Navigation – Plan du site
1. La syntaxe du discours direct en anglais

La Monstruosité du discours direct : perspective diachronique

Élise LOUVIOT

Résumés

Syntaxiquement, un discours représenté au style direct est souvent interprété comme le complément d’objet direct du verbe de parole. Cet article examine quelques textes anglais parmi les plus anciens et les plus archaïques (un ensemble de huit poèmes vieil-anglais) afin de déterminer si une telle interprétation peut s’appliquer à ce corpus. Il semble que ce ne soit pas le cas. Sémantiquement, aux débuts de la culture écrite, le discours n’est pas perçu comme un objet mais comme un événement. Syntaxiquement, les discours représentés au style direct dans la poésie vieil-anglaise se rencontrent fréquemment avec des verbes de paroles intransitifs ou déjà pourvus d’un autre complément d’objet. Il semble que, dans la poésie vieil-anglaise en tous cas, le discours direct relève véritablement de la parataxe : il s’agit d’une succession de deux discours sans aucune imbrication syntaxique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Authier-Revuz, 1992 et 1993. « Repères dans le champ du discours rapporté », L’informati (...)

1Le terme de « monstruosité », utilisé dans le titre de cet article, est emprunté à Jacqueline Authier-Revuz, qui s’en sert pour décrire le caractère non-canonique de la syntaxe du discours direct1. Il est en effet courant d’analyser le discours représenté au style direct comme le complément d’objet direct (COD) du verbe de parole, comme dans cet exemple :

(1) Bob said, ‘I’m happy.’ (COD de said)

2La syntaxe du discours direct est ainsi alignée sur celle du discours indirect, où la complétive constitue le COD du verbe de parole :

(2) Bob said that he was happy. (COD de said)

  • 2 Voir notamment, dans ce numéro, Lucie Gournay, « Entre Discours Direct et Narration : Un discours o (...)

3Cette interprétation se justifie notamment par le fait que le verbe say, de loin le verbe introducteur le plus courant en anglais contemporain2, ne peut normalement pas s’utiliser sans COD :

(3) *Bob said.

4Le fait que (1) et (2) soient acceptables, au contraire de (3), se comprend si l’on admet qu’il y a bien un COD en (1) et en (2).

  • 3 Voir en particulier Ann Banfield, 1982, Unspeakable Sentences: Narration and Representation in the (...)

5Cependant, si la forme prise par le COD en (2) est tout à fait canonique, il en va autrement en (1), où le segment a toutes les apparences d’un énoncé autonome. Cette autonomie ayant déjà été abondamment commentée par d’autres,3 on se contentera d’en rappeler brièvement certains des traits les plus frappants. En premier lieu, le discours représenté au style direct peut prendre la forme d’une question (4), d’une exclamation (5), d’une interjection (6) ou d’un énoncé tronqué (7) :

(4) The girl murmured. ‘How should I not know it?’ (The French Lieutenant’s Woman, p. 67)

(5) The saying currently blabbed by posters, TV ads, and government junk mail, ran: ‘Emigrate or degenerate! The choice is yours!’ (Do Androids Dream of Electric Sheep? p. 8)

(6) ‘I’ll get him,’ said Jem. ‘He-y!’ (To Kill a Mocking-Bird, p.287)

(7) ‘Nineteen-hundred,’ I echoed. ‘Say—’ (To Kill a Mocking-Bird, p. 38)

6L’autonomie du discours représenté se manifeste aussi sur le plan énonciatif puisque le repérage ne se fait pas selon la même origine dans le discours représenté et dans le discours cadre. Ainsi, en (8), le même personnage est désigné comme une tierce personne dans le discours cadre mais identifié au locuteur dans le discours représenté.

(8) The girl murmured. ‘How should I not know it?’ (The French Lieutenant’s Woman, p. 67)

7Les deux énoncés peuvent même utiliser des codes différents, comme en (9), où le discours représenté emploie une variété d’anglais non-standard, ou en (10), où le discours représenté emploie une autre langue :

(9) The street lights were on, and we glimpsed Calpurnia’s indignant profile as we passed beneath them. ‘Mister Jem, I thought you was gettin’ some kinda head on your shoulders— the very idea, she’s your little sister! The very idea, sir! You oughta be perfectly ashamed of yourself — ain’t you got any sense at all? (To Kill a Mocking-Bird, p. 229)

(10) She closed her eyes briefly and said ‘Dios mio por favor’ (Believing the Lie, p. 583)

8Par ailleurs, si l’on admet que le discours représenté au style direct constitue le COD du verbe de parole, alors la position de ce COD est également très souvent atypique, comme en (11) :

(11) ‘I’m from the San Francisco Police Department,’ he said. (Do Androids Dream of Electronic Sheep, p. 86)

9Cette position non-canonique est d’autant plus étonnante que l’anglais se caractérise habituellement par un ordre des mots assez rigide, ne dérogeant que rarement à l’ordre Sujet Verbe Objet dans les phrases assertives. Enfin, que dire des cas, relativement fréquents, où aucun verbe de parole n’est exprimé ? Peut-on concevoir un COD qui ne se rapporterait pas à un verbe ? La conception du discours représenté au style direct comme un COD, pour nécessaire qu’elle paraisse a priori au vu de la transitivité de say, est donc extrêmement problématique.

