Navigation – Plan du site
Recensions

Bertrand Van Ruymbeke, L’Amérique avant les États-Unis. Une Histoire de l’Amérique anglaise, 1497-1776

Paris, Flammarion, collection « Au fil de l’histoire », 2013, 561 p. ISBN 978-2-0821-0543-9. 26 €
Pierre-François PEIRANO
Référence(s) :

Paris, Flammarion, collection « Au fil de l’histoire », 2013, 561 p. ISBN 978-2-0821-0543-9. 26 €

Texte intégral

1Dans cet ouvrage ambitieux, Bertrand Van Ruymbeke relève le défi de traiter, dans sa globalité, d’un sujet peu abordé en France : l’histoire de l’Amérique anglaise, des premières explorations à la Déclaration d’Indépendance, véritable tournant (et non rupture) de l’Histoire. Comme le rappelle l’auteur, « les mythes ont la vie dure » et de nombreux événements de cette période jouissent déjà d’un tel statut, plus propice à la publication de la « légende » que celle des « faits », pour reprendre la célèbre expression employée à la fin du film de John Ford L’Homme qui tua Liberty Valance. Au contraire, la démarche de Bertrand Van Ruymbeke, proprement historique, est fondée sur une double ligne directrice : présenter l’Amérique anglaise comme un agrégat de colonies différentes et, surtout, ne pas considérer les faits à l’aune de la Déclaration d’Indépendance, afin d’éviter l’écueil d’une lecture téléologique et anachronique de cette période.

2L’ouvrage, divisé en sept grandes parties, livre ainsi une vision très intense de ce que l’on a coutume d’appeler la « période coloniale », ainsi qu’une brillante synthèse des ouvrages déjà publiés sur le sujet. Le souci de ne pas céder à la tentation de la mythification invite à la découverte d’événements moins connus du lecteur profane et remet en question certains repères chronologiques. Ainsi, la fondation inaboutie (et trop souvent oubliée) de la colonie de Roanoke par Sir Walter Raleigh, dans l’actuelle Caroline du Nord, à la fin du XVIe siècle, a précédé celle de Jamestown, en Virginie, communément considérée comme la première colonie anglaise établie au Nouveau Monde.

3Les exemples révélateurs des grandes différences entre les colonies de l’époque (citons les villes portuaires à la fin du chapitre V) font ainsi partie d’une toile colorée, dans laquelle un vaste mouvement d’ensemble est décrit. Initialement considérée comme un obstacle vers l’Asie, l’Amérique du Nord devint une terre d’asile, puis une nouvelle terre promise, sans que ce projet ait fait l’objet d’une véritable planification de la part de la couronne britannique. En effet, c’est purement et simplement le hasard qui, selon Bertrand Van Ruymbeke, a d’abord présidé à l’établissement de diverses colonies, lesquelles, au fil des décennies, des mouvements migratoires venus d’Europe et des conflits entre les puissances du Vieux Continent, ont progressivement fait partie d’un territoire placé sous l’égide de l’Angleterre, du Maine à la Caroline du Sud – la colonie de Géorgie ayant été fondée quelques décennies plus tard. En cela, les années 1680 constituent une période charnière et ce fut alors que la question de la nature des liens avec la métropole fut véritablement soulevée. Ce point est traité dans de nombreux chapitres alternant perspectives diachronique et thématique. Si les deux premiers sont consacrés aux premières explorations et à la fondation des différentes colonies, les quatre suivants traitent des migrations, de l’esclavage, de la religion et des institutions politiques au cours d’une « longue » première moitié du XVIIIe siècle, avant que la narration de la Guerre de Sept Ans, de la politique coloniale de l’empire britannique après le Traité de Paris et du début de la Guerre d’Indépendance – ainsi que quelques incursions menant à la Convention de Philadelphie – ne viennent clôturer l’ouvrage.

4Ce découpage permet d’aborder les diverses facettes de l’Amérique anglaise en profondeur, de l’étude détaillée des flux migratoires aux différents systèmes d’esclavage – la différence entre gang system et task system est fort éclairante –, en passant les divers modes d’administration coloniale, charter colonies, crown colonies ou proprietary colonies. Les exemples donnés sont d’une grande richesse, mais la mention initiale de certains événements ensuite explicités dans un chapitre ultérieur (le « Grand Réveil » des années 1740, par exemple, à l’origine d’une approche fortement individualisée de la religion) peut laisser le lecteur sur sa faim, momentanément. Il aurait été souhaitable, dans les pages consacrées à la découverte d’un chemin vers l’Asie et à l’invention du « Passage du Nord-Ouest », de mettre l’accent sur l’imaginaire né d’un tel espoir, mais la fidélité à la démarche historique justifie pleinement ce choix. On pardonnera certaines imprécisions [Magellan n’est pas mort à Hawaii, mais dans une île de l’archipel des Philippines] et le travail de Bertrand Van Ruymbeke, qui déroule patiemment les fils à l’origine de la construction de l’identité américaine, à la croisée de sentiments religieux, de systèmes politiques novateurs et de conscience de s’implanter sur un territoire nouveau, ne peut qu’être loué. Les dernières pages apportent une conclusion convaincante et ne pas étudier les événements à l’aune de la Déclaration d’Indépendance n’est pas irréconciliable avec le fait que les racines de ce conflit sont, justement, à chercher dans le passé et la période coloniale.

5Dans cet ouvrage, dont la lecture est fort stimulante, Bertrand Van Ruymbeke démontre ainsi que de nombreux pans de l’histoire de l’Amérique anglaise gagnent à être revisités. L’insertion fréquente de citations empruntées à des hommes politiques contemporains révèle, outre les différentes écritures possibles de l’Histoire et la réutilisation constante de l’héritage colonial dans un dialogue entre passé et présent, que la période étudiée correspond bien à celle de la fondation de l’identité américaine, puis, dans une autre étape qui déborderait le cadre de cet ouvrage, états-unienne. C’est donc bien la « naissance d’une nation » que l’auteur nous propose de découvrir et ce point ne devrait jamais être oublié dans l’enseignement de la civilisation des États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-François PEIRANO, « Bertrand Van Ruymbeke, L’Amérique avant les États-Unis. Une Histoire de l’Amérique anglaise, 1497-1776 », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/4521

Haut de page

Auteur

Pierre-François PEIRANO

Université de Toulon, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org