Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

Darwin : The Voyage of the Beagle : un ouvrage palimpsestique

Anne-Laurence BARKATE

Résumés

Le périple que Charles Darwin a entrepris à l’âge de vingt-deux ans à bord du Beagle a marqué le point de départ de sa carrière d’homme de sciences mais également d’écrivain. La critique s’est récemment intéressée à la dimension littéraire du Voyage du Beagle et a mis en lumière les subtilités de cette œuvre qui ne cesse de déjouer les attentes des lecteurs peu avertis qui penseraient ne trouver que des impressions mêlées à des notes scientifiques. Les nombreuses références intertextuelles qui jalonnent le texte nous invitent à voir dans ce récit bien plus qu’un simple document factuel. The Voyage of the Beagle est un écrit "palimpsestique" - une narration dans laquelle les relations de voyage s’entrecroisent- qui laisse à penser que le texte abouti est le résultat de maintes réécritures. Lorsque Darwin retravaille son journal de bord en vue de la publication à son retour, il a à cœur d’embarquer son lecteur dans une aventure à coloration littéraire. La comparaison entre les deux textes - le carnet de voyage et sa forme finie- nous éclaire également sur les conditions matérielles de la production des relations scientifiques. Elle soulève la question de l’articulation entre l’expérience du voyage et ses formes d’écriture. Elle interroge plus généralement le statut du récit de voyage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Voyage du Beagle occupe une place toute particulière parmi les récits de voyageurs et d’explorateurs scientifiques du XIXe siècle. Longtemps considéré comme un texte fondateur de la théorie de l’évolution qui n’est autre que l’appendice de l’œuvre magistrale publiée deux décennies plus tard : De l’origine des espèces, le récit de voyage de Darwin a récemment suscité l’engouement de la critique. Gillian Beer dans Darwin’s Plots tout comme George Levine a mis en lumière les subtilités littéraires de ce texte à vocation scientifique. Lorsque Darwin entreprend de réécrire son journal de bord en vue d’une publication, il devient de facto un maître du langage ; parvenant à un subtil mélange des genres : « He self-consciously incorporated affect and imagination into his early science » (Levine 6). Darwin effectue son périple et prend la plume « in a new era of scientific uncertainty as well as of British geopolitical supremacy », à un moment où de nouvelles formes de savoirs émergent, « among them the history of the earth (Lyell) and the natural history of man (Lamarck) » (Duncan, synopsis). Pourtant le Voyage du Beagle ne saurait être circonscrit à un simple document scientifique puisqu’il ne cesse de déjouer des catégories que l’on voudrait stables et précises. La ligne de partage entre écritures référentielles et fictionnelles ne semble jamais définitive. La relation de Darwin s’inscrit dans le parcours et la continuité de textes et ouvrages antérieurs ; autant de jeux intertextuels qui en font un « palimpseste » ou une œuvre littéraire aux multiples facettes.

1. Un jeune naturaliste à bord du Beagle

  • 1 Thomas Sprat, History of the Royal Society by Thomas Sprat (1667). Jackson I. Cope and Harold Whitm (...)

2Le Voyage du Beagle s’inscrit dans la lignée des grandes circumnavigations qui se sont multipliées à partir de la moitié du XVIIIe siècle. Au fil des années, les expéditions maritimes ont fait l’objet de préparations de plus en plus méthodiques : la distribution des rôles à bord s’est affinée et la présence systématique d’un homme de sciences a permis un relevé d’informations et des comptes rendus d’observation scientifiques de plus en plus rigoureux. Dès 1667, Thomas Sprat dans History of the Royal Society1 énumère des directives très précises que les voyageurs doivent suivre de façon à répondre à l’exigence de Vérité que le lecteur de l’époque, avide de connaissances nouvelles, est en droit d’attendre. La particularité avec le Voyage du Beagle, c’est que son auteur au départ n’embarque pas en qualité de scientifique officiel. Un certain Robert McCormick, chirurgien et naturaliste de la Royal Navy, occupe cette fonction les première semaines. Charles Darwin, alors jeune étudiant de Cambridge, est vivement recommandé par son Professeur John Henslow. Un autre élément joue en sa faveur lorsqu’il est choisi pour l’expédition : il est issu d’une famille peu commune. Son grand-père, Erasmus Darwin, était un autodidacte brillant et reconnu dans le domaine scientifique. De Zoonomia à la traduction de Genera plantarum, l’œuvre du botaniste suédois Linné, il s’illustra par ses différents travaux dans les sciences.

