Navigation – Plan du site
L'ordre des mots dans l'espace de la phrase

Analyse de la composante sémantique lexicale de l’inversion locative en anglais

Gérard MÉLIS

Résumés

L’objet de cette étude est la forme non canonique connue sous le nom d’inversion locative, qui est une mise en ordre particulière des constituants de la proposition : Constituant1 C1 (localisation en position initiale) + verbe V + Constituant2 C2 (sujet en position finale). Notre analyse passe par la critique des positions théoriques selon lesquelles l’inversion locative subit deux grands types de contrainte. D’une part, selon certaines études syntaxiques, ce sont les verbes inaccusatifs qui permettent l’inversion. D’autre part, selon certaines interprétations discursives, cette construction est entièrement contrainte par des questions de progression thématique : selon cette analyse discursive, le verbe doit avoir une faible teneur informative pour permettre l’inversion, le C1 est thématique et le C2 est focalisé. Notre critique met en avant deux idées : la catégorie de l’inaccusatif est problématique, et l’analyse discursive ne rend pas compte précisément des faits et peut parfois s’avérer arbitraire. Nous mettons ensuite en évidence une contrainte sémantique lexicale s’exerçant sur l’inversion locative : la relation entre la localisation placée en position initiale et le verbe. Dans cette optique, nous sommes en présence de deux cas : a / la localisation C1 est un argument du verbe, b / le rapport C1-V est une relation serrée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : l’inversion locative entre lexique et discours

1Ce travail a pour objet l’inversion locative en anglais : cette structure non canonique est un schéma particulier qui pose la question des conditions de possibilité de certaines formes de linéarisation des constituants syntaxiques à l’intérieur de la proposition, et donc de « l’ordre des mots dans l’espace de la phrase ». C’est son caractère non canonique qui est particulièrement intéressant dans le cadre de cette problématique générale : en effet, si l’ordre canonique peut sembler mono-strate dans la mesure où un seul niveau d’analyse peut a priori suffire (la forme ordinaire de la proposition en anglais subit des contraintes syntaxiques d’ordre typologique telle que l’application du schéma SVO), un ordre non canonique fait intervenir plusieurs niveaux et révèle la complexité de la linéarisation.

2Cette complexité se reflète dans celle de la structure elle-même, sur les plans formel et analytique.

3Sur le plan formel, l’inversion locative recouvre différents cas, comme le montrent les exemples (1-8) :

1 – In between was an insurmountable barrier of sports coats and duffle coats, woolen scarves and raincoats. (Wilson 27)

2 – Behind her stood a short woman in her thirties with the hydrocephalic brow and oblique domed crop of an intelligent child. (Self 31)

3 – Into this Midlands arcadia fell a letter from Zack Busner : (…) (Self 117)

4 – I felt the tears, damp on my cheek, and into my stomach came a bubble of sweet sentimentality. (Self 76)

5 – Behind them, moving slowly and evenly, but keeping up, came Pa and Noah (…) (Birner et Ward 159)

6 – Down one of the corridors appeared a black-clad figure, face covered by his respirator. (BNC, BPA1698)

7 – On the third floor worked two young women called Maryanne Thomson and Ava Brent (…) (Birner et Ward 189)

8 – In the summer of 1780 came the long-awaited summons. (BNC, CEW459)

4Le verbe impliqué dans la structure peut être be (1) ou un verbe de position tel que stand (2). La localisation représentée par le syntagme prépositionnel SP initial est alors statique. Le verbe peut aussi être dynamique, comme dans (3), (4) et (5), et le SP indique alors une étape du déplacement (arrivée ou départ) de l’entité représentée par le sujet. L’énoncé (6) inclut un verbe d’apparition, et le SP renvoie au lieu de l’apparition de l’entité désignée par le SN en position finale. Dans (7), le SP initial est un adjoint : il n’est pas un argument du V work. D’autre part, la localisation peut être temporelle (8).

5L’inversion avec be a des propriétés complémentaires de l’inversion avec les autres verbes : l’élément antéposé peut être un adjectif attribut avec le verbe be, ou bien un participe passé avec be auxiliaire de be+EN, ou encore la forme ING de be+ING (Birner et Ward 183-185). Nous ne parlerons ici que de l’inversion locative, structure dans laquelle le constituant initial est un localisateur.

6Les constructions (1-8) peuvent être regroupées sous un schéma unique : < C1 V C2 >. En dépit des différences entre les cas, deux points communs sont à souligner. D’une part, le constituant initial C1 renvoie à une localisation. D’autre part, le constituant final C2 est l’argument externe du V : en effet, il occupe nécessairement la place de sujet syntaxique dans un schéma canonique, le verbe s’accorde avec lui, et il est au nominatif quand il s’agit d’un pronom anaphorique (Levine, Rochemont). Enfin, selon Birner et Ward, les mêmes contraintes cotextuelles définies en termes de progression thématique peuvent s’appliquer à ces diverses constructions.

