Navigation – Plan du site

La lutte contre la pauvreté et l’exclusion dans la Grande-Bretagne des années 80 et 90 : une exigence républicaine ?

Valérie AUDA-ANDRÉ

Texte intégral

Introduction

1À première vue, il peut paraître incongru de s’intéresser à l’idée républicaine par le biais d’une réflexion sur les programmes de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Les préoccupations des chercheurs en sciences sociales et autres spécialistes de la pauvreté peuvent sembler bien éloignées de celles des défenseurs de l’idée républicaine, tout particulièrement dans le contexte spécifique de la tradition des sciences sociales britanniques qui définit et mesure la pauvreté en termes essentiellement économiques. Toutefois, l’élasticité même du concept, sa polysémie, ainsi que son évolution historique et sa capacité à s’incarner différemment selon les circonstances ou selon les théoriciens, permettent de tenter ce rapprochement : les contours relativement flous de l’idée républicaine, qui peut prendre le visage de l’anti-monarchisme, d’un constitutionnalisme soucieux de l’équilibre des pouvoirs ou d’un combat pour la démocratie, permet de formuler l’hypothèse selon laquelle la lutte contre la pauvreté a été l’occasion d’une résurgence de l’idée républicaine dans la Grande-Bretagne des années 80 et 90. Il serait tentant d’essayer de démontrer que le combat contre la pauvreté n’est étranger à aucune des trois acceptions de l’idée républicaine identifiées plus haut ; on se contentera plus modestement de souligner ici l’apparition d’un idéal démocratique ambitieux et élargi dans le discours des associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion qui semblent témoigner d’une convergence nouvelle entre leur combat et l’idée républicaine. Nous nous intéresserons donc ici à des revendications, notamment à celles du Child Poverty Action Group (CPAG) — ce qui n’exclut pas du reste une certaine forme de réflexion théorique —, revendications dont il apparaît qu’elles se chargent parfois d’une dimension républicaine. En osant ce rapprochement nous espérons démontrer la pertinence d’une réflexion sur l’idée républicaine dans le champ des sciences sociales et apporter la preuve que l’idéal républicain n’est pas étranger au débat d’idées dans la Grande-Bretagne contemporaine.

2En premier lieu, il paraît souhaitable de revenir sur les politiques économiques et sociales mises en œuvre par les gouvernements conservateurs des années 80 et 90, ainsi que sur les présupposés idéologiques qui les sous-tendent. Ces politiques visent au démantèlement ou du moins à la transformation en profondeur de l’État-providence, ce dispositif mis en place dès l’immédiat après-guerre pour lutter contre la pauvreté et garantir l’intégration des individus par le biais d’un système de protection sociale assuré collectivement et associé à un idéal de redistribution.

3Dans un deuxième temps, il s’agira de démontrer comment s’organise la résistance au nouveau modèle de citoyenneté promu par les gouvernements Thatcher et Major, notamment autour des travaux du CPAG. C’est en effet à la faveur du débat sur la citoyenneté suscité par l’action et le discours des gouvernements conservateurs que s’exprime une contestation qui revêt une dimension républicaine ; par le biais notamment d’une réévaluation du concept de pauvreté, conduisant à la prise en compte de nouveaux paramètres et à la mise en évidence de nouvelles manifestations de la pauvreté, bref à un intérêt nouveau pour le concept d’exclusion, les chercheurs du CPAG expriment des préoccupations qui rejoignent une certaine forme d’idéal républicain.

4Enfin, nous tenterons d’évaluer dans quelle mesure une certaine forme d’idéal républicain sous-tend le nouveau modèle d’inclusion citoyenne qui se dessine dans les travaux de ceux qui tentent, comme Will Hutton, d’élaborer un nouveau contrat social et politique dès le début des années

590. Cette tentative s’inscrit dans un mouvement plus vaste dont l’ambition est de contribuer à la réno­vation du projet social-démocrate et à une refondation de la social-démocratie, par l’intermédiaire d’une réflexion sur l’organisation de la Cité. Nous poserons également la question de la fonction dont est investi le recours à l’idée républicaine dans cette perspective.

Les politiques sociales conservatrices des années 80-90

6L’émergence de revendications “républicaines” dans les publications du CPAG ainsi que dans les écrits des chercheurs engagés dans le combat contre la pauvreté coïncide avec la mise en place d’une batterie de mesures visant progressivement à renverser la logique de l’État-providence, à battre en brèche les principes structurants du système britannique de protection sociale et à saper les fonde­ments du contrat social de l’après-guerre. Un rapide retour sur les politiques sociales conservatrices semble nécessaire pour mieux comprendre en quoi elles furent susceptibles de susciter une réaction que l’on peut qualifier de “républicaine”.

  • 1  La perversité du système est un fait bien connu des spécialistes du dispositif de protection socia (...)

7À l’origine de l’offensive conservatrice contre l’État-providence se trouve le constat de l’échec patent du dispositif mis en place dès l’immédiat après-guerre pour éradiquer la pauvreté, en conformité avec les objectifs définis par William Beveridge dès 1942. Aux yeux des gouvernements conservateurs, cet échec est régulièrement illustré et confirmé par les travaux et publications des chercheurs en sciences sociales qui apportent périodiquement la preuve chiffrée de l’inefficacité du système. Les chiffres de la pauvreté, instruments du combat en faveur de la redistribution ou plus ponctuellement de l’augmentation du montant de telle ou telle prestation sociale, peuvent en effet se retourner contre ceux qui les publient pour apporter la preuve irréfutable de l’existence de la pauvreté, voire de son aggravation, dans la mesure où les adversaires du système les utilisent volontiers pour démontrer son inefficacité et donc lui ôter tout crédit. Cet effet pervers de la démonstration1 présente néanmoins l’intérêt de souligner que même dans le cadre de l’État-providence traditionnel, la protection sociale reste soumise à condition. Les conservateurs se sont montrés fort habiles dans l’exploitation de cette incohérence, et ont eu beau jeu d’utiliser les chiffres de la pauvreté contre ceux qui les publient, pour discréditer le dispositif de protection sociale mis en place après-guerre et dont les grands principes structurants ne furent pas véritablement remis en cause avant le milieu des années soixante-dix.

