Navigation – Plan du site
2. « L’écriture qui voyage »

Le Journal et les aquarelles de Robert Hood : une œuvre du paradoxe

Françoise BESSON

Résumés

Lors de la première expédition Franklin, Robert Hood, qui mourut brutalement avant la fin de celle-ci, écrivit un journal de bord accompagné de nombreux dessins et peintures, dans lequel il raconte l’expédition. Dans ce journal de bord, au lieu du discours officiel colonisateur habituel, on trouve un texte riche, empreint de curiosité et de respect pour l’Autre, celui qui est différent, l’autre humain mais aussi l’autre non humain, l’animal. Journal de bord destiné à une Angleterre qui honorait les explorations et la recherche de terres nouvelles, le texte et les gravures de Hood deviennent rapidement une représentation personnelle presque philosophique, de l’altérité. Né dans l’esprit de la colonisation, ce journal, dans son inachèvement même, souligne le paradoxe de ce qui se lit dans les blancs du récit.

Haut de page

Texte intégral

Les aquarelles reproduites ici se trouvent sur le site de Bibliothèque et Archives Canada, que je remercie.

  • 1 Et donc nous ne l’analyserons pas ici, mais nous nous y référerons ponctuellement pour éclairer par (...)
  • 2 Hood est peu cité dans les travaux universitaires sur Franklin mais en revanche, dans la fiction, R (...)

1Le journal de Robert Hood, illustré de nombreuses aquarelles, est un document important dans la compréhension des explorations de l'Arctique au dix-neuvième siècle. Les trois expéditions Franklin (1819-1822, 1825-1827, 1845-1848) ont été souvent étudiées mais si le journal publié par Franklin en 1823 a été largement analysé1 ceux de ses compagnons, et notamment celui de Robert Hood, l’ont été beaucoup moins. Et pourtant Hood est à l’origine d’importantes découvertes scientifiques et est également un novateur dans l'art naturaliste.2

2En outre, alors que le journal de Franklin a été publié seulement un an après le retour des explorateurs, celui de Hood ne l’a été dans son intégralité qu’un siècle et demi plus tard, lorsque Stuart Houston décida de transcrire et de publier le manuscrit qui se trouve au Glenbow Museum. Avant cela, le journal de Hood avait été partiellement publié par Franklin lui-même, qui l’avait rapporté en Angleterre après la mort de Hood. Franklin le cita largement dans sa propre relation Narrative of a journey to the shores of the polar sea, in the years 1819, 20, 21, and 22. Le manuscrit, passé de mains en mains dans la famille de Hood, se trouve aujourd’hui au Glenbow Museum et le texte de Stuart Houston, publié en 1974, constitue la transcription fidèle de l’original dans laquelle seules les fautes d'orthographe et la ponctuation ont été corrigées. La transcription exacte, avec l’orthographe et la ponctuation initiales de Hood, a été faite préalablement et déposée dans plusieurs musées.

3Le journal de Robert Hood, publié par Houston sous le titre To the Arctic by Canoe 1819-1821, the Journal and Paintings of Robert Hood, Midshipman with Franklin, est un compte rendu précis et complet du voyage, destiné à un public anglais amateur d’explorations. Il est inachevé parce que Hood a été tué dans les glaces arctiques par un de ses compagnons d'expédition, un des Indiens du groupe. Si l’on s’interroge sur les conditions de la production de ce récit, on peut noter qu’elles sont de quatre ordres : la première, d’ordre collectif et politique, née du rapport de l’Angleterre à l’exploration, conditionne toute la partie scientifique, l’observation, les notations faites au jour le jour par Hood. La deuxième, d’ordre personnel, liée à la dégradation de la santé de Hood, explique pourquoi le passage de la prise de notes à la rédaction du journal s’est fait dans l’urgence, Hood terminant son récit en précisant lui-même qu’il l’a rédigé en quinze jours. La troisième est d’ordre religieux. Hood est fils de pasteur et il a d’abord une vision imprégnée de son éducation chrétienne. Il s’y ajoute une quatrième condition, liée à la rencontre du scientifique et de l’artiste, du regard objectif et du regard subjectif, qui va habiller les notations dures d’un style littéraire très visuel, où se lisent non seulement la curiosité devant l’inconnu mais aussi le désir de comprendre l’Autre, l’empathie avec celui qui ne vous ressemble pas et vous ressemble tout à la fois. Ce sont ces quatre conditions qui déterminent la teneur du récit de Hood.

4Produit des exigences de l’amirauté et en même temps de l’expression de la sensibilité d’un artiste, le journal présente un double aspect. L’exigence collective et politique s’oppose aux conditions de vie personnelles. La santé fragile de Hood le pousse à accélérer l’écriture du journal ; à travers le double style scientifique et littéraire, le jeune enseigne transmet des informations, comme l'exige sa mission mais cette objectivité scientifique ne gommera pas entièrement sa vision personnelle.

  • 3 Mary Shelley dans Frankenstein ou Coleridge dans The Rime of the Ancient Mariner. Plus tard ce sero (...)

5Se pose alors le problème du genre. En quoi ce texte est-il un journal de bord et en quoi est-il un récit de voyage littéraire ? Cette première expédition est organisée par une Angleterre avide d’explorations mais aussi de terres, non seulement à explorer mais encore à coloniser. L’espace maritime est l’instrument majeur de l’exploration et dans son journal, Hood évoque les problèmes liés à la traversée de l’océan d’abord et ensuite à la descente des fleuves canadiens. Son journal est donc le compte rendu précis d’éléments à valeur scientifique. Mais Hood est aussi un artiste et au texte du journal, s’ajoutent des aquarelles qui vont mêler le regard de l’artiste à celui du scientifique chargé de documenter par l’image les nouvelles découvertes. Malgré les conditions extrêmes, Hood transforme les notations du journal de bord en récit, l'exigence politique et la tâche confiée prenant le pas sur l’épuisement physique. Le journal de Hood s’inscrit donc dans une tendance représentée tant par les journaux d’exploration que par la fiction et la poésie3. La littérature de voyage mêle toujours la précision de la description et la subjectivité du regard personnel. Roy Bridges souligne cette complexité liée au genre :

Travel writing […] had a complex relationship with the situations in which it arose. […] Travel writing may embrace approaches ranging from an exposition of the results of scientific exploration claiming (but rarely managing) to be objective and value-free to the frankly subjective description of the impact of the area and its people on the writer’s own sensibilities. (Hulme et Youngs 53)

1. Représentations : l’expédition, le journal et l’image

1.1 Peuples et Paysages

  • 4 Participèrent à cette expédition, outre les officiers et marins anglais, deux interprètes des Indie (...)

