Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

De l’ancre à l’encre. Navigations du récit

Jean VIVIÈS

Texte intégral

  • 1 Cité par Michel Vergé-Franceschi 33.

L’on m’apprend à écrire
D’une étrange façon
La plume qu’on me donne
A trente pieds de long
L’encre ne manque point
Car l’encre, c’est la mer
La plume c’est la rame
Qui m’apprend à voguer1

  • 2 Un précédent numéro d’E-Rea a abordé le sujet du récit de voyage, voir 3.1 2005, « Récits de voyage (...)

1Cette strophe extraite de la « chansonnette » d’un étudiant venu de Cahors et condamné aux galères peu après la révocation de l’édit de Nantes en 1685 attire l’attention sur la mer comme l’encre du récit de voyage. C’est à des récits de voyage en mer et sur les fleuves que s’est attaché le colloque organisé par Sandhya Patel et la SELVA à Clermont-Ferrand dans le cadre des Rendez-vous du « Carnet de voyage » les 16, 17 et 18 novembre 2012, manifestation dont sont issus les textes qui composent ce numéro de la revue2.

2La mer est l’un des espaces privilégiés et très anciens du récit de voyage. Bien avant de s’associer au tourisme, bien avant les croisières, la mer a longtemps et d’abord été redoutée. C’est la Bible qui a contribué à façonner la représentation de la mer. Le récit de la Création en fait un abîme, une image de l’infini, insondable. Il n’y avait pas de mer au paradis. L’océan est le vestige redoutable de cette Création, un reste du chaos. Le Déluge ensuite figure l’épisode de la punition, un passage momentané par le chaos. A la fin du XVIIe siècle paraît un texte important de la culture anglaise qui conjugue géologie et religion et qui exercera son influence jusqu’à la période romantique, jusqu’à Wordsworth et Coleridge : la Théorie de la terre de Thomas Burnet (1635-1715), parue sous le titre de Telluris Sacra Theoria (1680-80) et traduite en anglais en 1684-1689. Richard Steele lui consacre un essai dans le Spectator en 1711 (numéro 146). Les êtres humains vivaient, selon la lecture allégorique proposée par Burnet, sur un seul et même continent. La face de la terre était lisse, sans relief et sans mer. Lors du Déluge Dieu ouvrit l’abîme et les eaux déferlèrent, la mer actuelle est ce reste, elle est le souvenir du déluge. Et les rivages en sont des ruines.

  • 3 En 1966, l'île chilienne Mas-a-Tierra, en hommage conjoint au marin Alexander Selkirk et au roman R (...)

3L’île où débarque le Robinson Crusoe de Defoe représente le paradis retrouvé après la faute, et le bonheur s’y trouve à condition de ne pas ménager sa peine et de l’aménager, en retraçant les étapes de la civilisation : cueillette, pêche, agriculture, élevage3.

  • 4 Voir l’étude d’Alain Cabantous, Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime XVIe-XI (...)

4La mer a longtemps été l’espace du péril. Le naufrage est à l’époque moderne un fait familier, récurrent, redoutable4. On estime qu’il se produisit un naufrage par jour au XIXe siècle, et de par le monde 13000 naufrages entre 1824 et 1962. On ne disposa pas d’instruments de mesure un peu précis et de cartographie sûre jusqu’aux années 1760-1780. L’image de l’engloutissement, qui exclut la trace, la topographie du souvenir était puissante. La sœur Cécile Sainte-Croix s’écriait en 1630 : « la seule crainte de mourir dans le mer me saisit » ; dans la mer et non en mer, ce qui signale bien l’image du happement effroyable (Vergé-Franceschi, cité par Cabantous, « Fortunes de mer » 127)

5L’autre grand modèle vient bien sûr de l’Antiquité : L’Odyssée d’Homère. Certes bien au delà du récit de voyage, elle est l’un des modèles du récit tout court. Préfaçant Bouvard et Pécuchet de Flaubert en 1947, Raymond Queneau commentait ainsi l’héritage d’Homère :

"Toute grande œuvre est soit une Iliade soit une Odyssée, les odyssées étant beaucoup plus nombreuses que les iliades: le Satiricon, La Divine Comédie, Pantagruel, Don Quichotte, et naturellement Ulysse (…) sont des odyssées, c'est-à-dire des récits de temps pleins. Les iliades sont au contraire des recherches du temps perdu: devant Troie, sur une île déserte ou chez les Guermantes" (Queneau 69).