8Le point de vue des conservateurs en matière de protection sociale et de lutte contre la pauvreté ne se limite pas au simple constat de l’échec de l’État-providence mais se prolonge en une critique plus théorique de la redistribution, inspirée par les travaux de Marcus Olson notamment. Celui-ci impute la responsabilité de l’augmentation de la pauvreté aux politiques de redistribution dans la mesure où celles-ci sont censées nuire à la croissance. Olson considère qu’il est impératif de mettre l’accent sur la production et la création de richesses aux dépens des stratégies de redistribution qui freinent l’initiative individuelle et sont autant d’obstacles à l’enrichissement général. Dans les années 80 et 90, ces thèses trouvent un écho favorable auprès d’un parti conservateur déjà converti aux grands principes du libéralisme économique et de l’économie de marché. Les conservateurs acceptent l’idée selon laquelle seul un accroissement général du niveau de vie peut résoudre durablement le problème de la pauvreté, démontrant ainsi que le parti est résolument attaché à une conception minimaliste de la pauvreté, ou pauvreté absolue, dont la définition renvoie à la notion de minimum vital.

9La question de la définition du concept de pauvreté est l’enjeu d’un débat entre les critiques néo-conservateurs de l’État-providence et les auteurs des multiples études sur la pauvreté qui visent à faire la démonstration de l’amplification du phénomène à partir d’une conception maximaliste de la pauvreté, connue tout d’abord sous le nom de pauvreté relative. Il semble que pour les conservateurs thatchériens la solution au problème de la pauvreté passe par une contestation de la validité des concepts de pauvreté relative ou de “social deprivation”. Nombreux sont les membres du gouverne­ment, y compris le Premier ministre elle-même, qui contestent l’objectivité et le caractère scientifique des études publiées par les membres du “lobby de la pauvreté”, dont le CPAG fait évidemment partie. Les conservateurs affirment que la pauvreté, telle qu’elle est définie dans ces travaux n’est qu’un leurre, et que la définition proposée par Townsend dès 1965 (Townsend & Abel-Smith), affinée dans son étude de 1979 (Townsend), ne permet pas de mesurer autre chose que des inégalités dont les thatchériens affirment du reste qu’elles sont opératoires.

10Le discours conservateur peut à l’occasion se durcir pour suggérer que la pauvreté mesurée dans les travaux des experts n’est qu’une illusion savamment entretenue par une bureaucratie qui a ainsi trouvé le moyen de garantir sa propre pérennité et de justifier la progression exponentielle de ses services. Dans ce discours, la critique de l’État-providence fait écho à la théorie conservatrice de l’État, qui lui conteste le droit de se revendiquer comme le garant de l’intérêt général et l’accuse d’entretenir l’illusion qu’il a vocation à représenter un bien commun qui transcenderait la somme des intérêts privés et individuels. Au contraire, les conservateurs affirment que l’État est au service d’intérêts catégoriels : tantôt Léviathan, tantôt parasite, le système de protection sociale, condamné à l’hypertrophie, est également perçu comme un dispositif qui organise une sorte de détournement de fonds à grande échelle au profit des individus les moins méritants. Le discours conservateur pose alors l’interchangeabilité des termes de fraude et de protection sociale : l’État-providence aurait permis la mise en place d’une vaste escroquerie où des individus peu scrupuleux, situés aux deux extrémités du dispositif, en amont aussi bien qu’en aval, utilisent le système pour servir des intérêts privés au détriment des individus les plus méritants et de l’intérêt général. Bref, il s’agit d’un système inique qui offre une prime à l’oisiveté ainsi qu’aux comportements déviants et qui pénalise les efforts méritoires des petits épargnants notamment, en leur imposant l’obligation de financer des services dont ils ne bénéficient pas, dont le coût exorbitant alimente l’inflation, qui elle-même menace les grands équilibres financiers sur lesquels reposent l’intérêt général, dans la conception limitée qu’en ont les conservateurs néo-libéraux.

11Enfin, dans ce discours où se télescopent des références aux bonnes mœurs, à la morale individuelle et à la morale économique et financière, là où l’idéal universaliste et démocratique de Beveridge accordait des droits aux citoyens, la perspective conservatrice ne voit que des abus. En même temps qu’il suggère qu’il n’y a de solution qu’individuelle, le discours conservateur sur la pauvreté inaugure une ère du soupçon en ce qui concerne les stratégies collectives de protection sociale et conteste même la légitimité de l’objectif.

12En conformité avec le credo monétariste de la Nouvelle Droite et l’impératif de maîtrise des dépenses et de réduction des déficits publics, les gouvernements conservateurs vont mettre en œuvre une série de stratégies qui visent à modifier en profondeur le système britannique de protection sociale. On peut citer par exemple :

  • le gel, voire la diminution, du montant des prestations sociales les plus coûteuses, celles qui s’adressent au plus grand nombre, notamment les allocations chômage et les prestations familiales, la non-appréciation du montant de certaines prestations, le refus de les indexer ne serait-ce que sur l’indice des prix à la consommation étant souvent le signe avant-coureur de leur prochaine disparition et de leur remplacement par un nouveau type de prestation, moins contestable (ainsi les prestations familiales sont-elles remplacées par le Family Credit en avril 1988) ;

  • la mise en œuvre de stratégies visant à codifier et réglementer l’accès aux prestations qui aboutit à l’exclusion de certaines catégories de population, parmi lesquelles les membres de certains groupes défavorisés tels que les jeunes mineurs de 16-17 ans, les étudiants, les jeunes travailleurs ou bien encore les mères célibataires ;

  • l’abandon du principe d’universalité au profit de la stratégie de l’aide conditionnelle : la réforme de 1988 concentre les efforts de l’État sur trois prestations sociales soumises à condition de ressources, l’Income Support, l’aide au logement ou Housing Benefit, et le Family Credit, dont l’un des principaux mérites est qu’elles répondent également à la nécessité de simplifier la gestion du système de protection sociale pour mieux en maîtriser le coût ;

  • l’abandon en 1986 de l’automatisme d’un certain nombre de prestations sociales complé­mentaires permettant de faire face à des dépenses exceptionnelles et la création du fonds social (Social Fund) en avril 1987, un organisme de prêt pratiquant des taux de crédit à la consommation élevés alignés sur les taux du marché bancaire qui remplace le système de subventions qui permettait aux familles de faire face à ces dépenses ;

  • le transfert de responsabilité de l’État à l’individu par le biais d’une stratégie de privatisation des services ; la sphère publique se recroqueville comme une peau de chagrin dans une stratégie de résidualisation de l’État-providence qui concerne aussi bien les pensions de retraite et les dépenses de santé que l’éducation et le secteur du logement ;

  • l’introduction d’une logique de la concurrence par le biais de la déréglementation, la loi du marché s’appliquant à des secteurs qui y étaient jusqu’alors soustraits ; la loi de 1990 met en place des quasi marchés dans le secteur de la santé, le secteur de l’éducation est soumis à des impératifs similaires ainsi que le secteur du logement dès 1982 avec l’indexation du montant des loyers des logements sociaux sur les prix du marché.