6L’expédition part d’Angleterre en 1819. Le but en est donc d’explorer la côte nord du Canada et de la cartographier. C’est par la Coppermine River que les explorateurs doivent y arriver. Envoyés par le roi d’Angleterre, les navigateurs partent avec trois navires. Parmi les hommes choisis, plusieurs le sont pour leurs qualités de marins ou, pour le cas de Richardson, Back et Hood, leurs connaissances scientifiques et leur talent de peintres et de dessinateurs. Au Canada, Franklin ne trouve pas autant d’hommes qu’il l’avait espéré. C’est un métis, François Beaulieu, qui les guide. Ils seront aussi accompagnés de plusieurs interprètes autochtones parmi les Indiens Yellowknife, dont Akaitcho4.

7Robert Hood est un jeune enseigne de vaisseau (qui sera promu lieutenant au début de 1821) âgé de vingt-deux ans au moment du départ. Le rôle de Hood qui, s’il mourut prématurément en 1821, accomplit une œuvre importante, est souligné par tous les biographes et critiques :

Hood made a major contribution to the expedition’s incredibly accurate mapping of over 600 miles of coastline, which, in the words of L.H. Neatby, “put a roof on the map of Canada.” Hood was the first to prove the action of the aurora borealis on the compass needle and to show that the aurora was an electrical phenomenon. He also made contributions to our knowledge of terrestrial magnetism, climatology, anthropology, and natural history. (Clarke Davis 149)

8Franklin (Franklin 1969, xii) évoque la mission de Hood et de Back dans son propre journal : « Mr. Back and Mr. Hood were to assist me in all the observations above-mentioned, and to make drawings of the land, of the natives, and of the various objects of natural history; and, particularly, of such as Dr. Richardson, who, to his professional duties, was to add that of naturalist, might consider to be most curious and interesting. »

9Alors que le journal de bord classique consiste à prendre des notes, souvent en style télégraphique, indiquant les dates, les lieux, la progression du navire, le temps qu’il fait, les faits et seulement les faits, Hood donne à son récit une dimension supplémentaire. Sa curiosité, son intérêt pour l’inconnu, sa sensibilité artistique transforment le journal de bord en un récit de voyage personnel. Robert Hood y ajoute un regard humaniste et une modernité qui dépasse l’esprit colonial tout en s’y inscrivant paradoxalement. Il se contente au début de montrer les difficultés matérielles de l’organisation de la traversée : difficultés climatiques d’abord, mais aussi difficultés dues au manque d’hommes. Houston évoque la différence d’approche entre Franklin et Hood : « While Franklin merely speaks of ‘discharging those men who were less willing to undertake the journey, Hood more specifically states that the three Englishmen were ‘deterred by the dread of famine and fatigue, which they thought we were doomed to encounter.’ » (Houston xxix) Hood a une vision humaniste avant d’avoir une vision colonisatrice et il comprend la peur de ceux qui doivent affronter ce pays au climat hostile. Si Franklin a une attitude souvent rigide ou intransigeante, Hood semble comprendre ces hommes qui désirent seulement vivre.

10Le voyage canadien, sur le fleuve et par voie de terre, sera difficile comme le montrent la noyade de Louis Saint-Jean et la vaine tentative de Hood pour le sauver des rapides. Hood évoque la violence de ces éléments : « violent agitation of the river », « a Storm of wind, rain and thunder ». Il décrit ainsi la Slave River :

It is twice as broad as the Athapescow, but more shallow and exceedingly rapid. Its banks are low and woody ; our speed was too great to ascertain the nature of the soil, or any other particular, the current rushing in a thousand eddies among the islands, and whirling the canoes in various directions, at one moment retrograding them, and the next precipitating them with sidelong sweep far clear of dangers which appeared inevitable. (Hood 127)

11A la description de la rivière s’ajoute le mouvement, rendu par le style très visuel qui présente tous les dangers que les frêles canoës ont à affronter. Car aux grands navires anglais, symboles de la puissance maritime du pays qui a envoyé les explorateurs, succèdent les canoës indiens qui leur permettent de descendre le fleuve. Le face à face entre embarcations se lit dans la plupart des aquarelles marines de Hood : ainsi, dans celle qui s’intitule The Hudson's Bay Company Ships Prince of Wales and Eddystone Bartering with the Eskimos off the Upper Savage Islands, Hudson Strait, on voit au premier plan les canoës indiens minuscules tandis que les grands trois-mâts anglais se dressent vers le ciel. Hood représente un monde que les Anglais ont envie de connaître, un monde autre, avec les Indiens sur leurs canoës face aux explorateurs sur leurs grands voiliers parlant de la grandeur de l’Angleterre. Et pourtant, en peignant cette réalité, il montre une autre vision des choses : l’Autre tel qu’il le représente dans certains de ces canoës, ne peut pas être distingué de l’explorateur. On voit seulement des hommes sur des canoës. Blancs ou Indiens, peu importe. Et dans la scène de rencontre sur l’eau, si dans les dimensions, dans les positions (horizontalité des canoës et verticalité des trois-mâts), on pourrait lire une affirmation de la supériorité britannique qui encadre les frêles embarcations autochtones de sa présence protectrice, quand on y regarde de plus près, on peut voir une parfaite égalité de position : en effet, si les navires anglais encadrent le canoë du premier plan, les canoës autochtones pris ensemble, encadrent chacun des navires anglais (Lanone 2007). Et celui qui est au centre de l’image, c’est l’Indien et son canoë. C’est lui aussi qui est représenté en mouvement tandis que les navires britanniques sont statiques. Hood, en peignant un instant d’échange économique, montre aussi celui qui est au premier plan dans ces eaux que lui et ses compagnons viennent explorer. Hood voit et représente clairement deux modes de vie qui se font face et laisse au peuple qui habite ces régions le premier plan de son espace peint.

  • 5 Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1271. Collection de Canadiana W.H. Coverdale. Dr (...)

The Hudson's Bay Company Ships Prince of Wales and Eddystone Bartering with the Eskimos off the Upper Savage Islands, Hudson Strait5

The Hudson's Bay Company Ships Prince of Wales and Eddystone Bartering with the Eskimos off the Upper Savage Islands, Hudson Strait5

12De la même façon, dans d’autre gravures et aquarelles, les paysages de Hood sont toujours habités, vivants de la présence de cet Autre qui y apparaît toujours au premier plan. Dans son aquarelle A Canoe of the Northern Land Expedition Chasing Reindeer in Little Marten Lake, la nature — le lac, les promontoires rocheux, les nuages — occupe la majeure partie de l’image et pourtant c’est le mouvement des êtres vivants au premier plan qui attire le regard : les élans à gauche, leurs bois dressés qui barrent l’eau du lac et, symétriquement, le canoë occupé par six hommes et au milieu, au tout premier plan, à peine visibles et pourtant essentiels, deux Indiens se cachent, derrière un buisson qui les sépare de deux élans qui nagent dans le lac, rabattus par le canoë et qui se dirigent vers la harde. Une scène de chasse où chacun a sa place, son rôle, un monde autre et si semblable à toute scène de chasse pour la survie.

