Navigation – Plan du site
Recensions

Julie Neveux, John Donne, le sentiment dans la langue

Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2013. ISBN 978-2-7288-0497-9. 19 euros
Sandrine SORLIN
Référence(s) :

Julie Neveux, John Donne, le sentiment dans la langue. Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2013. ISBN 978-2-7288-0497-9. 19 euros.

Texte intégral

1L’ouvrage de Julie Neveux est consacré au sentiment, tel qu’il se love, corps et âme, dans le discours poétique de John Donne (1572-1631). Il n’est ni une étude littéraire classique qui ferait la part belle à la métrique ni une étude linguistique de quelques marqueurs dont les repérages ne serviraient que la théorie. L’auteure met ses qualités de linguiste et de littéraire au service de la texture de l’œuvre, révélant les mécanismes psycholinguistiques du « travail » poétique. Convoquant la linguistique (énonciative et cognitive) et la philosophie, l’ouvrage relève le défi audacieux de rendre compte d’une phénoménologie du sens à même de saisir l’instant où la langue se transfigure en émotions.

2La langue donnienne est « concrète », même lorsqu’elle tente de donner corps à des abstractions. C’est que « le concret », comme le montre J. Neveux dans le premier chapitre, ne doit pas se comprendre dans son opposition à « l’abstrait ». Cette opposition ne peut être opératoire chez un poète pour qui le corps et l’esprit forment un tout inséparable : la pensée est aussi incorporée que le corps est pensant pour John Donne. Des substances spirituelles peuvent, en discours et non en langue, faire l’objet de « concrétisation », en empruntant les contours linguistiques du concret, notamment à travers la catégorie nominale. J. Neveux distingue langue concrète qui se réfère à une réalité « en effet », réalité à la fois matérielle et spirituelle, et langue abstraite qui se réfère à une réalité « en idée », uniquement spirituelle. Or seul le discours « concret », toujours particulier et non généralisant, peut accueillir l’expérience singulière du sujet.

3C’est au creux de la grammaire que cette expérience prend son « effet », comme le démontre Julie Neveux dans le second chapitre consacré notamment à la spécificité des noms en –ness dans Devotions upon Emergent Occasions (1624). La nominalisation supplée à un manque dans la langue, portant à l’existence des sentiments-phénomènes uniques. Fearfulness par exemple « réalise » le sentiment de peur du poète face à la maladie qui l’assaille en 1623, avec une intensité supérieure au nom abstrait fear. Fearfulness inscrit en creux le ressenti tout entier d’un poète éprouvé dans son corps et son esprit. La peur y est « concrétisée » par la nominalisation de la catégorie adjectivale (fearful) laissant voir, par transparence, la « trace discursive d’une affectivité énonciative » (p. 66).

4La réalité « en effet » s’exprime avec le plus d’ardeur dans la métaphore. La métaphore donnienne est la pierre angulaire de tout l’ouvrage de Julie Neveux mais elle fait l’objet d’une attention particulière dans le troisième chapitre. Si le poète n’est pas linguiste, il possède de la langue une connaissance intuitive et s’inspire de sa grammaire pour faire jaillir, sur un fond de langue banale et familière, une figure « saillante » à même de surprendre le lecteur. La conception cognitive, énonciative et phénoménologique de la métaphore que propose J. Neveux s’inspire des théoriciens de la métaphore cognitive tout en en mesurant les limites : les schémas réducteurs de Lakoff et Johnson notamment, prenant comme forme métaphorique de référence A IS B, échouent à l’épreuve du corpus donnien qui n’en compte, sous cette forme, qu’un faible pourcentage. Ce qui intéresse l’auteure, c’est la puissance de décatégorisation de la métaphore. Le conflit catégoriel opéré par cette dernière témoigne d’une forte implication énonciative dont la trace tend, paradoxalement, à s’effacer en surface : la voix énonciative se dissimule pour mieux « imposer », dans un effet pragmatique sans médiation, le sentiment qu’elle exprime. C’est ce que l’auteure appelle le « lyrisme indirect ».

