Navigation – Plan du site
1. La syntaxe du discours direct en anglais

Des spécialistes du (discours) direct ?

Jeanne VIGNERON-BOSBACH

Résumés

Dans cet article, nous nous penchons sur les contextes de discours direct contenant les marqueurs like en anglais et genre en français. En faisant appel à des outils de description issus de l’approche pronominale et de la macrosyntaxe (Blanche-Benveniste, 1990, Deulofeu, 2003), nous essayons d’analyser les relations syntaxiques entre genre/like suivis d’un segment cité d’une part et d’un segment citant d’autre part. Il s’agit de déterminer si nos marqueurs suivis de la citation peuvent être régis par le segment citant ou non. Dans un second temps, nous observons plus spécifiquement les locutions verbales be like et faire genre introduisant un segment cité afin d’examiner leurs caractéristiques syntaxiques et de décrire la relation segment citant-segment cité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La description syntaxique du discours direct n’est pas sans poser problème : la citation peut prendre des formes très diverses, parfois non-verbales ou non-linguistiques et il est difficile de savoir quel statut syntaxique lui accorder. Pour certains comme Bonami et Godard (2008), ou Van Raemdonck (2002), elle est complément du verbe de dire. Pour d’autres, comme Blanche-Benveniste (1989), le discours direct ne peut pas être décrit en termes de dépendance rectionnelle.

  • 1 Notre corpus est constitué d’occurrences d’écrit spontané venant de forums ou de blogs. Pour le fra (...)

2Ces questions de dépendance sont d’autant plus complexes à analyser lorsqu’on est face à des configurations qui s’éloignent de structures canoniques, comme un verbe de dire suivi d’une citation mise entre guillemets. C’est le cas des marqueurs like en anglais et genre en français qui peuvent introduire une citation1 :

(1) Tu peu rester près d’eux et si il disent un truc du genre... fin jcp n’importe quoi enfaite (…) et que la personne a qui il parle a un petit temps de réaction, tu peux te retourner genre « ah moi aussi j’ai galérer pour trouver et enfaite c’est... 

(2) I’m envious of your self-elevating skills like ‘‘Yeah! I can do it! Hooray!’’

3Par ailleurs, tous deux se combinent avec un verbe pour former une locution verbale introductrice de discours direct :

(3) And I was like ‘Well, what is that?’ 

(4) M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais genre ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

4Ce que ces deux marqueurs ont en commun, entre autres, c’est de pouvoir introduire du discours direct et de n’accepter que la position antéposée à la citation. Il est difficile de déterminer la nature de ces deux termes, puisqu’ils ont tous deux subi un processus de grammaticalisation (Marchello-Nizia, 2006). C’est pourquoi seule l’analyse sur corpus peut nous permettre de mettre au jour leur fonctionnement syntaxique.

5La capacité quotative de like et genre a déjà été mise en regard, en particulier par Fleishman et Yaguello (1999). Be like a été décrit par de nombreux auteurs (Romaine et Lange 1991, Buchstaller 2001, Lab 1999, Collin 2010) comme un quotatif, c’est-à-dire appartenant aux « introducteurs paractactiques d’altérité énonciative » (Fuchs, 2012). Cette locution n’accepterait donc pas la citation comme un complément. Faire genre a fait l’objet de beaucoup moins d’analyses, (Dufaye, à paraître ; Vigneron-Bosbach, 2014).

6Dans une première partie, nous définirons brièvement ce que nous entendons par discours rapporté (noté DR) et plus précisément discours direct (noté DD). Puis nous exposerons quelques problèmes posés par la description syntaxique du discours direct. A l’aide d’exemples issus de notre corpus écrit présentant un faible degré de planification, nous décrirons dans une deuxième partie les configurations trouvées avec genre/like et du DD, en nous interrogeant sur les relations de dépendance syntaxique à l’œuvre. Enfin, nous nous intéresserons plus spécifiquement à be like et faire genre pour observer en quoi, comme d’autres verbes de dire, ces locutions verbales ne peuvent pas être considérées comme rectrices, mais en présentent néanmoins certains traits syntaxiques.

1. Le discours direct et le statut syntaxique du segment cité

  • 2 « Seront appelés discordanciels tous les mots ou locutions permettant d’attirer le dire du narrateu (...)

7La description du discours rapporté a donné lieu à de nombreuses interprétations. En ce qui nous concerne, nous considérons qu’il n’y a pas de frontière nette entre du ‘vrai’ discours rapporté, c’est-à-dire des paroles réitérées dans un contexte postérieur, et du discours rapporté « inventé », que ce soient des pensées ou encore du discours rapporté fictif. Cette diversité d’énoncés fait postuler à Rosier (1999, 2008) l’existence d’un continuum. Il en va de même pour Buchstaller (2001) qui propose une échelle allant du pôle realis jusqu’au pôle hypothetical. Nous avons trouvé dans notre corpus des propos repérés par rapport à une situation d’énonciation antérieure ou fictive, et des discours rapportés dont le contenu est verbal, mais aussi non verbal ou non vocal. On trouvera donc des contenus sous forme de DD, c’est-à-dire avec transposition déictique, présence de discordanciels2 en début de segment (Rosier, 1999 : 153) qui peuvent servir à résumer une attitude en la mettant en scène (Vigneron, 2013). Néanmoins, pour nous, le degré de fictivité des paroles citées n’est pas primordial pour parler de DR. Ce sont les niveaux d’énoncés et la possibilité d’identifier « un énoncé rapportant (appartenant au récit) » et « un énoncé rapporté » (Hanote et Chuquet, 2004 : 7) qui importent : dans le cas du DD, « l’énoncé rapporté est autonome par rapport à l’énoncé rapportant. En d’autres termes, il y a indépendance des repérages dans l’énoncé rapporté » (Hanote et Chuquet, 2004 : 15).

8D’un point de vue syntaxique, le format du discours direct nécessite de définir la relation entre « discours citant » et « discours cité » (Maingueneau, 1985). La nature du rapport entre ces deux segments a donné lieu à des analyses syntaxiques diverses, portant surtout sur le statut syntaxique du segment cité par rapport au segment citant. Certains auteurs considèrent que le segment cité occupe bel et bien une position syntaxique, qu’il est complément du verbe de dire (quand il y en a un) : c’est ce que suggèrent par exemple Bonami et Godard (2008 : 2411) :

le verbe de discours direct prend la citation comme complément (Authier-Revuz 1992), ce qui n’est pas le cas pour l’incise. Pour le discours direct, les arguments sont clairs : la citation de discours direct suit le verbe, comme le fait un complément ; elle peut être enchâssée (...) ; elle peut être suivie d’un autre complément, ce qui prouve qu’elle fait partie du SV (...) ; elle peut être pseudo-clivée en utilisant la forme réservée aux compléments.

  • 3 Voir Van Raemdonck (2002 : 175) pour une définition de la phrase théta.

9Van Raemdonck (2002) propose d’envisager un continuum d’intégration syntaxique du discours rapporté. En ce qui concerne le segment cité, il considère que celui-ci, qu’il soit sous forme de morphème, de syntagme ou de phrase, forme une « phrase théta »3 qui occupe une fonction de complément du verbe. Cette phrase théta peut être « le signe d’une phrase à énonciation complexe (plusieurs énonciations intégrées pour n’en former qu’une) » (2002 : 176). Dans une certaine mesure, Benzitoun et al. (2010)2015-02-02T17:21:00, dans leur description d’un corpus de français parlé, considèrent également que le segment cité occupe une position rectionnelle :

10Le discours direct présente une difficulté particulière en raison d’un enchâssement d’actes illocutoires. Considérons l’exemple suivant :

(36) a. il a dit [ casse-toi > pauvre con // ] // b. Marcel Achard écrivait [ elle est très jolie // elle est même belle // elle est élégante //] //

  • 4 « il y a l’UI dont la délimitation est liée à la reconnaissance de la force illocutoire qui peut (...)
  • 5 « Une UR est une unité construite autour d’une tête, qui n’est syntaxiquement dépendante d’aucun (...)

