Navigation – Plan du site

The Book of Daniel de E.L. Doctorow : la citation comme stratégie de rupture

Sophie GIRARDIN

Texte intégral

1Pour cet article, je me suis inspirée du travail d’Antoine Compagnon qui insiste sur le rôle phatique de la citation et sur les phénomènes de reconnaissance et de compréhension qu’elle met en jeu. ‘‘Toute citation dans le discours’’ dit-il ‘‘est un leurre et une force motrice, son sens est dans l’accident ou dans le choc’’ (45). C’est dans cette optique que j’aborde la place des citations dans The Book of Daniel, en me concentrant sur ce qu’elles engendrent chez le lecteur de participation, d’adhésion ou de distance, et par conséquent, sur la manière dont elles touchent ainsi aux bordures du texte.

2L’expérimentation est une constante de l’œuvre de Doctorow. Dans chaque livre, il se situe dans un jeu d’écart par rapport aux cadres qu’il utilise, ou encore par rapport à ses œuvres antérieures. Son œuvre s’articule sur les tensions entre histoire et fiction, rêve et réalité, modèle et copie. Loin de nier l’importance du contexte historique, en modelant celui-ci, lui faisant subir des torsions jusqu’à la parodie, Doctorow focalise à l’inverse sur le poids du collectif, des représentations culturelles dans la construction du sujet : il tente de les subvertir celles-ci dans un discours polyphonique qui génère des réajustements perpétuels. Se trouve mis en scène le dialogue entre intérieur et extérieur qui, originellement, engendre le discours, la parole. Ainsi, l’irruption de citations, corps étrangers au texte, participe de cet échange.

  • 1  Après Welcome to Hard Times en 1960 et Big as life en 1966.

3Paru en 1971, The Book of Daniel est le troisième roman de Doctorow1, il s’agit d’un roman protéiforme qui, outre le détournement du passage biblique clairement annoncé dès le titre, emprunte au roman historique, au roman autobiographique, à l’essai ou encore parfois au pamphlet, pour nous conter l’histoire des Rosenberg devenus Isaacson du point de vue de leur fils Daniel, un doctorant de vingt-cinq ans. Doctorow opère ainsi une superposition des années cinquante et soixante : les perspectives et les voix se croisent, et celle de Daniel avance en se fragmentant. Le texte est éclaté en micro-sections, qui tiennent parfois en quelques lignes à peine. Une des spécificités de ce texte est donc l’hétérogénéité.

4Le texte se déconstruit par le biais, entre autres, d’un recours systématique à la citation. Celle-ci, effet de réel, catalyseur parfois du vraisemblable, devient effet d’étrangeté, facteur de distanciation, et finit par provoquer une déflation radicale de l’illusion référentielle. Doctorow trompe son lecteur en lui offrant un horizon connu qui est voué à s’effondrer. Le livre de Daniel, censé être une thèse, n’aura pas lieu, pas plus qu’une résolution de l’affaire Rosenberg. Dans sa quête incessante d’une impossible vérité, Daniel s’inscrit en même temps qu’il s’interroge, il se modèle et se défait : son écriture avance par ruptures et se termine sur un vide. Il tente d’intégrer, de dérouter ou de déborder son lecteur : celui-ci est représenté dans un texte qui se relit et se répond lui-même, pris dans un jeu d’interpellations, ses horizons d’attente systématiquement déçus par un texte autophage qui se contredit et n’apporte qu’interrogations. The Book of Daniel est un texte inclassable, dont les qualités génériques sont abusées, déformées, c’est un roman de l’irrésolution, de l’interprétation permanente.

  • 2  Si nous considérons la citation au sens large, on pourrait mentionner ici les nombreuses allusions (...)

5On trouve des citations sous de nombreuses formes dans The Book of Daniel : Daniel veut écrire une thèse de doctorat en histoire, il insère donc de nombreuses références compatibles avec ce genre particulier, qui nécessite un rapport de reconnaissance à d’autres écrits. Mais le texte présente également un grand nombre d’autres citations, telles que des lettres échangées entre les époux Isaacson, des mémos de leurs avocats, des commentaires du texte biblique, ou encore des chansons et de cryptiques poèmes2.