  • 2  Le droit à l’emploi de ce terme est vivement contesté, notamment par Charter 88 qui parle à cette (...)

13Ces stratégies sont sous-tendues par un argumentaire qui fait l’apologie de la philanthropie, parfois travestie en une forme dévoyée de civisme, qui vise à promouvoir un modèle de citoyenneté2 vertueuse destiné à justifier les nouvelles orientations des politiques sociales en Grande-Bretagne. La philanthropie et l’action caritative sont assimilées à des formes de redistribution et de solidarité, non pas extorquées par l’État mais librement consenties, non pas organisées sous la contrainte, sans consultation et presque mécaniquement par des services publics anonymes et non comptables mais procédant d’une démarche personnelle motivée par un réel souci de l’autre.

  • 3  Ruth Lister écrit à ce propos : “Citizenship has been redefined on the Right in the language of ob (...)

14Toutefois le modèle conservateur de citoyenneté ne s’exprime pas exclusivement par le biais de la philanthropie mais également par le respect d’obligations3 et l’acceptation d’un nombre de responsabilités, au premier rang desquelles l’obligation d’adhérer aux valeurs de ce qu’on hésite à qualifier de modèle d’organisation sociale, telles que l’individualisme, l’indépendance, l’autonomie, la prise en charge individuelle de besoins qui trouvaient auparavant satisfaction dans le cadre d’un système financé par la collectivité. Dans la condamnation d’un système dévoyé se dessine alors en creux un modèle de citoyenneté, développé sous John Major, où le citoyen modèle est le citoyen actif (“active citizen”) cher à Douglas Hurd. Le schéma normatif proposé par les conservateurs aboutit à l’idée d’une citoyenneté conditionnelle ou d’une citoyenneté à deux vitesses. La citoyenneté se mérite, elle suppose une adhésion à des valeurs qui introduisent un paradoxe irréductible puisque l’individua­lisme en devient le critère déterminant. Enfin, dans la conception essentiellement consumériste qu’en ont les conservateurs l’exercice de la citoyenneté culmine dans la liberté de choix offerte au consommateur.

Une contestation “républicaine”

  • 4  Alan & Carol Walker (1997), Ruth Lister

15Que contestent les publications du Child Poverty Action Group dans les années 80-90 ? La réponse est bien évidemment qu’elles contestent les effets délétères des politiques sociales conservatrices, la promotion de l’individualisme économique et l’asservissement à la loi du marché. Mais cette contestation est double : d’une part elle s’inscrit dans le cadre des préoccupations traditionnelles de CPAG, à savoir démontrer l’insuffisance des ressources matérielles de ceux que l’on appelle “les pauvres”, mais d’autre part, comme le suggèrent les titres des principales publications de CPAG,4 elles se font l’écho d’un intérêt nouveau pour les phénomènes de fragmentation et de polarisation sociales, de marginalisation et d’exclusion.

  • 5  Le sérieux des chiffres présentés par CPAG est rarement mis en doute ; les résultats de leurs étud (...)

16Fidèles à une tradition établie au milieu des années soixante, les publications du CPAG se proposent de quantifier la pauvreté par le biais d’une évaluation chiffrée de l’augmentation du phénomène défini en termes économiques. Elles dressent un bilan des mandats conservateurs qui font ressortir les effets dévastateurs de politiques qui se sont trop souvent soldées par une baisse du revenu disponible d’une proportion grandissante de la population, l’augmentation du nombre des famille à faibles revenus, l’augmentation de la précarité pour toute une frange de la population, bref elles dénoncent l’impact d’une double stratégie de transfert de responsabilité de l’État aux individus et de réduction du montant et du nombre des prestations sociales mises à la disposition des individus et des familles.5

17L’on suggère également que l’abandon du principe d’universalité des prestations, pierre angulaire du système édifié sur la base des recommandations de William Beveridge, la généralisation des principes de ciblage et de mise sous condition de ressources de prestations sociales, bref, la transfor­mation de l’État-providence en un système résiduel, combinée à une politique des bas salaires, préci­pite dans la pauvreté et la dépendance de nouvelles catégories d’individus, “les nouveaux pauvres”.

  • 6  Une étude publiée par le Social Services Committee en mai 1991 évalue à 12,2 millions le nombre d’ (...)

18Le CPAG recense un autre abandon d’une exigence fondamentale inscrite au cœur du rapport Beveridge : le principe de l’adaptation du montant des prestations aux besoins des familles est négligé au profit d’une logique comptable qui lui substitue des impératifs de rigueur budgétaire et d’assainissement des finances publiques, comme en atteste la mise en place du Social Fund en 1987. Le CPAG se donne pour mission de démontrer que les politiques conservatrices se soldent par une augmentation de la pauvreté, le désengagement de l’État, à la fois garant et instrument de la solidarité sociale, aboutissant à un accroissement de la pauvreté, mais aussi que même lorsque l’on juge ces politiques à l’aune des objectifs qu’elles se sont fixés, il faut se rendre à l’évidence qu’elles ont échoué ; on en voudra pour preuve le coût de la transformation en un système résiduel, qui provoque une augmentation des besoins, une aggravation de la dépendance et donc une augmentation du coût de la protection sociale.6

19Par ailleurs, et c’est ce qui nous intéresse ici, les publications du CPAG témoignent d’un intérêt grandissant pour le concept d’exclusion, qui se distingue du concept de pauvreté en ce que celle-ci est définie comme un état, là où l’exclusion renvoie à un processus et à des mécanismes sociaux ; autre distinction d’importance, le concept d’exclusion permet d’élargir le champ des préoccupations et le champ d’investigation des chercheurs de CPAG à d’autres sphères, notamment à la sphère politique et à la sphère juridique.

