Navigation – Plan du site
1. La syntaxe du discours direct en anglais

Les problèmes de traduction posés par l’articulation Discours Direct / Récit

Lucie GOURNAY

Résumés

Cet article a pour objet les problèmes de traduction rencontrés dans le cadre de la mise en place des dialogues. À partir d’un corpus de romans anglophones contemporains et leurs traductions françaises publiées, on montre qu’en français, par convention, la rupture entre le récit et le DD est plus linguistiquement construite qu’en anglais. Plus précisément, on argumentera qu’en français, l’encodage linguistique des incises de discours (cf. dit-il) et des énoncés renvoyant à des actions verbales (cf. elle fronça les sourcils) possède un caractère objectif, contraint linguistiquement, et qui est à l’origine de transformations récurrentes dans la traduction de l’anglais vers le français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour Genin (2007), la «  sonorisation conventionnelle des dessins » fait partie de la poétique des (...)

1Dans une bande dessinée, les paroles ou les pensées d’un personnage sont représentées dans une bulle1, parfois à fond blanc et dont les contours, souvent lissés, peuvent devenir irréguliers pour représenter des modalités d’expressions. La saillance de la bulle, son identification à l’un des personnages, amènent à la concevoir en rupture avec la narration visible par le dessin et la narration écrite qui peut être présente dans une zone de texte rectangulaire, à l’intérieur de la vignette.

2Cet article s’intéresse à l’équivalent de la bulle dans les romans contemporains non graphiques. Dans la production littéraire contemporaine, le discours direct (désormais DD), contrairement au discours indirect, est localisé dans des frontières visibles, données par des signes typographiques et de ponctuation. Mais il y a aussi, dans le voisinage du DD, des énoncés qui ont pour fonction de préciser les modalités d’expression de l’échange et d’articuler le changement d’origine énonciative. C’est ce que l’on peut constater dans l’extrait ci-dessous dans lequel est rapporté un dialogue. En dehors des passages au DD (signalés en italiques), il y a des éléments (en gras) qui qualifient les modalités communicationnelles de la prise de paroles.

(1) He watched the door through which she had gone. It was beyond the arch. He smiled. It was a rather tired smile.
Neat, and not a bit gaudy,’ I said.Next time you play the tough part. I don’t like being rough with old ladies – even if they are lying gossips.’
He went on smiling. ‘Same old story.’ He shrugged. ‘Police work. Phooey. She started with facts, as she knew the facts. But they didn’t come fast enough or seem exciting enough. So she tried a little lily-gilding.
He turned and we went into the hall. (Farewell my Lovely, Raymond Chandler)

  • 2 L’expression « incise de discours » est reprise de Beyssade (2012). L’incise de discours se caracté (...)
  • 3 La justification de cette désignation est à lire dans la partie 3.

3Dans l’exemple (1) choisi ici pour son caractère banal, on trouve hors DD, comme indices de frayage d’une nouvelle origine énonciative (Hanote 2004), l’incise de discours2 « I said » et les énoncés appelés ici action-expression3 qui réfèrent à du contenu communicationnel non verbal : « he went on smiling » ; « he shrugged ». Ces deux types d’éléments, à l’instar du contour de la bulle en BD ou encore du marqueur THAT pour le discours indirect (De Mattia 2000), participent à la jonction du discours direct avec le reste de la narration. Ils font partie des conventions (comme la ponctuation) assurant le passage de l’énonciateur–narrateur à l’œuvre dans le récit, à l’énonciateur construit dans le DD et identifiable à un personnage du récit.

4La problématique de cette étude contrastive anglais/français, est de montrer les problèmes de traduction posés par ces conventions qui construisent, dans le discours littéraire contemporain, le changement d’origine énonciative. On focalisera l’analyse sur les deux types d’éléments qui, hors DD, qualifient les modalités de la prise de paroles représentées.

  • 4 Traduction établie avec les étudiants du cours de Version Agrégation Lettres Modernes (Collège Sévi (...)

5Considérons la traduction de (1)4 :

He watched the door through which she had gone. It was beyond the arch. He smiled. It was a rather tired smile.

Neat, and not a bit gaudy,’ I said.Next time you play the tough part. I don’t like being rough with old ladies – even if they are lying gossips.’

He went on smiling. ‘Same old story.’ He shrugged. ‘Police work. Phooey. She started with facts, as she knew the facts. But they didn’t come fast enough or seem exciting enough. So she tried a little lily-gilding.

He turned and we went into the hall.

Ses yeux restèrent fixés sur la porte par laquelle elle avait disparu. C’était après l’embrasure voûtée. Puis il a esquissé sourire, mais d’un air plutôt las.

- Sobre et de bon goût, ai-je commenté. La prochaine fois, c’est toi qui joues le méchant. Je n’aime pas malmener les vieilles dames – même quand ce ne sont rien que des fieffées menteuses.

Il souriait toujours.

- C’est toujours la même histoire ! a-t-il fait en haussant les épaules. C’est ça le boulot de flic. Pfft ! Elle a commencé avec les faits tels qu’elle les connaissait. Mais ils ne lui revenaient pas assez vite ou ils ne lui semblaient pas assez piquants. Alors elle y a mis un peu de piment.

Il s’est retourné et on est sorti dans le hall.

6On observe en (1) que dans le passage vers le français, plusieurs transformations ont lieu, afin d’obtenir une représentation de la prise de paroles qui correspondent aux normes énonciatives et narratives des romans francophones. On identifie ainsi comme potentiels problèmes de traduction :

7- la nécessité d’inverser l’ordre sujet-verbe dans les incises de discours (désormais ID),

8- la tendance à expliciter la fonction langagière de la prise de parole (cf. commenter),

9- la difficulté à placer les énoncés « action-expression » (désormais AE) soit en incise dans le DD (cf. l’ajout d’une incise de discours avec ‘hausser les épaules’ en proposition subordonnée gérondive) soit dans le récit (cf. Il souriait toujours, suivi d’un saut de ligne).

