Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Michel Racault, Robinson et compagnie. Aspects de l'insularité politique de Thomas More à Michel Tournier.

Paris, Éditions Petra, 2010. 372 pages. ISBN : 2-84743-033-2.
Nathalie BERNARD
Référence(s) :

Jean-Michel Racault, Robinson et compagnie. Aspects de l'insularité politique de Thomas More à Michel Tournier, Paris, Éditions Petra, 2010. 372 pages. ISBN : 2-84743-033-2.

Texte intégral

1Professeur émérite en poste à l'Université de la Réunion, Jean-Michel Racault s'est imposé comme l'un des plus grands spécialistes de la représentation littéraire de l'insularité en publiant de très nombreux articles et ouvrages incontournables sur ce thème, tels que L'Insularité, thématique et représentation (en collaboration avec J.-C. Marimoutou, Paris, L'Harmattan, 1995), Mémoires du Grand Océan. Des relations de voyages aux littératures de l'océan Indien (Paris, PUPS, 2007) ou encore L'Utopie narrative, 1675-1761 (Oxford, The Voltaire Foundation, 1991) et Nulle part et ses environs. Aux confins de l'utopie littéraire classique, 1657-1802 (Paris, PUPS, 2003).

2Paru aux Editions Petra en 2010, Robinson et Compagnie a été lauréat du prix "ETUDES LITTERAIRES" du Salon international du livre insulaire de Ouessant en 2011. Jean-Michel Racault y décrit de manière chronologique l'émergence et l'évolution de la représentation de l'insularité, du début de la Renaissance à l'orée du postmodernisme, au moyen d'un corpus empruntant aux littératures anglaise, américaine et française, comme l'explicite le sous-titre de l'ouvrage : Aspects de l'insularité politique de Thomas More à Michel Tournier. La présence de l'adjectif « politique » dans ce sous-titre interpelle le lecteur, plus enclin à faire rimer île avec exotisme, tourisme ou encore hédonisme : l'effacement du politique dans la représentation de l'île depuis la deuxième moitié du XXe siècle tend en effet à faire oublier que celle-ci a d'abord été un fertile terreau de réflexion sur l'espace politique et la société - même lorsqu'elle était île déserte, précise Jean-Michel Racault.

3L'étude chronologique se compose de deux parties rendant compte de la « double polarité » (collective et individuelle) du thème insulaire. Malgré son titre, clin d'œil à la littérature postmoderne (« La possibilité d'une île »), la première partie envisage la représentation de l'île entre Renaissance et Lumières dans des textes évoquant des organisations politico-sociales relevant de l'utopie. La deuxième partie, intitulée « Images à Crusoé » correspond quant à elle aux expériences individuelles proposées par les écrits inspirés du texte de Daniel Defoe (1719). L'articulation entre récit utopique et robinsonnade ne va pas de soi, ainsi que le reconnaît l'auteur en renvoyant le lecteur au traitement de cette question dans son précédent ouvrage L'Utopie narrative en France et en Angleterre, 1675-1761. Néanmoins, le choix de robinsonnades collectives dans le corpus d'étude (L'Ile mystérieuse, 1874 de Jules Verne; Le Cratère, 1847 de James Fennimore Cooper) permet de lier l'une à l'autre les polarités ébauchées plus haut, le lien étant d'ailleurs également fourni par le second volume des aventures de Robinson Crusoé (Farther Adventures of Robinson Crusoe, 1719) dans lequel le personnage fonde sur l'île jadis déserte une colonie où il lui faudra bientôt retourner afin de restaurer l'ordre menacé par des luttes intestines. Plus généralement, les robinsonnades proposent au lecteur une réflexion sur la genèse et l'évolution de la société, quand la fiction de l'île des récits utopiques permet par l'expérimentation imaginaire de porter un regard critique sur la légitimité du système politique et social existant et sur la pertinence des solutions envisagées pour l'améliorer.

4Le second livre de l'Utopie de Thomas More (1716) constitue le premier jalon de la tradition que l'on nommera par la suite « utopique ». Celle-ci est presque toujours associée au thème insulaire dans les textes des XVIIe et XVIIIe siècles qui constituent le corpus des « utopies classiques », étudiées plus loin dans la première partie de l'ouvrage. À la fois repliée sur elle-même et définie par son rapport au continent extérieur, l'île d'Utopie impose la problématique de la communication : impliquant voyages, entretiens et traductions, messages et livres, le texte de More, initialement rédigé en latin, accorde notamment une grande attention à la notion de langue et comporte de nombreux jeux de mots révélés essentiellement par l'onomastique. La communication linguistique, culturelle et géographique était du plus grand intérêt au moment où l'Europe humaniste de la Renaissance retrouvait son héritage classique, et découvrait un Nouveau monde par-delà l'océan Atlantique. Un siècle plus tard, les questionnements engendrés par ces bouleversements sont au cœur du mouvement baroque : l'ultime pièce attribuée à Shakespeare, La Tempête, dont toute l'action (à l'exception de la première scène) se déroule sur l'île du magicien Prospero, fait de l'espace insulaire un instrument d'analyse des rapports de pouvoir, qu'il s'agisse du pouvoir de l'amour, du pouvoir paternel, de celui du magicien sur les êtres et sur la nature, ou bien sûr, du pouvoir politique soumis aux conflits de souveraineté. Mais Shakespeare propose surtout une remarquable réflexion sur le pouvoir du théâtre, qui se révèle pleinement dans l'épilogue de la pièce (pourtant souvent considéré comme médiocre d'un point de vue littéraire). Cette réflexion justifie selon Jean-Michel Racault la localisation insulaire de la pièce, puisque la relation (de nature fictionnelle) établie dans l'œuvre entre l'île et le continent (Naples et Milan) duplique la relation réelle entre la scène où évoluent les comédiens et l'espace de la salle où se tient le public. La catharsis théâtrale que subissent les spectateurs reproduit la repentance de Prospéro et le pardon qu'il obtient d'Alonso l'usurpateur, de sorte que l'île devient « une métaphore du théâtre, et le théâtre une métaphore du monde » (p. 92).

