Navigation – Plan du site
Recensions

James Joyce, Ulysse, Traduction et édition sous la direction de Jacques Aubert

Paris, Gallimard, collection « Folio », 2013. 1659 p. ISNB 978-2-07-0341-3. 12,90 €
Marie-Odile PITTIN-HEDON
Référence(s) :

Paris, Gallimard, collection « Folio », 2013. 1659 p. ISNB 978-2-07-0341-3. 12,90 €

Texte intégral

1Il est un cliché répandu à propos d’Ulysse de Joyce: c’est un roman connu de tous, cité souvent, et lu par très peu. Cette traduction française, accompagnée d’une édition critique dérivée de la Bibliothèque de la Pléiade, œuvre pour contrecarrer cette opinion. En effet le livre présente outre une révision de la nouvelle traduction de 2004, une autre de l’appareil critique produit pour Gallimard en 1995 venant très utilement compléter le texte qui, déjà en 2010, avait fait l’objet d’une reprise dans la collection « Folio », assorti d’une postface de Jacques Aubert éminent spécialiste de Joyce, auteur de Introduction à l’esthétique de James Joyce et de Joyce avec Lacan, qui a dirigé l’équipe de traducteurs ayant œuvré à la retraduction.

2Car en effet, l’histoire de la traduction d’Ulysse montre que le roman fut traduit une première fois par Auguste Morel en 1929, sous la supervision de Valéry Larbaud, auteur du premier article d’envergure sur Ulysse dans la Nouvelle Revue Française et de Joyce lui-même qui lui donna l’imprimatur. La traduction de Morel obéit à des critères qui, par exemple, favorisent la fluidité en français ; elle édulcore certains des passages dits  scatologiques ou « obscènes » d’Ulysse – on se souvient que H.G.Wells parle de « l’obsession cloacale » de Joyce – dans un souci de bon goût qui avait cours à son époque. Cette caractéristique, image de son temps, rendait au tout début du XXIe siècle une retraduction nécessaire. La nouvelle traduction en 2004, très largement reflétée dans cette nouvelle édition, fut entreprise par Jacques Aubert, et menée à bien avec le concours de Bernard Hoepffner (traducteur), Danièle Vors, Pascale Bataillard, Michel Cusin (universitaires), Sylvie Doizelet, Tiphaine Samoyault et Patrick Drevet (écrivains), la diversité d’horizons apportée par ces traducteurs étant décrite par Aubert dans une interview comme une expérience d’écriture.1

  • 2 « James Joyce et la psychanalyse », Savoirs et clinique, no 6, janvier 2005, p. 201-214, http://www (...)
  • 3 Stuart Gilbert (ed.), Letters of James Joyce, vol. 1., London, Faber and Faber, 1964, p. 129.

3Comme pour le texte original, cette expérience d’écriture se transforme pour le lecteur d’Ulysse en expérience de lecture, à différents sens de ce terme. Pour Sophie Mendelsohn l’écriture de Joyce est « une écriture incontestablement du côté du poétique avec la jouissance supposée qu’il apporte. »2 C’est donc à travers les méandres de cette écriture non seulement poétique, mais également problématique, syncopée, expérimentale que nous guide la traduction. Joyce l’a indiqué : il a écrit Ulysse, roman en dix-huit chapitres ou « épisodes », de dix-huit points de vue différents, plébiscitant ainsi par avance l’idée d’une équipe de traducteurs, qui par nécessité, ne parlent pas d’une seule voix. Jacques Aubert explique d’ailleurs que le parti-pris de l’équipe de traducteurs a été de ne pas réécrire Joyce, de traduire la complexité jusque dans l’incohérence, et de favoriser le littéral autant que faire se peut, en adoptant exactement la ponctuation de Joyce, sa syntaxe, les phrases interrompues, les phrases nominales. C’est un respect, non seulement de la lettre, mais aussi du projet de l’auteur qui, dans une lettre à Harriet Shaw Weaver, avait recours à une métaphore radicale pour décrire son projet qui ne l’était pas moins, écrivant que « each specific episode, dealing with some province of artistic culture, leaves behind a burnt-up field »3 L’épisode XI, « Les Sirènes », est une expérience conduite par Joyce qui met en danger l’intelligibilité et laisse apercevoir cette terre brûlée, ainsi que la désigne Joyce, Ford Madox Ford préférant la métaphore de la découverte d’un nouveau continent :

  • 4 James Joyce, Ulysses, London, Penguin [1924], 1984, p. 210.

