Navigation – Plan du site
1. Interactions et transferts entre la France et les îles Britanniques, 1640-1660

Dans le regard de l’Autre : la France et les Français vus d’Angleterre, 1640-1660

In the Eye of the Other – France and the French seen by the English, 1640-1660
Charles GIRY-DELOISON

Résumés

La nature et le degré de connaissance que les peuples ont les uns des autres, les moyens d’accès à cette connaissance et les canaux de transmission de celle-ci, les répercussions de ce regard porté sur l’autre, contribuent à façonner les relations diplomatiques et les échanges politiques et culturels entre nations. Dans l’Angleterre des années médianes du XVIIe siècle, l’essor sans précédent de l’imprimé et la quasi concomitance de la Guerre Civile et de la Fronde ont conduit les Anglais à regarder et observer la France et les Français. Les journaux anglais relatent chaque semaine l’évolution du conflit en France, apportent des informations politiques et, parfois, osent une comparaison avec la situation en Angleterre. Le succès de cette presse témoigne de la réelle curiosité des Anglais pour tout ce qui est français. Il s’accompagne d’une circulation plus rapide et plus large de l’information et des écrits relatifs à la France dans le royaume. Pour autant, cette nouvelle production, née des circonstances particulières, ne supplante pas celle, plus ancienne, de traduction d’ouvrages français ni ne met fin aux caricatures et aux stéréotypes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Dans le texte qui suit, les événements qui se déroulent en France sont datés selon le calendrier grégorien, tandis que ceux qui ont lieu en Angleterre - y compris les publications - le sont selon les deux calendriers (julien et grégorien).

Texte intégral

Introduction

  • 1 The Massacre at Paris, qui relate la Saint-Barthélémy, fut composé entre août 1589 et août 1590 et (...)
  • 2 Ainsi, en avril 1582 le Privy Council ordonna qu’un nouveau manuel, faisant la part belle à l’histo (...)
  • 3 Un coranto ou broadsheet est une feuille imprimée recto verso sur deux colonnes, un newsbook, un in (...)

1Pour les Anglais des premières décennies du xviie siècle, en particulier pour les élites urbaines, la France n’est pas terra incognita. Le voyage d’initiation (le futur Grand Tour) qui, depuis la fin du xvie siècle, conduit les fils de famille fortunés et quelques autres jeunes hommes sur le Continent pour parfaire leur éducation (Dallington ; Lough ; Wright), l’importation et la traduction d’ouvrages français, la présence de réfugiés protestants et l’érection d’églises huguenotes à Douvres, à Cantorbéry, à Londres ou encore les circuits commerciaux concourent tous à multiplier les points d’échange entre les deux sociétés, à faciliter les interactions entre les deux cultures (Giry-Deloison, « La France et formation de l’identité nationale » 46-57). Pour ceux, très nombreux, qui n’ont guère ou pas du tout accès à ces canaux de l’information et du savoir, il reste les pièces de Shakespeare et de Marlowe (Hillman ; Potter)1, la mémoire collective (Calais, Azincourt, le Camp du Drap d’Or, entre autres), les cours d’histoire2 et la lecture publique des corantos, des seperates, des broadsheets et des newsbooks imprimés à l’étranger ou à Londres (Frearson 1-26)3.

  • 4 Le pouvoir royal se méfiait de ces newsbooks et en octobre 1632, sur l’instigation de l’ambassadeur (...)
  • 5 La question de la censure de la presse fit l’objet de nombreux débats en 1640-1642 (Freist 47-75).

2L’ouverture du Long Parliament en novembre 1640 va bouleverser l’accès à l’information. Avant même l’abolition de la Court of High Commission et de la Star Chamber en août 1641, les deux piliers de la censure, les députés des Communes, en créant une commission chargée d’enquêter sur les abus en matière de contrôle de la presse, suppriment, de facto, toute censure. Les imprimeurs et les libraires s’engouffrent immédiatement dans la brèche et le nombre de publications de toute sorte croît à une vitesse prodigieuse : près de 900 titres à la fin de 1640, plus de 2 000 en 1641 et plus de 4 000 en 1642. Les journaux bénéficient pleinement de cette « révolution de la communication » (Cressey 281-292) : le nombre de titres en circulation passe de quatre en 1641 à 167 en 1642 et à 722 en 1645 (Hill 39, Raymond 163-167), leur parution devient hebdomadaire et ils traitent dorénavant des nouvelles du royaume, ce qui leur était interdit jusqu’alors. En effet, les premiers recueils de nouvelles (les newsbooks) qui paraissent à partir des années 1620 n’étaient autorisés à ne rendre compte que de celles en provenance de l’étranger4. Il faut attendre Oliver Cromwell pour qu’une législation réintroduisant un strict contrôle de la presse soit adoptée en 16545.

  • 6 Il s’agit de quelques 22 000 pamphlets, livres et journaux publiés entre 1640 et 1661, principaleme (...)

3Ce foisonnement d’écrits qui accompagne la Guerre Civile et les débuts du Commonwealth, est quasi concomitant du grand tumulte de la Fronde en France. On sait l’hostilité du Council of State et de Cromwell à l’égard de la France de Louis XIV mais aussi leurs réticences à secourir les révoltés bordelais en 1649-1653 (Giry-Deloison, « Rôle de l’Angleterre » 111-135). Néanmoins, ce qui frappe d’emblée en parcourant la vaste collection des Thomason Tracts6, c’est la très grande visibilité de la France et de la langue française dans l’ensemble des publications des années 1640-1660. Ceci est particulièrement vrai à Londres, qui est le principal centre d’impression de livres et de journaux. L’éventail est large.

La France vue au travers de traductions, de grammaires et de placards

4Certaines de ces publications s’inscrivent dans la continuité de pratiques anciennes. C’est le cas des ouvrages qui traitent de sujets où l’expertise française est reconnue et qui, dès lors, font explicitement référence à la France dans leurs titres, comme une sorte de gage de qualité : The French Schoolmaster de Claude de Sainliens, paru pour la première fois à Londres en 1573 et qui bénéficie de rééditions en 1641, 1649, 1655 et 1660 ; Le Cuisinier François de François Pierre de La Varenne, publié en 1651 à Paris, paraît à Londres en 1653 sous le titre The French Cook ; The French Gardiner de Nicolas de Bonnefons est publié en 1658. Ils s’inscrivent dans la continuité des nombreuses traductions du début du xviie siècle, telles que : The French Garden : for English Ladyes and Gentlewomen to walke in… Being an instruction for the attayning unto the knowledge of the Frenche tongue, de Pierre Erondelle paru à Londres en 1605, ou The Perfect Use of Silk-Wormes and their Benefit… Done out of the French original of D’Olivier de Serre Lord of Pradel into English by Nicholas Geffe Esquire, d’Olivier de Serres, publié à Londres en 1607. Si ces livres n’ont aucune visée politique ou polémique, en revanche ils contribuent à renforcer cette image de la France qui est ancrée dans les mentalités anglaises au moins depuis Chaucer (c. 1345-1400) : celle d’un pays de culture et de savoir (Lee 42-58).

  • 7 Ce type d’ouvrage connut un succès croissant dès la première moitié du xviie siècle (Ascoli 289-293 (...)
  • 8 Il est à noter que plusieurs des dialogues imaginés par Eliot font référence aux nouvelles en prove (...)

5De même, la publication de grammaires telle celle de Paul Festeau (A new and easie French grammar, Londres, 1667), ou la réédition augmentée du A Dictionarie of the French and English tongues de Randle Cotgrave (1611) par James Howell en 1650, à la fois répondent à la demande continue7 d’apprentissage de la langue française et incitent à celui-ci. Les manuels de conversation qui avaient fleuri au cours du xvie siècle continuent de rencontrer un franc succès, en particulier celui de John Eliot, Ortho-epia Gallica, publié pour la première fois à Londres en 1593 (Yates)8. Tout comme au xvie siècle, apprendre le français et les manières françaises fait partie de la culture des élites. Ainsi en 1644, sir Edward Nicholas, secrétaire d’état de Charles Ier exhorte son fils à aller à Orléans ou à Blois pour apprendre la langue, se familiariser avec l’histoire du royaume et pratiquer l’escrime, la danse et l’équitation (Peck 244).

6C’est le cas également des placards, publiés depuis la fin du xve siècle sur ordre du gouvernement, et qui sont destinés à informer la population de changements dans les relations franco-anglaises et de mesures prises par la France qui intéressent l’Angleterre. Le plus souvent il s’agit de déclarations de guerre, de traités de paix ou de décisions relatives au commerce. C’est ainsi que les Anglais peuvent lire en octobre 1648 une ordonnance du Parlement restreignant les échanges commerciaux avec la France, en septembre 1649 la traduction de la déclaration de Louis XIV interdisant tout commerce avec l’Angleterre, ou en 1660 les détails du traité de paix franco-espagnol du 7 novembre 1659 (Thomason Tracts, E 468 (15), E 574 (2) et E 774 (7), Lambert). De même, le rapprochement avec la France durant le règne d’Elisabeth Ire et l’aide apportée à Henri de Navarre entraînent dans les années 1580-1590 la parution de nombreux pamphlets relatant les affaires de France (Raymond 101-108 ; Parmelee ; Salmon).

