Navigation – Plan du site
Recensions

Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon (traduction et critique), Lettres de Scandinavie de Mary Wollstonecraft

Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013, 192 p. ISBN 978-2-85399-880-2. 20 €
Anne ROUHETTE
Référence(s) :

Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon (traduction et critique), Lettres de Scandinavie de Mary Wollstonecraft. Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013, 192 p. ISBN 978-2-85399-880-2. 20 €.

Texte intégral

  • 1 C’est le souhait que Wollstonecraft exprime dans l’avertissement qui précède les lettres mêmes (p. (...)

1Publié dans la collection « Textuelles, écritures du voyage » dirigée par Jean Viviès, cet ouvrage s’ouvre par une épigraphe de Mary Wollstonecraft invitant à la fois au voyage et à la lecture. Disons tout de suite que les promesses offertes par cette entrée en matière sont dans l’ensemble tenues. Nathalie Bernard, spécialiste du récit de voyage au XVIIIe siècle, et Stéphanie Gourdon, auteur d’une thèse sur Mary Wollstonecraft, nous proposent ici d’aller à la découverte, ou à la redécouverte, d’un ouvrage important de la fin du XVIIIe siècle (1796), qui n’avait étonnamment jamais été traduit en français. Ce texte retrace le périple largement solitaire effectué en Suède, en Norvège et au Danemark, entre juin et septembre 1795, par la philosophe et romancière pré-féministe, que ses ouvrages « radicaux », dont A Vindication of the Rights of Woman (1792), avaient à l’époque déjà rendue célèbre ; elle fut envoyée dans ces contrées alors peu explorées par son amant volage, Gilbert Imlay, sur les traces d’un mystérieux navire. Les circonstances de la composition de ces Lettres, ou plutôt de ce journal, ainsi que la fortune éditoriale et critique de l’œuvre, sont exposées de manière claire et concise dans l’introduction, qui évoque également la question de la nature exacte de ce texte difficilement classable. Sans faire référence à l’affaire qui l’occupe autrement que par des allusions très indirectes, Wollstonecraft s’adonne en effet à une étude sociologique des pays qu’elle traverse, remarquant la pauvreté des uns, fustigeant le goût du négoce des autres, commentant le système politique partout, sans omettre des considérations sur un sujet qui lui tient particulièrement à cœur, la condition de la femme (p. 154 par exemple). Celle qui deviendra l’épouse de William Godwin et la mère de Mary Shelley y mêle des considérations esthétiques, parfois poétiques, sur les paysages traversés, souvent sublimes, et y révèle également la richesse de sa personnalité, tour à tour passionnée, méditative ou mélancolique, qui constitue l’un des charmes principaux d’un ouvrage que l’on peut, avec Richard Holmes, qualifier de romantique, au moins en partie. On sent l’admiration que cette personnalité a suscitée chez Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon, ce qui ne justifiait cependant peut-être pas une familiarité que l’on peut juger déplacée avec l’utilisation du prénom seul, « Mary » (p. 25, 32, 145 ou 183). Elle appartient sans aucun doute à ces « rares privilégiés » qui ont le droit « de parler de soi quand on est capable de gagner l’attention des autres en se faisant aimer d’eux »1, et méritait bien en tout cas que les auteurs cherchent « une façon de lui rendre une nouvelle fois l’hommage qui lui est dû » (p. 35) en présentant ce texte au lecteur francophone.

  • 2 On trouve des « Lord » et des « Lady » dans Les Trois Mousquetaires (1844) par exemple.

