Navigation – Plan du site
Recensions

Yves Chevrel, Annie Cointre & Yen-Maï Tran-Gervat (dir.), Histoire des traductions en langue française, XVIIe et XVIIIe siècles (1610-1815)

Lagrasse : Éditions Verdier, 2014, 1373 p. ISBN : 978-2-86432-774-5. 48€.
Ruth MENZIES
Référence(s) :

Histoire des traductions en langue française, XVIIe et XVIIIe siècles (1610-1815), Yves Chevrel, Annie Cointre & Yen-Maï Tran-Gervat (eds), Lagrasse : Éditions Verdier, 2014, 1373 p. ISBN : 978-2-86432-774-5. 48€.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre d’un projet ambitieux, réunissant une soixantaine d’universitaires et de chercheurs internationaux et visant à présenter en quatre volumes l’histoire des traductions en langue française. Un premier tome, consacré au XIXe siècle (1815-1914), est paru en 2012 ; ce deuxième volume sera suivi de celui portant sur les XVe et XVIe siècles, puis du dernier tome sur le XXe siècle, à paraître en octobre 2015 et octobre 2016 respectivement. Les concepteurs du projet espèrent ainsi rappeler que la traduction constitue un véritable champ de recherche, alors que l’Université française tarde encore à lui accorder ce statut.

2Il s’agit, comme le soulignent les auteurs, d’une étude historique avant tout, qui porte sur toutes les traductions en langue française, sans restrictions quant à la langue source. Le corpus étudié comprend non seulement des ouvrages publiés en France, mais également des traductions parues dans le monde francophone (par exemple en Suisse, au Canada ou en Belgique) ou dans d’autres pays. Les traductions analysées débordent largement le cadre des œuvres littéraire. Chacun des quatre volumes est organisé en grands domaines et structuré selon les genres littéraires de l’époque. Visant à sortir de l’ombre les hommes et femmes qui ont produit ces traductions, le projet porte non seulement sur les théories de la traduction, mais également sur les pratiques mises en œuvre, refusant de s’appuyer sur la notion de l’éventuelle « fidélité » du traducteur, que les contributeurs estiment à juste titre « hypothétique (…) et introuvable. » Le contexte de traduction, ainsi que le contrat de lecture proposé par le traducteur et l’horizon d’attente du lecteur, sont considérés comme les éléments clés de cette approche historique et culturelle de la traduction.

3Ce tome, le deuxième à paraître et aussi le deuxième en termes de chronologie, couvre les années 1610-1815. Ce découpage correspond à ce que l’on pourrait appeler (non sans réserves, comme il est souligné dans l’avant-propos) l’époque classique. Mais il renvoie avant tout à « un siècle de deux cents ans » (8) durant lequel certaines questions clés, telles que celle du « génie des langues », ont très fortement dominé les esprits et les débats.

4Un compte rendu détaillé de cet ouvrage très impressionnant – qui comporte 1373 pages, 15 chapitres (suivis chacun d’une bibliographie), une introduction et un bilan final, ainsi que deux index – serait pour le moins fastidieux, car les contributeurs nous offrent une vision à la fois générale et très minutieuse des conditions et des enjeux de la traduction au cours de ces deux cents ans. Après une introduction visant à présenter et à définir le cadrage historique, et notamment le choix de la période précise traitée, ainsi qu’à identifier la place de la langue française dans ce paysage particulier, l’étude aborde l’histoire de la traduction sous deux angles différents. Le premier, qui occupe les cinq premiers chapitres, vise avant tout à définir les conditions de traduction et les enjeux éditoriaux et idéologiques de la période. Le deuxième aborde les traductions en fonction de leur appartenance aux divers genres littéraires.

5Cette première approche passe d’abord par un chapitre consacré à l’étude de la question de « L’enjeu des langues », et analyse notamment la connaissance des langues étrangères en France à cette époque, et donc les outils dont disposaient les traducteurs. Les liens entre l’apprentissage des langues et la pratique de la traduction sont examinés, tout comme l’apport des langues vernaculaires européennes, mais aussi des langues « orientales » (arabe, hébreu, chaldéen, chinois…), qui ont modifié un environnement jusque-là dominé par les langues et la culture grecques et latines.