7Sur le plan analytique, l’inversion locative trouve diverses explications, et elle entre dans plusieurs problématiques. Sur un plan sémantico-syntaxique, il s’agit de définir les types de V qui permettent ce schéma. Sur un plan discursif, cette structure non canonique est généralement analysée en termes de progression thématique et de cohésion textuelle (dans cette optique, le C1 est thématique, le V n’apporte pas d’information de très grande teneur, le C2 est rhématique, saillant, et son contenu peut être développé dans le cotexte à droite). Il existe aussi une problématique de type modal : l’inversion locative est analysable comme la marque d’une forme particulière de prise en charge (Copy et Gournay 2009, Gournay 2008, Mélis 2007).

8En ce qui concerne les contraintes qui s’exercent sur cette structure, deux grandes tendances se dessinent : d’une part, la construction serait possible en fonction du type de verbe qui peut entrer dans une inversion locative (verbe inaccusatif), et, d’autre part, l’inversion ne dépendrait pas de ces facteurs sémantiques mais de contraintes discursives définissables en termes de progression thématique. Nous nommons respectivement ces démarches l’hypothèse inaccusative et l’hypothèse discursive.

9L’hypothèse inaccusative met en avant le type de verbe compatible avec l’inversion locative. Néanmoins, étant donné qu’il est établi que les verbes dits inaccusatifs ne sont pas les seuls à pouvoir s’employer dans cette construction et que cette catégorie verbale est difficile à cerner, il semble possible d’abandonner cette hypothèse au profit de la démarche discursive (Birner et Ward). Nous verrons cependant que cette dernière approche ne permet pas de rendre compte complètement des faits.

10Une autre possibilité théorique est envisageable. Mendikoetxea 2007 développe la notion de « meaning shift » en tant que processus de modification du sens du verbe dans la structure d’inversion locative (qui donnerait une tournure inaccusative au verbe). Nous développerons nos commentaires de cette hypothèse dans une autre étude et nous nous concentrerons ici sur l’hypothèse inaccusative et l’hypothèse discursive.

11Nous proposons donc un travail en deux parties. La première partie (l’inversion locative : contrainte lexicale ou contrainte discursive ?) est une présentation critique de la catégorie de l’inaccusatif (1.1) et montre que l’hypothèse discursive qui met en avant la fonction informationnelle de l’inversion locative n’est pas toujours adéquate et qu’elle peut s’avérer arbitraire (1.2).

12Sur la base de ces critiques, nous présentons nos hypothèses sur certaines contraintes lexicales portant sur l’inversion locative dans la seconde partie (la relation C1-V dans l’inversion locative). Dans ce cadre, notre hypothèse est que le constituant C1 doit être un argument du verbe V (2.1) ou bien établir avec lui une relation serrée (2.2).

1. L’inversion locative : contrainte lexicale ou contrainte discursive ?

1. 1. L’opposition inaccusatif / non inaccusatif

13Nous parlons ici en termes binaires « inaccusatif / non inaccusatif » afin de clarifier notre discussion sans entrer dans les détails de la typologie des verbes, détails qui ne sont pas pleinement pertinents dans ce travail.

14Dans le cadre de certaines analyses, l’inversion locative serait liée à la catégorie des verbes inaccusatifs, qu’il est possible d’illustrer avec les exemples :

9 – There came a cry of anguish from inside the house.

10 – A cry of anguish came from inside the house. (Radford 217)

15L’unique argument du verbe come occuperait une position post-verbale en (9) et subirait une montée en position sujet en (10). Quand l’argument du verbe inaccusatif est laissé en seconde position, la place initiale de la proposition serait remplie par un explétif tel que there (9), ou par une sorte d’adjoint dans l’inversion locative :

11 – From inside the house came a cry of anguish.

16Dans la structure (11), le sujet C2 du verbe inaccusatif occuperait sa position post-verbale naturelle, ce qui expliquerait que l’inversion locative soit syntaxiquement possible. Dans cette analyse, il n’y a, en fait, pas d’inversion, car le sujet est toujours à sa place : une structure telle que (11) résulte du déplacement de l’adjoint prépositionnel en position initiale de la proposition et non de l’inversion sujet-verbe.

17Cette structure serait impossible dans (12) à cause du fait que le verbe n’est pas inaccusatif :

12 – * In government offices complain many disgruntled people. (Mendikoetxea 136)

18Nous sommes donc en présence d’une opposition tranchée entre les inaccusatifs (le sujet est l’objet sous-jacent) et les autres types de verbes (Levin et Rappaport Hovav 12).

19Néanmoins, la classe des inaccusatifs est hétérogène. Des verbes tels que come (5) ou appear (6) rendent possible l’inversion mais break l’empêche en (13) :

13 –* On the top floor of the skyscraper broke many windows. (Birner et Ward 188).

20Un verbe d’apparition (ou d’émergence) est compatible avec l’inversion contrairement à un verbe de changement d’état comme break. Il est donc nécessaire de distinguer des verbes d’apparition en (5) et (6) des verbes de changement d’état en (13). Ces derniers seraient incompatibles avec l’inversion locative.