Journaux anglais et nouvelles françaises

  • 9 Pour une analyse de La Gazette de France et des Nouvelles ordinaires de Londres durant cette périod (...)
  • 10 L’Etat présent de l’Europe, du 30 septembre/10 octobre au 16/26 octobre 1682 ; Journal historique, (...)
  • 11 Le mémorial des marchands, en circulation de 1681 à 1686, est la version française de The merchants (...)

7Toutefois, les journaux, les recueils de nouvelles et les pamphlets consacrés à la France sont caractéristiques des années 1640-1660. À Londres, deux journaux sont publiés successivement en français : Le Mercure anglois et les Nouvelles ordinaires de Londres (quelquefois Nouvelles extraordinaires de Londres dans les premières semaines). Le premier est attribué à John Cotgrave et paraît tous les mardis du 7/17 juin 1644 au 7/17 décembre 1648. Le second, paraît du 11/21 juillet 1650 au 16/26 avril 1663 et, de 1650 à 1660 il est imprimé par Guillaume Dugard « imprimeur du conseil d’état », qui en était aussi le rédacteur. Tous deux étaient vendus par Nicolas puis Jeanne Bourne9. Sans doute destinés à la diaspora francophone de Londres (une large part des 7 à 8 000 étrangers résidant dans la capitale), les hebdomadaires en français connaissent un grand essor dans la seconde moitié du xviie siècle. Dans les années 1660-1700, on en compte une dizaine, certains ne paraissant que durant quelques semaines10, d’autres – surtout ceux destinés à la communauté marchande – durent plus longtemps et sont souvent la traduction, en français, de journaux anglais (Nelson et Seccombe)11.

  • 12 Au cours de l’année 1632 un newsbook relatant les campagnes du roi de Suède Gustave-Adolphe jusqu’à (...)
  • 13 « Faithfully communicating The Chief Intelligence and Proceedings of the King of Scots, the King of (...)

8Plus surprenant est le fait que durant les années 1650, les titres de deux hebdomadaires en anglais font explicitement référence à la France : The French Intelligencer, qui paraît tous les mardis du 1er/11 novembre 1651 au 11/21 mai 1652 (numéro 26) et French Occurrences, en vente le lundi du 10/20 mai 1652 au 17/27 décembre 1653 (numéro 37) (Nelson et Seccombe). C’est là une singularité notable dans la presse anglaise, nul autre pays n’ayant donné son nom à un journal12. Certes la situation en France est exceptionnelle et les affrontements sur fond de contestation de la monarchie ne sont pas sans rappeler la guerre civile dont l’Angleterre vient d’émerger affaiblie et transformée, mais ces journaux ne traitent pas uniquement de politique française. Leur propos est de « communiquer fidèlement les principales informations concernant le roi d’Écosse, le roi de France et le prince de Condé et leurs agissements : avec les affaires et desseins qui se déroulent actuellement en France, au Danemark, en Suède et au Portugal en rapport avec le Parlement, l’armée et le Commonwealth d’Angleterre »13.

  • 14 Mercurius Pragmaticus, en circulation de 1647 à 1649 ; The Weekly Intelligencer ; The Moderate Inte (...)
  • 15 tels que The Beginning, Progresse, and Conclusion of the late Troubles in France (23 mars/2 avril 1 (...)

9Enfin, les Anglais peuvent découvrir les événements qui se déroulent en France dans les hebdomadaires anglais14 ainsi que dans les comptes rendus occasionnels des troubles de la Fronde qui paraissent à la fin des années 164015 (Thomason Tracts, E 548 (15) et E 538 (9)).

  • 16 A perfect Narative of a Sea-Fight near the coast of Portugal between the English and the French, ré (...)
  • 17 « Card. Mazarine has brought Menetou upon its knees; and the City of Bourdeaux is in a most lamenta (...)
  • 18 « This is all the news we have here at present » (Thomason Tracts E 694 (4)).

10Dans ce vaste ensemble de publications, qui donne une large visibilité à la France outre Manche, l’actualité immédiate représente la quasi-totalité de l’information disponible, tant dans la presse que dans les pamphlets. Dans la plupart des cas, les articles datent au jour le jour les événements, donnent les noms des principaux protagonistes et des lieux où l’action se déroule. Ainsi, dans Letters from Paris Received the 15 of Jan. 1648[9] la fuite du roi à Saint-Germain-en-Laye et les mouvements des différentes forces en présence durant les quinze premiers jours de janvier sont narrés en détail. En novembre 1652, les French Occurences consacrent trois longues pages à la situation en France et détaillent – en les convertissant en mesures anglaises pour en faciliter la compréhension et pour permettre des comparaisons avec Londres – les prix des denrées alimentaires fixés par arrêt royal : « wheat : 20 shillings a bushel, beef : 3 shillings a pound, bread : 16d. a pound, butter : 15d. a pound… » (Thomason Tracts, E 681 (2), 185-188). Outre des comptes rendus dans la presse, les affrontements entre les marines anglaise et française (aidée par des navires royalistes) au printemps et à l’été 1650 font également l’objet de publications16. En revanche, lorsque les faits ne sont pas considérés comme exceptionnels, ou que la situation a peu évolué, ou que le rédacteur manque d’informations (c’est souvent le cas pour des actions loin de Paris), le journal se contente très logiquement d’un court entrefilet. Le Moderate Intelligencer du 15/25 décembre 1652 décrit ainsi la situation à Bordeaux : « le cardinal Mazarin a forcé Menetou à capituler et la ville de Bordeaux est à l’agonie et abandonnerait volontiers son anarchie pour devenir même le plus humble des bons sujets. Mais le siège sera trop violent pour sa détermination et elle devra s’attendre à ce que les conditions de sa reddition lui soient imposées et non négociées, car elle n’a aucun espoir d’être secourue et, étant notoirement supérieure aux autres villes, elle doit craindre une sanction exemplaire »17. Le Mercurius Politicus du 28 avril/8 mai 1653, après quelques lignes sur la situation à Bordeaux, conclut : « ce sont les seules nouvelles que nous avons ici à présent »18.

11Cet intérêt des Anglais pour l’actualité française - qui s’inscrit dans le cadre d’une réelle curiosité au xviie siècle pour tout ce qui est français - est attesté par les nombreuses références à la France dans les mémoires et journaux privés de contemporains, qu’ils soient marchands inquiets des risques de guerre ou simples curieux de la vie politique.

  • 19 Jacques d’Étampes est en poste à Londres de juillet 1641 à septembre 1642 (Baschet 190, Firth et Lo (...)
  • 20 La guerre contre l’Espagne commença dans les colonies en décembre 1654. Les négociations franco-ang (...)
  • 21 Référence aux négociations menées à Münster en 1648 et qui aboutirent au traité du même nom du 8 se (...)
  • 22 François de Lorraine, comte d’Harcourt (1623-1694). Frondeur, il portait le titre de prince et avai (...)
  • 23 Ce texte participe du vif débat pamphlétaire à propos de la question espagnole qui marqua l’année 1 (...)
  • 24 Citations respectivement p. 4 : « They will whisper us in the eare, that the designe is to pacify u (...)