20Les études publiées par le CPAG illustrent les phénomènes de marginalisation et de polarisation sociale qui battent en brèche l’idéal collectif de l’État-providence à plusieurs niveaux : elles rendent compte d’une aggravation de la polarisation en termes économiques (le fossé se creuse entre les deux extrémités de l’échelle des revenus) ; elles soulignent l’aggravation d’une marginalisation sociale et économique qui se manifeste par une participation intermittente au marché du travail ainsi que par la multiplication des emplois précaires et l’aggravation du chômage ; la marginalisation se décline également en termes géographiques ; le CPAG s’inquiète de la généralisation du phénomène des inner cities : ces quartiers défavorisés, friches industrielles et zones de non droit constituent un univers quasi concentrationnaire où sont parqués des individus qui, sous l’effet d’une autre forme de marginalisation que l’on pourrait qualifier de culturelle, voient se généraliser le recours au concept d’underclass favorisant ainsi la résurgence d’un discours qui assimile la pauvreté à une pathologie, voire à une incapacité génétique à intégrer le marché du travail et par conséquent le corps social ; enfin, les publications du CPAG s’intéressent de plus en plus fréquemment à la marginalisation politique imposée à toute une catégorie d’individus, de fait des citoyens au rabais, par l’équation selon laquelle le droit à la représentation serait établi en fonction des revenus. C’est ainsi que l’on peut interpréter le commentaire de l’historien conservateur, Lord Blake, publié dans le Daily Telegraph du 29 mai 1987 et rapporté par le CPAG : “the ‘haves’ are in one sense now the majority” (Lister 44).

  • 7  Principe qui est du reste en complète contradiction avec le rejet du “something for nothing” par W (...)

21Dans ces circonstances, l’objectif du CPAG est de provoquer un renversement de la tendance qui conduit à la fragmentation du corps social, à la fois génératrice de pauvreté et d’exclusion ; la stratégie pour y parvenir vise à redéfinir un idéal collectif porteur de sens, et s’organise à partir du concept de justice, incarné dans un idéal de citoyenneté. S’inspirant des travaux de Marshall qui décomposent les droits du citoyen en droits civiques, politiques, et sociaux, droits universels qui postulent l’égalité de tous, les études publiées notamment par Ruth Lister (Part II: Citizenship and Poverty 29-73) visent à démontrer qu’en l’absence de droits sociaux inaliénables, les individus peuvent être déchus de leurs droits civiques et politiques : l’impôt par capitation, ou poll tax, est l’exemple le plus abouti d’une citoyenneté conditionnelle, où l’expression des droits politiques est fonction de la capacité à s’acquitter de l’impôt. Le CPAG, par la voix de Ruth Lister entre autres, affirme que l’exercice d’une citoyenneté pleine en entière suppose la création de droits sociaux inconditionnels, liés au statut du citoyen, au premier rang desquels l’on trouve la revendication en faveur d’un salaire minimum, revendication qui peut aller jusqu’à défendre le principe d’un revenu citoyen, ou Citizen’s Income.7

22L’idéal d’une citoyenneté pleine et entière et de l’exercice de ses droits politiques par le citoyen suppose également une réforme de type constitutionnel, une décentralisation du pouvoir politique, favorable à l’émergence d’instances politiques intermédiaires régionales et locales, visant à réduire le fossé entre gouvernants et gouvernés ainsi qu’à promouvoir une participation active du citoyen à la vie de la “polis”. Le CPAG conteste la dimension autoritaire d’un système politique centralisé et milite en faveur d’une forme de participation qui ne se limite pas à la simple consultation électorale, mais qui implique une intégration du citoyen dans le processus décisionnel, en lui donnant un droit de regard sur les affaires de la Cité mais aussi un droit à l’initiative politique.

23Enfin, les publications du CPAG insistent sur la nécessité de la rédaction d’une Charte du Citoyen où seraient consignés les droits liés à la citoyenneté, l’idée d’un texte fondateur, d’où découlent les droits du citoyen et qui en garantissent le respect et le caractère inaliénable étant une revendication qui, faut-il le souligner, est en rupture avec le pragmatisme de la tradition constitutionnelle britannique.

24C’est dans cette perspective que l’on peut considérer que certaines publications du CPAG font écho à des préoccupations et des exigences que l’on peut qualifier de républicaines. S’il faut néanmoins reconnaître que l’on n’y trouve nulle part de référence explicite à un idéal républicain, il faut également admettre que, ne serait-ce que par l’insistance avec laquelle ses publications réclament la codification des droits du citoyen dans un texte source, garant de l’égalité de tous devant la loi, le CPAG rencontre des préoccupations que l’on peut qualifier de républicaines. Loin de se contenter de militer en faveur de l’augmentation des prestations sociales, les publications du CPAG témoignent de la prise de conscience que la lutte contre la pauvreté et l’exclusion suppose une modification en profondeur des relations entre l’État et le citoyen.

L’occasion républicaine8

  • 8  “The Republican Opportunity”, titre qui suggère l’existence d’une “fenêtre d’opportunité” pour le (...)
  • 9  On trouve des échos de la réflexion proposée par W. Hutton dans de nombreux textes dont les auteur (...)

25Le titre de cette dernière partie est emprunté à Will Hutton dans son ouvrage The State We’re In, publié pour la première fois en 1995. Certes, on objectera que les propos de Hutton, qui appelle de ses vœux une sorte de transition vers un modèle républicain, n’engagent que lui. Toutefois, dans la mesure où Hutton a participé, ne serait-ce que momentanément, à l’entreprise de refondation du Parti travailliste et à l’élaboration d’un nouveau programme devant permettre au centre-gauche de rem­porter l’échéance électorale de 1997, il semble justifié de considérer que ses écrits son représentatifs à la fois des préoccupations et des difficultés rencontrées par ceux qui souhaitent donner une nouvelle impulsion à la social-démocratie en Grande-Bretagne et reconstruire sur la terre brûlée des années de pouvoir conservateur.9

  • 10  Il s’agit là d’une idée centrale, exprimée à plusieurs reprises. Hutton parle par exemple de “weak (...)

26L’idée républicaine est convoquée dans une tentative pour renouer avec le principe de l’action collective par l’intermédiaire de la définition d’un intérêt général, d’un bien public et d’une conception de la Cité qui emporte l’adhésion de tous et qui fonctionne donc comme un vecteur d’inclusion. Là où les conservateurs déploraient le montant des déficits publics, Hutton et d’autres avec lui déplorent le déficit de culture publique et la pauvreté de la culture civique dans la Grande-Bretagne contemporaine.10 Il s’agit donc de trouver un substitut à l’individualisme économique des années Thatcher et Major, en attribuant une signification nouvelle à l’action collective définie selon des modalités “originales” et en donnant une nouvelle épaisseur aux concepts de citoyenneté, de liberté et de solidarité.

