Navigation – Plan du site
Recensions

Sophie Vallas, Jerome Charyn et les siens. Autofictions

Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2013. 212 p. ISBN 978-2-85399-872-7
Arnaud SCHMITT
Référence(s) :

Sophie Vallas, Jerome Charyn et les siens. Autofictions. Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2013. 212 p. ISBN 978-2-85399-872-7

Texte intégral

1Peut-être plus connue en France qu’aux États-Unis, terre d’origine avec laquelle l’auteur entretient des relations compliquées, l’œuvre de Jerome Charyn s’étale sur plusieurs décennies et s’aventure dans divers genres, voire média (le roman graphique) ; elle est d’ailleurs perçue comme « protéiforme » par Cynthia Ozick. Néanmoins, ce ne sont pas uniquement les contours de cette œuvre plurielle que l’ouvrage de Sophie Vallas, publié en 2013, s’attache à suivre et étudier, mais un aspect précis de sa matière diégétique : les traces autobiographiques, ou plus exactement, les manifestations autofictionnelles, dans l’ensemble des écrits de Jerome Charyn.

2Précédé d’une préface élogieuse et assez touchante de l’auteur lui-même qui s’avoue convaincu du bien fondé des analyses présentées dans le texte de Sophie Vallas – les auteurs étant pourtant de manière notoire réfractaires à ce type d’étude qu’ils vivent souvent comme des « indiscrétions » – cet ouvrage convainc assez rapidement de l’utilité d’un tel projet et ce pour deux raisons : la connaissance exhaustive de l’œuvre de Charyn par l’auteure (notamment les paratextes – outil essentiel lorsqu’on s’attaque au pacte de lecture, même si celui proposé par Charyn est loin d’être clair – et les Jerome Charyn Papers à la Fales Library de l’université de New York que Sophie Vallas a pu consulter et dont elle fait un très bon usage) et la pluralité des empreintes référentielles mises au jour au fil des pages.

3Cet « équivalent-texte », pour reprendre l’expression de Marie Darrieussecq citée dans l’ouvrage, de sa propre famille s’articule de manière assez classique autour des trois figures majeures qui peuplent la constellation personnelle de l’auteur : le « père sans histoire », qui de l’aveu même de l’auteur dans la préface vient pourtant s’immiscer de manière systématique entre les lignes de ses textes, la mère perçue comme un livre à part entière, figure mythique ou du moins constamment mythifiée et, enfin, le frère, à son tour réinventé, lui qui pourtant, de l’aveu de l’auteur, est assez conventionnel et n’a probablement jamais lu les écrits de son frère cadet Jerome dont il semble être l’exact opposé. La figure du père est l’occasion pour Sophie Vallas de revisiter un topos incontournable de la littérature juive américaine. L’auteure établit une comparaison éclairante avec le « père fantôme » de The Invention of Solitude de Paul Auster, autre père absent omniprésent dans l’auto-référentialité du fils, mais on pense aussi à d’autres pères qui auraient pu être mentionnés ici, figures impérieuses (les pères de Philip Roth, et pas uniquement celui, plus lénifiant, décrit dans Patrimony) et tout aussi violentes que celle décrite par Charyn, tel le père du narrateur de Call it Sleep et de la tétralogie Mercy of a Rude Stream d’Henry Roth ; mais il est vrai que, contrairement à celle que l’on trouve chez Charyn, la figure du père propre à l’œuvre de Roth – et c’est peut-être pour cela que Sophie Vallas a choisi de ne pas la mentionner – n’est pas un « père sans langage », mais un père immergé dans le Yiddish. Les citations de l’essai de Marianne Hirsch ou encore le détour par l’œuvre de Bernard Malamud permettent dans tous les cas d’éclairer le rapport que Charyn entretient avec sa propre culture.

4Le rapport à la mère et la présence de cette dernière dans l’œuvre sont plus complexes et plus propices aux dispersions imaginaires. L’auteure étudie précisément le pacte autobiographique ambigu proposé par Charyn dans The Dark Lady from Belorusse. A Memoir, premier volet de sa trilogie autobiographique consacré à sa mère. Dans une partie intitulée « Bébé Charyn ou l’autofiction infantile », Sophie Vallas attire notre attention sur le fait que même dans ces trois textes à l’intention pourtant clairement référentielle, le jeu est ouvertement autofictionnel, le fruit d’une hybridité imaginaire/faits, et donc sujet à caution. La mytholepsie semble en effet au cœur du projet autobiographique de Charyn et les deux autres volets de sa trilogie familiale ne viennent pas contredire cette évidence. Le frère, figure de policier solidement étayée par des données biographiques, semble subir lui aussi cette mythification systématique, prérogative du romancier, même lorsque celui-ci prétend pourtant respecter le principe de « véracité ».

5Dans une troisième partie consacrée essentiellement au frère de Charyn, Harvey, Sophie Vallas s’aventure dans les méandres fictionnelles de la célèbre série Isaac Sidel pour y déceler des témoignages de la vie familiale qui, paradoxalement, semblent peu fiables dans les écrits autobiographiques. Et les arguments présentés ici au lecteur sont plus que convaincants. Néanmoins, consciente qu’une majorité d’œuvres de fiction présentent des caractéristiques similaires et que, lorsqu’on y regarde de plus près, l’autobiographique est omniprésent dans la fiction, et vice-versa, l’auteure pose cette question séminale : « Qu’est-ce qui autorise donc à considérer Zyeux-bleus comme une forme d’autofiction ? ». La réponse vient treize pages plus loin après une étude méticuleuse du contexte paratextuel : « Ce sont donc bien les paratextes qui permettent rétrospectivement à Zyeux-bleus d’apparaître comme une autofiction aux yeux de Charyn, qui y contemple son reflet et celui de son frère ».

6La qualité du texte de Sophie Vallas vient du fait que ses connaissances ne se limitent pas à la « Charynia » : elle démontre une grande maîtrise des enjeux liés à l’autofiction et plus largement à l’hybridité générique, faisant de nombreuses incursions dans les écrits de Vincent Colonna, Philippe Gasparini, Philippe Forest ou encore Philippe Vilain et sachant aussi retourner aux « sources », notamment à Barthes. Il est aisé de trouver des reflets de la figure empirique de l’auteur et de ses proches dans une œuvre romanesque – cela se fait depuis des siècles et il n’est toujours pas certain que cela ait apporté grand-chose à la théorie littéraire. Il est cependant beaucoup plus difficile, et plus passionnant, d’étudier le dialogue entretenu par les textes fictionnels et référentiels d’un même auteur, leur dispositif péritextuel et les commentaires épitextuels, et la façon dont ces derniers influencent la lecture de l’œuvre et le pacte de lecture. Le texte de Sophie Vallas remplit ce contrat avec intelligence et subtilité sans jamais imposer ses conclusions lorsqu’elle sent que l’incertitude est trop grande.

7Enfin, cet ouvrage montre également que si l’autofiction (genre assez décrié en France mais en pleine expansion en Amérique du Sud, en Espagne ou encore en Europe du Nord) apparaît comme un genre inabouti et instable, elle peut aussi être, à son meilleur, ce qui est le cas de Charyn, un terrain artistique fertile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud SCHMITT, « Sophie Vallas, Jerome Charyn et les siens. Autofictions », E-rea [En ligne], 12.1 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/4186

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org