Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

Cook, les Instructions officielles de l’Amirauté et les recommandations de la Royal Society

Jean-Stéphane MASSIANI

Résumés

Pour chacune des trois expéditions qu’il conduisit dans le Pacifique entre 1768 et 1779, James Cook reçut des instructions de l’Amirauté, lui indiquant de manière plus ou moins précise et rigoureuse l’itinéraire qu’il lui fallait suivre, le comportement qu’il lui fallait adopter ou encore la nature des observations qu’il lui fallait effectuer dans cette partie encore méconnue du globe et consigner dans son journal de bord. À bien des égards, ces instructions, estampillées secret, et donc en théorie connues du commandant de l’expédition seulement, se présentent d’abord comme un manuel de voyage que Cook n’aurait qu’à suivre à la lettre pour satisfaire en tous points la volonté des Lords de l’Amirauté.
L’étude de ces différentes instructions, ainsi que des recommandations que Cook reçoit de la Royal Society lors de son premier voyage, nous a cependant amenés à nous interroger sur le statut de ces textes et à nous poser un certain nombre de questions : quel est, par exemple, le poids de ces instructions dans la manière avec laquelle les expéditions se sont déroulées ? Quels liens ces textes entretiennent-ils avec le journal de voyage du capitaine lui-même ? Jusqu’à quel point informent-ils le contenu du journal de Cook et dans quelle mesure celui-ci parvient-il à s’en émanciper et à produire un texte qui soit autonome et non plus une simple traduction des injonctions et conseils formulés par les Lords de l’Amirauté ?
C’est précisément ce que cette étude se propose d’examiner.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La première expédition eut lieu entre août 1768 et juillet 1771 à bord de l’Endeavour. La deuxième (...)
  • 2 Ces instructions sont dites secrètes car elles contiennent les véritables objectifs du voyage qui n (...)

1Pour chacune des trois expéditions qu’il conduisit dans le Pacifique entre 1768 et 17791, James Cook reçut des instructions de l’Amirauté lui indiquant de manière plus ou moins précise et rigoureuse l’itinéraire à suivre, le comportement à adopter envers les indigènes qu’il rencontrerait ou encore la nature des observations qu’il lui fallait effectuer dans cette partie encore méconnue du globe et consigner dans son journal de bord. À bien des égards, ces instructions, estampillées « secret » et donc en théorie connues seulement du commandant de l’expédition, se présentent avant tout comme un manuel de voyage que Cook n’aurait qu’à suivre à la lettre pour satisfaire la volonté des Lords de l’Amirauté2.

2L’étude de ces documents, ainsi que des recommandations que Cook reçoit de la Royal Society à l’occasion de son premier voyage, nous a cependant amené à nous poser un certain nombre de questions. Quel est, par exemple, le poids de ces instructions dans la manière avec laquelle les expéditions se sont déroulées ? Quels liens ces textes entretiennent-ils avec le journal de voyage de Cook lui-même ? Jusqu’à quel point informent-ils le contenu du journal et dans quelle mesure Cook parvient-il à s’en émanciper afin de produire un texte autonome qui ne soit plus une simple traduction des injonctions et conseils formulés par l’Amirauté et la Royal Society ? Ce sont ces différents points que nous nous proposons d’examiner ici.

1. Les Instructions de l’Amirauté

  • 3 Les instructions relatives aux deux premiers voyages sont conservées à la National Library of Austr (...)

3À l’exception du premier voyage qui comporte un volet d’instructions supplémentaires (« additional instructions ») ainsi qu’une série de recommandations de la Royal Society, nous avons affaire à des textes relativement courts, de quelques pages tout au plus, qui furent retrouvés au début des années 1920 au Public Record Office de Londres3.

  • 4 Au premier rang des signataires, on trouve les différents Premiers Lords de l’Amirauté, en fonction (...)

4Rédigés par Philip Stephens, Premier Secrétaire de l’Amirauté à cette période, et signés des personnages les plus importants de cette administration4, ces textes présentent un certain nombre d’invariants sur lesquels il est intéressant de se pencher.

  • 5 C’est dans les instructions du premier voyage que ce double objectif apparaît de la manière la plus (...)
  • 6 « (…) he certainly did not believe a word about our being bound to the Southward to Observe the tra (...)