11Le discours rapporté dans ces exemples possède sa propre force illocutoire et marque le début d’une « unité illocutoire » (notée UI)4. Néanmoins, le segment qui précède (il a dit ou Marcel Achard écrivait) ne forme pas un acte illocutoire autonome ni une « unité rectionnelle » (notée UR)5 complète. Ainsi, il y a enchâssement du discours rapporté à l’intérieur de l’énoncé complet. Dans la mesure où cette UI occupe une position microsyntaxique, nous utilisons comme pour l’exemple (32) les crochets [ ] pour marquer cette enchâssement microsyntaxique. Mais à la différence de (32), le segment enchâssé forme bel et bien une UI avec sa propre force illocutoire, ce que nous indiquons par le délimiteur d’UI // à la fin de ce segment.

12Selon eux, le segment citant ne compose pas une unité rectionnelle complète, c’est-à-dire une unité syntaxiquement autonome, alors que le segment cité en est une. En revanche l’ensemble segment cité + segment citant forme un tout en termes de rection. Le segment cité est bien régi par le segment citant.

13À l’inverse, d’autres considèrent que le segment cité peut entretenir une relation paratactique avec le verbe de citation. C’est en particulier l’analyse proposée par Blanche-Benveniste (1989) qui compare le fonctionnement des verbes de discours direct à celui des « recteurs faibles ». Pour les verbes qui introduisent du discours direct comme dire, elle distingue deux types de configurations :

  • 6 L’auteure entend par mimiques les différentes formes que peut prendre le discours direct : « en l’a (...)

Il faudrait poser qu’on dispose de deux sémiologies distinctes : celle de la mimique6, qui ne peut pas correspondre à une rection grammaticale, et qui constitue en quelque sorte le style direct ‘‘pur’’, et celle des paroles rapportées qu’on traite comme un syntagme, en leur donnant un statut grammatical, par exemple celui d’un complément de ‘‘elle me disait’’; il s’agit alors de discours direct domestiqué par la grammaire. Le style direct est, de ce fait, ramené au statut de simple syntagme nominal. (Blanche-Benveniste, 1989 : 57)

14Dans le premier cas, ou « style direct ‘‘pur’’ », le segment cité n’est pas régi par le verbe de citation. Le verbe peut alors être suivi d’une « que-phrase » ou d’un segment cité au DD, il peut également être en incise avec possibilité d’inversion du sujet. Dans cette construction, Blanche-Benveniste note que les modalités (négative, interrogative) que le verbe peut recevoir sont limitées. La deuxième configuration peut comprendre des paroles rapportées mais, dans ce cas, elles sont transformées en élément syntaxique et deviennent « une sorte de syntagme nominal fabriqué dans le cours du discours » (1989 : 57), tandis que le verbe peut accepter différentes modalités.

15Ces deux configurations nous semblent utiles pour rendre compte de la variété des structures. Dans le deuxième cas, le segment cité n’est pas enchâssé syntaxiquement dans un segment citant, même s’il y a bien une insertion énonciative, c’est-à-dire un changement de niveau d’énoncé et un changement d’origine énonciative. D’un point de vue strictement syntaxique, c’est-à-dire du point de vue de la syntaxe « qui s’occupe des constructions fondées sur des catégories grammaticales, comme le verbe le nom ou l’adjectif » (Blanche-Benveniste, 1990 : 39), le segment cité n’est pas intégré syntagmatiquement à un segment citant, mais relié paratactiquement à ce dernier qui permet d’expliciter la source assertive de cette citation. Toutefois, cette parataxe peut connaître plusieurs réalisations qui peuvent être décrits grâce aux outils de la macrosyntaxe (Blanche-Benveniste 1990, Deulofeu 2003) : « il s’agit des relations qu’on ne peut pas décrire à partir des rections de catégories grammaticales » (Blanche-Benveniste, 1990 : 113).

16Peut-on considérer que be like se comporte comme un verbe de dire d’un point de vue syntaxique ? En d’autres termes, est-ce que be like peut être une construction verbale rectrice qui régit le segment cité qu’il introduit et qui accepte des modalités négative ou interrogative ? C’est ce que nous allons vérifier. Nous nous poserons la même question pour la structure faire genre, même si celle-ci ne sert pas uniquement à introduire du DR. Dans ces deux cas, like et genre appartiennent au segment citant. Mais like et genre peuvent introduire un segment cité sans faire partie d’une locution verbale. Dans ces cas-là, les deux marqueurs se situent plutôt à la frontière entre les deux segments.

2. Like et genre entre segment citant et segment cité

17Nous avons tenté de regrouper les occurrences de genre/like+segment cité que nous avons collectées en deux types. Tout d’abord, le segment citant contient be like ou faire genre et devient agrammatical sans le segment qui prend la forme de segment cité au DD, ce qui laisse supposer une relation syntaxique étroite, sur laquelle nous reviendrons dans la troisième partie. Le deuxième groupe d’occurrences présente un segment citant auquel genre/like permettent d’associer un segment qui prend la forme d’une citation. C’est ce type de structure que nous allons décrire en premier.

2.1. Quelle dépendance syntaxique ?

  • 7 L’expression segment contextualisant est empruntée à Lacaze (2011).

18Nos deux marqueurs peuvent former un ensemble avec un segment cité et s’insérer dans différentes structures hôtes qui semblent grammaticalement autonomes sans cet ensemble. Il peut s’agir comme en (1) et (5) d’un « segment contextualisant »7 contenant une construction verbale suivie de genre/like+segment cité. Cette structure verbale est acceptable du point de vue syntaxique sans la présence du segment constitué par le marqueur suivi du segment cité, mais pose problème du point de vue sémantique :

  • 8 C’est nous qui soulignons dans les énoncés étudiés.

(5) [Qu’est-ce que tu veux dire ?] Bah se venter genre moi je sais faire si je sais faire ça8

(5a) ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Bah se venter

(1) Tu peu rester près d’eux et si il disent un truc du genre... fin jcp n’importe quoi enfaite (…) et que la personne a qui il parle a un petit temps de réaction, tu peux te retourner genre « ah moi aussi j’ai galérer pour trouver et enfaite c’est... »

(1a) ?? Tu peu rester près d’eux et si il disent un truc du genre... fin jcp n’importe quoi enfaite (…) et que la personne a qui il parle a un petit temps de réaction, tu peux te retourner

19Dans les exemples (1) et (5), genre se situe cette fois en début de segment cité. C’est ce qu’on retrouve pour like dans des cas comme :

(2) I’m envious of your self-elevating skills like ‘‘Yeah! I can do it! Hooray!’’

(6) I actually smacked my hand down on my desk like ‘fuck yeah’ when I read that.

(7) I was speaking calm but nobody was listening, and then at some point, people start attacking me like "you say all these stuff, but look at you!!! with your clothes and ipod"...

20Like suivi d’un segment cité peut s’associer à des verbes décrivant une posture physique comme c’est le cas en (6) avec smack down. En (7), le verbe attack peut être interprété comme représentant un acte de dire grâce au contexte qui instaure une situation d’interlocution « I was speaking calm... nobody was listening », et éventuellement un acte de dire comme c’est le cas en (5) avec attack. En (2), like+segment cité s’associe au syntagme nominal your self-elevating skills dans une relation sémantique illustrative : le segment cité est un représentant de ces skills. Dans ces cas-là, genre/like semblent se situer à la jonction entre un segment citant et un segment cité. Ils ne servent pas seulement à marquer le passage à un autre niveau d’énoncé mais aussi à indiquer une relation d’illustration entre les deux. C’est très net en (2) où like+segment cité permet d’illustrer par une citation fictive qui sert de résumé d’attitude ce que le locuteur entend par self-elevating skills.

