Navigation – Plan du site
Recensions

Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid

Collection Horizons Anglophones, Série PoCoPages Montpellier, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2014, 334  p. ISBN 978-2-36781-113-0. 28€.
Rodolphe SOLBIAC
Référence(s) :

Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid, Collection Horizons Anglophones, Série PoCoPages Montpellier, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2014, 334 p. ISBN 978-2-36781-113-0. 28€.

Texte intégral

1Nadia Yassine-Diab propose dans Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid une exploration d’ensemble de la production livresque de Jamaica Kincaid qui examine aussi bien son œuvre fictionnelle que son œuvre non fictionnelle comprenant des livres de jardinage. Cette étude affirme premièrement la position centrale de la figure ambivalente de la mère dans l’éducation aliénante du sujet caribéen féminin. Elle révèle ensuite le parcours d’exil et de déracinement qui conduit les personnages féminins des romans de Kincaid, à l’instar de la romancière elle-même, d’une posture de résistance passive à la rébellion contre cette éducation coloniale genrée. Elle dévoile enfin la fonction essentielle d’espace de réinvention de soi et du lieu que remplit l’écriture de Kincaid dans une combinaison singulière du fictionnel et du non-fictionnel qui intègre les techniques et procédés des arts de la photographie de la peinture et du jardinage.

2Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid est organisé en trois grands chapitres aux titres forts signifiants qui font suite à une préface et à une introduction. Ces chapitres subdivisés en sous-parties dont les titres sobres renseignent sur le procédé par lequel l’auteure explore les questions de l’aliénation et de la réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid. Suivent, une conclusion, une bibliographie riche et abondante, un index thématique ainsi qu’un fort utile index de noms propres.

3L’introduction pose les caractères de la littérature caribéenne, dégageant l’importance de son oscillation entre aliénation et réinvention, une dimension qui fournit à l’auteur le cadre de son approche de l’ensemble de l’œuvre de Kincaid. Elle établit la filiation dans laquelle se situe l'œuvre de Kincaid, ainsi que les affiliations auxquelles conduit son écriture. Ainsi, Nadia Yassine-Diab présente la filiation d’œuvres caribéennes et américaines exploratoires de l’aliénation culturelle du colonisé dans laquelle vient s’insérer l’œuvre de Kincaid. L’énoncé d’une liste de prédécesseurs aussi importants que George Lamming, Ralph Ellison, Henri Louis Gates, Jean Rhys, Merle Hodge et d’auteurs de sa génération tels que Michelle Cliff ou Caryl Phillips, indique toute l’importance de l’écriture de Jamaica Kincaid dans le champ de la littérature caribéenne postcoloniale.

4Nadia Yassine-Diab entreprend ensuite de caractériser la production littéraire de Jamaica Kincaid qu’elle définit comme une écriture complexe qui emprunte à plusieurs genres et catégories littéraires, une caractéristique qui confère au style son caractère hybride et instable. Elle argumente que la romancière produit une œuvre habitée par la figure de la mère comme source d’aliénation, un caractère de cette écriture qui possède une dimension exploratoire de la relation coloniale avec la mère patrie anglaise. La mère apparait comme le vecteur des valeurs coloniales qui participe directement à l’aliénation des filles dans les sociétés caribéennes d’Antigue et de la Dominique. Nadia Yassine-Diab analyse alors l’écriture de Kincaid comme une entreprise qui invalide l’éducation coloniale au moyen d’une exploration des affres de la construction du sujet caribéen soumis à une éducation coloniale où filiation, héritage, lignée sont troublés ou rompus, conduisant ainsi à un enracinement inachevé. L’auteure en conclut que cette écriture se situe dans une problématique de l’affiliation et de la réappropriation. Dans cette perspective, la réappropriation du corps féminin devient une réinvention identitaire qui se libère de l’aliénation de l’éducation coloniale eurocentrique et engage une réappropriation de l’histoire occultée de l’esclavage.