12Bien plus rares sont les écrits en anglais qui prennent part au débat politique français ou franco-anglais. En novembre 1641, un virulent pamphlet dirigé contre l’ambassadeur français Jacques d’Étampes, marquis de La Ferté-Imbault19, circule à Londres : The true relation of the French ambassage. Le gouvernement s’en émeut. Le libraire Bernard Alsop, qui l’avait fait imprimer, est convoqué le 18/28 novembre devant la Chambre des Communes pour répondre aux accusations d’avoir publié un ouvrage scandaleux et le lendemain Henry Grey, comte de Stamford et Lord William Paget se rendent auprès de l’ambassadeur français pour présenter les excuses du Parlement (JHC 319, JHL 447, McKenzie et Bell 29). En 1655, The French Charity written in French by an English Gentleman upon occasion of Prince Harcourt’s coming into England and translated into English by F.S.J.E., s’élève contre l’ouverture de négociations entre les deux pays au motif que la ligue anti-espagnole proposée par la France, en plein conflit anglo-espagnol20, n’est qu’un leurre : « ils nous murmureront à l’oreille que le projet est de nous pacifier, et de nous engager dans une ligue contre les Espagnols ; alors qu’au même moment ils dépêchent des ambassadeurs à Munster pour négocier une paix avec eux »21. L’auteur insiste sur la duplicité des Français : « je ne vois pas par quelle démarche ils [les Français] sont parvenus à cette parfaite bonté, ni quel bon génie a pu les transformer en un instant de si dangereux voisins en de si bons amis », et met directement en cause le choix du prince d’Harcourt comme ambassadeur22 : « pourquoi [choisir] un tel prince guerrier, qui n’est pas expérimenté dans les affaires de ce royaume, pour diriger une négociation de paix, actuellement la plus difficile et la plus complexe que le monde ait à offrir ? ». Bien que de tonalité anti-française, ce pamphlet était surtout hostile à la guerre contre l’Espagne, reflétant ainsi les vues des républicains et des radicaux critiques à l’égard de la politique étrangère d’Oliver Cromwell23 : « un corps [l’Angleterre] recouvrant sa santé après une longue maladie ne devrait pas s’exposer à une violente agitation ; l’État va se retrouver criblé de dettes, et les sujets épuisés par les impôts ; nous devrions préférer l’évident bénéfice du commerce à l’incertaine vanité d’une conquête » (Thomason Tracts E 1467 (3) 2, 4, 7)24. Au début du mois de juin 1659 paraît à Londres un court texte de vingt-cinq pages intitulé France no friend to England. Il s’agit de la traduction du pamphlet du cardinal de Retz, Très humble et très importante Remonstrance, tract catholique favorable aux Stuarts qui dénonce les tractations entre Mazarin et Cromwell (Thomason Tracts E 986 (21)).

  • 25 « That departure, as being a ravishing of the Kings Person to trouble the peace of this State, inte (...)
  • 26 « But those Princes, and Parliament, that began this War by the example of England, did mistake the (...)
  • 27 « The Letters from France make mention of new tumults in that Nation, some of the three estates sta (...)

13Contrairement aux pamphlets, les hebdomadaires et les recueils de nouvelles ne s’engagent qu’avec précaution dans les affaires françaises. Seules quelques remarques laissent parfois transparaître une préférence politique. Les Letters from Paris de janvier 1649 commentent ainsi la fuite de Louis XIV, s’alignant clairement sur la position des parlementaires parisiens : « ce départ, comme étant l’enlèvement de la personne du roi pour troubler l’ordre public de cet État, interrompre la justice, et contrecarrer les bonnes résolutions du parlement à l’égard du public ». Quelques lignes plus loin ils qualifient un parlementaire « d’homme courageux et intelligent » (Thomason Tracts E 538 (9) 1 et 3)25. La même année The Beginning, Progresse, and Conclusion of the late Troubles in France… estime, à propos des protagonistes de la Fronde, que « ces princes, et le parlement, qui ont commencé cette guerre en exemple de l’Angleterre, n’ont pas compris la constitution de leur propre nation, ou n’ont pas observé la constitution de la nôtre » (Thomason Tracts, E 548 (15) 3)26. En septembre 1651, le rédacteur du Weekly Intelligencer s’autorise un avis personnel : « les lettres de France font état de nouveaux tumultes dans cette nation, certains représentants des trois états prenant position pour le prince de Condé, d’autres pour le roi et parmi tous ceux-ci je ne vois pas bien pour le moment ceux vers lesquels devrait se diriger la liberté du peuple, qui est l’honneur d’une nation » (Thomason Tracts E 641 (27) 303-304)27. En novembre 1652 les French Occurences dans leur numéro 28 font part de leur admiration pour Turenne qu’ils qualifient de « vaillant » et de « aussi vigilant que vaillant » (Thomason Tracts E 681 (2)).

  • 28 « All other pamphlets scandalous, either to any foreign state, or publick Minister, or to this Stat (...)
  • 29 «An Ordinance of the Lords & Commons… against Unlicensed or Scandalous Pamphlets, and For the bette (...)
  • 30 « For preventing and punishing the printing and publishing of scandalous and seditious pamphlets, a (...)
  • 31 « Published by Authority » ; « According to Order, published for information of the people of Engla (...)
  • 32 Le titre même de l’hebdomadaire A Perfect Account résume à lui seul cette ambition.

14Cette retenue s’explique par le contrôle que le pouvoir en place tente, vaille que vaille, d’exercer sur la presse avant et après la Guerre Civile. Dès le 21 novembre/1er décembre 1641, la Chambre des Communes vote une motion condamnant non seulement « le pamphlet scandaleux au sujet de l’ambassadeur français » mais également « tous les autres pamphlets scandaleux, à l’égard d’une puissance étrangère, d’un homme public ou de ce Parlement » (JHC 324, McKenzie et Bell 29)28. Le 28 septembre/8 octobre 1647, les deux chambres font publier une ordonnance contre « les pamphlets non autorisés et scandaleux, et pour une meilleure réglementation de la presse » (JHL 457, JHC, Lambert 135)29. Deux ans plus tard, le 20/30 juin 1649, le Council of State promulgue un décret « interdisant et punissant l’impression et la publication de pamphlets scandaleux et séditieux et contrôlant la presse » (McKenzie et Bell 258)30. Dans les années 1650 les journaux ne peuvent paraître qu’avec l’accord explicite du gouvernement et portent la mention de cet imprimatur : « publié par autorité » (The Moderate Intelligencer), « conformément aux instructions, publié pour l’information du peuple d’Angleterre » (French Occurences), « en défense du Commonwealth, et pour l’information du peuple » (Mercurius Politicus)31. C’est précisément parce qu’il est l’organe officiel du gouvernement que le Mercurius Politicus, à l’unisson de la ligne politique du Commonwealth, ne soutient pas l’Ormée de Bordeaux en 1652-1653. Mais il ne faut pas non plus sous-estimer les considérations commerciales : si les responsables insistent tant sur la fiabilité de leurs sources et la crédibilité de leurs propos c’est dans l’espoir que leurs journaux se vendront mieux32.

15La question de la compréhension que le lecteur non averti a des nouvelles qu’il découvre dans la presse reste néanmoins posée. Au-delà de la famille royale, sans doute connaît-il les noms des personnages de la cour et des principaux protagonistes de la Fronde et sans doute sait-il situer les grandes villes françaises. Mais quelle peut être sa familiarité avec des bourgs tels que Gonesse ou Aubervilliers (Letters from Paris 2) ou avec Balthasar et Marsin qui, apprend-t-il dans le Mercurius Politicus du 16/26 décembre 1652 (Thomason Tracts E 684 (7) 2095), sont à la tête des forces condéennes près de Bordeaux ? Les rédacteurs des journaux ont, semble-t-il, conscience des difficultés que doivent rencontrer leurs lecteurs et, très souvent, les articles précisent les points qu’ils jugent obscurs pour un étranger.

Réputation et image du Français et de la France

16Dans la presse mais plus encore dans la littérature pamphlétaire des années 1640-1660, le Français est parfois portraituré en figure de ridicule. C’est le cas par exemple dans deux textes anonymes : The French Mountebank, or an Operator Fit for the present Times, daté du 21/31 mars 1643 (Thomason Tracts E 93 (20)), et The Falacie Of the great Water-drinker Discovered, paru le 24 juin/4 juillet 1650 (Thomason Tracts E 603 (18)).

17Dans le French Mountebank, la figure centrale du récit, qui en est aussi le narrateur, est un bateleur français fraîchement débarqué à Douvres avec son nain, son hermaphrodite et son singe. Le lecteur suit les aventures de ce beau parleur, charlatan et manipulateur (l’« operator » du titre du pamphlet) qui se gausse d’être le meilleur des amants. Que cet étranger soit français n’est pas anodin. Il justifie les deux registres exploités par l’auteur (l’ironie et le scabreux) car ils renvoient à deux traits associés aux Français : le ridicule et les mœurs licencieuses. En un certain sens, l’histoire du Mountebank pourrait être vraie parce que ce dernier est français. L’effet français est d’ailleurs renforcé par l’utilisation d’expressions et de mots français ou à connotation française (« a mode de France », « Tartarie », « Grand-Seigniors », « sans dissimulation », « vive le Roy ») ainsi que par le jeu de la prononciation de « tee » au lieu de « the » (imprononçable pour un Français).