  • 4 La poésie vieil-anglaise présente un double avantage par rapport à la prose de la même période. D’u (...)

10Il paraît important de s’interroger à nouveau sur le lien entre le verbe de parole du discours cadre et le discours représenté afin de déterminer s’il s’agit bien d’un rapport de transitivité directe ou si cette interprétation ne crée pas plus de problèmes qu’elle n’en résout. Le présent article se propose d’aborder la question dans une perspective diachronique en examinant le corpus de langue anglaise le plus ancien à notre disposition – la poésie vieil-anglaise4 – afin de déterminer si la « monstruosité » constatée en anglais contemporain existe dès cette époque ou s’il s’agit d’un développement ultérieur.

1. La parole comme objet : une conception contre-nature ?

  • 5 Béatrice Lamiroy et Michel Charolles, 2008. « Les verbes de parole et la question de l’(in)transiti (...)

11Dans un article consacré à la question de l’« (in)transitivité » des verbes de parole, Béatrice Lamiroy et Michel Charolles5 proposent cette hypothèse :

Les verbes de parole (…) incluraient dans leur représentation conceptuelle profonde un objet, à savoir les paroles produites et, dans la mesure où ils impliquent par nature un objet, ils seraient naturellement transitifs.

12En d’autres termes, la transitivité du verbe de parole serait la norme, l’intransitivité une anomalie dont il importerait de rendre compte. Pour Lamiroy et Charolles, la transitivité des verbes de parole serait corroborée par la nature des actants : d’une part un sujet prototypique humain, doué d’intention, et d’autre part un objet inanimé (§ 3).

  • 6 Walter J. Ong, 1982. Orality and Literacy: The Technologizing of the Word (Londres et New York: Met (...)

13Cette conception du discours comme un objet inanimé est très problématique. Elle est caractéristique d’une culture « typographique » pour laquelle un mot est un signe constitué d’une ou plusieurs lettres, que l’on peut trouver défini dans un dictionnaire ou bien utilisé dans un texte. Cependant, avant d’être transformé par la technologie de l’écriture en objet pourvu d’une extension dans l’espace, le mot a d’abord été un son et un événement, comme l’explique Walter J. Ong6 :

Without writing, words as such have no visual presence (…). They are sounds. You might ‘call’ them back – ‘recall’ them. But there is nowhere to ‘look’ for them. They have no focus and no trace (…). They are occurrences, events. (…) Sound cannot be sounding without the use of power. A hunter can see a buffalo, smell, taste, and touch a buffalo when the buffalo is completely inert, even dead, but if he hears a buffalo, he had better watch out: something is going on. In this sense, all sound, and especially oral utterance, which comes from inside living organisms, is ‘dynamic’.

14On est très loin ici d’une conception de la parole produite comme un objet inanimé, patient d’une activité humaine. Si la parole est par essence vivante et dynamique, peut-on envisager les verbes de parole comme « naturellement transitifs » ? Au contraire, ne faut-il pas penser que les verbes de parole ne peuvent être conçus comme transitifs qu’à partir du moment où une conception « typographique » du langage devient dominante chez les locuteurs ?

  • 7 Sur cette question, voir Katherine O’Brien O’Keeffe, 1990. Visible Song: Transitional Literacy in O (...)

15La culture vieil-anglaise, quoique déjà transitionnelle7, est encore pour l’essentiel une culture de l’oral, susceptible de partager une telle conception dynamique de la parole. Il est donc particulièrement intéressant de voir comment elle traite le discours direct.

2. Présentation du corpus

  • 8 Elise Louviot, 2012. « Les conventions du discours direct dans la poésie narrative vieil-anglaise » (...)

16Cette étude s’appuie sur un travail de recensement effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat sur le discours direct en poésie vieil-anglaise8. Ce premier travail, fondé sur un corpus de huit poèmes (Beowulf, Genèse A, Genèse B, Christ et Satan, Andreas, Elene, Juliana et Guthlac A), représentant à eux seuls environ un tiers du corpus poétique subsistant, a permis d’identifier 283 segments introducteurs de discours direct contenant au total un peu plus de 300 verbes de parole (ou locutions verbales).

  • 9 Louis Goosens, 1985. « Framing the linguistic action scene in Old and Present-Day English: OE cweþa (...)

