Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

Délivrés sur ordonnance : les voyages vus à travers les journaux de bord des chirurgiens

Odile GANNIER

Résumés

Les journaux de bord des capitaines sont souvent doublés par les comptes rendus de leurs officiers. Parmi eux, le point de vue des chirurgiens est souvent différent et original : car leur profession et leur formation les mettent à même de noter des observations qu’ils sont seuls à faire, en particulier sur les habitants des contrées visitées (outre la botanique dont il remarque les caractéristiques s’il est aussi naturaliste) et les réactions des marins. Qui plus est, le journal des maladies permet d’en connaître souvent assez long sur les conditions du voyage. Dans le cas du voyage de Marchand (1790-1792), le journal du chirurgien Roblet offre un intérêt particulier : complet et vivant, le journal de bord est accompagné du journal des maladies, avec l’état de sa pharmacie. Il est loin d’avoir démérité puisqu’il n’a eu à déplorer qu’un seul mort, sur 50 hommes embarqués, d’une attaque d’apoplexie ; et il est reconnu pour avoir appliqué une méthode innovante pour traiter les symptômes du scorbut. Le ton de son récit nous dépeint aussi bien le personnage que l’ambiance de l’expédition et les populations rencontrées.

Haut de page

Texte intégral

1En France, en tant que membre de l’État-major, le chirurgien de bord était tenu de consigner ses observations, en vertu des ordonnances de 1622, 1681 et 1689 (Taillemite 94). Certains médecins sont restés célèbres – généralement plus, d’ailleurs, pour leurs compétences complémentaires (botanique, zoologie, …) que pour leurs exploits médicaux. À cet égard, Claude Roblet, chirurgien navigant de la toute fin du XVIIIe siècle, est un contre-exemple.

2À 34 ans Claude Roblet (1758-1809) s’est embarqué à bord du Solide, pour un tour du monde sous les ordres du capitaine Marchand, avec la responsabilité de cinquante membres d’équipage. Une longue navigation nécessitait la présence d’un médecin, et même, selon les ordonnances, d’un second chirurgien à partir, précisément, de cinquante hommes à bord. Le Solide avait quitté Marseille le 14 décembre 1790, à destination de la côte Nord-Ouest de l’Amérique, et il ne fit escale qu’à la mi-juin, exactement six mois plus tard : le scorbut avait eu le temps de s’installer dans l’équipage.

  • 1 Nous citons à propos du Journal de Marchand les journaux de ses officiers : les documents de Chanal (...)

3Pour connaître le voyage de Marchand, nous disposons du journal de ce Capitaine, de celui du capitaine en second et du journal du chirurgien, ces deux derniers ayant été compilés par le ministre de la Marine Claret de Fleurieu1. Le chirurgien Roblet écrivait lui-même plusieurs types de textes : comme « chirurgien-major » ou médecin-chef du bord, il devait tenir très régulièrement, à chaque intervention, le Journal des maladies, qui était visé mensuellement par l’un des capitaines ; comme officier de l’État-major, il rédigeait aussi le « journal historique » qui ressemble le plus aux journaux des officiers chargés de la navigation, sauf que la régularité heure par heure, jour après jour, n’est évidemment pas requise, et qu’il ne fait aucun commentaire technique sur la navigation : aucune coordonnée géographique, aucune remarque précise de météorologie n’apparaissent. La chronologie elle-même est incertaine. Roblet précise bien que, déchargé du soin de la manœuvre, il peut fournir des informations d’un autre ordre. Son journal doit être utile au capitaine, et, de fait, des similitudes frappantes existent entre les deux textes, certains passages étant même identiques. En quelque sorte, il peut servir de référence et de témoin. En outre, probablement plus libre de ses mouvements que les officiers qui ont d’autres charges, Roblet descend à terre aux escales et peut apporter d’utiles points de vue. Ses observations s’arrêtent en janvier 1792, puisqu’il débarque de son plein gré à l’Île de France (aujourd’hui île Maurice) pour s’y installer. Ce n’est qu’ensuite qu’il livrera à Claret de Fleurieu son journal, par l’intermédiaire du directeur du Jardins des plantes, à l’été 1802.

4Son « journal historique », le plus fourni, livre toute sorte de commentaires, parmi lesquels le « Discours préliminaire » présente un concentré de stéréotypes du carnet de voyage.

Nous appareillâmes le 14 Xbre et entreprîmes avec la plus grande satisfaction ce voyage dont je me propose d’écrire le Journal qui peut-être ne comprendra rien que de fort ordinaire mais ou à coup sûr la vérité sera le plus scrupuleusement respectée. Si mes talents répondaient à mes désirs, si j’étais capable de joindre l’éloquence du stile à l’exactitude des faits je parviendrais peut-être à faire un Roman qui embelli par les charmes de la diction n’eut pas laissé d’ennuyer, mais mon attention se borne à ne dire que la vérité à exposer fidellement les observations que mon faible jugement me permettra de faire. Dans le nombre des personnes qui verront ce journal, il en est qui ont navigué d’autres qui ne l’ont pas fait et qui ne le feront jamais. J’aurai soin pour ceux-ci de n’insérer dans le cours du récit ni manœuvres ni opérations nautiques. Les autres trouveront dans le livre de route ce qui pourra les intéresser mais en dédommagement je donnerai quelques explications sur les traitemens des maladies, des réflexions sur leur issue, quelques observations (si j’ai occasions d’en faire) de chimie de métallurgie de botanique de phisique et d’histoire naturelle, je raconterai ce que j’aurai appris de personnes veridiques sur les mœurs, les usages et la maniere de vivre des peuples que je verrai. Je connais toute l’étendue de la tâche que j’entreprends mais outre qu’avec beaucoup de zèle on a toujours assez de force, je n’épuiserai aucun sujet ayant la bonne foy d’avouer que je ne possède que très superficiellement les élémens de toutes ces sciences. (Roblet Journal historique dans Marchand II 75-76)

5Voilà ce qui fait de lui une relative exception : quoique relativement instruit, il ne brille pas par ses compétences annexes – et a l’honnêteté de le reconnaître.

