985) et Huddleston & Pullum (2002), le verbe est à une forme simple dans l’immense majorité du corpus : présent simple ou au prétérit simple.

30On trouve cependant quelques cas avec emploi de l’auxiliaire modal would (exemples 15 : away she would dart again et 16 : down he would slide). Would est le seul modal relevé dans le corpus. Il a son sens « fréquentatif ». Il est impossible d’utiliser d’autres modaux (*down he /should/could/might/must slide). Il ne peut y avoir une évaluation de nature épistémique, le procès étant présenté comme engagé, donc effectif. Would, dans son emploi de modalité radicale, de propriété du sujet, ne change pas le caractère effectif de l’événement et ne fait que renforcer le sens d’évènement itéré.

31Les énoncés avec inversion présentent un état de fait comme en construction. La relation prédicative, disloquée et reformée, ne peut pas être affectée d’une modalité. Une fois instanciée, il n’y a pas de retour possible. Après avoir posé la direction du mouvement, le mouvement lui-même devient un acquis qui ne peut être remis en question ou modulé.

32Dans l’énoncé (21) qui est un extrait d’un compte-rendu d’une opération militaire, la structure à inversion (Away we went) est en incise : il s’agit d’un fait énoncé, préparé par le texte avant, non soumis à évaluation.

(21) Once on the chopper, the crew chief pointed to an M-60 near the ramp and yelled through all of the noise, that if we go down, we would go down ramp first, and I was to “rake the LZ”. (That must have been the “tail gunner” position that you mentioned.) The Corporal was assigned to the port side 50 cal. as “a back-up”. Away we went. The Corporal came over and assured me that everything was going to be okay. (http://www.popasmoke.com, 30/04/2013.)

33Il ne serait pas possible de remettre en question la relation prédicative, au moyen d’un modal épistémique par exemple : Away we might have gone, but the Corporal told us the order was cancelled. L’antéposition des GP constitue déjà une forme de prise de position par rapport à la narration, l’affirmation d’un point de vue qui empêche la mention de toute autre subjectivité.

34L’auxiliaire do peut en revanche être utilisé, bien que les occurrences dans le corpus soit rares. Il n’y a pas remise en cause de la relation prédicative, mais au contraire réaffirmation de sa validation. Reprenons l’énoncé (11) déjà cité :

(11) “Stand by! One – two – three – away you go!”
And away she did go! Why, she seemed to whiz out of sight in a second. (M. Twain, Tom Sawyer Abroad)

35La structure « away you go ! » qui correspond à une injonction est rappelée sous la forme « And away she did go ! ». Il y a à la fois reprise et annonce de la réalisation de l’action au-delà de ce qui était attendu, ce qui est indiqué dans la suite de l’énoncé (« Why, she seemed to whiz out of sight in a second »).

36L’expression avec antéposition est d’ailleurs le plus souvent présentée « en bloc ». Il est rare d’introduire une proposition à l’intérieur de la proposition avec inversion comme dans l’énoncé ci-dessous :

(22) Then up the path, hopping along with his crutch, came poor, puzzled Wiggie,wondering if everyone was quite, quite mad. (E. Blyton, The Three Golliwogs)

37L’incise (hopping along with his crutch) permet d’introduire le verbe hop qui est ensuite repris par le verbe come qui constitue un rappel dynamique du mouvement.

38On ne trouve pas non plus d’occurrence de be + -ing : *down he was sliding car la particule adverbiale marque aspectuellement le début de l’événement, la frontière entre l’événement non actualisé et l’événement actualisé alors que be –ing indique que la validation du procès est assurée, que le procès est présenté comme étant en cours.

39Le fait de poser le GP indique que le procès ne peut être remis en cause – il doit obligatoirement être activé sans qu’il soit possible de dire qu’il n’a pas lieu, en négativant : *down he wouldn’t slide.