6Il ne sera pas question ici d’en établir un catalogue exhaustif, mais plutôt d’étudier le fonctionnement des différents types de citations dans ce texte fragmenté, divisé en sous-sections titrées ou numérotées, et dont le narrateur est un ‘je’ divisé qui se narre par analepses. Nous allons tenter d’analyser dans quelle mesure elles déstabilisent le texte et participent d’un jeu visant à subvertir les catégories génériques.

7Les citations que l’on rencontre dans The Book of Daniel occupent en effet toutes les fonctions, de la référence à l’interruption ludique, de la trame jusqu’à la coupure, tantôt créant une complicité avec le lecteur en l’invitant à se trouver en terrain connu, tantôt le mettant à distance.

8Premières citations que le lecteur rencontre, les trois épigraphes du livre : un extrait du livre de Daniel biblique, un de Song of Myself de Walt Whitman et un autre du poème de Allen Ginsberg America.

Then a herald cried aloud. To you it is commanded, O people, nations and languages ; that at what time ye hear the sound of the cornet, flute, harpe, sackbut, psaltery, dulcimer, and all kinds of music, ye fall down and worship the golden image that Nebuchadnezzar the king hath set up : And whosofalleth not down and worshippeth shal the same hour be cast into the midst of a burning fiery furnace ; therefore at that time, when all the people heard the sound of the cornet, flute, harpe, sackbut, psaltery, dulcimer, and all kinds of music, all the people, the nations, and the languages, fell down and worshipped the golden image that Nebuchadnezzar the king had set up. (Daniel 3 :4)

With music strong I come, with my cornets and
my drums,

  • 3  Extrait de la ‘deathbed edition’. 1891-2, section 18.

I play not marches for accepted victors only, I play
marches for conquer’d and slain persons.
Walt Whitman, Song of Myself3

America I’ve given you all and now I’m nothing....
I can’t stand my own mind.
America when will we end the human war ?
Go fuck yourself with your atom bomb. (Ginsberg, America, 1956)

9A travers ces trois citations devrait se dessiner un aperçu de la lecture à venir, mais leur disparité déroute. Un trajet s’annonce de la foi à la désillusion, et le lecteur peut légitimement se demander dans quelles réécritures ce texte va l’entraîner. Ces paratextes échouent à orienter le lecteur. La difficulté qui existe à faire le lien entre les trois, puis avec le livre même, amène d’emblée une interrogation. Ces citations n’introduisent pas un paysage générique donné, aucun territoire connu ne se profile à l’horizon. Ces trois épigraphes suggèrent trois positions, le livre fera-t-il le lien entre les trois ? L’interrogation s’ouvre mais on ne pourra leur donner un sens qu’au terme de la lecture.

10Il s’agit, par le biais de ces épigraphes, de faire acte de reconnaissance de l’histoire littéraire, d’ouvrir un espace à son discours. La figure de l’auteur se dessine ici, avec son désir de s’ancrer dans une tradition. La citation est signe d’une trame, d’une mémoire sans laquelle il n’y a pas de sens. Par sa présence, le texte annonce qu’il n’est pas individuel mais collectif, que la lecture a précédé — et continue de travailler – l’acte d’écriture. La voix n’est jamais nouvelle, elle n’est que réagencement d’objets récupérés. Ceci apparaît dès les premières lignes du roman. En effet, le texte s’ouvre sur Daniel en train de faire du stop avec sa femme, il est décrit à la troisième personne :

Daniel Lewin thumbed this way from New York to Worcester, Massachussetts […] the early morning traffic was wondering - I mean the early morning traffic was light, but not many drivers could pass them without wondering who they were and where they were going’ (4)

11Ici apparaissent plusieurs éléments qui semblent corroborer l’hypothèse émise : son voyage est subordonné à celui des autres, une situation de dépendance qui apparaît dans une utilisation marquée de la métonymie avec thumbed et wondering, puis une interruption, cette séquence ne comportant pas de point final, et enfin le passage de la troisième à la première personne, la voix de Daniel.