6Quelles sont ses attributions, et que peut-on apprendre de la vie à bord à travers sa relation ? C’est ce dont on peut juger par un compte rendu relativement original, qui pourrait même, parfois, frôler le romanesque.

1. L’importance de l’écrit dans l’exercice de la médecine

7La médecine navale en est à ses balbutiements – en même temps qu’elle prend vraiment conscience d’elle-même et de ses spécificités, ce qu’elle ne manque pas de rédiger. En 1759, Duhamel de Monceau traitait des Moyens de conserver la Santé des Equipages de vaisseaux. Antoine Poissonnier-Desperrières, dans son Traité sur les maladies des gens de mer (publié d’abord en 1767) avait souligné la particularité des problèmes médicaux affectant les marins et consacre son ouvrage aux maux comme scorbut, « fièvre des vaisseaux », etc. :

Pour les Gens de mer, il n’est point de saisons réglées, ni de demeures fixes ; exposés à de perpétuelles variations, ils essuient tour à tour toutes les sortes d’intempéries ; tantôt portés vers les sables brûlans du Midi, tantôt vers les glaces du Nord, parcourant l’un & l’autre hémisphère, excédés de fatigue, & passant du travail à un repos plus fatal quelquefois que le travail même, sans pouvoir ni soutenir ni réparer leurs forces, par la nourriture à laquelle les réduit souvent l’impérieuse loi de la nécessité : tel est le sort des Matelots. […] Les médecins Anglois ont posé les premiers fondemens d’un Ouvrage méthodique sur les Maladies des Gens de mer. (Poissonnier-Desperrières Traité XX-XXI, XXIII)

8Les chirurgiens de marine cumulent les handicaps, puisque, outre les maladies « exotiques » qui peuvent survenir dans ces conditions extrêmes, ils sont isolés dans leur exercice et, ne pouvant espérer trouver de renfort comme dans un hôpital, ils doivent être compétents, débrouillards et être au courant des expériences rapportées.

  • 2 D’après Philippe Liverneaux, « Si la chirochirurgie m’était contée… ».

9La formation des chirurgiens avait été fixée progressivement : en 1673 avait été décidée, par décret royal, la création de l’hôpital maritime de Rochefort et en 1689 son école de chirurgie navale. En même temps, la présence d’un médecin a été décrétée obligatoire à bord. Avant, leur formation se faisait par voie corporative, par apprentissage auprès d’un maître, par compagnonnage et par maîtrise. L’apprentissage durait deux ans, l’élève (qui pouvait être très jeune et commencer à 14 ans) devenant barbier, pour raser et effectuer la « petite chirurgie ». Certains arrêtaient là leur formation. D’autres poursuivaient leurs études par un compagnonnage, soit dans un « tour de France » terrestre, soit sur les vaisseaux du Roi. Après cinq années, les candidats chirurgiens pouvaient se présenter à la « simple maîtrise », en passant un examen devant une communauté de chirurgiens. C’est un certain Cochon-Dupuy qui fonda la première École d’anatomie et de chirurgie de marine du monde2, inaugurée à Rochefort en 1722. Les élèves y apprenaient le métier de chirurgien, avec les sutures, l’incision des abcès, l’immobilisation des fractures, les amputations, l’extraction dentaire et même la trépanation ; ils apprenaient aussi à être médecins et apothicaires. Roblet, originaire de Langres, décrit ainsi sa formation : « Après avoir fini mon apprentissage de manière à mériter l’estime de mon maître et avoir travaillé dans divers hôpitaux militaires je me rendis à Brest sur la fin de 1778 dans le dessein de m’embarquer, la guerre d’alors favorisant mes desseins. » Il y passe deux ans comme élève à l’hôpital :

  • 3 « Médecine navale », art. Ier : « L’état d’officier de santé exigeant, pour être dignement rempli, (...)

Un séjour de deux ans à Brest dans un temps où les maladies les plus cruelles faisaient de grands ravages et ou la guerre avait attiré un grand nombre de sujets distingués dans l’art de guérir, me fortifia dans la science la plus nécessaire au chirurgien, je veux dire l’anatomie, en même temps qu’il me fournit l’occasion de faire l’application des préceptes à la pratique. (Roblet Discours Préliminaire dans Marchand II 73) 3

10Ce n’est qu’ensuite qu’il s’engage à bord de vaisseaux, d’abord comme surnuméraire ; puis il exerce à terre aux Indes ; il embarque enfin comme premier chirurgien à bord du Solide. Il est engagé à 90 livres par mois (le capitaine Marchand est engagé à 200, les capitaines en second, Chanal et Masse, touchent, eux, 120 livres). Il a un aide en la personne de Pierre Régnier, 2e chirurgien (engagé à 60 livres), dont il est fort peu question.

11La validation des compétences des chirurgiens se fait aussi par des mémoires, à partir des observations des maladies sur le terrain et des soins apportés, c’est-à-dire par l’analyse raisonnée de leur pratique. Aussi Roblet a-t-il tenu un journal de ses campagnes, la chronique de ses soins portant, en colonnes, la date d’entrée à l’infirmerie, le nom des malades, les espèces de maladies, les traitements, la date de guérison, la consommation de remèdes et de linge. Il joint ensuite un petit mémoire sur le tétanos – dont personne n’a souffert durant le voyage.

