Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

Dessins au long cours : albums français dans le Pacifique Sud au XVIIIe et XIXe siècle

Viviane FAYAUD

Résumés

Par excellence, le Pacifique constitue l’espace du voyage maritime. Les navigations qui hissèrent les voiles vers le sud Pacifique furent nombreuses dès le XVIIIe siècle, et perpétuant une antique tradition, elles embarquèrent des dessinateurs amateurs ou professionnels pour rendre compte de leurs observations, péripéties, découvertes. Des journaux de voyage sont ornés de croquis, des albums constitués. Réalisées par les seules navigations françaises ayant sillonné le Pacifique entre 1780 et 1900, plusieurs milliers d’œuvres présentent des formats, des thématiques et des approches stylistiques communes nées des injonctions hiérarchiques, de l’exemple des prédécesseurs, des valeurs des compagnons du voyage et des tragédies vécues. À bord des vaisseaux sillonnant le Pacifique, dessiner n’est pas un acte de dilettante.

Haut de page

Texte intégral

1Le Pacifique constitue l’espace par excellence du voyage maritime. Ce monde presque purement océanique se caractérise tant par l’immensité de sa surface, puisqu’il couvre environ un tiers du globe, que par l’émiettement de ses îles et archipels, modestes terres allant de quelques km² à quelques milliers de km², si à l’ouest, on excepte l’Australie flanquée de la Nouvelle-Zélande et de la Nouvelle-Guinée. Il abrite le « cinquième continent » dont le nom d’« Océanie » souligne précisément son caractère maritime, et qui englobe au sud de l’Équateur, l’Australie et la Nouvelle-Zélande et l’ensemble des archipels constituant, selon une appellation traditionnelle héritée de Jules Dumont d’Urville, la Mélanésie, la Polynésie et la Micronésie. Le sud Pacifique a autant suscité de récits qu’attiré de navigateurs.

2La très influente Histoire des navigations aux terres australes, première analyse approfondie des expéditions vers les mers du Sud, a été publiée au milieu du XVIIIe siècle par Charles de Brosses (1709-1777), président du Parlement de Bourgogne et membre de l’Académie des sciences et des lettres de Dijon. Elle exhorte à hisser les voiles vers le sud Pacifique : « L’entreprise la plus grande que puisse faire un souverain, la plus capable d’illustrer à jamais son nom, est la découverte des terres australes. » (Proust de la Gironnière 11) L’auteur est entendu. En Angleterre, Alexander Dalrymple, lecteur assidu de l’ouvrage, persuade la Royal Society d’entreprendre l’exploration du Pacifique, confiée à son concurrent, James Cook, officier de la Royal Navy. D’autres se lancent dans son sillage. Ainsi, entre 1772 et 1840, treize expéditions françaises plus ou moins ambitieuses cinglent vers la seule Australie. Gros actionnaire de la Compagnie des Indes, Charles de Brosses poursuit clairement des visées tant coloniales, exprimées dès le titre de son étude, que mercantiles écrivant avec enthousiasme : « Comment douter qu’une aussi vaste étendue de pays ne fournisse, après la découverte des objets de curiosité, des occasions de profits, peut-être autant que l’Amérique en offrait dans sa nouveauté ? » (Proust de la Gironnière 11 ; de Brosses page de titre)

3Si à partir de 1780, les aspirations savantes occupent le devant de la scène, concrétisant l’engouement pour la science d’un siècle où souvent, « l’homme de sciences et le marin ne font qu’un » (Broc 280), vers 1830, des ambitions coloniales leur succèdent. L’appropriation scientifique et territoriale suscite une moisson considérable de relevés nautiques, hydrographiques, astronomiques, météorologiques et cartographiques et de centaines de milliers d’échantillons qui s’accompagne d’une indissociable collection de dessins. Rapporter de longs et lointains périples des croquis, des aquarelles et des lavis, constitue une pratique datant de la haute Antiquité que les plus hautes sphères du pouvoir imposent. Réalisées par les seules navigations françaises ayant sillonné le Pacifique entre 1780 et 1900, plusieurs milliers d’œuvres présentent des traits communs, formats, thématiques et approches stylistiques, nés des conditions de leur production. Celles-ci incluent, dès avant le départ, les injonctions hiérarchiques ainsi que la finalité des œuvres puis l’influence des prédécesseurs et des compagnons du voyage sans en oublier les aléas de la campagne.