12Cette prise de parole qui doit partir d’autres voix est encore plus précisément représentée dans le passage qui suit immédiatement où Doctorow choisit de nous montrer le moment même de l’écriture, dans une bibliothèque.

This is a thinline felt tip marker, black. This is a composition Notebook 79c made in USA by Long Island Paper Products, Inc. This is Daniel trying one of the dark coves of the Browsing Room. Books for browsing are on the shelves. I sit at a table with a floor lamp at my shoulder. Outside this paneled room with its book-lined alcoves is the Periodical Room. The Periodical Room is filled with newspapers on sticks, magazines from round the world, and the droppings of learned societies. Down the hall is the Main Reading Room and the entrance to the stacks. On the floors above are the special collections of the various schools libraries including the Library School Library. Downstairs is even a branch of the Public Library. I feel encouraged to go on. (3-4).

  • 4  ‘‘The way to start may be the night before, Memorial Day Eve, when the phone rang’’ (6). On note e (...)

13La difficulté de prendre la parole apparaît dans une syntaxe simple, répétitive. Daniel ne s’exprime que sur le mode de la simple dénomination en employant des présentatifs de type ‘this is’. Il manifeste un souci de la précision pour des détails qui n’ont pour fonction a priori que de ‘faire vrai’. Puis, comme s’il avait fait un tour d’horizon pour trouver l’inspiration, comme s’il avait d’abord eu besoin de nommer un cadre de référence avant de créer lui-même, il entame son discours. Ce début sera plus tard lui aussi renié, révisé du point de vue de la trame narrative cette fois-ci : le cadre s’effrite quand, deux pages plus tard, Daniel nous dit qu’il aurait dû commencer par nous parler de la veille, du moment où le téléphone a sonné4.

14Le livre de Daniel sera donc le trajet d’une voix, de ‘The Book of Daniel’, Daniel étudiant dans la bibliothèque, sous le mode de la simple monstration, à ‘Daniel’s book’, son roman-thèse autobiographique, comme on le trouve à la fin. Comme si une voix s’était frayé un chemin, s’était finalement trouvée, découverte en se comparant à d’autres, réalisant ainsi le programme des épigraphes, comme si elle s’était créée dans ce dialogue.

15Les citations qui abondent dans le texte sont avant tout celles des historiens que Daniel utilise pour soutenir, illustrer ou contredire son propos. Toujours dans la tension entre articulation et rupture, ces voix accompagnent ou submergent Daniel, l’égarent ou le guident, comme une mise en abyme du processus de sélection et d’apprentissage de la connaissance.

16Les citations intégrées dans le texte, qui ont fonction de référence, correspondent à l’argumentation de sa thèse. Elles enclenchent un mouvement du particulier au général, de l’histoire à l’Histoire, qui entre en concurrence avec les procédés conventionnels de figurativisation du discours.

17Par exemple, au beau milieu d’une réunion de famille, Daniel s’interrompt pour parler de Bukharin, pour un peu plus tard donner ses sources entre parenthèses : “

the afternoon grew festive –

Bukharin was no angel of course. [...]

(We learn this from N.Kruschev in his address to the 20th Party Congress) (15)

18Parfois ce sont des historiens qui sont glosés dans le texte, comme Kennan et Carr :

Kennan says Stalin had to make sure there would be no opposition to fault him in his unpopular move known to the world as the Non-Aggression Treaty of 1939. [...] E.H Carr suggests that the genius of Stalin was in his recovery of Russian nationalism. (53)

19Ces citations sont incomplètes en ce sens qu’elles ne comportent pas de référence au texte d’origine. Ces historiens sont aussi directement cités, non plus sous forme de résumés mais dans des extraits encadrés de guillemets (54) ; ils sont ensuite commentés, comme si Daniel écrivait sérieusement sa thèse, comme si la réalité prenait le pas sur la fiction, ou si la fiction s’en nourrissait ici, brisant encore les barrières du texte, puisque les commentaires servent parfois de charnières pour revenir au texte :‘‘This insight of Carr is useful in understanding such moments of agony.” (54).

