Navigation – Plan du site
Recensions

Alexia Gassin & John Pier (eds), L’effacement selon Nabokov : Lolita versus The Original of Laura

Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2014, 149 p, ISBN : 978-2-86906-378-5. 15€.
Suzanne FRAYSSE
Référence(s) :

Alexia Gassin & John Pier (eds), L’effacement selon Nabokov : Lolita versus The Original of Laura. Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2014, 149 p, ISBN : 978-2-86906-378-5. 15€.

Texte intégral

1Ce livre publié par Alexia Gassin et John Pier rassemble les communications d’une journée d’études organisée en février 2010 par Chloé Deroy et Philippe Chardin à Tours dans le cadre d’une collaboration entre anglicistes et comparatistes. Il vise à analyser les affinités et divergences thématiques, structurelles et éditoriales entre deux romans de Nabokov : The Original of Laura, une œuvre inachevée publiée pour la première fois en 2009 par Dmitri Nabokov contre la volonté de son père, et Lolita, qui se trouvait être au programme de l’agrégation et du CAPES d’anglais cette année-là. Il y a donc une dimension doublement circonstancielle à cet ouvrage qui témoigne d’une belle réactivité de la part des organisateurs : cette journée d’étude a d’ailleurs été la première conférence au monde à être consacrée à The Original of Laura. Deux des six contributions étudient même exclusivement The Original of Laura à la lumière de la critique génétique. Comme le souligne d’ailleurs John Pier, le texte offre « un accès sans précédent à l’élaboration du discours narratif nabokovien », ou, selon les termes de Brian Boyd, permet « une visite de l’atelier de l’artiste » - par effraction, serait-on tenté d’ajouter. Le rapprochement entre Lolita et The Original of Laura effectué dans les autres contributions ne semble pas seulement dû au hasard des calendriers éditoriaux et institutionnels, ni au fait qu’il est toujours relativement facile et fructueux de comparer les œuvres d’un même auteur, mais plutôt au désir d’appeler Lolita à la rescousse d’un texte inabouti dans lequel la magie nabokovienne n’opère pas.

2Tout spécialiste est un chasseur enchanté qui ne dédaigne aucune proie, et l’on ne s’étonnera pas que des nabokoviens aient pu accorder à The Original une importance que les non-initiés auront plus de mal à lui reconnaître : The Original of Laura n’est en effet qu’un brouillon dont Nabokov avait expressément interdit la publication. Dmitri Nabokov a beau jeu d’invoquer dans sa préface le fait que Max Brod ait refusé de détruire les manuscrits de Kafka comme Kafka le lui avait demandé, ou même le fait que Vera Nabokov ait sauvé le manuscrit de Lolita de l’incinérateur où son mari envisageait paraît-il de l’y jeter, et se soit même également abstenue de faire disparaître le manuscrit de The Original of Laura en dépit des dernières volontés de son mari. A de tels épisodes de la petite histoire littéraire il sera toujours possible d’opposer l’image de Kinbote publiant le manuscrit volé de Shade dans Pale Fire, ou, de façon encore plus appropriée, celle de Gogol, décrite par Nabokov dans sa biographie de l’auteur russe, brûlant la fin des Ames Mortes, parce qu’il avait eu le courage de reconnaître que le fruit de son long labeur n’était pas « à la hauteur de son génie. » Autant dire que dans le match annoncé par le titre du recueil d’articles, « Lolita versus The Original of Laura », Lolita inflige dès la première minute un K.O. technique à The Original of Laura. Entendons-nous bien : la question n’est pas vraiment de savoir s’il fallait ou non respecter les volontés de l’auteur, mais s’il fallait livrer en pâture un texte encore incapable de se défendre et qui révèle selon l’euphémisme de John Pier « un Nabokov dans une posture maladroite . » Prétendre comme le fait Dmitri Nabokov que le manuscrit serait « l’embryon d’un chef-d’œuvre » revient à affirmer que n’importe quel rocher est une Venus de Milo en puissance. Certes.