Je joins ici l’original du relevé de mon journal des maladies tel qu’il était visé chaque mois par le second capitaine. Je le donne moins pour modèle à suivre que pour faire connaître aux jeunes chirurgiens qui courront la même carrière, combien il est important de pouvoir d’un coup d’œil rassemblé à la fin d’un voyage, les maladies, les traitements, les consommations de remèdes, ceux qui ont été les plus nécessaires, afin de ne pas induire dans d’autres armemens à des dépenses toujours onéreuses : je ne dis pas avoir toujours fait le mieux mais d’autres perfectionneront ce qui manque à mes faibles talens et à mes désirs. (Roblet Journal historique dans Marchand I 78)

12Le but de semblable rapport est donc utilitaire ; il peut servir bien entendu à perfectionner la science médicale. Antoine Poissonnier-Desperrières explique sur le mode du souhait dans son Traité sur les maladies des gens de mer :

Il seroit fort à souhaiter que les Chirurgiens des Vaisseaux fussent assez versés dans la Physiologie, pour observer avec exactitude tous ces changemens, relativement à ceux qu’ils peuvent produire dans la constitution du genre humain et dans l’action des remèdes appliqués dans telles ou telles circonstances. Une collection bien faite de semblables observations seroit d’une extrême utilité ; elle fourniroit des matériaux précieux pour former une théorie appuyée sur les faits & d’après laquelle s’établiroient les règles constantes d’une pratique salutaire : ce seroit une sorte de Code de la Médecine des gens de Mer. (Poissonnier-Desperrières Traité XXVII-XXVIII)

13Cette demande fonctionne en quelque sorte comme des instructions officieuses.

14Le compte rendu du médecin (repris en partie par le capitaine) apporte son concours à la science. Cependant, les soins du bord reposaient surtout sur la prévention, dans la mesure du possible. Le mémoire du médecin à la fin du XVIIIe siècle permet d’abord de constater l’état encore incertain de la science, et la maigre pharmacopée disponible.

15La santé des équipages, tout le monde en convient dès cette époque, dépend d’abord de la nourriture, dont le capitaine et le médecin sont responsables. Le début du journal de Marchand porte ce commentaire :

Je dois ici rendre justice à mes armateurs, rien ne m’a été refusé, tant pour ce qui regardait la sûreté du navire, que ce qui pouvait contribuer à la santé de l’équipage et assurer le succès du voyage. J’embarquai pour vingt-deux mois de vivres : généralement toutes les provisions étaient de la meilleure qualité et avaient passé sous mes yeux. (Marchand I 129)

16Cette précision est importante puisque d’après Poissonnier-Desperrières, les fournisseurs escroquaient souvent les équipages en leur procurant des marchandises avariées, récupérées sur d’autres navires.

En outre, j’avais beaucoup d’antiscorbutiques ou pour mieux dire, tous ceux que j’avais pu me procurer, comme choucroute, toutes sortes d’herbages préparés au vinaigre, du café, du sucre, du moût de bière, de la drêche [résidu de l’orge après soutirage du moût de bière], du genièvre à l’absinthe, du baume de longue vie, du tabac etc. Je m’étais aussi pourvu de tablettes de bouillon portatives, ainsi que des hardes pour fournir à l’équipage au besoin. (Marchand I 129)

  • 4 Lind recommandait empiriquement le jus d’orange et de citron. Les traités de Mac Bride préconisaien (...)

17On peut être dubitatif quant à la pleine efficacité des légumes conservés dans le vinaigre contre les effets du scorbut. C’était néanmoins les précautions prises à l’époque par les Anglais, car on associait à l’acidité du citron – réputé efficace – tout aliment à la saveur acide ou conservé dans du vinaigre4. Le chirurgien sait gré aux armateurs, dans son discours préliminaire, de

leur prodigalité à fournir l’utile mais même leur générosité à procurer l’agréable, des vivres choisis et en abondance étaient la moindre de nos ressources, des graines pour transplanter, des caisses faites avec beaucoup de soins et garnies en plomb avec de la flanelle pour nous procurer de la salade de cresson alénois [cresson cultivé] que nous avons mangé sous toutes les latitudes même les plus élevées et qui étaient une ressource pour les gens sains comme pour les malades au moins trois fois la semaine. (Roblet Discours préliminaire dans Marchand II 76)

18À bord, la pêche (et la chasse aux dauphins) est encouragée, pour donner à l’équipage des ressources en vivres frais. On pense à la même époque au mémoire de Poissonnier, qui affirme

la nécessité de changer la nourriture des Matelots, & […] les grands avantages que présente la nourriture végétale ? On ne sçauroit trop en étendre l’usage, non-seulement parmi les gens de mer, mais encore parmi les troupes de nos Colonies. Quoi de plus inconséquent que de nourrir des Soldats avec des viandes salées, dans des pays très chauds, où toutes les humeurs tendent à l’alkalescence, & à une acrimonie putride ! Ces sortes d’alimens n’ont-ils pas déjà atteint les premiers degrés d’une dépravation, qui ne peut que se continuer dans les vaisseaux de l’économie animale ? Quel désordre n’y causent pas infailliblement des substances indigestes & viciées, quand on en fait sa nourriture ordinaire ? Les farineux & les légumineux seront au contraire une ressource assurée contre les maladies qui enlèvent dans nos Colonies un si grand nombre d’hommes précieux : je n’ignore pas quelle est la force de l’habitude & du préjugé ; mais peuvent-ils être de quelque poids, quand il s’agit du salut & de la conservation de l’espèce humaine ? (Poissonnier-Desperrières Mémoire 11)

19Cependant, la médecine de l’époque ne considère pas le scorbut comme résultant d’une carence vitaminique, mais comme un mal épidémique. On incrimine plutôt l’air humide et malsain des entreponts – à moins que ce ne soit le travail excessif ou encore l’ennui ! « Tout le monde sait que le scorbut se manifeste principalement entre les Tropiques », affirme Marchand. Mais la suite de sa phrase est plus exacte : « surtout après une longue navigation ». Mais, signale Marchand,

Mes armateurs m’avaient remis un ventilateur pour changer l’air de l’entrepont dans les cas où on ne pourrait pas tenir les écoutilles ouvertes. Je dois à toutes ces précautions [y compris les vivres de bonne qualité] et à la propreté la plus recherchée qui a toujours régné à bord, d’avoir eu très peu de scorbutiques pendant une navigation presque continuelle, d’environ vingt mois, de n’avoir perdu qu’un seul homme sur cinquante (dans le détroit de la Sonde). Encore est-il mort d’un coup de sang, accident qui aurait pu lui arriver la même chose à terre. (Marchand I 129)

20En effet, Roblet ne signale que quatre cas de scorbut, dont un seul grave : la méthode de soins est pour le moins originale et il la décrit longuement, comme s’il voulait, à son tour, rapporter à ses confrères ses expériences : il place le malade dans une baignoire remplie de sable chauffé, ce qui soulage grandement le patient, qui se plaint d’enflure des jambes. Et, dit-il, il continue la nourriture fraîche.