1. Dessiner: une injonction

4Rapporter d’une course lointaine des représentations picturales répond à un puissant désir de connaissance et se pratique depuis la haute Antiquité. Dès 1481 avant notre ère, les albums de voyage ne constituent pas un simple accompagnement de la découverte. Ils demeurent l’indispensable support du savoir. Le pharaon Hatchepsout dépêche vers le pays de Pount une expédition commerciale de cinq navires. À cette antique entreprise, la souveraine attache des artistes sommés de revenir avec des images dignes d’orner son temple funéraire de Deir-el-Bahari. Les fresques colorées relatent l’aventure et la surprise éprouvée devant l’insolite : huttes sur pilotis, anneaux de jambes, obésité de la reine, faune parmi laquelle évoluent girafes et rhinocéros. Ces détails autorisent à situer le pays de Pount entre les 22e et 12e parallèles nord (Laneyrie-Dagen 18-19). À l’époque moderne, Espagnols, Hollandais, Français, et Anglais emmènent des dessinateurs dans leurs expéditions, qu’elles aient pour but l’exploration, le commerce, le peuplement, voire le piratage. En 1606, Diego de Prado y Tovar rapporte les quatre tous premiers portraits, rudimentaires, d’insulaires du Pacifique sud, l’un de l’île de Santo et trois de Nouvelle-Guinée (Baert 198-235, Smith Imagining 17). En conséquence, à la fin du XVIIIe siècle, la valeur de la moindre esquisse issue d’une course lointaine quel que soit sa raison, était largement reconnue en Europe. Il y avait presque deux siècles qu’humanistes, philosophes, voyageurs éclairés et commandants de vaisseaux prenaient sa défense, tant il était impossible de décrire et de se figurer les monuments et les lieux, et de parler d’entomologie, de zoologie et même d’histoire de l’humanité sans planches sous les yeux. Matériaux indispensables, croquis et aquarelles dépeignent les minéraux, les végétaux et les animaux, mais aussi les reliefs côtiers, les paysages et les sociétés humaines observées.

  • 1 Vincennes, Service historique de la Marine (SHM, BB294, fol. 408).

5En France, ces œuvres subissent à des degrés divers les instructions données à l’illustrissime Jean-François Galaup de Lapérouse qui exigent des artistes « Les portraits des naturels des différents pays, leurs costumes, leurs cérémonies, leurs jeux, leurs édifices, leurs bâtiments de mer et toutes les productions de la terre et de la mer dans les trois règnes, dont le dessin pourra leur paraître utile pour faciliter l’intelligence des descriptions que les savants en auront faites » (Taillemite 340). Soixante ans plus tard, cette description des thématiques et de leur raison d’être demeure sous la plume de Maximilien Radiguet au Ministre de la Marine le 25 août 18471 : « Mes dessins au nombre de 200 environ représentent des scènes de mœurs, des portraits et l’aspect de pays sur lesquels un grand nombre d’opinions contradictoires ont été émises. »

  • 2 Il s’occupa essentiellement de botanique. Son manuscrit décrit et classe 600 plantes médicinales et (...)
  • 3 «… ne sont pas copiés d’après le travail des autres, ou composés à la maison d’après des récits imp (...)

6Les exigences ne se cantonnent pas aux thématiques mais portent également sur la composition et la stylistique. Au contraire du dessin de botanique qui poursuit un parcours ininterrompu depuis le De materia medica du médecin grec du 1er siècle Dioscorides2 (Smith Imagining 6-7), parcours imposé par les demandes des médecins, des pharmaciens, des jardiniers et des collectionneurs pour qui l’identification des spécimens réclame des reproductions fidèles à la réalité, l’iconographie animalière ou celle des populations exotiques a longtemps relevé de préoccupations imaginaires tant on en attendait la représentation de l’extraordinaire et non du banal. À partir du XVIe siècle, un souci nouveau de véracité anime les esprits. Auparavant spécifique à la botanique, ce naturalisme devient un argument de qualité du livre de voyage. Par exemple, Lord George Anson (1697-1762) quitte l’Angleterre le 18 septembre 1740 à la tête d’une escadre de six vaisseaux de guerre et deux ravitailleurs, pour une opération corsaire à l’encontre des Espagnols, leurs galions chargés d’or, et leurs villes portuaires d’Amérique latine. Il jette l’ancre le 15 juin 1744 avec 400 000 livres, (soit l’équivalent de quatre vaisseaux de commerce revenant de Chine). Son succès est complet au regard de son objectif, mais entaché par la disparition de toute l’escadre et la perte de mille trois cents quatre hommes sur les presque deux mille embarqués (Williams 214-250). Au retour de cette opération de flibuste dans le Pacifique, George Anson insiste, dans l’introduction de son Voyage Round the World (1749) sur l’authenticité des quarante-deux documents graphiques qu’il publie qui « were not copied from the works of others, or composed at home from imperfect accounts, given by incurious and unskillful [sic] observers, as hath frequently been the case in theses [sic] matters, but the greatest part of them were drawn on the spot with the utmost exactness » (Smith Imagining 52)3.

7Le naturaliste Georges Cuvier à l’aube du XIXe siècle pousse très loin la revendication de conformité au réel. En lutte contre le goût prononcé des dessinateurs pour les conventions esthétiques de l’École des beaux-arts, il détaille les exigences des savants du Muséum : 

Il faut des études particulières pour le genre de portraits que nous exigeons [...]. Ainsi, il faut toujours que le profil pur soit joint au portrait de face. Le choix des individus n’est pas indifférent lorsque cela est possible. Il en faudra prendre de divers âges, de divers sexes et de divers états dans chaque peuple. Les costumes, les marques par lesquelles la plupart des sauvages se défigurent, et que les voyageurs ordinaires ont tant de soin de nous transmettre, ne servent qu’à masquer le véritable caractère de la physionomie. Il serait important que le peintre représentât toutes ses têtes avec le même arrangement des cheveux, le plus simple possible, et surtout celui qui cacherait moins le front et qui altérerait moins la forme du crâne. Tous les ornements étrangers, les bagues, les pendants, le tatouage, doivent être supprimés (Copans et Jamin 70).