10À partir d’un corpus de romans contemporains et leurs traductions publiées, je montrerai que les problèmes de traduction rencontrés dans le cadre du DD et des éléments qui le qualifient, proviennent du fait qu’en français, par convention, la rupture entre le récit et le DD est plus construite qu’en anglais. Plus précisément, en français, on verra qu’il y a entre l’occurrence de DD et la narration une zone de frayage « objectivée ». Il apparaît ainsi que l’encodage linguistique des ID et des énoncés AE en français possède un caractère objectif qui contraint plus encore qu’en anglais leur contenu à la représentation de ce qui est constatable, visuellement et acoustiquement, dans la situation représentée.

1. Objectivité et discours

11Plusieurs auteurs ont étudié les formes linguistiques typiques d’un « effacement énonciatif » (Rabatel 2003, Vion 2004) ou d’un « effet d’objectivité » (Rosier 2002 : 22), notamment dans le cadre du DD cité dans les textes journalistiques. Comme dans Banfield (1973), il s’agit de mettre en avant les stratégies qui, à un moment donné dans un discours, construisent des énoncés qui ne peuvent plus avoir comme origine le narrateur, que celui-ci soit fictif ou identifiable à un journaliste. Est construit alors la référence à un autre sujet parlant, identifiable à un personnage de la situation décrite.

12Cependant, une autre façon de concevoir l’objectivité dans le discours est envisagée dans Maingueneau (2004), Gournay (2005) et Copy & Gournay (2009) : il s’agit de désigner les énoncés dans lesquels est construite une origine énonciative qui ne peut être identifiée à un sujet parlant, doué d’évaluation. Dans les énoncés étudiés par ces auteurs, on ne peut pas parler de prise en charge ou d’évaluation des valeurs de vérité des relations exprimées.

13Pour Maingueneau (2004), c’est le cas d’énoncés figés comme les proverbes, les adages etc. pour lesquels la vérité est validée indépendamment du point de vue d’un locuteur. L’auteur distingue ainsi le particitateur de l’hyperénonciateur (ibid.), l’origine énonciative représentée dans l’énoncé : l’hyperénonciateur est une autorité qui se place au-dessus des points de vue, et il est identifiable à un thésaurus d’énoncés, partagé par une communauté, une sagesse ou un savoir collectif.

14Dans Gournay (2005), je cerne dans l’énoncé une absence de sujet parlant, absence qui est construite dans des énoncés qui subissent un ensemble de contraintes modales. Là encore, comme dans les énoncés étudiés dans Maingueneau (2004), un figement est constaté. Il s’agit d’un figement relatif, contrairement aux proverbes, mais qui est assez saillant pour être débattu dans la littérature linguistique. C’est le cas pour les énoncés assertifs en (X)-Vb-Sujet, comme Then entered the knight ou On the edge of the cliff above him stood a small farm. Ces énoncés sont figés selon une grammaire du constat : des contraintes formelles portant sur l’aspect, la négation, l’indéfinition, les auxiliaires modaux et l’agentivité permettent de déduire que le potentiel de modalisation, valable pour les énoncés canoniques, n’est pas grammaticalement prévu dans les énoncés à ordre inversé.

  • 5 Cette contrainte qui est observable en français aussi peut s’illustrer par le couple de phrases sui (...)

15En ce qui concerne l’agentivité par exemple, on remarque, dans les deux langues, le caractère non-agentif du procès exprimé dans un énoncé à ordre inversé (Levin et Rappaport Hovav (1996) pour l’anglais, Tasmowski & Willems (1987) pour le français, entre autres). Ainsi, les verbes d’activité trouvés dans les énoncés en (X)-Vb-Sujet ont une interprétation qui neutralise toute agentivité potentielle du procès. Cette propriété explique l’inacceptabilité de *From the roof waved a bearded student par rapport à From the flagpole waved a tattered banner (Levin et Rappaport Hovav 1996, 259)5.

16Ainsi, il existe en anglais et en français un agencement syntaxique qui fonctionne comme un évidentiel, signifiant que la validité d’un énoncé est garantie en référence à une situation accessible pour tous et indépendamment de l’évaluation singulière d’un sujet-parlant. Ceci explique pourquoi ce qui ne se constate pas, par exemple, la participation agentive du sujet à l’origine de l’action représentée, n’est jamais construite dans ces énoncés à ordre inversé.

  • 6 - Hello! qu’elle me fait en britannique.
    - Hello! je lui réponds en français.
    - Vous êtes en panne? e (...)

17Il se trouve qu’en français, indépendamment des inventions d’auteurs qui jouent avec les conventions littéraires comme San Antonio (déjà cité dans Gournay (2000)6, Nita (2011)), Céline, Benacquista et bien d’autres, les ID sont des énoncés figés à ordre inversé en (X)-Vb-Sujet. En anglais, les deux agencements [Sujet - Vb – (X)] vs. [(X) – Vb – Sujet] sont possibles. Ainsi, si l’on se pose la question de savoir comment se construit le passage de relais énonciatif entre le sujet qui narre et le sujet dont les propos sont cités in vivo, les ID sont un premier objet d’étude pertinent, dans les deux langues, de par leur capacité à signifier une première rupture par rapport à une origine énonciative dominante.

2. La traduction des ID vers le français : vers la construction d’un isolat énonciatif

18Les ID constituent une difficulté de traduction, qui va au-delà des remarques sur la disposition des dialogues et des éventuels guillemets (Ballard 2003 : 102 entre autres). Cependant, ces dispositions typographiques, différentes d’une langue à l’autre, sont les indices  de fonctionnements discursifs et énonciatifs singuliers. La non-équivalence du fonctionnement des énoncés en incise en français et anglais est facilement observable à partir d’un corpus de traductions publiées (Gournay 2013).

19En anglais, l’ordre dans l’ID est majoritairement canonique (cf. he said), l’ordre inversé n’étant attesté en anglais contemporain qu’avec un sujet sous la forme d’un GN lexical comme en (2).

(2) “How do you do?” said Violet / *?said she.

- Comment allez-vous ? dit Violette.

  • 7 Il s’agit d’un corpus qui contient 35 extraits de romans anglophones publiés après 1990, ainsi que (...)