21Haegeman constate que la classe des inaccusatifs est difficilement définissable et considère que des verbes tels que break ne sont pas inaccusatifs (330, 336). Néanmoins, Levin et Rappaport Hovav (133, 182) estiment, au contraire, que de tels verbes appartiennent à cette classe, tout en disant qu’elle est hétérogène et en proposant plusieurs sous-catégories, qui ont peu de points communs à part le fait qu’elles entrent dans une structure SVØ (verbes de changement brusque, verbes d’apparition, verbes à un argument comme sing ou blush).

22La classe des verbes dits inaccusatifs est effectivement difficile à cerner. En ce qui concerne un verbe comme break dans (13), il est possible de penser que le contenu many windows n’est pas le sujet réel du verbe et qu’il en est fondamentalement le complément / patient : l’objet inanimé ne fait rien pour que l’état de fait ait lieu, et il subit un événement. Dans cette optique, il serait possible de générer deux schémas :

14 – (AGENT) [break [many windows]]
– John broke many windows.
(sens agentif de break, control verb)

15 – (Ø) [break [many windows]]
– (many windows) [break [ ]]
Many windows broke.
(forme inaccusative, raising verb)

23Dans le cas du schéma (14), la présence d’un agent produit un schéma canonique transitif ordinaire. Dans (15), en revanche, l’absence de cet argument rendrait nécessaire la montée de l’argument unique afin de fournir à la phrase un sujet syntaxique. Dans les deux cas, le contenu many windows n’est pas agent / source de l’état de fait et il renvoie à ce qui subit un événement, ce qui peut justifier sa place dans la structure (place post-verbale d’objet).

24La relation entre des formes telles que (14) et (15) est connue sous le terme d’alternance causative (causative alternation) (Levin et Rappaport Hovav 11). La structure de base est (15) alors que (14) en est la version causative, ce qui peut s’exprimer dans un schéma tel que : John caused < the window – break >.

25Néanmoins, cette alternance n’est pas systématique. D’une part, elle ne concerne qu’un sous-type d’inaccusatif (come est différent de break à cet égard). D’autre part, Levin et Rappaport Hovav mettent en avant le fait que l’alternance causative n’est pas une propriété constante de ces verbes. Par exemple, s’il est possible de dire He opened his heart et He broke his promise, on ne peut pas accepter * His heart opened ou * His promise broke. L’alternance causative n’est alors plus un critère qui permet de distinguer une classe homogène de verbes.

26Par ailleurs, il est possible de dire que le SN sujet d’un verbe tel que come dans (16) n’occupe cette position qu’à travers une opération de montée syntaxique, car son référent n’est pas l’agent maîtrisant l’événement. Néanmoins, l’arrivée des gens est sous le contrôle agentif du référent du sujet dans (17), et il semble alors plus difficile de soutenir l’idée que people n’est pas vraiment à sa place canonique d’argument externe :

16 – I realised slowly that the screams were coming from the kitchen. (BNC, A0R3058)

17 – People were coming from every doorway into the street. (BNC, AK2132)

27De plus, des verbes non inaccusatifs permettent l’inversion, comme dans l’exemple (7) avec work ou (18) :

18 – Several groups behind the mayor’s car marched police officers from Sheriff James O’Grady’s parade unit. (Birner et Ward 188)

28L’hétérogénéité de la classe des verbes inaccusatifs et le fait que des verbes non inaccusatifs peuvent eux aussi permettre la structure d’inversion locative rendent largement inopérante la distinction inaccusatif / non inaccusatif en ce qui concerne la possibilité de produire une inversion de ce type. Même s’il faut admettre que tous les verbes ne peuvent pas entrer dans une inversion locative, l’hypothèse inaccusative ne permet pas de produire une contrainte généralisable conditionnant cette structure.

1. 2. L’analyse discursive : inversion et teneur informationnelle

29À partir de ce constat, c’est la composante discursive qui est mise en valeur en tant que contrainte efficace dans certaines analyses (Levin et Rappaport Hovav, Birner et Ward). Dans ce cadre, ce n’est pas le caractère inaccusatif du verbe qui le rend compatible avec l’inversion locative, mais la nature thématique de l’information qu’il véhicule.

30Birner et Ward (188-194) avancent l’hypothèse selon laquelle le C1 est une information plus ancienne que C2 et le contenu du verbe dans une inversion locative ne doit pas contenir une information plus nouvelle que le C2.

31Cette non-saillance du V se réalise de diverses manières :

• le V est un verbe lexicalement léger comme be (1) ou comme un verbe de position tel que stand (2),

• le contenu du V est déjà mentionné dans le cotexte à gauche.