8Si donc le savant dans sa bibliothèque requiert du voyageur des dessins, il accueille avec circonspection, voire méfiance, informateurs et informations les passant au crible de la raison critique (Broc 191), et tente de se prémunir par des instructions précises du goût pour le merveilleux, de l’idéalisation qui incite au rendu des sentiments, du caractère et de l’expression des regards ou de la recherche esthétique des attitudes et des parures.

2. Dessiner pour publier

9Aujourd’hui conservées en albums, parfois factices, par les institutions et les collections privées, les œuvres s’inscrivent dans des formats relativement homogènes. Elles dépassent rarement les 30 x 40 cm, afin de répondre à un objectif sous-jacent impérieux : éditer. Le voyage induit le désir de publier. D’une part, le voyageur prend plaisir à raconter et à se raconter, à tel point que Michel Delon recense 3 540 récits de voyages pour le seul XVIIIe siècle, et cette envie s’accroît lorsque naviguer dans les eaux lointaines reste l’apanage d’un petit nombre (Delon 1095). D’autre part, la navigation ne prend donc tout son sens que lorsque le récit, les observations scientifiques et les découvertes de l’aventure s’intègrent en un ouvrage plus ou moins imposant : la relation de l’expédition. Larguer les amarres pour voguer jusqu’au bout du monde relève de l’entreprise à hauts risques. En relater l’expérience l’ancre dans la raison voire la légitimise. Les sommes, l’énergie et les talents investis sont alors pleinement justifiés. En conséquence, dès la conception de l’expédition, nombre de commandants gardent en ligne de mire une future publication. Cette dernière ne saurait cependant se réduire au seul texte. Ainsi, en 1822, le commandant de la Coquille, Louis-Isidore Duperrey écrit à son ministre : « Nos collections sont magnifiques : nous avons actuellement de quoi composer un atlas très volumineux » (Duperrey Lettre 305-306). Prestigieuse ou non, les navigateurs rapportent des dessins à des fins d’édition, et non pour les réserver à l’admiration d’un cercle d’intimes. En conséquence, les formats s’en ressentent.

  • 4 SHM : Rapport de l’Académie des Sciences daté du 5 septembre 1825 par le baron Fourier, secrétaire (...)
  • 5 SHM : Rapport de l’Académie des Sciences daté du 14 septembre 1840 par Pierre Flourens, secrétaire (...)

10La publication est également réclamée par la communauté internationale des savants car elle est indissociable de la diffusion de la récolte de données. La conclusion du rapport4 de l’Académie des sciences sur la circumnavigation de La Coquille ne peut être plus limpide : « La Commission n’a qu’un vœu à émettre, c’est qu’une publication prompte et détaillée mette le monde savant en possession des richesses aussi nombreuses que variées dont on est redevable au zèle, au talent et à l’infatigable activité de Mr Duperrey et de ses collaborateurs. » L’Académie réitère ce souhait le 14 septembre 1840 dans son rapport5 sur les travaux scientifiques exécutés pendant le voyage de la frégate la Vénus, navigation aux objectifs d’abord commerciaux et diplomatiques : « Nous croyons aussi qu’elle [l’Académie] doit émettre le vœu qu’une prompte publication donne au monde savant les moyens de juger, d’apprécier, de discuter les observations de toute nature que les navigateurs de la Vénus ont faites avec une si grande habileté. » En soulignant le terme « prompte » dans le manuscrit l’Académie traduit sa lassitude des longs délais de publications des navigations sous l’égide de l’État. De fait, certaines relations comptent un ou plusieurs volumes de planches et leur nombre se multiplie après la Restauration, atteignant le chiffre record de sept pour le second voyage de Jules Dumont d’Urville (Fayaud Brosser le mythe 321-326 ; Dumont d’Urville).

  • 6 Aix-en-Provence, Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM), Lettre du 12 février de Charles Giraud au (...)

11Le souci de la publication demeure présent à l’esprit non seulement des commandants et des savants, mais également des artistes. Maximilien Radiguet ou Charles Giraud, pionniers de la représentation des mers du Sud de l’art français, privilégient pour leurs aquarelles un magnifique récit de voyage non les cimaises des Salons. L’expérience du Pacifique semble susciter cette particularité car, sans s’interdire toute huile sur toile, à l’exemple du Britannique William Hodges ou du Français Charles Giraud, amateurs et professionnels ambitionnent la célébrité par le livre, une ambition que poursuit toujours le célébrissime artiste Paul Gauguin (Fayaud Le Paradis 217-223). Au contraire de Charles Giraud6, pourtant soutenu par le contre-amiral Armand-Joseph Bruat qui propose en vain au ministre de la Marine un ouvrage illustré sur les Établissements français de l’Océanie, Maximilien Radiguet obtient d’être attaché au dépôt de la Marine de mars 1845 à mars 1848 dans ce but.