The subsequent fame of the voyage makes it equally hard to remember that Darwin was not the appointed naturalist. As a supernumerary on the Admiralty’s books, Darwin was given free accommodation on board the Beagle, but all his other costs were covered by his father – a point that is well worth making, for it meant that Darwin’s time was more or less his own, and that his natural history collections were his personal property, not the crown’s. The ship’s medical officer, Robert Mc Cormick, was by convention charged with making a collection for the natural museums. However McCormick apparently resented the special privileges given to Darwin by the captain and left the ship in Rio de Janeiro. (Darwin, The Beagle Letters, XIX)

3Charles Darwin se distingue très rapidement dès qu’il est à bord du Beagle par sa méthode rigoureuse et systématique par laquelle il construit un espace de savoirs à partir des données hétéroclites qu’il recueille lors de son parcours. Il compile, assemble et compare tous les éléments à sa portée ; accomplissant ainsi un travail méticuleux de recueil et de taxinomie. La lecture du Voyage du Beagle nous renseigne sur les pratiques quotidiennes du voyage et de son archivage, sur la routine du naturaliste amené en permanence à faire des choix, à noter les mesures, à répertorier les nouvelles espèces qu’il juge à même d’être étudiées et analysées par la suite. On voit parfaitement à l’œuvre dans l’ouvrage le cheminement de l’auteur, sa progression d’escale en escale qui marque aussi son avancée dans le domaine des sciences. Comme Peter Hulme et Tim Young le soulignent dans l’introduction à The Cambridge Companion to Travel Writing :

Instructions issued by those who stay at home have not always been followed by travellers and travel writers. One of the Royal Society’s directions for seamen actually instructed them ‘to study Nature rather than Books’, an instruction they doubtless applied to the book containing this instruction. Travellers will usually follow their instincts and opportunities, rather than directions from home, and it is travellers ’eccentricities and extravagances – in the literal sense of wanderings off – which have attracted many readers to the genre of travel writing (5).

  • 2 The Captain has proposed to me, to join him in publishing the account (…). I shall be anxious to h (...)
  • 3 Le Capitaine Fitzroy a payé pour l’éducation de ces quatre jeunes personnes ; il croyait fermement (...)
  • 4 « The captain is busy all day in writing but instead of geology, it is the account of the voyage ». (...)

4Le succès populaire du Voyage du Beagle dès sa publication tient donc peut-être au fait que Darwin « étudie la Nature » scrupuleusement et qu’il dessine par l’écriture le fruit de ses découvertes. La démarche semble très spontanée et naturelle ; le journal qu’il tient est d’ailleurs destiné à l’origine à sa famille et à ses proches et n’est pas prévu pour la publication2. Comme le souligne Janet Browne dans l’introduction aux Beagle Letters (XVII), “Today the fame of the Beagle voyage sometimes makes it hard to remember that its purpose was not to take Darwin round the world but to carry out British Admiralty instructions”. Les consignes pour ce voyage ont été données par l’Amirauté et adressées exclusivement au Capitaine Fitzroy à qui il a été demandé de dresser de nouvelles cartes des côtes sud-américaines. Fitzroy y associe un objectif personnel ; cet aristocrate qui a un sens aigu de la prééminence britannique et de la hiérarchie entend apporter les lumières du christianisme aux populations primitives du nouveau monde. En 1829, à l’issue de la première expédition du Beagle, il a ramené avec lui en Angleterre des indigènes de la Terre de Feu qu’il a tenté d’éduquer pendant les deux années de préparation du second voyage3. Il espère que ces nouveaux convertis prêcheront la parole du Christ une fois de retour dans leur terre d’origine. L’entreprise du capitaine est instructive : contrairement à Darwin qui choisit d’articuler son récit autour de la science et de se concentrer sur toutes les nouvelles découvertes qui jalonnent son parcours4, le capitaine est soucieux de défendre l’identité et l’autorité nationales. Au cours de l’expédition, Darwin a d’ailleurs eu à plusieurs reprises maille à partir avec Fitzroy. Ils ont des positions fondamentalement divergentes sur la question de l’esclavage : tout comme ses deux grands-pères Erasmus Darwin et Josiah Wedgwood, Darwin est un militant anti-esclavagiste convaincu alors que le capitaine se prononce au contraire contre l’affranchissement des esclaves. Darwin n’évoque pas ce différend dans le Voyage du Beagle mais y revient dans son Autobiographie rédigée une trentaine d’années plus tard :

We had several quarrels; for when out of temper he [Fitzroy] was utterly unreasonable. For instance early in the voyage at Bahia in Brazil he defended and praised slavery, which I abominated, and told me that he just visited a great slave-owner, who had called up many of his slaves and asked them whether they were happy, and whether they wished to be free, and all answered “no”. I asked him, perhaps with a sneer, whether he thought that the answer of slaves in the presence of their master was worth anything. This made him excessively angry, and he said that as I doubted his word we could not live any longer together (111).

2. Du récit de voyage au journal de bord : un éclairage sur les conditions de production à bord 

  • 5 The Voyage of the Beagle (1845), Wordsworth Classics of World Literature: London, 1997, (preface).