  • 6 Library and Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1275 W.H. Coverdale Collection of Canadiana. Droits (...)

A Canoe of the Northern Land Expedition Chasing Reindeer in Little Marten Lake6 

A Canoe of the Northern Land Expedition Chasing Reindeer in Little Marten Lake6 

13L’Autre est là, au premier plan, l’Autre humain et l’Autre animal. Mais si l’on observe le canoë, rien ne permet de distinguer qui sont les hommes : Indiens ou explorateurs, le dessin efface les différences et devient alors une représentation de l’altérité. De même dans Expedition Crossing Lake Prosperous 3 August 1820 (ou The Franklin Expedition Crossing Lake Prosperous, Northwest Territories, Attended by a Tribe of Copper-mine Indians), si le promontoire rocheux surmonté de quelques arbres se dresse avec majesté au cœur de l’image, là encore, ce sont les hommes qui sont au premier plan dans les canoës qui occupent toute la largeur de l’image et où, là encore, on ne peut distinguer les Indiens des Anglais et des trappeurs canadiens. La dimension artistique subjective, en se superposant à la représentation réaliste exigée officiellement, propose une réflexion philosophique sur l’altérité. Si une part de cette esthétique est liée aux choix idéologiques des explorateurs et de l'Empire britannique (Grace 36), avec Hood, le regard colonisateur s’estompe pour laisser la place au regard humaniste.

  • 7 Library and Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1273 W.H. Coverdale Collection of Canadiana. Droits (...)

The Franklin Expedition Crossing Lake Prosperous, Northwest Territories, Attended by a Tribe of Copper-mine7

The Franklin Expedition Crossing Lake Prosperous, Northwest Territories, Attended by a Tribe of Copper-mine7
  • 8 Hood va donner par exemple des informations d’ordre médical, évoquant certaines pathologies : « The (...)

14Robert Hood fait ainsi aussi œuvre d’ethnologue. Toute une partie de son journal est consacrée aux « Cree et autres Indiens » (« Some account of the Cree and other Indians », 70). De nombreux points de leur vie sont abordés : la médecine,8 l’artisanat, la chasse et les armes, la fabrication des pièges, la pêche et la fabrication des filets, le costume, l’accouchement, la mort des proches, la religion et les cérémonies. Outre un désir d’exhaustivité quant à la représentation du peuple décrit, Hood n’a pas sur les hommes et femmes rencontrés le regard extérieur du colon dominateur ; il entre dans leur monde, comme il entre dans une tente cree pour peindre une scène de vie quotidienne rarement représentée par des artistes blancs.

  • 9 Library and Archives Canada, Acc. No. R13133-100. Copy negative number: C-038951 Copy II-3c. Droits (...)

Interior of a Cree Indian tent March 25, 18209

Interior of a Cree Indian tent March 25, 18209
  • 10 Voir Lanone 2007 132.

15Dans cette aquarelle, intitulée Interior of a Cree tent, March 25, 1820, le peintre est clairement installé à l’intérieur du tipi, à peine excentré par rapport au cercle des sept Indiens adultes et d’un bébé. L’image représente une scène de vie simple. Le spectateur se trouve sous la tente avec les Indiens, ce qui transforme totalement le point de vue classique qui donne de l’Indien une représentation extérieure et statique. Du tipi, on ne voit que la partie inférieure, avec sa charpente, le trou dans la toile faisant office de cheminée. Une barre de bois transversale permet d’y suspendre un chaudron au-dessus du feu tandis que des morceaux de viande sèchent sur la même barre. Dans cette scène paisible, où une famille indienne est réunie autour du feu, chaque geste raconte un peu de la vie de ce peuple cree. L’un des hommes (reconnaissable à son pantalon car hommes et femmes ont la même coiffure courte) fume le calumet ; deux autres, portant la main à la bouche, mangent, tandis qu’une femme porte son bébé dans le berceau amérindien typique. Lieu de vie, costumes, bijoux et objets, et surtout gestes, attitudes et expressions, représentent la vie indienne de l’intérieur. Ce n’est pas l’image exotique que Hood présente aux Britanniques ici. Dans les différences mêmes, chacun peut lire un peu de lui-même et reconnaître dans cette scène de famille, le reflet de son propre cercle familial.10 Et dans la similitude, il y a, non pas une volonté d’assimilation à la culture blanche, mais la traduction d’un sentiment d’affection pour celui qui est différent et vous ressemble tout à la fois. Et dans la peinture des gestes naturels des hommes et des femmes de cette scène prise sur le vif, se lit une confiance réciproque.

16L’artiste accorde aussi une attention toute particulière à l’art et à l’artisanat du peuple rencontré. De manière générale, Hood décrit avec précision le costume des hommes et des femmes, les peintures corporelles (72). La valeur ethnologique de ces descriptions est indéniable, et Hood montre qu’il a compris l’importance du costume, où le monde animal tient une grande place, avec les peaux d’élan, apprêtées par les jeunes filles (« The most valuable skin which the country produces is the moose deer » (74)), ou les mocassins dont il évoque la fabrication :

They embellish their muskasins with representations of birds, animals and flowers, worked with porcupine’s quills; The quills are split, and coloured with dyed extracted from cloth. The process of embroidering ammunition pouches displays much ingenuity. They make a kind of tambour frame, with sinews stretched in parallel lines by a bow. Across these they interweave beads and quills into gay and sometimes elegant patterns. (Hood 75)

17Il prête une grande attention aux motifs floraux et animaliers et le scientifique fait œuvre d’ethnologue en évoquant avec précision l’art des Cree, les matériaux utilisés et les procédés. Il a bien compris l’importance des animaux dans la vie quotidienne des Cree, à la fois source de nourriture bien sûr et d’habillement : la peau d’élan pour les vêtements, la martre ou la loutre pour la coiffure ornée également de plumes d’aigles « que les Indiens tenaient en haute estime », précise-t-il (72) ; les piquants de porc-épic ornant les mocassins. Dans la description factuelle, Hood suggère la relation vitale de l’homme à l’animal, l’homme qui s’habille de peaux comme aux temps immémoriaux des débuts de l’humanité. Hood semble comprendre ce rapport, même s’il ne le dit pas clairement ; loin d’y voir la sauvagerie que d’autres Européens y ont vue, il y voit à la fois un réel talent artistique et un monde partagé entre l’homme et les autres êtres vivants. Si certaines méthodes leur manquent, il ne l’envisage pas comme quelque chose de négatif chez eux ; après avoir évoqué toutes les étapes de la préparation de la peau, il ajoute : « No skin is more durable or agreeable to the touch, and a knowledge of the means of tanning it would be inestimable to the Indians » (75). Il voit de quelle manière les connaissances des uns et des autres pourraient s’additionner.

