Navigation – Plan du site
Recensions

Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol (dir.), Écrire sur l’esclavage

Publications de l’Université de Rouen et du Havre, La Revue du Philanthrope, n°5, Novembre 2014, 199 p. ISBN : 979-1024001814. 15€.
Freddy MARCIN
Référence(s) :

Claire Parfait et Marie Jeanne Rossignol (dir.), Écrire sur l’esclavage. Publications de l’Université de Rouen et du Havre, La Revue du Philanthrope, n°5, Novembre 2014, 199 p. ISBN : 979-1024001814. 15€.

Texte intégral

1Écrire sur l’esclavage est un ouvrage collectif publié aux presses universitaires de Rouen et du Havre sous la direction de mesdames Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol en novembre 2014. Cet ouvrage de 199 pages est composé de 13 articles/essais d’universitaires ainsi que de jeunes docteurs et doctorants provenant d’horizons divers, de l’histoire à la civilisation américaine en passant par la philosophie politique et la littérature. En mettant en commun leur expertise, ces auteurs offrent à cet ouvrage une pluralité de visions et de perspectives.

2Comme son titre l’indique, cet ouvrage a pour but de se replonger au cœur des récits d’esclaves qui constituent de véritables témoignages historiques des horreurs de la traite négrière et de l’institution singulière. Privé de sa propre histoire, arraché à son sol natal, éparpillé dans le nouveau monde, loin de ses racines familiales et de sa mémoire perdues dans les eaux profondes lors du middle passage -véritable frontière insurmontable entre l’Afrique et les Amériques-; l’esclave renait au fur et à mesure des pages au travers d’une dialectique de réappropriation du droit à la parole.

3Ne se cantonnant point à l’Amérique du Nord et notamment aux Etats-Unis où les récits d’esclaves ont tenu une place non négligeable dans la dissémination d’idées anti-esclavagistes et continuent d’influencer la littérature, cette étude s’étend à d’autres aires géographiques telles la Caraïbe anglophone, Cuba, le Brésil et la France afin « d’apprécier la diversité des parcours et des écritures » (14). La problématique servant de liant à ces contributions peut se décliner comme suit: comment le processus d’écriture, en tenant compte des diversités de parcours, a-t-il servi la même cause, à savoir la lutte anti-esclavagiste?

4Débutant par une historiographie du dispositif éditorial, cet ouvrage traite du processus de narration et de publication des récits d’esclaves étatsuniens. Claire Parfait analyse l’évolution chronologique de ce genre depuis l’avant-guerre de Sécession jusqu’aux années 1970. Les ouvrages et récits d’esclaves apparaissent dans les années 1830 sous forme de brèves biographies mettant en scène des hommes et femmes noirs afin de véhiculer une certaine forme de fierté de la part des Africains-Américains. « Quelques anciens esclaves figurent dans ces compilations, mais moins pour le fait qu’ils ont été esclaves [...] que pour ce qu’ils ont réussi à accomplir depuis leur fuite » (18). Il faut attendre le milieu des années 1940 pour entrevoir un regain du récit d’esclave dans lequel la parole est re/donnée aux véritables victimes du système. Ce n’est, cependant, que dans les années 1970 que de nouveaux volumes et rééditions « s’attach[ent] à donner une voix aux oubliés de l’histoire » (25).

5En analysant les dispositifs éditoriaux, Michael Roy tente de comprendre le lien entre la diffusion des récits de James Williams, Frederick Douglass et Solomon Northup avec les sociétés anti-esclavagistes. Alors que le récit de Williams est totalement porté par l’American Anti-Slavery Society qui mit en œuvre des moyens éditoriaux non négligeables, facilitant ainsi la diffusion de cette narration, Douglass en 1845 « joua un des rôles des plus importants dans l’histoire éditoriale de son récit, là où James Williams en avait été singulièrement absent » (34). Solomon Northup inaugure une ère nouvelle dans l’histoire de la publication du récit d’esclave. Twelve years a slave, qui retrace l’histoire d’un homme libre, kidnappé et réduit en esclavage dans le Sud, est « le premier récit d’esclave à paraître sous le sceau d’une maison d’édition commerciale » (38).

6La notion d’honneur véhiculée par ces écrits est également abordée dans cet ouvrage, ainsi que les notions d’éthique, de recevabilité et de véracité. Lucia Bergamasco offre une véritable étude des notions d’honneur et de réputation au cœur des récits d’esclaves afin de contredire les préjugés faisant des Noirs des "honorless blacks" (43). Il en va sans dire que ces notions dépendent du prisme racial de l’individu qui les emploie, mettant en regard l’honneur des Blancs avec le non-honneur des Noirs. Par ailleurs, il faut noter que « les témoignages des fugitifs représentent une sorte de contre-récit, face aux prétentions des Sudistes qui se drapent dans leur "code de l’honneur". Avant tout, ils révèlent que l’esclavage était irrémédiablement corrosif de tout honneur chez les maitres » (50). De surcroît, en portant un nouveau regard sur la notion de ténacité devant l’effort ainsi que celle du désir d’acquérir une éducation, Bergamasco analyse une réhabilitation de l’honneur des femmes noires jugées comme étant « des êtres grossiers et de mœurs faciles » (48).