  • 5 Ce passage est explicitement inséré dans le journal de Marchand (I 445).

Nota : j’ai toujours continué la nourriture fraîche, les légumes amarinés et les autres moyens que j’avais à ma disposition : quoyque leur effet fut lent à se manifester et que le soulagement que procura le bain de sable fut subit, je crois néanmoins que leur union est beaucoup plus efficace, je dis même nécessaire. (Roblet Idées sur les maladies scorbutiques dans Marchand II 99)5

  • 6 « Les Anglois, les Hollandois, les Suédois, les Danois, les Norvégiens, ceux qui habitent la basse- (...)

21À défaut de connaître les causes exactes – mais l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert est largement plus fantaisiste6 – il réussit là une cure extraordinaire qui sera citée par la suite.

Profondément affecté des différentes maladies auxquelles les marins sont exposés, je faisais continuellement de tristes réflexions sur le scorbut, plus dangereux lui seul que plusieurs autres ensemble, la lecture des auteurs qui en ont traité, en m’apprenant quelles en étaient les causes prochaines, et les effets, me laissaient dans l’esprit une grande incertitude sur les moyens curatifs, tous finissaient toujours par dire que la terre en était le spécifique ; dans une infinité de circonstances et particulièrement dans celle où nous nous trouvions c’était mettre un terme trop long à mes espérances et à mes désirs ; les observations intéressantes et pleines d’humanité de l’immortel Cook, en me prouvant combien son génie actif était prompt à embrasser tous les moyens qui pouvaient contribuer au succès de ses entreprises, me faisaient encore désirer de nouveaux secours car malgré tous ses soins […] je voyais par son journal ses équipages infectés de ce mal ne se rétablir qu’à terre et malgré de fréquentes relâches en perdre encore quelqu’uns tandis que les autres maladies ne faisaient aucun ravage. (Roblet Journal historique dans Marchand II 97)

22On y prend la mesure des connaissances que peut avoir un chirurgien à la fin du XVIIIe siècle, qui essaie de se tenir au courant des avancées de la science. Il faut ajouter l’esprit d’initiative dont fait preuve Roblet : sans se contenter de ressasser son ignorance, il cherche et expérimente.

23Roblet semble donc assez éclairé sur la pratique et soigne bien ses hommes, bien que les médications indiquées dans le journal des maladies soient très restreintes : tisanes, potions, pommades, cataplasmes… Sur les 148 interventions signalées, Roblet ne pratique que cinq saignées, presque uniquement en cas de contusions violentes, en particulier dans deux circonstances où il craint des fractures du crâne. Le journal nous renseigne donc autant sur ses pratiques que sur la pharmacopée et les préconisations de l’époque.

2. Le monde dévoilé par le journal

24Le journal des maladies renvoie de l’expédition une vision particulière, assez différente du « journal historique », plus généraliste.

25D’abord sur la vie du bord. Les mousses sont souvent soignés pour des « bobos », écorchures, fièvres. Aux alentours du cap Horn, les marins viennent se faire soigner pour coups, blessures, chutes. En revanche, les maladies vénériennes, traitées juste après l’embarquement, reprennent après l’escale aux Marquises. L’apoplexie qui emporte le maître d’hôtel n’était pas prévisible.

26Le journal historique comporte aussi ce que l’on attend d’un grand voyage : la description de lieux mal connus, comme Macao. On constate à cette occasion l’emploi que le capitaine pouvait faire du journal de son chirurgien, lorsque lui-même était occupé à autre chose qu’à se promener en ville. Cette écriture montre le fonctionnement de la copie et de la variation individuelle. Les réflexions philosophiques naissent aussi des escales – qui reflètent tout un contexte idéologique assez caractéristique de son époque :

On n’eût pas manqué d’en trouver plusieurs qui auraient couru très volontiers le risque d’un séjour de 6 à 8 mois parmi eux sans autre bénéfice assuré que la satisfaction d’étudier plus particulièrement les mœurs et les usages de ces sauvages qui ne seront peut-être jamais l’objet d’un observateur philosophique car en supposant même que quelque nation européenne vînt faire un établissement, bientôt on n’y trouvera plus ni les mœurs ni les usages ni les instruments ni peut-être les pensées d’hommes de la nature ; on aurait peine à croire combien les choses nouvelles que nous leur avons portées ont déjà changé leurs idées, on ne trouve plus parmi eux ces haches de pierre dont parlent les premiers navigateurs, leurs lances et leurs poignards autrefois de bois sont maintenant armés de fer ; si on leur a fourni des armes plus meurtrières que leurs semblables on les a mis en état de résister plus facilement à l’oppression des forts et à la férocité des bêtes : si une intention pure avait présidé à une distribution éclairée d’armes aussi meurtrières, certainement l’humanité ne pourrait qu’applaudir à des vues aussi philosophiques. (Roblet Journal historique dans Marchand I 33)

27Les considérations ethnographiques peuvent trouver place dans son journal, de même que des objets. Voici par exemple la liste des objets rapportés par Roblet (Marchand II 77) :