  • 5  Par exemple : ‘‘the nature and function of god as represented in the bible’’ (10). ‘‘An interestin (...)

20Autre cas de figure, ces citations, sans doute pour accentuer l’effet de rupture, apparaissent abruptement après de nombreux effets de réel (détails sur un des personnages, anecdotes, dialogues ou phrases à la syntaxe oralisée...). Ce sont donc des textes totalement étrangers au roman qui y font irruption, parfois précédés d’un titre (en majuscules dans le texte, parfois en retrait) qui pourrait être celui d’un article, d’un livre d’histoire ou de sociologie5. Ces passages qui se voudraient scientifiques entraînent donc des perturbations dans le statut ontologique du texte. Au terme de ces bouleversements du genre romanesque, Daniel reprend son récit, souvent sur le mode de la conversation. Le dialogisme entre ces deux types de textes se trouve donc mis en scène, puisque certains passages commencent par des connecteurs tels que ‘actually’ ou ‘in fact’, comme s’ils amorçaient une réponse.

  • 6 We may say that the basis of all class distinctions in society is corporal punishment. Classes are (...)

21Le style de la thèse contamine donc le roman : Daniel cherche à reconstruire le passé de ses parents, à rétablir la vérité, du moins au début de sa quête, en resituant leur exécution dans un contexte plus large de contrôle des masses6, de maintien du pouvoir. Il dresse ainsi un historique des châtiments corporels à travers les âges, qu’il organise dans des sections séparées du corps du texte, précédées de titres en italiques. Ces sections intitulées ‘Drawing and Quartering’ (72), ou encore ‘Smoking’ (108), sont parfois précisément référencées (titre d’un ouvrage en caractères gras, lieu d’édition, date) : “Sir Robert Porter, in TRAVELING SKETCHES IN SWEDEN AND RUSSIA (London, 1809)” (128)

22La superposition, le mélange des discours qui s’opèrent par cette pratique de la citation remettent en question la hiérarchie qui existe entre ces discours : cette polyphonie - ou peut-être cacophonie parfois - remet en cause leur caractère sacré quand il s’agit du texte biblique, sape leur autorité quand ce sont différents discours scientifiques qui sont confrontés. Ceci entraîne donc une déstabilisation du lecteur, qui lui doit faire un choix– fût-il celui de demeurer dans l’incertitude...

23Les extraits de textes de loi, ou de l’acte de mise en accusation des Rosenberg que l’on rencontre aussi dans le texte, toujours dans le style de la thèse, sont également des citations encadrées, clairement signalées comme telles dans le texte puisqu’elles comportent, contrairement aux autres, des guillemets et des majuscules. Elles correspondent néammoins à une autre stratégie : elles apparaissent à chaque fois que Daniel se trouve sur le point de décrire l’exécution de ses parents.

Treason against the U.S. shall consist only in levying war against them, or in adhering to their Enemies, giving them Aid & Comfort .... No person shall be convicted Overt Act, or on Confession in Open Court. (168)

24Elles correspondent à une dérobade, à travers elles Daniel retarde le moment douloureux de raconter la mort de ses parents, ce qu’il ne fera que tout à la fin (295). Elles sont autant de mises en scène de ses manques au travers de ce recours au discours d’autrui, des tentatives de repousser l’échéance, signe de son incapacité à dire le réel, elles sont des moments d’achoppement pour le lecteur.