21On peut se demander quel est le statut syntaxique de like/genre+segment cité. Dans les exemples précédents, ces ensembles ne peuvent pas apparaître seuls de façon autonome et semblent dépendants du segment citant ou d’un élément de ce segment. Le format grammatical de ce segment n’est pas contraint même si ce sont des configurations verbales qui dominent dans notre corpus :

(8) Excellent rien a dire, tout a été résumé par ‘‘Nann c’est pas possible’’, genre cherche pas plus la discussion est close, mortel^

22Le format du segment cité n’est pas lui non plus contraint, puisqu’on peut avoir un contenu non verbal comme en (9) :

(9) This element exists in all lawyers (it IS an adverserial system, after all), but it gets exagerated in some lawyers, like Woo.

23Pour déterminer le type de dépendance syntaxique à l’œuvre entre genre/like+segment cité et le segment citant, nous devons nous placer du point de vue de la syntaxe externe, c’est-à-dire selon « la relation établie, sur la base de critères formels, entre l’unité introduite par la conjonction [ou le marqueur] et le contexte dans lequel elle apparaît » (Debaisieux, 2007 : 119). Nous nous posons la question de savoir si genre/like+segment cité sont régis par le segment citant, c’est-à-dire s’ils forment un ensemble dépendant du verbe ou d’un autre élément du segment citant. Pour cela, les tests de rection peuvent nous aider à mettre au jour les relations en place (Blanche-Benveniste, 1990). Certes, ces tests ont été développés pour le français, mais ils nous semblent en partie transposables à l’anglais.

  • 9 « Le dispositif d’extraction […] a pour effet de diviser la rection en deux parties ; dans la premi (...)

24Ces éléments ne peuvent pas être extraits par le dispositif c’est que9 :

(1a) *Cest genre « ah d’accord » que tu peux te retourner

(8a) * cest genre cherche pas plus la discussion est close que tout a été résumé par ‘‘Nann c’est pas possible’’

25Par ailleurs ils ne peuvent pas être modifiés par un « adverbe paradigmatisant » (Nølke, 1983)2015-02-02T17:21:00 :

(1b) *Tu peux te retourner surtout genre « ah d’accord »

(9b) ? This element exists in all lawyers (it IS an adverserial system, after all), but it gets exagerated in some lawyers, especially like Woo.

26La possibilité de fonctionner en couples contrastifs (Blanche-Benveniste, 1990) permet également de déterminer si un ensemble est régi ou non. Ce test ne permet pas une conclusion claire et nette, puisqu’il ne nous semble pas impossible en (1c) et (9c) :e

(1c) ? Tu peu rester près d’eux et si la personne a qui il parle a un petit temps de réaction, tu peux te retourner non pas genre « ah d’accord » mais genre « j’ai pas compris »

(9c) ? This element exists in all lawyers (it IS an adverserial system, after all), but it gets exagerated in some lawyers, not like Woo but like wait a minute.

27En revanche, genre+segment cité ne peut pas faire l’objet d’une restriction :

(2d) ? Tu ne peux te retourner que genre « ah d’accord »

28Ces différents tests tendent à montrer que genre/like+segment cité ne sont pas régis par la construction verbale qui précède. Nous faisons l’hypothèse qu’ils ont un statut syntaxique d’associé (Blanche-Benveniste, 1990 : 77) c’est-à-dire un ensemble qui n’est pas régi par le verbe même s’il entretient une relation sémantique avec celui-ci. Ces éléments sont caractérisés par le fait qu’ils réagissent négativement aux tests utilisés pour les manipulations ci-dessus. Néanmoins, les occurrences du corpus montrent selon nous deux types de configurations différentes.

2.2. Deux types de configuration

29Nous avons observé deux comportements différents : soit genre/like+segment cité semblent s’insérer dans le segment citant comme de (1) à (5), soit ils en sont visuellement séparés par une ponctuation comme c’est le cas en (8), (10)-(12) :

(8) Excellent, rien à dire, tout a été résumé par ‘‘Nann c’est pas possible’’, genre cherche pas plus la discussion est close, mortel ^^ (écrit, internet)

(10) Alors que je me promenais tranquillement dans les rues de Séoul, sans mari ni fils, l’un étant chez son oncle, l’autre au travail, je ne pouvais m’empêcher de dépenser de l’argent. Genre ‘‘oh ça plairait à KISeop ça, oh MinWoo adorerait cette peluche’’... Vous voyez le genre quoi ? (écrit, internet)

(11) She is just mentally insane, just like chick go sit down and stfu.

(12) It’s kind hilarious that people only hit me up when they want to vent. Like so Eli, let me tell you my life, okay, thanks for listening and dip.

30Comment décrire syntaxiquement cette distinction au-delà de la seule ponctuation ?

31En 2.1. nous avons opéré différentes manipulations sur des exemples correspondant au fonctionnement le plus intégré de genre/like+segment cité. Dans le cadre syntaxique de l’équipe du GARS 2015-02-02T17:21:00(Blanche-Benveniste 1990, Deulofeu 2003), un élément régi est un élément qui est proportionnel à un pronom ou une « proforme ». Les associés, en tant que non-régis, n’ont pas de proforme équivalente, puisqu’« ils n’ont aucune des propriétés des éléments régis » (Blanche-Benveniste, 1990 : 77).

32Nous reprenons l’exemple (1) en tentant de trouver une proforme correspondante à genre+segment cité :

(1e) Tu peu rester près d’eux et si il disent un truc du genre... fin jcp n’importe quoi enfaite (…) et que la personne a qui il parle a un petit temps de réaction, tu peux te retourner ainsi.

33La proforme ainsi, que l’on pourrait schématiquement décrire comme un complément de manière, semble bien acceptable comme équivalent, ce qui veut dire que genre+segment cité s’inscrit ici dans un paradigme.

34De même en (13) :

(13) Je cherche Eliott du regard, ne le trouvant pas je fouille un peu la pièce puis a tout hasard je regarde dans le frigo... Eliott était dans le bac a légume !! Il m’a regardé genre " bah quoi, c’est pas mal ici"

(13e) Il m’a regardé ainsi.

35Ces manipulations laissent entendre que genre+segment cité fonctionne ici en partie comme un élément régi par le verbe de la construction présente dans le segment citant, regarder et se retourner. Cette manipulation est bien sûr discutable an anglais, puisque la substitution par une proforme a été développée exclusivement pour le français. Néanmoins, si on reprend l’exemple (6) :

(6) I actually smacked my hand down on my desk like ‘fuck yeah’ when I read that.

(6e) I actually smacked my hand down on my desk like this when I read that.

36Nous pronominalisons ici seulement le segment cité, ce qui laisserait entendre que like garde en partie son fonctionnement de préposition. Like+segment cité serait également régi par le verbe smack down. On notera par ailleurs que cet ensemble s’insère dans ce segment hôte avant when I read that, complément régi également. Cet emploi de like est spécifique puisqu’il peut introduire une unité qui n’a pas les traits catégoriels normalement nécessités par son statut de préposition. Deulofeu (2010) appelle « greffe » cet enchâssement d’une énonciation indépendante dans une place de rection, à l’interface entre parataxe et rection. On peut se demander alors si like de même que genre, bien que n’étant pas catégoriellement des prépositions, ne sont pas dans cette configuration une sorte d’introducteur de greffe.

37Ainsi genre/like+segment cité pourraient être une structure régie et non un associé, avec la particularité d’occuper une place de rection sans contenir pour autant un segment cité qui remplit les conditions catégorielles.

