Navigation – Plan du site
Recensions

François Brunet (ed.), L’Amérique des images : Histoire et culture visuelle des Etats-Unis

Paris : Hazan, 2013. 408 p. ISBN : 9782754106412. 45€
Richard PHELAN
Référence(s) :

François Brunet (ed.), L’Amérique des images : Histoire et culture visuelle des États-Unis, Paris : Hazan, 2013. 408 p. ISBN : 9782754106412. 45€

Texte intégral

  • 1 L'Amérique Image, le congrès 2000 de l'AFEA à Aix-en-Provence, a constitué une première étape de ce(...)

1Affiche, magazine, timbre, carte postale, photographie, peinture, sculpture, installation, musée, architecture, cinéma, télévision, image numérique... ce livre est une traversée savoureuse et critique de lAmérique-image1. Vrai trésor de savoirs divers, savamment ordonnancés et clairement signalés, du visage de Lincoln sculpté dans le Mont Rushmore aux masques et mascarades de Cindy Sherman, LAmérique des images est à la fois une histoire, une proposition théorique et une encyclopédie. Son ambition est de montrer comment les États-Unis se sont construits par les images; sa réussite est de nous avoir donné de nouveaux moyens et, partant, d’avoir renouvelé l’envie d’examiner et de raconter cette construction.

2Le volume est présenté en six parties dont les repères chronologiques se chevauchent très utilement. Est raconté d’abord comment entre 1700 et 1850 l’image participe à la naissance d’une identité nationale, ensuite comment à travers la guerre de Sécession, l’exploration de l’Ouest et la naissance des musées l’image saméricanise (1840-1900). Les parties suivantes montrent comment l’image se modernise (1890-1930) grâce à l’industrie et notamment à celle du cinéma, comment elle participe à l’histoire sociale et à la propagande (1930-1960), ainsi qu’à la création d’un nouvel empire, celui des médias (1960-1990). Le présent aussi est interrogé et notamment l’idée, controversée, d’une révolution numérique.

3L’introduction générale met l’ensemble en perspective, décrivant la procédure d’élaboration du livre. Chaque partie comporte une introduction synthétique et une série de quatre essais, et autant d’analyses consacrés à la lecture d’une seule image ; chaque partie est précédée d’un cahier d’images, un « album » ; celui-ci constitue un essai à part, iconographique, un parcours où les légendes quoique succinctes évoquent clairement les enjeux. Des images ou des variantes rares figurent à côté d’images très connues ; on y trouve, par exemple, non pas la sublime Migrant Mother de Dorothea Lange mais sa version jaunie dans une coupure de presse issue d’un scrapbook ; les repères essentiels sont situés pour rappeler utilement leur impact historique (les photographies du premier homme sur la lune par exemple).

4L’histoire des États-Unis a conduit le pays « d’une certaine pauvreté visuelle à une position d’abondance et d’hégémonie en matières d’images » (p. 8). Mettant en cause le mythe d’un pays réfractaire aux images, la démarche chronologique de ce livre démontre comment l’essor des images au 19e siècle constitue une grande entreprise d’émancipation, en symbiose avec le projet de la République. Le lecteur voit mieux d’où émerge la dominance iconique des États-Unis qui se développe au siècle suivant que l’on a appelé « américain ». Aux États-Unis les images se sont mêlées aux événements davantage qu’ailleurs, les images participant à y fabriquer les événements grâce à « une immersion plus forte des représentations dans l’économie et la société » (p. 9) et cela bien avant limage-événement que fut le 11 septembre 2001, événement iconoclaste retourné précisément contre l’empire et l’emprise iconique américain. Les États-Unis ont, selon les auteurs, un rapport particulier à la copie et au recyclage des images ; s’y développe une proximité précoce entre démocratie et publicité. C’est une des thèses les plus convaincantes du livre.

5L’ensemble rend simple ce qui est nécessairement multiple : la culture visuelle d’un pays. La culture visuelle, ce ne sont pas les grandes œuvres, ni les petites œuvres avec les grandes, ce n’est pas seulement Joseph autant que Frank Stella, c’est l’immensité d’un horizon visuel quotidien (qui est aussi le terreau des œuvres, grandes ou moyennes). Cette optique produit un effet étrange, d’ailleurs, à la première vue de ce « beau livre » car s’y côtoient des choses hétérogènes et tout est loin d’être beau (on y verra davantage Rockwell et ses avatars que Rothko ou ses frères expressionnistes !). En adoptant un point de vue extérieur sur les États-Unis, mais en lui empruntant ses visual studies, les auteurs font de ce volume un pionnier en français de cette discipline. Le résultat offre un formidable outil de compréhension pour les historiens européens de l’art américain.

6Qui seront, et sont déjà, les autres lecteurs? Étudiants, chercheurs et historiens du monde anglophone, bien sûr ; l’éditeur, cependant, a également fait avec les auteurs le pari du grand public. Pari sans doute réussi tant l’immense érudition est déployée avec une grande clarté. Ce choix décisif de le porter au plus grand nombre sans renoncer à la qualité universitaire des travaux rencontre néanmoins une limite que certains regretteront : l’absence de notes. La bibliographie générale et celles par essai sont cependant riches et très précieuses. Le chercheur qui est aussi enseignant regrettera peut-être aussi pour ses cours que ce livre ait perdu le format « manuel » : il en a toutes les qualités sauf le poids et le prix.

7Ces légères réserves éventuelles sont largement compensées par la qualité, l’étendue et la profondeur de l’ensemble. C’est un livre à entrées multiples ; on ne peut le lire d’un coup ; il s’offre par étapes, et procède par accumulations. Entreprise à large échelle et de longue haleine, développée par les auteurs en partenariat avec Hazan, et avec le soutien de la Fondation Terra ainsi que des laboratoires ARCA, CREA et ARIAS, LAmérique des images aura sans doute une suite. Il est en tout cas conçu comme une invitation à poursuivre et à amplifier les recherches et il offre des pistes stimulantes. La pluralité des contributions y est sans doute déterminante : sans recopier la longue liste des auteurs, citons les noms du comité de rédaction qui a œuvré sous la direction de François Brunet : Géraldine Chouard, Anne Crémieux, Didier Aubert et Jean Kempf. Ce qu’ils nous livrent est un événement.

Haut de page

Notes

1 L'Amérique Image, le congrès 2000 de l'AFEA à Aix-en-Provence, a constitué une première étape de ce projet collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard PHELAN, « François Brunet (ed.), L’Amérique des images : Histoire et culture visuelle des Etats-Unis », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/3922

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org