32Par exemple, l’énoncé (7) avec work s’explique par rapport à ce qui est déjà explicite (nous donnons un contexte étendu dans 19) :

19 – I sat alone in an office while across the hall the sound engineer, the pop-eyed, silent but hyper James Hill, worked behind a heavy wooden door lined with what looked like foam-rubber waffles. On the third floor worked two young women called Maryanne Thomson and Ava Brent, who ran the audio library and print room. (Birner et Ward 189)

33La notion « work » est déjà présente dans le contexte et ne constitue plus un contenu sémantique saillant. De même, un exemple comme (18) est possible dans un contexte particulier, développé dans (20) :

20 – As Daley passed, thousands of onlookers cheered along the 1 1/2-mile parade route down Broadway to Diversey Parkway (…) Several groups behind the mayor’s car marched police officers from Sheriff James O’Grady’s parade unit. (Birner et Ward 188)

34La notion de parade, associée à onlookers et route, permet d’annoncer celle de marching, qui n’est plus saillante en contexte en tant qu’information nouvelle.

35Les relations entre les contenus à l’intérieur de la structure peuvent aussi être pertinentes. Dans (21), la mention de pulpit dans le C1 rend l’activité preach prévisible, tandis que, dans (22), « sprouting represents a characteristic state of whiskers, rendering ‘sprout’ inferrable in context » (Birner et Ward 191) :

21 – From this pulpit preached no less a person than Cotton Maher.

22 – Beneath the chin lap of the helmet sprouted black whiskers.
(Birner et Ward 189, 191)

36Inversement, un verbe tel que break dans (13) introduit un nouvel état qui indique une rupture imprévisible par rapport à la situation mentionnée auparavant dans le contexte à gauche.

37L’analyse présentée par ces auteurs est séduisante, car elle permet de sortir de l’hypothèse inaccusative, tout en intégrant davantage la structure d’inversion dans son contexte. Néanmoins, elle n’est pas entièrement convaincante, comme nous allons maintenant le démontrer.

38En premier lieu, il faudrait vérifier le postulat selon lequel le C2 est systématiquement rhématique par rapport au C1. Un exemple tel que (4) contredit ce postulat : dans cet exemple, c’est plutôt le C2 qui est de l’ordre thématique, dans la mesure où la relation < I – feel tears on my cheek > peut induire l’existence de sweet sentimentality, alors que rien dans le contexte n’annonce la localisation into my stomach. Un travail approfondi sur des exemples contextualisés, qui sort du cadre de cette présente étude, permettrait de nuancer l’analyse de l’inversion locative en termes informationnels.

39En second lieu, l’hypothèse discursive n’explique par pourquoi ce qui serait valable pour sprout dans (22) n’est pas envisageable pour break dans (13). En effet, une fenêtre, étant un mécanisme qui, de surcroit, inclut du verre, est tout à fait associable avec la notion break, tout comme les favoris peuvent proliférer d’une manière anarchique (22).

40D’autre part, la structure (13) ne paraît pas acceptable, même dans un cotexte a priori favorable :

23 – ?* Due to the unexpected accident, a lot of machines exploded on every floor in the big building. Even on the top floor of the skyscraper broke many windows.

41De plus, l’analyse de certains exemples en ces termes paraît arbitraire. Par exemple, selon Mendikoetxea, l’énoncé (24) indiquerait que « chattering and singing are seen as characteristic of girls » :

24 – (…) and around them chattered and sang as many girls with the silver spadella stuck through their black tresses (…) (Mendikoetxea 140)

42On retrouve ce type de raisonnement chez Marandin à propos du français. Il serait possible de dire (25) et non (26) pour des raisons de représentation culturelle :

25 – Il entra dans le château. Dans le salon papotait un groupe de femmes.

26 – *Il entra dans le château. Dans le salon criait un groupe de femmes.

43En effet, la relation < femme – papoter > serait plus culturellement accessible que la relation < femme – crier >. Que dire alors de l’exemple (27) ?

27 – ? Il entra dans le château. Dans le salon papotaient de vieux généraux couverts de médailles.

44Il faudrait en déduire que (27) n’est pas acceptable pour des raisons de représentation culturelle, ce qui est arbitraire. De même, l’explication de (24) est loin d’être convaincante, car elle dépend non de critères linguistiques mais de représentations culturelles de l’ordre du cliché.

45Enfin, l’analyse d’exemples tels que (22) et (24) pose problème. En effet, comment inférer un contenu à partir d’un autre contenu que la structure donnerait comme nouveau ? Si l’on suit l’analyse classique de l’inversion locative, dans un énoncé comme (22), la localisation beneath the chin lap of the helmet est de l’ordre du thématique. En revanche, l’élément C2, de nature rhématique, intervient en tant que contenu nouveau, ce qui rend difficile d’en déduire le contenu qui correspond au V sprout, d’autant plus que ce dernier précède C2 dans l’agencement linéaire de l’énoncé. Dans l’analyse proposée, il faudrait avoir déjà déduit d’un contenu à venir et présenté comme nouveau un autre contenu posé comme thématique déjà mentionné avant C2. Le thématique découlerait du rhématique, ce qui est a priori une contradiction, ou, en tout cas, mériterait des précisions et une théorisation plus approfondie.

2. La relation C1-V dans une inversion locative

46Nous voyons que les grandes catégories de verbes ne sont pas toujours pertinentes. D’autre part, l’inversion locative ne correspond pas systématiquement à une organisation informationnelle stable. Des exemples tels que (4) remettent en cause la contrainte selon laquelle le C1 est thématique alors que le C2 est rhématique, et la teneur informative du verbe n’est pas toujours définissable avec rigueur (24-27).