38Dans le deuxième cas de figure, la proportionnalité avec ainsi ou une autre proforme est bloquée :

(8e) *Alors que je me promenais tranquillement dans les rues de Séoul, sans mari ni fils, l’un étant chez son oncle, l’autre au travail, je ne pouvais m’empêcher de dépenser de l’argent. Ainsi Vous voyez le genre quoi ? (écrit, internet)

(6e) Excellent, rien à dire, tout a été résumé par ‘‘Nann c’est pas possible’’, ainsi, mortel ^^ (écrit, internet)

(11e) ?? She is just mentally insane, just like that.

(12e) ?? It’s kind hilarious that people only hit me up when they want to vent. Like that.

39Cette configuration pourrait davantage correspondre à la description d’un associé présentée plus haut. On est ici face à un autre type de relation, qui ne se laisse pas décrire par des relations rectionnelles, ni même par une insertion d’une relation paratactique dans une construction régie, comme dans les greffes. Comment affiner la description de ces deux configurations ?

2.3. Au-delà de la parataxe : statut macrosyntaxique

40Même si le segment cité introduit par genre/like constitue une structure autonome grammaticalement, genre/like+segment cité ne forment pas un ensemble autonome d’un point de vue communicationnel et linéaire puisqu’ils ne peuvent pas être antéposés au segment citant. En effet, l’impossibilité d’inverser ces deux ensembles indique qu’il y a une certaine interdépendance sémantique entre les deux segments :

(8f) * Alors que je me promenais tranquillement dans les rues de Séoul, sans mari ni fils, l’un étant chez son oncle, l’autre au travail, genre ‘‘oh ça plairait à KISeop ça, oh MinWoo adorerait cette peluche’’ je ne pouvais m’empêcher de dépenser de l’argent.... Vous voyez le genre quoi ? (écrit, internet)

(13f) Je cherche Eliott du regard, ne le trouvant pas je fouille un peu la pièce puis a tout hasard je regarde dans le frigo... Eliott était dans le bac a légume !! genre " bah quoi, c’est pas mal ici" Il m’a regardé

41C’est ce qu’on retrouve pour like :

(6f) *Like ‘fuck yeah’ I actually smacked my hand down on my desk when I read that.

(12f) * Like so Eli, let me tell you my life, okay, thanks for listening and dip, they want to vent.

42Il semble donc qu’il y ait bien un type de dépendance mais qui ne soit pas d’ordre syntaxique, c’est-à-dire rectionnel. La simple explication opposant parataxe et rection n’est pas suffisante. Comme le dit Deulofeu (2003 : 184) :

si les divisions du texte ne sont pas aussi marquées dans le style paratactique que dans le style régi, il existe cependant dans le premier des regroupements d’unités de discours formellement reconnaissables que l’on doit pouvoir décrire en termes syntaxiques, même s’il ne s’agit plus de syntaxe de rection.

43Ainsi, si le segment citant peut avoir différentes formes grammaticales, il ne peut pas avoir n’importe quel statut dans le discours : genre/like+segment cité ne peuvent pas suivre des éléments comme il a beau dire/quant à +N – concerning+N. Ces éléments sont des représentants de ce que l’approche macrosyntaxique du GARS2015-02-02T17:21:00 appelle des préfixes et suffixes, unité macrosyntaxique qui se positionne avant ou après un noyau macrosyntaxique, « l’unité minimale de macrosyntaxe, qui permet de former un énoncé autonome » (Blanche-Benveniste, 1990 : 114). Ainsi genre/like+segment cité ne peuvent pas se combiner avec une structure qui n’est pas autonome d’un point de vue communicatif et énonciatif (Debaisieux, 2007), et puisqu’ils ne peuvent pas précéder le segment citant, ils doivent nécessairement suivre un noyau. Cette analyse indique que genre/like+segment cité ont les caractéristiques d’un suffixe.

44Ainsi, d’un point de vue de la syntaxe de rection, genre/like+segment cité peuvent s’apparenter à une construction régie, principalement lorsque le verbe du segment hôte est un verbe décrivant du dire ou une attitude. Néanmoins, le segment cité peut prendre des formes très variées et parfois non réductibles à une catégorie grammaticale, ce qui laisse penser que genre/like+segment cité peuvent présenter les caractéristiques d’une « greffe » (Deulofeu, 2010), à la frontière entre rection et parataxe. Mais, cet ensemble peut également être analysé comme une construction non régie associée en général, séparée à l’écrit par une marque de ponctuation. D’un point de vue macrosyntaxique, ce fonctionnement présente alors les caractéristiques d’un suffixe.

3. Be like et faire genre : des constructions verbales ?

45Nous avons jusqu’ici essayé de déterminer le type de dépendance instaurée entre like/genre+segment cité et un segment citant grâce aux outils de description de la syntaxe des catégories et de la macrosyntaxe. Nous souhaitons maintenant nous intéresser de plus près à be like et faire genre afin de déterminer si ces locutions ont des capacités rectionnelles. Si nous avons d’abord postulé une relation de type paratactique de ces unités avec le segment cité qu’elles introduisent, nous verrons qu’elles peuvent cependant présenter certains traits typiques d’une construction verbale.

46Pour cela, nous pouvons dans un premier temps les comparer aux verbes de dire types. Selon Blanche-Benveniste (1989), le verbe dire en français accepte deux constructions : dans la première, il est recteur fort, dans ce cas il ne peut pas être en incise, il accepte différentes modalités (négative, interrogative, insertion d’un adverbe) et il régit le discours rapporté qui est équivalent à un pronom ; dans la deuxième, le discours rapporté, qu’il soit sous forme directe ou « que-phrase », n’est pas régi puisqu’il n’est pas équivalent à un pronom, le verbe n’accepte pas de modalités ou bien reste fixé dans une modalité, et son fonctionnement est celui d’un verbe à la capacité rectionnelle réduite qui accepte la position en incise. Si on compare alors les constructions verbales qui nous intéressent, elles semblent se rapprocher plutôt du comportement de recteur faible de dire : elles introduisent une citation au DD qui peut prendre toutes sortes de formes, linguistiques ou non, qui ne peuvent donc pas être ramenées à une catégorie grammaticale et dont l’équivalence avec une proforme n’est pas satisfaisante, comme nous le verrons. Dans un premier temps, nous analyserons la syntaxe interne de ces ensembles : quels types d’unités sont introduites par be like/faire genre ? Puis nous adopterons un point de vue externe : nous observerons les rapports entre la construction verbale observée et le segment cité afin de vérifier s’il s’agit bien d’une relation non rectionnelle.

3.1. Deux locutions verbales introductrices de DD

47La grande majorité de nos exemples comprenant like+segment cité sont constitués par la locution be like, locution verbale quotative, la plupart du temps avec un sujet animé exprimé principalement sous forme pronominale : I/ he/she comme en (3), plus rarement we/they comme en (14) et (15), et parfois it, this (non animé) comme en (16).

(3) And I was like ‘Well, what is that?’ 

(14) When we told them she was pregnant, they were like, ‘What?’

(15) There are many times that Marc wants to be a facilitator but a lot of times were like ‘Hey, the play is for you to go and be aggressive’

(16) We’re still being warned to be careful about being inappropriate on Facebook, on our blogs and on Twitter because some imagined future employer might punish us. Its like oh, man, please don’t take away these jobs you weren’t going to give us anyway.

48Toutefois, nous avons trouvé dans notre corpus quelques exemples dans lesquels le sujet est instancié par un nom propre, ou encore par un substantif non déterminé comme people en (18):

  • 10 On notera la présence de all entre be et like, analysé comme quotatif par Wimmer (1990), Waksler (2 (...)