5Le premier de ces invariants concerne le double objectif qui ressort de ces instructions, puisqu’il s’agit à la fois de procéder à un certain nombre d’expérimentations scientifiques, telles que par exemple l’observation du transit de Vénus, la vérification de la précision et de la fiabilité du chronomètre inventé par John Harrison dans les années 1760 afin d’obtenir un calcul fiable et précis de la longitude, ou encore l’expérimentation de diverses recettes permettant de lutter contre le scorbut, auxquelles s’ajoute une mission plus pragmatique qui concerne la localisation et la prise de possession d’un certain nombre de territoires nouveaux avant qu’une autre nation européenne ne s’y installe, dans le but d’y établir des liens commerciaux solides et de conforter la position de la Grande-Bretagne en tant que puissance maritime et commerciale. De manière plus secrète encore, il s’agit aussi de résoudre deux des grandes énigmes de la géographie spéculative de l’époque : celle de l’existence ou de l’absence du continent austral, la mythique Terra Australia Incognita, qui hante les esprits et les écrits des penseurs, des géographes et des scientifiques européens depuis l’Antiquité, ainsi que la découverte du non moins mythique passage du nord-ouest, censé relier les océans Atlantique et Pacifique quelque part au nord du continent américain, et dont les noms prestigieux de John Cabot, Francis Drake, Henry Hudson ou Martin Frobisher, ont en vain cherché l’entrée dans les siècles précédents5. Il s’avèrera parfois difficile de garder le secret de ce double objectif, comme lors de l’escale de l’Endeavour à Rio en novembre 1768 par exemple, où le vice-roi du Brésil, Antonio Rolim de Moura Tavares, refuse absolument de croire que le navire britannique se rend dans le Pacifique pour y observer le passage de Vénus devant le disque du soleil, chose dont il n’a jamais entendu parler et qui lui semble complètement farfelue6. Soupçonnant au contraire des visées plus commerciales de la part des marins britanniques, il retiendra le navire près de trois semaines avant de lui permettre de se ravitailler et de reprendre sa route.

6Parmi les nombreuses similitudes que présentent les différentes instructions de l’Amirauté se trouve également l’organisation générale de ces documents.

7Ainsi, après avoir formulé l’objectif principal de l’expédition, l’Amirauté énonce l’itinéraire que le ou les navires doivent suivre, ainsi que les divers renseignements à recueillir dans les lieux visités. Vient ensuite pour chacun des voyages, une liste de précautions à prendre pour assurer le bon déroulement de l’expédition, notamment en cas d’incapacité du capitaine à mener celle-ci à son terme, ainsi que la nécessité de recueillir tous les logs et journaux rédigés par les différents membres d’équipage, qui doivent être remis le plus rapidement possible aux Lords de l’Amirauté. Le capitaine doit également s’assurer que le secret de la destination du navire et des découvertes effectuées sera conservé jusqu’à ce que l’Amirauté décide de divulguer ces informations, à une époque où l’exploration du Pacifique et la possession des territoires nouvellement découverts apparaît comme un enjeu majeur dans la lutte que se livrent les puissances maritimes d’alors : l’Angleterre et la France tout d’abord, puis dans une moindre mesure, l’Espagne.

  • 7 L’Endeavour fit escale au Brésil du 14 novembre au 7 décembre 1768.

8Un des aspects les plus marquants qui ressort de la lecture de ces instructions est la grande liberté qui est accordée à Cook en ce qui concerne l’itinéraire de ses navires. Lors du premier voyage par exemple, le capitaine est libre de faire escale au Brésil ou dans les îles Falkland, s’il le juge nécessaire7. De la même manière, l’itinéraire du retour est laissé à son entière appréciation : « either round the Cape of Good Hope, or Cape Horn, as from Circumstances you may judge the Most Eligible way or returning home » (Beaglehole cclxxxiii). Une même latitude est observée dans la gestion des nombreux imprévus qui surgiront immanquablement : « You are in all such Cases, to proceed as upon advice with your Officers you shall judge most advantageous to the Service on which you are employed » (Beaglehole I cclxxxiii).

9Au deuxième voyage, cette liberté s’étend au choix même des escales et des bases de ravitaillement, qui ne sont pas désignées spécifiquement par les instructions. L’itinéraire que l’Amirauté demande à Cook de suivre entre le Cap de Bonne-Espérance et le Cap Horn, dans des latitudes proches du pôle sud, et donc dans des conditions de voyage très difficiles, nécessite de garder la possibilité de se replier plus au nord, dans des zones plus tempérées, afin de ravitailler les navires, d’effectuer d’éventuelles réparations et de faire se reposer l’équipage. Les instructions sont sur ce point très discrètes. Tant le lieu que le moment ou la durée du repli restent indéfinis, et donc à la discrétion du capitaine :

(…) whenever the Season of the year may render it unsafe for you to continue in high Latitudes, you are to Retire to some known place to the Northward, to refresh your People & refit the Sloops, taking care to return to the Southward as soon as the Season will admit of it. (Beaglehole II clxix)

10Cette grande liberté de mouvement se fonde sur le fait que Cook a grandement participé à l’élaboration de l’itinéraire du deuxième voyage, dont le but était de mettre un terme à la recherche du mythique continent austral. Les instructions qu’il découvre au départ de l’expédition ne lui apprennent donc rien qu’il ne sache déjà, car de son propre aveu : « I was consulted at the time they were drawn up and nothing was inserted that I did not fully comprehend and approve of » (Beaglehole II 10). L’Amirauté ne fait en quelque sorte que formuler de manière officielle l’itinéraire que Cook a lui-même élaboré, en partant des découvertes du premier voyage.