20À partir d’un corpus de romans anglophones contemporains7, sur 510 ID collectées de manière aléatoire, 221 sont constituées d’un sujet réalisé sous forme lexicale, et parmi celles-ci, 58 manifestent l’ordre inversé (26%). On voit (ibid) que lorsque c’est syntaxiquement possible, l’ordre inversé pour l’ID est choisi dans moins d’un tiers des cas, alors qu’en français cet ordre est systématique.

  • 8 Le corpus de traductions publiées n’a pas été pré-sélectionné sur des critères de qualité de traduc (...)

21Une autre spécificité des ID en anglais est le choix du verbe de dire. Dans 67% des cas, et encore plus massivement dans les énoncés inversés (avec 81%), il s’agit de SAY. Dans le passage vers le français, on observe une tendance majeure8 (39%) au choix d’un verbe plus qualifiant que DIRE (ibid).

(3) “I realize that my humble home isn't as fancy as the Baudelaire mansion,” Count Olaf said, “but perhaps with a bit of your money we could fix it up a little nicer”.

- Oh ! je suis bien conscient que mon humble demeure est loin d'égaler le chic de la maison Baudelaire, susurra le comte. Mais avec quelques-uns de vos sous, je pense qu'on devrait pouvoir la rendre plus coquette.

(4) “Put those in your trousers pocket”
“What for?” said Billy.
“You’ll see,” Da said with a smile.

« Fourre ça dans ta poche.
- Pour quoi faire ?
-Tu verras », répondit Da avec un sourire.

  • 9 On constate que SAY est traduit dans 15% des cas par un verbe français en RE- (répondre, reprendre, (...)

22Dans ces exemples, l’incise en français permet non seulement d’identifier le locuteur de la prise de parole représentée, mais aussi de donner des indications sur les qualités suprasegmentales (cf. en (3) susurrer) ou de replacer cette parole par rapport à un discours antérieur (cf. en (3) répondre)9. On constate que SAY est traduit dans 15% des cas par un verbe français en RE- (répondre, reprendre, répliquer, rétorquer).

23D’autres schémas de traduction émergent du corpus. Ce sont des schémas qui aboutissent en français à des énoncés dont les verbes déterminent la prise de parole représentée en fonction de l’acte de langage effectué. De même qu’en (4), on voit nettement le lien entre le verbe de l’incise en français et l’acte représenté qui constitue une réponse ou une réplique dans le contexte, on trouve avec d’autres verbes un rapport direct entre le contenu de la prise de paroles représentées et le procès exprimé en incise. De manière saillante, les énoncés traduits concernés par ce schéma de traduction ont une même particularité : l’incise fait suite à du discours direct constitué d’une expression figée, d’une onomatopée ou d’une interjection. Pour ce schéma les verbes faire et lancer, qui en dehors de tout contexte ne référent pas à la prise de paroles, sont récurrents.

(5) "Mind you," said Gramper, "your gran's family were clever, too.

« Remarque, reprit Gramper, que dans la famille de ta grand-mère, on avait aussi de la cervelle. »

(6) "Eeew! " said one of the girls behind me.

- Beurk! a fait une des filles derrière moi.

(7) “Young Tommy Griffiths and young Billy Williams, Mr. Morgan,” he said.

« Le jeune Tommy Griffiths et le jeune Billy Williams, monsieur Morgan », annonça-t-il.

24On constate que le choix d’un verbe plus explicite en français permet de rappeler dans l’incise la fonction de l’acte de langage exprimée, et culturellement codée. Ainsi en (5), la forme verbale Remarque en début de prise de paroles construit l’idée d’un échange de propos dont se fait aussi écho le verbe reprendre ; l’onomatopée en (6), qui permet l’expression non verbalisée du dégoût, correspond à une réaction sonore plus qu’à un dire, ce que traduit le verbe de l’incise faire. Enfin, en (7), l’acte construit correspond à celui de l’annonce qui est naturellement attendue lorsque l’on est amené à présenter des personnes. La nature relativement indéfinie dans ce contexte de SAY en anglais est compatible avec la construction d’un narrateur qui distribue les tours de paroles. Dans le passage vers le français, l’explicitation du dire ou de l’expression verbale permet un repérage direct avec le DD, c'est-à-dire avec la situation de référence représentée.

25Dans le passage vers le français, le changement de verbe de dire s’appuie sans doute sur des normes stylistiques que les traducteurs français ont en tête (Lacaze 2013 : 175). Mais les normes stylistiques pour le linguiste sont dérivées de spécificités énonciatives propres aux systèmes linguistiques en jeu. Autrement dit, ce que montre notre étude c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’éviter la répétition de DIRE mais qu’il s’agit –ce que montrent les schémas étudiés qui vont tous dans ce sens – de conserver dans l’ID un contenu qui fait référence à ce qui est construit par le DD, ni plus (pas de sur-qualification), ni moins (le moins d’indétermination sémantique possible).

26Ainsi, ce changement de verbe va de pair avec un changement d’orientation de l’ID : en français, l’incise a pour fonction d’expliciter ce qui est implicitement construit dans le dialogue en référence au contenu de parole ou à l’interaction conversationnelle. L’origine énonciative construite dans l’ID en français semble ainsi objectivée ; elle n’est plus identifiable à un sujet narrant ou parlant mais elle est identifiable à la situation de conversation, comme si elle était construite indépendamment de la narration.

27En anglais, l’ID contient des éléments d’indétermination, comme la répétition du SAY indépendamment de ce qui se joue dans le dialogue. L’ID est moins liée aux caractéristiques constatables du DD représenté qu’elle ne l’est aux énoncés du récit pris en charge par un narrateur. Ceci se voit aussi dans la traduction d’ID coordonnées avec des énoncés moins figés et dont la référence permet une avancée du récit. Comme on le voit en (8) il s’agit d’une incise coordonnée à une proposition, l’ensemble représentant une prise de paroles suivie d’une occurrence distincte d’action.

(8) “All right, this way,” he said, and headed off at a rapid walk.

