Navigation – Plan du site
Recensions

Edwige Camp-Pietrain, L’Écosse et la Tentation de l’indépendance : Le référendum d’autodétermination de 2014

Presses Universitaires de Septentrion, 2014.
Marie-Odile PITTIN-HEDON
Référence(s) :

Edwige Camp-Pietrain, L’Écosse et la Tentation de l’indépendance : Le référendum d’autodétermination de 2014, Presses Universitaires de Septentrion, 2014.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Edwige Camp-Pietrain, paru aux Presses Universitaires du Septentrion, dans la collection « Les Savoirs Mieux », fait le point sur la situation politique, économique et sociale de l’Écosse, parvenue à ce moment crucial de son histoire, la veille du référendum d’autodétermination désigné en Écosse par le terme « Indyref », le 18 septembre 2014. Le livre apporte une contribution à la réflexion, menée en Écosse mais aussi en France dans le cadre des études écossaises, que le congrès organisé à l’université de Stirling d’août 2014 intitulé « If Scotland … » résume par la question « What will be the history of now ? ».

2Edwige Camp-Piétrain apporte à cette question une contextualisation très structurée, avec un ouvrage divisé en deux parties. La première partie, intitulée « Genèse et modalités » revient en sept chapitres sur les considérations historiques qui permettent de comprendre les raisons de cet événement qui met en tension trois siècles d’histoire puisqu’il revient sur l’union des parlements d’Écosse et d’Angleterre de 1707. Dans cette partie, l’ouvrage évoque l’origine du référendum, puis présente la dévolution des pouvoirs en Écosse , ses avancées et ses limites, les forces en présence, le rôle du Scottish National Party (SNP) dans le processus d’indépendance, et les structures de pré-campagne et de campagne. La seconde partie, « L’indépendance de l’Écosse : évidence ou défi ? », examine les implications de l’indépendance, qu’elles fussent économiques (le débat sur le pétrole de la mer du Nord, mais aussi la fameuse hypothèse du renouveau économique lié à l’indépendance), fiscales, politiques et institutionnelles (quelles garanties, quel avenir pour les futures institutions écossaises ?). Cette partie, comme l’indique son sous-titre, dresse également l’inventaire des « défis », notamment en termes de politique étrangère (insertion dans l’Europe, relation avec le reste du Royaume Uni, contexte dans lequel mettre en œuvre sa politique de défense) mais également concernant la question cruciale et très largement débattue de la protection sociale. L’ouvrage s’attache également à montrer les différences d’approches des indépendantistes (optimisme, foi en l’avenir d’une nation qui saura créer son propre succès politique, social et économique) et des unionistes (avec un discours centré sur les craintes des électeurs quant aux défis qui les attendent, notamment en matière de prestations sociales, de l’avenir d’institutions qui doivent se réinventer, de défaut de taille critique qui leur paraît mettre en péril les équilibres économiques), ainsi que les paradoxes qui accompagnent ces deux positionnements.

3C’est donc une approche très claire du sujet qui est proposé dans ce livre, dont le lectorat potentiel est large, puisqu’il ne s’adresse pas aux seuls spécialistes du sujet, mais également, et peut-être surtout, aux lecteurs (étudiants, grand public, chercheurs dans une discipline connexe) intéressés par la question de l’indépendance écossaise. En effet, il fait la part belle à l’explication, en proposant par exemple des mises au point sur les notions de dévolution administrative et de dévolution législative, sur le mode de fonctionnement d’un parlement monocaméral sous les différents First Ministers, la création de pouvoirs fiscaux pour le parlement avec le Scotland Act de 2012, la question de West-Lothian, la nature de la très controversée « formule de Barnett » et les enjeux qui l’entourent aujourd’hui. Il montre également un grand respect pour le lecteur non averti, par exemple en justifiant et contextualisant le vocabulaire utilisé par les uns et les autres dans le débat (« parti nationaliste » ou « partir national », « unionisme »).

4Ce souci pédagogique fait de ce livre un très bon outil de travail pour les étudiants de tous niveaux qui souhaitent s’informer sur l’histoire contemporaine de l’Écosse , mais aussi du Royaume Uni au sens large, puisque, comme les derniers mois l’ont montré, et comme le résume bien Edwidge Camp-Piétrain lorsqu’elle indique qu’en cas de victoire du « oui », « le ‘reste du Royaume-Uni’, que l’on peine à qualifier tant ses contours sont flous, n’en sortirait pas indemne » (p. 17), l’équilibre politique et économique est à repenser des deux côtés de la frontière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Odile PITTIN-HEDON, « Edwige Camp-Pietrain, L’Écosse et la Tentation de l’indépendance : Le référendum d’autodétermination de 2014 », E-rea [En ligne], 12.1 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/4182

Haut de page

Auteur

Marie-Odile PITTIN-HEDON

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org