11Au troisième voyage, un degré supplémentaire est franchi. À cette époque, Cook est devenu une autorité indiscutable sur le Pacifique, fort d’une expérience de plusieurs années passées à sillonner cette région, et les Lords de l’Amirauté ne sauraient conseiller de manière trop dirigiste un officier de la Royal Navy dont la connaissance réelle et pratique de cette partie du monde est alors sans égale. Les instructions concernant le déroulement de ce troisième voyage apparaissent de ce fait moins comme des injonctions que comme un ensemble de possibilités et de recommandations, que le capitaine semble libre de suivre ou non, comme en témoignent les multiples formules qui placent James Cook au centre des décisions : « if you should judge it necessary and convenient », écrit l’Amirauté, ou encore : « as you shall judge proper », « unless you find it necessary , « by such Route as you may think best » (Beaglehole II ccxx-ccxxiv). L’escale à l’île de Madère offre à cet égard un exemple marquant. Cette escale, présente à chaque voyage, ne relève en 1776 plus que de la décision de Cook :

You are hereby required and directed to proceed with the said two Sloops directly to the Cape of Good Hope, unless you shall judge it necessary to stop at Madeira, the Cape de Verd, or Canary Islands, to take in Wine for the use of their Companies ; in which case you are at liberty to do so, taking care to remain there no longer that may be necessary for that purpose. (Beaglehole III ccxx)

12En comparaison, le ton apparaît bien plus dirigiste au premier voyage :

(…) you are to put to sea with the first opportunity of Wind and weather, and make the best of your way to the Island of Madeira and there take on board such a Quantity of Wine as you can Conveniently stow for the use of the Barks Company (Beaglehole I cclxxix)

13Autre aspect de la latitude offerte à Cook : l’absence de précision quant au temps que les navires doivent passer à sillonner telle ou telle zone à la recherche de telle ou telle terre. Si l’Amirauté demande bien que soient retrouvées certaines des îles découvertes par les Français au sud-est du Cap de Bonne-Espérance, aucune précision n’est apportée sur la durée de cette recherche : « You are not however to spend too much time in looking out for those Islands, or in the examination of them » (Beaglehole II ccxxi). La valeur de l’expression « too much time» est laissée à l’entière appréciation de Cook. Aucune précision n’y est apportée.

  • 8 Il faut toutefois garder à l’esprit que l’expédition avait déjà pris du retard du fait de l’arrivée (...)

14Cette liberté de mouvement permit d’effectuer un certain nombre de découvertes intéressantes, telle que la côte orientale de l’Australie au printemps 1770 par exemple, alors que Cook avait dans un premier temps songé à rejoindre l’Angleterre par un autre itinéraire, ou encore les îles Sandwich au troisième voyage. Des découvertes, que des injonctions trop strictes de l’Amirauté n’auraient peut-être pas permis de faire dans les mêmes conditions ou au même moment. Mais cette liberté octroyée à Cook explique aussi en partie le retard que prit parfois l’expédition, notamment lors du troisième voyage où le Resolution et le Discovery ne touchèrent la côte ouest américaine qu’en mars 1778, soit un an après la date prévue par les instructions et après avoir fait escale en Tasmanie, en Nouvelle-Zélande, à Tahiti et à Hawaii8.

15En comparaison, la partie des instructions touchant aux territoires éventuellement occupés par des nations européennes apparaît d’une rigueur surprenante. Soucieux de ne pas froisser les Espagnols, présents sur la façade ouest du continent américain depuis le seizième siècle, ou quelque nation que ce soit qui se serait installée dans cette région, les Lords de l’Amirauté exigent de Cook qu’il n’y débarque sous aucun prétexte, sauf en cas de force majeure :

You are also, in your way thither, strictly enjoined not to touch upon any part of the Spanish Dominions on the Western Continent of America, unless driven by some unavoidable accident, in which case you are to stay no longer there than shall be absolutely necessary, and to be very careful not to give any umbrage or offence to any of the Inhabitants or Subjects of His catholic Majesty. And if in your farther progress to the Northward, as here after directed, you find any Subject of any European Prince or State upon any part of the Coast you may think proper to visit you are not to disturb them or give them any just cause of offence, but on the contrary treat them with civility and friendship. (Beaglehole III ccxxi)

16Précisons ici qu’à la veille d’un conflit avec ses colonies américaines, l’Angleterre n’avait sans doute pas à cœur de menacer une paix bien fragile avec ses voisins européens. Soucieuse de ne pas froisser les Espagnols, l’Amirauté avait d’ailleurs déjà rebaptisé en janvier 1772 les navires acquis deux mois plus tôt pour la deuxième expédition, le Resolution et l’Adventure, dont les noms précédents, le Raleigh et le Drake, n’auraient sans doute pas manqué d’offenser les sujets du roi d’Espagne, encore sensibles à l’évocation de ces deux noms fortement associés aux raids anglais sur leurs possessions d’Amérique du Sud à la fin du seizième siècle.

17Autre point commun aux différentes instructions que Cook reçoit de l’Amirauté : les diverses informations à recueillir dans les différents lieux découverts et visités. Ici aussi, on ne peut qu’être frappé par les similitudes que présentent ces textes.