« C’est bon, venez par ici », dit-il avant de s’éloigner à grands pas.
* ?dit-il et il s’éloigna à grands pas.

(9) “Oh!” said Sunny, and everyone knew what she meant.

Bouh ! fit Prunille. Et chacun comprit ce qu’elle entendait par là.

28En (8) et (9), on voit que la coordination des procès de dire et d’action en anglais n’est pas maintenue dans le passage vers le français. C’est une observation vérifiée dans un tiers des cas si l’on prend les données du corpus. Dans la traduction en français de (8), le procès d’action (cf. s’éloigner à grands pas) qui se trouve dans une proposition secondaire, n’est pas sur le même plan prédicatif que le procès de dire : il sert de procès repère, qualifiant l’occurrence de dire. Dans l’exemple (9) on voit un autre schéma : cette fois, le procès d’action est exprimé en dehors de l’ID. Une relance de l’énonciation par le marqueur ET à l’initiale permet de distinguer nettement l’ID qui précède du nouvel énoncé du récit.

29La coordination d’une ID avec un énoncé dont le procès réfère à une action qui n’est pas de dire, semble très contrainte en français, comme déjà vu dans Hoarau (1997). L’hypothèse explorée ici est que cela provient du rôle particulier de l’ID, construit en français en tant que prédication objectivée et neutralisant de ce fait toute agentivité et toute transitivité. Nous allons voir dans la partie suivante comment le paramètre de l’agentivité est à prendre en compte dans la traduction des AE.

3. La traduction des AE vers le français : contraintes de cohérence énonciative

30Plusieurs auteurs ont signalé l’importance de prendre en compte des verbes de gestes qui dans des contextes particuliers s’apparentent à des verbes de dire dans les ID (comme Rosier 1999) ou que l’on retrouve au sein d’énoncés situés dans le voisinage du DD (Nita 2011). Si l’on s’intéresse à l’ID non pas pour ses propriétés syntaxiques comme dans Gournay (2000) mais pour ses fonctions narratives de présentation du DD, il semble effectivement limité (Lacaze 2011) de se focaliser uniquement sur la notion classique d’incise. Il se trouve aussi que ces verbes de gestes, lorsqu’ils fonctionnent en relation avec du discours, peuvent poser d’intéressants problèmes de traduction, dont les traducteurs ne semblent pas avoir conscience.

31Dans cette étude, nous parlerons d’AE pour désignés les « énoncés actions-expressions ». Les AE sont des énoncés qui se trouvent dans le voisinage du DD. Ils réfèrent à des actions physiques, constatables, mais qui ont une valeur communicationnelle, de sorte que ces actions peuvent tenir lieu de parole ou définir des modalités conversationnelles. Dans la littérature contemporaine anglophone, tous genres confondus, ces énoncés sont très fréquents dans le voisinage du DD.

(10) ‘Business friend?’
‘Sort of.’
‘Sort of.’ She nodded. ‘You're James Fincham, you're a sort of business friend of my father's, and you've just killed a man in our house.’
I put my head on one side, and tried to show that yes, sometimes it's an absolute bugger of a world.
She showed her teeth again.
‘And that's it, is it? That's your CV?’

(11) “So today you say nothing. No outbursts, nothing. Got that?”
He nodded and frowned.
“Are you going to be all right, Louis?”
He nodded glumly.

32On peut voir en (10) et (11) l’intégration de ces énoncés qui ne sont pas formellement inclus dans le DD mais qui sont indissociables de celui-ci, notamment quand ils représentent un événement narratif qui déclenche la prise de parole qui suit. C’est le cas en (11) avec he nodded and frowned : l’expression d’inquiétude que l’on peut déduire du froncement de sourcils motive la reprise avec la question « Are you going to be all right, Louis ? ». Des AE comme she showed her teeth again en (10) réfèrent aux conditions d’expression de ce qui suit (cf. ‘And that’s it…) en précisant l’état d’esprit du personnage qui prend la parole.

33Au-delà de leur fonction dans le dialogue, les AE se caractérisent, comme nous allons le voir, par le figement relatif qu’elles subissent, et par le flou interprétatif sur l’agentivité de l’action représentée. On notera qu’en (10) avec « I put my head on one side and tried to show that yes, sometimes it's an absolute bugger of a world » il y a d’abord un énoncé identifiable à une AE (I put my head on one side) puis un énoncé plus complexe et qui fait référence à l’intention verbale sous-entendue dans le geste. On passe ainsi d’un renvoi à du visuellement constatable dans la situation décrite à, dans un second temps, une référence à ce qui est connu pour un sujet. L’hybridité de la focalisation et la compatibilité avec différents types d’énoncés est aussi une caractéristique des AE en anglais.

34À partir du corpus de littérature contemporaine déjà mentionné, 125 AE ont été extraits. Tous suivent la structure Sujet-verbe sans aucun élément avant le sujet. Par exemple on ne trouve pas de Now, Then, Next, After that (etc.), les connecteurs classiques du récit. Les AE par ailleurs sont signalées principalement par la récurrence des mêmes verbes dont frown, groan, nod, pause, shrug, smile, smirk, sigh, swallow. Ces verbes apparaissent dans les AE, dans les énoncés narratifs, et parfois se retrouvent dans les ID, comme sigh. Ainsi, il peut être délicat d’identifier une AE d’un énoncé du récit.

(12) I shook my head.
“There is no expert coming in from New York, Earl. The best camera and photo experts in the world are right here in Hollywood.”
Now Earl nodded and his eyes held mine for a moment in the rearview mirror. Then he looked back at the road ahead.
“I see,” he said, nodding again.

35En (12) par exemple, il semble pertinent de distinguer I shook my head qui introduit la polarité du DD qui suit sans liaison, du passage en Now Earl nodded and his eyes….ahead dont l’encodage linguistique avec les adverbes Now, then construit un lien explicite avec l’avancée du récit. Dans le premier cas, a priori, on a bien affaire à une AE, alors que dans le second, on retrouve une complexité linguistique qui amène à penser que le verbe nod se situe dans un énoncé du récit. Au passage on remarque aussi l’emploi de nod, en tant que forme verbale secondaire qualifiante, dans l’ID qui termine cet extrait.