17Dans ce corpus, les verbes de paroles les plus répandus sont cweðan (dire, 43 occurrences) et ses composés : gecweðan (dire, parler, 13), acweðan (dire, répondre, 8), oncweðan (répondre, 20) et becweðan (dire, 1). Viennent ensuite maðelian (prononcer un discours, parler devant une assemblée, 38), sprecan (parler, 37), andswarian (répondre, 33), secgan (dire, 21), (ge)frignan / fricgan (demander, 18) et reordian (parler, dire, 13). La locution verbale la plus fréquente est andsware agefan (donner une réponse, 20). On constate qu’aucun verbe ne s’impose au détriment des autres. L’ancêtre de say, secgan, fait déjà partie des verbes les plus utilisés, mais il n’a pas encore la position dominante qu’on lui connaît actuellement. Quant à cweðan, souvent comparé à say9, il est le verbe le plus couramment utilisé, mais il représente moins de 15% des occurrences.

  • 10 Cette étude se concentre sur le corpus poétique, mais le corpus en prose a également été consulté à (...)
  • 11 En vieil-anglais comme dans les autres langues indo-européennes ayant conservé des déclinaisons, le (...)
  • 12 Sur la possibilité pour un énoncé d’être plus ou moins transitif, et sur les critères permettant d’ (...)
  • 13 Le verbe sprecan est trop souple pour être catégorisé ainsi : il est fréquemment utilisé comme les (...)

18Le comportement de ces verbes a ensuite été étudié dans l’ensemble du corpus poétique vieil-anglais afin de déterminer leurs usages10. Ce travail a permis d’identifier deux groupes de verbes aux comportements distincts : d’une part un groupe de verbes globalement « peu transitifs », c’est-à-dire des verbes que l’on ne rencontre pratiquement jamais avec un groupe nominal à l’accusatif11 ou avec une complétive, et d’autre part un groupe de verbes « plutôt transitifs », c’est-à-dire des verbes que l’on rencontre volontiers avec ce type de compléments12. Le premier groupe comprend les verbes oncweðan, andswarian, maþelian et reordian tandis que le second comprend acweðan, cweðan, gecweðan et secgan13.

2.1. Verbes peu transitifs

19Les verbes oncweðan, andswarian, maþelian et reordian ne se rencontrent jamais avec un groupe nominal à l’accusatif désignant les propos du personnage. On ne les rencontre normalement pas non plus avec une complétive, bien qu’il existe un cas attesté d’emploi avec complétive pour le verbe oncweðan :

  • 14 Toutes les citations en vieil-anglais sont tirées des Anglo-Saxon Poetic Records (ASPR). La traduct (...)

(12) and geocre oncwæð,
þæt hie gegnunga         gyldan sceolde (
Daniel, ASPR 1: 111-132, 211b-212)14

and he answered harshly
that they would have to offer a sacrifice at once

20Par ailleurs, on peut rencontrer ces quatre verbes à une distance relativement importante du discours rapporté au style direct, comme dans ces exemples :

(13)Him ða gleawhydig         Iudas oncwæð,
hæleð hildedeor,         (him wæs halig gast
befolen fæste,         fyrhat lufu,
weallende gewitt         þurh witgan snyttro),
ond þæt word gecwæð,         wisdomes ful: … (Elene, ASPR 2: 66-102, 934-938)

Then, Judas answered him wisely,
the brave hero; he had the holy ghost
firmly attached to him, a burning love
and a surging spirit, with the cleverness of a fighter,
and he said that speech, full of wisdom:…

(14) Wulfgar maþelode         (þæt wæs Wendla leod;
wæs his modsefa         manegum gecyðed,
wig ond wisdom): … (Beowulf, ASPR 4: 3-98, 348-350a)

Wulfgar spoke publicly; he was a prince of the Wendels;
his brave spirit, his battle skills and his wisdom
were known to many: …

21Il paraît donc clair que d’un point de vue strictement morphosyntaxique, les verbes oncweðan, andswarian, maþelian et reordian ne sont guère transitifs.

  • 15 Selon Hopper et Thompson ce type d’objet (non-spécifique et non-concret) est par ailleurs caractéri (...)

22Sur les plans sémantique et discursif, la situation est peut-être un peu plus complexe. Il est intéressant de constater que sur les quatre verbes, trois sont dérivés d’un nom : andswarian < andswaru (une réponse), maþelian < mæþel (une assemblée, un discours devant une assemblée) et reordian < reord (la voix, la parole). C’est peut-être ce qui explique l’impossibilité pour ces verbes de prendre un groupe nominal à l’accusatif. D’une certaine manière, ils contiennent déjà leur objet : andswarian serait équivalent à donner une réponse, maþelian à donner un discours et reordian à donner de la voix. Cette interprétation est d’autant plus convaincante que le verbe andswarian alterne volontiers avec la locution andsware agefan (donner une réponse). Selon cette hypothèse, le verbe n’est donc pas tout à fait dépourvu d’objet, mais cet objet est à la fois abstrait et générique15. En tout cas, il ne s’agit pas a priori du discours représenté lui-même.