18Ainsi, il est demandé pour chacune des expéditions de respecter scrupuleusement la liste des relevés à effectuer. Que l’on traite du continent austral, d’une île de moindre envergure, ou de la côte ouest nord-américaine, cette liste reste la même du premier au troisième voyage.

19Il s’agit tout d’abord d’établir avec précision la localisation géographique du lieu, ainsi que tous les détails techniques ayant trait à la côte : position des caps, direction et force des courants et des marées, sondage des fonds, relevés topographiques des baies et des ports, etc. L’accent est mis ensuite sur la nature du sol et sa production, faune, flore et minerai, dont il faut si possible ramener des échantillons qui seront confiés à des spécialistes, une fois arrivés à bon port. Puis, on s’intéressera aux indigènes : leur nombre, leurs caractéristiques ou encore leur disposition à l’égard des Anglais. L’Amirauté souligne, à cette occasion, l’attitude à avoir envers ceux-ci. Il s’agit avant tout de se montrer amical et chaleureux, de se comporter de manière polie, en prenant soin cependant de ne pas se faire surprendre et de se garder contre tout accident qui pourrait surgir de ce contact. Enfin, afin d’officialiser la présence britannique dans ces lieux :

  • 9 Ailleurs, on peut lire également : « They are the natural , and in the strictest sense of the word, (...)

You are also with the Consent9 of the Natives to take possession of Convenient Situations in the Country in the Name of the King of Great Britain; or, if you find the Country uninhabited take Possession for His Majesty by setting up Proper Marks and Inscriptions, as first discoverers and possessors. (Beaglehole I cclxxxiii)

20Les remarques relatives aux renseignements à recueillir sur place restent cependant assez peu développées dans les instructions de l’Amirauté. C’est à la Royal Society, coorganisatrice du premier voyage, qu’incombera cette tâche par le biais d’une série de recommandations rédigées par son président James Douglas, 14è comte de Morton, et remises à Cook par quelques jours avant son départ pour les Mers du Sud.

2. Les Recommandations de la Royal Society

21Intitulé Hints offered to the consideration of Captain Cooke, Mr Bankes, Doctor Solander, and the other Gentlemen who go upon the Expedition on board the Endeavour, c’est un texte daté du 10 août 1768, qui revêt un ton général moins officiel et sentencieux que celui des instructions données par l’Amirauté, et qui se présente comme la modeste contribution de la Royal Society à l’expédition : « The foregoing hints, hastily put together; and probably very incorrect are however humbly submitted to the consideration of captain Cooke and the other Gentlemen » (Beaglehole I 519), une modestie somme toute attendue, du fait de la présence à bord du navire des membres éminents de cette institution que sont Joseph Banks, qui en fut le président de 1778 à sa mort en 1820, Carl Solander, disciple de Linné, ou encore de Charles Green, assistant de l’astronome royal James Bradley, en charge de l’observation du transit de Vénus. On peut d’ailleurs, à ce titre s'étonner de la naïveté de certaines remarques, comme la façon avec laquelle les membres de l'équipage pourraient faire comprendre aux Tahitiens qu'ils ont faim ou soif :

(…) holding a jug, turning it bottom upwards, to shew them it was empty, then applying it to the lips in the attitude of drinking.- The most stupid from such a token, must immediately comprehend that drink was wanted. Opening the mouth wide, putting the fingers towards it, and then making the motion of chewing, would sufficiently demonstrate a want of food. (Beaglehole I 514-515)

22Au premier rang des conseils qu’offre ainsi la Royal Society, on trouve l’attitude à adopter à l’égard des Tahitiens et des autres indigènes du Pacifique. Cet aspect avait été rapidement abordé par l’Amirauté dans ses instructions, mais il s’agit là véritablement d’une contribution majeure au déroulement des voyages, car pour la première fois, la nature des relations entre indigènes et membres de l’expédition est prise en considération. L’accent est mis avant tout sur le respect, la patience et l’amitié qu’il faut développer, et Morton ne manque pas de rappeler la dimension humaine des êtres que les membres de l’expédition vont rencontrer : « They are human creatures, the work of the same omnipotent Author, equally under his care with the most polished European; perhaps being less offensive, more entitled to his » (Beaglehole I 514). Il apparaît donc comme primordial de tempérer l’agressivité et l’animosité des marins anglais envers ceux qui restent les possesseurs naturels de la terre qu’ils habitent : « check the petulance of the Sailors, and restrain the wanton use of Fire Arms » (Beaglehole I 514). À l’inverse, l’hostilité éventuelle des indigènes envers les Anglais ne saurait se concevoir autrement que comme une réaction naturelle et compréhensible, contre laquelle on ne peut pas réagir violemment. Pour autant, il ne s’agit pas de placer complètement Anglais et indigènes sur un pied d’égalité et la nécessité demeure d’afficher la supériorité des Européens par la démonstration, sur des oiseaux ou des objets par exemple, de la toute puissance des armes à feu, fusils et canons. Car si des relations amicales sont à entretenir absolument entre Anglais et indigènes, ce n’est pas au nom de l’amitié entre les peuples, ni par pure philanthropie, mais bien par intérêt : « Upon the whole, there can be no doubt that the most savage and brutal Nations are more easily gained by mild, than by rough treatment » (Beaglehole I 515), la sérénité des membres de l’expédition et de bonnes relations avec les habitants des lieux qu’ils visitent étant seules garantes du bon déroulement des recherches botaniques et des expériences scientifiques qu’il faut mener. Ainsi, en cas d’échauffourée, voire de conflit ouvert avec certains indigènes, il devient capital de conserver l’amitié construite jusqu’ici, et de rétablir au plus tôt la bonne entente entre les deux parties. Comme l’écrit Morton : « (…) the Natives, when brought under should be treated with distinguished humanity, and made sensible that the Crew still considers them as Lords of the Country » (Beaglehole I 515).

