Navigation – Plan du site
Comptes rendus

David Punter, Glennis Byron: The Gothic

Jean VIVIÈS
Référence(s) :

David PUNTER & Glennis BYRON eds. The Gothic.Blackwell, 2004. 315 pages. ISBN 0631220631. £ 16.99

Texte intégral

1Amateur d’architecture médiévale, Horace Walpole ne savait pas en publiant au milieu du dix-huitième siècle The Castle of Otranto l’extraordinaire profusion d’œuvres que l’on rangerait de manière de plus en plus accueillante sous le terme de “gothique”. L’ouvrage publié dans la collection “Blackwell Guides to Literature”, et dû à deux spécialistes britanniques, permet de faire un point pédagogique complet sur le sujet en quatre grands volets. C’est d’abord à une traversée historique (“Backgrounds and Contexts”) que le lecteur est convié, depuis les Goths eux-mêmes jusqu’à la période la plus contemporaine, parcours utilement doublé d’un regard sur les manifestations non littéraires du gothique, de l’art et de l’architecture au cinéma et à la chanson. Ensuite une partie intitulée “Writers of Gothic ” propose une série de soixante dix-huit notices d’auteurs, classées dans un ordre alphabétique commode mais un peu déroutant, parmi lesquels on trouve aussi bien les grands noms attendus de la littérature anglophone (Beckford, Radcliffe, Lewis, Wilde, Stevenson, James, Poe ou Lovecraft) que d’autres comme E. Gaskell, auteur, on l’ignore parfois, de contes surnaturels, ou Jane Austen pour Northanger Abbey. On trouve aussi l’Allemand E.T.A. Hoffmann (mais pas Sade ou Maupassant). Certaines affinités entre auteurs ne se retrouvent pas dans le hasard alphabétique, même s’il est vrai que le tableau historique de la première partie comblait à l’avance cette lacune. On revient à un classement chronologique dans la partie suivante (“Key Works”) qui propose de manière plus resserrée et rigoureuse l’analyse concise et dense de dix-huit textes gothiques classiques, si l’on ose l’oxymore. L’étudiant avancé auquel se destine de manière privilégiée l’ouvrage pourra cerner l’intérêt et la portée de textes souvent cités et pas toujours vraiment étudiés de près, comme le Dracula de Bram Stoker. Le quatrième volet est plus synthétique (“Themes and Topics”) en présentant un certain nombre de figures récurrentes du gothique (le vampire) ainsi que des analyses conceptuelles (“The Uncanny”). L’ensemble, complété par des indications bibliographiques (où ne figurent quasiment pas de travaux français, on le regrettera) et par un index, fait de l’ouvrage un manuel très utile qui lance aussi de multiples et stimulantes pistes de réflexion pour le chercheur. Au-delà de son ancrage historique et même de ses formes littéraires, le gothique apparaît en définitive comme un objet qui dépasse le cadre académique ou universitaire : quels que soient les débats sur sa nature (genre ou mode), le gothique propose en effet une interrogation toujours renouvelée sur notre monde, sous des formes plurielles et bigarrées qui ne sont pas sans rapport avec le monstrueux qu’il met si souvent en scène. C’est le choix de cette multiplicité de formes, de cette richesse des débats qu’il suscite qui oriente l’ouvrage : le gothique y est vu comme un manteau d’Arlequin, manteau qui, depuis le rêve de Walpole à Strawberry Hill, ne cesse d’envelopper le monde dans ses sombres plis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean VIVIÈS, « David Punter, Glennis Byron: The Gothic », E-rea [En ligne], 2.2 | 2004, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 18 août 2017. URL : http://erea.revues.org/472

Haut de page

Auteur

Jean VIVIÈS

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org