Navigation – Plan du site
1. La syntaxe du discours direct en anglais

La syntaxe du discours direct en anglais

Grégoire LACAZE

Texte intégral

  • 1 Plusieurs linguistes (Rabatel 2003, Rosier 2008 notamment) préfèrent employer l’expression discours (...)

1Parmi les formes syntaxiques de « discours rapporté »1, le discours direct est souvent considéré comme la forme la plus aisément identifiable car elle fait généralement appel à des marques de ponctuation signalant les frontières du discours rapporté. Ainsi, peu d’études sont exclusivement consacrées à l’étude de ces faits de langue en anglais et en français.

2Les différents travaux menés sur le discours rapporté semblent tous admettre que le discours direct, en tant que production verbale, associe généralement deux séquences dont l’une est à l’initiative du locuteur rapporteur tandis que l’autre est censée restituer les propos ou pensées émanant d’une source énonciative rapportée. En général, cette hypothèse est considérée comme valide, quel que soit le genre discursif considéré (fiction ou presse, par exemple).

3Ces deux séquences, appelées respectivement « discours citant » et « discours cité » par Dominique Maingueneau (1990 85), sont séparées par une frontière dont l’identification peut parfois paraître problématique à un certain niveau d’analyse. En effet, lors de l’analyse syntaxique d’une occurrence de discours direct, il existe des marques formelles, comme la ponctuation, qui peuvent aider à repérer la frontière entre discours citant et discours cité. Toutefois, l’analyse sémantique de cette occurrence ne conduit pas nécessairement à une délimitation identique des frontières entre discours citant et discours cité, comme l’illustre l’énoncé suivant tiré du roman Mrs Dalloway de Virginia Woolf :

“There it is,” said Rezia, twirling Mrs. Peters’ hat on the tips of her fingers. “That’ll do for the moment. Later …” her sentence bubbled away drip, drip, drip, like a contented tap left running. (159)

4L’analyse détaillée de la ponctuation utilisée dans l’énoncé ci-dessus guide le lecteur dans l’interprétation de cette occurrence de discours rapporté. Dans ce tour de parole attribué explicitement au personnage féminin par l’incise said Rezia, l’interruption de sa prise de parole est signalée par les points de suspension qui matérialisent une aposiopèse. La parole du personnage diégétique tend à s’interrompre brutalement.

5L’analyse syntaxique conduit à dissocier nettement le discours cité guillemeté et le discours citant qui le suit. Toutefois, la composition de ce qui tient lieu de discours citant ne correspond pas à la composition canonique d’une incise, à savoir sujet animé et verbe de parole. Parler de discours citant ou d’incise pour nommer ce segment qui permet l’identification de la source énonciative paraît peu pertinent.

  • 2 Le segment contextualisant est bien une extension, une généralisation du concept de discours citant (...)

6Une approche contextualisante fondée sur l’analyse d’une occurrence de discours rapporté en fonction de son environnement cotextuel semble plus adaptée à la description des énoncés de discours direct. Le « segment contextualisant »2 (voir Lacaze 2011), dont la fonction principale est d’assurer la mise en relation entre un dit et une origine énonciative, permet alors une analyse plus précise des phénomènes de cohésion discursive et de cohérence textuelle à l’œuvre dans une occurrence de discours direct donnée. Par exemple, l’analyse de la chaîne référentielle de la désignation d’un personnage diégétique dans un dialogue met au jour les enjeux sémantiques, syntaxiques et pragmatiques auxquels l’auteur est confronté quand il construit plusieurs occurrences de discours direct successives.

7L’analyse sémantique du segment contextualisant de l’énoncé étudié montre qu’il est le support d’expression d’un signifiant sonore qui s’affranchit des limites du discours cité car ce signifiant sonore vient mimer la réalisation phonologique de l’acte de parole. La répétition du mot drip en lien avec la figure analogique d’un robinet qui goutte rappelle l’écho de la voix de Rezia qui résonne bien au-delà des limites du discours cité pour investir la zone formellement dévolue à ce qui tient lieu de discours citant.

8Cet énoncé montre que les frontières syntaxiques et sémantiques ne se recouvrent parfois que partiellement, mettant ainsi en lumière les limites d’une analyse fondée uniquement sur la syntaxe. La problématique de la détermination des frontières entre segment contextualisant et discours cité tire donc profit d’une analyse qui associe syntaxe, sémantique, stylistique et pragmatique pour tenter de mieux décrire la complexité des mécanismes d’introduction du discours direct.

9Parler de discours cité, c’est inévitablement envisager la présence d’un discours autre qui accompagne celui du rapporteur. Ainsi, le discours cité est le lieu emblématique de la citation qu’Antoine Compagnon (1979 31) compare à une greffe : « La citation est un corps étranger dans mon texte, parce qu’elle ne m’appartient pas en propre, parce que je me l’approprie ». Cette métaphore de la citation implique que les traces de l’ente peuvent être plus ou moins visibles selon le degré d’intervention du locuteur rapporteur dans la citation qu’il façonne en l’adaptant à son discours. Est ainsi mise en évidence la difficulté potentielle pour le lecteur d’isoler la voix du locuteur cité à partir de la voix du locuteur citant. La mise en évidence de frontière(s) entre discours cité et segment contextualisant constitue bien un enjeu fondamental dans l’étude d’une occurrence de discours direct.