36Dans 64% des cas du corpus, l’AE est constituée uniquement d’un sujet sous forme pronominale ou lexicale et d’un verbe comme on le voit en (10) : she nodded. Mais l’AE peut être un peu plus complexe, suivant un schéma Sujet-verbe-adverbe comme en (11) she nodded glumly ou avec pour élément adverbial une participiale (23%). Enfin, dans 10% des cas, on trouve une AE avec complément d’objet : cet objet réfère à une partie du corps (teeth, head, eyes, eyebrow…).

37Ne sont pas attestés dans les AE du corpus, les négations, les auxiliaires modaux, les formes aspectuelles complexes, le passif et les indéfinis comme someone groaned susceptibles d’être rencontrés dans un autre contexte (eg I heard someone groaned).

38Ainsi si l’ordre des mots qui les régit est canonique, les AE ont des caractéristiques d’énoncés non-canoniques comme les inversions vues plus haut ou les énoncés à jugement thétique (Ladusaw 2000, Rousseau 2008 entre autres). Comme pour les énoncés thétiques, il apparaît que c’est la situation d’énonciation citée qui sert de repère constitutif et non la référence du sujet grammatical. En d’autres termes les AE ne sont pas d’éventuelles réponses à la question « que fait-il ou que fait-elle » mais plutôt à une question du type « que se passe-t-il ensuite ». On notera à ce propos qu’en anglais les AE peuvent introduire une prise de parole ou une pensée, et qu’ils sont majoritairement placées devant le discours ainsi cité, à l’instar d’un énoncé introducteur de discours en « He said : ».

(13) “That’s none a your concern. What I’d like to know is why you’re so interested.”
I shrugged. “I’m not, really. Just curious.”

(14) ‘So, my friend. To business,’ said Spiro, fixing Artemis with his close-set dark eyes. ‘I’ve been salivating all the way across the Atlantic. What have you got for me?’
Artemis frowned. He’d hoped business could wait until after lunch.

39On voit dans ces deux exemples que l’AE peut servir à introduire du DD, c’est le cas en (13), ou de la pensée rapportée comme en (14).

40Cependant, si les propriétés déjà énoncées, porteuses de figement, les singularisent, les AE demeurent en anglais combinables avec les énoncés narratifs non contraints, comme le montrent quelques cas de coordination avec des énoncés plus élaborés (cf. 10) ou l’enchaînement dans le même paragraphe avec des énoncés du récit.

(15) “Those were the days,” he said quietly.
Da frowned with disapproval—such talk suggested the lusts of the flesh—but Mam was cheered by her father's compliments, and she smiled as she put his breakfast in front of him.

41On voit ainsi à quel point les AE, comme définies ici, sont des énoncés hybrides, assimilables à des ID parce qu’ils sont liés aux formes de discours rapporté et que leur figement syntaxique les distingue des énoncés du récit. En même temps les AE en anglais demeurent associables à des énoncés du récit. En (15) par exemple l’AE permet d’introduire une pensée rapportée balisée par des tirets (cf. such talk suggested the lusts of the flesh).

42Si l’on considère la valeur agentive du procès dans l’AE en anglais, on constate qu’elle est neutralisée : l’action exprimée est envisagée en tant qu’événement significatif, indépendamment de l’intention communicationnelle d’un agent. La représentation se fait par le biais d’une focalisation extérieure, ce qui explique pourquoi des AE à la première personne sont possibles. En (13), l’énoncé I shrugged construit un événement perceptible dans la situation de conversation, sans que le point de vue du personnage, auquel le pronom I réfère dans les parties récit, ne soit mobilisé. Une distinction point de vue objectivé/ narrateur-personnage ne pose pas a priori de problème en anglais.

43Dans le passage vers le français, les types d’énoncés et les repérages énonciatifs qui les fondent semblent moins hybrides. Plusieurs schémas de traduction sont ainsi déployés pour éviter ce que l’on pourrait appeler un problème de point de vue. Dans les deux exemples ci-dessous et leurs traductions publiées on observe que la traduction très calquée des AE en français amène des ambiguïtés d’interprétation qui remettent en cause la pertinence de la traduction.

(16) “No, we av nem. Ma Tea Eez Reesh.”
I frowned, the others laughed. I turned to Jean-Pierre for help.

- No. We have un nom: Maille Tea Iz Riche.
Je fronçai les sourcils, les autres s’esclaffèrent. Je cherchai un secours du côté de Jean-Marie, mais il regardait ailleurs.

(17) “You know what is happening to me?” he asked.
She swallowed, backing away further.
“You’re changing.”

— Tu sais ce qui m'arrive ? demanda-t-il.
Elle déglutit en continuant à reculer.
— Tu changes.

44Il semble qu’en français, la mise en relation avec des énoncés élaborés, type récit, bloque la construction d’une AE : l’événement n’est plus strictement communicationnel, perçu en soi dans une situation représentée de manière vivide. Ainsi, en (16) avec je fronçai les sourcils, une interprétation possible du passage est qu’il a fait exprès de faire cette grimace, pour déclencher l’hilarité. L’autre interprétation – il a ce réflexe expressif, les autres ont une autre réaction–, sans être écartée, est plus improbable en raison du point de vue dominant construit dans ce passage : l’origine énonciative est identifiable, contrairement à ce qui se passe dans le dialogue, au narrateur exprimé par « je ». Bien que le passé simple construise une rupture énonciative par rapport à la situation d’énonciation, il y a une difficulté à interpréter « Je fronçai les sourcils » dans un passage qui combine les points de vue : celui d’une origine qui perçoit la scène (qui ne peut être confondue avec le narrateur) et celui du personnage-narrateur.

  • 10 Du type Il s’efforça de déglutir, mais il avait la gorge sèche.
  • 11 Si l’on compare ce que les auteurs francophones produisent spontanément, on constate en effet que d (...)