47Notre hypothèse est qu’une des conditions de possibilité de l’inversion locative est le type de relation qui existe entre les constituants C1 V C2 de cette structure, notamment entre C1 et l’événement auquel renvoie le verbe : pour que l’inversion soit acceptable, il est nécessaire que C1 soit un argument du V (2.1) ou que la relation entre C1 et V soit serrée (2.2).

2.1. Relation argumentale

48Certaines manipulations sont particulièrement révélatrices quant à l’organisation interne de l’inversion locative :

28 – In the town were a great number of devastated families.

29 – * After the flood were a great number of devastated families.
(exemples formés à partir de Birner et Ward 209)

49Une démarche de type strictement informationnel ne permet pas de rendre compte de la différence d’acceptabilité entre (28) et (29). En effet, dans chaque énoncé, le constituant C1 peut être thématique alors que C2 peut être rhématique, et le verbe be est un verbe léger. Bien que cet énoncé (29) ne soit pas acceptable, toutes les conditions qui pourraient le rendre grammatical sont réunies. Birner et Ward mentionnent cette différence sans en tirer de conséquences, mais elle nous paraît révélatrice, car elle montre que la localisation initiale C1 ne peut pas être un adjoint.

50En effet, les exemples (28) et (29) subissent les mêmes contraintes que les formes canoniques correspondantes :

30 – A great number of devastated families were in the town.

31 – * A great number of devastated families were after the flood.

51Les contenus présents dans une relation doivent normalement être congruents sémantiquement et ils se contraignent mutuellement : la relation qui les associe entre eux leur attribue des rôles et leur applique des contraintes de sélection, et c’est en cela qu’ils sont identifiables en tant qu’arguments du procès.

52Dans les exemples (28-31), le sujet correspond à une entité localisable dans l’espace et non dans le temps, ce qui exclut une localisation de type after the flood. Cette localisation n’est pas identifiable en tant qu’argument dont la sélection est restreinte dans le cadre d’une relation prédicative : elle relève de l’adjonction circonstancielle, ce qui rend (29) et (31) inacceptables. En revanche, les exemples (28) et (30) sont corrects, car la localisation est compatible avec les propriétés de ce qui est localisé.

53En revanche, le pronom that dans (32) peut renvoyer non seulement à une entité localisable dans l’espace comme le sujet de (28-31) mais aussi à un événement, et donc à un contenu localisable dans le temps, ce qui rend (32) correct :

32 – That was after the flood.

54Il y a de nouveau congruence entre les contenus, qui se contraignent mutuellement (la localisation temporelle appelle un événement, l’événement est naturellement repérable dans le temps). Notons, en outre, qu’il est possible d’utiliser différents types de localisation dans une structure telle que There were a great number of devastated families after the flood / in the town, car, dans ce cas, la localisation est un adjoint (élément mobile et facultatif) et il n’y a pas de contrainte de congruence comme dans (28-32).

55Ces manipulations nous fournissent un indice sur le type de relation qui doit exister entre les contenus pour que l’inversion soit possible : C2 et C1 doivent être des arguments compatibles entre eux dans le cadre d’une relation.

56À cet égard, la comparaison entre (33) (reprise de (6)), (34) et (35) est intéressante :

33 – Down one of the corridors appeared a black-clad figure, face covered by his respirator. (BNC, BPA1698, The Titron Madness. Bedford, J., Long Preston, N. Yorks : Dales Large Print, 1984)

34 – * On his bicycle appeared John. (Kim)

35 – * On his bicycle appeared a black-clad figure, face covered by his respirator.

57La question est de savoir pourquoi (35) est impossible alors que (33) est correct alors que le C2 est, dans les deux cas, un sujet complexe qui pourrait être focalisé dans l’inversion locative. Notre hypothèse est que la grammaticalité des énoncés dépend du rapport entre la localisation et le procès.

58Dans (34), le SP on his bicycle est une caractérisation de l’argument externe John alors que le SP de (33) fait référence au lieu d’apparition du C2, c’est-à-dire au point d’aboutissement du processus d’apparition, aboutissement sans lequel l’apparition n’existe pas. Sans site d’apparition (une subjectivité, un endroit, un moment), une entité ne peut pas apparaître : il n’y a apparition que par rapport à des coordonnées spatio-temporelles et / ou par rapport à un point de vue. La localisation est alors un contenu référentiel qui fait partie de la définition même du procès et qui doit obéir à des règles de sélection lexicale pour que l’énoncé soit pleinement acceptable : elle est identifiable en tant qu’argument du verbe.

59En fait, le caractère inacceptable de (34) tient au fait que dans le monde tel que nous le connaissons, les entités ne deviennent pas visibles sur des vélos, ce que signifierait (34), alors que quelqu’un peut très bien apparaître quelque part pour quelqu’un a un moment donné en étant déjà sur un vélo. Un énoncé tel que (36) est, quant à lui, syntaxiquement et sémantiquement correct, même s’il est référentiellement inattendu :

36 – And then, much to John’s dismay, on his bicycle appeared the Ghost of Banquo himself !