5Le chapitre suivant effectue un retour à l'étude des récits utopiques et en prolonge le discours en s'intéressant à l'utopie narrative classique, apparue en France à la fin du XVIIe siècle : le corpus retenu comprend La Terre Australe Connue (1676) de Gabriel de Foigny et l'Histoire des Sévarambes (1677-79) de Denis Veiras, textes fictionnels qui manifestent dans la localisation géographique un souci de vraisemblance nouveau et partagé à la même période par les autres textes du genre. Dans cette partie de l'ouvrage, Jean-Michel Racault ne borne pas son propos à l'analyse de textes fictionnels et envisage également les représentations de l'insularité proposées à l'époque des grandes expéditions vers les terres australes au début du XVIIIe siècle. Ainsi, De Brosses consacre les livres I et V de L'Histoire des navigations aux Terres Australes (1756) aux projet de colonisation de ces territoires dont la position géographique est plausible mais invérifiable, remplissant en cela les exigences de la localisation utopique, bien que De Brosses insiste sur le caractère scientifique de son expérience spéculative. La conformité de cette étude avec le titre du chapitre où elle est insérée (« De quelques expériences imaginaires entre Renaissance et Lumières ») s'explique par la tension qu'on observe dans l'enquête de De Brosses entre rigueur scientifique et attrait de l'imagination. Les livres I et V de L'Histoire des navigations aux Terres Australes rappellent les récits utopiques par la finalité civilisatrice et pénitentiaire du projet colonial qui y est promu. A la suite du texte de De Brosses, l'œuvre de Bernardin de Saint-Pierre (Paul et Virginie, 1788, bien sûr, mais aussi des textes moins connus tel que son récit de voyage Le Voyage à l'île de France, 1773) offre une alternative à l'idéologie coloniale sous la forme d'une « cosmopolitique » des îles finement analysée dans le chapitre qui clôt la première partie du livre de Jean-Michel Racault.

6La deuxième partie de l'ouvrage est en grande partie consacrée à la représentation de l'île proposée dans Robinson Crusoé (1719) de Daniel Defoe et dans les textes qui en sont inspirés. Ceux-ci peuvent être réinterprétations lointaines de l'hypotexte, comme la cinquième Promenade des Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau (où est évoqué le séjour à l'île Saint-Pierre) et Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre, dans lesquels Jean-Michel Racault examine l'expression du bonheur et de la solitude. Mais les textes analysés dans cette partie revendiquent le plus souvent l'héritage robinsonien, qu'ils adaptent en y ajoutant notamment au 19e siècle le motif du volcan, chez Fenimore Cooper (Le Cratère, 1847) et Jules Verne (L'Ile mystérieuse, 1874), ou en détournant franchement le mythe littéraire au moyen de la parodie (L'École des Robinsons, 1892, de Jules Verne). L'étude s'arrête en guise de conclusion sur Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967) de Michel Tournier, qui clôt un cycle dans les robinsonnades en critiquant l'idéologie coloniale censée animer le texte de Defoe. Jean-Michel Racault démontre, de manière parfois acerbe, le caractère caricatural et même inabouti de l'entreprise de Tournier, s'interrogeant enfin sur l'inéluctabilité de l'évacuation du politique dans la fiction insulaire contemporaine.

7On pourra regretter que cette interrogation finale ne soit pas nourrie par l'analyse de quelques-unes des nombreuses robinsonnades postmodernes, dont Jean-Michel Racault donne sans s'attarder quelques exemples situés hors du champ littéraire (Seul au monde, 2000, de Steven Spielberg, la série télévisée américaine Lost). Néanmoins, l'auteur reconnaît lui-même volontiers le caractère parfois lacunaire et partial, voire discontinu de l' étude qu'il présente (p. 331) : n'était-il pas de toute façon annoncé par le titre du livre, aux airs faussement désinvoltes, ainsi que par le terme d'« aspects » employé dans le sous-titre ? Les limites auxquelles est confrontée la réflexion constituent après tout un effet prévisible du thème insulaire, qui d'après Jean-Michel Racault contamine toujours un peu le discours critique par le principe de dispersion et de multiplicité qui lui est inhérent (p. 9) : elles ne sauraient en aucun cas amoindrir le plaisir pris à la lecture des analyses textuelles précises, riches et limpides qui composent Robinson et Compagnie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie BERNARD, « Jean-Michel Racault, Robinson et compagnie. Aspects de l'insularité politique de Thomas More à Michel Tournier. », E-rea [En ligne], 12.1 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/4194

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org