45En (17), il y a dans la traduction publiée un problème relatif à la difficulté qu’il y a à concevoir un rapport entre la micro-action ponctuelle exprimée par déglutir et celle de continuer à reculer. Les deux actions sont en effet très hétérogènes car elles ne mobilisent pas la même échelle de constat ni les mêmes représentations aspectuelles. Si l’on s’appuie sur l’analogie de la caméra, la première action est rendue perceptible grâce à un gros plan  ponctuel ; la seconde par un plan élargi qui s’inscrit dans une certaine durée. Aussi, du fait de leur mise en relation, ces deux actions semblent plutôt interprétables comme des actions intentionnelles. Cette interprétation dominante, hors contexte spécifique10, pose un problème dans le cas de déglutir  qui primitivement n’est pas identifié à une action intentionnelle. La combinaison de ces deux actions, dans ce contexte et avec les valeurs aspectuelles discutées, aboutit à une impasse pour l’interprétation11.

46Le corpus effectué pour cette étude révèle globalement qu’une majorité de traducteurs n’ont pas conscience de la singularité énonciative des AE, ce qui est perceptible dans le corpus par la proportion massive de traductions littérales du même type que (16) et (17).

47Cependant, le corpus révèle secondairement quelques tendances de traduction non calquées, qui sont révélatrices d’une tendance : celle de maintenir une cohérence énonciative, pour que l’interprétation de l’AE en français se fasse dans un contexte d’objectivité discursive garantie.

48Premièrement, on observe une transformation récurrente qui met en œuvre l’insertion de l’AE dans l’incise. L’AE, associée à l’ID, bénéficie ainsi de l’environnement énonciatif objectivé de l’ID.

(18) “You going to be ready for this test?”
I didn't answer.
“You look awful.” He frowned. “Is everything okay?”
“Just… tired.”

« Tu es prêt pour l’exam’ de latin ? » Je n’ai pas répondu.
— Dis donc, tu as une sale mine, a-t-il ajouté en fronçant les sourcils.
Il y a quelque chose qui ne va pas ?
— Je suis fatigué, c’est tout.

(19) “Symbols carry different meanings in different settings,” Langdon said. “Primarily, the pentacle is a pagan religious symbol.”
Fache nodded. “Devil worship.”

— Les significations des symboles varient selon le contexte. Le pentagramme était au début l’apanage de religions païennes.
— Les cultes démoniaques…, fit le commissaire en hochant la tête.

49En (18), dans l’énoncé original, l’AE se trouve entre deux prises de paroles du même locuteur. Dans le passage vers le français, le renvoi à la mimique communicationnelle se fait dans le cadre d’une ID dont le verbe de dire est ajouter. L’ID, comprenant une proposition au gérondif, combine ainsi les qualifications possibles de la prise de parole : le locuteur est explicité, la reprise aussi, ainsi que les modalités perceptibles, exprimée en anglais par l’AE et que l’on peut gloser en « il a l’air soucieux ». En (19), en anglais, l’AE qui donne des indications modales sur la prise de paroles qui suit et sur le rapport avec ce qui vient d’être dit joue un rôle de connecteur de discours. Dans la traduction publiée, la référence à l’action communicationnelle est placée dans l’ID, et qualifie une prise de parole déjà posée. Dans ces deux cas de figure on voit que l’expression de l’action communicationnelle est intégrée à la zone de prédication objectivée de l’ID. L’interprétation des verbes d’action-expression dans ce contexte n’est pas ambiguë : la focalisation externe construite par la syntaxe impose la neutralisation de l’interprétation agentive. C’est la scène, comme elle est constatable, qui est représentée.

50On voit ainsi que le caractère hybride des AE en anglais est neutralisé dans le passage vers le français où l’inclusion de l’action-expression dans une ID est la manifestation d’un choix en faveur d’une cohérence énonciative : l’habillage de la prise de parole est « objectivé », et dépend d’informations récupérables dans la situation de discours comme elle est citée.

51Un autre schéma de traduction permet de neutraliser le problème d’agentivité vu en (16). Il s’agit d’opter en français pour une représentation de l’AE sous la forme d’une action non contrôlée par le sujet qui en est le siège. C’est ce qui est illustré en (20) et (21) :

(20) ‘There is no Fowl Industries.’
Artemis smirked. ‘There will be.’

- La société ElectroFowl Industries n'existe pas.
Artemis eut un petit rire hautain.
- Elle existera un jour.

(20’) Artemis rit d’un air hautain

(21) ‘And don’t you dare let it burn, I want every-a thing perfect on Duddy’s birthday’
Harry groaned. ‘What did you say?’ his aunt snapped through the door.

— Ne le laisse surtout pas brûler. Tout doit être absolument parfait le jour de l’anniversaire de Dudley.
Harry émit un grognement.
— Qu’est-ce que tu dis? glapit sa tante derrière la porte.

(21’) Harry grogna.

52Dans le passage vers le français, les AE sont explicitement représentées sous l’angle d’une focalisation externe, en rupture avec une origine capable d’évaluer l’agentivité d’un procès. Les périphrases « avoir un rire » ou « émettre un son » réfèrent dans ce contexte à une action en tant qu’événement perceptible par tous et non comme une action intentionnelle ou contrôlée.

53Ceci apparaît clairement lorsque l’on compare avec leurs équivalents comme en (20’) et (21’). Contrairement à il émit un grognement, la traduction littérale en Harry grogna ne focaliserait pas sur l’expression de la manifestation physique de l’action. Alors qu’ Harry émit un grognement permet de représenter une occurrence de bruit dont Harry est le siège, l’énoncé Harry grogna s’interprèterait avant tout comme la manifestation d’un mécontentement ou d’une menace. On retrouve la même comparaison avec l’expression du rire hautain en (20). Le rire est soit exprimé en fonction d’une occurrence d’événement constatable (cf. il eut un petit rire hautain) dont le sujet animé est le siège, soit en fonction d’une relation agent-procès potentiellement sous-jacente (cf. Il rit d’un air hautain).

54Autrement dit, dans ces exemples en français, émerge une périphrase qui met en avant les caractéristiques constatables d’un procès, neutralisant ainsi toute valeur liée aux motivations ou à la conséquence de l’action représentée.