23Cook aura à cœur de respecter scrupuleusement les directives fournies par Morton et de traiter les différents indigènes qu’il rencontrera avec toute la dimension humaine qui leur était due, un comportement remarquable dans le sens où il était loin d’être adopté par l’ensemble des membres de l’expédition, même si Cook lui-même n’échappe parfois pas aux travers de son époque et se montre avant tout intéressé par l’apport que représente aux yeux de sa patrie l’acquisition de ces territoires du Pacifique.

24Autre point développé : la nature des informations à recueillir dans les différents lieux découverts. Qu’il s’agisse du continent austral, auquel Morton consacre un long paragraphe, ou une terre de moindre envergure, le président de la Royal Society préconise une observation minutieuse et disciplinée de la faune, de la flore, des minerais et des habitants. Les conseils offerts ici sont beaucoup plus détaillés que les instructions de l’Amirauté et si l’auteur déclare ne vouloir s’en tenir qu’à quelques remarques générales, étant donné l’étendue du champ d’investigation (« These open so vast a field, that there is no room in this place for descending to particulars » (Beaglehole I 517)),  on perçoit clairement que la Royal Society est ici sur son terrain de prédilection. Là où l’Amirauté demandait simplement de recueillir des graines afin que celles-ci puissent être analysées en Angleterre, Morton conseille d’en noter l’utilisation faite par les indigènes, leur pouvoir de guérison par exemple, mais également, leur exposition, la latitude à laquelle on les trouve, s’il s’agit de l’hémisphère nord ou sud, ou encore la nature du sol sur lequel elles poussent et dont on ne manquera pas de ramener un échantillon. Un même degré de précision est demandé lors de la recherche et de l’observation des animaux, des minéraux et des peuples rencontrés dans ces lieux. Il suggère notamment que l’on note minutieusement leurs dispositions naturelles, leurs connaissances scientifiques et astronomiques, leur méthode de communication, leur tempérament, leurs caractéristiques physiques, leur mode vestimentaire, leur nourriture, leurs armes, etc. ainsi que l’organisation politique de leur société et leurs croyances. Enfin, Morton demande aux membres de l’expédition d’établir un lexique des mots utilisés par les indigènes pour désigner les lieux et les choses, dans le but non dissimulé d’améliorer la communication et de recueillir des informations plus nombreuses et plus fiables.

25Cet ensemble de recommandations vient en complément des instructions de l’Amirauté, et se concentre sur ce qui relève pleinement de la compétence de la Royal Society : l’investigation scientifique. Les préconisations de Morton ne visent rien d’autre qu’à offrir au commandant de l’expédition une grille de lecture de la nature et de sa production afin que le compte rendu qu’il fait de son expérience de terrain soit le plus fidèle possible.

3. L’Impact sur le récit du voyage 

26Quel rôle les instructions de l’Amirauté et les recommandations de la Royal Society ont-elles pu jouer dans l’élaboration du texte de Cook ?

27II faut avant tout garder à l’esprit que Cook ne voyage pas pour son plaisir. Il n’est pas libre d’aller où bon lui semble et de consigner dans son journal ce qu’il juge digne d’intérêt au grè de ses visites, de ses rencontres ou de ses humeurs. Son statut d’officier de la Royal Navy et la nature même du voyage qu’il entreprend informent grandement le contenu du récit. Les instructions de l’Amirauté sont là avant tout pour lui rappeler qu’il a un schéma préétabli à suivre quant à la nature des informations à recueillir, et si ces instructions laissent parfois, comme nous l’avons évoqué plus haut, une certaine liberté de mouvement au capitaine en ce qui concerne la gestion du navire et l’itinéraire à suivre, elles tendent par ailleurs, à enfermer le récit du voyage dans le modèle promu par la Royal Society dès les années 1660, appuyé par une tradition séculaire de récits de voyage, éprouvé par des dizaines d’explorations à travers le monde et avalisé par les instances dirigeantes, organisatrices de l’expédition.