10En tant que forme de discours rapporté, le discours direct peut s’affranchir des différents genres textuels et on le retrouve aussi bien dans la fiction romanesque, la presse, la poésie ou le théâtre. La présente étude va tenter de montrer l’hétérogénéité des structures syntaxiques assurant la fonction d’introduction du discours direct. La mise en relation entre des paroles ou des pensées et une origine énonciative est le dénominateur commun de toutes les séquences qui participent à l’insertion d’un discours autre dans la production verbale d’un locuteur rapporteur.

11Le discours direct est employé aussi bien à l’écrit qu’à l’oral et les différents corpus qui seront présentés dans les diverses contributions de ce dossier sur la syntaxe du discours direct en anglais témoignent de la complexité des modélisations à envisager afin de décrire avec précision une forme de discours rapporté très utilisée dans la presse et dans la fiction. La diversité des regards sur ce phénomène linguistique devrait ainsi permettre aux chercheurs de mieux appréhender la construction et l’élaboration des structures d’introduction du discours direct.

12L’approche méthodologique retenue associe des études en diachronie et en synchronie, et combine corpus écrits et corpus oraux à partir de différents genres discursifs (poésie, fiction littéraire, discours journalistique, interviews…). Ces études s’enrichissent souvent de la comparaison entre la représentation du discours rapporté en anglais et dans d’autres langues, comme le français notamment en mettant en regard diverses approches critiques et linguistiques visant à offrir une modélisation plus adéquate du discours direct.

13Rapporter les propos d’une personne tierce n’est pas une spécificité de l’époque contemporaine, comme le montre l’étude faite par Élise Louviot, qui cherche à identifier des structures pouvant être considérées comme canoniques dans la poésie narrative du vieil-anglais. Elle compare les verbes introducteurs de discours direct présents dans son corpus de recherche en évaluant leurs degrés de transitivité et en mettant en évidence les « liens entre le discours cadre et le discours représenté ».

14Dans une étude comparative anglais-français, Lucie Gournay envisage la problématique des frontières entre narration et dialogue dans des romans contemporains, en particulier dans des extraits de textes dans lesquels les verbes introducteurs sont des verbes d’« actions-expressions ». Elle montre comment ces verbes souvent utilisés en anglais jouent le rôle d’« événements narratifs » et témoignent d’une « hybridité de la focalisation ». Son analyse s’appuie sur les différences constatées entre les textes en anglais et leurs traductions en français à partir de l’analyse de phénomènes comme la perception du procès ou l’agentivité.

15L’analyse des frontières du discours rapporté est aussi au cœur des recherches menées par Sylvie Hanote, qui exploite un corpus oral et interroge les relations entre syntaxe et prosodie. Cette étude met en relation les frontières lexicales, grammaticales et acoustiques existant entre énoncé rapporté et énoncé rapportant avec les choix syntaxiques adoptées par le rapporteur du discours direct à l’oral. Cela suppose d’envisager une approche syntaxique qui exploite non seulement la position de l’énoncé rapporté relativement à l’énoncé rapportant mais aussi la composition interne de l’énoncé rapportant et, notamment, le choix entre l’ordre canonique sujet-verbe ou l’inversion. L’identification des relations syntaxiques entre énoncé rapporté et énoncé rapportant s’effectue grâce à l’analyse d’enregistrements sonores utilisant le logiciel Praat, ce qui contribue à la mise au jour des divers paramètres acoustiques permettant de localiser à l’oral les frontières entre deux niveaux énonciatifs en termes de prosodie et d’intonation.

16La production verbale d’un locuteur rapporteur doit aussi prendre en compte le substrat socio-culturel du locuteur rapporteur. L’apparition récente d’introducteurs de discours direct non canoniques comme be like et go en anglais ou genre en français est associée à un registre de langue caractérisé par son oralité et sa familiarité. C’est l’objet de l’étude menée par Jeanne Vigneron-Bosbach qui s’attache à décrire l’emploi de ces introducteurs de discours dans une approche contrastive qui fait appel aux outils descriptifs de la macrosyntaxe et de la rection. Elle montre notamment « l’absence de capacité rectionnelle » de be like et, dans une moindre mesure, de faire genre. Elle interroge également les différentes relations existant entre be like et le discours direct, d’une part, et entre genre et le discours direct, d’autre part.

17Le discours direct subit des contraintes syntaxiques et sémantiques fortes, qui s’accompagnent souvent d’autres contraintes liées au genre discursif dans lequel l’occurrence de discours direct apparaît. Grégoire Lacaze choisit d’analyser les différents contrôles qui s’exercent sur les énonciations aphorisantes apparaissant dans les articles de presse. Ces énoncés obéissent à des règles relativement complexes qui affectent notamment la composition du segment contextualisant et sa position relativement au discours cité. Cette étude montre comment la syntaxe des énoncés aphorisants est régie par les contraintes propres au genre du discours journalistique, par les choix énonciatifs du journaliste et par diverses contraintes sémantiques et pragmatiques.