5Associant « orthodoxie syntaxique » (le cadre syntaxique est familier) et « hétérodoxie lexicale » (la surprise est sémantique), la métaphore possède une force expressive que la simple comparaison peine à transmettre tant elle perd l’immédiateté du « ressenti analogique » propre à la métaphore. Là où la comparaison hésite et rend syntaxiquement visibles ses hésitations, « la métaphore s’approprie, se dissimule, fait passer A pour B indépendamment de toute intelligence autre qu’une intelligence affective, qui livre le sentiment » (p. 100). La métaphore fait jaillir un visage, la comparaison est sans figure. Les métaphores filées qu’on appelle conceits, caractéristiques de la poésie métaphysique dont celle de Donne relève, décriées par ceux qui ne voient en elles qu’excès et manque de clarté, semblent au contraire, selon Julie Neveux, seules capables de troubler les profondeurs de la langue pour faire surgir l’évidence d’un sentiment.

6Le quatrième chapitre est plus ouvertement philosophique et éclaire la langue concrète décrite par l’auteure à la lumière de la « philosophie concrète » de Merleau-Ponty. Dans une perspective phénoménologique qui donne la primauté au perçu sur le conçu, J. Neveux décrit le mode métaphorique : s’il ne vise pas la réalité objective du scientifique, il n’en est pas moins précis dans son expression des sentiments. À un « je suis déprimé », mode descriptif du diagnostique clinique, s’oppose le vers métaphorique donnien « un vent froid rôde autour des fenêtres », lequel transmet, dans la confusion sémantique que le poète impose entre l’air (vent) et l’animal (rôde), l’unicité d’un affect qui est appel, non au traitement médical, mais à la compassion.

7La métaphorisation de la langue, au centre de la passion érotique des poèmes de jeunesse de John Donne, se poursuit dans les textes plus tardifs empreints d’une autre passion : le sentiment religieux, objet du cinquième et dernier chapitre. L’analyse de J. Neveux, au plus proche de la « lettre » des textes, ne fait jamais abstraction du contexte qui entoure les œuvres et l’homme lui-même. L’auteure montre comment les métaphores alimentaires « cristallisent » le besoin éprouvé par Donne d’incorporer, d’avaler sa croyance. C’est dans l’expression du sentiment religieux que la métaphore se fait la plus « explosive », la plus violemment audacieuse, et « nous plonge, corps et âme dans l’existence » (p. 182)…

8À l’heure où l’émotion est revisitée par les neurosciences qui apportent une preuve scientifique à l’homogénéité entre le corps et l’esprit, J. Neveux montre que la poésie donnienne est plus que jamais d’actualité. Écrit dans une langue précise, refusant tout jargon obscur, et illustré par des schémas créatifs et bienvenus, cet ouvrage ne pourra que séduire le lecteur dans le voyage qu’il propose au cœur de la poésie donnienne, là où le verbe se fait sentiment. L’analyse linguistique de l’auteure parvient à « se réapproprier » la langue poétique sans adopter l’attitude objective du scientifique en surplomb de son discours, sans se désengager de la confusion ontologique qui est au cœur du processus métaphorique.

9On pourra reprocher à l’auteure de se focaliser sur le créateur, celui qui inscrit le sentiment dans la langue, et de ne mesurer les effets poétiques qu’à l’aune des marques subjectives de l’énonciation. Pour se poursuivre, ce travail requerrait, comme le concède volontiers J. Neveux, une théorisation pragmatique des conditions de félicité de la métaphore. À ce titre l’ouvrage édité par Monica Fludernik, Beyond Cognitive Metaphor Theory : Perspectives on Literary Metaphor (2011) offre, par-delà les théories cognitives qui rendent trop partiellement justice au discours littéraire, des analyses pragmatiques de la métaphore prenant en compte le contexte déterminant de la réception.

10Mais l’étude de Julie Neveux est précieuse, à double titre, pour la théorie linguistique de la métaphore qu’elle propose d’une part, qui se voit enrichie d’une fine approche phénoménologique, et pour l’analyse littéraire d’autre part, dans sa rigoureuse exposition des conditions linguistiques d’émergence du sentiment. La lecture de cet ouvrage qui rend hommage au style (et à la stylistique) donnera à coup sûr envie au spécialiste comme au non-spécialiste des écrits de Donne, angliciste ou non (toutes les citations sont traduites), de se (re)plonger dans les profondeurs intimes de ces textes du tout début du XVIIe siècle : c’est sans doute le plus bel effet perlocutoire qu’un ouvrage de recherche universitaire puisse produire…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine SORLIN, « Julie Neveux, John Donne, le sentiment dans la langue », E-rea [En ligne], 11.2 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/3931

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org