12Son aquarelle Océanie 1842 résume, nous semble-t-il, la finalité de son recrutement : publier ses dessins (Radiguet 49 ; Fayaud Le paradis pl. 31). Tranchant sur l’ensemble de l’album, cette aquarelle rassemble tous les stéréotypes sur les Marquises : tatouages, armes, bain, nudité, pandanus, cocotiers. Deux matelots de la marine à l’arrière-plan complètent la scène. L’imprécision du titre contredit cet amoncellement d’attributs typiques qui identifient sans ambiguïté l’archipel. Évoluant entre un pandanus au premier plan et un paysage à peine esquissé dominé par le bleu du ciel nuageux ou des versants montagneux, les personnages contrastent nettement les uns des autres, tant dans leurs attitudes que par leurs teintes. Au premier plan, un Marquisien sombre et nu à l’exception d’une volumineuse ceinture vivement colorée se tient debout. À ses pieds, des femmes au vêtement ample et à la peau plus claire l’observent attentivement ou se baignent. À l’arrière-plan, debout, deux marins en teintes pastel conversent. Ces groupes qui ne se mélangent pas, de même que les tatouages parfaitement symétriques du Marquisien, détonnent par rapport aux autres représentations de l’auteur. De plus la scène se place dans un cadre ovale non pas rectangulaire. Cet encadrement ainsi que le titre, volontairement vague, suggèrent que cette aquarelle tient lieu de frontispice pour une future publication. Placée en début d’ouvrage, cette planche a pour rôle d’accrocher d’emblée l’intérêt du lecteur. L’ironie ou le paroxysme en assure incontestablement l’impact visuel. Ainsi s’explique le contraste violent entre les différents protagonistes, Marquisiens, Marquisiennes, marins français d’Océanie 1842. La force iconographique repose sur quelques lieux communs propres aux Marquises, archipel à la réputation « sulfureuse » faite de violence, d’archaïsmes et d’érotisme qui réduit un vaste espace géographique, toute l’Océanie, à quelques clichés. Le titre peut indiquer de surcroît que l’ouvrage auquel ce frontispice est destiné, ambitionne de parler d’une région plus vaste que la seule Polynésie où a mouillé le vaisseau de Maximilien Radiguet.

13La constante finalité des milliers d’œuvres rapportées par les navigations françaises sillonnant le Pacifique s’avère l’édition et non l’exposition. Aussi allant de la planche hors-texte en couleur à la simple vignette en noir et blanc, l’illustration orne nombre d’ouvrages sur le Pacifique, quelle qu’en soit la forme : une relation savante en plusieurs volumes, un article dans la presse spécialisée ou grand public, un récit de vulgarisation, une fiction (Fayaud Brosser le mythe 266-356). Les centaines voire les milliers de croquis de la campagne s’inscrivent, en conséquence, dans un format similaire.

3. Prédécesseurs, officiers et savants

  • 7 SHM, Courrier du comte de Rosily au ministre de la Marine, Paris, 16 avril 1822 (BB4 1 000).

14Aux injonctions hiérarchiques et aux aspirations éditoriales s’ajoute l’influence des prédécesseurs et des contemporains de l’artiste. Largement en tête des premiers figurent les dessinateurs de James Cook dont les trois fructueuses expéditions dominent le XVIIIe siècle. Nombre d’œuvres réinterprètent celles réalisées à bord des vaisseaux du capitaine britannique. Monuments of Easter Island de William Hodges gravé par William Woollett dans le Voyage toward the South Pole en 1777 (pl. xlix) nourri l’inspiration de Gaspard Duché de Vancy, peintre de la circumnavigation de Lapérouse (Smith European Vision 71 ; Lapérouse pl. 11). Loin de s’en cacher, le commandant démarque les Insulaires et monumens[sic] de l’isle de Pâques de son dessinateur en soulignant sa supériorité, car elle « donne une idée bien plus vraie des monuments que la gravure de M. Hodges » (Briand 223). Au XIXe siècle, les relations de James Cook figurent toujours en bonne place dans les ouvrages de bord, instruments indispensables aux officiers, aux savants et aux artistes. La bibliothèque de l’expédition de la Coquille, se réduit, en raison d’un sens aigu de l’économie, aux grands voyages de « Fleurieu, Marchand, Bougainville, Flinders et Cook »7. L’artiste à bord, Jules-Louis Lejeune, publie le Tombeau près de Doreri, Nouvelle-Guinée, représentant un insulaire en méditation devant une construction funéraire érigée sous un magnifique pandanus au feuillage effilé (Duperrey, Voyage … Atlas, 33). Elle s’inspire également d’une planche des voyages de James Cook par James Hawkesworth en 1773 (Hawkesworth). De même, le profil du Tahitien Pomare II roi de Taïti au folio 48 de l’album de Jules-Louis Lejeune copie His Majesty Pomare, King of Taheite, taille douce publiée en 1821 par E. Westley et détenue par le commandant Louis-Isidore Duperrey (Lejeune 48 ; Duperrey Registre, 1, 68). Étonnamment, ce carnet ne conserve nul portrait, pas le moindre profil ou la plus petite esquisse des traits des personnalités et des grands chefs rassemblés au grand complet en présence de l’artiste au temple de Papaoa, à l’occasion de la fête religieuse du 13 mai 1823. Privilégier les traits du chef mort deux ans auparavant aux acteurs politiques en vie trahit certes le poids de Pomare II, grande figure locale, mais aussi l’ascendance d’une navigation antérieure. L’analyse des albums doit donc prendre en compte les œuvres des expéditions précédentes, car modèles ou contre-modèles iconographiques et esthétiques, elles orientent les contenus, au même titre que les chefs d’œuvres du palais du Louvre ou des collections particulières.

