Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Dumas, Mark Twain, tourisme et vanité

Grenoble : ELLUG, 2015, 348 p, ISBN : 978-2843103018. 25€.
Delphine LOUIS-DIMITROV
Référence(s) :

Frédéric Dumas, Mark Twain, tourisme et vanité. Grenoble : ELLUG, 2015, 348 p, ISBN : 978-2843103018. 25€.

Texte intégral

1Frédéric Dumas, dans Mark Twain, Tourisme et Vanité, se place à la jonction de deux univers en apparence radicalement opposés : le divertissement du tourisme de masse qui connaît son avènement au XIXe siècle, et la gravité macabre du genre pictural des Vanités qui s’épanouit au XVIIe siècle. L’articulation de ces deux univers donne lieu à une réflexion novatrice sur quatre récits de voyage de Mark Twain, Le Voyage des innocents : un pique-nique dans l’Ancien Monde (The Innocents Abroad, 1869), A la dure (Roughing It, 1872), Ascensions en télescope (A Tramp Abroad, 1880) et Le Tour du monde d’un humoriste (Following the Equator: A Journey Around the World, 1897). Le corpus n’inclut pas La Vie sur le Mississippi (Life on the Mississippi, 1883), car ce texte relate un retour dans la région natale de l’auteur et non une expérience proprement touristique.

2Frédéric Dumas fait le choix de délaisser l’aspect biographique de ces récits de voyage, déjà amplement exploré par la critique, pour s’intéresser à la production textuelle, en particulier dans ses rapports avec l’image. A cette fin, il prend soin de distinguer tout au long de son analyse la persona métadiégétique (désignée ici comme « Mark Twain » entre guillemets) qui combine les fonctions de héros, de narrateur et d’auteur (en l’occurrence l’auteur-personnage qui prétend relater ses propres aventures), de l’auteur empirique (Mark Twain sans guillemets, nom de plume de Samuel Langhorne Clemens). C’est à la persona métadiégétique, conçue comme instance unifiée commune aux quatre récits, que s’intéresse Frédéric Dumas.

3L’analyse textuelle prend ici appui sur le contexte historique pour mettre en lumière la subversion des lieux communs des débuts de l’ère du tourisme de masse, où la rencontre des autres cultures passe par le filtre biaisé des guides de voyage et autres ouvrages populaires. L’ouvrage s’attache cependant à montrer comment les récits de voyage de Mark Twain transforment les lieux visités en production esthétique dévoilant les obsessions personnelles de l’auteur en tant qu’artiste, notamment celle de la mort qui joue un rôle structurant dans son œuvre et lui confère une gravité sous-jacente. Par-delà leur apparente légèreté, Frédéric Dumas situe la cohérence de ces récits dans une angoisse existentielle et métaphysique qu’il rapproche de l’esthétique de la Vanité, basée sur une symbolique du temps et de l’éphémère. Il établit ainsi que Twain perpétue la tradition des Vanités sur le mode littéraire en élaborant une Vanité textuelle. Cette réflexion novatrice sur les rapports entre texte et peinture soulève le masque de l’humoriste béotien pour donner à voir une identité littéraire complexe, en laquelle les questionnements existentiels et métaphysiques s’étendent vers des enjeux métatextuels. L’analyse, riche et approfondie, se nourrit de nombreuses références critiques ayant trait à des domaines variés tels que le tourisme, l’exotisme, l’orientalisme, l’anthropologie, l’esthétique ainsi que la narratologie.

4L’ouvrage se compose de quatre parties comportant chacune trois chapitres. La première partie, « Tourisme et dilettantisme », montre que le tourisme de masse conduit ici à la marchandisation mortifère des cultures mise au jour par Daniel Boorstin dans L’image. Il se caractérise par une appropriation du monde, par une vision narcissique et ethnocentrique qui amène les touristes américains à ne retrouver partout que leur propre image, aux antipodes de l’expérience du « Divers » que décrit Victor Segalen dans son Essai sur l’exotisme. Frédéric Dumas rappelle cependant ici l’importance de l’ironie, qui relativise l’aveuglement ethnocentrique de la persona. Il analyse également la dimension parodique de cette écriture, notamment dans les épisodes où la persona s’adonne à la marche dans le sanctuaire alpin, sur les traces, entres autres, d’un Rousseau. Souvent rédigés dans un style lyrique et ampoulé caractéristique des guides de voyage de l’époque, ces passages présentent des reprises parodiques de la poésie romantique, de la figure du promeneur, ainsi que de la philosophie transcendantaliste.