6Nous venons au monde, a fait remarquer Alberto Manguel, en quelque sorte en ayant déjà lu Homère, qui a emblématisé l’expérience de toute vie : la vie est un combat (l’Iliade) mais la vie est aussi un voyage (l’Odyssée). Dans l’Odyssée, La mer, sombre et infinie est un espace hostile au héros, le théâtre éventuel de sa mort, sans témoin, un espace du malheur, du retard, de l’éloignement radical (Corbin La Mer 12). Le récit traverse toutes les figures du voyage en mer : les dangers, les naufrages, les îles, les escales, les vents contraires, le départ, le retour, Ithaque comme horizon où le futur et le passé se rejoignent et qui fait du devenir un revenir.

7Dans la représentation de la mer, la lecture de la Bible et la littérature antique ont longtemps bien plus d’influence que les récits de voyage. La mer est vue à travers le prisme de la culture classique, comme dans le récit de voyage en général qui organise une triple relation entre texte, référent et intertextualité, comme l’a bien montré Christine Montalbetti. Cependant l’historicité de ces récits ne saurait être mise de côté dans leur analyse.

8Quelle que soit en effet la valeur des études imaginaires (illustrées par Gaston Bachelard, Gilbert Durand ou Michel Serres) et la puissance de la symbolique de l’eau, le discours sur la mer et la manière de la raconter présentent une configuration historicisée. Cette configuration est le produit de différents facteurs : l’exégèse biblique, l’apport des anciens, mais aussi des facteurs littéraires et esthétiques, le savoir scientifique et le savoir médical, ou encore l’expérience des grands navigateurs de l’aube des temps modernes. Dans son étude Le Territoire du vide, l’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Alain Corbin a fait valoir de manière convaincante que ces récits ne sont pas « indifférents à la durée » (Corbin, Le Territoire du vide 321-22). Le paysage marin, comme le paysage de manière générale, émet des images, des symboles qui font réagir la sensibilité mais en fonction de mécanismes datables. Lentement, sans qu’on puisse établir une chronologie précise, la mer va ainsi se transformer de l’effroi en spectacle de la beauté du monde dont elle fait partie. Le système de représentations se retourne, de l’horreur vers la beauté. Le moment du sublime modifie encore et enrichit le regard et la palette. Ensuite, tout au long des deux siècles suivants, la science permettra de mieux comprendre la mer. Ses fonds jusque là mystérieux seront bien mieux connus, elle ne sera plus un simple espace de passage ou un paysage à représenter mais un milieu, un écosystème d’où dépend une partie du sort futur des humains.

9Les participants au colloque de Clermont-Ferrand, venus de plusieurs pays, ont tous pris pour objet des récits de voyage réels, périples racontés dans des écrits publiés ou non par des acteurs, capitaines ou simples passagers, en s’intéressant singulièrement aux conditions de ces voyages. Il s’agissait d’étudier les liens qui s’établissent entre l’objet du récit (le voyage en mer), les conditions dans lesquelles il s’effectue et la forme de l’écrit qui en garde trace. Ils n’ont pas craint de risquer de démentir la mise en garde de Claude Lévi-Strauss en 1955 dans Tristes Tropiques : « ce genre de récit rencontre une faveur qui reste pour moi inexplicable (…) Que lisons-nous dans ces livres ? Le détail des caisses emportées, les méfaits du petit chien de bord, et, mêlées aux anecdotes, des bribes d’information délavées, traînant depuis un demi-siècle dans tous les manuels, et qu’une dose d’impudence peu commune, mais en juste rapport avec la naïveté et l’ignorance des consommateurs, ne craint pas de présenter comme un témoignage, que dis-je, une découverte originale (Lévi-Strauss 22). On se souvient de l’incipit célèbre de ce récit : « je hais les voyages et les explorateurs ».