5Nadia Yassine-Diab dévoile ensuite les caractères de la réappropriation de soi qu’entreprend Kincaid par l’écriture, un parcours qui voit ses héroïnes passer de la résistance passive à la rébellion. Entre autres formes de cette rébellion, on notera le refus d’enfanter de Xuela comme refus de participer à l’histoire coloniale en remplissant un rôle majeur dévolu à la femme africaine ou afro-descendante par la société de plantation dans les Amériques, celui de procréer. Condition nécessaire à la réinvention de soi, la rébellion des héroïnes féminines de Kincaid se manifeste par la rupture avec la mère et le pays quitté, pour mettre à distance le passé. Cette analyse des caractères de la réappropriation de soi fait émerger une vision non-essentialiste et non-déterministe de l’identité chez Kincaid une conception dont Yassine Diab révèle la parfaite correspondance avec celle de l’Atlantique noir de Gilroy.

6Sa description du projet esthétique de Kincaid conduit Nadia Yassine-Diab à analyser les tentatives de catégorisation qui la définissent, tour à tour, comme « outsider within », exilée, immigrant, diasporique, pour montrer leur incapacité à définir le positionnement de cette écrivaine. Elle établit que Kincaid se situe dans un déracinement nécessaire à la « dé-construction » du moi caribéen, et essentiel dans la réinvention d’un moi diasporique également détaché d’une communauté antillaise.

7Nadia Yassine-Diab montre alors comment le jardin de Kincaid dans le Vermont, lieu de mémoire et véritable Caraïbe virtuelle, incarne cette recréation de l’être Kincaid par la construction d’une nouvelle subjectivité avec le paysage caribéen. Elle révèle par exemple le lien entre la cyclicité de la structure des récits et la pratique de l’art du jardinage caractérisé par le cycle, la répétition, la création. Jamaica Kincaid crée, par l’écriture, un espace imaginaire diasporique singulier qu’elle nourrit par l’art. Ainsi, l’articulation de l’artistique avec l’idéologie produit une écriture de la subversion qui résulte de la mise en œuvre de diverses stratégies de décolonisation par l’écriture. L’écriture de Kincaid devient un mode d’accès à un espace de créativité. L’enchevêtrement de langues différentes, dans un espace textuel marqué par le recours à la synesthésie, confère à son style une oralité littéraire. Entre abrogation et appropriation, collage verbal et répétitions, la syntaxe et le rythme singuliers de la prose de Kincaid recréent l’oralité caribéenne, hors des attentes standardisées d’utilisation postcoloniale de la langue créole. Il en découle une œuvre de recréation perpétuelle, échappant à toute catégorisation rigide. En effet Nadia Yassine-Diab démontre que cette prose qui concrétise la connaissance profonde de l’histoire, de la culture et de la spiritualité caribéennes se situe dans la contestation des normes et des canons européens tout en s’affranchissant des contraintes discursives de l’activisme politique portées par certains écrivains caribéens de la génération précédente.

8Le discours produit par Nadia Yassine-Diab dans cet ouvrage émane toujours d’une analyse textuelle approfondie, révélant le sens souvent à partir d’angles d’approche divers, figures de style, entrées syntaxiques, lexicales, ou encore phonologiques. Celle-ci identifie les œuvres littéraires, plastiques, les traits culturels, mythes ou archétypes dans la filiation desquels les créations de Kincaid se situent ou auxquels elles pourraient s’affilier. Cette stratégie d’analyse de nombreuses citations parfois longues, produit un texte particulièrement riche de références et singulièrement dense. Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid constitue une étude audacieuse qui se confronte aux études et analyses de l’œuvre de Kincaid afin d’assoir la lecture qu’en fait Nadia Yassine Diab. Cette lecture qui combine l’analyse textuelle aux apports de la psychologie, de la psychanalyse et de la critique postcoloniale s’appuie sur une bibliographie importante, riche, pertinente et bien structurée.

9De par sa qualité Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid trouve légitimement sa place parmi les publications en langue anglaise étudiant partiellement ou intégralement l’œuvre de Kincaid. Seulement deuxième livre écrit en français consacré à l’œuvre de Jamaica Kincaid après L’exorcisme de la blès, vaincre la souffrance dans Autobiographie de ma mère de Jamaica Kincaid de Patricia Donatien, Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid enrichit le champ des études consacrées à la création littéraire et artistique dans son articulation avec l’histoire et les différentes traditions et genres qui fermentent la création dans le monde Atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe SOLBIAC, « Nadia Yassine-Diab, Aliénation et réinvention dans l’œuvre de Jamaica Kincaid », E-rea [En ligne], 13.1 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://erea.revues.org/4801

Haut de page

Auteur

Rodolphe SOLBIAC

Université des Antilles et de Guyane

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org