5La comparaison entre les deux ouvrages - le journal de bord et le texte tel qu’il a été édité en 1839 - fait apparaître de profondes différences. Darwin préfère en règle générale occulter dans le Voyage du Beagle tous les éléments qui ont trait aux difficultés matérielles ou à la routine quotidienne. L’aventure ne s’embarrasse jamais de tels détails et l’auteur témoigne ainsi de sa volonté de rendre son expérience plus exaltante aux yeux de son lecteur qu’il souhaite tenir en haleine. Il ne fait aucune allusion au mal de mer qui l’a terrassé pendant les premières semaines de traversée. Les vingt et un premiers jours de voyage sont résumés en une demi-page. Darwin précise pourtant dans sa correspondance et son journal de bord qu’il a éprouvé de réelles souffrances physiques : « I very nearly fainted from exhaustion ». Tous ces détails sont éludés dans la version publiée et l’auteur revient d’ailleurs dans la préface sur son choix de condenser certaines parties : « I have in this edition largely condensed and corrected some parts and I have added a little to others in order to render the volume more fitted for popular reading » (Darwin, The Voyage of the Beagle, Preface)5. D’une manière générale tous les passages qui retracent les trajets à bord du Beagle sont omis dans le Voyage. Le second chapitre s’ouvre directement sur l’arrivée à Rio le 4 avril 1832 sans évoquer les deux semaines de navigation qui précèdent. Darwin ne s’attarde donc pas sur les traversées en elles-mêmes jugées longues et éreintantes. Il dépeint surtout les phénomènes de phosphorescence qui ont lieu au cours de certaines nuits insolites où l’eau s’illumine de feux d’artifices naturels :

One dark night we were surrounded by numerous seals and penguins, which made such strange noises, that the officer on watch reported he could hear the cattle bellowing on shore. On a second night we witnessed a splendid scene of natural fireworks; the mast-head and yard-arm-ends shone with St. Elmo’s light; and the form of the vane could almost be traced, as if it had been rubbed with phosphorus. The sea was so highly luminous, that the tracks of the penguins were marked by a fiery wake, and the darkness of the sky was momentarily illuminated by the most vivid lightning (40).

6Il s’agit là d’un artifice ou d’une convention d’écriture que l’on retrouve dans de nombreux récits de voyage scientifiques au XIXe siècle - comme dans le Personal Narrative d’Alexandre de Humboldt. La mer peut parfois faire l’objet d’un traitement poétique dans le Voyage mais elle est dans l’ensemble très peu mentionnée. Le lecteur qui s’en tient à la forme finie apprend donc très peu de détails sur la vie de Darwin à bord avec les autres marins et membres d’équipage. A l’inverse, le Beagle Diary contient de très nombreux passages sur le quotidien du naturaliste :

We have crossed the Equator. I have undergone the disagreeable sensation operation of being shaved. About 9 oclock this morning we poor two & thirty in number, were put altogether on the lower deck. - The hatchways were battened down, so we were in the dark & very hot. - Presently four of Neptunes constables came to us, & one by one led us up on deck. - I was the first & escaped easily: I nevertheless found this watery ordeal sufficiently disagreeable. - Before coming up, the constable blindfolded me & thus lead along, buckets of water were thundered all around; I was then placed on a plank, which could be easily tilted up into a large bath of water. - They then lathered my face & mouth with pitch and paint, & scraped some of it off with a piece of roughened iron hoop, - a signal being given I was tilted head over heels into the water, where two men received me & ducked me. - at last, glad enough, I escaped, - most of the others were treated much worse, dirty mixtures being put in their mouths & rubbed on their faces. - The whole ship was a shower bath: & water was flying about in every direction: of course not one person, even the Captain, got clear of being wet through (65).

7Darwin est passé les premières semaines par la “Ligne”, un rite initiatique festif auquel sont soumis les marins et les voyageurs. Le journal de bord est ainsi jalonné de descriptions et d’anecdotes sur les conditions de vie à bord. Au fil des pages s’égrènent les notes - parfois griffonnées-, les réflexions ou commentaires de l’auteur. On y apprend par exemple que tout l’équipage a fêté Noël à Port Desire et que le capitaine a organisé des festivités afin de marquer l’évènement :

Christmas After dining in the Gun-room, the officers & almost every man in the ship went on shore. - The Captain distributed prizes to the best runners, leapers, wrestlers. - These Olympic Games were very amusing; it was quite delightful to see with what school-boy eagerness the seamen enjoyed them: old men with long beards & young men without any were playing like so many children. - certainly a much better way of passing Christmas day than the usual one, of every seaman getting as drunk as he possibly can.

  • 6 L’auteur ne fait aucune référence dans la version publiée aux maladies dont il est atteint à plusie (...)
  • 7 The Beagle Letters. Cambridge: Cambridge University Press, 2008, p. 387.

8La version publiée ne relate presque jamais ce type d’évènements et n’offre aucune relation détaillée de la routine de l’explorateur. Loin d’apporter un éclairage sur l’expédition elle-même, elle tend au contraire à gommer ce qui relève de l’expérience personnelle de l’auteur6. Cela soulève la question du statut du voyage aux yeux de l’auteur. Darwin est sans doute davantage soucieux de construire l’espace d’un savoir scientifique que de narrer ses péripéties journalières7. Il souhaite s’inscrire dans l’horizon d’attente de nombreux de ses lecteurs qui cherchent avant tout à s’instruire en lisant des relations scientifiques.