3.5. Préposition et particule adverbiale

40Cependant les seules propriétés sémantiques des verbes ne suffisent pas à autoriser leur usage dans l’antéposition. Le type de préposition ou particule adverbiale a aussi de l’importance. Comme pour les verbes, le choix possible est relativement restreint. Les éléments que l’on trouve avec la plus grande fréquence dans le corpus sont les suivants : up, down, away, on, puis over, off, into, through. Up et down sont statistiquement les éléments les plus représentés. On rencontre avec une fréquence moindre des prépositions telles que round :

(23) Round the house they went, and met with a crash at the back door, but no sign of the thief appeared. (Louisa May Alcott, Under the Lilacs)

41Seule la préposition est possible, round ne peut être employé dans sa fonction de particule : *round she turned

42Comme pour les verbes, il y a un certain degré de préconstruction dans une expression qui est dans une certaine mesure stéréotypée ou du moins codée.

43Ces prépositions sont sélectionnées pour plusieurs raisons. Up permet de créer un effet de surprise, d’apparition soudaine. En (24) ci-dessous, la vidéo s’incruste soudain à l’écran, en (25) l’adverbe suddenly souligne cet effet et en (26) l’onomatopée boom indique aussi l’effet de surprise :

(24) While typing in a topic, up came a horrible animal abuse video. (http://groups.google.com/​a/​googleproductforums.com/​. 30/04/2013.)

(25) Suddenly, up came Miss Stark, bold as brass and dressed in gold foil. (M. Lipman, Thank You for Having Me. London: Robson Books Ltd, 1990-BNC)

(26) Real cold winters and fairly humid springs/summers. The plant THRIVED! If it looked a little droopy all I had to do was water it and BOOM, up came the leaves. (http://www.flowershopnetwork.com/​blog/​. 30/04/2013.)

44Il y a également une question de point de vue avec l’association up/came : un objet ou une personne qui se rapproche de l’observateur. L’association go + up, indiquant l’éloignement à partir du point d’observation (c’est-à-dire que le point de vue n’est pas celui de l’énonciateur) est d’ailleurs beaucoup plus rare, nous n’en avons qu’un seul exemple :

(27) He rested his bike against the wall and pushed the gate open. Up the path he went, without a glance left or right, until he reached the door. He turned the handle and went in. (Richard Gunther, The Jacket, 2013, http://www.christart.com/​christianbooks/​read/​4903/​1. 30/04/2013.)

45Avec out, on retrouve cet effet de surprise, de mouvement vers l’extérieur et vers le point de référence, celui de l’observateur :

(28) At last one unlocked the door – and out sprang the station-master, purple in the face. (E. Blyton, The Three Golliwogs)

(29) The door swung open almost before the train stopped. Out came a big boy, and helped down a small girl. Then came another boy, not quite so tall as the first one, with a bag in each hand. (E. Blyton, Five Fall into Adventure)

46Alors que des prépositions comme along apparaissent essentiellement dans des contextes anaphoriques ; il n’y a pas d’apparition, pas de fait nouveau, ce qui est marqué par so anaphorique en (30) et (31) :

(30) “Come along”. So along they went; Tipingee, Patrice, and Father Leon, with two or three of the small children running after them for a chance to get inside the great house. (N. Hopkinson, From Griffonne, 2003-CoCA)

(31) They chased those horses over the hill and out of site. He did not want to be a part of the raid, as he might stop a bullet, so over the hill he went with a bunch of horses leaving the enemy without transportation. (http://www.nps.gov/​bica/​historyculture/​joseph-medicine-crow.htm. 30/04/2013.)

47Avec down le mouvement s’effectue du point de référence vers un point visé :

(32) They geared up, sat on the railing and backflipped into the water. Down they swam to the cathedral, approaching it from the front from where it looked like the bastions of some timeless underwater archdiocese. (The Engulfed Cathedral, Analog Science Fiction & Fact, New York: Jan/Feb 2008-CoCA)

48Avec on, la majorité des occurrences apparaît avec le sens de « continuer » comme en (33), mais le plus souvent avec le sens de mettre un vêtement, des chaussures, etc. comme en (34) :

(33) Then one day, Otto caught sight of a red motorcycle just disappearing into an alley. Quick as a wink, the old car went after him, with the master tugging and straining at the steering wheel, trying to turn him back. But on went Otto, paying no attention to him, for the motorcycle had whisked out of the other end of the alley and off down another street Otto had never seen before. (Genevieve K McConnell, Wild Moty. Child Life, 1997-CoCA)