  • 11  L’intérêt manifesté par Hutton pour toute tentative de revitalisation du secteur associatif notamm (...)
  • 12  En soi cette revendication fait écho au modèle de la démocratie athénienne ; voir par exemple Davi (...)
  • 13  “Britain must start by writing a constitution”, Hutton 286.

27Le recours à l’idée républicaine dans le texte de Hutton revêt plusieurs dimensions qui sont déclinées sur des registres différents et complémentaires. Dans un premier temps, l’idée républicaine apparaît sous les traits de la contestation de la “dictature élective” : Hutton condamne l’hégémonie de l’État comme seule incarnation d’un projet collectif et seule modalité de l’action collective, pour promouvoir la cause d’un pluralisme11 garant du bon fonctionnement de la démocratie. Il rejoint les préoccupations des républicains constitutionnalistes qui prônent la décentralisation des pouvoirs dans un souci de rapprocher gouvernants et gouvernés. C’est dans cette optique qu’il milite en faveur d’une réforme du pouvoir local par la mise en place de nouvelles instances gouvernementales investies d’une souveraineté et d’une autorité accrues, l’objectif visé étant d’en faire le lieu d’une véritable participation citoyenne qui ne se limiterait pas au simple enregistrement de décisions émanant des hautes sphères du pouvoir mais où le citoyen serait intimement associé à la confection des lois.12 Enfin, la réforme de l’État suppose la rédaction d’une Constitution écrite,13 texte fondateur et garantie du nouveau contrat établi entre l’État et le citoyen. Cette exigence est exprimée à plusieurs reprises et notamment dans le passage suivant : “the first republican step is to recognise that constitutions are guarantors of the continuing contract that must exist between governors and governed” (Hutton 287).

28La question de la réforme de l’État revêt donc une importance centrale dans le texte de Hutton, comme en témoigne du reste le titre même de l’ouvrage, dans la mesure où les institutions y sont décrites comme le sanctuaire de la culture politique nationale et constituent un modèle reproduit à l’échelle de la société civile : elles déterminent donc la nature des relations de pouvoir aussi bien au niveau de la sphère économique qu’au sein du corps social. Il devient alors indispensable de modifier un système où le précédent et la tradition sont de puissants vecteurs d’exclusion : en substituant le privilège au droit ils cautionnent un mode de fonctionnement quasi féodal qui assure la reproduction et la perpétuation d’un système où l’existence de privilèges et prérogatives a pour résultat automatique la mise en place de diverses formes et stratégies d’exclusion. Hutton préconise donc la “démocratisation et la républicanisation de l’État” (286) comme premier pas vers une réforme d’envergure visant à investir d’une permanence incontestable et à ériger en principe la notion de participation citoyenne.

  • 14  On retrouve ici l’idée assez répandue au début des années 90 selon laquelle le marché ne fonctionn (...)
  • 15  La “républicanisation” de l’État se doit d’être suivie d’une “républicanisation” de l’ensemble du (...)

29La réforme des institutions se doit d’être assortie d’une transformation en profondeur du mode de fonctionnement du capitalisme britannique : il s’agit d’imposer les principes républicains dans le secteur économique et dans le monde de l’entreprise pour établir le modèle de l’entreprise citoyenne14 où le souci du bien commun se substitue à la logique individualiste ainsi qu’aux visées à court terme de l’actionnaire. Les décisions prises par un petit groupe d’initiés dans le secret d’une salle de conférence ne respectent pas les exigences démocratiques les plus élémentaires et déterminent la politique de développement de l’entreprise en fonction des intérêts privés de quelques-uns. Hutton utilise le modèle républicain pour imposer le principe d’une gestion transparente et responsable, soucieuse du bien commun, seule garantie d’un développement économique “durable”. L’on voit donc comment l’idée républicaine, qui en soi suggère une forme de permanence, s’adapte à un projet qui vise la croissance à long terme, synonyme d’intérêt général, plutôt que la satisfaction de l’intérêt personnel, voire de la cupidité, de l’actionnaire qui privilégie les solutions à court terme. Hutton préconise donc une forme de prise de participation au bien commun ou “stakeholding” qui se démarque de l’actionnariat ou “shareholding”.15

30Dans le champ social, l’idéal républicain permet également à Hutton de justifier l’idée selon laquelle la Grande-Bretagne doit se doter d’une nouvelle identité collective et renouer avec le principe de l’action collective. Il milite notamment en faveur d’une lutte contre l’exclusion, et prioritairement contre l’auto exclusion de ces catégories privilégiées de la population qui ont cédé au chant des sirènes conservatrices dans les années 80 et 90. Hutton souhaite réconcilier avec l’idée d’intérêt général et de bien public, ceux qui ont rejeté l’obligation de financer les services publics britanniques ainsi que le système de protection sociale, qui se sont détournés du principe de répartition au profit d’un principe de capitalisation censé leur permettre d’avoir accès à une meilleure qualité de services et de prestations. Ces catégories que Hutton définit dans son modèle de la société des 30/30/40 comme celles ayant bénéficié d’une forme de sécurité économique, ont adhéré au principe conservateur d’un État-providence résiduel. Hutton considère qu’il est impératif de favoriser leur réintégration dans un dispositif collectif, dans une forme de collectivité qui seule peut constituer une véritable réponse au problème de l’exclusion.

  • 16  Contrairement au programme américain “workfare” par exemple.

31L’idée d’une transition vers un modèle républicain de citoyenneté vise également à garantir la réintégration sociale des plus déshérités par l’adhésion à un modèle de participation citoyenne qui fonctionne comme une sorte d’assurance contre la déviance et permet donc de limiter le coût social de la pauvreté et de l’exclusion : la lutte contre l’érosion de la solidarité sociale vise à générer de nouvelles forces centripètes aptes à convaincre les exclus de la nécessité d’assumer les responsabilités dont sont assortis les droits sociaux du citoyen. La logique d’inclusion qui est au cœur de la communauté “républicaine” imaginée par Hutton permet donc de garantir la participation de ceux qui ont les moyens de financer services publics et protection sociale tout en réconciliant les plus déshérités avec l’idée d’une participation citoyenne. La réintégration de ces communautés marginales que Bill Jordan désigne sous le nom de “communities of fate” (187) n’est pas conçue sur le mode de la contrainte16 mais elle procède de l’affirmation de droits civiques dont la permanence est garantie par le recours au principe de l’égalité républicaine.

