Navigation – Plan du site
1. Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660

Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660 - Introduction

Interactions and transfers between France and the British Isles, 1640-1660 – Introduction
Karine BIGAND

Texte intégral

  • 1 Cité dans Gédéon Tallemant des Réaux. Le Manuscrit 673. Ed. Vincenette Maigne. Paris: Klincksieck, (...)

Allons tous en Angleterre
Il n’y a ni foy ni loy
Que c’est une bonne terre
Elle a décollé son Roy
Morbleu j’y voudrais bien estre
On n’y voit ni Roy ni prestre
Claude de Chauvigny de Blot, baron de Blot-l'Église (1605 ?-1655)1

1Cet extrait de chanson satirique des années 1650 offre un exemple de représentation française de l’Angleterre des années 1650, mêlant faits historiques et projection fantasmée de l’auteur, qui illustre parfaitement ce que ce dossier d’E-rea sur les « Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660 » propose d’étudier. Est présentée ici, sous forme d’articles approfondis, une sélection des communications présentées lors du colloque éponyme qui s’est tenu à l’Université Paris 13 en janvier 2008. Ce projet de publication, plusieurs fois reporté au cours des dernières années, trouve enfin en E-rea un espace d’expression et je suis particulièrement reconnaissante à sa directrice de publication, Sylvie Mathé, d’avoir accepté cette collaboration. On doit l’idée du colloque à l’esprit foisonnant de François Poirier, Professeur de civilisation britannique à Paris 13 et fervent partisan d’une approche comparée des mondes anglophones et francophones. Passionné d’histoire, il avait fait de cette spécificité le cœur de sa recherche et la force du CRIDAF (Centre de Recherches Interculturelles sur les Domaines Anglophones et Francophones), qu’il dirigeait alors. Alors jeune titulaire d’un doctorat sur l’insurrection irlandaise de 1641 et fraîchement recrutée à Paris 13, j’avais accepté sa proposition d’organiser ce colloque, le premier de ma carrière, encouragée par son enthousiasme et certainement quelque peu inconsciente de l’ampleur de la tâche à venir. Ce fut une expérience très enrichissante et je suis honorée de présenter le résultat de ce travail en commun dans ce numéro. François Poirier est décédé prématurément en 2010 et j’enseigne désormais à Aix-Marseille Université. Ce dossier est un hommage à sa ténacité optimiste et contagieuse.

2Les articles présentés ici abordent la période 1640-1660 sous un angle innovant. Comme le rappelle Stéphane Jettot, l’intérêt porté par les chercheurs français à la « révolution anglaise » des années 1640, qualifiée de puritaine ou bourgeoise, a longtemps été motivé par « l’encombrante Révolution française » (577). Ainsi, depuis le début du XIXe siècle et l’incontournable œuvre de Guizot, les liens entre les deux événements ont été largement analysés, que ce soit pour évaluer l’influence de la crise monarchique des années 1640 sur la philosophie des Lumières, ou bien dans l’historiographie française de la Révolution (Bigand). Au contraire, l’étude des points de contact ou de comparaison entre la France et les îles Britanniques dans les années 1640 et 1650 a fait l’objet de moins de recherches. Les interactions ou possibles parallèles sont pourtant nombreux dans l’histoire politique, sociale et culturelle des deux territoires, secoués à la même période par une crise politique remettant en cause le pouvoir royal et la nature du gouvernement, et soumis en même temps à une nouvelle expérience gouvernementale (expérience du modèle républicain dans les îles Britanniques, triomphe de l’absolutisme en France). Certes, la Fronde (1648-1653) et ce qui a été appelé la Guerre civile ou Révolution anglaise (1640-1649) ne résiste guère à une analyse poussée, mais des interactions ont bel et bien existé entre ces deux mouvements simultanés. Non seulement, comme le montrent les articles de ce dossier, les publics anglais et français étaient bien informés de la situation de leurs voisins, mais les références aux troubles d’outre-Manche ont été fréquemment utilisées par les frondeurs pour dénoncer Mazarin comme un tyran – ou par Mazarin pour justifier sa répression de la Fronde. A partir de 1654 toutefois, face à la nécessité de vaincre l’Espagne, le même Mazarin, champion de la monarchie absolue, choisit de s’allier au régicide Cromwell.