5La deuxième partie concerne « La supercherie en tant qu’appréhension du réel ». Elle met au jour les impostures dont les touristes sont victimes dans les pays étrangers, la nature théâtrale de l’expérience touristique, et la logique de crédulité volontaire mise en œuvre par le narrateur afin de rendre compte des impostures subies. Voyageur et lecteur se trouvent ainsi placés dans un rapport analogique face à une même logique de manipulation et de mystification. Appuyant son analyse sur les travaux de Roland Barthes, René Girard et Mircea Eliade, Frédéric Dumas montre que la construction du réel effectuée par le jeu touristique opère une mythification dont le texte laisse percevoir les soubassements artificiels et frauduleux, alors même que le narrateur lui-même participe à l’élaboration d’une mythologie populaire aussi bien qu’individuelle. Il analyse également les ressorts esthétiques d’une écriture qui, tout en fustigeant le poids des traditions artistiques, transforme le monde en tableau et l’appréhende sur un mode pictural.

6La troisième partie, « Vanité du discours critique et de l’entreprise artistique », place les quatre ouvrages de Mark Twain dans un rapport de filiation avec la Vanité picturale, dont ils partagent les enjeux spirituels et esthétiques. Faisant écho aux enseignements moraux du memento mori, la persona prend conscience de la vanité de ses accomplissements de voyageur et de leur transcription littéraire sans pourtant y renoncer, ironie déjà propre aux tableaux de Vanités. Frédéric Dumas montre qu’au sein d’une approche essentiellement satirique de la peinture et de la critique, l’écriture picturale de Twain repose sur une esthétique mimétique suivant laquelle l’artiste ne peut qu’imiter les œuvres de la nature ; il propose une réflexion sur la figure de l’ekphrasis, dont il explique comment elle participe ici du souci de transcription mimétique de la réalité. La question du mimétisme s’articule enfin avec une interrogation sur les limites de la représentation, qui ouvrent vers l’ineffable.

7La quatrième partie, « une esthétique de l’ineffable », s’intéresse au processus esthétique qui fait de l’œuvre de Twain une Vanité textuelle, où s’exprime une obsession pour la mort considérée ici comme une émanation de l’inconscient de la persona. Cette obsession se perçoit notamment dans les motifs récurrents de l’inanité de la vie et du memento mori, issus des Vanités picturales. Omniprésente dans les lieux visités, la mort prête au propos une gravité métaphysique qui offre un contrepoint à l’humour. Elle confère parfois aux paysages un caractère sublime qui pose la question de la représentation de l’ineffable. L’idée de la vanité de toutes choses amène enfin un questionnement réflexif sur le sens même de l’entreprise auctoriale, dont Frédéric Dumas souligne qu’il annonce la problématique métatextuelle du post-modernisme.

8La définition d’une esthétique de la Vanité apporte un éclairage enrichissant sur l’écriture de Mark Twain dont la portée ne se limite pas à ses récits de voyage. L’ouvrage de Frédéric Dumas permettra d’envisager dans une perspective nouvelle les thèmes obsédants de la mort et de l’inanité de toutes choses qui parcourent l’ensemble de l’œuvre. Du fait de l’envergure des thèmes abordés, il s’adresse non seulement aux spécialistes de Mark Twain et de la littérature de voyage mais aussi, plus largement, à tous ceux qui s’intéressent à la littérature américaine du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine LOUIS-DIMITROV, « Frédéric Dumas, Mark Twain, tourisme et vanité », E-rea [En ligne], 13.2 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://erea.revues.org/5068

Haut de page

Auteur

Delphine LOUIS-DIMITROV

Institut Catholique de Paris, UR « Religion, Culture et Société » - EA 7403

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org