  • 17  On peut à cet égard renvoyer à la discussion du concept d’exclusion dans le texte de Viviane Forre (...)

32La nécessité d’investir le système de protection sociale d’une dimension républicaine est donc justifiée par un double argumentaire : la perspective est tout d’abord morale puisqu’il s’agit de modifier durablement, grâce au recours aux valeurs républicaines, un système inique qui repose sur la coexistence de l’exclusion et de son double, le privilège; toutefois, elle se teinte également d’échos utilitaristes lorsque l’adoption de valeurs républicaines est présentée comme le moyen de protéger un corps social soumis aux forces centrifuges produites par l’individualisme et aux pressions délétères imposées par les stratégies de survie mises en œuvre par certaines catégories d’exclus. L’idée républicaine ne procède plus alors d’une contestation radicale ou révolutionnaire de l’ordre établi mais elle peut devenir l’instrument, par la réforme et donc l’amélioration, de la consolidation de l’ordre social, condition indispensable à la disparition des dysfonctionnements qui paralysent l’économie. Il s’agit de combattre efficacement l’apparition de nouveaux modèles d’organisation collective et/ou comportements déviants qui nuisent à la prospérité générale en proposant l’intégration à la Cité comme substitut à ces communautés qui se définissent par la nécessité et dont la relation aux autres composantes du corps social s’établit sur un mode antagoniste. Le discours de Hutton sur les politiques sociales rejoint alors une conception plus continentale de la protection sociale et des politiques d’inclusion conçues comme génératrices d’ordre et de stabilité et visant à maintenir les grands équilibres indispensables à la croissance et à la prospérité générale.17

33À l’heure où la solidarité de classe ne constitue plus un modèle réaliste, voire souhaitable de l’identité collective, au moment où la contestation conservatrice du corporatisme semble avoir emporté l’adhésion du plus grand nombre, l’idée républicaine peut sembler rencontrer les attentes de ceux qui militent en faveur d’un retour à l’idéal du bien public. Dans la mesure où la participation à un système républicain présente le mérite de ne pas nier la liberté individuelle mais postule l’existence de convergences entre intérêt particulier et intérêt général, le recours à l’idée républicaine peut constituer une réponse aux interrogations d’un représentant de la social-démocratie tel que Hutton. La nécessité de réintégrer un dispositif collectif en matière de protection sociale notamment et la néces­sité de défendre les services publics britanniques sont présentées par Hutton comme procédant d’un intérêt personnel et économique bien compris. La lutte contre l’exclusion, la participation à la vie de la Cité est donc une exigence qui n’est pas uniquement d’ordre moral mais qui affirme la nécessité d’un nouveau contrat social et politique pour combattre l’apparition de nouveaux modèles d’organisation collective ou de comportements déviants, conçus comme autant de stratégies de survie, qui nuisent à la prospérité et à l’intérêt général.

  • 18  Ruth Levitas (ch. 9 : 178-89) relève la présence d’échos durkheimiens dans le texte de Hutton et n (...)

34Ainsi, c’est aussi dans ses limites que réside l’une des principales vertus de l’idéal républicain défendu par Hutton. L’idée républicaine postule l’existence d’un intérêt général qui transcende la somme des intérêts particuliers : en cela elle permet de dépasser l’individualisme des années de pouvoir conservateur et de poser le principe d’une communauté d’intérêts indéfectible. Elle offre également la possibilité de renouer avec l’action collective tout en contournant le piège du retour aux anciens modèles de solidarité. Elle permet de s’extraire de la logique collectiviste et corporatiste qui sous-tend le consensus d’après-guerre : Hutton prend acte du fait que celle-ci a sombré dans les affrontements et mouvements de défense d’intérêts catégoriels de la fin des années soixante-dix et se détourne des anciens modèles de l’action collective qui ont été discrédités par l’effondrement du modèle soviétique et le succès de la rhétorique conservatrice auprès de l’opinion. La solidarité “républicaine” dont Hutton fait l’apologie dans son texte peut renvoyer à la prise de conscience de l’érosion de l’idée de solidarité de classe comme expression de l’intérêt collectif et comme modèle d’intégration ; dans la mesure où elle s’adresse au citoyen, la solidarité “républicaine” fournit la base d’un contrat social rénové en définissant une nouvelle forme d’appartenance à la communauté et une nouvelle forme d’expression à la collectivité. L’idée républicaine permet de combattre la fragmentation et la polarisation qui ont caractérisé les années Thatcher et Major sur la base d’une nouvelle exigence morale (la notion de justice sociale permet d’écarter la menace égalitariste, son objectif étant l’inclusion dans un corps social qui s’en trouve renforcé et légitime18) et de la conception d’un intérêt personnel bien compris qui se réalise dans la poursuite de l’intérêt général.

  • 19  Hutton jette les bases d’un néo keynésianisme où la cohésion sociale contribue à la prospérité éco (...)
  • 20  Les travaux d’Anthony Giddens notamment ont contribué au succès de l’idée d’un “au-delà de la gauc (...)

35Il reste que la référence à l’idée d’une “occasion républicaine” pour la Grande-Bretagne s’inscrit dans la logique de la quête d’une “troisième voie”. Pour Hutton, l’idée républicaine doit être à l’origine de nouvelles synergies permettant de dépasser les vieux clivages qui opposent socialisme et libéralisme. L’idéal républicain est défini comme susceptible de surmonter les divisions et dépasser les antagonismes au sein d’une nouvelle synthèse. Hutton postule la convergence ultime d’intérêts qui fusionnent dans un idéal républicain permettant de s’extraire d’une logique de la confrontation. Le potentiel d’inclusion de l’idée républicaine semble donc en mesure de réconcilier les contraires, l’individuel et le collectif, capital et travail, redistribution et croissance, riches et pauvres, politiques sociales et politiques économiques.19 En chemin, Hutton rencontre ceux dont la réflexion a également été nourrie par la conviction de la nécessité de dépasser le cadre étroit des querelles idéologiques du passé pour s’atteler à la rénovation du discours de la gauche britannique et européenne.20

  • 21  On peut également ajouter que le caractère éphémère de l’intérêt suscité par le recours à l’idéal (...)
  • 22  Les architectes du Nouveau Travaillisme, dont Tony Blair, inscrivent partiellement leur réflexion (...)
  • 23  L’on peut supposer que la virulence avec laquelle Hutton défend les idéaux de la Révolution frança (...)