  • 16 En cela, nos conclusions rejoignent celles de Louis Goosens pour qui il n’existe pas en vieil-angla (...)

23Par ailleurs, il faut noter qu’il est très rare de rencontrer ces verbes sans discours représenté au style direct, même si ce dernier peut intervenir à une certaine distance du verbe de parole. Les seules véritables exceptions concernent le verbe oncweðan, lorsque celui-ci est utilisé de manière métaphorique, par exemple pour évoquer le cri des oiseaux de mer qui répond au bruit des vagues dans Le Marin / The Seafarer (ASPR 3 : 143-147, 23-24a). Ceci suggère que ces quatre verbes de parole ne sont pas conçus seulement en tant qu’activité, mais qu’ils restent tout de même orientés vers le discours lui-même et son contenu16. Ainsi, les quatre verbes sont manifestement peu transitifs, mais ils sont également peu dissociables de la représentation du discours.

2.2. Verbes plutôt transitifs

24Les verbes les plus transitifs de notre corpus sont cweðan et ses deux composés, acweðan et gecweðan, ainsi que secgan. Ces verbes se distinguent des précédents par la possibilité de prendre un COD à l’accusatif ou une complétive. En outre, leur lien avec le discours représenté au style direct est apparemment plus étroit : lorsque ces verbes sont utilisés comme verbes introducteurs, ils sont presque toujours à proximité immédiate du discours représenté. Malgré tout, les modalités exactes de leur transitivité posent question.

25En premier lieu, il est intéressant de constater que si trois de ces verbes (cweðan, gecweðan et secgan) permettent l’utilisation d’une complétive, il s’agit d’un cas de figure relativement minoritaire. Le discours direct demeure de très loin le mode majoritaire de représentation du discours dans le corpus poétique vieil-anglais. Par ailleurs, les usages occasionnels de ces verbes avec complétive tiennent plus du discours narré (c’est-à-dire un résumé succinct d’un acte de parole) que du véritable discours indirect. Ainsi, il semblerait que lorsqu’il y a une véritable représentation du discours, celle-ci se fait au style direct, et que ce n’est que lorsque le discours est évoqué succinctement, lorsqu’il n’est plus que l’ombre de lui-même, qu’il peut être pleinement intégré à la syntaxe de l’énoncé cadre. Le fait que les complétives ne tiennent pas lieu de véritable représentation du discours peut également se déduire du fait qu’elles sont parfaitement compatible avec une représentation au style direct subséquente :

(15) Guðlac him ongean þingode,         cwæð þæt hy gielpan ne þorftan
dædum wið dryhtnes meahtum :         ‘þeah þe ge me deað gehaten,
mec wile wið þam niþum genergan         se þe eowrum nydum wealdeð. (...)’ (Guthlac A, ASPR 3: 49-72, 239-241)

Guthlac started to answer them, he said that they needn’t boast
of their deeds against the powers of the lord: ‘Though you threaten me with death,
he will protect me against your hateful acts, he who controls what you must submit to. (…)’

26L’utilisation de cweðan, acweðan, gecweðan et secgan avec un groupe nominal désignant les propos est quant à elle tout à fait courante, mais le cas employé n’est pas toujours celui que l’on attendrait pour un COD. Acweðan et gecweðan ne posent pas de problème dans la mesure où ils se rencontrent principalement dans une même formule avec le groupe nominal þæt word à l’accusatif :

(16) Het hi þa swingan,         susle þreagan,
witum wægan,         ond þæt word
acwæð:
‘Onwend þec in gewitte (...).’
(Juliana, ASPR 3: 113-133, 142-144a)

He ordered her then to be whipped, to punish her with torment,
to afflict her with punishments and he
said that speech:
‘Change your mind (... ).’

(17) Ongan þa geomormod         to gode cleopian,
heard of hæfte,         halgan stefne
weop werigferð,         ond þæt word gecwæð:
‘Næfre ic geferde (…).’ (Andreas, ASPR 2: 3-51, 1398-1401a)

He started then sadly to call to God,
stubbornly from where he was held, with a holy voice
he wept, weary-hearted, and
said that speech: ‘Never have I experienced (…).’

27Avec secgan et cweðan, en revanche, cette possibilité existe aussi, (18) et (19), mais elle est concurrencée par le datif, (20) et (21), tout particulièrement pour cweðan, qui l’emploie plus volontiers que l’accusatif :

(18) Ongan þa rodera waldend,
arfæst wið Abraham sprecan,        
sægde him unlytel spell :
‘Ic on þisse byrig         bearhtm gehyre (…).’
(Genèse A, ASPR 1: 3-87, 2406b-2408)

The ruler of the skies then started
to speak honorably with Abraham, he told him no little speech:
‘I have heard a great clamour in this city (…).’