6Le deuxième chapitre est consacré aux traducteurs. Ceux-ci sont bien souvent restés anonymes, volontairement ou non, et nous ne savons que bien peu de choses de ces hommes et ces femmes, hormis pour ce qui est des plus célèbres, tels que Perrot d’Ablancourt ou Mme Dacier. Une brève présentation du statut social et des représentations habituelles des traducteurs est suivie d’une analyse sociohistorique. Celle-ci apporte des informations précieuses sur les diverses catégories sociales et/ou professionnelles (érudits, précepteurs et enseignants, secrétaires, seigneurs, censeurs, etc.) auxquelles appartiennent les traducteurs, ainsi que sur les traductrices, les traductions conjointes et la connaissance des pays étrangers à l’époque. Elle aborde ensuite les raisons variées qui incitent les traducteurs à traduire. La question des diverses fonctions et positions occupées par les traducteurs (secrétaires-interprètes du roi, interprètes de la Bibliothèque du roi) fait aussi l’objet d’une analyse circonstanciée, tout comme le rôle des percepteurs, des jésuites traducteurs en Chine, des professionnels du livre, des journalistes, des encyclopédistes et révolutionnaires, des rhétoriciens et professeurs d’éloquence et des hommes de loi. Le chapitre présente ensuite des portraits de dix traducteurs ou groupes de traducteurs, d’Ambrosio de Salazar, Espagnol exilé en France au début du XVIIe siècle, au groupe de Coppet réuni par Mme de Staël, en passant par l’abbé Desfontaines, Diderot, Michael Huber et Paul-Jérémie Bitaubé. Cette galerie met en évidence la grande hétérogénéité des parcours et des personnalités qui sont ceux des traducteurs à cette période et tire effectivement de l’ombre des individus souvent peu ou pas connus.

7Le troisième chapitre porte sur la position de la traduction dans le monde de l’édition, sur sa fabrication, sa transmission, son lectorat, sa présentation et sa publicité. Une brève analyse des chiffres de production met en évidence une hausse relative du nombre de traductions en français au cours du XVIIIe siècle. Les thématiques des textes faisant l’objet de traductions connaissent une évolution sur cette même période, les textes religieux ou historiques, et, dans une moindre mesure, les belles-lettres, l’emportant sur les textes abordant les sciences ou les arts. Au fil du siècle, à partir des années 1740, les textes scientifiques et techniques sont de plus en plus traduits, tandis que les ouvrages littéraires deviennent (et resteront) les plus fréquemment traduits, même si les récits de voyages et les descriptions géographiques ont également un certain succès. Une analyse des différentes langues traduites témoigne du déclin progressif du latin en faveur de l’anglais, mais aussi de l’augmentation du nombre de textes allemands traduits à cette période. Elle est suivie d’une étude des facteurs géographiques (mouvement des réfugiés huguenots qui délocalise la publication des traductions en Allemagne, en Suisse, à Londres ou à Amsterdam, puis recentrement sur Paris suite à la proclamation de la liberté d’imprimer sous la Révolution). Les pages consacrées au rôle de la censure, à l’absence de réglementation en matière des droits d’auteur, ainsi qu’aux conditions de parution, de distribution et de réception des textes traduits, offrent un aperçu riche du contexte éditorial de cette période.

8Le chapitre suivant, intitulé « Discours sur la traduction », aborde les théories et traités de traduction, présentés essentiellement dans les préfaces, avertissements et autres péritextes des traducteurs. Les auteurs reviennent sur le terme des « belles infidèles », pour démontrer qu’il a pris, au XXe siècle, une importance qu’il n’avait sûrement pas aux XVIIe et XVIIIe siècles, et pour suggérer qu’il s’agit avant tout d’un bon mot, dépourvu de la subtilité et de la finesse nécessaires pour rendre compte des théories de la traduction durant cette période. Au fil des pages sont évoquées, d’abord, les polémiques et prises de position qui témoignent de la diversité des opinions sur la valeur de la traduction au tout début du XVIIe. Les années 1635-1660, celles de « la traduction libre », sont marquées par Perrot d’Ablancourt, qui valorise la beauté de la langue française, en insistant sur les qualités tant instructives que divertissantes des traductions. Perrot « affirme que sa liberté même est une forme de fidélité, dès lors qu’elle lui permet de préserver l’éloquence de l’original et la clarté du sens. » (262) Cette tendance s’inverse par la suite, avec les « Règles de la traduction » d’Antoine Le Maistre (c.1650), mais aussi avec les théories et règles présentées par Lemaistre de Sacy, Marolles, Gaspard de Tende, Pierre-Daniel Huet et Antoine Arnauld, entre 1640 et la fin du XVIIe. Les années 1690-1770 sont présentées comme un âge d’or du « génie », pendant lequel fleurit le mythe du « génie de la langue française ». Durant cette période, la querelle des Anciens et des Modernes implique aussi une opposition entre partisans d’une traduction reproduisant le plus possible de traits stylistiques ou sémantiques de l’original et défenseurs d’une traduction qui remodèle le texte source pour qu’il soit conforme au goût moderne, en éliminant tout ce qui pourrait paraître laid et en ne retenant que le beau. Le conflit qui oppose en 1714 Anne Dacier à Antoine Houdar de La Motte au sujet des traductions d’Homère reflète des approches très divergentes. L’étude détaillée des paradoxes qui semblent émailler la longue préface de Desfontaines à sa traduction des Voyages de Gulliver (1727) propose des analyses intéressantes des théories sur le style et la langue qui la sous-tendent. Ce chapitre, très long et extrêmement complet, aborde également les idées de Prévost, D’Alembert, Marivaux, Du Marsais, l’abbé Girard, Delille, Saint-Simon, Marmontel, Dussaut, Ginguné et beaucoup d’autres, dans un survol instructif des changements et conflits qui ont marqué l’évolution de la théorie de la traduction.