60Dans ce cas, la localisation est le site de l’apparition et sert d’argument au verbe. Autrement dit, il existe des différences sémantiques entre des énoncés canoniques tels que (37) et (38) :

37 – John appeared on his bicycle.

38 – A black-clad figure, face covered by his respirator, appeared down one of the corridors.

61L’énoncé (37) renvoie à l’événement < John – appear > et la localisation on his bicycle est plus de l’ordre du circonstanciel. L’énoncé peut se paraphraser comme : John appeared when he was on his bicycle. En revanche, (38) définit une relation à deux termes : l’entité a black-clad figure a pour site d’apparition le contenu down one of the corridors à travers le procès appear. Dans ce cas, l’inversion est possible.

62Cette relation argumentale permet l’inversion avec un verbe tel que come dans (39) (reprise de l’exemple 8), avec un SP de type temporel :

39 – In the summer of 1780 came the long-awaited summons.
(BNC, CEW459, Mozart : a bicentennial tribute, Thompson, W., London : Quintet Publishing Ltd, 1989)

63En (39), l’événement que représente the long-awaited summons (avec come, au sens de happen ou take place) appelle plus facilement une localisation temporelle :

40 – ? ?* The long-awaited summons came from Vienna.

41 – The long-awaited summons came in the summer of 1780.

64La localisation spatiale en (40) serait acceptable si l’énoncé faisait référence à l’assignation (summons) en tant qu’objet matériel (le document écrit lui-même), alors que (41) fait clairement référence à l’assignation en tant qu’événement qui surgit dans le temps.

65La localisation temporelle fonctionne comme un argument du verbe come associé à son autre argument the long-awaited summons : dans (41), il ne s’agit pas de repérer dans le temps l’événement < the summons – come > mais de localiser le C2 à travers un verbe d’apparition tel que come. Cette organisation argumentale permet l’inversion en (39), alors qu’elle n’est pas possible quand la localisation n’est pas un argument (comme en 29).

66L’inversion locative semble fonctionner en distribution complémentaire avec l’antéposition d’un adjoint :

42 – * ? In the summer of 1780, the long-awaited summons came.

43 – In the summer of 1780, the barbarians came.

67Quand c’est l’événement représenté par la relation < sujet – verbe > qui est repéré dans le temps, la localisation fonctionne comme un adjoint, et elle peut s’antéposer (43). Quand la localisation repère le sujet, elle fonctionne comme un argument d’une relation bi-actancielle et l’antéposition n’est pas possible (42), mais l’inversion peut s’effectuer (39).

68La structure d’inversion locative correspondrait donc à un renversement de l’agencement linéaire des arguments d’une relation bi-actancielle. Cela peut se représenter de la manière qui suit : < (argument2) C1 V (argument1) C2 >.

69Cette formule s’applique aux exemples (1-8) donnés dans l’introduction, à part l’exemple (7). Dans (1), le verbe be met en rapport le contenu localisé et sa localisation. Il en va de même pour un verbe de position comme stand dans (2). Dans (3), (4) et (5), les verbes dynamiques fall et come impliquent un mouvement et donc un point d’aboutissement ou un point de départ. Les verbes d’apparition tels que appear (6) ou come (8) intègrent dans leur sémantisme le lieu et / ou le moment de l’apparition de l’entité concernée.

70Cette analyse peut rendre compte du blocage de (13). En effet, on the top floor of the skyscraper n’est pas un argument de break, ce qui rend l’inversion illicite.

71Cette analyse peut aussi rendre compte de l’agrammaticalité de certaines structures. Les remarques sur l’acceptabilité des exemples (44-47) proviennent de l’article de Kim cité en bibliographie.

72En ce qui concerne (44-45), l’inacceptabilité est due au fait que on the corner n’est pas un argument de drink, et non à l’emploi de be+ing, car (45) est pareillement impossible :

44 – * On the corner was drinking a woman.

45 – * On the corner drank a woman.

73Notons que le schéma bi-actanciel agit comme une contrainte forte sur la possibilité de construire une inversion locative. L’énoncé (46) n’est pas licite, car le SP in the room n’est pas ici un argument d’une relation bi-actancielle :

46 – * Into the room rolled John a ball.

74L’inversion redevient possible si deux arguments seulement sont effectivement présents et s’ils respectent les contraintes de sélection, comme dans (47) :

47 – Into the room rolled the ball.

75Notons que, dans (47), la localisation initiale C1 repère le contenu C2 dans l’espace (et non l’événement < S – V >) dans le cadre d’une relation bi-actancielle (argument 1 = le localisé the ball, argument 2 = la localisation into the room).

2.2. Relation serrée entre C1 et V

76Quand le C1 ne correspond pas à un argument du verbe, l’inversion locative ne peut pas s’appliquer, à moins qu’il n’existe une relation serrée entre la localisation et le verbe. Pour illustrer ce point, nous allons étudier trois verbes différents : work (7), break (13) et melt (48, 49) :

48 – The hot August sun beat down on the children as they walked down the street. Johnny was spooning up soggy sherbet out of a cupboard cup ; in Maria’s hand melted a chocolate-chip ice cream cone.