3. The Voyage of the Beagle : une version revue et corrigée

9Comme le souligne Virginia Richter dans son article : « Charles Darwin in Patagonia », le Voyage du Beagle est une version épurée du journal de bord dont la fonction n’est pas de retracer les aventures de Darwin au jour le jour : « Darwin’s fundamental strategy for developing his text thus appears to be a recasting of his voyage from a day-to-day chronicle into an idealized circumnavigation » (169). La richesse de l’ouvrage réside donc dans le fait qu’il ne se réduit pas à son seul projet savant. Le lecteur du Voyage du Beagle est également à la recherche de pittoresque et de dépaysement ; il aspire à connaître l’Autre et surtout l’Ailleurs - symbolisé depuis Bernadin de St Pierre par l’île, l’insularité, la robinsonnade et l’épopée. Darwin donne précisément à la version publiée cette touche exotique, notamment en introduisant des éléments de l’insolite. Il y a des passages dans le Voyage du Beagle qui sont frappés du sceau de l’étrange. La diégèse, jusqu’alors fondée sur le postulat mimétique et réaliste traditionnel, dérape vers une zone indéfinissable dont le texte ne peut rendre compte. Il règne par moments une indétermination que l’auteur lui-même ne semble pas pouvoir complètement résoudre. Par exemple, il assiste aux îles Cocos à des phénomènes apparemment irrationnels et inexplicables, mais qui font tout le charme du voyage dans les Tropiques :

After dinner we stayed to see a curious half superstitious scene acted by the Malay women. A large wooden spoon dressed in garments, and which had been carried to the grave of a dead man, they pretend becomes inspired at the full of the moon, and will dance and jump about. After the proper preparations, the spoon, held by two women, became convulsed, and danced in good time to the song of the surrounding children and women. It was a most foolish spectacle; but Mr. Liesk maintained that many of the Malays believed in its spiritual movements. (…) These scenes of the tropics are in themselves so delicious (435).

10Lors de la réécriture de son journal de bord, Darwin a pris soin d’inclure ce type d’anecdotes et d’introduire des éléments de l’étrange, esthétisant son récit et embarquant ainsi son lecteur dans une aventure dépaysante, à forte coloration exotique. Le carnet de notes que Darwin a tenu très méticuleusement tout au long des cinq années passées à voguer sur les océans n’est donc pas resté un compte rendu figé et définitif, consignant le souvenir d’un voyage achevé. Il a été corrigé et remanié de manière significative ; également enrichi à l’aune des réflexions qui ont germé chez son auteur au terme de l’expédition. De retour en Angleterre, Darwin commence à mettre en doute le dogme de la fixité et de la permanence des espèces. L’idée de la sélection naturelle s’impose à lui progressivement, renforcée par sa lecture de l’Essai sur la théorie de la population de Malthus. Darwin émaille donc son journal de références et d’allusions plus directes à sa théorie naissante. L’idée de descendance entre espèces est illustrée par le célèbre exemple des pinsons des îles Galápagos, situées dans le Pacifique au large des côtes de l’Equateur. Dans la seconde version du Voyage du Beagle qui date de 1845, Darwin met en lumière cette incongruité qui le taraude et qu’il tentera d’expliquer plus longuement dans De l’origine des espèces : Pourquoi les oiseaux d’une même espèce revêtent-ils une apparence différente dans chaque îlot du même archipel ?

Considering the small size of these islands, we feel the more astonished at the number of their aboriginal beings, and at their confined range (…) Hence, both in space and time, we seem to be brought somewhat near to that great fact –that mystery of mysteries- the first appearance of new beings on this earth. One might really fancy that from an original paucity of birds in this archipelago, one species had been taken and modified for different ends (360).

  • 8 Jean Viviès, Le Récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle, p. 39.
  • 9 Virginia Richter, Charles Darwin in Patagonia, British Narratives of Exploration: Case Studies on t (...)

11On voit déjà poindre ici la théorie de l’évolution. La version que Darwin remet à l’éditeur John Murray a donc subi des modifications sensibles et des ajouts significatifs. Le journal de bord devient comme une sorte de fichier ouvert lorsque Darwin rentre en Angleterre ; une version revue et corrigée, sans cesse remaniée. Comme le précise Jean Viviès, « le récit de voyage ne saurait se réduire à un texte composé de notes prises au jour le jour suivant la chronologie des pérégrinations. Ces notes, qui souvent existent, sont ensuite retravaillées et mises en forme »8. Le trajet de l’auteur dans la version publiée ne suit pas une progression continue, les évènements ont bel et bien été réagencés et réordonnancés : Darwin redessine la géographie et l’itinéraire du voyage au fil de la réécriture, à mesure qu’il construit un monde d’encre et de papier. Son choix de condenser certaines parties ou d’en prolonger d’autres s’inscrit dans une stratégie narrative réfléchie et construite : il met ainsi certains évènements en lumière par rapport à d’autres, crée une tension qui relance le suspense. Par exemple, le lecteur du Voyage du Beagle doit attendre le chapitre X pour assister à la rencontre de Darwin avec les indigènes alors que l’escale à la Terre de Feu a eu lieu dans les faits bien plus tôt. La confrontation avec les fuégiens, peuple aux mœurs cannibales, symbolise ainsi une régression, « a reverse movement in time » (Richter, 173)9 :