7Puis les auteurs procèdent à des études de narrations d’esclaves, notamment celle de Sojourner Truth qui, comme le démontre Marie Jeanne Rossignol, «demeure "exotique" au sein du groupe des auteurs de récits d’esclaves. Effectivement, si l’on en examine le fond, ce texte présente de réelles singularités par rapport aux récits habituels » ( 58) et met en relief la cruauté de l’esclavage qui sévissait au Nord et la perfidie des maitres qui utilisaient de multiples stratagèmes afin de ne pas respecter les provisions de la loi d’émancipation graduelle de l’état de New-York de 1799.

8Selon Claude Raynaud, le récit de Truth est une forme hydrique à la croisée de multiples genres : « récit d’esclave, récit de conversion et autobiographie spirituelle » (88). Ce récit puise sa force dans sa singularité mais également dans un récit construit avec le lecteur dans un processus de pronominalisation, un va et vient entre le "je" et le nous". C’est en ce sens que Truth devient un personnage mythique, véritable emblème de l’abolitionnisme et de la lutte de la femme noire.

9Dans cette seconde partie, l’hybridité et les métamorphoses (Palleau-Papin) sont d’une importance capitale notamment avec l’article d’Ada Savin sur le récit de la vie Ellen Craft qui a la peau claire et se servira de cet atout pour se faire passer (passing) pour une personne de couleur blanche. Forte de cette hybridité raciale, Craft cherchera à brouiller les binarités du genre en endossant le rôle d’un homme et maitre blanc. Niant la fixité du genre, de la classe et de la race, cette narration s’éloigne des récits d’esclaves typiques et s’inscrit dans une nouvelle ère, celle de l’entre-deux suscitant un intérêt majeur des chercheurs caribéens et étatsuniens contemporains.

10Ce volume se termine par une exploration des récits peu ou pas connus des esclaves du Canada, de la Caraïbe anglophone et hispanophone notamment avec une étude du récit du cubain Juan Francisco Manzano, mais également des territoires lusophones incarnés par le récit d’Osifekunde du Brésil. Par ailleurs, Le Glaunec porte une attention particulière aux avis de recherche et annonces d’esclaves fugitifs de la Caraïbe qui selon lui « sont des traces de vie, des indices permettant de reconstituer ou d’imaginer des mondes complexes » (127). Puis un retour vers les États-Unis est opéré, non pas pour revenir sur des récits déjà bien connus mais pour redécouvrir cette nation au travers des yeux d’un personnage métis faisant face à une difficile intégration et grâce à un regard nouveau véhiculé par la narration de l’esclave né libre qui n’est d’autre que Solomon Northup.

11Cet ouvrage collectif ayant pour but d’analyser les récits d’esclaves ainsi que les enjeux qui y sont liés notamment en matière de publication d’ouvrages, nous permet de comprendre l’importance du récit d’esclave comme instrument de lutte contre l’institution singulière mais également véritable témoignage, fenêtre sur la vie des (ex-)esclaves. Comme l’ont fait remarquer certains participants à ce volume, la question de l’influence des sociétés abolitionnistes dans le dispositif éditorial ou l’utilisation de certains récits par des intellectuels pour une raison autre que l’abolition et le bien être des hommes noirs remettent en cause la notion de véracité de certains récits. Cependant, il ne faudrait jamais oublier que « dire-vrai sur l’esclavage c’est inséparablement pour l’ex-esclave dire-vrai sur soi » ( 175).

12La véritable richesse de cet ouvrage réside non seulement dans l’analyse des mutations et de l’hybridité des récits d’esclaves qui préfigurent à de multiples égards des champs d’études chers aux chercheurs post-coloniaux mais également dans l’exploration de nouvelles aires géographiques dans lesquelles le récit d’esclave est trop peu connu. Cet ouvrage permet ainsi de découvrir la « Canadianité » (134), la Caribéanité et insularité influençant de par ses spécificités le processus d’écriture. Cette découverte du récit d’esclave ici permet de narrer et de réécrire l’histoire de ces esclaves du point de vue d’une spécificité propre à ces régions insulaires. Ce n’est qu’après une lecture minutieuse et variée des récits d’esclaves les plus connus comme Frederick Douglass, Olaudah Equiano, Solomon Northup comme les moins plébiscités que le lecteur/chercheur pourra distinguer l’objectif du subjectif en s’immisçant, au fur et mesure des pages et des pans de vie des différents esclaves, dans l’expérience singulière que fut l’esclavage et comprendra la force de la relation à la liberté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Freddy MARCIN, « Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol (dir.), Écrire sur l’esclavage », E-rea [En ligne], 13.1 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/4790

Haut de page

Auteur

Freddy MARCIN

Docteur certifié en études anglophones et interculturalité, CRILLASH, Université des Antilles, pôle Guadeloupe

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org