3Les articles de ce dossier revisitent et complètent l’analyse d’un certain nombre de contacts et interactions entre les deux territoires. Plus que de simples comparaisons, ils proposent une forme d’histoire « croisée » (entangled history ou connected history en anglais) « qui étudie les connexions, les modes d’interaction et d’interdépendance entre les sociétés, par-delà les découpages étatiques, et à des échelles diverses » (Frank 90). Cette approche partage nombre des mérites de l’histoire comparée, en ce qu’elle permet de faire émerger des problématiques autres que celles suscitées par un seul objet d’étude, d’affiner les études de cas et d’envisager plus efficacement les causes et les effets d’un phénomène (Kocka 40-41). Elle propose en outre de sortir du seul cadre national, largement imposé par l’évolution de la discipline historique au XIXe siècle mais opérant comme un carcan pour qui s’intéresse aux flux des personnes et des idées, des représentations de l’autre ou des relations diplomatiques, entre autres. La démarche adoptée dans ces articles est de type « relationnel » et interroge, à ce titre, « des liens, matérialisés dans la sphère sociale ou simplement projetés, entre différentes formations historiquement constituées » (Werner et Zimmermann 8). Une autre particularité de ce dossier est qu’il tient compte de l’ensemble des trois royaumes des îles Britanniques. Il est certain que la relation d’attraction-répulsion entretenue par la France et l’Angleterre a fait l’objet de nombreuses études, dont Glenn Richardson propose une synthèse récente (1-21). Les relations franco-irlandaises ou franco-écossaises ont souvent été éclipsées, alors qu’elles proposent des éclairages enrichissants sur le rapport de chaque royaume à ses voisins, y compris anglais, parfois amis, parfois rivaux. Cette approche, assez inédite en France, s’inscrit dans le courant historiographique récent de la « nouvelle histoire britannique », qui tend à s’éloigner de l’anglo-centrisme souvent dominant (Pocock ; Canny). Enfin, ce dossier propose des angles divers et pluridisciplinaires sur le thème retenus, en rassemblant les travaux d’historiens et d’historiens de l’art anglais, écossais et irlandais, ainsi que d’anglicistes civilisationnistes français.

4L’article de Charles Giry-Deloison pose d’emblée la problématique de ce dossier en s’intéressant à la représentation des Français en Angleterre, notamment pendant la Fronde. Il montre combien la France était constamment à l’esprit de ses voisins dans diverses publications, que ce soit en raison de l’inimitié ancestrale entre les deux royaumes ou de l’admiration portée à la culture et au savoir-vivre français. Pendant les années 1640-1660, la nouveauté venait de l’essor des journaux et de la circulation plus aisée de l’information. Toutefois, en dépit de cette nouvelle donne, l’auteur observe que ces publications, même si elles relatent les actualités françaises, ne prennent que rarement partie et, ce faisant, ne transforment guère les représentations existantes.

5L’article de Vivienne Larminie aborde les modalités pratiques de la recherche transnationale ainsi que des contraintes et défis que cette dernière impose aux chercheurs. A partir des exemples de l’Oxford Dictionary of National Biography et de History of Parliament Online, elle montre à quel point il est encore peu aisé de reconstituer des itinéraires transfrontaliers d’individus d’une nation donnée, alors que les déplacements entre le continent et les îles Britanniques étaient monnaie courante au XVIIe siècle. Au delà des considérations linguistiques, c’est aussi le système de hiérarchisation des informations dans les sources primaires, héritage d’un passé national, qui constitue un obstacle à ce type de recherche. La prise de conscience de ces difficultés, ainsi que la multiplication de projets relatifs aux migrations de représentants de cultures données, laisse présager des améliorations à moyen-terme.

6David Humphrey nous transporte dans les bagages d’Henriette-Marie, Princesse de France et Reine d’Angleterre, lors de deux de ses visites sur le continent, durant lesquelles elle tenta de vendre une partie des joyaux de la Couronne afin de dégager des fonds pour financer les campagnes militaires de Charles I. Bien que les bijoux aient été essentiellement proposés sur le marché hollandais, le contexte français reste important, car la reine avait trouvé refuge à la Cour de France en 1644. Lors de ses tentatives de transaction, elle visait de potentiels acheteurs français, partisans de la cause royaliste en Angleterre et qu’une transaction conclue à l’étranger pourrait rassurer. Ses efforts ne furent pas couronnés de succès, mais leur récit met en lumière les interactions entre ces trois pays et combien le conflit entre le souverain et son Parlement pouvait avoir des échos sur le continent.