(19) ond þas word cweðaþ
clænum stefnum,         (þam is ceruphin nama):
'Halig is se halga         heahengla god (Elene, ASPR 2: 66-102, 748b-750)

and they say those words
with pure voices (their name is cherubim):
‘Holy is the holy god of archangels (…).’

(20) Gesæt þa mid þære fyrde         frumbearn godes,
sæde soðcwidum: ‘Snotre gastas, (…).’ (Christ et Satan, ASPR 1: 135-158, 468-469)

God’s child sat then among the crowd,
he
said with words of truth: ‘Holy souls, (…).’

(21) Weoll him on innan
hyge ymb his heortan,         hat wæs him utan
wraðlic wite.         He þa worde cwæð:
‘Is þæs ænga styde         ungelic swiðe (…).’ (Genèse B, ASPR 1: 9-28, 353b-356)

Inside him, his mind
heaved in his heart, he had heat around him,
terrible torment. He
said with a speech:
‘This solitary place is very different (…).’

  • 17 L’anglais contemporain semble avoir définitivement choisi la première hypothèse en revanche : les c (...)

28Ce datif correspond en fait à un ancien cas instrumental, permettant de désigner le moyen d’action. Cette hésitation entre accusatif et datif semble refléter une incertitude quant au statut de la parole : est-elle le produit d’une action ou un mode d’action ? Dans le corpus vieil-anglais, la question ne semble pas tranchée17. Ainsi, si les verbes cweðan, acweðan, gecweðan et secgan sont indéniablement plus transitifs qu’oncweðan, andswarian, maþelian et reordian, leur utilisation d’un COD ne va pas forcément entièrement de soi.

29Quant au discours représenté lui-même, son statut syntaxique vis-à-vis de ces verbes de parole est problématique. En effet, pour que le discours représenté soit interprété comme un COD, il faudrait qu’il puisse commuter avec des COD plus canoniques (groupe nominal ou complétive). Or il ne semble pas que ce soit le cas. La situation est particulièrement nette avec le verbe acweðan, qui ne se rencontre pratiquement que dans la formule ond þæt word acwæð et ses variantes, où þæt word est le groupe nominal COD du verbe (voir (16), ci-dessus).

  • 18 La portée de ces observations est toutefois à relativiser dans la mesure où il n’existe qu’une ving (...)

30Avec acweðan, le discours représenté apparaît donc toujours en plus du groupe nominal COD, jamais à sa place18. Pour les trois autres verbes, la situation est un peu moins nette. On peut les rencontrer avec un groupe nominal à l’accusatif seul (22), ou bien avec un discours représenté au style direct seul (23), ce qui peut à première vue laisser penser que la commutation est possible :

(22) þæt he for leodum         ligeword gecwæð (Daniel, ASPR 1: 111-132, 719)

that he had spoken lies in front of the people

(23) ac him bið reordende
ece drihten,         ofer ealle gecwæð:
‘Astigað nu (…).’ (Christ et Satan, ASPR 1: 135-158, 624b-626)

But the eternal lord
will speak to them, he
said in front of everyone:
‘Go now (…).’

31Cependant, on rencontre également très fréquemment le groupe nominal et le discours représenté utilisés ensembles :

(24) ond þæt word gecwæð         wigendra hleo:
Nu ic, god dryhten,         ongiten hæbbe (…).’ (Andreas, ASPR 2: 3-51, 896-897)

And the protector of warriors said those words:
‘Now I, lord God, have perceived (…).’

32Enfin, le phénomène est tout à fait marginal, mais il existe aussi des cas attestés d’utilisation de ces verbes sans groupe nominal à l’accusatif ni discours représenté au style direct :

(25) ond frofre gecwæð,         fæder manncynnes,
lifes lareow,         heht his lichoman
hales brucan
(Andreas, ASPR 2: 3-51, 1465-1467a)

and the father of mankind spoke comfortingly,
the teacher of life commanded that he should enjoy
his body in good health

(26) Sægde se þe cuþe
frumsceaft fira         feorran reccan,
cwæð þæt se ælmihtiga         eorðan worhte (Beowulf, ASPR 4: 3-98, 90b-92)

The one who knew
how to tell of the creation of men long ago
spoke,
he said that the Almighty created the earth.

33Autrement dit, il semblerait que le poète n’ait pas à faire un choix entre deux types de COD (un groupe nominal ou un discours représenté au style direct), mais à faire deux choix successifs, entre présence ou absence d’un groupe nominal COD d’une part, et présence ou absence d’un discours représenté d’autre part. Même avec ces verbes plutôt transitifs, l’interprétation du discours représenté comme un COD ne semble pas convaincante. Elle n’est en tout cas nécessaire en rien puisque des usages strictement intransitifs sont attestés.