The different tribes when at war are cannibals. From the concurrent, but quite independent evidence of the boy taken by Mr. Low, and of Jemmy Button, it is certainly true, that when pressed in winter by hunger they kill and devour their old women before they kill their dogs: the boy, being asked by Mr. Low why they did this, answered, "Doggies catch otters, old women no." This boy described the manner in which they are killed by being held over smoke and thus choked; he imitated their screams as a joke, and described the parts of their bodies which are considered best to eat. Horrid as such a death by the hands of their friends and relatives must be, the fears of the old women, when hunger begins to press, are more painful to think of; we were told that they then often run away into the mountains, but that they are pursued by the men and brought back to the slaughter-house at their own firesides! (Darwin, Voyage of the Beagle, 204-205)

12L’escale à la « Terre de Feu » constitue une expérience unique, tout à la fois déroutante et déconcertante puisqu’elle est vécue comme exil et dépaysement. Le chapitre X qui lui est consacré dans le Voyage du Beagle est d’ailleurs mis en abyme : il est comme un tableau isolé au sein de l’œuvre. Virginia Richter (173) analyse les différences entre les deux versions et les effets que cela engendre sur la perception des fuégiens :

  • 10 Virginia Richter, Charles Darwin in Patagonia, British Narratives of Exploration: Case Studies on t (...)

The revisions between the Beagle Diary and The Voyage of the Beagle are subtle but illuminating. In the Diary, the rendezvous between the ship’s crew and the two groups of Fuegians occurring on 18 December 1832, one day after Darwin’s shocking first confrontation with the savages, is spread out over two pages. The meetings between ‘wild’ and ‘tame’ Fuegians, which happened on two separate occasions, are accordingly described in two batches in the text, separated by general reflections on the living conditions in Tierra del Fuego. In the Voyage, by contrast, these meetings seem to occur in direct succession. This lightening of the narrative structure, together with certain additions and revisions, has a suggestive effect on the representation of the English visitors as well as both groups of Fuegians10.

  • 11 Il y a de nombreux mots et passages littéralement griffonnés et corrigés dans le journal de bord.

13Le fait que le manuscrit initial ait été raturé, retravaillé11 et réorganisé, que la chronologie des évènements ait été modifiée, soulève bien sûr la question de l’articulation entre le moment du voyage et celui de l’écriture ainsi que des liens qui relient les différents processus- ou en l’occurrence ici des maillons entre écriture et réécriture.

4. Intertextualité et réécriture

  • 12 Voir Autobiographie: “During my last year at Cambridge, I read with care and profound interest Humb (...)

14La réécriture du journal de bord en vue de la publication invite à lire dans le Voyage du Beagle, la forme finie, ces autres textes qui sont en toile de fond. Le texte réécrit est un « palimpseste » : il laisse apparaître la trace de nombreux autres récits de voyage et il est jalonné de références aux lectures de l’auteur – notamment le Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of America. Darwin ne cache pas son admiration pour Alexandre de Humboldt12, autre grand explorateur féru de sciences, très célèbre au XIXe siècle, et il consacre de longues heures à lire son ouvrage pendant les interminables journées de traversée en mer. Il y a donc comme un jeu de miroir qui renvoie sans cesse d’un voyage à l’autre. C’est en lisant les écrits du naturaliste allemand que Darwin a été sensibilisé à une certaine conception esthétique de la nature héritée des romantiques. Dans son article, « From Humboldt to Darwin : Influence and Evolution », Frank Baron (2) souligne les similitudes entre les deux récits de voyage :

Humboldt’s Personal Narrative and Darwin’s Beagle diary have much in common (….). Describing the beauty of the landscape was an essential element in the narratives that resulted from the voyages of exploration, but their ultimate interest was scientific insight. Darwin learned from Humboldt how to express the excitement of observing new landscapes and to create bridges to the record of scientific knowledge.

15A l’image d’Humboldt, Darwin est particulièrement sensible à la beauté sublime des paysages tropicaux. L’arrivée sur les côtes du Brésil en février 1832 est pour lui la source d’une expérience inoubliable et efface immédiatement la tristesse et le désappointement des premières escales. Il découvre à Bahia les splendeurs de la forêt brésilienne et de son extraordinaire luxuriance ; il éprouve face à ce spectacle des sentiments particulièrement intenses :

  • 13 Le sentiment d’émerveillement que Darwin éprouve est bien plus qu’un penchant naturel à admirer les (...)

Here I first saw the glory of the tropical vegetation. Tamarinds, Bananas and Palms were flourishing at my feet. I expected a good deal for I had read Humboldt’s descriptions and I was afraid of disappointments. How utterly vain such fear is, none can tell but those who have experienced what I today have. (Darwin, Beagle Diary, 50)13

16Darwin est donc éperonné par ses lectures d’Humboldt qui conditionnent sa perception du Nouveau Monde ; il est empreint du style, des tournures de phrase et des idées véhiculées par Humboldt, le « dernier savant universel ». (Gayet , 2) Ce dernier est connu pour mêler dans ses écrits des considérations poétiques et scientifiques ; il fait tomber les cloisons entre les différents savoirs en attribuant à la poésie un rôle d’intuition et de prémonition par rapport aux découvertes scientifiques ; un thème classique chez les romantiques. Ainsi, l’observation des étoiles et des constellations au cours de son voyage en Amérique (Humboldt, Personal Narrative of Travels, 135) lui inspirent des pensées poétiques :

It was painful to me to renounce the hope of beholding the beautiful constellations near the South Pole. Impatient to rove in the equinoctial regions, I could not raise my eyes to the starry firmament without thinking of the Southern Cross, and recalling the sublime passage of Dante, which the most celebrated commentators have applied to that constellation (Humboldt, Personal Narrative, 135).