55On a vu deux transformations récurrentes dans notre corpus d’étude, selon lesquelles l’AE hybride en anglais donne lieu en français à une AE repérée par rapport au DD, que ce soit par le biais d’une ID ou d’un énoncé qui focalise sur les propriétés perceptibles de l’action représentée.

56Il y a d’autres cas observables dans le corpus, mais moins récurrents. Comme illustré en (1), il arrive que le traducteur opte au contraire pour un repérage de l’AE par rapport au récit, mais dans ce cas, l’AE en anglais perd de sa qualité dans le passage vers le français. Enfin, il y a plusieurs occurrences de non traduction de l’AE, particulièrement dans les passages où ceux-ci sont nombreux. Cependant, ce qu’il faut retenir globalement de l’observation faite sur un le corpus, c’est que les traducteurs ne sont pas conscients des problèmes de traduction posés par les AE et optent massivement pour le calque sans réaliser les problèmes d’interprétation et de cohérence narrative qui en découlent.

Conclusion

57Cette étude confirme que la mise en place du dialogue au sein des récits contemporains n’obéit pas aux mêmes normes en français et en anglais. Pour reprendre l’analogie de la bulle de bande dessinée, on peut dire que la « bulle » qui met en scène le dialogue dans les romans contemporains en français a tendance à être en rupture par rapport au récit alors qu’en anglais, les contours de cette « bulle » construite linguistiquement sont moins marqués. C’est l’analyse de faits de traduction précis qui nous l’indique. En anglais, alors que le dialogue est majoritairement pris en charge énonciativement par le narrateur, qui est ainsi un « citant », en français, il y a un passage de relais énonciatif du narrateur à une instance origine non subjective : la situation d’échange de paroles est représentée en tant que telle, dans une zone de repérages prédicatifs objectivés. Ce sont des phénomènes attestés de figement syntaxiques et sémantiques qui autorisent cette hypothèse.

  • 12 Un exemple :
    (10) The policeman came round to my open window and placed one meaty hand on the sill (...)

58En ce qui concerne l’ID, si l’on considère les tendances illustrées ci-haut, ainsi que la tendance à omettre l’incise dans le passage en français (10% des cas sur l’ensemble du corpus) quand celle-ci est trop indéterminée (2 locuteurs auxquels on réfère par des pronoms, alternance de prise de parole, pas d’information qualitative12…), on a des arguments permettant de distinguer les fondements énonciatifs à l’œuvre dans l’ID en anglais par rapport au français. En effet, alors que l’origine énonciative prédiquant la prise de parole en anglais est majoritairement identifiable au narrateur du récit, en français, l’origine en question se distingue du narrateur et grâce à un frayage linguistique, elle est identifiable sur la base d’un champ de connaissances partagées, mise en place à travers le dialogue représenté. Ceci va dans le sens en français d’un passage de relais énonciatif plus marqué, entre la subjectivité d’un narrateur et celle des personnages cités.

59Il reste du travail à faire sur les énoncés AE, mais ce travail d’analyse ne doit pas se limiter à l’observation d’un corpus bilingue. En effet, on voit dans cette étude que le calque est encore la transformation la plus récurrente, indépendamment des problèmes d’interprétation posés en français et on a des raisons de penser qu’il ne s’agit pas d’un choix traductologique adopté par les traducteurs. Seule une étude contrastive combinant corpus bilingues et corpus comparables, pourrait montrer l’écart qui existe entre les AE en français et les AE dans les traductions françaises. Pour mener à bien ce travail, il est essentiel de prendre en compte le caractère culturel –cliché– des actions communicationnelles, comme elles sont représentées dans les récits contemporains, dans l’une et l’autre langue.

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Michel (2003) La Version réfléchie, Gap, Ophrys.

Banfield, Ann, (1973) “Narrative Style and the Grammar of Direct and Indirect Speech”, Foundations of Language, vol. 10.

Beyssade, Claire (2012), « Le statut sémantique des incises et des incidentes du français », in Langages, n°186, 115-130.

Copy, Christine, Gournay, Lucie (2009) : « Locative Inversion in Discourse: a Strategy of Non-commitment. » Discours, 5 | 2009, [En ligne], mis en ligne le 04 novembre 2009. URL : http://discours.revues.org/index7355.html.

De Mattia, Monique (2000) Le discours Indirect en Anglais contemporain, Publication de l'université de Provence.

Flaux, Nelly, Zaragoza, Georges (2002) L'inversion du sujet dans les didascalies. In: L'Information Grammaticale, N. 95, 2002, 31-37.

Genin, Christophe (2007) « Cadres et démesure. Little Nemo sans repère » in Fresnault-Deruelle, Pierre, Samson, Jacques (eds) Poétiques de la bande-dessinée, Paris, L’Harmattan.

Gournay, Lucie (2000). « Linguistique contrastive et narratologie : dit-il, he said… ce que nous apprend l’analyse des énoncés en incise sur la relation entre récit et discours direct », Linguistique contrastive et traduction T.5, Gap : Ophrys, 34-64.

Gournay, Lucie (2005) : «  Quand l’agencement est la trace d’une prédication ‘objectivée’ ». AUC, Série Langues et littératures romanes, numéro spécial, an IX, 2005, Craiova, editura universitaria, 65-74.

Gournay, Lucie (2013) « Traductions des énoncés en incise du discours direct : l’apport de la linguistique contrastive », in Études de Linguistique Appliquée (ELA), n°172, Klincksieck.

Hanote, Sylvie (2004) « Des Introducteurs de discours aux indices de frayage », in LOPEZ-MUÑOZ, J-M, MARNETTE, S. & L. ROSIER (dir.), Le Discours rapporté dans tous ses états : question de frontières ?, L’Harmattan, Paris, 538-48.

Hoarau, Lucie (1997) Etude contrastive de la coordination en français et en anglais, Editions Ophrys, Paris, numéro spécial de linguistique contrastive et traduction.

Lacaze, Grégoire (2011) « De l’incise au segment contextualisant : un changement d’horizon dans l’introduction du discours direct », Études de Stylistique Anglaise N°1 (mars 2011), 25-44.