18Il y a là certes une partie de la vision colonisatrice qui voit dans les ressources trouvées chez l’Autre, un élément utilitaire : « There were many pressures tending to make travel writing not only more precise and scientific but also more obviously utilitarian, more explicitly concerned with issues of trade, diplomacy and prestige. Britain emerged as a truly global power after the Napoleonic wars.” (Bridges 53) De même, Mary Louise Pratt considère l’exploration scientifique comme faisant partie d’un processus de « surveillance territoriale, d’appropriation des ressources et de contrôle administrative” (Pratt 38). Mais dans le texte de Hood, la double vision tourne son observation vers l’avenir, mais l’avenir des Indiens et non des Européens (« would be inestimable to the Indians »). (75)

19Ces contacts avec le monde indien apparaissent partout dans le journal de Hood. Néanmoins, il ne parle pas de chamanisme, ou en tout cas, il ne prononce pas le mot ; bien sûr, lui, le fils de pasteur, qui mourut en tenant une Bible à la main, est imprégné de sa culture chrétienne et c’est là un autre élément qui va influer sur l’écriture du journal. Lorsque Hood parle de la religion cree, c’est le fils du pasteur d’abord qui s’exprime. La spiritualité cree le déstabilise, mais il y a encore un paradoxe. Alors qu’il débute sa description de la religion en utilisant le mot « absurdities », toute sa description contredit le mot : « The Cree religion is a tissue of absurdities, interwoven with some articles of the Christian faith, imbibed during their long intercourse with the Europeans. » (78) Le premier paradoxe vient du mot qui accompagne ce « tissu d’absurdités ». Contrairement à de nombreux autres auteurs, il n’utilise pas le mot « croyance » ou le mot « superstition » (mot généralement utilisé par les chrétiens à l’époque pour évoquer les religions et spiritualités des autres et qu’il va utiliser un peu plus loin cependant), il utilise le mot « religion » qui va revenir plusieurs fois dans les pages consacrées à ce thème. Tout en utilisant « absurdities », il place lexicalement la spiritualité cree sur le même plan que la religion chrétienne à laquelle elle se mêle. Non seulement il ne regarde pas les pratiques religieuses cree de l’œil condescendant du colon, mais il les décrit en revenant d’une certaine façon à l’étymologie du mot « religion », « qui lie » : « That they believed themselves to be created by, and subservient to, a Superior being is the more important fact we have ascertained, because, unless derived from tradition, it is a distinguished proof of the reasoning faculty extended to all mankind » (78). Au lieu de dénigrer la différence, ce qui était souvent de règle chez les Européens, il semble chercher constamment à rapprocher les deux cultures dans leurs différences. Il semble même anticiper les accusations d’infériorité que ses compatriotes pourraient déduire de ces différences en matière de religion : « They improve in arts, make discoveries in science, and become formidable in arms, their religion alone remains unchanged. And this does not demonstrate their inferiority as a people, but the necessity of revealed religion » (78).

20Il y a toujours une double attitude chez Hood. Houston dans une note, voit dans les propos de Hood « une attitude condescendante qu’il partageait avec la plupart des Chrétiens de cette époque » (78) ; c’est sans doute en partie vrai ; mais le texte ne semble pas si manichéen. Certes il termine sur la note de la nécessité d’une « religion révélée ». Mais toute la phrase va dans le sens non seulement d’une acceptation de l’autre, mais d’une admiration réelle. Peu d’Européens de l’époque mentionnaient des « découvertes scientifiques » chez les Indiens. Et ceci est bien différent de ce qu’écrivait par exemple son compagnon de voyage Richardson dans le journal de Franklin à propos des Cree : « They are capable of being, and I believe willing to be, taught ». Là où l’un voit juste, chez eux, de façon paternaliste et avec le sentiment de sa propre supériorité, une capacité à apprendre — des colons évidemment — Hood, lui, voit chez eux des capacités multiples et très importantes et différentes de celles des Blancs. Richardson se verrait bien inculquer aux Indiens sa culture. Hood voit un échange qui l’enrichit, lui. Il va aussi développer le passage sur les traditions religieuses des Cree, le culte d’un Manitou ou grand esprit (« Manito, or great spirit » 78), la croyance en des esprits mauvais aux formes animales, l’idée d’un état futur, sorte de paradis où seront transportés dans un bonheur parfait tant les hommes que les animaux ; il évoque aussi les idoles de bois sculpté, les sacrifices de chiens, les « temples » qui sont des « cabanes de branchages » («Their temples are rude huts, made of branches » 79), les prières et cérémonies ; il décrit une cérémonie : « the ceremony of opening the medicine bag and smoking the medicine pipe » (79), évoquant la description qu’en a faite MacKenzie. Il parle des « interprétation prophétiques des rêves » par les prêtres (« Their priests are conjurors, who obtain credit in the usual manner, by prophetic interpretations of dreams » 79). Là encore, il y a dans le récit une sorte de va-et-vient entre la description factuelle des cérémonies, des instruments utilisés pour la musique rituelle, l’intérêt évident que le jeune homme éprouve à connaître cette culture, et la vision coloniale qui apparaît pour aussitôt être effacée. Ainsi, il nomme les prêtres de façon répétée des « conjurors » ; ils sont bien sûr ceux qui évoquent des visions mais aussi, à travers leur dextérité, il y voit des prestidigitateurs : il met ostensiblement en doute certaines pratiques : « they pretend », « acts in which preternatural agency is supposed to be required » ; mais un peu plus loin, il montre que les « conjurors » sont eux-mêmes persuadés de l’intervention du Grand Esprit en leur faveur. Il efface donc ainsi les mots suggérant la tromperie et même, il va jusqu’à citer un de ses compatriotes qui a voulu détromper par deux fois les Indiens et « tourner ces folies en dérision » (« exposing those follies to derision » 80) et n’y est pas parvenu.

21Il y a chez Hood une lutte interne entre ce que sa culture lui dit et ce que son cœur ressent. Il n’est qu’à observer ses portraits pour en être persuadé. Dans la peinture représentant le chef Keskarah et sa fille, on voit une scène de vie fixée avec beaucoup d’amour. Keskarah, debout dans son grand manteau, de profil, parle à la jeune fille assise de face et qui est en train de réparer une raquette. Outre les éléments ethnographiques — le costume, les cheveux courts de la jeune fille, la réparation des raquettes — on a l’impression d’entendre la voix de Keskarah et on sent l’écoute attentive de Greenstockings. Dans l’écoute de la jeune fille, se lit aussi l’écoute du peintre.

22Ce face à face des cultures apparaît également dans la représentation de la toponymie, et notamment celle des fleuves et des rivières. Aujourd’hui, une rivière porte le nom de Hood, la Hood River. Nommer les lieux naturels avec des noms d’explorateurs européens (ou de ceux qui ont commandité leurs expéditions) est une manière d’inscrire l’appropriation des terres sur les cartes. Dans son journal, Hood évoque nombre de noms de lieux et notamment de lacs et de rivières, par exemple Woody Lake :

The Woody Lake is 13 miles in length, and a Small glassy channel at its northwestern extremity, leads to the Frog Portage, the source of the waters descending by Beaver Lake to the Saskashawan. The distance to the Missinnippi or Churchill River is only 380 yards, and as its course crosses the height nearly at right angles to the direction of the Grande Riviere, it wold be superflueous to compute the elevation at this place. The portage is in Latitude 55°26’0’’ N. and Longitude 103°34’50’’ W. Its name, according to Sir Alewander Mackenzie, is derived from the Cree shaving left suspended, a stretched frog’s skin, in dérision of the Northern Indian mode of dressing the beaver (Houston 107-108).