10Johan Heinse s’intéresse aux récits de voyage anglais dans les mers du Sud entre 1669 et 1722. Le bateau, fait-il remarquer, est un espace politique qui rassemble une communauté humaine dans un lieu confiné. Ces récits s’analysent en relation avec cette communauté où ils prennent naissance et s’élaborent. Il en donne des exemples qui enrichissent notre vision de ces textes, au fond assez divers dans leur poétique.

11Jean-Stéphane Massiani en étudiant les expéditions de James Cook dans le Pacifique, met l’accent sur les instructions officielles de l’Amirauté et tes recommandations de la Royal Society. Il nous invite à lire le journal de Cook en prêtant attention aux silences et aux creux de ces différentes directives. Il élabora un langage simple mais personnel et de plus en plus élaboré au fil des versions successives pour rendre compte d’un monde neuf, aventure d’une écriture autant écriture d’une aventure.

12Odile Gannier a choisi d’examiner le point de vue des chirurgiens de bord, original parce que leur regard exercé leur permet d’observer ce qui échapperait à d’autres. Leurs journaux permettent aussi de connaitre mieux les conditions de vie à bord, le journal des maladies Le journal du jeune chirurgien Roblet dans le cas du voyage de Marchand dans le Pacifique (1790-92) révèle son talent de médecin, son sens de l’innovation tout en offrant en creux un portrait de l’auteur en personnage de roman.

13Viviane Fayaud s’attache au corpus considérable de croquis, dessins, albums réalisés par des dessinateurs amateurs ou professionnels embarqués lors d’expéditions vers le Pacifique sud à la fin du XVIIIe siècle. Des thématiques, des formats, des styles communs se dégagent à partir de préconisations hiérarchiques, de l’exemple de prédécesseurs, des valeurs des compagnons de voyage et des événements, parfois tragiques, vécus à bord. Bien loin d’un quiconque dilettantisme, ces dessins perpétuent une antique tradition de constitution du savoir.

14Nicoletta Brazzelli a étudié le récit de John Franklin, Narrative of a Journey to the Shores of the Polar Sea in the Years 1819-22 (1823). Ce texte lu en regard des Journals et des lettres personnelles de l’auteur éclaire une mission qui est encore objet de discussions, par la richesse des détails qu’il procure sur les conditions matérielles et l’organisation de ce voyage. La triple perspective varie avec la forme selon le public visé. Le destinataire produit en quelque sorte le discours autant que son auteur.

15Lors de la première expédition Franklin, Robert Hood, qui mourut soudainement avant la fin de celle-ci, écrivit un journal de bord accompagné de nombreux dessins et peintures et ce sont ces documents que présente Françoise Besson. Elle voit le sceau du paradoxe dans un journal qui s’ouvre à l’altérité avec curiosité et respect et des peintures animalières vivantes, qui annoncent un Audubon. Elle note joliment que Hood a notamment donné son nom à une fleur de la prairie canadienne (phlox hoodii), après avoir dressé une cartographie qui prend, montre-t-elle, les allures d’une philosophie.

16Anne-Laurence Barkate a étudié The Voyage of the Beagle de Charles Darwin, âgé de vingt-deux ans lors de son expédition. Le carnet de bord initial a été réécrit, pour donner lieu à un texte « palimpsestique » où les narrations s’entrecroisent et se retravaillent pour constituer. Au delà du récit scientifique, le récit de Darwin invite son lecteur à une aventure littéraire.

17Manuela d’Amore s’est penchée sur Domestic Manners of the Americans (1832) de Frances Trollope, et en particulier sur la lanière dont les modes du voyage et de la navigation ont influencé la perception du Nouveau Monde. Le mode de vie américain suscite force réticences, en contrepoint du contact direct, plus enthousiasmant, avec la nature.

18Robert Louis Stevenson clôt le volume avec l’étude que propose Tania Zulli de ses récits du Pacifique. Ils font apparaître un changement de perspective sur la littérature, désormais abordée dans ses liens forts avec la politique et la société. Ce tournant marquera la dernière partie de l’œuvre de Stevenson, située en Ecosse. Le lieu réel de l’écriture et le lieu imaginaire où se situent les romans coexistent pour former une figure d’auteur Stevenson, chez qui l’ici et l‘ailleurs échangent artistiquement leurs propriétés.

