Navigation – Plan du site
Recensions

Claire Davison-Pégon & Anne-Marie Smith-Di Biasio (dir.), Contemporary Woolf/Woolf contemporaine

Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014, 266 p. ISBN 978-2-36781-031-7. 18 €
Amélie DUCROUX
Référence(s) :

Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014, 266 p. ISBN 978-2-36781-031-7. 18 €

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif regroupe dix-sept contributions dont treize en anglais et quatre en français. Les articles sont précédés d’une introduction revenant sur le point de départ de ce travail et convoquant notamment l’essai de Giorgio Agamben « Qu’est-ce que le contemporain ? » (2008), titre dont la forme interrogative apparaît d’emblée indissociable du terme qu’il interroge. Les résumés des contributions qui suivent sont brefs et éclairants. Chaque article est par ailleurs précédé d’un abstract synthétique, guidant le lecteur dans son cheminement.

2Le corpus woolfien exploré au fil de l’ouvrage comporte romans, essais, journaux, lettres, dans un partage harmonieux entre ces différentes formes d’écriture. L’incessant dialogue critique auquel les contributions nous invitent est l’une des grandes qualités de l’ouvrage. Les références théoriques sont nombreuses et variées, empruntant au champ de la critique littéraire, de la philosophie, de l’anthropologie, de la psychanalyse. L’essai d’Agamben « Qu’est-ce que le contemporain ? » s’impose comme le fil rouge de l’ouvrage, dans l’esprit même du questionnement dont fait état son titre, permettant de relier les contributions et donnant à entendre sur cette scène théorique la discordance et le décalage qui sont au cœur de la notion de contemporanéité. Même si d’autres questions attenantes à celle qu’indique le titre sont abordées, pouvant laisser craindre que la question complexe du contemporain ne se perde dans les parages des questions plus vastes ou adjacentes de la temporalité, de la simultanéité, de l’immédiateté ou de la modernité, aucune des contributions ne confine sa réflexion dans un cadre d’analyse contraint par ses propres prémisses théoriques. Et si la question de la contemporanéité dans son rapport à l’écriture n’est pas toujours abordée frontalement, le mode oblique parfois adopté, partant de la question de l’image, photographie ou peinture, ou de la musique, permet justement de révéler, en effectuant ce nécessaire pas de côté, un aspect central de cette réflexion, à savoir la difficulté même de se saisir de cette notion.

3Car le contemporain n’est pas qu’affaire de temporalité mais aussi de perception et de représentation. Interroger la coïncidence de l’écriture avec son temps et la coïncidence des écrits de Woolf avec notre temps, c’est aborder la question du décalage inhérent au contemporain tel que le définit Agamben, cette « relation au temps qui adhère à lui par le déphasage et l’anachronisme ».

4La question de la forme et du genre littéraire, que Woolf n’a cessé de se poser, est indissociable de cette perception de l’impossible décalage entre le temps vécu et le temps réel, soumis à la mesure et à la linéarisation historique. « Écrire avec son temps » suppose d’occuper d’une position d’énonciation singulière qui est celle de la « fracture ». La recherche de formes nouvelles participe de cette prise de conscience non pas d’une nécessité d’être « moderne », mais de ce combat avec l’impossible que suppose la contemporanéité, ou le désir de contemporain. L’« hybridité générique » à laquelle tendent certaines œuvres de Woolf relève ainsi d’une prise de position poétique, éthique et politique.

5Cette prise de position qui consiste à faire sortir le temps de ses gonds n’est pas sans risque, ou plutôt, sans relève de ce risque inhérent à l’instant dans son potentiel d’ouverture à l’avenir comme aux hantises du passé. L’agôn, comme le souligne notamment Laura Marcus, n’est pas exclu de ce geste que constitue peut-être cette tentative d’« être avec » son temps. L’interaction du passé et du présent constitue une dialectique incessante qui ne peut se résoudre par une historicisation ou une formalisation forcée. L’admiration de Woolf pour Dante ou Shakespeare n’est pas une admiration passive, mais bien la perception de cet anachronisme et de ce décalage que ces œuvres elles-mêmes ont dû « endurer » pour faire sortir leur temps de ses gonds et pour préparer, également, la venue possible d’un contemporain qui doit peut-être toujours se faire attendre, de cette fracture restée ouverte qu’elle ont produite, dans un accueil incessant des potentialités dont leur écriture continue de se faire la trace, au même titre que les œuvres de Woolf, sans cesse relues, reprises, réécrites, adaptées. Les écritures à partir de Mrs. Dalloway, qu’analyse Monica Latham, témoignent de cette relance qui, quand bien même elle tendrait à réduire le texte de départ, ne fait jamais disparaître son inscription, parce que le décalage du contemporain, la faille qui se fait seuil ou lieu de tension, continue de travailler en silence sous l’apparent recouvrement qu’elles opèrent.