(17) And Grace Gummer is all like, ‘‘Maybe you guys should get back together, even though Dads kindof a bad person.’’10

(18) Well, the discussion was: less impact how? And people was like ‘‘replant trees and give the community a job in the resort’’

49Genre en revanche apparaît dans des configurations moins régulières : il se combine avec différentes formes verbales allant du verbe dire à des verbes d’attitude. En (19) il se situe entre dire et le segment cité, en (13) il permet d’introduire un discours qualifiant le regard d’un animal :

(19) Tu me dis genre " Tu me regardes même pas, alors dit pas que tu m’aimes" sauf que ce que t’as pas compris là dedans c’est que quand je te regarde tu as les yeux tourner et quand je vois que ton regard se tourne dangereusement vers moi je détourne le mien pour pas que tu saches que tu es mon centre d’intérêt car je sais que je ne suis plus le tiens alors ..

(13) Je cherche Eliott du regard, ne le trouvant pas je fouille un peu la pièce puis a tout hasard je regarde dans le frigo... Eliott était dans le bac a légume !! Il ma regardé genre " bah quoi, c’est pas mal ici"

50Une locution productive en français parlé contemporain est faire genre, qui peut être glosée en faire semblant ou dire quelque chose sans le penser. Il faut bien sûr distinguer faire genre et faire comme verbe de dire suivi de genre. Dans cette dernière configuration, faire fonctionne en général avec un pronom clitique qui indique le destinataire du discours rapporté comme en (20) :

(20) Je lui demande discrétos si ça va, il me fait genre couci-couça (yessss!! je l’ai placé hihi)

51Dans ce cas, faire fonctionne bien comme un verbe de dire et genre semble servir de borne de gauche au segment cité. Il peut être supprimable :

(20a) Je lui demande discrétos si ça va, il me fait couci-couça (yessss!! je l’ai placé hihi)

52Néanmoins, il rend visible la frontière entre segment citant et segment cité. En (19), il précède le segment cité couci-couça qui indique probablement un geste de la main, puisque le contexte discrétos suggère un échange presque muet. En effet, Comme le signalent Bonami et Godard :

Faire introduit tout comportement, linguistique ou non. À l’oral, les comportements non-linguistiques peuvent être imités en utilisant toutes les ressources disponibles dans la situation d’énonciation (18) : parole, mime, chant, production de bruits, utilisation d’accessoires, dessin, etc. L’utilisation de faire à l’écrit présente une caractéristique remarquable : le comportement imité n’est pas nécessairement un comportement linguistique, mais si ce n’en est pas un, ce doit être un comportement sonore, imitable en utilisant l’interprétation phonétique standard de l’orthographe du français. (2008 : 2410)

53Dans la deuxième configuration, faire genre semble bien constituer une locution verbale, genre est difficilement supprimable. Dans ce cas, le verbe n’instancie pas de pronom destinataire, ou du moins nous n’avons pas trouvé d’occurrence dans notre corpus :

(4) M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais genre ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

(4a) *M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi (écrit, internet)

(21) Aussitôt suivi de François Hollande, de François Bayrou, et de Le Pen. Ils font genre "oh on va montrer aux français qu’on a du cœur" afin d’accroître leur popularité. Ils se servent de cet incident pour faire de la politique, je trouve ça totalement lamentable.

(21a) *Aussitôt suivi de François Hollande, de François Bayrou, et de Le Pen. Ils font "oh on va montrer aux français qu’on a du cœur" afin d’accroître leur popularité. Ils se servent de cet incident pour faire de la politique, je trouve ça totalement lamentable. (écrit, internet)

54Cette structure ne peut pas être remplacée par dire sans une perte sémantique certaine, mais elle permet également d’introduire un ensemble qui présente certaines caractéristiques du DD, ou du discours indirect (noté DI), comme nous le verrons. Elle présente bien sûr une différence par rapport à be like, quant à la prise en charge. La dissociation de prise en charge présente avec genre est décrite par Dufaye2015-02-02T17:21:00 (à paraître) : « genre exprime avant tout la désapprobation du « locuteur » vis-à-vis de ce que « elle » a dit ou fait, ce qui implique la dissociation de deux niveaux de prise en charge ». En effet, faire genre « marque le fait que l’attitude représentée par le segment cité est bien celle offerte comme réelle aux perceptions extérieures, elle est le cas, mais elle est feinte » (Vigneron-Bosbach, 2014 : 133).

55Be like/faire genre semblent donc constituer le noyau verbal d’un segment citant. Ces constructions présentent certains traits typiques de la catégorie verbale, comme vu en 2., mais ne semblent pas régir le segment citant qui suit. Toutefois, sans ce segment cité (quel que soit le degré de fiction de son contenu), le segment citant qui s’organise autour de la construction verbale en be like/faire genre n’est pas acceptable d’un point de vue syntaxique. C’est bien le cas des exemples analysés pour be like jusqu’ici, comme en (14) :

(14) When we told them she was pregnant, they were like, ‘What?’

(14a) *When we told them she was pregnant, they were like

56Il semble donc bien qu’il y ait une relation de type syntaxique entre le segment citant et le segment cité2015-02-02T17:21:00. Il en va de même pour les occurrences de faire genre :

(22) nan, ce que je voulais dire c’est que tu vas en concession, tu fais genre je vends ma tire tu les essayes et après tu laisse la concession dans le vent comme si tu étais allé voir ailleurs

  • 11 Notons que faire genre connaît un emploi qu’on pourrait qualifier d’intransitif : arrête de faire g (...)

(22a) *ce que je voulais dire c’est que tu vas en concession, tu fais genre, tu les essayes11

57À l’inverse, le segment citant n’est pas non plus supprimable dans ces contextes : be like et faire genre sont bien « des opérateurs de mise en relation entres des propos rapportés et une nouvelle origine construite dans l’énoncé » (Hanote, Chuquet, 2004 : 40), ils ne permettent pas de mettre en place une véritable occurrence de dire (Hanote, Chuquet, 2004), ils permettent néanmoins bien d’introduire syntaxiquement un ensemble qui prend la forme de propos rapportés et de le relier à une origine assertive.

3.2. Format du segment cité

58Comme nous l’avons dit dans la première partie, nous adoptons une définition large du discours rapporté. Le DD peut permettre de rapporter des propos plus ou moins fictifs : des paroles ‘réitérées’ aux paroles inventées qui permettent d’interpréter une situation, en passant par les pensées rapportées (Marnette2015-02-02T17:21:00, 2005). Dans les cas les plus éloignés du pôle realis proposé par Buchstaller (2001), le segment cité peut être repéré par rapport à une situation origine rapportée générique, ou faire référence à un locuteur générique. Par ailleurs, peut prendre la forme d’un segment cité un contenu verbal, non verbal, mais aussi non vocal. En (23), le segment cité est composé dune onomatopée :

(23) I was just very humble and very thankful to be living my dream, to be in a studio; every day I went there, I was like, " Woo hoo! "This is not like ‘ You don’t get to take Communion.’ This is like ‘You will not be saved. You will never see the face of God.’

59La variété de ces contenus démontre la difficulté, voire l’impossibilité de ramener le segment cité à une catégorie grammaticale qui pourrait être régie.

3.3. Incise exclue

60En termes d’insertion syntagmatique, be like et faire genre se placent majoritairement juste avant le segment cité, ils ne peuvent pas être postposés ni en incise. Cette impossibilité de déplacement confirme leur différence par rapport aux verbes de style direct que décrivent Blanche-Benveniste et Willems (2007) : ces verbes peuvent être suivis d’un segment cité au DD ou d’une « que-phrase » non régis et acceptent la position en incise.

(3) And I was like ‘Well, what is that?’ 

(3b) ? * ‘Well, what is that?’ was I like/ I was like

(4) M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais genre ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

(4b) ? ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi’’ tu fais genre

61Ces structures sont dans ce cas bel et bien des introducteurs au sens littéral du terme, puisque le blocage de la position en incise suppose que like/genre permettent bien de borner le segment cité à gauche. Par ailleurs, le fait que seule cette organisation linéaire soit possible indique qu’il y a une relation de dépendance discursive ou textuelle entre les deux segments.