49 – The news of the accident had brought the banquet to a halt. The banquet hall was now deserted, with tables of uneaten food left to spoil. The lettuce on the buffet was beginning to wilt ; in the center of the buffet table melted the once-impressive ice-sculpture swan.
(Birner et Ward 193)

77En ce qui concerne l’inversion locative, ces trois verbes ont pour point commun le fait que l’élément C1 est une localisation qui n’est pas un argument du verbe, mais ils réagissent différemment par rapport à l’inversion : work est compatible avec l’inversion, melt peut l’être à condition, selon Birner et Ward, qu’il y ait un contexte adéquat, mais break, bien qu’il soit censé être inaccusatif comme melt, est incompatible avec l’inversion, même dans un contexte favorable (23). Dans le cadre de notre hypothèse, c’est le rapport C1-V qui est déterminant.

78Avec work, le contexte complet, donné dans (19), est révélateur sur ce point : il ne s’agit pas ici de localiser un événement mais de définir un type de travail à partir du lieu de son exercice. Si le texte (19) est cohérent, le fait de mentionner dans la relative les fonctions qu’occupent les deux personnages est une indication concernant leur lieu de travail, c’est-à-dire un lieu qui ne sert pas simplement à localiser des événements mais à définir une activité. Une question telle que « Where do you work ? » peut avoir deux interprétations : il peut s’agir de définir le lieu physique de l’activité ou de définir un type de profession. Dès que la localisation peut moins facilement servir de définition, l’inversion locative paraît plus difficile à accepter que dans (19) :

50 – ? ?* Right in front of me worked two young women called Maryanne Thomson and Ava Brent, who ran the audio library and print room.

51 – ? ?*Behind the heavy wooden door worked the sound engineer, the pop-eyed, silent but hyper James Hill.

52 – ? ?* In my bathroom worked the new plumber, the pop-eyed, silent but hyper James Hill.

79Les localisations initiales dans (50-52) tendent à repérer une occurrence et non à définir un type d’activité. Pour que ces énoncés soient éventuellement acceptables, il faudrait qu’ils soient insérés dans un cotexte très favorable : ces énoncés appartiennent à une séquence descriptive stative et les localisations sont clairement pré-définies, comme cela est le cas avec march dans (20). Néanmoins, en tant que tels, ils paraissent moins facilement interprétables que (19), directement compris comme renvoyant à une caractéristique du C2 et non à un événement singulier. On retrouve ce genre de phénomènes en français avec le choix du temps : Au troisième étage * ?travaillèrent / travaillaient deux jeunes femmes. La valeur descriptive de l’imparfait est fortement compatible avec l’inversion.

80À cet égard, il serait utile de s’interroger sur l’alternance des schémas dans (19). En effet, la première occurrence de work est dans un schéma canonique : la localisation antéposée across the hall peut faire référence à un type de travail (le lieu habituel de l’activité) ou à une occurrence de situation. En revanche, dans ce contexte, la seconde occurrence de ce verbe dans l’inversion semble plus renvoyer à un état de fait habituel (la relative who ran… définit un travail qui est, en tant que tel, localisé dans un lieu précis). Dans ce cas, il y a une relation serrée entre la localisation et l’événement.

81Il en va de même en ce qui concerne les différences entre break et melt. Les localisations C1 dans (48) et (49) définissent des circonstances favorables au processus de fonte et de liquéfaction : le simple fait d’être dans une main, notamment par temps chaud, ou d’être posée à l’air libre sur une table est suffisant pour qu’une glace se mette à fondre.

82Ceci s’applique aussi au verbe sprout dans (22). En effet, l’événement dénoté par ce verbe est fortement lié au lieu de l’émergence :

53 – If a leaf or other part of a plant is sprouting, it is beginning to grow on a plant.
– If a plant sprouts, new leaves or shoots begin to grow
on it.
– If things sprout or sprout up
somewhere, they appear there or increase in number suddenly and very quickly.
(Macmillan Dictionary)

83Avec un tel verbe, le mode d’apparition est déterminé (il implique un élément organique pris dans un processus de poussée rapide et proliférante) et il y a un lien notionnel serré avec la localisation de l’événement, ce qui est une condition de possibilité de l’inversion locative. 

84En revanche, la localisation on the top floor of the skyscraper dans (13) n’a aucune pertinence en ce qui concerne l’événement dénoté par le procès break, ce qui bloque l’inversion.

Conclusion

85Nous avons montré qu’il doit exister un lien fort entre la localisation C1 et le verbe pour que l’inversion locative soit possible. Cette relation se manifeste dans deux cas :

1 – C1 est un argument de V (C1 fait partie de la définition de l’événement)

2 – Il y a une relation serrée entre C1 et V (le C1 est une condition de manifestation ou un trait définitoire de l’événement dénoté par la proposition).