18Parmi les éléments constitutifs d’une incise de discours direct, le verbe introducteur des propos ou pensées rapportés joue un rôle essentiel. Aurélie Ceccaldi analyse l’influence du sémantisme du verbe introducteur sur la position de l’incise relativement au discours cité. Elle s’intéresse en particulier aux verbes apparaissant dans une incise en position finale et ne contenant pas dans leur sémantisme le report explicite d’un dire. Elle montre comment certains verbes acquièrent une « fonction rapportante le temps d’un énoncé, en dehors de tout lien syntaxique ou sémantique avec la citation ».

19La définition d’une incise de discours direct est en soi problématique. Si l’on admet qu’une incise contient un syntagme nominal en position de sujet syntaxique et un verbe introducteur, l’ordre sujet-verbe fluctue sous l’influence de divers paramètres. L’alternance entre ordre canonique sujet-verbe et inversion est au centre de l’analyse menée par Raluca Nita, qui met en regard l’influence combinée de la référence exprimée dans le syntagme nominal et le sémantisme du verbe introducteur. L’incise de discours direct est envisagée ici en tant que segment contextualisant en position médiane ou finale. Cette étude fait l’hypothèse que l’ordre des termes dans l’incise choisi par le locuteur rapporteur dans la presse relève d’un choix de construction textuelle. Elle montre comment la présence de la virgule séparant l’énoncé rapporté de l’énoncé rapportant combinée à l’ordre sujet-verbe ou verbe-sujet dans l’incise amène à reconsidérer les relations sémantiques et syntaxiques existant entre ces deux segments constitutifs d’une occurrence de discours direct.

20Les diverses contributions rassemblées dans ce numéro d’E-rea matérialisent finalement les difficultés de description de la syntaxe du discours direct, comme en témoigne la problématique récurrente de l’identification des frontières entre le discours du locuteur rapporté et le discours du locuteur rapporteur. L’hétérogénéité des énoncés analysés contribue à la mise au jour d’une certaine forme de résistance à une théorie grammaticale englobante et figée pour cette forme de discours rapporté, ce qui doit inciter les linguistes à poursuivre leurs travaux de recherche dans un domaine polymorphe et caractérisé par des degrés de plasticité et de porosité entre les frontières du discours cité et celles du segment contextualisant.

Haut de page

Bibliographie

- Corpus

WOOLF, Virginia. Mrs Dalloway. 1925. London: Penguin Books, 1966.

- Ouvrages et articles de référence

COMPAGNON, Antoine. La seconde main ou le travail de la citation. Paris : Seuil, 1979.

LACAZE, Grégoire. « De l’incise au segment contextualisant : un changement d’horizon dans l’introduction du discours direct ». Études de Stylistique Anglaise 1 (2011) : 25‑44.

MAINGUENEAU, Dominique. Éléments de linguistique pour le texte littéraire. Paris : Bordas, 1990.

RABATEL, Alain. « Les verbes de perception en contexte d’effacement énonciatif : du point de vue représenté aux discours représentés ». Travaux de linguistique 46. Bruxelles : De Boeck, 2003. 49‑88.

ROSIER, Laurence. Le discours rapporté en français. Paris : Ophrys, 2008.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs linguistes (Rabatel 2003, Rosier 2008 notamment) préfèrent employer l’expression discours représenté en lieu et place de discours rapporté. Le terme discours rapporté nous semble particulièrement pertinent pour désigner la mise en scène d’une énonciation authentique rapportée dans la presse. Le terme discours représenté est davantage adapté à la désignation d’un discours convoqué par un journaliste mais qui n’a pas connu de verbalisation effective ou encore à la représentation d’une situation d’énonciation fictive dans laquelle sont reproduits les propos qu’un personnage diégétique est censé avoir prononcés.

2 Le segment contextualisant est bien une extension, une généralisation du concept de discours citant qu’il englobe au sens strict des ensembles mathématiques. Il correspond à la plus large extension textuelle dont la fonction expressive première est d’associer des propos ou des pensées à une source énonciative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégoire LACAZE, « La syntaxe du discours direct en anglais », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://erea.revues.org/4226

Haut de page

Auteur

Grégoire LACAZE

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853
gregoire.lacaze@univ-amu.fr
Grégoire Lacaze est Maître de conférences en linguistique anglaise au Département d’Études du Monde Anglophone à l’Université d’Aix-Marseille. Il est membre de l’équipe interne « Linguistique, Traduction et Recherches Transversales » au sein du Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA EA 853).
Ses travaux de recherche portent sur l’étude du discours rapporté dans une approche contrastive anglais-français. Il est l’auteur d’une thèse consacrée à l’introduction du discours direct en anglais contemporain.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org