15Hormis les gravures de la bibliothèque de bord, les objectifs du commandant impriment leur marque. Maximilien Radiguet, écrivain de marine et secrétaire du commandant Abel Dupetit Thouars embarque pour une prise de possession de l’archipel des Marquises. Son album mêle les menées françaises à la description des mœurs et des costumes polynésiens (Radiguet Album). Vingt-cinq des soixante-cinq dessins sont voués aux acteurs, objets, et lieux de la prise de possession et du déploiement de la Marine (pourparlers, installations ou excursions diverses, mont Tuhiva, baie d’Aakapa, de Taiohae ou de Vaitahu). Rares sont les carnets qui ménagent autant de place aux non-Polynésiens. Celui de Maximilien Radiguet construit une historiographie illustrée de la colonisation de 1842 et 1843, et constitue le support d’un discours historique et des réussites de l’entreprise.

16Les compagnons de voyage ainsi que, parfois, les compatriotes, dessinateurs rencontrés à la faveur des escales, exercent également un faisceau d’influences. Premièrement, ils jugent la qualité des dessins. Le naturaliste de l’expédition de Nicolas Baudin, J. B. G. M. Bory de Saint-Vincent, s’extasie : 

Le journal du commandant […] renferme une multitude de figures de mollusques, de poissons ou d’autres objets d’histoire naturelle, peints avec une perfection et une vérité rares […] Quant à moi, ayant vu ces objets représentés et croyant en même temps que je les peignais précisément, j’ai été surpris et embarrassé en regardant ces chefs-d’œuvre, et je me suis hâté de rechercher l’auteur d’un si beau travail pour lui témoigner l’appréciation que je ressentais » (Bonnemains, Forsyth, et Smith 16).

17Deuxièmement, l’ensemble de l’état-major se livre à des débats philosophiques, politiques et savants dont les croquis et les aquarelles se ressentent. Les nombreux travaux d’écriture de chacun, à commencer par la rédaction des journaux qui au retour, avant même le débarquement, sont remis aux autorités, transmettent ces opinions et controverses. Ainsi, au XVIIIe siècle, la philosophie concernant les « sauvages » et le concept appelé « bon sauvage » veut démontrer la bonté naturelle de l’homme, l’influence corruptrice de la société et débattre de la supériorité ou non de l’état de nature sur l’état de culture. Ce concept suscite une vision idéalisée et idyllique de certaines îles et sociétés du sud Pacifique, défendue par un public cultivé restreint qui mêle ses représentations et ses projections imaginaires à la réalité. Des témoins oculaires des sociétés autochtones comme Louis-Antoine de Bougainville y ont succombé même si ce dernier relève l’avidité des indigènes ayant « la manie du vol, élevé à l’état d’institution » (Gautier 166). Cette approche d’abord littéraire et philosophique s’est étendue aux arts plastiques. Remarquable s’avère Jean-François Galaup de Lapérouse qui s’inscrit en faux contre ces idées en revendiquant son expérience de terrain soutenue par une observation aussi systématiquement menée que possible des mœurs, coutumes et usages des insulaires : « Les philosophes se récrieraient en vain contre ce tableau. Ils font leurs livres au coin du feu et je voyage depuis trente ans : je suis témoin des injustices et de la fourberie de ces peuples qu'on nous peint si bons parce qu'ils sont très près de la nature » (Taillemite Lapérouse). Cette célèbre exaspération de l’homme de terrain qui n’hésite pas à attribuer à des théories d’hommes de salon, la mort de son second Fleuriot de Langle et des ses hommes à Samoa, un lavis de Gaspard Duché de Vancy s’en fait largement l’écho. Des Pascuans au physique magnifique, comme le veut l’assimilation à cette date des Polynésiens aux Grecs antiques de la meilleure époque, loin d’être innocents et candides sont bien éveillés pour subtiliser avec habileté les chapeaux, mouchoirs et portefeuilles des navigateurs occupés à leurs tâches savantes. Les imposants blocs monolithiques de la statutaire pascuane, les moais, forment un paysage grandiose qu’habite un peuple faussement inoffensif et réellement voleur (Lapérouse pl. 11). À l’exemple des lavis de Gaspard Duché de Vancy qui véhiculent les prises de position parfois tranchées de son commandant en lutte contre une vision par trop idyllique des autochtones des archipels, les œuvres ne manquent pas d’être imprégnées de manière plus ou moins soutenue des valeurs, thèses et conceptions des officiers du bord.

