Navigation – Plan du site
Recensions

Mounir Guirat, ‘Being’ and ‘Becoming’ in Contemporary Diasporic Fiction : Bharati Mukherjee’s Jasmine and Monica Ali’s Brick Lane’

Sfax : Publications of the University of Letters and Humanities, 2012, 179pp, 12Dt. ISBN 978-9973-02-742-9.
Françoise KRÁL
Référence(s) :

Mounir Guirat, ‘Being’ and ‘Becoming’ in Contemporary Diasporic Fiction : Bharati Mukherjee’s Jasmine and Monica Ali’s Brick Lane’, Sfax : Publications of the University of Letters and Humanities, 2012, 179pp, 12Dt. ISBN 978-9973-02-742-9.

Texte intégral

1Doublement ‘subalternes’ en tant qu’issues de l’immigration et en tant que femmes, Monica Ali et Bharati Mukherjee mettent en scène des personnages féminins en rupture avec un modèle familial traditionnel et un cadre social à dominante patriarcale. A l’image des héroïnes qu’elles décrivent, ces auteurs posent une voix en cours d’affirmation et emblématique d’un parcours en devenir qui explique le positionnement critique sur lequel l’ouvrage repose et qu’annonce le titre ‘Being and Becoming.’ Si de nombreux ouvrages ont été publiés ces dernières années il reste encore beaucoup à dire sur ces deux auteurs et leurs romans dont le cadre critique est en perpétuelle redéfinition. ‘Being’ and ‘Becoming’ in Contemporary Diasporic Fiction : Bharati Mukherjee’s Jasmine and Monica Ali’s Brick Lane’ apporte une lecture personnelle, souvent fine et bien informée ; Mounir Guirat retrace habilement le contexte d’écriture des deux romans. Si les analyses font tout l’intérêt de cet ouvrage, les réserves suivantes sont en grande partie liées au format d’origine du manuscrit, vraisemblablement une thèse de doctorat. Le choix de deux auteurs confère à l’ouvrage une ligne directrice précise, mais l’on peut néanmoins regretter l’approche quelque peu restrictive qui découle de ce choix ; Bharati Mukherjee et Monica Ali permettent certes d’évoquer deux contextes distincts, de part et d’autre de l’Atlantique, mais plusieurs autres romancières contemporaines auraient pu répondre à de tels critères. L’ouvrage n’échappe pas toujours à la contrainte de l’architexte de départ et manque parfois d’une réflexion plus large sur ce qui fait la spécificité de la voix diasporique féminine. En effet, ces auteurs mettent en avant une vision différente de l’immigration par rapport à leurs homologues masculins dans la mesure où elles voient dans le parcours migratoire une invitation à redéfinir leur statut social et leur rôle dans une perspective genrée dans la société du pays d’accueil.

2Si le but de l’ouvrage est clair : étudier le parcours de l’émergence de voix féminines qui mettent scène le parcours migratoire au féminin et la sortie de la sphère domestique, les modalités de cette émancipation et l’émergence des formes discursives qu’elle prend laissent le lecteur quelque peu sur sa faim. La progression de l’ouvrage repose sur une architecture tripartite quelque peu rigide et qui manque parfois de vigueur critique. La première partie, qui retrace un panorama théorique et replace la problématique dans un panorama plus large des études diasporiques ne cerne pas toujours d’assez près le sujet et donne parfois l’impression d’un propos quelque peu général sur les théoriciens du domaine diasporique les plus connus. Les parties 2 et 3 sont chacune consacrées à une œuvre, ce qui a pour effet de figer la lecture critique et de priver la réflexion d’un dialogue interne abouti.

3Ces défauts formels mis à part, l’ouvrage sera d’une grande utilité aux étudiants et aux jeunes chercheurs se destinant à l’étude de Bharati Mukherjee et de Monica Ali, précisément car l’auteur prend soin de synthétiser les approches principales des théoriciens du domaine, et si le manque de hauteur théorique peut laisser le lecteur quelque peu sur sa faim, les micro-lectures souvent fines des deux romans éclaireront la lecture de façon certaine. Le style en est clair et l’approche est suffisamment détaillée pour fournir une aide précieuse aux étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise KRÁL, « Mounir Guirat, ‘Being’ and ‘Becoming’ in Contemporary Diasporic Fiction : Bharati Mukherjee’s Jasmine and Monica Ali’s Brick Lane’ », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/3916

Haut de page

Auteur

Françoise KRÁL

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org