Lacaze, Grégoire (2013) « Analyse contrastive des changements syntaxiques et sémantiques affectant le discours direct dans The Pearl et La perle de John Steinbeck », Études de Stylistique Anglaise N°5 (mai 2013), 173-189.

Ladusaw, William (2000) Thetic and categorical, Stage and Individual, Weak and Strong, in Negation and polarity: Syntactic and semantic perspectives, Horn and Kato (eds), Oxford University Press, 220-229.

Levin, Beth, Rappaport Hovav Malka (1996) Unaccusativity: at the syntax-lexical semantics interface, Linguistic inquiry monograph; 26, The MIT Press.

Maingueneau, Dominique (2004) : « Hyperénonciateur et ‘particitation’ », Langages 156, A. Rabatel (éd). Effacement énonciatif et discours rapportés, 111-126.

Nita, Raluca (2011) « Verbaliser le geste et représenter la parole : les enjeux du discours direct », dans Citations I : Citer à travers les formes. Intersémiotique de la citation. « Discours rapporté, citation et pratiques sémiotiques », A. Joubert, J. M. Lopez Munoz, S. Marnette, L. Rosier et C. Stolz (éds.), Editions Academia, 109-125.

Rabatel, Alain (2003) « Les verbes de perception en contexte d'effacement énonciatif : du point de vue représenté aux discours représentés », Travaux de linguistique 1/2003 (no46), 49-88.

Rosier, Laurence (1999) Discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Rosier, Laurence (2002) « La presse et les modalités du discours rapporté : l'effet d'hyperréalisme du discours direct surmarqué ». In: L'Information Grammaticale, n°. 94, 27-32.

Rousseau, André (2008) « Dualité et ambivalence de la notion de proposition », Cahiers de l’ILSL, n°25, 181-200.

Tasmowski, Liliane, Willems, Dominique (1987). « Les phrases à première position actancielle vide : « Par la porte ouverte (il) entrait une odeur de nuit et de fleurs » », Travaux de linguistique, in L’ordre des mots, n°14-15, 177-192.

Vion, Robert (2004) « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages n° 156, 96-110.

Haut de page

Notes

1 Pour Genin (2007), la «  sonorisation conventionnelle des dessins » fait partie de la poétique des BD et elle est établie par les bulles et les onomatopées.

2 L’expression « incise de discours » est reprise de Beyssade (2012). L’incise de discours se caractérise par la présence d’une phrase-hôte : « Ce que l’incise présuppose, c’est, indirectement, l’existence d’un original (dire ou pensée) auquel la phrase-hôte à laquelle elle se rattache réfère par imitation » (ibid, 128).

3 La justification de cette désignation est à lire dans la partie 3.

4 Traduction établie avec les étudiants du cours de Version Agrégation Lettres Modernes (Collège Sévigné 2010).

5 Cette contrainte qui est observable en français aussi peut s’illustrer par le couple de phrases suivant :

?*À la table de gauche buvait un homme âgé.
À la table de gauche se trouvait /ronflait un homme âgé.

6 - Hello! qu’elle me fait en britannique.
- Hello! je lui réponds en français.
- Vous êtes en panne? enchaîne l’exquise. (San Antonio, Ne soldez pas Grand-mère, elle brosse encore)

7 Il s’agit d’un corpus qui contient 35 extraits de romans anglophones publiés après 1990, ainsi que leur traduction publiée. Ce corpus est intégré au dispositif CODEXT développé à IMAGER/LIDIL12 : l’alignement et les requêtes sont effectués sous le logiciel LOGITERM, et les résultats compilés dans un fichier multi feuillet Excel.

8 Le corpus de traductions publiées n’a pas été pré-sélectionné sur des critères de qualité de traduction. Sa fiabilité en ce qui concerne la version française est donc moyenne concernant la qualité du français. C’est pourquoi, lorsqu’un schéma de traduction peut être observé et qu’il ne s’agit pas d’un schéma de traduction littérale, il est raisonnable de déduire qu’il révèle une tendance contrastive.

9 On constate que SAY est traduit dans 15% des cas par un verbe français en RE- (répondre, reprendre, répliquer, rétorquer).

10 Du type Il s’efforça de déglutir, mais il avait la gorge sèche.

11 Si l’on compare ce que les auteurs francophones produisent spontanément, on constate en effet que dans Frantext (recherche Romans après 1970) :

- il n’y a aucune occurrence de « je fronçai les sourcils » alors même qu’on trouve 38 occurrences de « X fronça les sourcils » dans des contextes de dialogue ;

- il y a deux occurrences du verbe « déglutir » comme verbe de dire dans un même roman de Jean Echenoz et 18 occurrences du verbe dans des énoncés hors sphère de dialogue, avec une référence non communicationnelle.

12 Un exemple :
(10) The policeman came round to my open window and placed one meaty hand on the sill.
What's the hurry?’ he said.
‘No hurry, officer,’ I answered.

Le policier fit le tour de la voiture, s'approcha de ma vitre ouverte et appuya une de ses grosses mains sur le rebord.
« Vous êtes pressé ? » Ø
« Non, Monsieur. Je ne suis pas pressé. » Ø

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie GOURNAY, « Les problèmes de traduction posés par l’articulation Discours Direct / Récit », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/4211 ; DOI : 10.4000/erea.4211

Haut de page

Auteur

Lucie GOURNAY

Université Paris Est, IMAGER, 94000 Créteil Cedex
Lucie Gournay is a Professor of English linguistics at the University of Paris Est Creteil (UPEC). She received her PHD in English linguistics from University Paris Diderot in 1996 and she was a member of the Paris Diderot faculty from 1997 to 2007. After taking her Habilitation à Diriger des Recherches in 2007, she joined UPEC as a full professor. Her fields of research are contrastive linguistics, enunciative analysis and lexical semantics. She has published articles on topics including word order, discourse markers, false cognates, and objectivity in languages. As co-director of a professional Master degree, she is very much involved in the training of students who aim to become professional writers and translators.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org