9Le cinquième chapitre propose d’examiner comment la traduction a été pensée et exprimée, en se penchant tout d’abord sur la terminologie employée dans les pages de titre : cette époque voit s’imposer l’emploi des mots « traduire » et « traduction » à la place de tournures telles que « fait français » ou « mis en français. » Le terme « traduction libre » est beaucoup plus usité que celui de « belle infidèle », pour les raisons évoquées ci-dessus. Au terme d’une analyse des comparaisons et des métaphores utilisées pour évoquer la traduction, telles que « l’envers de la tapisserie » ou « la copie de tableau », les auteurs concluent que ces images révèlent avant tout que la traduction est devenue un art, dont l’esthétique est reconnue et décrite au fil des décennies. Ce chapitre comporte également une analyse des traductions de la Bible. Celles-ci témoignent des prises de position des uns et des autres quant à la valeur de la traduction selon la lettre ou selon le sens, à la traduction des particules utilisées en hébreu ou en grec, qui paraissent très lourdes en français, et à la mise en page, notamment l’emplacement des notes et autres références. La traduction est toujours intimement liée aux grands débats et aux théories de l’époque : ainsi les enjeux et conséquences de la querelle de Port-Royal et des jésuites sont-ils liés à des approches très différentes de la traduction de la Bible, tandis que la grammaire de Port-Royal postule la structure universelle de toutes les langues, esquissant les conditions théoriques de leur traductibilité. Après une analyse de La Bibliothèque française de Charles Sorel, qui confirme que « L’histoire de la traduction est celle de la connaissance » (417), l’Optique de Newton offre une étude de cas très intéressante de la traduction d’un ouvrage scientifique, tandis que les textes datant du Moyen Age reflètent les évolutions de la langue française qui rendent presque incompréhensible des textes rédigés quelques siècles auparavant, contraignant les traducteurs et les éditeurs à choisir soit de les publier tels quels, soit de les moderniser, soit de produire des traductions-adaptations.

10Après cette première partie qui dépeint le contexte de traduction, les chapitres suivants de l’ouvrage présentent la traduction en fonction de l’appartenance générique des textes : textes sacrés, philosophie, sciences et arts, récits de voyage, histoire, théâtre, poésie, prose narrative et livres pour l’enfance et la jeunesse. Cette organisation entraîne inévitablement un effacement, ici et là, des chevauchements génériques ; les récits de voyage, par exemple, comportent fréquemment une dimension scientifique, historique, philosophique ou narrative. On retrouve aussi, tout aussi inéluctablement, les mêmes auteurs dans plusieurs chapitres ; c’est avant tout le cas de traducteurs renommés ou prolifiques, de ceux qui ont participé aux débats et querelles de l’époque, ou de ceux qui ont été particulièrement idiosyncratiques ou prolifiques. Ces échos ne gênent guère la lecture ; au contraire, ils rendent compte de la nature complexe, souvent imbriquée, du champ de la traduction. Et la structuration par découpage générique a surtout l’avantage de permettre au lecteur de se repérer aisément dans cette partie de l’ouvrage. Encore plus que les chapitres précédents, ceux portant sur les différents genres peuvent se lire soit ensemble – offrant ainsi un canevas particulièrement complet et précis des textes, des traducteurs, des théoriciens et des lecteurs – soit séparément, voire de manière encore plus fragmentée. On peut ainsi choisir de lire cet ouvrage dans une démarche plutôt encyclopédique, ou bien d’y « piocher » des détails et des informations précis sur une œuvre, un auteur, un traducteur.