18Ainsi, le souci d’authenticité prend une importance toujours plus grande même au sein d’expédition sans vocation savante. En conséquence, aucun des Polynésiens de Maximilien Radiguet ne brandit le casse-tête, arme en bois sculpté car : « Des bâtons terminés par une baïonnette, composent l’arsenal des insulaires, les armes indigènes n’étant aujourd’hui fabriquées dans cette baie que pour être vendues aux amateurs » (Radiguet Les derniers sauvages 47). Les dessins de Jules Dumont d’Urville le confirment. Le casse-tête n’est pas présent autour des modèles dessinés sur le vif, même si les planches de l’atlas ne peuvent résister à un tel objet et l’ajoutent par exemple au portrait du Naturel à Nouka-Hiva (Dumont d’Urville Atlas pittoresque 1, pl. 58). La volonté descriptive de Maximilien Radiguet devient regard ethnologique dans la précision apportée aux tatouages qui bleuissent le sommet du crâne, les lèvres, une zone privilégiée, le visage voire le corps entier. Les motifs courent en larges bandes horizontales, verticales, obliques, en points, en lacets concentriques, en lignes brisées ou en losanges. L’auteur différencie les ornements selon les sexes et l’âge, relevant chez l’enfant : « des bandes inégales, interrompues, comme un trait de plume où l’encre aurait manqué, d’une teinte plus ou moins foncée » (Radiguet Les derniers sauvages 35). Cette approche ethnologique conduit à démystifier les îles paradisiaques des antipodes, en dépeignant les handicaps, la boisson, le tabac, les coutumes qui soulèvent le cœur de l’Occidental bien né (Radiguet Album pl. 51, 17, 55, 10, 1) : au milieu d’une quinzaine de femmes, un personnage lève bien haut une bouteille dans l’enthousiasme de l’ivresse, une veilleuse use d’un chasse-mouches pour préserver des insectes un cadavre rigidifié, un groupe de Marquisiens crachent de concert pour confectionner le kava (Radiguet Album pl. 17, 1, 10). Le réalisme sans concession se dissocie de l’embellissement, et plus encore de l’exaltation des vertus indigènes : la jambe atteinte de filariose s’orne de pustules de belle taille, les pipes pendent aux lèvres, les crachats giclent. À côté d’une historiographie illustrée de la colonisation, une Polynésie authentique émerge. La veillée des cadavres, la confection du kava, les retours de baleinières chargées de femmes figurent ainsi parmi les scènes les plus novatrices. L’ambition d’approcher la vérité des modes de vie étrangers et de révéler des lieux encore « sauvages » n’implique plus de les idéaliser.

  • 8 Paris, musée de la Marine (papier, burin, taille-douce), 0,155 x 0,205 cm.

19Les aléas du voyage ne constituent pas le moindre des aspects des conditions de production, les dessins illustrant les périls et les succès, les héros et les martyrs de l’aventure maritime. Selon François Bellec, directeur du musée de la Marine, cinq artistes ont été débarqués malades et six sont morts au cours des expéditions maritimes des XVIIIe et XIXe siècles. Elles totalisent quelque cinq cents décès. (Bellec 132, 235). Le 1er juin 1829, lors d’un discours prononcé à l’école de médecine de Rochefort à l’occasion de l’ouverture du cours de botanique, René-Primevère Lesson, compagnon de Jules-Louis Lejeune sur la Coquille, déclare : « Permettez-moi […] quelques conseils fruits d’une expérience assez péniblement acquise, et sachez que ces longues campagnes, si gracieuses sur le sol de la patrie et lorsque les heures du péril sont éloignées, ont aussi leurs épreuves et leurs moments d’amertume ; réfléchissez combien […] doivent se présenter de ces perturbations qui abattent le courage moral et en usent le ressort » (Boivert 62). Les tragédies furent nombreuses et, dans leur remous, une iconographie poignante s’élabore. La Mort de Fleuriot de Langle aux îles des navigateurs illustre ceux qui ont sacrifié leur vie à ces missions à hauts risques8.

20Les carnets offrent également le premier jet d’une véritable mise en scène de l’explorateur et de l’exploration, et le dessinateur n’hésite pas à s’impliquer, se peignant sur les lieux de périple. Son carton à dessins l’identifie sans peine. Souvent, l’artiste choisit souvent de se représenter au travail. L’attitude qu’il se donne souligne ses ambitions. L’homme minuscule au pied d’une chute impressionnante en Nouvelle-Zélande, carton à dessins sur les genoux, figure Jules-Louis Lejeune, le consciencieux dessinateur de la Coquille (Lejeune Voyage fol. 109). Observateur attentif et scrupuleux des spectacles qui s’offrent à lui, il se pose en scientifique qui reproduit fidèlement l’objet de son étude. La distanciation établie entre l’objet et le dessinateur garantit son détachement et son objectivité. Il n’est pas un créateur visité par la muse, ni un voyageur relatant ses péripéties. Il se dépeint en témoin oculaire, en savant qui collecte et non comme un peintre de fictions dégagé de la réalité. Cette mise en scène de lui-même en tant qu’explorateur, à l’égal des membres de l’état-major, rappelle sa présence effective au sein d’une entreprise scientifique officielle. De même, le dessinateur de Jules Dumont d’Urville chemine, carton sous le bras, en compagnie d’autres officiers (Dumont d’Urville Atlas pittoresque 1, pl. 65). Beaucoup moins modeste, le dessinateur de l’Uranie, Jacques-Étienne Arago se dessine dans trois paysages des planches 29, 32, et 46 de l’atlas du voyage, respectivement intitulées : Vue du tombeau du raja de Taybens sur l’île de Timor, Grand archipel d’Asie entrevue avec les naturels de l’île Ombai, et Ile Rawak, Tombeaux de Papous (Freycinet Atlas historique), et se campe dans Jacques-Étienne Arago rencontrant un chef Maori en 1819 encore intitulé les Zélandais, en intrépide explorateur affrontant de son arme à feu un autochtone menaçant (Arago).