36Toutefois, les vertus de l’idée républicaine ne lui ont pas permis de sortir d’une certaine forme de marginalité21 et de trouver son chemin dans le manifeste électoral du parti travailliste ni dans le projet gouvernemental du New Labour. Dans cette optique, il serait intéressant d’analyser le processus par lequel des exigences à connotation républicaine ont été progressivement remplacées par un autre modèle, le modèle communautariste,22 qui préfère la tradition et le précédent à l’adhésion à des principes dont on risque de découvrir qu’ils entravent l’action politique et qu’ils imposent des contraintes pouvant se révéler incompatibles avec la souplesse et la flexibilité érigées en dogme dans les années 80 et qui ne furent par la suite jamais réellement remises en question. Bien que limitée, la solidarité républicaine que défend Hutton s’est révélée encore trop normative et contraignante aux yeux des actuels détenteurs du pouvoir politique en Grande-Bretagne.23

Haut de page

Bibliographie

Cain, P.J. & Hopkins, A.G. British Imperialism. London: Longman, 1993.

Crowley, John. Sans épines, la rose – Tony Blair, un modèle pour l’Europe ? Paris : La Découverte, 1999.

Etzioni, Amitai. The Spirit of Community: Rights, Responsibilities and the Communitarian Agenda. New York: Crown, 1993.

Giddens, Anthony. Beyond Left and Right – The Future of Radical Politics. Oxford: Polity Press, 1994.

—. The Third Way – The Renewal of Social Democracy. Oxford: Polity Press, 1998.

 —. The Third Way and its Critics, Oxford: Polity Press, 2000.

Held, David. Political Theory and the Modern State, Essays on State, Power and Democracy. Oxford: Polity Press, 1989.

 —. “Equality, Difference and Democracy.” David Miliband, dir. Reinventing the Left. Oxford: Polity Press, 1994.

Hutton,Will. The State We’re In. London: Vintage, 1995.

Jordan, Bill. A Theory of Poverty and Social Exclusion, Oxford: Polity Press, 1996.

Levitas, Ruth, The Inclusive Society?– Social Exclusion and New Labour. London: Macmillan, 1998.

Lidell, J. & Mandelson, Peter. The Blair Revolution – Can New Labour Deliver ? London: Faber & Faber, 1996.

Lister, Ruth. The Exclusive Society – Citizenship and the Poor. London: CPAG, 1990.

Marshall, T.H. Citizenship and Social Class, Cambridge: CUP, 1952.

Miliband, David, dir. Reinventing the Left. Oxford: Polity Press, 1994.

Olson, Marcus. The Rise and Decline of Nations: Economic Growth, Stagflation and Social Rigidities. New Haven: Yale UP, 1982.

Oppenheim, Carey. Poverty – the Facts. London: CPAG, 1990.

Oppenheim, Carey, dir. An Inclusive Society – Strategies for Tackling Poverty. London: IPPR, 1998.

Prochaska, Frank. The Republic of Britain, 1760-2000. Harmondsworth: Penguin Books, 2001.

Townsend, Peter. Poverty in the UK: A Survey of Household Resources and Standards of Living. Harmondsworth: Penguin, 1979.

Townsend, Peter & Abel-Smith, Brian. The Poor and the Poorest, Harmondsworth: Penguin, 1965.

Walker, Alan & Walker, Carol, dir. Britain Divided: The Growth of Social Exclusion in the 1980s and 1990s. London: CPAG, 1996.

Walker, Carol. Managing Poverty – The Limits of Social Assistance. London: Routledge, 1993.

Haut de page

Notes

1  La perversité du système est un fait bien connu des spécialistes du dispositif de protection sociale britannique.

2  Le droit à l’emploi de ce terme est vivement contesté, notamment par Charter 88 qui parle à cette occasion de “détourne­ment” (hijacked) de la notion de citoyenneté.

3  Ruth Lister écrit à ce propos : “Citizenship has been redefined on the Right in the language of obligation and the active citizen has been summoned like the Genie of the Lamp to apply a caring gloss to the assault on social and economic rights” (20).

4  Alan & Carol Walker (1997), Ruth Lister

5  Le sérieux des chiffres présentés par CPAG est rarement mis en doute ; les résultats de leurs études sont très largement repris, à la fois par les chercheurs en sciences sociales mais aussi par les partis politiques et les organismes qui leur sont proches. La Société Fabienne par exemple publie en 1991 un texte intitulé Facts for Socialists qui reprend les données répertoriées par le Child Poverty Action Group.

6  Une étude publiée par le Social Services Committee en mai 1991 évalue à 12,2 millions le nombre d’individus dont les revenus en 1987 étaient inférieurs ou égaux au montant des minima sociaux. Il est généralement admis qu’en 1979, 9,4 millions d’individus étaient dans une situation similaire.

7  Principe qui est du reste en complète contradiction avec le rejet du “something for nothing” par William Beveridge qui a conduit ce dernier à privilégier l’idée d’un système de protection sociale reposant sur la base de prestations contributives et donc sur une participation régulière au marché du travail.

8  “The Republican Opportunity”, titre qui suggère l’existence d’une “fenêtre d’opportunité” pour le républicanisme en Grande-Bretagne.

9  On trouve des échos de la réflexion proposée par W. Hutton dans de nombreux textes dont les auteurs ont participé à l’élaboration du projet New Labour. Citons par exemple l’ouvrage à valeur programmatique de Peter Mandelson et J. Lidell, The Blair Revolution – Can New Labour Deliver? Comme le rappelle Ruth Levitas (200), Will Hutton a fait partie du cercle des intimes de l’actuel Premier ministre, au nombre desquels elle compte David Miliband, Geoff Mulgan, John Gray et David Marquand ainsi qu’Anthony Giddens, Martin Jacques, David Held, Neil Belton, Colin Mayer, David Halpern et Stuart White.

10  Il s’agit là d’une idée centrale, exprimée à plusieurs reprises. Hutton parle par exemple de “weak public tradition” (285) et explique dans la préface : “The book does not accept that inequality, social distress, centralisation of government, privatisation of the public realm, abandonment of society to the market and enfeeblement of Britain’s civic culture are the necessary downpayment for a better tomorrow” (xii).