Bronze by gold heard the hoofirons, steelyringing
Imperthnthn thnthnthn.
Chips, picking chips off rocky thumbnail, chips.
Horrid! And gold flushed more.
A husky fifenote blew.
Blew. Blue bloom is on the.
Goldpinnacled hair.
A jumping rose on satiny breast of satin, rose of Castile.
Trilling, trilling: Idolores.
Peep! Who’s in the … peepofgold?
Tink cried to bronze in pity.
And a call, pure, long and throbbing. Longindying call.
4

4La traduction de Tiphaine Samoyault parvient à suggérer le sens par tous les moyens, par le jeu sur le rythme, les sonorités, allitérations et assonances. Elle traite les mots-valises avec inspiration et suit cette voix qui jaillit, hésite, s’abîme et rejaillit :

Bronze près d’or entendit les fersabots, cliquetacier
Impertunte, tunte
Petite peaux, picorant les petites peaux d’un pouce rocailleux, petites peaux.
Horrible ! Et or rougit encore.
Voilée une fifrenote blousa.
Blousa. Blues Bloom bleuet
La pyramide des cheveux d’or.
Une rose sautille sur les soyeux seins de satin, rose de Castille.
Trille, trille : idolores.
Coucou ! qui voi… coucoudor ?
Ding apitoyé à bronze.
Et un appel pur, long et déchirant. Appel désimourant. (427)

5Le deuxième volet, et non le moindre, de l’expérience de lecture proposée au lecteur français par Jacques Aubert et l’équipe de traducteurs, est la mise à disposition d’un appareil critique, également révisé pour l’édition 2013, guidant le lecteur grâce à une structure très efficace : le lecteur trouvera une préface qui contextualise, pose les jalons de l’épiphanie Joycienne, la notion de « monologue antérieur » ou de la supposée unité de l’œuvre, un index, plusieurs plans de Dublin, une bibliographie assez brève pour ne pas rebuter, et un appareil de notes de fin classique et très éclairant. L’appareil critique inclut en outre les célèbres « schémas », celui adressé par Joyce à Carlo Linati en 1920 alors que le roman était encore en cours de composition, et le schéma Gilbert-Gorman. Plus indispensables encore, les notices sont de brèves présentations de chaque épisode (entre trois et quatre pages) qui témoignent d’un travail d’édition croisé, puisqu’elles ne sont pas écrites par celui des traducteurs qui s’est chargé du chapitre. Véritables outils de lecture, les notices commencent souvent par un rapide retour sur l’épisode éponyme de l’Odyssée (avec appel à l’Iliade lorsque nécessaire), et parviennent à cet équilibre d’esquisser en seulement quelque pages une mise en contexte particulière du chapitre, par la citations de critiques parues à la sortie du roman, ou de positions de Joyce lui-même, tout en proposant également une analyse de la portée du texte Joycien dans l’épisode. Jacques Aubert présente ainsi l’épisode XVII, « Ithaque » :

L’écrivain et critique Wyndham Lewis a fait ce reproche à Joyce : « C’est la méthode naturaliste poussée jusqu’au parfait cauchemar. » De fait, le lecteur a le sentiment que l’écrivain est marqué par le scientisme perceptible de la culture à la fin du XIXe siècle […] On sait maintenant qu’à l’époque de la rédaction de cet épisode il se plongea dans le tout récent ouvrage de Bertrand Russell, Introduction to Mathematical Philosophy. […]/ L’originalité de Joyce est de reprendre à nouveaux frais ces suggestions de Russell. Il va exploiter les possibilités offertes par la structure du discours en tant qu’il est fondé sur un certain dialogisme, sur l’interlocution, qui suppose la possibilité de ruptures logiques. Il va exploiter ces ruptures, approfondir les failles du discours, de façon expérimentale, et ce jusqu’à l’absurde. […]/ Si l’on se place du point de vue de l’écriture, sa logique de son exploration du discours est en train de le conduire vers un travail sur la lettre en tant que hors-sens : un travail qui va déboucher sans plus tarder sur Finnegans Wake. D’un autre côté, cette mise en suspens du sujet devient mise en jeu, et mise en cause, du lecteur, le confronte assurément au défi de ce qui en lui est à la fois le plus décisif et le plus obscur : sa jouissance. (1287-89)

6Les traducteurs livrent dans cette édition un texte stimulant et magnifique, tandis que l’appareil critique favorise, éclaire cette confrontation de chaque lecteur au texte. C’est donc l’adjectif « lumineux » qui reste au lecteur de cette traduction, et l’on ne peut que se féliciter que Gallimard, par la collection « Folio », mette à la portée du plus grand nombre cette expérience de lecture, cette mise en je(u), cette exploration, que suscite l’intemporel roman de l’éphémère qu’est Ulysse.

Haut de page

Notes

1 Voir « Jacques Aubert, traducteur de Joyce », Les entretiens aVoir-aLire, http://www.avoir-alire.com/jacques-aubert-traducteur-de-joyce

2 « James Joyce et la psychanalyse », Savoirs et clinique, no 6, janvier 2005, p. 201-214, http://www.cairn.info/revue-savoirs-et-cliniques-2005-1-page-201.htm

3 Stuart Gilbert (ed.), Letters of James Joyce, vol. 1., London, Faber and Faber, 1964, p. 129.

4 James Joyce, Ulysses, London, Penguin [1924], 1984, p. 210.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Odile PITTIN-HEDON, « James Joyce, Ulysse, Traduction et édition sous la direction de Jacques Aubert », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/4525

Haut de page

Auteur

Marie-Odile PITTIN-HEDON

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org