23Précisément, dans cette évocation cartographique de l’eau, Hood donne à la fois le nom indien, en première instance, « Missinnippi », et ensuite seulement le nom donné par les Européens en hommage à celui qui fut gouverneur de la Compagnie de la Baie d’Hudson, John Churchill. N’étant pas linguiste, il ne cherche pas à donner le sens des noms, sauf si d’autres l’ont donné, comme Mackenzie ; mais il fournit quand même de nombreuses informations et en juxtaposant les deux noms, il instaure un face à face qui montre deux lectures de l’espace : celle des colons et/ou explorateurs qui s’approprient le paysage pour y greffer leur seule identité, et celle des autochtones qui préfèrent donner aux rivières des noms qui parlent seulement de la nature et notamment de l’eau ; c’est le cas du Missinnippi, qui, si l’on se réfère à l’étymologie du mot « Mississippi » proposée par Pierre-Etienne Du Ponceau, dans son ouvrage sur les langues amérindiennes, signifierait « Grande eau ». En effet, Du Ponceau note dans son étude que le mot Mississippi viendrait de mesi, misi, michi, qui, dans plusieurs idiomes algonquins, signifie grand, et de sipi, rivière, et donc le Mississippi désigne la Grande Rivière (Du Ponceau 386). Si l’on applique cette étude au mot canadien Missinnippi, on note, toujours dans l’étude de Du Ponceau, que dans plusieurs langues algonquines, l’eau est désignée par les mots nipi ou nebi. (384-385). Et donc le fleuve Missinnippi désignerait la Grande Eau.

24Le caractère scientifique de l’expédition est souligné dès le début par la liste des objets emportés. Hood insiste sur les instruments lorsqu’il décrit le chargement de l’embarcation : « three sextants, a transit instrument, théodolite, dipping needle, two azimuth compasses and several artificial horizons, a sympiesometer, electrometer, and 12 thermometers » (25). Après avoir ajouté quelques produits de base (nourriture, tabac et munitions), il reprend la liste de l’équipement de chacun des hommes : « pocket chronometer, compass, spy-glass and gun » (25). Hood décrit ensuite la manière de faire les notations : « Our Survey was conducted in the following manner. The bearings of every point were taken and noted, with figures to distinguish them, and the distances computed. At the same time, the outlines of the river, islands, etc., were delineated, and transferred every evening to a map of very large scale, and the whole was corrected by astronomical observations » (25). Il souligne la fiabilité de cette méthode empirique qui a été utilisée dans de nombreux domaines scientifiques avec succès. La technique employée, fondée sur l’observation et la mesure conduisait à l’élaboration de cartes d’une réelle précision : il donne les détails liés aussi aux erreurs dues aux conditions de froid : « It was impossible to use astronomical instruments without freezing the hands. Our observations, especially lunars, were rendered erroneous by the disproportionate contraction of the arcs of the sextants » (Hood 48). Hood s’exprime ici en scientifique. En cela, le journal de Hood s’inscrit dans la lignée de ce qui est exigé du genre « journal de bord » depuis le début du XIXème siècle :

By 1800, a typical pattern had emerged [for the traveller’s discourse]. Proceeding from a base of civilisation to an unknown region, the traveller must describe experiences and observations day to day on the basis of a log or journal. This format left some scope for the depiction of the picturesque or the exotic but the emphasis was more and more on science and precision. (Bridges 57)

25Mais Hood va au-delà de cette place laissée au pittoresque et à l’exotique. D’une part, il réalise par le texte de véritables peintures paysagères et d’autre part, loin de voir l’Autre comme une image d’exotisme, il y reconnaît sa propre image. L’originalité du journal de Hood réside dans la juxtaposition d’un style factuel, technique et scientifique, né de l’exigence de l’Amirauté, où apparaissent des quantités de chiffres et de mesures et où le territoire traversé est cartographié par le texte avant de l’être par le dessin, et d’un style littéraire qui va superposer à ces informations techniques des descriptions paysagères où le scientifique laisse la place au peintre. Il alterne ainsi les données sèches comme la hauteur des falaises de Hayes River, mentionnée dans une phrase brève — « The cliffs of Hayes River are 100 feet High” (26) — et les peintures de paysages, où les chiffres s’animent et se colorent ; il parle alors de « scenery” (26) ou de « picture” (27) et non plus de latitude et longitude : « The brilliant hues of the poplar and larch (tamarack] now relieved the dark unvarying hues of the pines, and the trees opened into avenues discovering spacious lawns beyond them, with an effect which we could hardly conceive was produced by accident » (26). Le paysage se colore encore :

Along the bank at the water’s edge, the poplars are ranged, now in the fading garb of autumn, but still tinged with with Bright orange at the summits. The larch is interspersed among them, in the light green hue of spring, which it preserves to the last, and behind, the tall dark wintry pine lifts its head above all, its unchanging foliage defying alike the winter blast and the summer’s heat. But the original of this picture is to be found everywhere except in those places which chance or caprice has filled with burning embers. (27)

26L’insistance sur le lexique de la couleur, l’opposition entre l’obscurité et la lumière montrent le regard du peintre. L’insertion des couleurs dans un texte dominé par les chiffres permet une lecture double. Les chiffres, ce sont des observations demandées par l’Etat. Les couleurs, c’est le regard personnel du peintre. La dimension visuelle du texte fait du journal de bord un récit de voyage littéraire. Franklin évoque ce talent de Hood plusieurs fois dans son journal et fait allusion à l’exactitude des représentations de Hood :

The banks of the river here, consisting of low flat rocks with intermediate swamps, permitted us to obtain views of the interior, the surface of which is broken into a multitude of cone-shaped hills. The highest of these hills, which gives a name to the river, has an elevation not exceeding six hundred feet. From its summit, thirty-six lakes are said to be visible. The beauty of the scenery, dressed in the tints of autumn called forth our admiration, and was the subject of Mr. Hood's accurate pencil. (Franklin 51)

27La sensibilité première de Hood, au lieu d’être un frein à la dimension scientifique de ses observations, lui permet de mieux remplir sa mission. Son compte rendu est si précis et si riche que Franklin choisira de publier de larges extraits du journal de Hood dans son propre récit de voyage A Journey to the Shores of the Polar Sea in the Years 1819, 1820, 1821 and 1822.