17Le mot “constellation” plonge Humboldt dans l’univers dantesque du Purgatoire, dans le premier chant de la seconde partie de la Divine Comédie, où les quatre étoiles de la Croix du Sud (« il crociero ») sont inaccessibles à la vue des mortels ; elles le furent seulement aux premiers habitants de la Terre, Adam et Eve, qui vivaient au Paradis Terrestre sous les Tropiques. L’hémisphère sud et la « Croix du Sud », la plus brillante constellation du firmament, évoquent également pour Darwin un univers poétique et abstrait, bien loin des réalités scientifiques ; elles sont une source de jouissance esthétique intense :

  • 14 Charles Darwin’s Beagle’s Diary, 1831-1836. Cambridge: Cambridge University Press, 2001, p. 75.

Already can I understand Humboldts enthusiasm about the tropical nights, the sky is so clear and lofty, and stars innumerable shine so bright, that like little moon they cast their glitter on the waves (…) it is however to me an inexpressible pleasure to behold those constellations, the first sight of which Humboldt describes with such enthusiasm. I experience a kindred feeling when I look at the Cross of the South, the phosphorescent clouds of Magellan and the great Southern Crown. (Beagle Diary 75).14

18En lisant Darwin, le lecteur retrouve ainsi Humboldt qui est cité à plusieurs reprises mais également en toile de fond Dante qui est le premier écrivain à avoir décrit la Croix du Sud dans la sphère céleste. Le Voyage du Beagle dans son ensemble semble fonctionner sur le mode « d’un dialogue d’écritures à l’intérieur d’une écriture » pour reprendre l’expression de Rolland Barthes dans le Grain de la voix. Darwin a un souci constant des recoupements et cela a pour effet de briser la linéarité du récit pour générer des synthèses transversales. Les récits de voyages d’Humboldt, de Cook, de Bougainville, de George Anson et de Cuvier se croisent et s’entrecroisent. Ainsi même lors de sa rencontre avec les peuples dits primitifs, Darwin semble rejouer un scénario déjà écrit. A Tahiti il fait l’éloge de la vie sauvage et partage l’engouement de ses prédécesseurs pour le décor de ces îles prestigieuses. Par son portrait d’une société tahitienne idyllique, guidée par la quête du plaisir, où l’homme est délivré de la tyrannie du travail, il s’engouffre dans l’espace mythique et fictif construit par ses prédécesseurs.

There were, moreover, several other wild fruits, and useful vegetables. The little stream, besides its cool water, produced eels and crayfish. I did indeed admire this scene, when I compared it with an uncultivated one in the temperate zones. I felt the force of the remark that man, at least savage man, with his reasoning powers only partly developed, is the child of the tropics. (Darwin, Voyage of the Beagle 390).

19A l’instar de Bougainville et de Cook qui l’ont devancé à Tahiti, Darwin dépeint un cadre tropical et luxuriant qui symbolise l’exotisme dans ce qu’il a de plus enchanteur. Face aux Tahitiens, « half-civilised natives » qui vivent paisiblement dans un décor paradisiaque, Darwin (196) oppose les sauvages de la Terre de feu : « It was without exception the most curious and interesting spectacle I ever beheld : I could not have believed how wide was the difference between savage and civilised man : it is greater than between a wild and domesticated animal ». Darwin cite à nouveau ses lectures de Bougainville et de Voyage autour du monde lorsqu’il décrit les mœurs des Fuégiens, avatars d’un monde en déréliction :

Simple circumstances—such as the beauty of scarlet cloth or blue beads, the absence of women, our care in washing ourselves,—excited their admiration far more than any grand or complicated object, such as our ship. Bougainville has well remarked concerning these people, that they treat the "chefs d’oeuvre de l’industrie humaine, comme ils traitent les loix de la nature et ses phénomènes (217)."

20La citation de Bougainville, la présence effective d’un autre texte dans le texte, l’intertextualité dans son sens propre selon Genette dans Palimpsestes, mettent en lumière le fait que Darwin a été façonné par ses lectures. D’autres œuvres littéraires trouvent une résonnance dans le Voyage du Beagle ; certaines sont purement fictives comme Robinson Crusoé, le célèbre roman de Daniel Defoe ou bien Mazeppa, le poème narratif de John Byron. Au chapitre V du Voyage du Beagle, Darwin relate le récit d’un indien fuyant son oppresseur nu sur son cheval en Argentine ; une histoire qui lui rappelle le jeune page Mazeppa, pris en flagrant délit par le mari de sa maîtresse et attaché tout nu à un cheval sauvage par ce dernier :

The horse had neither saddle nor bridle. To avoid the shots, the Indian rode in the peculiar method of his nation; namely, with an arm round the horse’s neck, and one leg only on its back. Thus hanging on one side, he was seen patting the horse’s head, and talking to him. The pursuers urged every effort in the chase; the Commandant three times changed his horse, but all in vain. The old Indian father and his son escaped, and were free. What a fine picture one can form in one’s mind,—the naked, bronze-like figure of the old man with his little boy, riding like a Mazeppa on the white horse thus leaving far behind him the host of his pursuers (101)!