18Le Falacie of the great water-drinker joue sur la même réputation du Français porté au ridicule, toujours enclin à tromper. Le texte met en scène un certain Floram Marchand, qui, à Tours, a appris d’un Italien (Bloise) l’art de faire croire qu’en recrachant de l’eau dans des verres il la transforme en vin rouge et en bière. Selon l’auteur anonyme, le tour de magie consiste à avaler une mixture rouge avant d’entrer en scène puis, devant le public, de boire une grande quantité d’eau. Dans l’estomac, au contact de la mixture, l’eau devient rouge et, lorsque régurgitée, elle ressemble à du vin. Cette première mystification réussie, l’homme absorbe à nouveau plusieurs verres d’eau, mais la potion ayant perdu de son pouvoir colorant, lorsqu’il recrache l’eau celle-ci s’est transformée non en « claret » mais en bière. L’objectif politique de ce pamphlet est difficile à discerner. Le caractère anti-catholique n’est guère apparent (sauf à considérer qu’il s’agit d’une attaque contre la transsubstantiation –mais ce type de débat n’apparaît pas dans les libelles de l’époque). Sans doute s’agit-il plus d’une dénonciation de la crédulité des gens et d’une mise en garde contre les politiciens. Quoi qu’il en soit, les références à la France sont clairement compréhensibles d’un large public : la ville de Tours est une des étapes conseillées à tous les jeunes voyageurs anglais (Lough) qui s’aventurent en France et le narrateur évoque la figure bien connue en 1650 de Mazarin. De même, comme dans le French Moutebank, l’auteur n’hésite à glisser quelques mots de français -mais prononcés à l’anglaise- dans son texte. Ainsi, il qualifie Floram Marchand de « Le grand Boyeur de Tours » au lieu de « grand buveur ». De même, le nom du prestidigitateur (Marchand) est compréhensible de tous et renvoie à une profession bien identifiée.

  • 33 « Formerly beheld, and so much admir’d the splendor and magnificence of this Court, and Kingdom in (...)
  • 34 « Nothing here of Ornament, nothing of magnificence, no publique and honourable works… ».
  • 35 Le portique fut érigé en 1628 par Inigo Jones devant la façade ouest.
  • 36 Construite en 1622 par Inigo Jones, la Banqueting House est le premier édifice à Londres de style p (...)
  • 37 « Converted into raskally Ware-houses, and so sordidly obscur’d and defac’d ». Il est vrai que si l (...)

19Ridicule, menteur, le Français est aussi le bouc émissaire de ceux qui dénoncent les travers de la société et du régime politique en place. En 1659 le libraire londonien John Crooke publie ce qu’il indique être la troisième édition de A Character of England (Thomason Tracts E 1902 (3)). Il s’agit du compte-rendu qu’un gentilhomme français fait à un de ses amis, un noble français, du voyage qu’il vient d’accomplir en Angleterre, sur les conseils de ce dernier qui ne tarissait pas d’éloges sur le royaume de Charles Ier. Son ami avait « autrefois observé, et tant admiré la splendeur et la magnificence de cette cour et de ce royaume dans sa plus grande perfection et lustre » (2)33. Or, pour le narrateur du Character of England, les Anglais sont sales, grossiers, xénophobes et n’ont qu’insultes pour les Français (des enfants le traitent de « French Dog » et de « Monster »). La route de Douvres à Londres est quasiment impraticable et quant à la capitale, la crasse des rues et la laideur des bâtiments sont sans pareilles (11)34. Les deux seuls édifices qu’il aurait pu admirer, le portique de la cathédrale St. Paul’s35 et la Banqueting House de Whitehall36 , avaient été l’un défiguré, l’autre transformé en dépôt (10-11)37. On l’aura compris, laissé aux mains des Parlementaires, le Londres des années 1650 n’est que champ de ruines et de décadence à l’image de l’ensemble du royaume.

  • 38 « I have been tempted to make it speak English, and give it liberty, not to reproach, but to instru (...)

20Le lecteur anglais découvre cette diatribe grâce à la traduction qu’en a faite un auteur anonyme (il s’agit du « diarist » royaliste John Evelyn, 1620-1706) au motif que, si le récit n’est pas à l’honneur de l’Angleterre, au-delà de leurs excès, les remarques acerbes formulées par le voyageur français méritent néanmoins réflexion : « j’ai été tenté de le rendre en anglais et de le laisser circuler, non pas pour critiquer notre nation mais pour l’instruire ; en se remémorant ce que le sage a dit, un reproche public est meilleur qu’un amour secret Prov. 27.5. La vérité est que je dois reconnaître que la plupart des charges sont très bien vues ». Et Evelyn d’ajouter qu’on ne pourra rendre la pareille aux Français que lorsque « nous nous serons corrigés nous-mêmes » (A2 v°-A3 r°)38. En faisant porter la responsabilité des propos sur un Français et en restant prudemment anonyme, l’auteur royaliste peut asséner de violentes critiques à l’encontre de l’Angleterre parlementaire.

  • 39 La date indiquée est « at Paris March 23. 1649 ». Citation p. 3 : « For three times they have been (...)

21Une autre utilisation de l’image du Français, ou de la France, consiste à introduire une double lecture des événements qui se déroulent en France, notamment durant la Fronde. Ainsi, en avril 1649 paraît à Londres un court pamphlet anonyme intitulé The Beginning, Progresse, and Conclusion of the late Troubles in France. Sous la forme d’une lettre écrite de Paris par un certain F. C. à un correspondant en Angleterre, le texte décrit le siège de Paris par les troupes royalistes du prince de Condé, les négociations entamées à partir du 4 mars entre la monarchie et les Parisiens pour aboutir à une paix (celle de Saint-Germain-en-Laye qui s’en suivit, signée le 1er avril). Pour l’essentiel les informations sont exactes : sorties des parlementaires pour obtenir du ravitaillement, trahison de Turenne qui se range du côté des Parisiens, nom de « généraux » donnés aux nobles qui conduisent les mercenaires et la milice bourgeoise de Paris, scission entre le Parlement et le peuple39. Seuls quelques noms sont écorchés : Condy pour Condé (à ne pas confondre avec les frondeurs Conti et le coadjuteur Gondi de Retz) et comte Erlock pour comte d’Erlach dont l’armée allemande achetée par Mazarin avait fait allégeance à la reine Anne d’Autriche (Méthivier 124-131).

  • 40 « I will take no notice of the late actions in England, nor tell you how impatiently they are suppo (...)
  • 41 « That it is happy for the Crowne, that they had this Civill War, because the Parliament and Prince (...)

22À cette première lecture événementielle vient se superposer une seconde lecture, politique, qui permet à l’auteur de faire un parallèle entre la Fronde et la guerre civile anglaise et de critiquer les parlementaires anglais. Ainsi, il refuse de faire part au lecteur des réactions apparemment favorables en France aux récentes mesures prises par le Rump Parliament : « je ne tiendrai aucun compte des derniers événements en Angleterre, ni ne vous dirai à quel point ils sont impatiemment soutenus ici et partout, aussi loin que la correspondance en provenance de ce lieu peut aller »40. Il rend les Anglais en partie responsables des troubles à Paris en suggérant que les Français se sont inspirés de l’exemple anglais sans tenir compte des différences entre les deux nations. Surtout la scission à Paris entre le Parlement et le peuple lui permet de montrer le danger de toute alliance avec les basses couches de la société (erreur commise par les plus radicaux des parlementaires anglais) et l’avantage que la monarchie pourrait en tirer : « il est heureux pour la couronne qu’ils aient eu cette guerre civile, parce que le parlement et les princes en ont acquis une telle expérience, qui leur donne une parfaite connaissance de l’inconstance du peuple, et des uns et des autres… » (The Beginning, Progresse, and Conclusion 5)41. En d’autres termes, en 1649 tout au moins, aux yeux des royalistes anglais les événements qui se déroulent en France doivent servir d’exemple à ne pas suivre.

  • 42 Citations p. 43 : « never silent, but in the grave; which may also be doubted », p. 47 : « they can (...)

23Au cours des années 1640-1660, les récits de voyage en France sont occasion de souligner les différences entre les deux royaumes en insistant sur la supériorité des Anglais, et d’ironiser sur certains traits de la société française. Certes cette littérature comparatiste à l’avantage de l’Angleterre ne date probablement pas des années médianes du xviie siècle mais elle semble prend là un nouvel essor. Ainsi, en 1656, l’historien et théologien Peter Heylyn publie à Londres les détails de sa pérégrination en France trente ans plus tôt (1625) : A Full Relation of two Journeys : The one into the Main-Land of France. The other Into Some of the adjacent Ilands.. En dépit des précautions oratoires prises dans la préface, le livre d’Heylyn est peu amène envers la France. Il raille non sans humour les femmes françaises « jamais silencieuses, sauf au tombeau » et s’étonne de leur comportement libertin : « elles ne font guère de différence entre recevoir un compliment et être courtisée, avant que le prêtre ne les attende à la porte de l’église ». Il dénonce le nombre ridiculement élevé de nobles (« le ciel n’a pas plus d’étoiles que la France de nobles ») et la rapacité de ceux-ci qui vivent « de la destruction et de l’oppression des pauvres paysans ». Il s’émeut de la condition misérable des paysans oppressés d’impôts et soumis à la « tyrannie de leurs seigneurs ». Il s’étonne du système fiscal (la gabelle et la taille notamment) et du pouvoir du roi à lever l’impôt sans le consentement du peuple. En réalité, toutes ces descriptions des particularités du royaume de France visent, par un jeu de comparaisons systématiques, à glorifier le système politique, social et religieux anglais et à souligner le privilège d’être anglais : « en aucune circonstance l’Anglais n’est un Français »42. En d’autres termes, sous couvert d’un récit de voyage, le livre d’Heylyn est une ode à la beauté de l’Angleterre.