21Espace océanique immense d’abord connu en Europe sous le nom de mers du Sud, l’immensité comprise entre les rives asiatiques et américaines du globe a été sillonnées en tous sens par des navigations poursuivant tous les buts imaginables, des plus nobles aux moins avouables. Depuis le XVIIe siècle, beaucoup tentent d’en rapporter des œuvres dessinées. Celles réalisées par les expéditions françaises entre 1780 et 1900 se comptent par milliers en obéissance à des injonctions royales et hiérarchiques, pour satisfaire avant tout des ambitions de publication. L’artiste appareille avec l’intention d’éditer ses dessins dans un récit de voyage illustré, intention que partagent ses supérieurs, ses compagnons d’expéditions, ainsi que le milieu savant resté à terre. Le souci des savants pour une réalité qu’ils ne prennent pas toujours en compte dans leurs élaborations théoriques, les poussent à édicter des instructions. Certaines, précisément destinées aux dessinateurs d’exploration, traduisent tant leur méfiance pour le voyageur que leur désintérêt pour les conventions esthétiques de l’École des beaux-arts que tiennent en haute estime les artistes amateurs et professionnels. Les dessins des voyages maritimes à la croisée des concepts philosophiques, opinions politiques et approches esthétiques ou savantes débattues à bord subissent également l’ascendance de leurs prédécesseurs conservés par la bibliothèque de bord. En outre, la création s’opérant surtout en plein air, et son auteur manque rarement de se portraiturer au moins une fois en pleine action artistique, elle exige de surmonter des péripéties, d’affronter des périls, de supporter des tragédies qu’elle n’hésite pas à dévoiler. Dessiner en voyage maritime, pour les amateurs et professionnels qui ont levé l’ancre vers le Pacifique, fut donc rarement un acte de dilettante.

Haut de page

Bibliographie

Arago, Jacques. Voyage autour du monde, édition illustrée de 61 belles estampes. Bruxelles : Société typographique, 1840. Print

Anson, George et Richard Walter. A Voyage Round The World in The Years 1740-44. London : Knapton, 1749. Print.

Baert, Annie. Le paradis terrestre, un mythe espagnol en Océanie : les voyages de Mendaña et de Quirós 1567-1606. Paris : L’Harmattan, 1999. Print.

Briand, Catherine. « L’illustration du livre de voyage maritime au xviiie siècle ». A. Charron, T. Claerr et F. Moureau. Le livre maritime au siècle des Lumières, édition et diffusion des connaissances maritimes (1750-1850). Paris : Presses de l’université, Paris-Sorbonne, 2005 : 219-243. Print.

Broc, Numa. La géographie des philosophes : géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle. Paris : Ed. Ophrys, 1975. Print.

Bellec, François. Le livre de l’aventure maritime. Paris : éd. du Félin, 1995. Print.

Boivert, Annie. Contribution à l’histoire de la pharmacie de la marine, René-Primevère Lesson, pharmacien en chef à Rochefort, 1794-(1809)-1849. Thèse pharmacie, Nantes, 1983. Tapuscrit.

Bonnemains Jacqueline, Elliott Forsyth et Bernard Smith. Baudin in Australian Waters: the Artwork of the French Voyage of Discovery to the Southern Lands 1800-1804. Melbourne, Oxford University Press, 1988. Print.

Brosses, Charles de. Histoire des navigations aux Terres australes contenant ce que l’on sait des moeurs et des productions des contrées découvertes jusqu’à ce jour […] et des moyens d’y former un établissement. 2 vols. Paris : Durand, 1756. éd. fac simile Amsterdam, Da Copopress, 1967. Print.

Copans, Jean et Jean Jamin. Aux origines de l’anthropologie française : les mémoires de la Société des Observateurs de l’homme en l’an VIII. Paris : J. M. Place, 1994. Print.

Delon, Michel. Dictionnaire européen des Lumières. Paris : PUF, 1997. Print

Dumont d’Urville, Jules Sébastien César. Voyage au pôle Sud et dans l’Océanie sur l’ « Astrolabe » et la « Zélée », 1837-1840 sous le commandement de Dumont d’Urville. Paris : Gide, 1841-1854, 23 vols. + 7 vols. d’atlas. Print.

Duperrey, Louis-Isidore. « Lettre de L.-I. Duperrey à Willaumez ». Annales maritimes et coloniales, 1824, IIe partie, T. 2. Print.

Duperrey, Louis-Isidore. Registre de correspondance, Mantes-la-Jolie, Archives communales. Sous série 3S vol.1, notice 20, fol. 68. Manuscrit.

Duperrey Louis-Isidore, Voyage autour du monde exécuté par ordre du roi sur la corvette de S. M. la Coquille pendant les années 1822, 1823, 1824 et 1825 […] histoire du voyage, Atlas. 60 pl. Paris, A. Bertrand, 1826. Print.

Fayaud, Viviane. Le paradis autour de Paul Gauguin. Paris : Cnrs éd., 2011. Print.

Fayaud, Viviane. Brosser le mythe et l’histoire d’après les œuvres de Jules-Louis Lejeune, Maximilien Radiguet, Charles Giraud, Pierre Loti : Tahiti et la Polynésie orientale avant Paul Gauguin (1800-1890). Thèse d’histoire contemporaine. Université de la Polynésie française, 2005. Tapuscrit.