6Si cette tension est analysée au fil des contributions, la question de sa possible résolution est également abordée, procurant ainsi matière à débat. Cette tension dans laquelle se tient le contemporain peut-elle être « atténuée » par la notion d’ « a-temporalité », par la considération d’un possible développement « rhizomique » aux élans communautaires, ou par un retour aux images liées à la phase pré-œdipienne que l’écriture permettrait de réinvestir?

7L’écriture est l’adoption d’un point de vue, dans ce qu’il peut avoir de plus dénudé, dans le cas notamment de ce que Chantal Delourme reprenant le terme de Lyotard nomme les « phrases-affects » du Journal, dont le rôle majeur en tant que relève d’un présent insoutenable d’atrocité ou d’intensité, d’un instant qui passe sans possible retour et ne peut pourtant pas ne pas s’écrire, est ici subtilement relevé à son tour.

8L’impossible saisie de l’instant qui, passant, est toujours déjà passé, suppose une « tension dialectique entre présence et absence, visible et invisible » (N. Toth) tension qu’incarne le personnage d’Orlando et qui révèle l’impossibilité de coïncider avec le présent, constituant le moment présent comme « hétérogène ». Orlando occupe une place particulière dans l’œuvre de Woolf et sa réception, comme en témoignent les nombreuses adaptations théâtrales qu’analyse minutieusement Christine Froula pour tenter d’approcher la contemporanéité d’une œuvre qui rappelle aussi cette douloureuse impossibilité pour le sujet de coïncider avec lui/elle-même. Elle donne peut-être aussi la mesure de ce que la notion d’impersonnalité, judicieusement abordée par Teresa Prudente, recouvre : non pas un recours à l’abstraction facile, mais cette sortie hors de soi, hors de son temps et de ses gonds, que suppose l’écriture, cette « désinfect[ion] » de la personnalité que les grands auteurs intemporels, savaient, selon Woolf, opérer.

9S’inscrire comme le contemporain de son époque, c’est aussi envoyer un appel en direction de l’avenir, un appel à la relance d’une contemporanéité qui exige cette relève, cette réactualisation par un lecteur à venir, qui, comme le formule Claire Rosé « instancie l’œuvre en la rendant contemporaine ». La vitalité au cœur de la poétique woolfienne est un point central que cette réflexion sur le contemporain permet de rappeler, une vitalité consciente des limites toujours déjà imposées par l’écriture comme représentation, mais que l’écriture comme différance permet néanmoins de réinvestir à l’infini, dans un devenir deleuzien, ou nietzschéen, au-delà de toute normativité, de toute historicisation, de toute récupération totalisante. La nécessité de sortir, pour mieux les saisir, de la réalité du contexte social et politique, ou de la réalité réimposée par une historicisation linéaire, ou par la persistance d’une structure patriarcale qui sacrifie Judith Shakespeare, passe par un certain nombre de subversions ou de forçages nécessaires, tels que le don comme détournement de la logique économique dominante (K. Simpson).

10Le Journal constitue en ce sens le lieu d’une élaboration discursive « à contretemps » à la jonction de l’intime et de l’historique, toujours apte à accueillir l’altérité du temps lui-même ou l’altérité à venir de son autre, permettant ce « frayage » potentiel que constitue l’écriture comme consignation dynamique, active bien que limitée par l’affect qui arrête parfois son développement (Ch. Delourme). La mention des dates qui pourrait procurer l’illusion d’une saisie certaine de la contemporanéité à l’œuvre/de l’œuvre, ne fait que re-marquer l’anachronisme de l’histoire, rappelant le caractère fuyant de la notion que ces articles se proposent, courageusement, d’explorer. C’est aussi une fuite en avant que celle du contemporain qui apparaît alors comme un formidable moteur de l’écriture, un perpétuel renouvellement du désir d’écriture et du désir de vie dans l’écriture.

11Le désir, non pas seulement de cheminer avec ces réflexions mais de se faire le contemporain non pas tant de Woolf elle-même que du moment de l’écriture, de comprendre ce qui se joue en ce moment de rupture qui inscrit le contemporain ou que le désir de contemporanéité inscrit, est ce que ressent le lecteur de cet ouvrage qui lui donne à penser, dans cette même logique d’ouverture aux potentialités de sa réception, y compris dans les failles et les écarts qu’il ouvre, les possibles dissonances, les infimes décalages terminologiques et légers déplacements de perspective qu’il expose. Et quand la question du contemporain lui donne l’impression de lui échapper l’espace d’un instant, c’est pour mieux lui revenir dans la conscience de ce que cette échappée temporaire laisse entendre de sa saisissante complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie DUCROUX, « Claire Davison-Pégon & Anne-Marie Smith-Di Biasio (dir.), Contemporary Woolf/Woolf contemporaine », E-rea [En ligne], 12.2 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/4532

Haut de page

Auteur

Amélie DUCROUX

Université Lumière Lyon 2, Passages XX-XXI (EA4160)

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org