25La citation vient combler un vide, se met à la place du mort selon Compagnon, la place de l’analyste : elle ouvre un espace d’interprétation. Alternativement balise, référence ou artifice qui s’expose comme tel, c’est une porte vers un ailleurs, elle thématise, par sa simple présence, le dedans et le dehors, l’identité et l’altérité.Ces citations sont des liens, ou sauts, vers d’autres niveaux ontologiques qui substituent à l’opposition binaire réalité/fiction une gamme de réalités, et brouillent les frontières entre lecteur et auteur. La pratique de la citation multiplie les voix dans le texte, à travers elle Doctorow multiplie les masques, accentue la béance, le manque, et Daniel, en dernière instance, échoue dans sa quête de vérité. Le début est par trois fois déplacé, révisé, et les fins elles aussi prolifèrent, puisqu’il y en a trois, numérotées. L’incertitude envahit le texte ainsi éparpillé.

26A travers les citations se crée un jeu, elles remplissent et génèrent le vide, et par là, un sentiment d’insatisfaction. Elles empiètent sur la trame narrative principale. Elles ont pour effet de perdre le lecteur, de le mettre à distance de l’histoire de Daniel, tout en le rapprochant de son expérience, de sa recherche de la vérité. Dans une position parallèle à celle de Daniel, le lecteur doit choisir d’intégrer ou de se distancer de ces monuments écrasants, il doit choisir la voie qui sera la sienne, il n’en est pas donné au préalable, puisque Daniel tente de lutter contre tout discours totalisant en disséminant son récit.

27Toutes ces citations, déjà par nature étrangères au corps du roman, deviennent progressivement, au fil du livre, tronquées ou sujettes à caution, accentuant encore la mise à distance du lecteur. L’utilisation de la citation va de plus en plus dans le sens de la rupture, matérialisée dans le texte par l’apparition de blancs en milieu ou en haut de page (156, 160, 170). Leur syntaxe se réduit, elles sont de plus en plus paratactiques, et prennent même parfois la forme de simples notes de lecture :

Cf. the American negro slaves. (129)

Burning at the stake : A practice known to all European nations until the 19th century. Clerical fondness for. [...] Performed on the lower classes. (129)

28Elles se réduisent à des listes rapides de faits, des énumérations objectives qui contrastent avec l’horreur décrite, elles s’apparentent à des définitions de dictionnaire. Parfois même l’impératif de certains mémorandums incite le lecteur à aller chercher lui-même l’information :

Explore the history of corporal punishment as a class distinction. There is always exemption for the designated upper class of a society. (129)

29Un autre usage détourné de la citation va dans le sens d’une gradation, d’une intensification de ces procédés de défamiliarisation : les fausses citations se font de plus en plus fréquentes. Il peut s’agir de phrases ironiques qui imitent la citation par la typographie, et sont par exemple présentées en italiques, précédées d’un titre, ou parfois formulées dans le style juridique, ou encore de citations un peu loufoques, aux sources contestables :

The Isaacsons are arrested for conspiring to give the secret of television to the Soviet Union... (116)

VERDICT

The Isaacsons are convicted of conspiracy to give to the Soviet Union the secret of the atom bomb. No - the secret of the hydrogen bomb. Or is it the cobalt bomb ? Or the neutron bomb. Or napalm. Something like that. (205)

What God hath joined let no man tear asunder - FATHER OF THE BRIDE, with Spencer Tracy and Elizabeth Taylor. (147)

  • 7  On rencontre également des citations qui n’ont aucun rapport ni avec sa thèse, ni avec son récit a (...)

30Ces citations créent une complicité avec le lecteur par le biais de l’humour, tout en le maintenant à distance de la trame narrative à laquelle il est censé adhérer. Il y a donc bien au fil du livre un glissement dans l’utilisation de la citation : de citations entières comportant références et notes à des insertions de plus en plus restreintes, comme si le roman prenait le pas. La syntaxe se désagrège progressivement laissant la place à des phrases averbales, à de simples renvois. Ces citations-ruptures s’accompagnent d’un jeu sur la taille des caractères ou leur agencement, comme si la voix de Daniel voulait prendre corps, provoquant par là une déflation de l’illusion de réalité, puisque ce jeu typographique intensifie encore le caractère fragmenté du texte, en mettant en avant la matérialité du livre, ce qui rend en définitive la suspension d’incrédulité impossible. Toutes ces interruptions ludiques, déroutantes7, décalent l’attention de l’histoire des Rosenberg-Isaacson pour attirer l’œil sur l’artifice de la narration.