1.2 Phénomènes féeriques

28Outre sa vision ethnographique des peuples, sa cartographie paysagère des régions traversées et les indications zoologiques et botaniques du journal, Hood met en écriture les observations météorologiques extrêmement importantes qui feront avancer la science notamment pour ce qui concerne la connaissance de l’aurore boréale. Hood va voir dans ce phénomène atmosphérique un phénomène électrique. La description qu’il fait de l’aurore boréale mêle encore la précision scientifique et l’esthétique picturale dans les variations de lumière ainsi décrites :

I shall describe the several parts of the Aurora, which I have termed flashes, beams and arches. The beams are little conical pencils of light, ranged in parallel lines, with their pointed extremities towards the earth, generally in the direction of the dipping needle. The flashes seem to be scattered beams approaching nearer to the earth, because they are similarly shaped, and infinitely larger. I have called them flashes, because their appearance is sudden and seldom continues long. When the Aurora first becomes visible, it is formedd like a rainbow, the light of which is faint, and the motion of the beams indistinguishable. As it approaches the zenith, it resolves itself at intervals into beams, which by a quick undulating motion project themselves into wreaths, afterwards fading away, and again brightening without any visible expansion or concentration of matter. (Hood 98-99)

29Hood évoque les formes (« conical », « parallel lines », « pointed », « shaped ») mêlées aux couleurs suggérées (« formed like a rainbow »), l’éclat et les mouvements de la lumière (« beams », répété cinq fois, « pencils of light », « flashes », répété deux fois, « light », répété deux fois également, « brightening »). Les champs lexicaux montrent cette lumière toujours en mouvement, que le texte reproduit. A la précision scientifique s’ajoute les connaissances picturales de l’artiste.

1.3 La faune

30Le journal de Hood n’est pas qu’un texte et il ne peut être lu séparément de toutes les illustrations qui racontent les autochtones et la vie de la nature. Les gravures de Robert Hood s’inscrivent en effet dans une tradition artistique qui a des origines très lointaines puisque l’art naturaliste trouve ses racines dès la Préhistoire et les peintures rupestres. Tom Lamb écrit :

The origins of natural history art can be traced back to the cave paintings of prehistoric man, developing through different cultures in a variety of forms — in the naturalistic imagery of Roman mosaics, in the Chinese silk flower paintings of the Han Dynasty, the decoration of Medieval illuminated manuscripts and in the development of flower painting in Europe, through to woodcut illustrations in natural history books of the 16th century. With few exceptions, early natural history imagery was formalised, even geometrical, in construction. However by the late 17th century, the ideas of Newtonian science and philosophical advances encouraged a more natural approach to art with a new freedom of expression (10).

31Ses représentations animalières sont extrêmement modernes et différentes des représentations habituelles. Beaucoup de représentations animales étaient jusque là statiques (on pense à celles de Johann Forster dans le voyage de James Cook (Voyages of Discovery 178-188) ou monstrueuses (comme les lézards de Maria Sybilla Merian, 114-119). Robert Hood, lui, donne aux animaux la vie qu’il voit en eux. Il ne peint pas seulement des formes et des couleurs mais également le mouvement et l’action : un glouton pris dans un piège confectionné par les Indiens est peint dans l’instant de la capture. Le lynx est peint dans une scène de chasse. Le bison est vu dans sa course et la réalité du mouvement apparaît jusque dans le détail des particules de terre projetées en l’air par les sabots de l’animal. L’hermine est dressée sur la porte. Les planches d’oiseaux sont aussi des scènes de vie animale : on y voit des oiseaux en vol ou en train de pêcher ; les animaux sont placés dans leur environnement. Le regard de Hood reflète la nature qu’il voit et il fixe l’instant. Houston note à quel point ses peintures animalières sont novatrices :

In the early 1800s, the art of bird painting had been mastered by few men; even the work of the best of these early artists now appears stodgy and lifeless. Hood did not live to see or participate in the advances of the art that became evident when John James Audubon began publication in 1827, followed by John Edward Gray in 1830 and John Gould in 1832. (Houston 168)

32De plus, ses représentations animalières présentent un intérêt réel an matière de zoologie et notamment d’ornithologie, comme le souligne Jim Bruant : « Hood’s paintings of wildlife, particularly birds, are among the best of their time. Five winter birds painted at Fort Cumberland were until then unknown to ornithologists, and had his paintings been published on their arrival in London and the species named, Hood would have been credited with priority in their discovery. » Dans son ouvrage sur les oiseaux arctiques, Richard Vaughan écrit : « Hood’s bird paintings, which were done from field sketches and skins in January and May 1820 at Cumberland House equal or surpass the best work of other bird artists of his day. Moreover, the species is in every case easily identifiable. The tragic death of this talented young artist was a sad loss to ornithology. » (Vaughan 106) Robert Hood, grâce à son observation attentive du monde qui l’entoure, a apporté beaucoup dans de nombreux domaines scientifiques et à ses observations naturalistes, s’ajoutent des observations ethnographiques qui vont beaucoup plus loin que le compte rendu factuel et descriptif.

2. De l’expression à la réception : un autre texte dans les blancs du récit

33L’interruption soudaine du journal, due à l’affaiblissement de Hood d’abord, puis à sa mort brutale, ajoute à ce texte un immense blanc. Mais à l’intérieur même de la partie rédigée, apparaissent aussi des blancs. Barry Lopez, après avoir lu de nombreux journaux et récits de voyages dans l’Arctique, dont celui de Franklin, écrit dans Arctic Dreams :

And how in reading three or four journals about the same region one sees even better the gaps, the strange lacunae that emerge in our understanding of anything. And something else: one wants to get a sense of the land itself, to know what it is; but one is also drawn irresistibly to the people who walk around on it, figuring out both the landscape and themselves. (Lopez 374)

34Le journal de Hood, celui de Franklin, celui de Richardson et le roman de Wiebe A Discovery of Strangers racontent le même voyage et pourtant rien n’y est semblable. Là où Franklin va justifier son expédition en rapportant les informations relevées par ses hommes et va omettre certains faits, Hood va en omettre d’autres. Hood ne parlera pas de l’épisode où il tenta de sauver la vie de Louis Saint-Jean et mentionnera seulement sa noyade, alors que Franklin en parlera, pour évoquer le courage de Hood et lui rendre hommage. En revanche, Franklin omet de parler de l’état du terrain et de la glace importante fin septembre, car cela rappellerait les erreurs dans la préparation de l’expédition. Hood, lui, en parle et évoque ce 24 août où, en voyant des flaques d’eau gelées dans la nuit et le lendemain un vol d’oies qui partent vers le sud, les hommes ont du mal à croire que cela signifie que l’été se termine. Il parle des Indiens qui croient qu’ils ont abandonné leur projet de rejoindre la mer et il écrit clairement qu’on leur dit que, vu le temps qu’il faudrait pour descendre la Coppermine River, ils allaient être rapidement bloqués par les glaces. Alors que Hood ne passe pas sous silence les renseignements donnés par Wentzel, chargé du comptoir de la North West Company à Fort Providence, leur indiquant que la glace serait très importante dès la fin septembre, Franklin n’en parle pas car cela soulignerait son inconscience. Là où Hood insiste sur la force et la violence des éléments, précise qu’ils ont reçu des provisions pour une journée, et donc montre la difficulté de l’entreprise, George Back, lui, sera beaucoup plus factuel en parlant de la composition de l’expédition (Franklin, Richardson, Hood et Back et dix-huit hommes et femmes, sur trois canoës). Surtout, il oblitérera les conditions difficiles pour évoquer pour ce jour de départ de Fort Chippewyan en direction de Fort Enterprize, des détails liés à la mission d’Etat, et notamment une boîte contenant des spécimens minéraux et végétaux envoyés au Secrétaire d’Etat : « Captain Fr&anklin sent a box here addressed to the secretary of State, containing minerals, plants, etc… » (Back 336). Back reste au plus près des faits concrets, Hood relate le voyage dans sa vérité, liée aux conditions matérielles