28Les instructions de l’Amirauté et les recommandations de la Royal Society s’avèreront d’ailleurs très utiles dans un premier temps, si l’on considère la manière scrupuleuse avec laquelle Cook en respecte les directives. La description de Tahiti au premier voyage est à ce titre remarquable, puisqu’on y voit apparaître chacune des rubriques proposées par Morton dans ses recommandations. Confronté pour la première fois de sa vie, à la lourde tâche de décrire un lieu inconnu des Européens, Cook se repose grandement sur les préconisations que lui fournit le président de la Royal Society. D’extraction populaire, n’ayant eu d’autre instruction que celle acquise sur le terrain, notamment lors de la Guerre des Sept Ans qu’il effectue sur la côte nord-est américaine, Cook n’appartient pas au monde des lettrés, à la différence de son grand rival français Bougainville par exemple. Ces informations biographiques permettent de prendre la juste mesure de ce que représente cette première description de Tahiti. L’ampleur de la tâche qui se présente à Cook est sans commune mesure avec ce qu’il avait pu connaître jusqu’alors. C’est donc tout naturellement qu’il va s’appuyer sur la feuille de route que lui ont transmise ses supérieurs, afin de fournir les détails nécessaires sur les lieux qu’il visite et les gens qu’il y rencontre.

29De manière générale, les nombreuses révisions qu’apporte Cook au journal de son premier voyage, les multiples rajouts, les paragraphes rayés, déplacés, éliminés, les différentes remarques interlinéaires qui parsèment le texte, révèlent un souci constant de trouver le mot juste, de transmettre au plus près ce réel exotique rencontré dans le Pacifique. Si Cook n’a pas alors le sentiment d’écrire pour un public autre que celui des Lords de l’Amirauté à qui il doit remettre son rapport, il a conscience d’être engagé dans une aventure hors du commun, qu’il a à cœur de transcrire avec le plus d’exactitude possible.

30Si les instructions de l’Amirauté et les recommandations de la Royal Society lui fournissent la trame de son texte, elles se révèlent assez rapidement insuffisantes à couvrir tous les aspects de l’expérience vécue dans le Pacifique. Elles ne s’avèrent, prises à la lettre, que d’une aide toute relative, mais une aide somme toute précieuse car elles vont obliger Cook à aller chercher ailleurs les ressources nécessaires à l’accomplissement de cette tâche qui consiste à mettre le monde en mots. Cette aide ce sera notamment la consultation des journaux de certains de ses compagnons de voyage plus lettrés et plus aguerris à l’exercice d’écriture : Joseph Banks au premier voyage, William Wales au deuxième, William Anderson au troisième, pour ne citer que les plus marquants.

31Avec la trame fournie par sa hiérarchie en arrière-plan, et au contact de ses compagnons de voyages, dont il partage à la fois les discussions et les journaux, Cook va peu à peu, entrée après entrée, jour après jour, développer des compétences d’écriture qui vont se traduire par un éloignement grandissant des recommandations formulés par ses supérieurs hiérarchiques, par une émancipation progressive des directives qu’il a reçues, afin d’enrichir son texte de tout ce que l’Amirauté et la Royal Society ne formulent pas de manière explicite. Bien qu’elle se développe essentiellement aux deuxième et troisième voyages, où il apparaît clairement que Cook est en train d’écrire bien plus qu’un relevé détaillé de ce qui a été vu lors de l’expédition, cette tendance est déjà en germe au premier voyage.

32Comment se manifeste-elle ? On observe en premier lieu une sélection de certains aspects marquants du voyage sur lequel semble se porter l’intérêt de l’auteur. Ce choix délibéré de mentionner, de développer, de mettre l’accent sur certaines anecdotes plutôt que d’autres permet ainsi d’associer au côté informatif et documentaire que favorisent les instructions de l’Amirauté, un côté plus divertissant, où les divers événements sélectionnés sont mis en intrigue. Vol d’un quadrant à Tahiti, groupe d’indigènes rôdant mystérieusement autour du camp et surpris en train d’en escalader la palissade, Tahitiens observant les membres de l’expédition dans un silence inhabituel, etc., constituent ainsi quelques-unes des nombreuses intrigues offertes au lecteur. À plusieurs reprises, Cook confie ses inquiétudes : « This made me suspect something was intended » (Beaglehole II 478), écrit-il, ou encore : « In short every thing conspired to make us believe they intended to attack us as soon as we were on shore » (Beaglehole II 485).

  • 10 D’abord soupçonné, le matelot James Mario Matra est lis aux fers le 23 mai 1770, puis libéré trois (...)

33Bien que les entrées en mer semblent a priori moins propices à la mise en place et au développement d’intrigues du type de celles provoquées par la rencontre avec l’Autre, la lecture du texte de Cook montre qu’à bord du navire, les relations entre membres d’équipage sont parfois l’occasion d’incidents dignes de figurer au nombre des « remarkable occurrences » que contient le récit. On retiendra ici l’exemple de l’affaire Richard Orton, du nom du secrétaire particulier de Cook sur l’Endeavour, qui dans la nuit du 22 mai 1770, se fait mystérieusement tailler ses vêtements en pièces et couper les oreilles dans son sommeil, sans s’apercevoir de quoi que ce soit10.