31On pourrait bien sûr dire que certaines citations participent de l’illusion de référence, qu’elles rendent le récit historique plus crédible, qu’elles sont signes de mimésis, de vérité. C’est le cas des lettres échangées entre les époux Isaacson. Présentées de la façon la plus fidèle possible, elles sont datées, signées, en retrait sur la page, parfois supplémentées de notes de bas de page concernant leur forme éditée dans le commerce :

(*changed by an editor to “our beloved children” in the printed version - so that everyone would know whose children she meant ; by this time there were very few people left in the C.P. who knew anything about writing) (191).

  • 8  “JACK P. FEIN / NY Times / 229 West 43rd Street” (211) Autre exemple de détournement d’un procédé (...)

32Mais saturer le texte de ces procédés de véridiction revient à inverser leur effet. En l’espace de trois pages (196 à 198), ce sont trois lettres du père à la suite, dont la datation se fait de façon graduellement plus imprécise ou indirecte, de ‘Sunday’ à ‘8th day’ à ‘(undated)’, ou encore (199-217) des insertions de textes sur-référencés : il s’agit de mémos avec en-têtes comprenant date, adresse, ou même heure parfois (189, 199), des noms et adresses des personnes que Daniel interviewe8 (204, 211, 214, 217), jusqu’à ce que (232 à 238) le texte ne soit plus composé que de gloses d’historiens. Les citations ne sont là plus intégrées au corps du texte mais forment une section indépendante dans le roman. Les titres introductifs ont disparu, elles sont simplement séparées les unes des autres par des puces. Très proches de la fin, du livre et des Isaacson dont Daniel va narrer l’exécution, il n’est pas étonnant qu’elles envahissent ainsi l’espace du roman, puisqu’elles sont signes de la compétition entre les deux trames narratives, des tensions entre privé et public, individu et société. Les vies des Isaacson sont en effet sous le signe de la désintégration alors que la place accordée à l’histoire s’amplifie : la trame personnelle cède le pas à la trame collective.

33La pratique du surcodage, les références excessives au monde extérieur, littéraire ou réel, visent à établir chez le lecteur une pratique critique du texte. Ce but apparaît assez clairement dans la section intitulée ‘disneyland at christmas’ (285) Disneyland est un monde contre-exemple qui, d’après Doctorow, utilise références littéraires et historiques pour façonner les citoyens-consommateurs idéaux :

The following corporations offer shows and exhibits at Disneyland : Monsanto Chemical Co., Bell Telephone, General Electric, and Coca-Cola. Other visible corporate representation includes McDonnell Aircraft, Goodyear, Carnation Milk, Sunkist, Eastman Kodak, Upjohn Pharmaceuticals, Insurance Company of North America, United Air Lines, and Bank of America.

Obviously there are political implications. What Disneyland proposes is a technique of abbreviated shorthand culture for the masses, a mindless thrill, like an electric shock, that insists at the same time on the recipient’s rich psychic relation to his country’s history and language and literature.” (289).

  • 9  ‘‘The problems of mass ingress and egress seem to have been solved here to a degree that would lig (...)

34Disneyland est décrit comme un univers totalitaire9, monologique, qui vise à la passivité, dans lequel la différence n’a pas de place puisqu’il note l’absence de personnes extérieures à la norme WASP (Noirs, Mexicains,ou hippies aux cheveux longs). Ce que Daniel reproche à cet univers aseptisé, c’est avant tout de ne pas afficher ses procédés, puisqu’il fera remarquer que dans celui-ci no “principle of selection is obvious” (288).