35Le journal de Hood, qui s’arrête le 15 septembre 1820, c’est aussi un blanc d’une année, de ce long hiver qu’il a passé enfermé à travailler sur ses notes et ses observations, reconstituant cette terre dure et hostile en laissant peu à peu sa vie s’y fondre. Hood a choisi de travailler sans cesse. Franklin lui-même note : « Ever ardent to his pursuits, he had, through close attention to his drawings and other avocations, confined himself too much to the house in winter, and his health was impaired by his sedentary habits » (Franklin 309). Hood, parce que les vivres étaient limités et qu’il voulait par-dessus tout que chacun puisse survivre, ne se nourrissait pas suffisamment. Houston note que Franklin lui-même l’évoque dans son journal : « Franklin noted that Hood, to be scrupulously fair, ‘always took the smallest portion for his own mess’ (Franklin 1823, 419) at the very time when all suffered from hunger » (xxxiii). En écrivant son journal en un temps très réduit, il sentait l’urgence de la transmission. Au fur et à mesure que ses mots couvraient la page blanche, sa vie peu à peu le quittait. Et dans l’inachèvement même de cette œuvre si riche de texte et d’image, peut se lire tout le non-dit qui occupe l’espace de l’Arctique. Hood écoutait le peuple qu'il découvrait. Dans les blancs qui prolongent le texte, se lit la mort de Hood, mais aussi toute cette vie qu’il a inscrite dans la terre d’Arctique qu’il a aimée et où il a aimé une femme indienne. A la fin du roman de Rudy Wiebe, A Discovery of Strangers, cette jeune Indienne, Greenstockings, qui aura un enfant de lui, le retrouve à jamais dans le paysage arctique : « But Hood will remain…Alive in every wolf and raven she sees, forever. » (Wiebe 317). Comme le lui suggérait le chef indien Keskarrah, dans le même roman, il n’est pas besoin de carnets pour exprimer une image. Le reflet de Greenstockings dans l’eau du lac, comme la carte dessinée sur le sable par le chef indien ont été véritablement des images pendant un court instant. Si le journal de Hood, dans certains passages, évoque bien le commerce des fourrures entre Indiens et Européens et parle d’échanges commerciaux, c’est d’un tout autre échange qu’il est question en réalité. L’échange habituel entre l’explorateur et le lecteur, échange suscité par une Angleterre friande d’histoires et de contrées lointaines ou entre deux partenaires commerciaux, laisse la place à un échange entre deux cultures qui se cherchent et tentent de se comprendre.

Conclusion

36Dans la prairie canadienne, l’une des premières fleurs qui annoncent le printemps se nomme phlox hoodii, le phlox de Hood. Dans la conclusion de son introduction, Houston écrit : « Hood’s Memory is already perpetuated by a flower, the moss phlox, Phlox hoodii, a sedge, Carex hoodii, a Small mammal, the thirteen-striped ground squirrel, Citellus tridecemlineatus hoodii, and by the mighty Hood River that plunges over Wilberforce Falls before entering the Arctic Ocean. » (xxxv) Il reste de Robert Hood des fleurs auxquelles son nom a été donné, une rivière, quelques éléments de nature, et puis son journal et ses peintures et gravures. Ce journal est la démonstration qu’une cartographie textuelle et iconique peut devenir une lecture philosophique de l’altérité. Né d’une exigence officielle de cartographie de territoires inconnus, le journal et les aquarelles contiennent dans leur précision même un texte philosophique toujours en mouvement qui se superpose au travail scientifique. Le journal de Hood d’une extrême précision, couvre l’expédition du 23 mai 1819 au 15 septembre 1820. Or, à la fin de son texte, il écrit le 16 avril 1821 un Nota Bene en guise d’excuses : « I beg leave to offer, as some apology for the illegibility of many parts of this narrative, that the pressure of other duties has compelled me to write it, from notes, within the last fortnight . » (154) C’est paradoxalement une démarche colonisatrice qui a généré, indirectement, un regard nouveau sur l’altérité. C’est dans l’interruption même de ce récit que se devine le regard de Hood sur un avenir imprégné à la fois de sciences et d’humanisme, d’observation et d’écoute. « Even the past is still unwritten », écrit Mary Bair Campbell (273). Lui, le jeune scientifique et peintre, a voulu précipiter l’écriture de son journal pour dire tout ce qu’il voulait transmettre. Le double statut de ce récit, à la fois journal de bord et récit de voyage littéraire, montre comment une mission d’exploration insérée dans le système colonisateur peut devenir une leçon de lecture de l’altérité.

Haut de page

Bibliographie

Assiniwi, Bernard. Lexique des noms indiens en Amérique, (les noms géographiques). Montréal : Léméac, 1973. Print.

Assiniwi, Bernard. Lexique des noms indiens du Canada, (les noms géographiques). 1er éd. Montréal : Leméac, 1996. Print.

Bruant, Jim. Dictionary of Canadian Biography Online. Web.

Clarke Davis, Richard. Lobsticks and Stone Cairns: Human Landmarks in the Arctic, Calgary : University of Calgary Press, 1996. Print.

Du Ponceau, Pierre-Etienne. Mémoire du Système grammatical des langues de quelques nations indiennes de l’Amérique du nord. Paris : Librairie Pihans de la Forest, 1838. Print.

Franklin, John. Narrative of a journey to the shores of the polar sea, in the years 1819, 20, 21, and 22. Londres : John Murray, 1823. Print.

Franklin, John. Narrative of a journey to the shores of the polar sea, in the years 1819, 20, 21, and 22 [1823]. Edmonton : Hurtig, 1969. Print.

Grace, Sherrill. Canada and the Idea of the North, Montreal: McGill-Queen's University Press, 2001. Print

Hood, Robert. Narrative of the proceedings of an expedition of discovery in North America under the command of Lieut. Franklin, R.N.. PABC, AA20, H76 (manuscrit) et Glenbow-Alberta Institute (microfilm).