7Les deux articles suivants, rédigés par Allan Macinnes et Tadhg Ó hAnnracháin, offrent un panorama des relations diplomatiques entre la France et les deux autres royaumes des îles Britanniques, respectivement l’Écosse et l’Irlande, pendant la période choisie. Ces études bilatérales montrent l’interdépendance des royaumes européens à l’époque moderne ainsi que la nature asymétrique et fluctuante des alliances. Allan Macinnes analyse comment les relations diplomatiques entre les Covenantaires écossais et la France dans les années 1640, certes inscrites dans la lignée d’une longue amitié, servirent les ambitions respectives des deux royaumes. Les Covenantaires écossais, à la recherche de soutiens pour promouvoir leur cause contre le Roi, se rapprochèrent de la France mais aussi des puissances scandinaves, tandis que la France recherchait des alliés dans sa lutte contre l’Espagne et l’Autriche. Au fil des fluctuations internationales, l’espoir de raviver l’Auld Alliance fut déçu par le rapprochement entre la Cour de France et Cromwell et l’invasion de l’Écosse par les troupes de la New Model Army en 1651. De la même manière, en dépit d’une amitié de longue date entre peuples catholiques régulièrement en désaccord avec le pouvoir royal anglais, l’intérêt français porté par la France à l’Irlande dans les années 1640 était surtout motivé par le potentiel de recrutement militaire que l’île représentait, notamment dans le cadre de la rivalité franco-espagnole. Le conflit en Irlande eut pour conséquence de temporairement tarir cette source, décevant ainsi les ambitions françaises. A l’inverse, l’incapacité française de porter assistance aux Catholiques Confédérés pour monter une expédition de reconquête en faveur de la cause royaliste déçut les attentes irlandaises, avant que le rapprochement ultérieur entre Mazarin et Cromwell ne soit interprété comme la trahison ultime.

8En complément de ces articles couvrant un large spectre temporel, celui de David Finnegan propose une étude de cas sur les négociations entre les Catholiques Confédérés et le Duc de Lorraine concernant l’opportunité d’une intervention financière et militaire de ce dernier en Irlande en 1650. Il analyse dans quelle mesure cette proposition d’intervention a déstabilisé les écoles de pensée politique alors en cours en Irlande, en remettant en question l’allégeance irlandaise à la monarchie Stuart. Même si l’intervention du Duc ne se concrétisa pas, son impact sur le débat politique en Irlande et le positionnement de la Confédération Catholique, sous l’influence du clergé catholique, n’en reste pas moins réel et ne peut être mis au jour que par une approche non exclusivement nationale de la question.

9Une autre étude de cas, que j’ai rédigée, porte sur les nouvelles relatives à l’Irlande accessibles aux lecteurs de publications de presse distribuée en France. Elle compare la façon dont La Gazette de Théophraste Renaudot, proche du pouvoir français et les Nouvelles Ordinaires de Londres, proche du Parlement anglais, ont alimenté la curiosité des lecteurs pour ce royaume plus lointain et plus méconnu que l’Angleterre. Ce faisant, elle ouvre une réflexion sur la nature de l’information en temps de conflit et de censure. Elle révèle un fort degré d’information des lecteurs quant aux questions internationales mais met également en évidence la précarité de la diffusion de l’information et les interprétations fluctuantes qui en étaient faites, au fil de l’évolution des événements nationaux et internationaux.