(34) Side by side, each group forded the river, straining against a deceptively strong current. By the time they reached the far bank, their feet and legs were numb. Off came the sneakers and on went the hiking boots. (Alan Van Zelfden, Death came : Not This Day. Boys Life, 2003-CoCA)

49L’effet stylistique créé est celui de théâtralité, d’emphase, parfois de grandiloquence. Il y a soit reprise d’un mouvement, mais avec une nouvelle énergie, soit mise en marche d’un mouvement, qui n’est pas horizontal mais vertical :

(35) The itsy bitsy spider crawled up the water spout.
Down came the rain, and washed the spider out.
Out came the sun, and dried up all the rain,
and the itsy bitsy spider went up the spout again.

50Enfin, dans les énoncés (36) et (37), il y a un ordre, une injonction souvent atténuée (36), l’équivalent d’un impératif. A l’inverse, dans certains contextes, cet ordre peut apparaître comme brutal (37) car l’accent est mis sur la direction, la rupture, le passage de l’intérieur vers l’extérieur, le procès (go) passant au second plan et n’étant plus que verbe support :

(36) “Oh, off you go, Celia.” Lizzie gave her friend a gentle nudge towards the door. (E. Essex, The Pursuit of Pleasure, New York: Kensington Pub, 2010-CoCA)

(37) ‘Right, off you go!’ he yelled. (Russell Stannard, Black Holes and Uncle Albert- BNC)

51Les sujets, dans ces structures, ont essentiellement les traits sémantiques /humain/ ou /animal/. On ne trouve des non animés que dans des nursery rhymes comme en (35) ou dans des formules lexicalisées, souvent issues des nursery rhymes, dans des descriptions poétiques comme en (38) ci-dessous. L’effet produit est souvent celui d’une attente enfin comblée. Il n’y a pas simple chronologie. Le ton est celui d’un auteur qui ne se prend pas au sérieux ou de celui qui cherche à donner une tonalité de texte ancien ou un tour poétique :

(38) Bright rose the sun upon the “White Hart” tavern that stands within Eltham village, softening its rugged lines, gilding its lattices, lending its ancient timbers a mellower hue. (…) Up rose the sun higher and higher, chasing the morning mists from dell and dingle, filling the earth with his glory and making glad the heart of man, and beast, and bird. (Jeffery Farnol, The Amateur Gentleman, 1913, Chapter 52)

52Enfin, l’accumulation de constructions à inversion peut donner une impression de grande activité, d’événements qui semblent être autonomes, sans mention d’une agentivité :

(39) The heavy meal created a sleepy start to the afternoon’s labor; the crew struggled through it and soon hit its normal, fast pace. Up went the black sheathing. On went the plywood roof. Down went the tar paper and rolled roofing. In went a metal door and two metal window frames. (Ed Will, Denver Post-CoCA, 1998)

4. L’inversion marqueur de style

53L’inversion de ce type apparaît souvent dans la narration à un moment de « condensation narrative », de mouvement, de changements rapides. Il y a alors mise en scène, mise en place d’une perception différente des événements, d’une stratégie discursive qui vise à interpeller le lecteur (ou l’auditeur dans le cas d’histoires lues à voix haute).

54On rencontre assez fréquemment des inversions après un tiret, c’est-à-dire après une rupture pour mettre en scène le procès, relancer l’attention :

(40) But the branch broke – and down he slid to the ground with a bump that shook all the breath out of his body. (E. Blyton, The Three Golliwogs)

(41) At last one unlocked the door – and out sprang the station-master, purple in the face. (E. Blyton, The Three Golliwogs)

(42) The fourth ( !) person we picked up was Lucius ; we saw him walking at a very quick pace (for him) along the river path, as soon as his son told him we were waiting for him – up the path he came, Brenda gave him the front seat and Brenda and Lucius’s son, Borgella, hopped into the back. (http://mchbjh.blogspot.com/​. 30/04/2013.)