19Il est très éclairant d’examiner les voyages en examinant de près leurs conditions matérielles. Le bateau est au fond un huis clos en mouvement qui produit une écriture souvent singulière. C’est bien un « lieu sans lieu » notait Michel Foucault à propos du bateau (dans un texte écrit en 1967 mais publié seulement en 1984), un lieu « qui vit par lui-même, qui est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l'infini de la mer », qui est à la fois un instrument de développement économique et un potentiel imaginaire. Le bateau est cet « espace autre » (Foucault 49), cette hétérotopie, qui emmène ceux qui ont pris place à son bord, de port en port, et quand ils font le récit de leurs voyages, de l’ancre à l’encre.

Haut de page

Bibliographie

Cabantous, Alain. Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime XVIe-XIXe. Paris: Fayard, 1990.

Cabantous, Alain. « Fortunes de mer ». Alain Corbin et Hélène Richard ed. La Mer. Terreur et fascination. Paris: Bibliothèque nationale de France/Editions du Seuil, 2004.

Corbin, Alain. Le Territoire du vide, l’Occident et le désir du rivage 1750-1840 « Considérations de méthode ».Paris: Aubier, 1988.

Edwards, Philip. The Story of the Voyage, Sea-Narratives in eighteenth-century England.Cambridge: CUP, 1994.

Foucault, Michel. « Des Espaces autres ». Architecture /Mouvement/ Continuité 5 (1984) : 46-49.

Foulke, Robert. The Sea Voyage Narrative. New York and London: Routledge, 2002.

Lévi-Strauss, Claude. Tristes Tropiques (1955).Paris: France-Loisirs, 1990, préface de Pierre Nora.

Manguel, Alberto. entretien, Philosophie Magazine, hors-série, « L’Iliade et l’Odyssée ». Août-septembre 2011 :96-98.

Montalbetti, Christine. Le Voyage, le monde et la bibliothèque. Paris: PUF Ecriture, 1997.

Queneau, Raymond ? Bâtons, chiffres et lettres. Paris: Gallimard, 1950.

Vergé-Franceschi, Michel. La Mer, Paris: Editions du Félin Philippe Lebaud éditeur, 1997.

Youngs, Tim. The Cambridge Introduction to Travel Writing, Cambridge: CUP, 2013.

Haut de page

Notes

1 Cité par Michel Vergé-Franceschi 33.

2 Un précédent numéro d’E-Rea a abordé le sujet du récit de voyage, voir 3.1 2005, « Récits de voyage ».

3 En 1966, l'île chilienne Mas-a-Tierra, en hommage conjoint au marin Alexander Selkirk et au roman Robinson Crusoe inspiré par son aventure, a été rebaptisée « île Robinson Crusoe », bel hommage de la géographie à la littérature.

4 Voir l’étude d’Alain Cabantous, Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime XVIe-XIXe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean VIVIÈS, « De l’ancre à l’encre. Navigations du récit », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/3766 ; DOI : 10.4000/erea.3766

Haut de page

Auteur

Jean VIVIÈS

Aix Marseille Université, LERMA (EA 853)
jean.vivies@univ-amu.fr

Jean VIVIÈS, ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud et agrégé d’anglais, est Professeur de littérature britannique à l’université d’Aix-Marseille. Il y a dirigé le Département d’Etudes du Monde Anglophone et le Laboratoire d’Etude et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA EA 853 ). Ses travaux portent sur la littérature britannique du XVIIIe siècle, les récits de voyage et la traduction. Auteur de nombreux articles, il a notamment publié James Boswell, Etat de la Corse (Editions du CNRS, 1992) et Le Récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle : de l'inventaire à l'invention, P. U Mirail, 1999 (traduction anglaise English Travel Narratives in the Eighteenth Century: Exploring Genres, trans. C. Davison, Ashgate, 2002). Il est le fondateur du séminaire de recherche « Britaix XVII-XVIII » du LERMA, co-animé avec Anne Dunan-Page et Laurence Sterritt. Il est vice-président de la Société d’Etudes Anglo-Américaines des 17e et 18e siècle et a été de 2008 à 2012 président de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur (SAES).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org