3.4. Une relation paratactique ?

62De quel type de dépendance s’agit-il ? Est-ce que be like est une structure rectrice qui régit le segment cité ? Dans leur travail sur les recteurs faibles, Blanche-Benveniste et Willems (2007) rappellent qu’une séquence lexicale est régie si elle peut être équivalente à une proforme. Dans le cas de be like, peut-on remplacer le segment cité par un pronom comme that ?

(3) And I was like ‘Well, what is that?’ (3) And I said ‘Well, what is that?’

(3c) *And I was like that (3’c) ? And I said that

63Cette transformation ne fonctionne pas, puisqu’elle donnerait lieu à une interprétation comparative et prépositionnelle de like. Si on remplace be like par say, la substitution semble moins problématique : le segment cité occupe bien une place de rection. Néanmoins, si on avait comme en (3’’) une marque de ponctuation, cela serait plus problématique :

(3’’) And I said : ‘Well, what is that?’

(3’’d) *And I said : that.

64Le segment cité ne peut pas non plus constituer la réponse à une question :

(3d) *What was I like ? ‘Well, what is that’

65De fait, be like en tant qu’introducteur de discours ne peut pas servir à former cette interrogation. Il peut seulement être interprété comme be suivi de la préposition like dans le sens de « j’étais comment ? ».

66Il en est de même pour le test d’extraction :

(3e) *What I was like was ‘Well what is that’.

67Ces différentes manipulations confirment le statut non régi du segment cité et par suite l’absence de capacité rectionnelle de la structure be like.

68Qu’en est-il pour faire genre ? Si nous reprenons l’exemple précédent, on peut tenter les mêmes manipulations :

(4) M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais genre ‘‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

(4c) *Qu’est-ce que tu fais genre ? ‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

69En (4c), le segment citant contenant faire genre ne peut pas servir à former une question ouverte, tout comme be like en (3d).

(4d) *M’ouais, enfin bref, au pire pleure ou un truc comme ça tu vois, tu fais genre ça

70La pronominalisation par ça n’est pas satisfaisante, ce qui laisse penser que le segment cité n’est pas régi par faire genre. Le dispositif pseudo-clivé peut permettre de « diviser la formulation verbale en deux parties » (Blanche-Benveniste, 1990 : 62) et donc d’isoler un élément régi. Avec faire genre, ce test pose problème :

(4e) *Ce que tu fais genre c’est ‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

71Par contre, le rattachement de genre au segment cité semble possible :

(4e’) Ce que tu fais c’est genre ‘je suis vraiment désolé, je n’ai pas fais exprès, excuse moi

72Mais il ne s’agit plus de la locution faire genre, puisque faire prend ici un autre sens. On peut conclure dans un premier temps que be like et faire genre forment bien une locution verbale mais ne régissent pas le segment cité.

3.5. Un segment cité sous forme de « que-phrase » ?

73Pour be like nous n’avons trouvé aucun exemple contenant un subordonnant, ce qui indiquerait une certaine intégration du segment cité au segment citant.

74Avec faire genre la situation est un peu différente. Certes nous avons des exemples comme (22) :

(22) nan, ce que je voulais dire c’est que tu vas en concession, tu fais genre je vends ma tire tu les essayes et après tu laisse la concession dans le vent comme si tu étais allé voir ailleurs

75Le ‘je’ du segment je vends ma tire fait référence au même locuteur que le ‘tu’ de tu fais genre. Il est ici difficile de savoir où s’arrête le segment cité en l’absence de ponctuation. Néanmoins, le choix de ‘tu’ dans tu les essayes indique le retour au récit. En effet, on a une liste d’événements pris dans le dispositif de pseudo-clivage (­tu vas en concession / tu fais genre je vends ma tire / tu les essayes) avant la conclusion introduite par et après.

76Mais nous trouvons également des constructions hybrides :

(24) Tu fais genre, tu t’en fous, que jamais tu pourrais avoir des sentiments pour elle mais tu ne la regardes jamais comme tu regardes toutes les autres

77En (24), deux segments (indiqués par l’italique) semblent dépendre de faire genre : la séquence [tu t’en fous] et [que jamais tu pourrais avoir des sentiments pour elle]. Le premier segment peut être interprété comme une citation fictive qui représente l’attitude du locuteur. Ce segment suit fais genre mais en est séparé par une virgule, ce qui suppose l’absence d’une dépendance rectionnelle. C’est également le cas du deuxième segment mais celui-ci est en plus introduit par que. Si on s’en tient aux descriptions traditionnelles du DR, il semble que faire genre fonctionne ici soit de façon directe soit indirecte. Ici, les calculs des pronoms déictiques se font de façon homogène avec le segment citant.

782015-02-02T17:21:00On peut se demander si que est ici subordonnant, c’est-à-dire s’il réintroduit après coup une dépendance syntaxique entre faire genre et le deuxième segment cité. Debaisieux (2007) note que la ‘reprise’ de que est obligatoire lorsque plusieurs constructions juxtaposées ou coordonnées sont régies. Dans ce cas, le deuxième segment serait régi par faire genre, mais que reprendrait que ? Akissi-Boutin (2010) observe la présence de que avec du DD, et du DI sans que dans des variétés de français d’Afrique, et en déduit un rôle syntaxique affaibli de ce terme. Comme le disent Blanche-Benveniste et Willems (2007), que+P peut indiquer différents degrés d’intégration syntaxique : il peut marquer une relation de rection forte, et donc une subordination, mais aussi correspondre à une situation d’absence de rection verbale dans laquelle il est « indice d’une entité englobante » (2007 : 247-248). En (24), l’intervention de que permet de remettre en place de façon explicite les repérages homogènes avec le segment citant. Néanmoins, que n’indique pas une relation rectionnelle avec tu fais genre, comme le montrent les tests suivants :

(24a) *C’est que jamais tu pourrais avoir des sentiments pour elle que tu fais genre

(24b) *Tu fais genre surtout que jamais tu pourrais avoir des sentiments pour elle

(24c) *Tu fais genre ça

(24d) *Tu fais pas genre que jamais tu pourrais avoir des sentiments pour elle mais que tu l’aimes pas à la folie non plus.

3.6. Restrictions des modalités de be like et faire genre

79Comme nous l’avons expliqué plus haut, les verbes de dire peuvent connaître deux types de fonctionnement (Blanche-Benveniste, 1989). Au discours direct « pur », ils perdent une partie de leurs propriétés verbales. Cela se voit par les restrictions qui s’opèrent quant aux modalités que ces verbes acceptent :

Dans tous les cas où ces modalités sont possibles, le verbe dispose d’une construction où il peut régir un syntagme nominal ordinaire : « dire une chose », « écrire une chose ». Ce n’est pas le cas pour les verbes comme « soupirer » ou « insister » […]. On peut en conclure que les verbes de style direct n’ont pas de modalités négative ni interrogative ; lorsqu’on trouve ces modalités, c’est en raison du croisement avec une autre construction du verbe, celle d’un syntagme nominal. (Blanche-Benveniste, 1989 : 58-59)

80Si le fonctionnement de be like s’apparente à celui d’un verbe introducteur de discours, il doit aussi refuser les modalités négatives ou interrogatives. C’est ce qui semble être le cas dans la grande majorité des occurrences de notre corpus :

(3) And I was like ‘Well, what is that?’ 

(3f)? And I wasnt like ‘Well, what is that?’ but I almost was/did

81Néanmoins, on trouve quelques rares cas de be like avec la modalité interrogative comme en (25) et (26) :

(25) And how cute that your husband faxed it to you!! Did you know it was coming, or was he like, oh I’m faxing you something random....??)

(26) When God was intelligent designing stuff, was He like, I think I’ll make a bunch of stuff that comes out of eggs ?

  • 12 Il s’agit ici d’exemples écrits, néanmoins on peut imaginer que de tels exemples à l’oral présenten (...)