35Dans The Book of Daniel on assiste à la lutte d’un “je’”divisé, Daniel Isaacson fils adoptif des Lewin, qui se raconte dans un chassé-croisé entre “je” et “il”, une instance narrative qui se dédouble donc pour jouer différents rôles et qui donne une profusion de faits sans jamais apporter le lien qui les relie, tout en thématisant connexion, et compréhension. La surimposition parfois de deux discours vise à démasquer les constructions du réel : la prolifération des voix dans le texte, la compétition entre différents genres, l’usage d’un “you” qui rabat l’expérience sur le lecteur, mettent en lumière la question des cadres et des frontières. Dans sa quête insatiable de satisfaction, Daniel aspire à faire tomber les barrières. Il aspire à une vérité absolue au-delà des contextes. S’il explore ces différents modes d’expression, c’est dans l’esprit de pouvoir, en les absorbant, les dépasser. C’est une tentative de résister au linéaire, à l’appauvrissement des possibilités, et les citations viennent là jouer un rôle en multipliant les lectures, en empêchant la clôture. Mais, comme le rappelle Antoine Compagnon, ‘‘citant, faisant intervenir un dehors de l’écriture, introduisant un partenaire symbolique, je tente d’échapper, autant que possible, au fantasme et à l’imaginaire.” (40). La citation est un moyen pour Daniel d’échapper à l’aliénation : elle renvoie à un ailleurs (autre texte ou personne réelle), elle est passage vers l’autre.

36A travers ce texte fragmenté, la lecture, comme l’écriture, devient mise à l’épreuve de soi, un acte au cours duquel les convictions s’envolent en fumée tant le texte est instable et éternellement surprenant. Doctorow alterne les cycles entre préjugés, illusions, déconstruction, reconstruction : l’accent ne repose plus sur un raisonnement mais sur une critique permanente, sur le négatif d’un questionnement perpétuel. Pas de logos divin dans le livre de Daniel, pas de sens absolu et rédempteur qui se révèlerait à la fin. Cette dernière n’est que désintégration, retour à la poussière. Condamnés au doute, l’écrivain comme le le lecteur sont condamnés à l’errance, à une perpétuelle remise en question, décousant au fur et à mesure les fils qu’ensemble ils tissaient.

37Ainsi, dans The Book of Daniel, trois fins, numérotées, sont proposées : la première décrit l’état de délabrement de la maison des Isaacson en 1968, la deuxième l’enterrement de ses parents, puis, en miroir, l’enterrement de sa sœur. La troisième enfin nous renvoie au début, dans la bibliothèque :

THE LIBRARY

For my third ending I had hoped to discuss some of the questions posed by this narrative. However, just a moment ago, while I was sitting here writing the last page, someone came through announcing that the library is closed. (302)

38Point culminant de la métafiction où fiction et histoire se rejoignent, Daniel voit son récit interrompu par un étudiant qui lui annonce qu’il est libéré. Il conclut alors en nous laissant une drôle de taxinomie pour son roman :

DANIEL’S BOOK: A Life Submitted in Partial Fulfillment of the Requirements for the Doctoral Degree in Social Biology, Gross Entomology, Women’s Anatomy, Children’s Cacophony, Arch Demonology, Eschatology, and Thermal Pollution. (302)

39Une liste digne d’un Borges qui exprime à la fois son refus de la catégorisation et la façon dont il s’est approprié différents savoirs dans un texte non-linéaire qui disperse la structure et dissout ainsi la fonction d’auteur et de lecteur. L’invention ne peut se faire que par le biais de la forme : elle seule fait l’originalité, fait sortir du cercle mortifère de la copie. The Book of Daniel est un livre en perpétuel mouvement, qui, à peine met-on les pieds en terrain connu, dans un paysage générique donné (ou une histoire connue...), s’en échappe et bondit dans une autre direction, bifurque en des lieux inattendus où les frontières se brouillent. Les pirouettes métafictionnelles sont nombreuses et la fiction emprunte à la réalité pour mieux dérouter un lecteur qui peut parfois même devenir le sujet du livre. L’interprétation, comme l’annonçait l’intertexte biblique, en est le sujet majeur. Le mystère ne se dévoile pas, il n’y a pas de dénouement, la lecture est sans fin.

  • 10  Chapitre 12, sections 1(extrait), 2, 3, 4 et 9 (extrait).

