Navigation – Plan du site
Recensions

Jean Sévry, Un voyage dans la Littérature des Voyages. La première rencontre

Paris, L’Harmattan, 2012. 295 p. ISBN : 978-2-296-99246-7. 31€.
Gilles TEULIÉ
Référence(s) :

Jean Sévry, Un voyage dans la Littérature des Voyages. La première rencontre, Paris, L’Harmattan, 2012. 295 p. ISBN : 978-2-296-99246-7. 31€.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour ambition de faire découvrir la littérature des voyages, un genre qui est considéré comme faisant partie à la fois du domaine littéraire mais aussi historique. Objet de l’intérêt des milieux universitaires depuis plusieurs années, ce genre s’inscrit dans une approche innovante de la relation à l’Autre depuis les années 2000, date à laquelle de nombreux pays, occidentaux en particulier, se sont penchés sur leur passé afin d’en réévaluer la portée. Ce fut, par exemple la reconnaissance des souffrances imposées aux Africains à cause de la traite négrière ou la restitution des restes « ethnographiques » conservés dans les musées (restitution aux Amérindiens des ossements de leurs ancêtres par la Smithsonian Institution, ou les restes de Saartje Baartman, la « Vénus Hottentote » au peuple sud-africain en 2002 par la France). Ce furent aussi les excuses présentées par le pape Jean-Paul II (2001) puis le gouvernement australien pour les souffrances infligées par la colonisation aux peuples aborigènes (2008) ou Benoit XVI qui demanda pardon pour la « génération volée » des Amérindiens canadiens (2009). Ce fut aussi la reconnaissance de la culture de ces peuples que l’on ne sait toujours pas très bien désigner (le musée ethnologique voulu par le président Chirac sera finalement appelé Musée du Quai Branly en 2006). C’est dans ce contexte d’un nouveau regard porté sur l’Autre que les études spécifiques à la littérature des voyages ont acquis leurs lettres de noblesse ainsi que le souligne la création de la Société d’Etude de la Littérature des Voyages du monde Anglophone (SELVA) en 2001.

2L’ouvrage de Jean Sévry s’inscrit dans cette dynamique. Il a pour objectif de faire une typologie du voyage et de sa littérature en mettant l’accent en particulier, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, sur « la première rencontre ». Il s’agit pour l’auteur d’examiner les phénomènes récurrents mentionnés dans ces récits qui ont conduit ces « voyageurs » généralement occidentaux à partir et rencontrer des êtres différents. Pour cela, il présente son objet sous forme d’étapes au voyage, qui en apparence est un véritable vade mecum du parfait explorateur. A titre d’exemple les deux premières étapes sont dévolues à « la préparation du voyage ». Il s’agit d’examiner le profil de ces explorateurs mais également celui de leurs commanditaires, et lorsque l’information existe, de définir qu’elles sont les attentes de ces explorateurs vis-à-vis de l’Autre. Cette approche ne laisse toutefois pas de côté la mise en perspective de ces voyages grâce à une contextualisation nécessaire pour le lecteur néophyte qui découvre le sujet. Les bouleversements provoqués à la suite des grandes explorations du XV  et siècles suivants, le « débat sur le sauvage » ou l’impérialisme, sont tour à tour examinés et permettent une meilleure appréhension des motivations des explorateurs. Jean Sévry va ensuite poursuivre son voyage imaginaire à travers les récits de ces voyageurs en s’attachant ponctuellement à développer une thématique particulière à cette littérature. Dans la troisième étape qui traite de l’arrivée des explorateurs et leurs premières rencontres, l’auteur va porter son attention sur la découverte des corps et de ce que cela génère dans l’imaginaire et le regard des différents protagonistes. L’analyse est abordée sous différents angles comme « la peur des corps » ou « le dialogue des corps » ou encore de manière très stimulante et novatrice dans ce type d’ouvrage : le regard que l’Autre porte sur le nouvel arrivant Blanc, s’inscrivant ainsi dans la ligné du célèbre ouvrage de Ashcroft, Griffiths et Tiffin : The Empire Writes Back (1989). Les autres étapes vont traiter de l’exploration puis du retour tout en examinant les différents topos de cette littérature tels les souffrances et les joies des explorateurs, les difficultés linguistiques inhérentes à ces rencontres, le désir de possession de biens (étape 6), de personnes (étapes 7), la découverte du sacré (étape 9), de la femme (étape 8) etc.

