Navigation – Plan du site
Recensions

Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier (eds.), Croire à la lettre : Religion et épistolarité dans l’espace franco-britannique (XVIIe-XVIIIe siècles)

Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2012, 281 p. ISBN : 978-2-36781-006-5.
Pierre CARBONI
Référence(s) :

Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier (eds.), Croire à la lettre : Religion et épistolarité dans l’espace franco-britannique (XVIIe-XVIIIe siècles), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2012, 281 p. ISBN : 978-2-36781-006-5.

Texte intégral

1Croire à la lettre : Religion et épistolarité dans l’espace franco-britannique (XVIIe-XVIIIe siècles), coordonné par Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier, publié aux PULM en 2012, constitue le treizième volume de la série « Le spectateur européen / The European Spectator » dirigée par Valérie Maffre et Franck Salaün dans le cadre de la « Collection des Littératures ». L’ouvrage rassemble une sélection des contributions présentées au cours d’un colloque sur l’épistolarité en France et en Grande-Bretagne organisé à l’Université Paul-Valéry-Montpellier III les 18, 19 et 20 juin 2009 sous l’égide de l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge classique et les Lumières (UMR 5186 - CNRS).

2Dans leur avant-propos, Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier situent l’acte épistolaire dans le contexte social et la culture des XVIIe et XVIIIe siècles français et britanniques. Elles soulignent les profonds bouleversements de cette pratique à l’époque considérée et affirment d’emblée le statut particulier de la lettre religieuse au sein du vaste champ de l’épistolarité. Les contributions publiées en reflètent la diversité, ne fût-ce que matérielle. Autre défi, les correspondances étudiées par les auteurs du volume s’inscrivent au sein de débats religieux multiples et variés. La coexistence de plusieurs confessions au sein de l’espace considéré, tout en complexifiant les enjeux, conduit naturellement à une perspective comparatiste particulièrement intéressante. En réunissant des objets variés issus de cultures religieuses diverses, l’ouvrage contribue à mieux appréhender, à travers l’étude de l’enchevêtrement des discours, des oppositions et des contradictions qui se font jour dans les correspondances religieuses, certains aspects culturels majeurs de l’âge classique et des Lumières.

3En complément de l’avant-propos, l’introduction proposée par Alain Kerhervé pose la question d’une « théorie des lettres au XVIIIe siècle » dans le cas particulier de l’Angleterre. Cette introduction permet fort utilement de définir de façon liminaire l’acte épistolaire religieux, non comme une expression spontanée, mais plutôt comme un genre codifié, soumis à des protocoles génériques et issu d’un long apprentissage ancré dans la pratique des manuels épistolaires.

4Les contributions qui suivent et constituent la matière de l’ouvrage sont au nombre de douze, la dernière constituant une brève conclusion scientifique. L’organisation du volume est tripartite, chaque partie comportant quatre contributions. La première partie, intitulée « Les conflits et leur résolution », est essentiellement centrée sur les controverses dans la culture épistolaire française du XVIIe siècle. Dans l’unique contribution en langue anglaise du volume, Kenneth Austin propose l’étude de deux exemples particulièrement significatifs de Français engagés dans les débats religieux du début de la période considérée : le théologien réformé Théodore de Bèze et le savant et homme de lettres catholique Peiresc. L’auteur montre comment s’exprime, dans leurs correspondances respectives, l’identité religieuse distincte des deux hommes, mais également, l’enracinement commun de leur pensée dans une commune inspiration chrétienne. Natacha Salliot et Jean-Paul Gay poursuivent l’investigation du domaine français à travers deux contributions se complétant mutuellement, la première s’attachant à étudier les « formes, expressions et enjeux de la lettre dans le débat théologique » de l’époque, la seconde, la manière dont ces correspondances contribuent à structurer l’espace public tel qu’il se définira en partie aux dépens des Églises au XVIIIe siècle. La dernière contribution de la première partie est due à Sébastien Drouin. Elle étudie un faux en matière de correspondance religieuse : les Lettres pastorales attribuées à l’évêque français de sympathie janséniste, Jean Soanen.

5Les quatre contributions qui constituent la deuxième partie du recueil ont pour objectif principal, non plus le débat, mais, comme l’indique le titre proposé, l’enjeu de « Maintenir et rétablir la religion ». Les deux premières études, proposées respectivement par Xavier Brilland et Paul Chopelin, concernent la période révolutionnaire en France et s’attachent à des correspondances clandestines visant à poursuivre ou à développer l’activité pastorale dans certains diocèses. Dans la contribution qui suit, Pauline Duley-Haour définit les modalités d’expression d’un autre type de clandestinité épistolaire dans la France du XVIIIe siècle à travers l’étude des lettres du pasteur Antoine Court aux Églises du Désert. En écho à cette contribution, l’étude de Pierre Lurbe clôt le chapitre par une topologie du récit dans la correspondance de Court avec l’anglican Jacques Serces, chapelain royal français de St James. Partant du simple compte rendu de faits dans les lettres, l’auteur démontre finement comment le récit se mue parfois en « tableau » théâtral, voire même en épiphanie, véritable « signe » pour la foi.

6La dernière partie du volume éclaire trois exemples de ce qu’Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier définissent dans le titre choisi comme autant de « Facettes de la correspondance huguenote ». Maria-Cristina Pitassi étudie la correspondance de la protestante française d’origine genevoise, Marie de La Fredonnière, avec son accompagnateur spirituel, le pasteur suisse Louis Tronchin. En contraste avec l’étude de cette correspondance privée du XVIIe siècle, Antony McKenna, établit un parallèle saisissant entre l’expression religieuse (« la religion entre les lignes », p. 209) dans la correspondance du célèbre penseur de l’âge classique, Pierre Bayle, et le reste des écrits de cette homme de notoriété européenne. La contribution d’Hubert Bost vient compléter ces études en offrant l’éclairage original de l’étude d’un exemple saisissant de dialogue inter-Églises dans la France de Louis XIV : la correspondance du huguenot La Baumelle avec une religieuse de Saint-Cyr, Madame de Louvigny.

7La variété des contextes, des sensibilités religieuses et des correspondances étudiées dans ce volume appelait une synthèse finale. Françoise Deconinck-Brossard la fournit dans un « Épilogue » riche et nuancé, qui résume l’essentiel de l’apport des diverses contributions de l’ouvrage, rappelant à quel point la lettre, en particulier la lettre religieuse, articule l’intimité de la vie intérieure à l’histoire sociale et culturelle de la collectivité. Elle conclut, à juste titre, à la surprenante « actualité » de ces écrits de l’époque moderne « en ce début du vingt-et-unième siècle, dans le monde du courrier électronique où les échanges quasiment instantanés s’appuient sur de nouveaux réseaux sociaux » (p. 253).

8Intéressante à plus d’un titre, cette publication est dotée d’une solide bibliographie des sources secondaires citées par les contributeurs qui permet au lecteur d’approfondir tel ou tel aspect abordé par les diverses études. Par son caractère transdisciplinaire et les multiples dialogues qu’il établit entre religion et société, France et Angleterre, catholicisme et Réforme, espace public et espace privé, ce recueil de contributions d’éminents spécialistes du sujet ouvre plus d’une perspective nouvelle pour quiconque s’intéresse à la culture européenne entre la Réforme et la fin du siècle Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre CARBONI, « Anne Dunan-Page et Clotilde Prunier (eds.), Croire à la lettre : Religion et épistolarité dans l’espace franco-britannique (XVIIe-XVIIIe siècles) », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/3574

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org