Houston C., Stuart, ed. To the Arctic by Canoe 1819-1821, the Journal and Paintings of Robert Hood, Midshipman with Franklin [1974]. Montréal and Kingston, Londres, Buffalo : McGill-Queen’s University Press, 1994. Print.

Houston C., Stuart, ed. Arctic Artist. The Journal and Paintings of George Back, Midshipman with Franklin, 1819-1822. Montréal : McGill University Press, 1994. Print.

Hulme, Peter et Tim Youngs, eds. The Cambridge Companion to Travel Writing. Cambridge : Cambridge Univesity Press, 2002. Print.

Kaltemback, Michèle et Marcienne Rocard, eds. Lecture(s) du paysage canadien. Decoding and Telling the Canadian Landscape. Bordeaux : Association Française d'Études Canadiennes, 2002. Print.

Lanone, Catherine. « Le mythe du passage : Narrative of a Journey to the Shores of the Polar Sea, de John Franklin (1823) ». De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte. Ed. Frédéric Regard. Lyon : ENS Editions, 2007. Print.

Lopez, Barry. Arctic Dreams. Imagination and Desire in a Northern Landscape. New York : Vintage Books, 1986. Print.

Pratt, Mary Louise. Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation. Londres : Routledge, 1992. Print.

Regard, Frédéric, ed. De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte. Lyon : ENS Editions, 2007. Print.

Rice, Tony. Voyages of Discovery. Three Centuries of Natural History Exploration. Londres : The Natural History Museum, 2000. Print.

Vaughn, Richard. In Search of Arctic Birds. Londres : T & AD Poyser Ltd, 1992.

Verne, Jules. Le Passage du Nord-Ouest. Paris : Magellan : 2005. Print.

Wiebe, Rudy. A Discovery of Strangers. Toronto: Vintage Books, 1994. Print.

Wiebe, Rudy. Playing Dead. A Contemplation Concerning the Arctic [1989]. Edmonton : Newest Press, 2003. Print.

Williams, Hector. « A New Watercolour by Robert Hood of the First Franklin Expedition ». Cambridge Journals Online. « Polar Record » / Volume 46 / Issue 02 / Avril 2010, 179-180. Web.

Haut de page

Notes

1 Et donc nous ne l’analyserons pas ici, mais nous nous y référerons ponctuellement pour éclairer parfois le journal de Hood.

2 Hood est peu cité dans les travaux universitaires sur Franklin mais en revanche, dans la fiction, Rudy Wiebe, dans une réécriture des journaux de la première expédition Franklin, non seulement cite trois passages du journal de Hood dans son roman A Discovery of Strangers (Wiebe 12, 40, 57), mais il centre également le roman sur la relation entre les explorateurs et les Indiens Yellowknife et notamment l’histoire d’amour qui unit Hood et la fille du chef, Greenstockings.

3 Mary Shelley dans Frankenstein ou Coleridge dans The Rime of the Ancient Mariner. Plus tard ce seront des auteurs de littérature pour enfants qui se serviront de paysages arctiques dans leurs livres, comme W.H.G. Kingston, qui écrit Peter the Whaler: His Early Life and Adventures in the Arctic Regions (1851), et beaucoup d’autres.

4 Participèrent à cette expédition, outre les officiers et marins anglais, deux interprètes des Indiens Copper (ou Yellowknives, ou T’atsaot’ine), des trappeurs (dont Louis Saint-Jean qui mourut dans les rapides et neuf autres trappeurs canadiens périrent, parmi lesquels Michel Terohaute, Iroquois, qui tua Hood avant d’être tué par Richardson). Les explorateurs furent aussi aidés par des chasseurs, parmi les Indiens Copper, dont Akaitcho, leur chef, Keskarah, père de Greenstockings et cinq autres chasseurs, auxquels il faut ajouter deux Inuit (voir Houston).

5 Bibliothèque et Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1271. Collection de Canadiana W.H. Coverdale. Droits d'auteur expirés.

6 Library and Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1275 W.H. Coverdale Collection of Canadiana. Droits d’auteur  expirés.

7 Library and Archives Canada, Acc. No. 1970-188-1273 W.H. Coverdale Collection of Canadiana. Droits d’auteur  expirés.

8 Hood va donner par exemple des informations d’ordre médical, évoquant certaines pathologies : « The people were afflicted with snow blindness, a kind of ophthalmia occasioned by the reflections of the sun’s rays in the spring. It is a tormenting disorder, but not attended by lasting bad consequences” (61). De très nombreux domaines de la science sont ainsi abordés. Franklin souligne la fonction de Hood et la mission qui est la sienne : « I delivered to Dr. Richardson and Mr. Hood a memorandum, containing the arrangements which had been made with the two Companies respecting their being forwarded in the spring, and some other points of instruction for their guidance in my absence; together with directions to forward the map of our route which had been finished, since our arrival, by Mr. Hood, the drawings and the collections of natural history, by the first opportunity to York Factory, for conveyance to England (85-86). Et Hood s’acquittera de sa tâche en offrant un double tableau textuel et visuel.

9 Library and Archives Canada, Acc. No. R13133-100. Copy negative number: C-038951 Copy II-3c. Droits d’auteur  expirés.

10 Voir Lanone 2007 132.

Haut de page

Table des illustrations

Titre The Hudson's Bay Company Ships Prince of Wales and Eddystone Bartering with the Eskimos off the Upper Savage Islands, Hudson Strait5
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3835/img-1.png
Fichier image/png, 409k
Titre A Canoe of the Northern Land Expedition Chasing Reindeer in Little Marten Lake6 
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3835/img-2.png
Fichier image/png, 251k
Titre The Franklin Expedition Crossing Lake Prosperous, Northwest Territories, Attended by a Tribe of Copper-mine7
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3835/img-3.png
Fichier image/png, 453k
Titre Interior of a Cree Indian tent March 25, 18209
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/3835/img-4.png
Fichier image/png, 566k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise BESSON, « Le Journal et les aquarelles de Robert Hood : une œuvre du paradoxe », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/3835 ; DOI : 10.4000/erea.3835

Haut de page

Auteur

Françoise BESSON

Université de Toulouse-Le Mirail, CAS
francoise.besson@univ-tlse2.fr

Françoise Besson est Professeur de littérature de langue anglaise à l'Université de Toulouse 2-Le Mirail. Sa recherche porte sur la relation entre paysage et écriture et entre littérature et nature dans la littérature britannique, amérindienne (dans l'œuvre de N. Scott Momaday essentiellement) et canadienne et notamment dans la littérature de voyage et la littérature de la nature. Elle est rédactrice en chef de la revue Caliban. Elle est aussi l'auteur de plusieurs recueils de poèmes, contes et nouvelles et co-auteur avec Madeleine Besson de plusieurs ouvrages d'histoire régionale.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org