3. Au-delà de la syntaxe

34L’analyse présentée ci-dessus montre que dans le corpus vieil-anglais, le discours représenté au style direct n’a pas à être interprété comme le COD du verbe de parole. Il n’y a donc pas d’intégration syntaxique – même minimale – du discours représenté dans le discours cadre. Pour autant, il existe des liens entre le discours cadre et le discours représenté. Ces liens relèvent toutefois plus de la cohésion textuelle que de la syntaxe au sens strict.

35Comme on l’a vu dans certains des exemples cités ci-dessus, le segment introducteur contient souvent, en plus du verbe de parole, différents éléments lexicaux qui annoncent le discours à venir. Il peut s’agir d’un autre verbe de parole (oncwæð et gecwæð en (13), þingode et cwæð en (15), cleopian et gecwæð en (17), sprecan et sægde en (18), etc.), du mot word , en (13), (16), (17), (19), (21) et (24), ou bien d’un autre mot désignant les propos (spell, en (18), « discours », « nouvelle » ; soðcwidum, en (20), « with words of truth ») ou la voix du personnage (halgan stefne, en (17), « with a holy voice » ; clænum stefnum, en (19), « with pure voices »). Parfois, c’est le contenu entier du message qui est anticipé dans une complétive (15). Le poète peut également avoir recours à des déictiques cataphoriques comme le démonstratif þæt (þæt word en (13), (16), (17) et (24), et au pluriel en (19), þas word) ou l’adverbe þus (27) :

(27) ða ðu of gealgan,         god lifigende,
fyrnweorca frea,         to fæder cleopodest,
cininga wuldor,         ond cwæde
ðus (Andreas, ASPR 2: 3-51, 1409-1411)

Then, from the gallows, you, living god,
lord of the creation, called to your father,
the glory of kings, and said
thus: …

36Il semblerait donc que la poésie vieil-anglaise ne traite pas le discours direct comme l’imbrication syntaxique d’un discours dans un autre, mais plutôt comme la succession de deux moments dans un même texte, où l’arrivée du second moment est soigneusement préparée à la fin du premier. Ce traitement du discours direct est étroitement lié aux conditions de réception des poèmes à l’époque. Même lorsque les poèmes sont conservés par écrit, ils sont destinés à une réception orale puisqu’au Moyen Âge l’activité de lecture se pratique à voix haute et en compagnie d’autrui. Une certaine redondance dans l’annonce d’un discours représenté n’est donc pas inutile, puisqu’elle facilite une transition potentiellement délicate pour le public entre la narration et le discours représenté. Par ailleurs, lorsqu’un poème est interprété à voix haute, le discours représenté n’apparaît pas comme un message, un contenu ou un groupe de mots. Il apparaît comme un discours à part entière, incarné par une voix et par un corps bien présent : celui du lecteur. Il y a donc une certaine logique à ce que le discours représenté s’assume comme un discours autonome (dont il conserve toutes les propriétés, y compris celle d’être un évènement) sans prétendre être l’objet d’un autre discours.

Conclusion

37L’analyse du corpus poétique vieil-anglais montre que le discours direct n’est sans doute pas né monstrueux : il l’est devenu. Cette transformation est vraisemblablement liée à un processus de grammaticalisation de la forme. Dans le corpus poétique vieil-anglais, l’introduction du discours direct est très lexicale : de nombreux termes sont possibles, que ce soit au niveau des noms ou des verbes, et ils sont volontiers accumulés. Ces termes n’ont rien de spécifique au discours direct. Ils sont simplement liés sémantiquement à la notion de parole. D’une certaine manière, il n’y a pas encore véritablement de discours direct en tant que procédé linguistique distinct.

  • 19 Sur la ponctuation du discours direct dans les poèmes vieil-anglais, voir Elise Louviot, 2012. « Di (...)

38Dans les textes écrits contemporains, en revanche, le discours direct a acquis une forme distincte. Celle-ci se caractérise par une disposition et une ponctuation spécifique19 (les fameux guillemets), mais aussi par une simplification des segments introducteurs et une plus grande imbrication entre discours représenté et discours cadre : le verbe say a supplanté presque tous les autres, il peut être utilisé en incise ou postposé et il s’emploie très volontiers avec de simples pronoms.

39En d’autres termes, nous sommes passés d’une logique de cohésion textuelle fondée sur le lexique et son sémantisme à une logique morphosyntaxique fondée sur une structure et des marqueurs spécifiques aisément identifiables. Il est difficile de dire si le développement de l’écrit dans la culture anglophone est seul responsable de la métamorphose du discours direct en créature syntaxique monstrueuse, mais il est certain qu’il a eu un impact considérable.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Dick, Philip K., 1999 [1968], Do Androids Dream of Electronic Sheep? Londres : Orion.