Circulation et diffusion de l’information en provenance de France

24La question de la vitesse de circulation et de diffusion de l’information - en particulier hors de Londres et hors des élites politiques - est capitale pour tenter de comprendre l’impact de ces publications, tant sur la pérennité de la curiosité des Anglais à l’égard de la France que sur le développement d’une opinion publique (Cust, 60-90, Freist 1-25 et 239-298, Levy 11-34). Ce qui frappe c’est la rapidité de la transmission des nouvelles de France, de Paris à Londres mais également en Angleterre même. Ainsi, George Thomason peut acheter à Londres le 22 mars/1er avril le recueil de nouvelles The Beginning, Progresse, and Conclusion of the Late Troubles in France, qui est daté de Paris du 23 mars, soit seulement neuf jours plus tard. Les Letters from Paris… sont publiées à Londres le 15/25 janvier soit, là encore, neuf jours après la rédaction de la dernière missive (6/16 janvier 1649). Toutefois, le recueil contient deux autres lettres, la première du 31décembre/9 janvier, la seconde du 3/13 janvier. Sans doute leur publication avec celle du 16 permet de suivre toute l’affaire de la fuite du jeune Louis XIV et de la cour à Saint-Germain-en-Laye mais, en même temps, elles ont perdu de cette fraîcheur qui attise la curiosité du lecteur. La presse relaie avec la même célérité mais avec plus de régularité l’actualité française, même si la parution hebdomadaire des journaux retarde parfois certaines informations. Ainsi, le Perfect Account… du 12/22mai -19/29 mai 1652 consacre trois de ses huit feuillets à la France et rapporte la victoire de Turenne sur les forces de Condé à Étampes le 4 mai (Thomason Tracts E 665 (1)). En général, si l’action est éloignée de Paris, les nouvelles prennent plus de temps à atteindre Londres. À titre d’exemple le Mercurius Politicus du 4/14 - 11/21 août 1653 contient des nouvelles de Bordeaux datées du 21/31 juillet (numéro 165, Thomason Tracts E 710 (5)). Compte tenu des difficultés que pose souvent la traversée de la Manche, il est remarquable que les Londoniens n’aient guère plus d’une semaine à attendre pour connaître les derniers développements de la Fronde.

25Hors de la capitale les informations circulent tout aussi vite. Le 24 avril/4 mai 1642, Edward Reed écrit au secrétaire d’état déchu Sir John Coke (1563-1644) (Young) qui séjourne dans sa propriété de Melbourne (Derbyshire) à quelques 230 kilomètres de Londres, qu’il lui joint les gazettes de Paris de la semaine précédente (McKenzie et Bell 48). Le 21/31 juillet 1653, le libraire londonien James Allestree prévient Sir Edward Conway, vicomte Conway, alors à Petworth (West Sussex), à environ 80 kilomètres de la capitale, qu’il lui envoie les « French Gazettes » qui arrivent à Londres tous les jeudis et lui explique qu’il les recevra toujours avec six jours de retard (338).

  • 43 . En 1660, le gouvernement anglais fixa le prix de transport d’une lettre d’une feuille à 4 pence e (...)
  • 44 À titre de comparaison, le salaire journalier moyen est d’environ 12 pence dans les années 1640 (Bo (...)
  • 45 « The news came to the king that the French had cut the throats of 1400 English at St Christopher’s (...)

26Leurs faibles poids et encombrement et leur coût modéré facilitent la diffusion à travers le royaume des journaux imprimés à Londres. À titre d’exemple, l’inventaire du stock de livres du libraire-imprimeur Charles Tias en 1664 montre que les petits opuscules (chapbooks) se vendaient –sans doute non pas au public mais aux marchands ambulants (les peddlers)- entre 2 et 6 pence selon le nombre de pages : les broadsheets valant 2 ou 2,5 pence et les in quarto de vingt-quatre pages de 3 à 6 pence (Spufford 91-99). Dans un autre registre, à la fin des années 1650, la livre de beurre coûtait 6 pence et celle de fromage environ 3 (Clapham 187). En revanche, il semble que les nouvelles de l’étranger soient relativement plus onéreuses. Ainsi, le 18/28 juillet et à nouveau le 21/31 juillet 1653, James Allestree informe le vicomte Conway que le prix des dernières gazettes françaises est de 1 shilling, en partie à cause des frais de poste (« Every farthing we pay for the postage », McKenzie et Bell 338). Ceux-ci dépendent du lieu d’expédition, de la distance à parcourir et du nombre de feuilles de papier à transporter. Dans les années 1635-1654, l’envoi d’une lettre d’une seule feuille coûte 2 pence dans un rayon de 80 miles (soit environ 130 kilomètres) autour de Londres, celui d’un paquet d’une once (28,35 grammes), 6 pence (Sanfor et Salt 5)43. Or, à titre de comparaison, le même Allestree vend au vicomte le De Imperio de Huigh de Groot (Grotius, 1583-1645) 3 shillings (McKenzie et Bell 337-338). Les gazettes en provenance du continent coûtent donc relativement cher44. Toutefois, les moins aisés n’avaient pas nécessairement besoin d’acheter les journaux ni, d’ailleurs, de savoir lire pour connaître les nouvelles du continent : la lecture publique et la transmission orale de l’information entre amis et connaissances étaient pratiques courantes dans toutes les couches de la société. Par exemple, dans les années 1630 à Colchester (Essex), un certain Thomas Cotton avait l’habitude, les jours de marché, de lire à voix haute les dernières nouvelles, entouré de badauds (Cust 66). À Londres, chacun savait que les dernières rumeurs s’échangeaient dans la nef centrale de St Paul (70). Les diaries sont émaillées de formules (« it is said », « it is reported », etc) qui laissent entendre que les nouvelles circulent de bouche à oreille, sans que l’on en connaisse toujours la provenance. La fiabilité de l’information est alors sujette à caution. En octobre 1629, John Rous note dans son journal « la nouvelle vient de parvenir que les Français ont tranché la gorge de 1 400 Anglais dans l’île de Saint Christophe [Antilles] ». Puis il ajoute : « cette nouvelle a tenu quelque temps, puis fut démentie, et tout était faux sauf ceci. Les Français ont pris quelques-uns de nos navires là-bas, et de mémoire un ou deux de monseigneur de Warwick ». Entre crochets il précise : « exact » (Green 44)45.

Conclusion

27Aux Anglais qui, durant la période de la Guerre Civile et du Commonwealth s’intéressent à la France, le marché en pleine expansion de l’écrit (journaux, livres, pamphlets…) propose trois lectures différentes du royaume qui, à la fois, se superposent et se complètent. La première puise ses racines dans le tréfonds culturel franco-anglais, celui d’un antagonisme multiséculaire, né des affrontements de la Guerre de Cent ans et régulièrement alimenté par les heurts entre les deux puissances, d’autant plus ennemies que l’une est restée catholique et l’autre est devenue protestante. Elle véhicule une image particulièrement négative de la France, perçue comme l’ennemie héréditaire, et exacerbe le sentiment de supériorité des Anglais et leur méfiance à l’égard du continent. C’est souvent cette vision qu’expriment les journaux intimes et les relations de voyages. La deuxième lecture renvoie à une autre image de la France, celle d’un pays de culture et d’art. Cette perception de la France outre-Manche est presque aussi ancienne que la précédente. La troisième est celle, bien plus nouvelle, permise par les journaux. La formidable explosion de l’imprimerie et de la presse en Angleterre dans les années 1640-1660 donne accès à une information somme toute de qualité sur les événements qui se déroulent alors en France. Pourtant, en dépit de l’incontestable ouverture culturelle que représente cette soudaine diffusion de l’information hors des cercles londoniens, des réseaux professionnels et de la haute société, dans le regard des Anglais l’image de la France n’évolue guère. En effet, les gazettes rapportent seulement - mais c’est déjà beaucoup - l’actualité quotidienne. Au-delà de ces nouvelles immédiates, le lecteur des hebdomadaires n’apprend rien de neuf sur la France et les Français. Si le French Intelligencer du mi-xviie siècle n’est pas le Sun du xxie il n’est pas, non plus, le Times d’aujourd’hui. Mais il ne faut pas en être surpris : la presse du premier xviie siècle n’en a pas les moyens et son lectorat n’en a pas l’envie. Comprendre l’autre, de surcroît s’il est étranger, n’appartient guère à l’univers mental de la société du xviie siècle et, dans le cas particulier des regards croisés franco-anglais, le poids de l’héritage culturel et l’intensité des tensions politiques du moment empêchent toute évolution (Giry-Deloison, « France and Elizabethan England » 223-242). Il faut d’autant moins en être surpris qu’une récente enquête menée en Espagne et au Portugal a montré « que les deux voisins ne possèdent qu’une connaissance triviale et banale les uns des autres » (Le Monde vendredi 31 juillet 2009). En dépit d’une histoire commune, d’un projet d’union politique au xixe siècle et d’une surabondance de moyens d’information, l’ignorance de l’autre prévaut.