3Comme le souligne Jacqueline Hamrit, The Original of Laura est un beau livre : il a été conçu « de façon à ce qu’il devienne un objet en tant que tel, et non pas simplement un support de reproduction. » Il est d’ailleurs peut-être même un peu trop beau pour être honnête : l’ouvrage broché, à l’embonpoint factice, est, selon l’expression de René Alladaye, « une publication à grand spectacle », un fac-simile des 138 fiches cartonnées qui constituent le manuscrit, lequel, de l’aveu même de Dmitri Nabokov, peinerait à occuper une trentaine de pages manuscrites conventionnelles.1 Il est possible de détacher les fiches de chaque page d’une simple pression du doigt le long des pointillés. Clairement, le lecteur est censé acheter un objet plutôt qu’un texte : bien sûr, vous n’aurez point l’ivresse, semble murmurer l’éditeur, mais vous aurez au moins le flacon. Et vous pourrez vous donner l’illusion de disposer, finalement à moindre coût, d’un authentique manuscrit de Nabokov, et même, comble du bonheur - ou de l’imposture - réorganiser le texte à votre façon, tout comme si vous étiez Nabokov en personne ! Et ce, d’autant plus facilement que rien n’indique que l’agencement des fiches choisi par Dmitri Nabokov reflète bien la volonté du père. La publication de ce manuscrit relève donc d’une stratégie marketing bien connue selon laquelle les objets dont la valeur est douteuse gagnent à être vendus très cher ; elle mise également chez les lecteurs sur ce que Nabokov appelait le « poshlust », à savoir, le goût vulgaire pour les choses matérielles faussement belles et faussement vraies.

4À la sortie de The Original of Laura, de nombreuses voix se sont d’ailleurs élevées pour condamner cette entreprise éditoriale et en particulier la mauvaise foi de l’éditeur qui présente le texte comme « a novel in fragments », laissant supposer une stratégie quasi-moderniste de morcellement du texte là où il n’y a en fait que bribes d’un roman en gestation. Dans L’effacement selon Nabokov, les auteurs des articles ne manquent pas d’évoquer les problèmes éthiques que posent une telle publication : John Pier retrace brièvement l’accueil ambivalent qui fut réservé au texte publié, et renvoie utilement à la monographie de Alladaye et Chupin, Aux origines de Laura, le dernier manuscrit de Vladimir Nabokov (Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2011, p. 21-66) pour une analyse précise de la réception du texte ; après avoir adopté une posture de réserve, étudié et même cartographié utilement en annexe le manuscrit publié en l’état il finit par déplorer la publication de ces fiches cartonnées. Même constat affligé chez Jacqueline Hamrit ou René Alladaye qui regrette pour sa part que Dmitri n’ait pas entendu le message de la dernière fiche : « renonce, abandonne, délaisse, abdique. » Alexia Gassin analyse avec finesse les embarras de la posture kinbotienne de Dmitri et montre à quel point les stratégies marketing à l’œuvre dans la publication de The Original of Laura aboutissent à l’effacement de l’auteur. Et, me permettrai-je d’ajouter, à une intensification de l’image de l’éditeur, devenu soudain objet de scandale - et donc d’attention - après une vie passée à l’ombre lumineuse du père.

5Mais pour le meilleur et pour le pire, The Original of Laura fait désormais partie du corpus nabokovien. Sans doute, le meilleur se trouve dans ce recueil d’articles où les auteurs livrent tous des analyses précises et stimulantes. Le thème retenu, celui de l’effacement, unit de façon gracieuse et pertinente des contributions relevant d’approches assez différentes, qui vont de la critique génétique à la critique thématique. La notion permet de recouvrir un champ large de préoccupations, qui vont de l’effacement du sujet (entendu comme intrigue, personnage, ou sujet d’énonciation), à l’effacement du texte. Tout au plus trouvera-t-on que cette jolie notion tend parfois à dissimuler ce qui, dans The Original of Laura, semble relever en fait d’un défaut de concrétisation.

Haut de page

Notes

1 Rosenbaum Ron, « Dmitri’s Choice », Slate, 16 janvier 2008, http://www.slate.com/articles/life/the_spectator/2008/01/dmitris_choice.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne FRAYSSE, « Alexia Gassin & John Pier (eds), L’effacement selon Nabokov : Lolita versus The Original of Laura », E-rea [En ligne], 13.1 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/4786

Haut de page

Auteur

Suzanne FRAYSSE

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org