11Si l’on prend pour exemple le chapitre consacré à la poésie – qui comporte quelque 170 pages – celui-ci débute par une tentative de définition de la notion de « poésie » aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis rend compte de la traduction des poètes anciens (grecs : Homère, Sappho, Théocrite, Anacréon, Pindare ; latins : Virgile, Lucain, Ovide, Horace, Martial, Perse, Juvénal, Lucrèce…), avant d’aborder le débat autour de la traduction en vers ou en prose. Il poursuit, en décrivant l’essor de traduction des épopées, s’appuyant pour ce faire sur une analyse comparative de plusieurs traductions d’un même passage de l’Iliade, en évoquant les poèmes anacréontiques et bucoliques, puis en revenant sur les cas particuliers de Virgile, Ovide et Horace, et en étudiant aussi la poésie satirique et élégiaque. L’étude des poètes italiens modernes permet de rendre compte des enjeux particuliers qui pèsent sur la traduction. Les poètes italiens sont moins traduits, d’une part parce que les Français les lisent dans la langue vernaculaire, et d’autre part parce qu’ils cherchent à s’affirmer et à mettre en valeur la langue et la littérature françaises face à leurs voisins italiens et espagnols, dont les vers sont souvent décrits comme des « faux brillants » (1013). Simultanément, les grands poètes classiques (Dante, Pétrarque, Boccace) sont progressivement délaissés, tandis que Boiardo, L’Arioste et Le Tasse ont le vent en poupe, la traduction par Alain-René Lesage du Roland l’amoureux occupant le devant de la scène au XVIIIe, alors que le Roland furieux fait l’objet de traductions multiples et régulières, ainsi qu’en atteste le tableau pages 1021-1022. Les nombreuses traductions de l’Aminte, pastorale dramatique du Tasse, sont aussi présentées sous forme de tableau (pages 1026-1027), tout comme les traductions du Berger fidèle de Battista Guarini, ce qui permet de comparer très rapidement la quantité et la datation des traductions de ces œuvres. Les poètes espagnols du XVIIe sont ensuite abordés, pour montrer quelles approches sont adoptées et comment sont traduits les passages en vers des œuvres de Cervantès et les poèmes mystiques comme ceux de Jean de la Croix ou Thérèse d’Avila. La poésie « anglaise » (terme qui semble renvoyer à une vision linguistique plutôt que géographique, puisqu’il englobe des auteurs tels que James Thompson, Jonathan Swift, Oliver Goldsmith et James Macpherson) est passée en revue, avec des passages très intéressants sur Young et Le Tourneur ainsi que sur le cycle d’Ossian. Le chapitre aborde ensuite la poésie en langue allemande, polonaise, chinoise, arabe, persane et sanskrite.

12Cette approche tant macroscopique que microscopique fait de cet ouvrage un outil particulièrement riche. Si le champ d’étude est tel que l’exhaustivité se saurait être un but raisonnable, ce tome de l’Histoire des traductions en langue française est une véritable mine d’or pour qui s’intéresse à l’histoire de la traduction, à l’étude des genres, à un auteur particulier ou aux échanges interculturels. Les deux index – le premier comportant près de mille cinq cents traducteurs, le deuxième répertoriant les « autres personnalités » – sont particulièrement utiles. Ce beau livre, à la fois très érudit, très accessible et tout à fait passionnant, permet de mieux cerner les personnes, les théories, les textes et les querelles qui ont marqué cette période et on ne peut que s’en réjouir. Si, comme le souhaite l’équipe des contributeurs et les porteurs de ce projet ambitieux, ce travail pouvait en effet permettre à ce champ d’études de bénéficier à l’Université française de la place qu’elle mérite dans le paysage de la recherche, ce serait une très belle récompense de leurs efforts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth MENZIES, « Yves Chevrel, Annie Cointre & Yen-Maï Tran-Gervat (dir.), Histoire des traductions en langue française, XVIIe et XVIIIe siècles (1610-1815) », E-rea [En ligne], 13.1 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/4796

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org