Dictionary of Old English Web corpus, 2009, dir. Antonette DiPaolo Healey, John Price Wilkin et Xin Xiang. URL: http://www.doe.utoronto.ca

Dobbie, Elliott Van Kirk, éd., Beowulf and Judith, Anglo-Saxon Poetic Records 4 (New York : Columbia University Press, 1953).

Fowles, John, 2004 [1969], The French Lieutenant’s Woman. Londres : Vintage.

George, Elizabeth, 2012, Believing the Lie. Londres : Hodder.

Krapp, George Philip (éd.), 1931, The Junius Manuscript, Anglo-Saxon Poetic Records 1. New York : Columbia University Press et Londres : Routledge.

Krapp, George Philip (éd.), 1932, The Vercelli Book, Anglo-Saxon Poetic Records 2. New York : Columbia University Press.

Krapp, George Philip et Elliott Van Kirk Dobbie (éds.), 1936, The Exeter Book, Anglo-Saxon Poetic Records 3. New York : Columbia University Press et Londres : Routledge.

Lee, Harper, 2006 [1960], To Kill a Mocking-Bird. Londres : Arrow.

The British National Corpus, version 3 (BNC XML Edition), 2007, distribué par Oxford University Computing Services pour le BNC Consortium. URL: http://www.natcorp.ox.ac.uk/

The Corpus of Contemporary American English: 450 million words, 1990-present, 2008, dir. Mark Davies. URL: http://corpus.byu.edu/coca/

Sources secondaires

Authier-Revuz, Jacqueline, 1992 et 1993, « Repères dans le champ du discours rapporté », L’information grammaticale 55, 38–42 et 56, 10–15.

Banfield, Ann, 1982, Unspeakable Sentences: Narration and Representation in the Language of Fiction. Boston (Massachusetts): Routledge & Kegan Paul.

Goosens, Louis, 1985, « Framing the linguistic action scene in Old and Present-Day English: OE cweþan, secgan, sprecan and Present-Day English speak, talk, say and tell compared », Papers from the 6th International Conference on Historical Linguistics, 22-26 August 1983, dir. Jacek Fisiak, Current Issues in Linguistic Theory 34. Amsterdam and Poznan: Benjamins and Adam Mickiewicz University Press.

Gournay, Lucie, 2015, « Entre Discours Direct et Narration : Un discours objectivé ? », E-rea 12.2.

Hopper, Paul J. et Sandra A. Thompson, 1980, « Transitivity in Grammar and Discourse », Language 56 : 2, 251-299.

Lamiroy, Béatrice et Michel Charolles, 2008, « Les verbes de parole et la question de l’(in)transitivité », Discours 2, § 2. Consulté le 24 octobre 2013. URL : http://discours.revues.org/3232 ; DOI : 10.4000/discours.3232.

Louviot, Elise, 2012, « Discours direct et ponctuation des manuscrits poétiques vieil-anglais », in Actes de l’atelier Moyen Âge à l’occasion du 51e Congrès de la Société des Anglicistes Médiévistes (Paris III-Sorbonne Nouvelle et Paris VII-Diderot, 20-22 mai 2011), dir. Nolwenna Monnier, Publications de l’Association des Médiévistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur 33. Paris : AMAES, 81-104.

Louviot, Elise, 2012, « Les conventions du discours direct dans la poésie narrative vieil-anglaise », thèse de doctorat non publiée, Université de Lorraine.

O’Keeffe, Katherine O’Brien, 1990, Visible Song: Transitional Literacy in Old English Verse, Cambridge Studies in Anglo-Saxon England 4. Cambridge : Cambridge University Press.

Ong, Walter J., 1982, Orality and Literacy: The Technologizing of the Word. Londres et New York: Methuen et Routledge.

Haut de page

Notes

1 Jacqueline Authier-Revuz, 1992 et 1993. « Repères dans le champ du discours rapporté », L’information grammaticale 55, 38–42 et 56, 10–15, p. 11.

2 Voir notamment, dans ce numéro, Lucie Gournay, « Entre Discours Direct et Narration : Un discours objectivé ? ».

3 Voir en particulier Ann Banfield, 1982, Unspeakable Sentences: Narration and Representation in the Language of Fiction. Boston (Massachusetts): Routledge & Kegan Paul, p. 30-34 et Authier-Revuz, 1992, p. 40.

4 La poésie vieil-anglaise présente un double avantage par rapport à la prose de la même période. D’une part, elle préserve nombre de structures plus archaïques que la prose et permet donc d’observer un état de langue plus ancien. D’autre part, l’influence du latin et de ses structures s’y fait ressentir un peu moins fortement que dans la prose, même si elle n’en est pas tout à fait absente, notamment dans la poésie de Cynewulf.