82Nous n’avons que ces deux exemples, ce qui est trop peu pour en tirer une conclusion à valeur générale, mais il est intéressant de constater que les locuteurs ont séparé la construction en like du DD par une virgule, qu’ils n’ont pas utilisé de guillemets et qu’ils ont conservé le marquage typographique de l’interrogation en fin d’énoncé12.

83La présence de la négation dans l’exemple suivant va dans le même sens :

(27) This is not like ‘ You don’t get to take Communion.’ This is like ‘You will not be saved. You will never see the face of God.’

84Ici l’alternance de modalité négative et assertive laisse aussi penser que le segment cité est davantage intégré syntaxiquement au segment citant et par conséquent que be like gagnerait en capacité rectionnelle. Toutefois, on notera le fait que le sujet n’est pas un animé. 

85Ces exemples tendent à montrer que be like pourrait avoir un double comportement syntaxique de même que say, c’est-à-dire une locution verbale acceptant des modalités, et verbe de dire sans capacité rectionnelle n’acceptant pas de modalités. Ainsi même si, pour le moment, be like n’est pas une construction verbale qui régit le segment cité qu’il introduit, nous voyons qu’il évolue également vers un fonctionnement de plus en plus « verbal ».

86Be like peut accepter un modifieur adverbial comme just en (28) et (29) :

(28) But I was just like ‘‘Guys, I’m telling you, this is the heart and soul, this two liner thing is the heart and soul of this episode nd one of the heart and soul of the season.’’

(29) I was just like, ‘Hmm, what’s going on? Is he ok?’

87Par ailleurs, certaines occurrences présentent be like combiné avec un modal :

(30) I mean she could have definitely been like, ‘Stop, don’t do this’ and we would have stopped, but she didn’t

(31) and when I was younger i’d be all like ‘‘ they are poor? Well that’s their problem let those governments figure it out’’ but actually there are so many other reasons directly related to my consumerism choices that affect poverty.

(32) il peut faire genre q’uil fait tlt comme sa avec tt le mode en le reproduisant mais c’est vraiment pas discret

88De plus, en (30), on a conjointement un verbe modal, un modifieur adverbial et une forme aspectuelle. Be like aurait donc les possibilités aspectuelles et morphologiques d’une construction verbale. D’ailleurs, en (30), le discours direct semble nettement plus intégré syntaxiquement au segment citant du fait que celui-ci est coordonné par and à l’énoncé suivant. Dans ce récit marqué par la forme could have been comme fictif, le segment cité « Stop, don’t do this » constitue un événement qui aurait eu pour conséquence and we would have stopped. La présence de la virgule après like indique une absence de relation rectionnelle avec le segment cité, mais la coordination à valeur consécutive et les modalités reçues par be like nous portent à penser que ce segment cité se rapproche d’« une sorte de syntagme nominal fabriqué dans le cours du discours » (Blanche-Benveniste 1989 : 57). Nous pensons donc que be like est en train d’évoluer vers des emplois où il présente de plus en plus de propriétés verbales, c’est-à-dire vers une situation de « verbe de plein statut » (Blanche-Benveniste et Willems, 2007 : 220-221).

Conclusion

89Si like et genre font aujourd’hui l’objet de l’intérêt de nombreux linguistes, ils ont peu été analysés sous l’angle de la dépendance syntaxique. Pour cela nous avons tenté, à l’aide des outils de la syntaxe de rection mais aussi par une incursion dans la macrosyntaxe, de décrire les différentes relations que like/genre+segment cité présentent et de s’interroger sur le statut verbal de be like et faire genre. Nous avons vu que like/genre+segment cité ont deux fonctionnements différents du point de vue de la syntaxe de rection : ils peuvent avoir les caractéristiques d’un élément régi par le verbe du segment citant, et dans ce cas like+segment cité peut être analysé comme une « greffe » (Deulofeu, 2010) ; ou bien il peut s’agir d’un ensemble non régi qui aurait le statut d’associé. Du point de vue macrosyntaxique, il semble que genre/like+segment cité se comportent comme un suffixe, c’est-à-dire une unité non autonome sur le plan sémantique. Be like et faire genre quant à eux n’ont pas les mêmes options qu’un verbe de dire type comme say/dire : ils ne semblent pas avoir la possibilité de régir le segment cité qu’ils introduisent. Néanmoins, ils présentent bien certaines caractéristiques morpho-syntaxiques qui font d’eux une construction verbale puisqu’ils acceptent des modalités (négation, interrogation, modification par un adverbe). De plus, faire genre accepte des constructions en « que-phrase » et même en de+infinitive, mais on remarque que plus il semble gagner en propriétés verbales, plus la configuration dans laquelle il se trouve s’éloigne du DD. Si be like n’a pas la possibilité d’être suivi par that, c’est selon nous qu’il reste davantage une locution verbale de discours direct, mais ce peut être également dû à l’origine attributive de be like. Quant au statut macrosyntaxique du regroupement be like/faire genre+segment cité, est-ce qu’on ne pourrait pas y voir un cas de greffe macrosyntaxique, c’est-à-dire l’intégration d’un noyau autonome dans une structure non autonome ? Ce travail nécessite bien sûr d’être approfondi, d’une part, en étudiant la possible corrélation entre le degré d’intégration syntaxique du segment cité grâce à genre/like et le repérage du segment cité sur l’axe réalité/fiction, et, d’autre part, en analysant des données orales permettant de prendre en compte le paramètre prosodique.

Haut de page

Bibliographie

AKISSI-BOUTIN B., 2010. « Traces de l’énonciateur dans le discours rapporté : les particules énonciatives et que indicateurs de quelle parole ? », Ci-Dit, Communications du IVe Ci-dit, mis en ligne le 01 février 2010, URL : http://revel.unice.fr/symposia/cidit/index.html?id=384.

BENZITOUN, C. et al. 2010. « Tu veux couper là faut dire pourquoi: propositions pour une segmentation syntaxique du français parlé», in F. Neveu et al. (éds), Actes du Congrès mondial de linguistique française (CMLF 2010). Institut de linguistique Française. 2075-2090.

BONAMI O. & GODARD D. 2008. « Syntaxe des incises de citation », in Actes du CMLF 2008, Premier Congrès Mondial de Linguistique Française, publié par EDP Sciences (www.linguistiquefrancaise.org), [DOI 10.1051/cmlf08080], pp. 2407-2420.

BLANCHE-BENVENISTE C., 1989. « Constructions verbales en incise et rection faible des verbes », Recherches sur le français parlé, n° 9, pp. 53-73.

BLANCHE-BENVENISTE C., 1990. Le français parlé, études grammaticales. CNRS éditions.

BLANCHE-BENVENISTE C. & WILLEMS D., 2007. « Un nouveau regard sur les verbes faibles », Bulletin de la Société Linguistique de Paris, n° 102/1, pp. 217-254.

BUCHSTALLER I., 2001. « He goes and I’m like: The new Quotatives re-visited. », Paper presented at NWAVE 31, Stanford University, N.C.

COLLIN C., 2010. « Like entre identité et identification. Le cas de l’anglais oral spontané », in S.N. OSU et al (éds) Construction d’identité et processus d’identification. Peter Lang. 51-64.

Davies M., 2013. Corpus of Global Web-Based English: 1.9 billion words from speakers in 20 countries. Available online at http://corpus.byu.edu/glowbe/.

Debaisieux J-M, 2007. « La distinction entre dépendance grammaticale et dépendance macrosyntaxique comme moyen de résoudre les paradoxes de la subordination », Faits de Langues n°28, 119-132.

Deulofeu H.J., 2010. « La greffe d’un énoncé sur une construction : une combinaison originale de parataxe et de rection », in M.J. Béguelin, M. Avanzi, G. Corminboeuf (éds) La Parataxe, 175-208.