55Il s’agit alors de créer un « effet d’annonce », de donner du rythme avec un débit différent. La narration repart après une pause. En (43), ce rythme et donné par la succession des procès coordonnés par and :

(43) ‘Bring him right down to the caves,’ said Dick. (…) So down the narrow passages and into the little cave with the hole in the roof they all went, Timmy feeling as if he didn’t quite know which of his legs to use next. (Enid Blyton, Five Fall into Adventure)

56La narration change alors littéralement de direction. Tout en s’appuyant sur ce qui vient d’être énoncé, le narrateur marque un changement de perspective, une focalisation sur un autre sujet, le passage à l’action comme en (44) où l’on peut voir l’opposition entre les procès stop tell et go, le point d’appui étant le mot « goodbye » qui assure la cohérence discursive :

(44) “Stop a minute,” cried Mole. “Tell me slowly.”
“No. It’s a secret,” said Hare. “Good-bye till Party Day.”

57Away he went, rolling the silver coin towards home. On the way back, he met little Fuzzypeg, coming home from school. (Alison Uttley, Fuzzypeg Goes to School. London, Collins: 1938, 1986)

58L’inversion correspond à une stratégie de « retardement » de la mention du sujet, comme en (45) et (46) :

(45) I was just beginning to enjoy myself at this dance, when up came Section Officer Hutchcroft, the junior Waaf Officer, the light of battle in her eyes. (J. Beech One WAAF’s War, Tunbridge Wells: D J Costello Ltd, 1989-BNC)

(46) The door swung open almost before the train stopped. Out came a big boy, and helped down a small girl. Then came another boy, not quite so tall as the first one, with a bag in each hand. (E. Blyton, Five Fall into Adventure)

59Dans ces énoncés, un effet de suspense est créé. En (45), l’événement soudain déclenché par le procès come up, renforcé par la description du personnage (the light of battle in her eyes) vient contrarier la situation installée par le verbe de la principale enjoy. En (46), l’effet théâtral est assuré par la description de la porte qui s’ouvre d’elle-même (l’agentivité est gommée par le recours à une forme ergative) avant de permettre au lecteur de découvrir les voyageurs. On peut remarquer que dans le cas de « came up » il n’y a pas symétrie entre forme avec inversion et sans inversion. L’énoncé ?Section Officer Hutchcroft came up # n’est guère acceptable sans un complément, par exemple Section Officer Hutchcroft came up to me.

60On pourrait voir là l’application du principe d’iconicité expérientielle (« principle of experiential iconicity ») tel que proposé par Enkvist (1981), c’est-à-dire que le monde physique se reflète dans l’ordonnancement des éléments linguistiques, avec un parallélisme entre l’expérience du monde et sa représentation linguistique. Il s’agit aussi d’une mise en scène, d’une reformulation dans le but d’obtenir un effet, de créer un impact sur le lecteur, de l’impliquer émotionnellement en employant des formules presque rituelles de la narration orale, car les histoires pour enfants sont destinées à être lues à voix haute. Il s’ajouterait alors dans la littérature de jeunesse un effet de « code commun », donnant un ton léger, évoquant des images comme plus haut en (35) ou en (47) ci-dessous :

  • 14 Dans ce vers, si l’on considère Jack comme un GN, l’obligation d’inversion mentionnée plus haut n’e (...)

(47) Jack and Jill went up the hill
To fetch a pail of water.
Jack fell down and broke his crown,
And Jill came tumbling after.
Up Jack got14, and home did trot,
As fast as he could caper;
To old Dame Dob, who patched his nob
With vinegar and brown paper.