3Si Jean Sévry s’appuie sur un corpus varié qui va du récit de Marco Polo, aux Occidentaux du XIXe et du XXe siècle, en passant par les voyageurs musulmans du Moyen-âge, ou parfois orientaux, l’essentiel de ses références sont franco-britanniques. L’objet de l’ouvrage n’est pas de faire une étude comparée des différentes cultures, mais le corpus aurait peut-être mérité d’être élargi à la littérature des voyages belge, allemande ou Etats-Unienne, même si la diversité et la richesse des sources est un atout majeur de cette monographie. Le corpus éclectique utilisé peut, de l’aveu même de l’auteur, heurter voire choquer le lecteur « de se voir souvent transporter d’un continent à un autre, et de changer soudainement de siècle ». Néanmoins la mise en perspective de certaines typologies grâce à l’analyse de récits disparates, sont éclairantes. C’est le cas de la notion de « cadeau » et de « don », montrés comme objets communicationnels qui s’inscrivent dans l’échange non-langagier mis en place lors des premières rencontres. C’est l’occasion de découvrir l’état d’esprit de ces explorateurs qui livrent le fond de leur pensées à travers leur description tel le Français Le Vaillant qui dépose des objets près des cases vides dans le village dans lequel il vient d’arriver « ainsi qu’on attire des animaux par des friandises » (p.101). Mais, si Jean Sévry montre bien que le sentiment de supériorité du Blanc était réel, il nuance cette vision qui fait partie des travers reconnus de la colonisation en citant des rencontres qui sont dépourvues de tout jugement négatif. Cette nuance est au cœur de cet ouvrage dont la lecture permet une vision moins stéréotypée du voyage, de la rencontre, mais aussi de la colonisation depuis Marco Polo jusqu’au processus de décolonisation du XXe siècle.

4Notons encore que l’auteur permet au lecteur de prendre du recul par rapport au sujet traité dans cet ouvrage avec une douzième étape qui a pour objectif de faire le « bilan d’un voyage dans la littérature des Voyages ». Il s’agit là de répondre à plusieurs questions sur la littérature des voyages et sa place dans la littérature en générale et de conclure en examinant les tendances actuelles et les perspectives. Véritable encyclopédie des récits de voyages, cet ouvrage est à la fois un début et un aboutissement. Il est une bonne synthèse des récits de voyageurs occidentaux vers des peuplades considérées autrefois comme « primitives ». Il inscrit ces récits dans le contexte dans lequel ils ont été produit en soulignant en quoi ils sont les héritiers de leur culture telle qu’elle s’est établie au fil des siècles en Europe, mais également en quoi ils sont les précurseurs d’un regard occidental qui s’affinera avec le temps et produira ainsi une vision plus scientifique et « moderne ». C’est ainsi que selon Jean Sévry, l’anthropologie est née des sociétés savantes qui ont commandité nombre de ces voyages (p.37). La lecture de cet ouvrage est agréable, les idées exprimées sont claires et sans jargon. Le lecteur découvre de nombreux textes peu connus du grand public. Cet ouvrage est une excellente introduction à la littérature des voyages que tout étudiant, chercheur ou simple lecteur aura plaisir à découvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles TEULIÉ, « Jean Sévry, Un voyage dans la Littérature des Voyages. La première rencontre », E-rea [En ligne], 13.1 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/4809

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org