34En mer cependant, c’est plutôt sur la confrontation avec les éléments déchaînés que se porte l’accent. Ainsi, comme Cook l’écrit en arrivant à Huahine en mai 1774 : « (…) the Sea broke with Such height and Violence as was frightfull to look at » (Beaglehole II 419). Mais l’exemple le plus marquant est sans doute dans ce domaine l’épisode de la remontée de la Grande barrière de corail à l’été 1770, entièrement bâti autour du suspense créé par l’incertitude d’une navigation dangereuse où le risque sans cesse grandissant et l’engloutissement quasi inévitable du navire et de son équipage, demeurent des éléments forts que la narration s’emploie à rappeler régulièrement au lecteur. Il faut tout de même garder à l’esprit que les diverses entrées qui relatent ces événements sont rédigés a posteriori et procèdent donc d’une volonté délibérée de dramatiser le récit et de le bâtir sur une tension extrême que ponctuent un vocabulaire et des expressions choisis. Cook parle ainsi de détresse, d’épouvante, il évoque un navire sur le point de se briser en mille morceaux et voit face à lui : « (…) a wall of Coral Rock rising all most perpendicular out of the unfathomable Ocean » (Beaglehole II 378). Comme il l’écrit plus loin : « we were still in the very jaws of distruction » (Beaglehole I 379). Cette mise en intrigue des événements relatés et la tension dramatique autour de laquelle le récit est construit, vient en définitive donner vie au comte rendu quotidien du déroulement de l’expédition, illustrant par là-même le fait que bien que les journaux se veulent témoignages directs de l’expérience viatique, ils n’en sont pas moins le fruit d’un travail minutieux de composition et de réécriture, proche de celui auquel se livrent les auteurs de fiction. Aventures diverses, danger, tempêtes, naufrages, cannibales, voluptés diverses, tous ces ingrédients sont présents dans le texte de Cook. Comme l’écrit Percy G. Adams : « Only in the most fanciful romances could a hero face cannibals in New Zealand or return from a frightening hell off the reefs of Australia, as Cook did » (Adams, 160). En installant ainsi son récit dans une tension progressive, entretenue jusqu’à son dénouement, Cook produit un texte où l’élaboration littéraire prend le pas sur l’objectivité empirique et s’éloigne peu à peu des directives de l’Amirauté et de la Royal Society.

Conclusion

35Le journal que Cook rédige ne se borne donc pas à suivre à la lettre les directives qui lui sont communiquées. Car bien que fortes utiles, celles-ci ne sauraient faire vivre le récit à elles seules. Et c’est finalement dans les creux et les silences de ces textes que l’importance des Instructions de l’Amirauté et des Recommandations de la Royal Society se fait pleinement sentir. En mettant Cook face à l’énorme défi de faire vivre un monde nouveau avec des mots, ces textes participent à développer chez lui ce langage simple, clair, dépourvu des effets de style et des références savantes, apanage d’esprits plus lettrés, un langage semblable à celui de cet homme « simple et grossier » dont parle Montaigne et qui est seul capable de « rendre véritable tesmoignage » (Montaigne 253). Un langage qui privilégie l’étude de la nature sur celle des livres, comme le formulent joliment les Directions for Seamen de la Royal Society en 1665 et dont Cook se révèle un élève appliqué, consciencieux, exemplaire. Un langage enfin, qui a fait écrire à Pierre-Edouard Lemontey, dans son Eloge de Cook publié en 1792 que : « Les Voyages de Cook écrits avec la plus énergique simplicité, des merveilles racontées sans l’enflure des mots ni l’appareil des systèmes, n’ont pas dû paraître aux bons esprits sa découverte la moins piquante. » (Lemontey 220)

Haut de page

Bibliographie

Adams, Percy, G. Travel Literature and the Evolution of the Novel. Lexington : the University Press of Kentucky, 1983. Print.

Banner, Stuart. Possessing the Pacific. Land, Settlers, and Indigenous People from Australia to Alaska. Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 2007. Print.

Beaglehole, John Cawte, éd. The Journals of Captain Cook. Volume I, the Voyage of the Endeavour 1768-1771. Cambridge, Hakluyt Society, 1955. Print.

Beaglehole, John Cawte, éd. The Journals of Captain Cook. Volume II, the Voyage of the Resolution and Adventure 1772-1775. Cambridge, Hakluyt Society, 1961. Print.

Beaglehole, John Cawte, éd. The Journals of Captain Cook. Volume III, the Voyage of the Resolution and Discovery 1776-1780, Part One. Cambridge, Hakluyt Society, 1967. Print.

“Direction for Sea-Men, Bound for Far Voyages.” Royal Society, Philosophical Transactions I (1665) : 140-143.

Lemontey, Pierre-Edouard. Oeuvres de P.E. Lemontey, de l’Académie Française. Edition revue et préparée par l’auteur. Tome troisième. Paris : A. Sautelet et co. Editeurs, 1829.

Montagine, Michel de (1580). Essais. Tome Premier. Paris, Editions Garnier Frères. 1962. Print.