61Il faut prendre en compte aussi, de façon très pratique, la possibilité qu’offre l’inversion de trouver des rimes. Dans le livre d’où sont extraits les exemples ci-dessous, l’inversion permet des rimes plus faciles. Elle permet aussi de donner des points d’articulation, de ponctuer le récit pour une lecture plus vivante (le livre est explicitement destiné à l’acquisition de la lecture, publié dans la collection « start reading ») :

(48) “Away we go,” says Captain Flo.
“Away we go,” says Joe,
“With me and you,
With Tiger, too,
And Pirates in a row.” (Clare Bevan, The Jolly Rascal, QED Publishing, 2005)

(49) “Up we go!” says Captain Flo.
“Up we go!” says Joe,
“Climb so high
We touch the sky.” (C. Bevan, The Jolly Rascal)

62La séparation du verbe et de la préposition ou particule adverbiale fait que la PREP/PA n’est plus seulement modificateur du verbe. Elle prend le pas sur le sémantisme de l’ensemble de la relation prédicative en devenant un élément saillant, en devenant un élément central, même si elle n’est pas vecteur de rhématicité.

5. Conclusion

63L’antéposition d’un GP ou d’une PA peut répondre à des besoins de focalisation et de continuité thématique. Mais ce n’est qu’une des possibilités offertes par l’antéposition. La rupture de la séquence attendue S-V-PA/PREP provoque de façon iconique une perspective différente sur le procès.

64Il s’agit peut-être d’un héritage d’un ordre des mots plus libre en vieil-anglais. Ce type d’inversion qui apparaît dans la narration est devenu un marqueur de style, donnant un ton léger, enjoué ou au contraire théâtral, se spécialisant dans la narration, dans la littérature de jeunesse. C’est dans ce sens que ce type d’antéposition a été appelé « marqueur de style ».

65En étant un procédé assez largement employé dans la littérature de jeunesse, elle est plus difficile à utiliser dans d’autres types de textes car elle risque de donner une teinte d’ironie ou d’humour, de créer un effet d’emphase, de donner un ton grandiloquent. Cependant, la spécialisation n’empêche pas la possibilité d’emploi dans d’autres registres. On peut trouver des exemples d’antéposition dans des passages à tonalité dramatique, par exemple dans cet extrait de The Scarlet Letter :

(50) For an instant, the gaze of the horror-stricken multitude was concentrated on the ghastly miracle; while the minister stood, with a flush of triumph in his face, as one who, in the crisis of acutest pain, had won a victory. Then, down he sank upon the scaffold! Hester partly raised him, and supported his head against her bosom. (N. Hawthorne, The Scarlet Letter, 1850)

66L’ordre des mots dans l’espace de la phrase a une incidence sur le texte lui-même, pas seulement à un niveau « local » et peut correspondre à une « codification », à un appel direct à l’attention du lecteur ou de l’auditeur.

67Le changement de l’ordre des mots est donc lié à plusieurs phénomènes dont la mise en relief de la particule adverbiale qui devient un élément saillant. En conséquence, la direction du mouvement est mise en avant. L’ordre « verbe de mouvement » - « direction du mouvement » est changé. La description du mouvement passe au second plan et devient le plus souvent marginale, d’où le recours à des verbes « neutres » comme go. Les contraintes qui pèsent sur cette construction sont nombreuses et sont à la fois syntaxiques et stylistiques. Dans la narration, la construction sert à annoncer ou à confirmer un changement (soudain) dans le déroulement des évènements.

68La langue a exploité une possibilité : la mobilité de l’adverbial pour le mettre en position focale. Mais cette possibilité a été utilisée à des fins narratives, bloquant jusqu’à un certain point la disponibilité d’emploi dans des contextes « sérieux » non narratifs. Cela ne veut pas dire que cette construction se rencontre exclusivement dans ces contextes, mais que la forme est devenue marquée stylistiquement.

Haut de page

Bibliographie

Birner, Betty. “Information Status and Word Order: An Analysis of English Inversion.” Language 70, n° 2 (1994): 233-259. Print.

Bradley, Johanna. From Chapbooks to Plumb Cake: The History of Children’s Literature. PhD Dissertation, University of Illinois at Urbana-Champaign, 2007. Print.

Coopmans, Peter. “Where stylistic and syntactic processes meet: Locative inversion in English.” Language 65 (1989): 728–51. Print.

Culicover, Peter W. & Robert D. Levine. “Stylistic Inversion in English: a Reconsideration.” Natural Language and Linguistic Theory. 19.2. (2001): 283-310. Web. 30/04/2013.