86Sur un plan plus général, nous voyons que l’ordre des mots est un phénomène transversal qui mobilise plusieurs niveaux d’analyse distincts. Dans l’espace de la phrase s’établissent des rapports entre des phénomènes qui appartiennent à des strates conceptuelles hétérogènes : propriétés des lexèmes verbaux isolés (catégories de verbes qui permet l’inversion), relations notionnelles entre contenus (relation C1-V), relation entre la structure et son environnement textuel (l’inversion locative en tant qu’organisation thématique), et rapport entre la structure et les coordonnées énonciatives (prise en charge). Dans cette optique, il ne s’agit plus de déterminer quel niveau conditionne les autres ou lequel prédomine en tant qu’explication totale et absolue (nous avons montré que l’hypothèse lexicale inaccusative et l’hypothèse discursive informationnelle ne parviennent pas à rendre compte de tous les faits, sans toutefois être totalement invalidées), mais de définir des modes d’articulation entre des niveaux qui ont la propriété paradoxale d’être à la fois hétérogènes et liés entre eux. Nous sommes en présence d’une double nécessité : distinguer des strates (lexicale / syntaxique / textuelle / énonciative) et définir des relations entre elles.

Haut de page

Bibliographie

Birner, Betty, J., et Ward, Gregory. Information Status and Noncanonical Word Order in English. Amsterdam / Philadelphie : John Benjamins, 1998.

Copy, Christine et Gournay, Lucie. « Locative Inversion in Discourse : a strategy of non-commitment ». Discours [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 04 novembre 2009, consulté le 30 décembre 2011. URL : http://discours.revues.org/7355; DOI : 10.4000/discours.7355.

Gournay, Lucie. « L’inversion locative : un cas particulier de prédication ». La Prédication, Faits de Langue, n° 31-32 (2008) : 263-275.

Haegeman, Liliane. Introduction to Government and Binding. 2ème edition. Oxford, GB, Cambridge, USA : Blackwell, 1995.

Kim Jon-Bok. “English Locative Inversion : A Constraint-Based Approach.” (2003) http://web.kyunghee.ac.kr/~jongbok/research/final-papers/ene-final.pdf. 30 déc. 2011.

Levin, Beth, et Rappaport Hovav, Malka. Unaccusativity at the Syntax-Lexical Semantics InterfaceLinguistic Inquiry Monograph 26. Cambridge, MA : MIT Press, 1995.

Levin, Beth et Rappaport Hovav, Malka. Argument Realization. Research Surveys in Linguistics Series. Cambridge, GB : Cambridge University Press, 2005.

Levine, Robert. “On Focus Inversion : Syntactic Valence and the Role of a SUBCAT list.” Linguistics 27 (1989) : 1013-1055.

Macmillan English Dictionary for Advanced Learners. 2002.

Marandin, Jean-Marie. « Inversion du sujet et structure de l’information dans les langues romanes ». (2003). Archives Jean-Marie Marandin. 30 déc. 2011.

Mélis, Gérard. « Retournement prédicatif et plan énonciatif : la structure avec sujet en finale et les repérages énonciatifs ». Points de vue sur l’inversion, Cahiers de recherche en linguistique Tome 9 (2007) : 69-83.

Mendikoetxea, Amaya. “Unergatives that ‘become’ unaccusatives in English Locative Inversion Structures : a lexical-syntactic approach”. Points de vue sur l’inversion, Cahiers de recherche en linguistique Tome 9 (2007) : 133-155.

Radford, Andrew. Syntax – A Minimalist Introduction. Cambridge, GB : Cambridge University Press, 1997.

Rochemont, Michael. Focus in Generative GrammarStudies in Generative Linguistic Analysis 4. Amsterdam / Philadelphie : John Benjamins, 1986.

Corpus

British National Corpus.

Chatwin, Bruce. On the Black Hill. Picador, 1982.

Self, Will. The Quantity Theory of Insanity. Penguin, 1994.

Waugh, Evelyn. Brideshead Revisited. Penguin, 1982.

Wilson, Angus. A Bit Off the Map. Granada, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard MÉLIS, « Analyse de la composante sémantique lexicale de l’inversion locative en anglais », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/3597 ; DOI : 10.4000/erea.3597

Haut de page

Auteur

Gérard MÉLIS

G. Mélis est MCF-HDR à l’Institut des Etudes Anglophones de Paris Diderot. Il est membre de l’équipe CLILLAC-ARP. Ses travaux portent sur la syntaxe des structures complexes dans une perspective énonciativiste qui articule structure, contexte et discours. Il a publié de nombreux articles sur les subordonnées en anglais contemporain et sur les différentes formes de complémentation (formes finies, non finies, les relatives, les circonstancielles, les complétives, structures dites à contrôle et à montée).
G. Mélis is a MCF-HDR in the Institut des Etudes Anglophones (Paris Diderot). He is a member of CLILLAC-ARP. He works on complex structures in discourse. He published many articles on subordinate clauses in English (finite/nonfinite forms, relative/adverbial/ noun clauses, control/ raising constructions).
gmelis@orange.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org