Isles Marquises
Ornement de tête en forme de diadème
Machine à tatouer. Il y en a de droites et de différentes formes pour tracer toutes sortes de figures. Après les avoir enduites d’une eau colorante, ils l’appliquent sur la partie qu’ils veulent tatouer et avec un petit bâton, ils frappent à petits coups pour percer l’épiderme.
Fronde
Ornement d’oreilles
Cinq ornements de col de différentes grosseurs
Deux hameçons pour la dorade et le thon
Deux hameçons pour la bonite
Six hameçons pour le petit poisson
Calebasse à laquelle ils adaptent un couvercle qui joint si bien que l’eau ne s’en échappe jamais. Nota : le couvercle manquait.
Cinq rouleaux d’étoffes teintes, faites avec la seconde écorce du rimas qu’ils battent et étendent sur un madrier qui a des rainures, avec un battoir. Elles sont les mêmes que celles apportées par Mr Bouguainville en 1768. Nota : pour leur conservation, je les ai pliées et roulées sur des bâtons de canelier et de camphrier pris à notre jardin des plantes.
Même étoffe plus commune et non teinte
Espèce de terre avec laquelle ils se peignent quelques fois la figure
Norfolk
N. Fiole contenant des insectes de mer très petits
O. Ornement de lèvre inférieure
P. Cahier contenant 15 plantes desséchées mises en herbier, de la même côte, auxquelles je n’ai fait que changer le papier
Q. Hameçons de la même côte
1er Messidor an 10

28Cette liste est en fait incroyablement dérisoire !

29À l’occasion, le chirurgien peut jouer un rôle étonnant, comme celui d’espion involontaire : à Macao, sur un navire américain voisin, le Hope, le capitaine malade nécessite des soins et n’a pas de médecin à son bord. Marchand offre les services du sien ; celui-ci apprend ainsi qu’il s’agit d’Ingraham, qui vient de passer aux Marquises juste avant eux, apercevant Ua pou et Ua Huka – sans toutefois descendre à terre.

30En l’occurrence, ces témoignages écrits constituent une preuve matérielle du passage du navire dans ces eaux – voire, aux Marquises, de la primauté de leur venue – le témoignage vaut découverte, voire prise de possession : mécanisme d’autant plus surprenant que tous les officiers suivent les recommandations d’investigation scientifique imposées aux expéditions officielles, alors que le voyage est purement privé.

3. Le lieu des rivalités

31Au-delà des rivalités entre nations, les antagonismes peuvent aussi être internes. Roblet évoque son exaspération face à un officier qu’il juge pédant, au point qu’il renonce à prendre ses repas avec les autres, ne pouvant plus en supporter les conversations, lors desquelles ce monsieur fait étalage de Virgile et d’Horace. Roblet signale aussi, particulièrement, une querelle entre lui et un membre de l’État-major dont, là encore, le nom n’est pas cité.

Le capitaine tua un oiseau dont la description est notée [...] et nous étions tous jaloux de le connaître, d’autant plus qu’aucun navigateur ne l’avait faite. En qualité de chirurgien, croyant que cette besogne me regardait plus particulièrement, j’en fis un détail superficiel pour le cas où, me réservant, avec l’agrément du capitaine et des autres officiers, la description anatomique que je me proposais d’en faire seul pour éviter les distractions. Ce monsieur, par une suite de son caractère supérieur, dit qu’il voulait l’ouvrir sur le pont pour voir ce qu’il avait dans l’estomach. En vain je lui représentai qu’après le dîner, il était alors midi, je le dissèquerais. Il s’obstina en disant qu’il le ferait aussi bien que moi. [...] ayant déjà gâté deux objets par un pareil entêtement, j’en avais conservé du ressentiment; je lui répondis avec ironie que Buffon à la main il le ferait même mieux; les propos s’échauffèrent; mais le capitaine ayant témoigné combien j’étais affecté de cette scène, je cédai et malgré moi, quoique j’en eusse fait l’abandon, le capitaine jeta impitoyablement à la mer l’oiseau qui en était l’objet; mais c’est trop s’appesantir sur une bagatelle et j’ai sacrifié l’idée que j’avais eue de l’appeler l’oiseau de la discorde... (Roblet Journal historique dans Marchand I 202-203)

32En revanche, n’étant pas sûr de ses connaissances en botanique, Roblet se justifie dans son journal :

Je ne trouvai pas la plante que M. Dixon appelle céleri sauvage ou si celle qu’on m’a montrée une fois est la même que celle à laquelle il donne ce nom, je ne lui en ai reconnu ni la feuille, ni la racine, ni même le goût très éloigné de notre ache [céleri] ce qui fut cause que je n’osai pas la proposer à l’équipage, non plus qu’une autre plante qui a quelque ressemblance avec le persil, mais dont la tige est beaucoup plus grosse ; si nos gens avaient été attaqués du scorbut ou qu’ils eussent eu un besoin pressant de végétaux, je n’aurais pas hésité de chercher à leur en procurer en donnant quelque chose au hasard, mais la bonne santé dont nous jouissions tous me rendit plus circonspect que je ne l’aurais été ; car je suis persuadé qu’un sol si gras et si humide doit donner aux plantes d’Europe une nourriture si abondante qu’elles doivent en devenir méconnaissables à plus forte raison celles qui sont indigènes. (Roblet Journal historique dans Marchand I 408-409)

33Cette anecdote devient chez Chanal :

M. Roblet notre chirurgien crût y remarquer quelque ressemblance avec la ciguë, et il en défendit l’usage à tous ceux du vaisseau. Cette considération ne m’empêcha pas d’en mâcher chaque fois que j’allai à terre et j’ai mangé deux fois à bord une assez bonne quantité de ce céleri en salade : je n’en fus jamais incommodé. (Chanal Journal de bord dans Marchand I 408-409)

34Inutile d’ajouter d’autres commentaires pour illustrer les difficultés de cohabitation et les rapports tendus entre certains membres de l’équipage.