Haut de page

Bibliographie

Sources contemporaines citées

Journaux

Etat (L’) présent de l’Europe.

Flying (The) Eagle.

French (The) Intelligencer.

French Occurrences.

Gazette de Londres.

Journal historique.

Mémorial (Le) des marchands.

Merchants (The) remonstrance.

Mercure (Le) anglois.

Mercurius Politicus.

Mercurius Pragmaticus.

Moderate (The) Intelligencer.

Nouvelles ordinaires de Londres (ou Nouvelles extraordinaires de Londres).

Oxford gazette / London gazette.

Perfect (A) Account…

Prix courant des marchandises à Londres / Prices of merchandises in London.

Weekly (The) Intelligencer.

Ouvrages anonymes

Beginning (The), Progresse, and Conclusion of the late Troubles in France &c. Faithfully observed, and written from a Gentleman now in PARIS, To a Person of Honour in this Kingdome. Londres : 1649. Print.

Character (A) of England, As it was lately presented in a Letter, to a Noble Man of France, With Reflections upon Gallus Castratus., Londres : imprimé pour John Crooke, 1659. Print.

Declaration (A) of His Highnes By the Advice of His Council ; Setting forth, On the Behalf of this Commonwealth, the Justice of their Cause against Spain. Londres : Henry Hills et John Field, 1655. Print.

Exact (An) Relation of two bloudy Fights at Sea near Cherbrook, between a squadron of English ships and a fleet of the French King’s began on the 12th of Aug. and achieved by Capt. John Green. Londres : imprimé pour J. H, août 1650. Print.

Falacie (The) Of the great Water-drinker Discovered, Londres : imprimé par B. Alsop pour T. Dunster, 1650. Print.

France no friend to England. Or, The Resentments of the French upon the Success of the English. As it is Expressed in a most Humble and Important Remonstrance to the King of France upon the Surrending of the Maritime Ports of Flanders, into the hands of the English. Londres, 1659. Print.

French (The) Charity Written in French by an English Gentleman, upon occasion of Prince Harcourt’s coming into England, and translated into English by F.S.J.E. Londres : imprimé pour William Shears, 1655. Print.

French (The) Mountebank, or an Operator Fit for the present Times. Londres : imprimé pour R. Austin et A. Coe, 21/31 mars 1643. Print.

Great (The) Preparation made in Holland for the King of Scots going into Scotland. Together with a great fight at sea, between the English and the French. Londres : imprimé par Robert Wood, juin 1650. Print.

Perfect (A) Narative of a Sea-Fight near the coast of Portugal between the English and the French. Londres : imprimé pour R[obert] W[ood], 22 mai/1er juin 1650. Print.

Letters from Paris Received the 15 of Jan. 1648. Directed To severall Committees and Members of Parliament. Londres : imprimé par Matthew Simmons, 15/25 janvier 1549. Print.

True (The) relation of the French ambassage. Londres : 1641. Print.

Ouvrages imprimés

Bonnefons, Nicolas. The French Gardiner, instructing how to cultivate all sorts of Fruit Trees and Herbs for the Garden… transplanted into English by Philocepos. Londres : 1658. Print.

Cotgrave, Randle. A Dictionarie of the French and English tongues. Londres : Adam Islip, 1611. Print.

Dallington, Robert. A Method for Travell. Shewed by taking the view of France as it stoode in the yeare of our Lord 1598. Londres : Thomas Creede, 1605. Print.

Eliot, John. Ortho-epia Gallica. Londres : imprimé par Richard Field pour John Wolfe, 1593, réédition Menston : Scolar Press, 1968. Print.

Erondelle, Pierre. The French Garden : for English Ladyes and Gentlewomen to walke in. Or, A Sommer dayes labour. Being an instruction for the attaining unto the knowledge of the Frenche tongue, etc. Londres : imprimé pour Edward White, 1605. Print.

Festeau, Paul. A new and easie French grammar : or, A compendious way how to read, speak, and write French exactly, very necessary for all persns whatsoever. Londres : imprimé pour Thomas Thornycroft, 1667. Print.

Green, Mary A. E., éd. The Diary of John Rous, incumbent of Santon Downham, Suffolk, from 1625 to 1642. Londres : Bowyer Nichols and Sons (Camden Society, Old Series, vol. LXVI), 1856. Print.

Heylyn, Peter. A Full Relation of two Journeys : The one into the Main-Land of France. The other Into Some of the adjacent Ilands. Londres : imprimé par E. Cotes pour Henry Seile, 1656. Print.

Journal of the House of Commons [JHC]. vol. II : 1640-1643, vol. V : 1646-1648. Print.

Journal of the House of Lords [JHL]. vol. IV : 1629-1642, vol. IX : 1646. Print.

La Varenne, François Pierre de. The French Cook… Englished by J. D. G. Londres, 1653 [Le Cuisinier François, Paris, 1651]. Print.

Marlowe, Christopher. Complete Plays and Poems, éd. E. D. Pendry, Londres et Rutland, Vermont : J. M. Dent et Charles E. Tutle Co., 1997 [1976]. Print.

Sainliens, Claude de. The French Schoolmaster. Londres : 1573, réédition Menston : Scolar Press, 1972. Print.

Serres, Olivier de. The Perfect Use of Silk-Wormes and their Benefit. With the exact planting… of Mulberrie trees… and the figures to know how to feede the Wormes, and to winde off the Silke… Done out of the French original of D’Olivier de Serre Lord of Pradel into English by Nicholas Geffe Esquire, Londres : F. Kyngston, 1607. Print.

Thomason (The) Collection of Civil War Tracts. Print.

Wright, Louis B. (éd.). Advice to a Son. Precepts of Lord Burghley, Sir Walter Raleigh, and Francis Osborne. Ithaca, New York : Cornell University Press (The Folger Shakespeare Library), 1962. Print.

Sources secondaires

Ouvrages et chapitres d’ouvrages

Ascoli, Georges. La Grande-Bretagne devant l’opinion française au xviie siècle, volume II : Connaissance de la langue, de la pensée et des œuvres. Paris : Librairie universitaire J. Gamber, 1930. Print.

Bowden, Peter, « Statistical Appendix ». Joan Thirsk dir. The Agrarian History of England and Wales. Volume IV : 1500-1640. Cambridge : Cambridge University Press, 1967 : 814-870. Print.

Clapham, John. A Concise Economic History of Britain from the Earliest Times to 1750. Cambridge : Cambridge University Press, 1966. Print.

Cressey, David. England on Edge. Crisis and Revolution 1640-1642. Oxford : Oxford University Press. 2006. Print.

Dahl, Folke. A Bibliography of English Corantos and Periodical Newsbooks, 1620-1642. Londres : The Bibliographical Society, 1952. Print.

Firth, Charles H. et Lomas, Sophie C., éds. Notes on the Diplomatic Relations of England and France (England, and Germany, England with the North of Europe). Oxford : Basil Blackwell, 1906. Print.

Fortescue, George K., dir. Catalogue of the pamphlets, books, newspapers, and manuscripts relating to the Civil War, the Commonwealth, and Restoration, collected by George Thomason, 1640-1661. 2 vols. Michigan, Ann Arbor : University Microfilms International, 1977 [1908]. Print.

Frank, Joseph. The Beginnings of the English Newspaper 1620-1660. Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1961. Print.

Freist, Dagmar. Governed by Opinion. Politics, Religion and the Dynamics of Communication in Stuart London 1637-1645. Londres et New York : Tauris Academic Studies (International Library of Historical Studies, vol. 10), 1997. Print.

Frearson, Michael. « The Distribution and Readership of London Corantos in the 1620 ». Robin Myers et Michael Harris, dirs. Serials and their Readers, 1620-1914. Winchester : St Paul’s Bibliographies, 1993 : 1-26. Print.

Giry-Deloison, Charles. « France and Elizabethan England ». Simon Adams dir. Elizabeth and the Expansion of England. Londres : Royal Historical Society (Transactions of the Royal Historical Society, vol. XIV), 2004 : 223-242. Print.

Giry-Deloison, Charles. « Le rôle de l’Angleterre dans les événements de la Fronde bordelaise 1649-1653 ». Anne-Marie Cocula et Marie Boisson-Gabarron, dirs. Adhésions et résistances à l’État en France et en Espagne, 1620-1660. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, 2001 : 111-135. Print.