5 Béatrice Lamiroy et Michel Charolles, 2008. « Les verbes de parole et la question de l’(in)transitivité », Discours 2, § 2. Consulté le 24 octobre 2013. URL : http://discours.revues.org/3232 ; DOI : 10.4000/discours.3232

6 Walter J. Ong, 1982. Orality and Literacy: The Technologizing of the Word (Londres et New York: Methuen et Routledge), p. 31.

7 Sur cette question, voir Katherine O’Brien O’Keeffe, 1990. Visible Song: Transitional Literacy in Old English Verse, Cambridge Studies in Anglo-Saxon England 4. Cambridge : Cambridge University Press.

8 Elise Louviot, 2012. « Les conventions du discours direct dans la poésie narrative vieil-anglaise », thèse de doctorat non publiée, Université de Lorraine.

9 Louis Goosens, 1985. « Framing the linguistic action scene in Old and Present-Day English: OE cweþan, secgan, sprecan and Present-Day English speak, talk, say and tell compared », Papers from the 6th International Conference on Historical Linguistics, 22-26 August 1983, dir. Jacek Fisiak, Current Issues in Linguistic Theory 34. Amsterdam and Poznan: Benjamins and Adam Mickiewicz University Press, p. 169.

10 Cette étude se concentre sur le corpus poétique, mais le corpus en prose a également été consulté à l’aide du Dictionary of Old English Corpus, sans que cela permette de faire apparaître des constructions syntaxiques différentes.

11 En vieil-anglais comme dans les autres langues indo-européennes ayant conservé des déclinaisons, le cas accusatif correspond notamment au complément d’objet direct.

12 Sur la possibilité pour un énoncé d’être plus ou moins transitif, et sur les critères permettant d’évaluer le degré de transitivité, voir notamment Paul J. Hopper et Sandra A. Thompson, 1980. « Transitivity in Grammar and Discourse », Language 56 : 2, 251-299.

13 Le verbe sprecan est trop souple pour être catégorisé ainsi : il est fréquemment utilisé comme les verbes du premier groupe, mais parfois également comme ceux du deuxième. (Ge)frignan et (ge) fricgan, qui permettent d’introduire des questions, ont un comportement un peu spécifique dans la mesure où ils permettent des complétives interrogatives, mais pas l’utilisation d’un groupe nominal COD. Leur cas mériterait une étude spécifique et ils ont donc été exclus de l’analyse.

14 Toutes les citations en vieil-anglais sont tirées des Anglo-Saxon Poetic Records (ASPR). La traduction est celle de l’auteur : elle est en anglais plutôt qu’en français afin de rester au plus près du texte original.

15 Selon Hopper et Thompson ce type d’objet (non-spécifique et non-concret) est par ailleurs caractéristiques d’énoncés peu transitifs (voir p. 253 notamment).

16 En cela, nos conclusions rejoignent celles de Louis Goosens pour qui il n’existe pas en vieil-anglais de verbe équivalent à talk, c’est-à-dire un verbe à la fois couramment utilisé (comme cweðan, secgan et sprecan) mais qui serait surtout orienté vers la parole en tant qu’activité, sans que le contenu des propos soit prépondérant (1985, p. 153 et 169-170 notamment).

17 L’anglais contemporain semble avoir définitivement choisi la première hypothèse en revanche : les corpus du COCA, du BNC et de Google Livres montrent tous plus d’occurrences pour les constructions de type say + words ou speak + words que pour say + with + words ou speak + with + words.

18 La portée de ces observations est toutefois à relativiser dans la mesure où il n’existe qu’une vingtaine d’occurrences attestées d’acweðan dans le corpus vieil-anglais (toutes dans des textes poétiques).

19 Sur la ponctuation du discours direct dans les poèmes vieil-anglais, voir Elise Louviot, 2012. « Discours direct et ponctuation des manuscrits poétiques vieil-anglais », in Actes de l’atelier Moyen Âge à l’occasion du 51e Congrès de la Société des Anglicistes Médiévistes (Paris III-Sorbonne Nouvelle et Paris VII-Diderot, 20-22 mai 2011), dir. Nolwenna Monnier, Publications de l’Association des Médiévistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur 33. Paris : AMAES, 81-104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise LOUVIOT, « La Monstruosité du discours direct : perspective diachronique », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/4221 ; DOI : 10.4000/erea.4221

Haut de page

Auteur

Élise LOUVIOT

Élise Louviot est maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée). Sa thèse de doctorat était consacrée aux conventions du discours direct dans la poésie vieil-anglaise. Ses recherches actuelles portent sur l’impact de traditions orales sur la textualité des poèmes narratifs germaniques anciens (vieil anglais, vieux norrois et vieux saxon).
elise.louviot@univ-reims.fr

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org