40Ainsi, une quatrième fin nous renvoie au livre de Daniel originel10.Le texte biblique ferme la boucle, et relance encore l’interprétation.

and there shall be a time of trouble such as never was since there was a nation ... and at that time the people shall be delivered, everyone that shall be found written in the book. And many of them that sleep in the dust of the earth shall awake, some to everlasting contempt. And they that be wise shall shine as the brightness of the firmament ; and they that turn many to righteousness, as the stars for ever and ever. But thou, O Daniel, shut up the words, and seal the book, even to the time of the end... Go thy way Daniel : for the words are closed up and sealed till the time of the end. (302-3)

41Cet épilogue est présenté en italiques et sans majuscule introductive, des marques qui mettent en avant son statut de hors-texte. C’est une ultime pirouette puisque seulement trois fins étaient annoncées, encore un refus de la clôture. On peut se demander aussi s’il ne s’agit pas d’une allusion ironique au livre de l’Apocalypse, ‘Revelation’ en anglais, puisque le texte biblique encadre le récit et que, comme le dit Daniel (170), ‘‘Maybe the ultimate extension of intellect is clowning.’’

Haut de page

Bibliographie

Doctorow, Edgar Lawrence. The Book of Daniel. New York: Penguin, Plume Books. 1996 (1971).

Compagnon, Antoine. La Seconde Main. Paris: Seuil . 1979.

Haut de page

Notes

1  Après Welcome to Hard Times en 1960 et Big as life en 1966.

2  Si nous considérons la citation au sens large, on pourrait mentionner ici les nombreuses allusions à d’autres artistes, tels que Edgar Allan Poe (177), George Orwell (161, 226-7), ou les surréalistes (61).

3  Extrait de la ‘deathbed edition’. 1891-2, section 18.

4  ‘‘The way to start may be the night before, Memorial Day Eve, when the phone rang’’ (6). On note encore une irruption de l’autre, qui a ici interrompu une relation sexuelle.

5  Par exemple : ‘‘the nature and function of god as represented in the bible’’ (10). ‘‘An interesting phenomenon’’ (23). ‘‘peekskill’’ (43). ‘‘a note to the reader’’ (54). ‘‘bintel brief’’ (64). ‘‘several explanations’’ (68). ‘‘1947’’ (82). ‘‘true history of the cold war : a raga’’ (232). ‘‘the theory of the other couple’’ (279).

6 We may say that the basis of all class distinctions in society is corporal punishment. Classes are created by corporal punishment, and maintained by corporal punishment. The authoritarian head of society derives his power from the support not of the masses but of the upper classes or privileged bureaucracy which funds his government and divides its rewards. By contrasts the loyalty of the masses is maintained only by constant physical intimidation. (129).

7  On rencontre également des citations qui n’ont aucun rapport ni avec sa thèse, ni avec son récit autobiographique : le passage sur la vie sexuelle des moustiques (178), par exemple.

8  “JACK P. FEIN / NY Times / 229 West 43rd Street” (211) Autre exemple de détournement d’un procédé de véridiction : à la fin d’une longue scène de dialogue, on trouve en retrait à droite ‘‘Interviewed by Daniel for the Foundation.’’ (217)

9  ‘‘The problems of mass ingress and egress seem to have been solved here to a degree that would light admiration in the eyes of an SS transport officer.’’ (290)

10  Chapitre 12, sections 1(extrait), 2, 3, 4 et 9 (extrait).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie GIRARDIN, « The Book of Daniel de E.L. Doctorow : la citation comme stratégie de rupture », E-rea [En ligne], 2.1 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2004, consulté le 29 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/486 ; DOI : 10.4000/erea.486

Haut de page

Auteur

Sophie GIRARDIN

Université de Provence
Actuellement ATER à l’Université de Provence, Sophie Girardin est en train de faire une thèse intitulée La dynamique de l’écart : la fiction de E.L. Doctorow. Elle a publié par ailleurs au autre article sur cet auteur.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org