Freycinet, Louis de. Voyage autour du monde fait par ordre du roi sur la corvette de S. M. l’Uranie et la Physicienne pendant les années 1817, 1818, 1819, 1820. Atlas historique par mrs Js Arago, A. Pellion, toutes pl. imp. en taille-douce par Langlois. Pillet, 1825. Print.

Gautier, Jean. « Jacquier, H. Le mirage et l’exotisme dans la littérature ». Journal de la Société des océanistes 3 (1947) : 166, persee.fr. Web. 29 mars 2013.

Hawkesworth, John. An Account of the Voyages undertaken by the Order of His Present Majesty for making Discoveries in the South Hemisphere. 3 vols, 23 pl. Londres: 1773. Print.

Laneyrie-Dagen, Nadeije. Les grands explorateurs. Paris : Larousse, 1997. Print.

Lapérouse de Galaup de, Jean-François. Voyage autour du monde [...] rédigé par Milet-Mureau. 69 pl. Paris : Impr. de la République, 1792. Print.

Lejeune, Jules-Louis. Voyage autour du monde sur la corvette la Coquille commandée par Monsieur Duperrey, chr de St Louis. Conservé à Vincennes, SHM, mss sh 356. Recueil factice. Manuscrit.

Proust de la Gironnière, Muriel. Nicolas Baudin, marin et explorateur ou le mirage de l’Australie. Paris : Service historique de la Marine, 2001. Print

Radiguet Max. Les derniers sauvages, aux îles Marquises, 1842-1859. Paris : Phébus, 2001.

Radiguet, Maximilien, Album de dessins, Conservé à Vincennes, SHM, 3 S 3644, 2323. Recueil factice.

Smith Bernard. European Vision and the South Pacific. Londres : Yale University Press, 1985. Print.

Smith, Bernard. Imagining the Pacific: in the Wake of the Cook Voyages. Melbourne : Melbourne University Press, 1992. Print.

Taillemite, Étienne. Marins français à la découverte du monde, de Jacques Cartier à Dumont d’Urville. Paris : Fayard, 1999. Print

Taillemite, Étienne. « Lapérouse : un explorateur dans le pacifique, La conquête du monde ». L'Histoire, 8 (2000) : 66, histoire.presse.fr. Web. 29 mars 2013.

Williams, Glyndwr. The Great South Sea: English voyages and Encounters 1570-1750. Londres: Yale Univ. Press, 1997. Print.

Haut de page

Notes

1 Vincennes, Service historique de la Marine (SHM, BB294, fol. 408).

2 Il s’occupa essentiellement de botanique. Son manuscrit décrit et classe 600 plantes médicinales et s’orne des plus anciennes illustrations connues de botanique (Ehm, Christine. L’Abcdaire de tous les savoirs du monde. Paris : Flammarion-Bibliothèque nationale de France, 1996, entrée herbiers, Print).

3 «… ne sont pas copiés d’après le travail des autres, ou composés à la maison d’après des récits imparfaits, venus d’observateurs sans curiosité ni talent comme cela est fréquemment le cas en la matière, mais ils ont été, dans leur grande majorité, dessinés sur le vif avec la plus parfaite exactitude. »

4 SHM : Rapport de l’Académie des Sciences daté du 5 septembre 1825 par le baron Fourier, secrétaire perpétuel, au Ministre de la Marine. Les membres de la Commission signataires du rapport sont : Humboldt, Cuvier, Desfontaines, Cordier, Latreille, de Rossel et Arago, également rapporteur (BB4 1000, fol. 195).

5 SHM : Rapport de l’Académie des Sciences daté du 14 septembre 1840 par Pierre Flourens, secrétaire perpétuel, au Ministre de la Marine, pp. 60, 62 (BB4 1005).

6 Aix-en-Provence, Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM), Lettre du 12 février de Charles Giraud au Contre-amiral Armand-Joseph Bruat ; Lettre du 21 février 1848 au ministre de la Marine, le duc de Montebello (FM, SG OCEA 43, H7).

7 SHM, Courrier du comte de Rosily au ministre de la Marine, Paris, 16 avril 1822 (BB4 1 000).

8 Paris, musée de la Marine (papier, burin, taille-douce), 0,155 x 0,205 cm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviane FAYAUD, « Dessins au long cours : albums français dans le Pacifique Sud au XVIIIe et XIXe siècle », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://erea.revues.org/3809 ; DOI : 10.4000/erea.3809

Haut de page

Auteur

Viviane FAYAUD

Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences, des Conflits
Université Picardie Jules Verne, Amiens (EA 4289)
Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines
Université de Versailles-Saint-Quentin
vivianefayaud@gmail.com

Viviane Fayaud, Docteur en histoire contemporaine et histoire de l’art, est chercheur associé du Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences, des Conflits, Université Picardie Jules Verne, Amiens (EA 4289) et du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, Université de Versailles-Saint-Quentin. Elle co-organise actuellement un projet de recherche pluri-annuel, Destins d’Outre-mer et d’Océanie, 1914-2018 (Domo 1914-2018), portant sur les notions de nations, nationalisme et sentiment d’appartenance en Océanie.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org