Harris, Bob. Politics and the Rise of the Press. Britain and France, 1620-1800. Londres et New York : Routledge, 1996. Print.

Hill, Christopher. « Censorship and English Literature ». Christopher Hill, The Collected Essays of Christopher Hill. Volume I : Writing and Revolution in 17th Century England. Brighton : The Harvester Press, 1985 : 32-71. Print.

Hillman, Richard. Shakespeare, Marlowe and the Politics of France. Basingstoke : Palgrave, 2002. Print.

Knachel, Philip A. England and the Fronde : The Impact of the English Civil War and Revolution on France. Ithaca, New York : Cornell University Press (The Folger Shakespeare Library), 1967. Print.

Korr, Charles P. Cromwell and the New Model Foreign Policy. England’s Policy toward France, 1649-1658. Berkeley : University of California Press, 1975. Print.

Lambert, Sheila. Printing for Parliament, 1641-1700. Londres : List and Index Society (Special Series, vol. xx), 1984. Print.

Lambley, Kathleen. The Teaching and Cultivation of the French Language in England during Tudor and Stuart Times. Manchester : Manchester University Press (French Series, vol. III), 1920. Print.

Lee, Sidney. The French Renaissance in England. An Account of the Literary Relations of England and France in the Sixteenth Century. Oxford : Clarendon Press, 1910. Print.

Lough, John. France Observed in the Seventeenth Century by British Travellers. Stocksfield : Oriel Press, 1985. Print.

McKenzie, Donald F. et Bell, Maureen. A Chronology and Calendar of Documents Relating to the London Book Trade, 1641-1700. Volume I : 1641-1670. 3 vols. Oxford : Oxford University Press, 2005. Print.

Méthivier, Hubert. La Fronde. Paris : Presses Universitaires de France (coll. L’historien), 1984. Print.

Nelson, Carolyn et Seccombe, Matthew, dir. British Newspapers and Periodicals 1641-1700. A Short-Title Catalogue of Serials Printed in England, Scotland, Ireland and British America. New York : The Modern Language Association of America, 1987. Print.

Parmelee, Lisa Ferraro. Good Newes from Fraunce. French Anti-League Propaganda in Late Elizabethan England. Rochester N.Y. : University of Rochester Press, 1996. Print.

Peck, Linda Levy. Consuming Splendour. Society and Culture in Seventeenth-Century England. Cambridge : Cambridge University Press, 2005. Print.

Potter, David. « Marlowe’s Massacre at Paris and the Reputation of Henri III de France ». Darryll Grantley et Peter Roberts (eds), Christopher Marlowe and English Renaissance Culture. Aldershot : Ashgate, 1999 [1996]. Print.

Raymond, Joad. Pamphlets and Pamphleteering in Early Modern Britain. Cambridge : Cambridge University Press, 2004 [2003]. Print.

Salmon, John H. M. The French Religious Wars in English Political Thought, Westport, Connecticut : Greenwood Press, 1981 [1959]. Print.

Sanford, O. R. et Salt, Denis, éds. British Postal Rates, 1635 to 1839. Londres : The Postal History Society, 1990. Print.

Scott, Jonathan. Algernon Sidney and the English Republic, 1623-1677. Cambridge : Cambridge University Press, 1988. Print.

Shaaber, Matthias A. Some Forerunners of the Newspaper in England, 1476-1622. Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1929. Print.

Simon, Joan. Education and Society in Tudor England. Cambridge : Cambridge University Press, 1967 [1966]. Print.

Spufford, Margaret. Small Books and Pleasant Histories. Popular fiction in seventeenth-century England. Athens, Georgia : The University of Georgia Press, 1981. Print.

Venning, Timothy. Cromwellian Foreign Policy. Basingstoke : Macmillan, 1996 [1995]. Print.

Young, Michael B. Servility and Service. The Life and Work of Sir John Coke. Woodbridge et Londres : The Boydell Press et The Royal Historical Society (Studies in History series, vol. XLV), 1986. Print.

Articles

Baschet, Armand. « List of French ambassadors in England 1509-1714 ». The Thirty-Seventh Annual Report of the Deputy Keeper of the Public Records. Londres : HMS, 1876. Appendix 1, n° 3 : 180-194. Print.

Cust, Richard. « News and Politics in Early Seventeenth-Century England ». Past and Present CXII (1986) : 60-90.

Giry-Deloison, Charles. « La France et la formation de l’identité nationale anglaise (xviie - xviiie siècles) ». Bulletin historique et artistique du Calaisis 183 (2007) : 46-57.

Levy, F. J. « How Information Spread among the Gentry, 1550-1640 ». Journal of British Studies XXI.2 (1982) : 11-34.

Yates, Frances A. « The Importance of John Eliot’s Ortho-epia Gallica ». Review of English Studies vii (1931) : 419-430.

Haut de page

Notes

1 The Massacre at Paris, qui relate la Saint-Barthélémy, fut composé entre août 1589 et août 1590 et joué pour la première fois en janvier 1593 au Rose Theatre à Londres (Marlowe 235-270).

2 Ainsi, en avril 1582 le Privy Council ordonna qu’un nouveau manuel, faisant la part belle à l’histoire de l’Angleterre, soit utilisé dans les common schools (Simon 324).

3 Un coranto ou broadsheet est une feuille imprimée recto verso sur deux colonnes, un newsbook, un in quarto généralement de vingt-quatre pages. Ils rapportent presque exclusivement des faits de politique international (Dahl 18, Frank 4-17, Harris 7, Shaaber). Constitué d’une ou plusieurs pages imprimées, un separate est une feuille d’information qui rapporte principalement les événements de politique intérieure (Cust 62).

4 Le pouvoir royal se méfiait de ces newsbooks et en octobre 1632, sur l’instigation de l’ambassadeur d’Espagne, Charles Ier les fit interdire. Ils ne purent réapparaître qu’à la fin de 1638 (Frank 14-15).

5 La question de la censure de la presse fit l’objet de nombreux débats en 1640-1642 (Freist 47-75).

6 Il s’agit de quelques 22 000 pamphlets, livres et journaux publiés entre 1640 et 1661, principalement à Londres, réunis par le libraire George Thomason ( ?-1666) et aujourd’hui conservés à la British Library à Londres (The Thomason Collection of Civil War Tracts).

7 Ce type d’ouvrage connut un succès croissant dès la première moitié du xviie siècle (Ascoli 289-293, Lambley).

8 Il est à noter que plusieurs des dialogues imaginés par Eliot font référence aux nouvelles en provenance de France (Raymond 104).

9 Pour une analyse de La Gazette de France et des Nouvelles ordinaires de Londres durant cette période voir, infra, l’article de Karine Bigand.

10 L’Etat présent de l’Europe, du 30 septembre/10 octobre au 16/26 octobre 1682 ; Journal historique, du 20/30 janvier au 3/13 février 1697. Deux numéros seulement furent vendus à Londres, Oxford et Cambridge. Le Journal historique avait la particularité d’être composé en français et en anglais en colonnes parallèles.

11 Le mémorial des marchands, en circulation de 1681 à 1686, est la version française de The merchants remonstrance ; la Gazette de Londres est celle d’Oxford gazette / London gazette dont les numéros se succèdent du 12/22 novembre 1666 au 24 décembre 1696/3 janvier 1697 ; Prix courant des marchandises à Londres / Prices of merchandises in London paraît de 1667 à 1699.

12 Au cours de l’année 1632 un newsbook relatant les campagnes du roi de Suède Gustave-Adolphe jusqu’à sa victoire sur le comte de Tilly en avril 1632 parut sous le titre The Swedish Intelligencer (Levy 23, Raymond 145). Sept autres numéros (ou parts) du Sweedish Intelligencer furent publiés entre 1632 et 1635, l’ensemble fut réédité en 1644. Vendu à Londres par Nathaniel Butler et Nicholas Bourne, le newsbook est attribué à William Watts.

13 « Faithfully communicating The Chief Intelligence and Proceedings of the King of Scots, the King of France and the Prince of Condé : With the Affaires and Designes now on foot in France, Denmarke, Sweden, and Portugal, in relation to the Parliament, Army, and Common-wealth of England » (French Occurences).

14 Mercurius Pragmaticus, en circulation de 1647 à 1649 ; The Weekly Intelligencer ; The Moderate Intelligencer, qui reprend les informations du Weekly Intelligencer ; A Perfect Account… ; The Flying Eagle, une copie quasi conforme du Perfect Account… ; le Mercurius Politicus, l’organe officiel du Parlement, pour n’en citer que les principaux.

15 tels que The Beginning, Progresse, and Conclusion of the late Troubles in France (23 mars/2 avril 1649) ou Letters from Paris Received the 15 of Jan. 1648. Directed To severall Committees and Members of Parliament (15/25 janvier 1549).