Haut de page

Notes

1 La première expédition eut lieu entre août 1768 et juillet 1771 à bord de l’Endeavour. La deuxième expédition, effectuée de juillet 1772 à juillet 1775, engagea deux navires : le Resolution et l’Adventure, dont le commandement fut confié au capitaine Tobias Furneaux. Enfin, une dernière expédition quitta l’Angleterre en juillet 1776. Elle comprenait également deux navires : le Resolution et le Discovery, commandé par le capitaine Charles Clerke. Cook ne conduisit pas cette troisième expédition à son terme, puisqu’il mourut en route, le 14 février 1779, sur une plage d’Hawaii. L’expédition se poursuivit et les navires arrivèrent en Angleterre en octobre 1780.

2 Ces instructions sont dites secrètes car elles contiennent les véritables objectifs du voyage qui ne doivent être divulguées sous aucun prétexte. Cook avait en sa possession un certain nombre de documents officiels qui attestaient son autorité sur le navire et sur l’expédition. Ces documents étaient disponibles sur demande et il fallut les fournir à plusieurs reprises lorsque l’expédition fit escale dans des lieux tenus par des Européens, tels que le Brésil, le Cap de Bonne-Espérance ou encore Batavia.

3 Les instructions relatives aux deux premiers voyages sont conservées à la National Library of Australia. Les instructions pour le troisième voyage se trouvent au Manuscript Department du British Museum à Londres. Nous utilisons ici les textes publiés par John Cawte Beaglehole dans son édition des journaux de Cook.

4 Au premier rang des signataires, on trouve les différents Premiers Lords de l’Amirauté, en fonction à cette période : Edward Hawke pour le premier voyage et Lord Sandwich pour les voyages successifs. La liste inclut également les noms de Sir Percy Brett et Charles Spencer pour le premier voyage, le vicomte Lisburne, Thomas Bradshaw, Augustus John Hervey, comte de Bristol pour le deuxième voyage et enfin Sir hugh Palliser et de nouveau Spencer pour le troisième voyage. La plupart de ces noms sont encore visibles aujourd’hui sur la carte du Pacifique.

5 C’est dans les instructions du premier voyage que ce double objectif apparaît de la manière la plus claire, puisque l’on a dans deux documents distincts le but officiel du voyage (l’observation du passage de Vénus devant le disque solaire) et la recherche du continent austral, object exclusifs des « additional instructions » remises secrètement à Cook.

6 « (…) he certainly did not believe a word about our being bound to the Southward to Observe the transit of Venus but look’d upon it as an invented story to cover some other design we must be upon, for he could form no other Idea of that Phenomenon (after I had explained it to him) then the North Star passing thro the South Pole (there were his own words) » (Beaglehole I 23).

7 L’Endeavour fit escale au Brésil du 14 novembre au 7 décembre 1768.

8 Il faut toutefois garder à l’esprit que l’expédition avait déjà pris du retard du fait de l’arrivée tardive du Discovery au Cap, où le Resolution l’attendait depuis plus d’un mois, et que le mauvais état de son navire, révélé dès les premières semaines de navigation, força Cook à s’arrêter à de nombreuses reprises afin d’effectuer les réparations nécessaires.

9 Ailleurs, on peut lire également : « They are the natural , and in the strictest sense of the word, the legal possessors of the several regions they inhabit. No European Nation has a right to occupy any part of their country, or settle among them without their voluntary consent. Conquest over such people can give no just title » (Beaglehole I 514). La politique d’appropriation territoriale de l’Australie fait ici figure d’exception puisque l’île fut déclarée Terra Nullius dès les premiers temps de l’implantation britannique. Ce déni de toute propriété aborigène fut annulé par la décision Mabo de la Cour Suprême australienne en 1992. Parmi les nombreux ouvrages sur le sujet, voir Stuart Banner 2007.

10 D’abord soupçonné, le matelot James Mario Matra est lis aux fers le 23 mai 1770, puis libéré trois semaines plus tard, faute de preuves. Quelques mois plus tard, à Batavia, la désertion de l’enseigne de vaisseau Patrick Saunders, après que Cook ait offert une récompense pour tout renseignement concernant cette affaire, semble le placer au premier rang des suspects, sans qu’il y ait toutefois de certitude à ce sujet. Dans la version du journal remis à l’Amirauté, l’épisode tout entier a disparu, dans un souci évident que ce que Cook considère comme « the greatest insult that could be offer’d to my authority on board » (Beaglehole I 324) ne le desserve pas auprès de ses supérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Stéphane MASSIANI, « Cook, les Instructions officielles de l’Amirauté et les recommandations de la Royal Society », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/3785 ; DOI : 10.4000/erea.3785

Haut de page

Auteur

Jean-Stéphane MASSIANI

Aix-Marseille Université (LERMA, EA 853)
js.massiani@hotmail.fr

Professeur agrégé actuellement en poste au lycée de La Fourragère à Marseille (13012). Ses recherches portent sur les voyages dans le Pacifique au dix-huitième siècle. En décembre 2009, Il a soutenu une thèse intitulée : Du parcours au discours : étude des journaux de James Cook, sous la direction du professeur Jean Viviès.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org