35La relation écrite étant essentielle à l’établissement de la vérité factuelle, la confrontation peut être sévère, surtout lorsqu’il y a mort d’homme… Un événement comme le seul décès du voyage mérite d’être raconté par tous les officiers ; mais il est naturellement raconté de plusieurs façons différentes. Le journal du capitaine est particulièrement circonstancié, puisque sa déclaration relève des instructions et déclarations légales.

A 9 heures du soir le nommé Jean-Joseph Barri, notre maître d’hôtel, mourut. Comme sa maladie n’a pas été causée par la longueur de notre navigation, j’en donnerai ici les détails tels qu’ils m’ont été communiqués par le chirurgien-major.

Le 1er janvier il se plaignit d’une légère indisposition et on lui trouva de la fièvre ; comme Mr Roblet crut reconnaître aux symptômes que c’était une fièvre de plénitude on le mit à la diète et le 2 on lui administra l’émétique. Le 3, la fièvre était tombée, l’émétique avait fait son effet. Il se trouvait bien, on le tint toujours à la tisane, au bouillon, etc. Il fut toujours bien jusqu’à ce jour à 1 heure PM sans apparence de fièvre ; mais à 1 heure ½ une fièvre violente, une chaleur brûlante s’emparèrent de lui, sa tête s’embarrassa et il tomba dans un délire complet ; à trois heures, on lui appliqua les vésicatoires aux jambes ; à quatre heures, la connaissance lui revint un peu, la fièvre parut cesser ; il eut la volonté de faire son testament, mais il n’en eut pas le temps, car il ne tarda pas à retomber dans le délire ; son pouls devint dur et par soubresauts, il eut des crispations de nerfs : à 7 heures les convulsions commencèrent. La maladie parut alors prendre le caractère d’une fièvre chaude et inflammatoire. Son état fut si violent que cinq hommes avaient peine à le tenir dans son lit ; il dura une heure et un quart, il cessa alors de boire, et tomba dans le plus profond accablement, suivi de la mort dix minutes après.

Cet événement malheureux surprit d’autant plus Mr Roblet qu’il n’en connaissait aucune cause apparente et ce ne fut qu’environ deux heures après que, le visitant, il s’aperçut qu’il rendait du sang par le nez et que son corps était couvert de taches noires et livides. Peut-être, à ce qu’il m’a dit, que la saignée eût eu un heureux succès, s’il l’eût faite aussitôt que le délire commença ; mais étant continuellement en mer depuis treize mois, et rien ne lui en indiquant la nécessité, il a cru devoir s’en abstenir. (Marchand I 511-512)

36Ici le capitaine corrige sa première version « pouvoir s’en abstenir » par « devoir… », en repassant en gras sur le mot initialement écrit, ce qui absout le chirurgien en lui donnant la protection des impératifs de sa charge : « C’est le premier homme que nous perdions depuis notre départ ; il méritait nos regrets par les soins infatigables et l’exactitude avec laquelle il avait toujours rempli les devoirs de son état. » (Marchand I 512)

37En fait ce compte rendu ressemble assez à celui de Chanal, qui note de son côté :

Cet homme joignait à une vie sage et économe une fortune assez solide pour pouvoir se passer de naviguer. Sa maladie n’avait aucune cause commune à celles qui arrivent sur mer, encore moins était-elle occasionnée par le séjour que nous avons fait dans le détroit. Mais les derniers moments de sa vie prouvent plutôt que sa maladie était une fièvre maligne causée par l’abondance du sang et elle ressemblait beaucoup à une attaque d’apoplexie. (Chanal Journal de bord dans Marchand I 512)

38Dans ces deux journaux, la responsabilité du décès n’est pas imputée au chirurgien, mais à une cause naturelle, liée à sa constitution. Le médecin lui-même tente de se disculper implicitement ; le Journal des maladies est on ne peut plus laconique : « janvier 1792. 4. Barry (mtre d’hôtel). Apoplexie sanguine. Mort subite. » Aucun traitement n’est indiqué. Dans son Journal historique, Roblet n’en parle même pas au moment où Barri décède, mais ajoute à la fin de sa relation, lorsqu’il quitte le navire :

Mon voyage se termine ici n’y ayant rien de particulier jusqu’à l’île de France que la mort de notre maître d’hôtel arrivée subitement par une apoplexie sanguine qui l’emporta pendant que nous étions à table. A peine eut-on le tems de m’appeler qu’en arrivant je le trouvai mort. Cet homme d’une complexion sanguine et replette buvait beaucoup de liqueurs fortes sans cependant s’enivrer, il n’avait eu dans tout le voyage que de légères indispositions. Tout le reste de l’équipage était dans le meilleur état lorsque nous jettames l’ancre au port NO de l’Ile de France le 30 janvier 1792 après 19 mois et demi de navigation. (Roblet Journal historique dans Marchand I 511)

39Ce récit expéditif et comme d’importance secondaire est visiblement mensonger : Barri semble, d’après ce compte rendu de Roblet, avoir été terrassé de la façon la plus inattendue et la plus soudaine qui soit, ce qui est démenti par les récits de Chanal et de Marchand : le praticien aurait au contraire essayé de soulager le malade sans y parvenir et il reconnaît même auprès du capitaine n’avoir pas tout tenté : ce dont il n’est nullement question ici. De plus, le rapport du médecin souligne en quelque sorte la responsabilité du maître d’hôtel dans son état de santé, fragilisé par son penchant chronique à abuser de boissons alcooliques, ce que le récit des officiers semble démentir. Manifestement, Roblet, très ennuyé, cherche à dissimuler dans son rapport écrit l’éventualité d’une erreur de diagnostic ou de traitement.