2La traduction proprement dite est précédée, dans l’ordre, d’une bibliographie, d’une chronologie, de remarques sur la traduction et d’une introduction accompagnée d’une carte bienvenue (p. 22), même si la légende comporte une petite erreur (c’est bien « Elseneur » qui figure sur cette carte et non « Helsinger », comme annoncé). L’organisation même de ce paratexte laisse perplexe. Curieusement en effet, le lecteur se voit d’emblée plongé dans la bibliographie, que l’on s’attendrait à trouver plutôt en fin de volume ; l’agencement même de cette bibliographie est quelque peu surprenant, proposant les articles spécifiquement consacrés aux Lettres de Scandinavie avant des ouvrages plus généraux comme les biographies de Mary Wollstonecraft. Elle mentionne néanmoins des références sur l’esthétique, l’épistolarité et bien sûr la littérature de voyage, indispensables pour l’étude de l’œuvre. À noter aussi la présence de versions françaises d’autres œuvres de Wollstonecraft, traduites et/ou présentées par Isabelle Bour (Maria), Marie-Odile Bernez (Une Anglaise défend la Révolution française) et Marie-Françoise Cachin (Défense des droits de la femme), auxquelles plusieurs références judicieuses seront faites dans les pages suivantes. En ce qui concerne l’organisation générale encore, on peut aussi trouver maladroite l’insertion des commentaires sur la traduction avant l’introduction, qui contient des remarques stylistiques et une réflexion sur la traduction du titre (dont l’original était : Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark). Cela est probablement dû au souci louable qu’ont eu les auteurs de rendre compte de leur démarche et de présenter l’œuvre de Wollstonecraft avec honnêteté et rigueur, même si certaines explications sont discutables ; il est par exemple difficile de ne pas voir une répétition dans le choix de « ruisseau » et de « ruisselet » pour traduire « stream » (p. 19). D’autre part, plusieurs petits détails de l’introduction sont gênants, comme la typographie des titres : contrairement aux règles orthographiques françaises, « lord » et « lady » sont systématiquement écrits avec une majuscule, ainsi que la « Reine Mathilde », le « Révérend Hamilton » (p. 31) ou le « Pasteur Hewlett » (p. 25). Cela aurait pu se comprendre pour la traduction du texte de Wollstonecraft, auquel ce choix aurait conféré un certain cachet temporel2 (le « comte Bernstorff » y prend pourtant systématiquement une minuscule, entre autres), mais la confusion pose problème dans le discours critique, surtout lorsqu’il introduit un travail de traduction universitaire. Il aurait en outre fallu un subjonctif après « permettre que » (p. 33).

3Il serait cependant dommage de s’arrêter à ces maladresses car la réelle réussite de cet ouvrage se trouve dans la grande qualité de la traduction, accompagnée d’une annotation scrupuleuse sans être envahissante, et souvent utile pour les non-spécialistes de Wollstonecraft. La philosophe est ainsi soigneusement replacée dans son contexte personnel, historique et littéraire. Cette traduction est quasiment exempte de coquilles ; on a pu relever un « débout » p. 45 et des « cîmes » p. 142, ainsi qu’une confusion entre Louis XIV et Louis XVI p. 176 (et la reine des fées de Shakespeare ne s’appelle pas Tatiana p. 45), mais la qualité de la langue est irréprochable d’un point de vue grammatical, et presque toujours élégante, si le lecteur aime l’imparfait du subjonctif et les adjectifs antéposés (ce qui, je l’avoue, est mon cas). Cela est d’autant plus à remarquer que, comme l’expliquent Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon dans leur avant-propos, le style de Mary Wollstonecraft est parfois quelque peu obscur et certaines formulations, dont les auteurs donnent des exemples, peuvent prêter à confusion, notamment sur un plan syntaxique. Cela n’explique cependant pas plusieurs problèmes, notamment de compréhension, dont la syntaxe n’est pas responsable. Quelques exemples : « passing » dans la citation de Cowper « passing sweet » est à prendre dans son sens adverbial intensificateur (« particulièrement doux », « d’une douceur remarquable » ou « extraordinaire ») et non comme un adjectif, « la douceur fugace » (p. 78) n’ayant pas grand sens dans le contexte de la phrase. Le contexte aurait également dû être pris en compte pour éviter la traduction fréquente de « sympathy » (et même de « sympathies ») par « compassion », qui n’est que l’un des sens du terme, traduction qui fausse considérablement la signification de certaines phrases (p. 48 et 143 par exemple). L’imagination n’est pas incitée « à apaiser de mélancoliques rêveries » (p. 145) mais à s’adonner « à des rêveries mélancoliques et apaisantes » (pour « allure the imagination into soothing melancholy reveries »), etc. Certaines maladresses sont également regrettables ; sur la même page par exemple, les cendres auraient dû être « ardentes » ou « vives » et non bizarrement « vivantes » (« live ashes »). Ces réserves mises à part, le lecteur trouvera dans ces Lettres l’écho d’une voix bien particulière, importante et attachante, qu’un travail scientifique rigoureux restitue dans toute sa complexité.

Haut de page

Notes

1 C’est le souhait que Wollstonecraft exprime dans l’avertissement qui précède les lettres mêmes (p. 39). William Godwin, entre autres, fut de cet avis : « If ever there was a book calculated to make a man in love with its author, this appears to me to be the book », écrivit-il dans ses Memoirs of the Author of ‘The Rights of Woman’ (Richard Holmes, ed., London, Penguin, 1987, p. 249).

2 On trouve des « Lord » et des « Lady » dans Les Trois Mousquetaires (1844) par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne ROUHETTE, « Nathalie Bernard et Stéphanie Gourdon (traduction et critique), Lettres de Scandinavie de Mary Wollstonecraft », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://erea.revues.org/3924

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org