11  L’intérêt manifesté par Hutton pour toute tentative de revitalisation du secteur associatif notamment témoigne également de sa volonté de diversifier les modalités de l’action collective en luttant contre le monopole de l’État. La problématique renvoie du reste à celle abordée par John Crowley, dans son ouvrage Sans épines la rose, Tony Blair, un modèle pour l’Europe. Crowley y définit une critique républicaine de l’État comme : “une critique — aussi féroce que nécessaire — de l’État tel qu’il est au nom de l’idée de l’État comme lieu de souveraineté” (210).

12  En soi cette revendication fait écho au modèle de la démocratie athénienne ; voir par exemple David Held 1989 : 222.

13  “Britain must start by writing a constitution”, Hutton 286.

14  On retrouve ici l’idée assez répandue au début des années 90 selon laquelle le marché ne fonctionne pas in vacuo pour ainsi dire mais qu’il est “embedded”, expression qui suggère qu’il se situe au cœur d’une réalité sociale dont il doit tenir compte.

15  La “républicanisation” de l’État se doit d’être suivie d’une “républicanisation” de l’ensemble du système financier britannique, à commencer par la banque centrale : Hutton conteste la suprématie du Trésor et le monopole exercé par le ministère des Finances sur l’élaboration de la politique économique du pays. Il s’agit pour lui de promouvoir une réforme visant à la décen­tralisation du pouvoir de décision ainsi qu’à l’instauration d’un nouveau partenariat entre le monde de l’entreprise et celui de la finance qui permettrait de battre en brèche ce qu’il appelle “gentlemanly capitalism”, expression empruntée à P.J. Cain & A.G. Hopkins dans leur ouvrage, British Imperialism – Innovation and Expansion, 1688-1914, vol. 1, Crisis and Deconstruction, 1914-1990, vol. 2 (London: Longman, 1993). La contestation de la domination exercée notamment dans le monde de la banque et de la finance par des valeurs sinon patriciennes du moins associées à la haute bourgeoisie, revêt une dimension républicaine incontestable. Voir Hutton, chapitre 12, “Stakeholder Capitalism” 298-318.

16  Contrairement au programme américain “workfare” par exemple.

17  On peut à cet égard renvoyer à la discussion du concept d’exclusion dans le texte de Viviane Forrester, L’Horreur économique (Paris : Fayard, 1996) relayé par Crowley (199). Crowley rappelle notamment que “le terme ‘d’exclusion’ est trompeur. On parle bien en fait d’une logique d’inclusion inégalitaire. Sa force, précisément, est de faire obstacle à toute exclusion au sens strict, fût-elle volontaire (…). On pourrait presque dire que la République fait ici le travail du capital, en garantissant la perpétuation de son ‘armée de réserve’”.

18  Ruth Levitas (ch. 9 : 178-89) relève la présence d’échos durkheimiens dans le texte de Hutton et notamment l’importance accordée à la notion de cohésion sociale. On voit bien comment, dans cette perspective, l’idéal républicain peut fonctionner comme le ciment d’un ordre social qu’il légitime. Par ailleurs, le recours à l’idée républicaine semble indiquer que Hutton interprète les dysfonctionnements d’ordre économique, politique et social auxquels est confrontée la Grande-Bretagne comme autant de manifestations de l’adhésion à un système de valeurs erroné ; le discours ne suggère aucunement, du moins dans le texte publié en 1994, que ces “dysfonctionnements” puissent être analysés en termes structurels.

19  Hutton jette les bases d’un néo keynésianisme où la cohésion sociale contribue à la prospérité économique.

20  Les travaux d’Anthony Giddens notamment ont contribué au succès de l’idée d’un “au-delà de la gauche et de la droite” pour traduire littéralement le titre de son ouvrage paru en 1994, Beyond Left and Right – The Future of Radical Politics. La quête d’un centre radical est du reste ce qui anime la réflexion politique de ceux qui se situent dans la mouvance du New Labour.

21  On peut également ajouter que le caractère éphémère de l’intérêt suscité par le recours à l’idéal républicain dans la Grande-Bretagne des années 80 et 90, et donc sa relative marginalité, s’explique aussi par le fait que la vision englobante de l’idée républicaine la place en porte-à-faux par rapport aux modalités les plus récentes de l’action collective : les nouvelles solidarités ne sont que rarement citoyennes, elles procèdent souvent de regroupements ad hoc, qui expriment des revendications ponctuelles et limitées et qui se méfient de toute tentative de récupération institutionnelle. Par ailleurs, nombreux sont les auteurs qui soulignent que l’idéal républicain peut difficilement fournir une solution efficace au problème spécifique de l’exclusion de certaines minorités telles que les femmes ou les immigrés. Voir par exemple Bill Jordan (230).

22  Les architectes du Nouveau Travaillisme, dont Tony Blair, inscrivent partiellement leur réflexion dans la lignée des thèses communautaristes de Amitai Etzioni ou du communisme chrétien de John Macmurray.

23  L’on peut supposer que la virulence avec laquelle Hutton défend les idéaux de la Révolution française, dans un texte où il répond à Michel Rocard, ait pu en effrayer plus d’un. La définition qu’il donne du socialisme (“Its roots lie deep in the battle-cry of the Revolution: liberty, equality, fraternity”, l’appel au peuple en armes (“Citizens must take arms to create and defend human institutions they hold and control in common—nothing more, nothing less”) renvoie à une tradition dans laquelle les ténors du New Labour ne se reconnaissent pas. Will Huttton, “The Social Market in a Global Context”, in Miliband 159-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie AUDA-ANDRÉ, « La lutte contre la pauvreté et l’exclusion dans la Grande-Bretagne des années 80 et 90 : une exigence républicaine ? », E-rea [En ligne], 1.2 | 2003, mis en ligne le 15 octobre 2003, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://erea.revues.org/345 ; DOI : 10.4000/erea.345

Haut de page

Auteur

Valérie AUDA-ANDRÉ

Université de Provence
Maître de conférences
Valérie Auda-André enseigne la civilisation britannique. Sa thèse de civilisation britannique, intitulée “Les écrits du Monday Club (1961-1974) : contribution à l’étude de la pensée conservatrice”, étudie un courant de pensée qui témoigne de la diversité du conservatisme britannique. Ses recherches actuelles portent sur la vie et les idées politiques dans la Grande-Bretagne contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org