  • 15 Titre de l’ouvrage que Sollers a consacré à Dante.

21L’indien ainsi décrit par Darwin devient une figure quasi mythique et irréelle, un personnage de papier. L’intertextualité introduit la possibilité d’un glissement fictionnel ; le compte rendu formel des évènements et des découvertes laisse alors ponctuellement la place au récit d’aventures. Le voyage que Darwin entreprend est bien en ce sens une « traversée de l’écriture »15.

22Le Voyage du Beagle est un ouvrage palimpsestique conçu comme une chambre d’échos plutôt que comme une structure close ; il laisse apparaitre en toile de fond d’autres récits de voyage et œuvres littéraires ; autant de jeux intertextuels qui en font une œuvre aux multiples facettes, bien plus complexe et riche qu’un simple compte rendu de voyage. Le carnet de bord a été le fruit de maintes réécritures : le temps de l’observation a correspondu au premier jet, à l’enregistrement de données hétéroclites glanées ici et là pendant les cinq années d’expédition, à la mise sur le papier des premières émotions, des débuts de raisonnement scientifique. Il existe aux yeux de l’auteur un lien pour ainsi dire congénital ente le voyage et l’écriture. Il semble impensable pour Darwin de parcourir le grand livre du monde sans rendre le parcours par écrit. Il prend des notes de façon systématique et appliquée témoignant de la même rigueur lorsqu’il endosse les habits de naturaliste et d’écrivain ; comme si les deux disciplines, les sciences et la littérature, relevaient finalement d’une exigence commune de précision et d’exactitude. Lorsque Darwin retourne en Angleterre, s’ouvre à lui le temps de la réflexion : il s’agit désormais de reconstituer le film des évènements, de transformer une matière brute en une forme davantage construite. Il y a eu plusieurs variantes du même texte puisque Darwin a effectué un travail de réagencement à deux reprises : une première fois entre 1836 et 1839, date de la première publication du Voyage du Beagle. Darwin a réécrit en partie son texte pour la seconde édition de 1845, qui est celle la plus largement publiée aujourd’hui, où les références à la sélection naturelle sont les plus explicites. Cette dernière version est certainement plus stylisée et complexe du fait de son caractère second, étant donné qu’elle est la mise en forme d’un récit qui a déjà été considérablement retouché par rapport à l’original, au carnet de bord. Ainsi l’intertextualité et la réécriture, deux notions voisines que Gérard Genette a subsumées dans la catégorie « transtextuelles », semblent s’inscrire dans la même démarche dans le Voyage du Beagle, elles transforment le voyage de Darwin dans l’espace géographique en une aventure dans l’espace littéraire. Comme dirait Jean Ricardou « Le récit n’est plus l’écriture d’une aventure, mais l’aventure d’une écriture » (Ricardou, 251).

Haut de page

Bibliographie

Barlow, Nora. Diary of the Voyage of the H. M. S. Beagle. Edited from the MS. Cambridge:

Baron, Franck. « From Humboldt to Darwin: Influence and Evolution ». Internet Zeitschrift für Kulturwissensdhaften, 17. Nr. February 2010. http://www.inst.at/trans/17Nr/7-8/7-8_baron17.htm. Publisher’s official version: http://www.inst.at/trans/17Nr/7-8/7-8_baron17.htm, Open Access version: http://kuscholarworks.ku.edu/dspace/. 1

Beer, Gillian. Darwin’s Plots: Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction. Cambridge: Cambridge University Press, 1983. Print.
Cambridge University Press, 1933. Print.

Dante, Alighieri. ‎La Divine comédie. Diane de Selliers éditions, 1996. Print.

Darwin, Charles. The Autobiography of Charles Darwin. Londres: Collins, 1958.

Darwin, Charles. Chares Darwin’s Beagle Diary, 1831-1836. Cambridge: Cambridge University Press, 2001.

Darwin, Charles. The Beagle Letters. Cambridge: Cambridge University Press, 2008. Print.
University Press, 2001. Print.

Darwin, Charles. Voyage d’un naturaliste autour du monde. Paris : Editions de la Découverte, 2003. Print.

Darwin, Charles. The Voyage of the Beagle (1845). Wordsworth Classics of World Literature: London, 1997.

Duncan Ian, Darwin’s Voyage: Circumnavigation, World History, and the Sublime. Edinburgh: Institute for Advanced Studies in the Humanities, The University of Edinburgh, 2009, synopsis.

Gayet Mireille. Alexandre de Humboldt : le dernier savant universel. Paris: Vuibert, 2006. Print.

Levine, George. Darwin the Writer. New York: Oxford University Press, 2011. Print.

Murray, John. The Voyage of the Beagle. Londres: 1845. Print.

Reinwald, C. La Vie et la correspondance de Charles Darwin. Paris : Paris et Cie, 1888. Print.