40Enfin, au retour, les journaux n’ont pas été déposés (en août 1792, la situation politique attirait ailleurs l’attention, si tant est que le service du dépôt ait encore fonctionné normalement à Marseille à cette époque). Quelques années plus tard, Chanal envoie son journal au ministre Fleurieu, qui décide de le publier. Ce qu’apprenant, Roblet expédie aussi ses mémoires. Le chirurgien toutefois ne semble pas entièrement satisfait par cet arrangement puisqu’il craint que son journal ait été tronqué, ou que, par suite de la mauvaise entente entre Roblet et Chanal, le médecin ne soit pas à son avantage dans la somme finale. Les lettres du chirurgien montrent ses craintes et l’humeur qu’il a conçue à l’édition panachée de sa relation avec le récit de celui qui était peut-être son ennemi à bord. Quoiqu’il semble estimer que son journal lui a échappé, il est pourtant flatté d’avoir en quelque sorte contribué à l’ouvrage de Fleurieu. C’est pourquoi il tente de rattraper l’affaire pour une éventuelle seconde édition. C’est ce que semble confirmer une lettre de Roblet à Fleurieu, proposant de nouveaux détails et des mises au point.

Pour le Citoyen Fleurieu, Pamplemousses, Ile de France, le 5 floréal an IX
La relâche du citoyen Baudin à l’Ile de France [en mars 1801] m’ayant par un heureux hasard, procuré le voyage du citoyen Marchand imprimé sous vos auspices, je n’ai pu y voir sans émotion et sans la plus vive reconnaissance, la manière flatteuse avec laquelle vous présentez au public le faible résultat de mes travaux en qualité de chirurgien dans ce voyage : si j’ai un regret, c’est de n’avoir pas travaillé davantage à mériter des éloges mieux mérités de la part d’une personne qui sait les prodiguer d’une manière si agréable.
Mon journal, fruit de mon loisir, n’était pas suivant mes idées, destiné à l’impression : le capitaine et chacun de nos officiers étant assez occupés de leurs devoirs, je me chargeai de la partie historique pour soulager le premier ; et d’après l’accueil que vous avez daigné faire à l’extrait que Mr L’Escallier vous a donné du mien, je ne doute pas de l’intérêt que vous auriez trouvé dans celui de Marchand lui-même enrichi de nombre d’observations qui n’étaient pas les moins intéressantes ni les moins prétieuses ; et en mon particulier je regarde comme une perte irréparable qu’il n’ait pas été rédigé par vous. Un ouvrage de cette nature, que vous avez su, pour ainsi dire, rendre élémentaire pour nos marins, dans lequel les recherches les plus profondes sont exposées avec une clarté et une éloquence enchanteresse qui éloignent de l’esprit du lecteur l’ennuy qu’elles ont dû vous faire éprouver, doit vous mériter une reconnaissance éternelle. Je ne crois pas pouvoir me dispenser pour ce qui me regarde, de vous envoyer l’original tel que je l’ai fait alors, étant fondé à croire que Mr L’Escallier en ayant pris à la hâte un extrait, il a dû nécessairement passer légèrement sur plusieurs détails qui pourront vous paraître intéressant afin que si dans une seconde édition vous jugez à propos d’ajouter ce qui vous paraîtra digne de l’être dans la partie qui me concerne le plus particulièrement, et liée essentiellement avec la navigation, je joins au journal historique, mon journal des maladies, tel que je le faisais signer mois par mois par le second capitaine [M. Masse]. Les jeunes chirurgiens qui se destinent au service de mer, en faisant mieux que moi, mais suivant mon plan peuvent communiquer et ce qui leur aura réussi et ce qui aura été contraire en suivant la même carrière.
Quoyque les louanges que vous me donnez surpassent de beaucoup les espérances que j’aurais pû concevoir, si j’avais pu prévoir un tel succès de mes soins, quoyque mon amour-propre n’eut rien à désirer, fut-il extrême, cependant permettez-moi, de soumettre à vos lumieres et à votre équité deux observations peu importantes en elles-mêmes, mais qui […illisible] cela seul fait une tache dans votre ouvrage, en ce qu’elles pourraient laisser des doutes désobligeans que ma conduite est loin de faire naître.
La premiere est au sujet du malheureux qui fut blessé aux Iles Marquises : le citoyen Chanal dit : qu’après avoir fait panser son bras. Le fait est que j’avais demandé de moi-même au capitaine la permission d’aller à terre à cet effet, mon cœur et mon état me faisant un devoir de réparer autant qu’il dependait de moi le mal que l’étourderie d’un de nos officiers avait fait : jamais le citoyen Chanal n’a pû ni dû se meler de ma besogne. S’il eut été nécessaire de me faire faire ce qui en dépendait le Capitaine étant présent lui seul aurait eu ce droit, mais jamais je ne me suis mis dans ce cas.
Ce n’est pas à la vérité le seul endroit ou le citoyen Chanal montre le dessein de tout rapporter à lui. (Marchand I 97-98)

41La liste des griefs du chirurgien est longue, car deux points de vue s’affrontent, paradoxalement, au moment où la compilation du ministre doit faire éclater une seule vérité. Et que voit-on ? La carte des Marquises rappelle bien le passage de marchand, Chanal, Masse, et des armateurs Baux. Mais d’« île Roblet » ? Point l’ombre d’une.

42En conclusion, les journaux de Roblet sont ainsi l’occasion de se justifier mais aussi de se créer une figure de découvreur à sa façon – en matière de traitement du scorbut en particulier. Toutes ces raisons illustrent la difficulté à tenir un journal et expliquent peut-être l’installation de Roblet à l’île de France, bien loin des troubles de la Révolution et du huis clos du Solide.

43Le plus surprenant de ces relations est l’apparente soumission à des instructions qui en fait n’existent pas, puisque leur reconnaissance officielle a été bien postérieure. Dans son journal et dans sa lettre à Fleurieu, particulièrement, Roblet se justifie et rend des comptes que personne ne lui avait demandés, concernant des instructions qui n’existaient pas au départ et en dehors des obligations normales de sa charge de chirurgien.