DEULOFEU H.J., 2003. « L’approche macrosyntaxique en syntaxe: un nouveau modèle de rasoir d’Occam », Scolia 16, 77-95.

DUFAYE L., à paraître. « Genre ou le scénario d’une grammaticalisation », Linx.

FLEISCHMAN S. et YAGUELLO M., 2004. « Discourse markers across languages ; Evidence from English and French », in C.L. MODER et A. MARTINOVIC-ZIC (éds), Discourse Across Languages and Cultures. Amsterdam, Benjamins. 129-147.

FUCHS Y., 2012. Les Quotatifs en Interaction : approche synchronique d’un paradigme en mouvement, dans un corpus d’anglais oral britannique et irlandais. Thèse de doctorat non publiée, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

GOLATO A., 2000. ‘‘An innovative German quotative for reporting on embodied actions: Und ich so/und er so ‘and I’m like/and he’s like’.’’ Journal of Pragmatics 32. 29-54.

HANOTE S., CHUQUET H., 2004. ‘Who’s speaking, please?’ Le discours rapporté. Gap, Paris, Ophrys.

LAB F., 1999. « Is as like like or does like look like as? », in A. DESCHAMPS et J. GUILLEMIN-FLESCHER (dir.) Les opérations de détermination. Quantification / Qualification. Gap, Ophrys. 83-100.

LACAZE G., 2012. « Ce que la syntaxe tisse, la sémantique tend à l’effilocher : étude de phénomènes de déconnexion forme-sens dans des énoncés de discours rapporté », E-rea URL : http://erea.revues.org/2339

LACAZE G., 2011. « De l’incise au segment contextualisant : un changement d’horizon dans l’introduction du discours direct », Études de Stylistique Anglaise N°1 (mars 2011) : 25-44.

MAINGUENEAU D., 1990. Éléments de linguistique pour le texte littéraire. Paris, Bordas.

MARCHELLO-Nizia C., 2006. Grammaticalisation et changement linguistique. Bruxelles : De Boeck Duculot.

MARNETTE S., 2005. Speech and Thought Presentation in French: Concepts and Strategies. Amsterdam, John Benjamins.

NITA R., 2010. « Verbaliser le geste et représenter la parole : les enjeux du discours direct », Ci-Dit, Communications du IVe Colloque Ci-dit, mis en ligne le 02 février 2010, URL : http://revel.unice.fr/symposia/cidit/index.html?id=564.

NØLKE H., 1983. Les adverbes paradigmatisants : fonction et analyse. Revue romane numéro spécial 23. Akademisk Forlag.

RANGER G., 2012. « Quotative like in contemporary non standard English », Arts et Savoirs 2 (consultable en ligne : http://lisaa.univ-mlv.fr/arts-et-savoirs/parution-du-numero-2-les-theories- de-lenonciation-benveniste-apres-un-demi-siecle/).

RICKFORD J.R. et al, 2007. « Intensive and Quotative All: Something Old, Something New », American Speech 82.1. 2-31.

ROMAINE S. et D. LANGE, 1991. « The Use of like as a Marker of Reported Speech and Thought: A Case of Grammaticalization in Progress », American Speech 66.3. 227-279.

ROSIER L., 2008. Le discours rapporté en français, Paris, Ophrys.

ROSIER L., 1999. Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques. Bruxelles, De Boeck Duculot.

VAN Raemdonck D., 2002. « Discours rapporté et frontières de phrase : l’épreuve de l’intégration syntaxique », Faits de Langues n° 19. 171-178.

VIGNERON J. 2013. « Genre en français, like en anglais et so en allemand : mise en scène et mise à distance dans le discours direct », in H. CHUQUET, R. NITA & F. VALETOPOULOS (dir), Des sentiments au point de vue, Études de linguistique contrastive, Presses Universitaires de Rennes. 195-210.

VIGNERON-BOSBACH J., 2014, « Genre en français et like en anglais : marqueurs d’irréel ? », in S. MOORE & O. POLGE, (éds), De l’irréel au réel, Actes du colloque du Cerlico, Presses Universitaires de Rennes. 123-138.

WAKSLER R., 2001. « A New all in Conversation », American Speech 76.2. 128-138.

WIMMER A., 1990. Be+all and other New Quotative introducers in California English. Senior honors thesis (B.A.), Stanford University.

Haut de page

Notes

1 Notre corpus est constitué d’occurrences d’écrit spontané venant de forums ou de blogs. Pour le français, il s’agit d’un corpus d’exemples personnel, et pour l’anglais d’occurrences du GloWbE (Corpus of Global Web-Based English). Nous avons gardé l’orthographe et la typographie d’origine.

2 « Seront appelés discordanciels tous les mots ou locutions permettant d’attirer le dire du narrateur (rapporteur) vers le dit du personnage (locuteur dont on rapporte les propos) : ils confrontent le discours citant au discours cité » (Rosier, 1999 : 153).

3 Voir Van Raemdonck (2002 : 175) pour une définition de la phrase théta.

4 « il y a l’UI dont la délimitation est liée à la reconnaissance de la force illocutoire qui peut affecter un segment dans un texte donné. » (Benzitoun et al, 2010)

5 « Une UR est une unité construite autour d’une tête, qui n’est syntaxiquement dépendante d’aucun élément de rang supérieur dans un texte ou discours donné. De cette tête dépend un ensemble d’éléments. Il s’agit donc d’une unité basée sur des contraintes imposées par les catégories grammaticales. » (Benzitoun et al, 2010)

6 L’auteure entend par mimiques les différentes formes que peut prendre le discours direct : « en l’absence d’une relation avec un pronom, le discours direct ne représente aucune catégorie grammaticale ; il est, du point de vue grammatical, ‘‘informe’’; on sait qu’il est possible d’y mettre des constructions verbales, des adjectifs, des interjections, et même des séquences qui ne représentent pas des mots de la langue […] On peut y mettre aussi l’indication d’un geste […] C’est cet ensemble hétérogène que Cornulier nommait ‘‘mimiques’’. Ces mimiques, sauf indication contraire, ne sont pas façonnées comme des catégories grammaticales. » (Blanche-Benveniste, 1989 : 57)

7 L’expression segment contextualisant est empruntée à Lacaze (2011).

8 C’est nous qui soulignons dans les énoncés étudiés.

9 « Le dispositif d’extraction […] a pour effet de diviser la rection en deux parties ; dans la première, il isole un élément de rection du verbe entre c’est et que/qui. » (Blanche-Benveniste, 1990 : 59)

10 On notera la présence de all entre be et like, analysé comme quotatif par Wimmer (1990), Waksler (2001), Rickford et al (2007).

11 Notons que faire genre connaît un emploi qu’on pourrait qualifier d’intransitif : arrête de faire genre ! Qu’on pourrait gloser par arrête de faire le malin/de faire semblant d’être quelque chose que tu n’es pas.

12 Il s’agit ici d’exemples écrits, néanmoins on peut imaginer que de tels exemples à l’oral présentent une prosodie non saillante pour le segment cité qui serait prononcé avec une intonation continuative et interrogative. Ces traits indiqueraient une intégration prosodique du segment cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne VIGNERON-BOSBACH, « Des spécialistes du (discours) direct ? », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/4375 ; DOI : 10.4000/erea.4375

Haut de page

Auteur

Jeanne VIGNERON-BOSBACH

Université de Poitiers – FoReLL EA3816.
Jeanne Vigneron-Bosbach est doctorante en linguistique anglaise et sciences du langage à l’Université de Poitiers. Elle est membre de l’équipe linguistique du laboratoire « Formes et représentations et linguistique et littérature ». Ses travaux de recherche s’intéressent au discours rapporté, à la linguistique contrastive et à l’analyse de l’oral. Sa thèse (en cours) porte sur la comparaison de trois mots du discours, genre en français, like en anglais et so en allemand.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org