Tort, Patrick. Œuvres complètes de Charles Darwin. Genève (Suisse): Slatkine, 2007. Print.

Hulme, Peter et Tim Youngs, The Cambridge Companion to Travel Writing. Eds. The Cambridge Companion to Travel Writing. Cambridge: Cambridge University Press, 2002. Print.

Humboldt, Alexander. Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions of America, Volume I: During the Years 1799-1804. London : George Bell and Sons, 1907. Print.

Humboldt. Voyages dans l’Amérique Equinoxiale, I. Itinéraire. Paris : Editions Maspero, 1980. Print.

Ricardou Jean, Pour une théorie du Nouveau roman. Paris: Seuil, collection “Tel Quel”, 1971. Print.

Richter, Virginia. “Charles Darwin in Patagonia”, dans British Narratives of Exploration: Case Studies on the Self and Other. London: Pickering and Chatto Publishers, 2009 . Print.

Sprat, Thomas. The History of the Royal Society. Ed. Jackson I. Cope and Harold Whimore Jones. St Louis : Washington University, 1958. Print.

Viviès, Jean. Le Récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1999. Print.

Haut de page

Notes

1 Thomas Sprat, History of the Royal Society by Thomas Sprat (1667). Jackson I. Cope and Harold Whitmore Jones eds., St Louis: Washington University Press, London: Routledge and Kegan Paul, (1959) 1966.

2 The Captain has proposed to me, to join him in publishing the account (…). I shall be anxious to hear your opinions, for it is a dangerous task, in these days, to publish accounts of parts of the world which have been so frequently visited”. Lettre du 29 avril 1836, The Beagle Letters 387.

3 Le Capitaine Fitzroy a payé pour l’éducation de ces quatre jeunes personnes ; il croyait fermement qu’il pourrait créer une petite communauté chrétienne en Terre de Feu.

4 « The captain is busy all day in writing but instead of geology, it is the account of the voyage ». The Beagle Letters 387.

5 The Voyage of the Beagle (1845), Wordsworth Classics of World Literature: London, 1997, (preface).

6 L’auteur ne fait aucune référence dans la version publiée aux maladies dont il est atteint à plusieurs reprises au cours de l’expédition. Il passe le mois de mars 1832 à San Salvador où son genou le fait affreusement souffrir comme il le souligne dans son journal de bord : «Since the 6th I have been for the greater part of the time in my hammock ; my knee continued to swell and was exceedingly painful ».  Il ne fait pourtant aucune référence à sa maladie dans la version publiée.

7 The Beagle Letters. Cambridge: Cambridge University Press, 2008, p. 387.

Darwin à l’inverse du capitaine Fitroy place la géologie et plus généralement les domains savants au cœur de son projet narratif: “The Captain (…) is busy all day in writing, but instead of geology, it is the account of the Voyage.”

8 Jean Viviès, Le Récit de voyage en Angleterre au XVIIIe siècle, p. 39.

9 Virginia Richter, Charles Darwin in Patagonia, British Narratives of Exploration: Case Studies on the Self and Other, 2009.

10 Virginia Richter, Charles Darwin in Patagonia, British Narratives of Exploration: Case Studies on the Self and Other, 2009.

11 Il y a de nombreux mots et passages littéralement griffonnés et corrigés dans le journal de bord.

12 Voir Autobiographie: “During my last year at Cambridge, I read with care and profound interest Humboldt’s Personal Narrative. This work and Sir J. Herschel’s Introduction to the study of Natural Philosophy stirred up in me a burning zeal to add even the most humble contribution to the noble structure of Natural Science. No one or a dozen other books influenced me nearly as much as these two”,pp. 67-68.

13 Le sentiment d’émerveillement que Darwin éprouve est bien plus qu’un penchant naturel à admirer les formes accomplies d’une flore tropicale. Il conduit là où prend source la quintessence des émotions, dans le monde perdu de l’enfance et dans le rêve. Darwin se laisse submerger par l’émotion à chaque fois qu’il arpente le sol des forêts vierges : « I believe from what I have seen Humboldt’s glorious descriptions are and will forever be unparalleled: but even he with his dark blue skies and the rare union of poetry with science which he so strongly displays when writing on tropical scenery, with all this falls short of the truth. The delights one experiences in such times bewilders the mind” (69).

14 Charles Darwin’s Beagle’s Diary, 1831-1836. Cambridge: Cambridge University Press, 2001, p. 75.

15 Titre de l’ouvrage que Sollers a consacré à Dante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laurence BARKATE, « Darwin : The Voyage of the Beagle : un ouvrage palimpsestique », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://erea.revues.org/3821 ; DOI : 10.4000/erea.3821

Haut de page

Auteur

Anne-Laurence BARKATE

Aix Marseille Université, LERMA (EA 853)
anne-laurence.barkate@univ-amu.fr

Anne-Laurence Barkate est doctorante à l’Université d’Aix-Marseille. Son travail de recherche porte sur le récit de voyage scientifique de Cook à Darwin et plus généralement sur les intrications entre sciences et littérature. Elle enseigne l’anglais depuis 2007 à l’Université d’Aix-Marseille.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org