16 A perfect Narative of a Sea-Fight near the coast of Portugal between the English and the French, récit en forme de lettre datée du 22 mai/1er juin 1650 (Thomason Tracts E 602 (14)). Il s’agit de la victoire navale remportée par la flotte du Commonwealth commandée par l’amiral Robert Blake (1599-1647) contre les navires français et royalistes du prince Rupert, au large du Portugal. Voir également The Great Preparation made in Holland for the King of Scots going into Scotland. Together with a great fight at sea, between the English and the French, récit également en forme de lettre daté du 12/22 juin 1650 (Thomason Tracts E 603 (4)). Pour les incidents durant l’été, voir An exact Relation of two bloudy Fights at Sea near Cherbrook, between a squadron of English ships and a fleet of the French King’s began on the 12th of Aug. and achieved by Capt. John Green (Thomason Tracts E 610 (5)). Pour les conflits maritimes entre la France et l’Angleterre durant les années 1640-1650, voir Knachel 127-131.

17 « Card. Mazarine has brought Menetou upon its knees; and the City of Bourdeaux is in a most lamentable case, and would fain surrender its Anarchy for the least character of a good subject. But the siege will be too sudden for her resolve, and must expect what Articles will be given, not what demanded; in regard there is no hopes of relief; and she being most notoriously high above other cities; must look for an exemplary punishment above other places » (Thomason Tracts E 684 (2)).

18 « This is all the news we have here at present » (Thomason Tracts E 694 (4)).

19 Jacques d’Étampes est en poste à Londres de juillet 1641 à septembre 1642 (Baschet 190, Firth et Lomas 36).

20 La guerre contre l’Espagne commença dans les colonies en décembre 1654. Les négociations franco-anglaises furent conclues par un traité de paix le 5 novembre 1655 et un traité offensif contre l’Espagne le 13 mars 1657 (Korr, Venning). Sur les vues des opposants républicains, voir Scott.

21 Référence aux négociations menées à Münster en 1648 et qui aboutirent au traité du même nom du 8 septembre 1648.

22 François de Lorraine, comte d’Harcourt (1623-1694). Frondeur, il portait le titre de prince et avait été gouverneur et lieutenant général en la Haute et Basse Alsace de 1652 à 1654, d’où l’expression « warlike Prince ».

23 Ce texte participe du vif débat pamphlétaire à propos de la question espagnole qui marqua l’année 1665 et obligea le gouvernement à justifier sa politique. C’est ainsi que ce dernier publia le 26 octobre 1655 A Declaration of His Highnes By the Advice of His Council ; Setting forth, On the Behalf of this Commonwealth, the Justice of their Cause against Spain.

24 Citations respectivement p. 4 : « They will whisper us in the eare, that the designe is to pacify us, and to ingage us in a league against the Spaniard; although at the same time they designe Ambassadours for Munster to endeavour a peace with him. » ; p. 2 : « I cannot see by what steps they are come to this perfect goodness, nor what good Genius can have made them in an instant so good friends of such dangerous neighbours to us » ; p. 7 : « Why such a warlike Prince, who is not experienced in the affairs of this Kingdome, to manage a negotiation of a peace the most nice and intricate that the world at this time affords? » et p. 4 : « a body [l’Angleterre] recovering health from a long sicknesse ought not to expose it self to a violent agitation; that the State will find it self loaden with debts, and the Subject exhausted by Contributions; that we ought to preferred the evident profit of traffick before the uncertain vanity of a conquest ».

25 « That departure, as being a ravishing of the Kings Person to trouble the peace of this State, interrupt the Justice, and crosse the good resolutions of the Parl. Towards the publique ».

26 « But those Princes, and Parliament, that began this War by the example of England, did mistake the constitution of their owne Nation, or did not observe the constitution of ours ».

27 « The Letters from France make mention of new tumults in that Nation, some of the three estates standing for the Prince of Condee, others for the king amongst either of which I cannot well for the present see which way the liberty of the people, which is the Honor of a Nation, should advance itself », numéro 39, 23 septembre/2 octobre 1651.

28 « All other pamphlets scandalous, either to any foreign state, or publick Minister, or to this State of Parliament ».

29 «An Ordinance of the Lords & Commons… against Unlicensed or Scandalous Pamphlets, and For the better Regulating of Printing ».

30 « For preventing and punishing the printing and publishing of scandalous and seditious pamphlets, and regulating the press ».

31 « Published by Authority » ; « According to Order, published for information of the people of England » ; « In defence of the Commonwealth, and for Information of the People ».

32 Le titre même de l’hebdomadaire A Perfect Account résume à lui seul cette ambition.

33 « Formerly beheld, and so much admir’d the splendor and magnificence of this Court, and Kingdom in its greatest Acme and lustre ».

34 « Nothing here of Ornament, nothing of magnificence, no publique and honourable works… ».

35 Le portique fut érigé en 1628 par Inigo Jones devant la façade ouest.

36 Construite en 1622 par Inigo Jones, la Banqueting House est le premier édifice à Londres de style purement Renaissance. C’est devant la Banqueting House que Charles Ier fut exécuté le 30 janvier 1649.

37 « Converted into raskally Ware-houses, and so sordidly obscur’d and defac’d ». Il est vrai que si la Banketing House ne souffrit pas durant l’Interregnum, en revanche la nef de la cathédrale de St Paul servit de caserne pour la cavalerie de Cromwell et l’essentiel du décor intérieur fut saccagé. Les statues de Jacques Ier et de Charles Ier qui ornaient le sommet du portique furent détruites.

38 « I have been tempted to make it speak English, and give it liberty, not to reproach, but to instruct our Nation ; remembring what the Wiseman hath said, Open rebuke is better than secret Love. Prov. 27.5. The truth is, I cannot say but the particulars, are most of them, very home » et p. A3 v° : « we shall have first reformed our selves ».

39 La date indiquée est « at Paris March 23. 1649 ». Citation p. 3 : « For three times they have been ready to revolt, and teare them [les parlementaires] out of their Robes, the Burgois have been jealous, and both Burgois and Parliament jealous of the Princes their Generalls ; who now have only the popular voice ».

40 « I will take no notice of the late actions in England, nor tell you how impatiently they are supported here, and every where, as farre as the correspondence of this place can reach ». Il fait référence à l’exécution de Charles Ier le 30 juin, à l’abolition de la monarchie le 17 mars et à celle de la Chambre des Lords le 19.

41 « That it is happy for the Crowne, that they had this Civill War, because the Parliament and Princes have gained so much experience from it, as gives them a perfect knowledge of the inconstancy of the people, and of one another… »..

42 Citations p. 43 : « never silent, but in the grave; which may also be doubted », p. 47 : « they can hardly distinguish complement from wooing, till the Priest expecteth them at the Church door », p. 254 : « heaven hath not more stars, than France nobles », p. 256 : « undoing and oppressing of the poor Peasant », p. 258 : « tyranny of their Lords » et p. 273 : « the English Subject is in no circumstance a French-man ».

43 . En 1660, le gouvernement anglais fixa le prix de transport d’une lettre d’une feuille à 4 pence et celui d’un paquet d’une once à 1 shilling entre l’Angleterre le nord de la France (Calais, Abbeville, St. Omer, Amiens). De Rouen les prix étaient respectivement de 6 pence et de 1 shilling et 6 pence (Sanford et Salt 53).

44 À titre de comparaison, le salaire journalier moyen est d’environ 12 pence dans les années 1640 (Bowden 864).

45 « The news came to the king that the French had cut the throats of 1400 English at St Christopher’s Iland. This news held a while, but was crossed, and it was all [untrue] but this. The French had taken some of our ships there, and by name one or two of my lords of Warwicke [exact] ». En réalité, la paix avec la France avait été signée le 14 avril 1629. Robert Rich, comte de Warwick (1587-1658) avait créé en 1629, avec d’autres nobles puritains, la Providence Island Company dont l’objectif avoué était de mener une guerre de course contre les intérêts espagnols en Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles GIRY-DELOISON, « Dans le regard de l’Autre : la France et les Français vus d’Angleterre, 1640-1660 », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/3690 ; DOI : 10.4000/erea.3690

Haut de page

Auteur

Charles GIRY-DELOISON

Université d’Artois, EA 4027 CREHS Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés
charles.girydeloison@univ-artois.fr
Ancien élève de l’ENS Cachan, agrégé d’histoire, Charles Giry-Deloison est professeur d’histoire moderne à l’université d’Artois où il dirige l’EA 4027 CREHS. Il est Fellow de la Royal Historical Society. Ses travaux portent sur l’Angleterre des Tudors et des premiers Stuarts (fin XVe – mi-XVIIe siècle) et sur les relations entre l’Angleterre et le continent à cette époque. Il dirige la collection « Clefs concours Anglais » aux éditions Atlande.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org