Enkvist, Nils Erik. “Experiential iconicism in text strategy.” Text 1.1 (1981): 97–111. Print.

Gournay, Lucie. « L’inversion locative : un cas particulier de prédication ». La Prédication. Faits de Langue n° 31-32. Dir. J-M. Merle. Gap, Ophrys (2008) : 263-275. Print.

Green, Georgia. “Some wherefores of English Inversions.” Language, 56 (1980): 582-601. Print.

Huddleston Rodney & Geoffrey K. Pullum, The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: C.U.P., 2002. Print.

Lamont, George J. M. The Historical Rise of the English Phrasal Verb. 2005. Web. 30/04/2013.

Mendikoetxea, Amaya. “Some notes on the syntactic, semantic and pragmatic properties of locative inversion in English.” Ed. M. Carretero et al. A Pleasure of Life in Words. A Festschrift for Angela Downing. Madrid : Universidad Complutense, 2006. Web 30/04/2013.

Mery, Renaud. « A propos des inversions sujet/verbe en anglais ». Anglophonia 14 (2003) : 149-175. Print.

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech & Jan Svartvik. A Comprehensive Grammar of the English Language. London: Longman, 1985. Print.

Searle, John R. & Daniel Vanderveken. Foundations of Illocutionary Logic. Cambridge University Press, 1985. Print.

Souesme, Jean-Claude. Grammaire anglaise en contexte. Paris : Ophrys, 1992. Print.

Talmy, Leonard. Toward a Cognitive Semantics. Cambridge: MIT Press, 2000. Print.

Haut de page

Notes

1 Les particules adverbiales associées à un phrasal verb à sens métaphorique ne peuvent être antéposées (cf. Quirk 523 : *down the car broke / *Up cracked the soldier)

2 Aucune occurrence de phrases de ce type dans Frantex.

3 I = initial position

4 PA : particule adverbiale ; V : verbe ; GN : groupe nominal ; PREP : préposition/groupe prépositionnel ; PRO : pronom ; ADV : adverbe ou GN à valeur adverbiale comme home dans (5).

5 BNC, British National Corpus : Web. 30/04/2013.

6 CoCA: Corpus of Contemporary American English:Web. 30/04/2013.

7 Sources :

(1) University of Delaware, World of the Child, http://www.lib.udel.edu/ud/spec/exhibits/child/early.htm. 30/04/2013.

(2) Bradley (2007)

8 Consultable en ligne http://www.gutenberg.org/files/13675/13675-h/13675-h.htm. 30/04/2013.

9 Lamont (2005)

10 Corpus of Historical American English: http://corpus.byu.edu/coha/. 30/04/2013.

11 Huddleston & Pullum (2002: 284-5)

12 Mendikoetxea 2006.

13 Culicover & Levine 2001 donnent la définition suivante: “light inversion (LI), in which the postverbal NP element can be phonologically and structurally extremely simple, possibly consisting of a single name, and on the other hand heavy inversion (HI), where the postverbal element is heavy in the sense of Heavy NP Shift. (…) Light inversion is restricted to unaccusatives, (…) heavy inversion is not”.

14 Dans ce vers, si l’on considère Jack comme un GN, l’obligation d’inversion mentionnée plus haut n’est pas respectée. Il s’agit certainement d’une liberté prise par l’auteur pour permettre la rime interne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean ALBRESPIT, « « Up came the leaves » : l’antéposition des groupes prépositionnels (GP) et particules adverbiales comme marqueur de style », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/3431 ; DOI : 10.4000/erea.3431

Haut de page

Auteur

Jean ALBRESPIT

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire LLC Arc Atlantique EA 1925.
Jean Albrespit est Professeur des Universités en linguistique anglaise à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Ses travaux portent sur le lexique (en particulier les phénomènes de dérivation et la néologie), l’anaphore et les phénomènes d’orientation du prédicat, dans une perspective énonciative. Il s’intéresse également à la syntaxe a publié récemment un ouvrage : Construire l’énoncé en anglais (Voix, négation, exclamation, interrogation) aux Presses Universitaires du Mirail.
jean.albrespit@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org