44Roblet avait en outre, dans son discours préliminaire, suggéré que le récit de sa vie pouvait relever du roman. C’est ce qu’un Patrick O’Brian a tenté dans les aventures de Jack Aubrey : son capitaine, expansif, sûr de lui, marin hors pair, a pour ami le médecin de son bord, Stephen Maturin, qui est son exact contraire : taciturne, méticuleux et secret, praticien hors pair… et espion de Sa Majesté. Rappelons que Marchand a disparu, peut-être en 1795, à l’île de France, après avoir revendu la Suzette, dont il avait alors le commandement, pour être armée en course. Mais il faut dire que s’illustrait alors dans la région un certain Surcouf…

Haut de page

Bibliographie

Lebeau, Sylvain (éd). Recueil des lois relatives à la marine et aux colonies, Tome 8e, du 1er Vendémiaire an VI au 1er Vendémiaire an VII. Web.

Liverneaux, Philippe. Si la chirochirurgie m’était contée… . Web.

Marchand, Étienne, Journal de bord d’Etienne Marchand. Le voyage du Solide autour du monde (1790-1792). Odile Gannier et Cécile Picquoin. Paris : Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2005. 2 vols. Print.

Macbride, David. Experimental Essays on the following Subjects: I. On the Fermentation of Alimentary Mixtures. II. On the Nature and Properties of Fixed Air. III. On the respective Powers, and Manner of Acting, of the different Kinds of Antiseptics. IV. On the Scurvy; with a Proposal for trying new Methods to prevent or cure the same, at Sea. V. On the Dissolvent Power of Quick-Lime. London: A. Millar, 1764. Print.

Macbride, David. An historical account of a new method of treating the scurvy, at sea [electronic resource]: Containing ten cases which shew that this destructive disease may be easily and effectually cured, without the aid of fresh vegetable diet. London: A. Millar, 1767. Print.

Poissonnier-Desperrieres, Antoine. Traité des maladies des gens de mer. Paris : Lacombe, 1767. Print.

Poissonnier-Desperrieres, Antoine. Mémoire sur les avantages qu’il y auroit à changer absolument la nourriture des gens de mer. Versailles : Imprimerie de l’Hôtel de guerre, 1772. Print.

Roblet, Claude. Journal historique. Journal de bord d’Étienne Marchand. Le voyage du Solide autour du monde (1790-1792). Odile Gannier et Cécile Picquoin. Paris : Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2005. 2 vols. Print.

Roblet Claude. Discours préliminaire. Journal de bord d’Étienne Marchand. Le voyage du Solide autour du monde (1790-1792). Odile Gannier et Cécile Picquoin. Paris : Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2005, vol. II. Print.

Taillemite, Etienne. L’Histoire ignorée de la marine française. Paris : Perrin, 1988. Print.

Haut de page

Notes

1 Nous citons à propos du Journal de Marchand les journaux de ses officiers : les documents de Chanal (Journal de bord) et Roblet (Journal historique, Discours préliminaire, Journal des maladies, Idées sur les maladies scorbutiques) sont référencés dans notre édition Journal de bord d’Étienne Marchand. Le voyage du Solide autour du monde (1790-1792) (Odile Gannier et Cécile Picquoin), CTHS, 2005, vol. I et II.

2 D’après Philippe Liverneaux, « Si la chirochirurgie m’était contée… ».

3 « Médecine navale », art. Ier : « L’état d’officier de santé exigeant, pour être dignement rempli, des conditions essentielles, nul ne pourra prétendre aux places d’officier de santé entretenu, qu’après avoir fait la preuve de bonnes mœurs, de civisme, et s’être montré susceptible de progrès et d’avancement par d’heureuses dispositions et par les connaissances préliminaires ci-après déterminées ; il devra être, en même temps, d’une constitution saine et sans vice organique, cette qualité étant indispensable, principalement pour l’individu qui va à la mer. » (Lebeau).

4 Lind recommandait empiriquement le jus d’orange et de citron. Les traités de Mac Bride préconisaient des remèdes comme le malt, le vinaigre, la moutarde, la mélasse…

5 Ce passage est explicitement inséré dans le journal de Marchand (I 445).

6 « Les Anglois, les Hollandois, les Suédois, les Danois, les Norvégiens, ceux qui habitent la basse-Allemagne, les peuples du Nord, ceux qui vivent dans un climat très froid, surtout ceux qui sont voisins de la mer, des lieux qu’elle arrose, des lacs, des marais ; ceux qui habitent des lieux bas, spongieux, gras, situés entre des lieux élevés & sur les bords des rivières & des fleuves ; les gens oisifs qui habitent des lieux pierreux pendant l’hiver ; les marins qui se nourrissent de chair salée enfumée, de biscuit, d’eau puante & croupie ; ceux qui mangent trop d'oiseaux aquatiques, de poisson salé endurci au vent & à la fumée, de bœuf, ou de cochon salé & enfumé, de matières farineuses qui n’ont point fermenté, de pois, de fèves, de fromage salé, âcre, vieux ; ceux qui sont sujets à la mélancolie, à la manie, à l’affection hypocondriaque & hystérique, & à des maladies chroniques, & principalement qui ont fait un trop grand usage de quinquina ; tous ceux-là, dis-je, sont sujets au scorbut. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile GANNIER, « Délivrés sur ordonnance : les voyages vus à travers les journaux de bord des chirurgiens », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/3795 ; DOI : 10.4000/erea.3795

Haut de page

Auteur

Odile GANNIER

Université Nice Sophia Antipolis, CTEL
odile.gannier@unice.fr

Odile Gannier est professeur de littérature générale et comparée à l’université Nice Sophia Antipolis (CTEL). Elle travaille sur la littérature de voyage), la littérature maritime, les littératures insulaires et l’anthropologie culturelle (étude des représentations).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org