10Les deux derniers articles portent sur la politique étrangère de l'Angleterre et de la France et sur ce qui a été récemment décrit comme une « alliance des contraires » (Saulnier). David L. Smith revient sur les négociations qui menèrent aux deux traités de 1655 et 1657 et s’intéresse à la façon dont Cromwell et Mazarin durent composer avec et passer outre leurs différences religieuses pour aboutir à une alliance militaire. Plus que le résultat obtenu, c’est bien le processus de négociation et de compromis diplomatique qui est ici à l’étude. En l’espèce, David L. Smith démontre combien le sort réservé aux coreligionnaires respectifs des leaders anglais et français résidant dans le pays de « l’autre » fut le principal point d’achoppement de ces négociations, en dépit des intérêts convergents des deux parties. Laurent Curelly, dans le dernier article de ce dossier, donne un autre exemple de l’instabilité des relations diplomatiques entre la France et l’Angleterre. Si l’exécution de Charles I et la mise en place d’un régime républicain furent un choc pour les monarchies continentales qui furent contraintes de repenser leur relation à l’Angleterre, le nouveau régime semble avoir connu les mêmes fluctuations dans son rapport à ses voisins. Ainsi Laurent Curelly s’intéresse-t-il à deux acteurs de la politique étrangère de l'Angleterre à l’égard de la France. Le premier, Edward Sexby, était un agent du Commonwealth chargé de jouer les agitateurs à Bordeaux pendant la Fronde, avec pour but de mobiliser les membres de l’Ormée, le Parlement dissident local, contre Mazarin. Le second, William Lockhart, était le représentant de l’Angleterre lors de la signature du traité d’alliance de 1657. Suivre l’itinéraire de ces deux hommes nous plonge au cœur de ces intrigues bilatérales, influencées à la fois par le contexte local, national et européen.

11Pour conclure cette introduction, je tiens à renouveler ma gratitude au comité de rédaction de la revue E-rea. Je remercie chaleureusement Frédéric Herrmann, Laurence Lux-Sterritt et Anne Page pour leurs relectures patientes de certains articles, ainsi que les relecteurs anonymes qui ont évalué les contributions. Last but not least, j’adresse mes plus sincères remerciements aux auteurs de ces articles, qui ont soutenu ce projet en y maintenant leur participation, en dépit des aléas rencontrés.

Haut de page

Bibliographie

Bigand, Karine. “French Historiography of the English Revolution Under the Restoration. A national or cross-Channel dialogue ?” European Journal of English Studies 14-3 (2010) : 249-61. Print.

Canny, Nicholas. “Writing Early Modern History : Ireland, Britain and the Wider World”. The Historical Journal 46-3 (Sept. 2003) : 723-747. Print.

Frank, Robert. « Conclusion ». Les cahiers Irice 1-5 (2010) : 87-94. Web via Cairn. 20 June 2014.

Jettot, Stéphane. « Les dix-septiémistes français et les îles Britanniques : enjeux nationaux et disciplinaires ». Dix-septième siècle 4-257 (2012) : 573-594. Web via Cairn. 20 June 2014.

Kocka, Jürgen. “Comparison and beyond.” History and Theory 42-1 (Feb. 2003) : 39-44.

Pocock, J.G.A. “British History : A Plea for a New Subject.” The Journal of Modem History 47-4 (Dec. 1975) : 601-621. Print.

Richardson, Glenn (ed). "The Contending Kingdoms". France and England 1420–1700. Farnham, Surrey : Ashgate, 2008. Print.

Saulnier, François. « Cromwell et Mazarin ou l’alliance des contraires, 1655-1658. » Revue d’histoire diplomatique 116 (2002) : 233-55.

Werner, Michael et Zimmermann, Bénédicte. « Penser l'histoire croisée : entre empirie et réflexivité ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 58-1 (2003) : 7-36. Web via Cairn. 20 June 2014.

Haut de page

Notes

1 Cité dans Gédéon Tallemant des Réaux. Le Manuscrit 673. Ed. Vincenette Maigne. Paris: Klincksieck, 1994, 240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine BIGAND, « Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660 - Introduction », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/3667 ; DOI : 10.4000/erea.3667

Haut de page

Auteur

Karine BIGAND

Lecturer in Irish Studies, LERMA (EA 853), Aix-Marseille Université
karine.bigand@univ-amu.fr
Karine Bigand is a Senior Lecturer in Irish Studies in the English Department in Aix Marseille Université and a member of the LERMA (Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone — EA853). She holds a PhD in Irish studies on the representations and political uses of the Irish rising of 1641 (Sorbonne Nouvelle University, Paris). Her research deals with the representations and political uses of history in Ireland through various media — historiography, the press, photography and museums. She co-edited an issue of the European Journal of English Studies on “Cultural histories” in 2010 (vol. 14.3) and more recently completed an MA in Cultural Heritage and Museums Studies in the University of Ulster in Belfast.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org