Navigation – Plan du site
Recensions

Marie Cordié Levy, L’autoportrait photographique américain (1839-1939)

Paris : Mare & Marin, 2014. 292 p. ISBN : 979-10-92054-40. 25 €.
Anne LESME
Référence(s) :

Marie Cordié Levy, L’autoportrait photographique américain (1839-1939). Paris : Mare & Marin, 2014. 292 p. ISBN : 979-10-92054-40. 25 €.

Texte intégral

1Fruit d’un travail de thèse, L’autoportrait photographique américain (1839-1939) de Marie Cordié Levy, parcourt un siècle d’histoire de la photographie américaine, à partir de l’autoportrait de Henry Fitz Jr. (1839) qui fait la couverture de l’ouvrage, publié aux éditions Mare & Martin. Rappelons qu’en 2009, l’auteure avait publié dans la collection Photo Poche Autoportraits de Photographes, aux éditions Actes Sud.

2L’ouvrage est accompagné d’une préface de François Brunet qui situe la naissance de la notion même d’autoportrait, en particulier telle qu’elle est envisagée par son auteure. Il souligne la manière dont les photographes américains, en tant qu’artistes mais peut-être surtout en tant que citoyen(ne)s, ont associé à leur recherche d’expression artistique les problématiques historiques qui ont jalonné la quête identitaire de la nation, dans une concomitance propre à l’histoire des développements du médium photographique aux Etats-Unis.

3Dans une longue introduction, Marie Cordié Levy rappelle les liens qui unissent portraits et autoportraits, parfois confondus dans les premières décennies de leur existence. Tout en s’appuyant dans un premier temps sur la taxinomie picturale, elle s’attache à spécifier ce qui caractérise l’existence d’un genre photographique particulièrement méconnu ou négligé au 19e siècle, un genre pourtant éminemment lié à la construction de l’identité américaine.

4L’objectif affiché de Marie Cordié Levy est de conduire une lecture à deux niveaux, en termes de représentation tout d’abord puis en tant que symbole de l’identité américaine, en faisant appel à de nombreuses références littéraires. Cela justifie d’une part « une approche stylistique et formelle basée sur l’utilisation de la micro-analyse, d’autre part une dimension américaniste où l’autoportrait est une trace visuelle de l’identité américaine traversant les conflits et les clivages de son histoire » (40). Une trentaine d’autoportraits sont proposés à l’analyse et le lecteur se réfère aisément aux reproductions, au fil d’un ouvrage à la présentation très soignée. L’ensemble est divisé en six chapitres qui suivent majoritairement l’ordre chronologique de la période considérée.

5Le chapitre d’ouverture, consacré aux premiers daguerréotypes, laisse entrevoir la singularité d’un regard américain à la recherche d’authenticité, de fiabilité technique et d’une vérité intérieure qui se traduit par une mise en scène dépouillée, aux accents parfois poétiques (Henry Fitz Jr, Robert Cornelius, Albert S. Southworth). Puis sont mises en valeur des images plus diverses, voire éclectiques, prises au moment de la guerre de Sécession (Mathew Brady, Alexander Gardner), de l’exploration de l’Ouest (Timothy H. O’Sullivan) ou encore en lien avec l’indianité, dont un autoportrait de Edward S. Curtis.

6Au tournant du siècle, les nouveaux enjeux esthétiques du pictorialisme vont permettre à l’autoportrait d’atteindre un statut artistique. Les autoportraits de Holland Day (en Christ), d’Alfred Stieglitz et d’Edward Steichen y sont analysés.

  • 1 W.E.B. Du Bois, The Souls of Black Folk, in Henry L.Gates and Nellie Y. Mc Kay African American Lit (...)

7« La petite nation » en référence à un ouvrage de David Levering et Deborah Willis sur les portraits africains américains proposés par W.E.B. Dubois pour l’exposition universelle de 1900 à Paris, montre à quel point les autoportraits d’Africains Américains s’inscrivent dans une tension identitaire. On y lit, sous l’impulsion de Frederick Douglas, la volonté de prendre place dans la nation américaine, loin des stéréotypes et caricatures alors véhiculées, mais non sans adopter certains des attributs et attitudes des Blancs qui servent encore bien souvent de modèles de référence en matière photographique (Thomas Askew, James Van Der Zee). Ce paradoxe est relevé par une citation de W.E.B. Du Bois faite par l’auteure qu’elle nomme « pression de la double-conscience » : « ce sentiment de se regarder à travers le regard des autres, de mesurer son âme à l’aune de celui que le monde vous porte avec mépris ou pitié »1.

8Le chapitre intitulé « Les féministes visionnaires » retient l’attention par la sensibilité de son écriture dans la description et l’analyse d’autoportraits féminins protéiformes, porteurs d’une grande expression créative. La pose délibérément émancipatrice et peu commune de France Benjamin Johnston (1898), chope de bière et cigarette à la main, jambe repliée sur l’autre genou, y côtoie le magnifique autoportrait de nu d’Anne Brigman, Soul of the Blasted Pine (1908), symbole d’une liberté à conquérir, ou encore, un autoportrait familial au cadrage très resserré d’Imogen Cunningham, où elle figure avec son mari et ses trois enfants, en 1925.

9Marie Cordié Levy guide ensuite le lecteur à travers des visions plurielles en proie au modernisme : la présence d’autoportraits fictionnels ou fragmentaires avec des ombres projetées (doubles comme chez Stieglitz), ceux du masque (Paul Outerbridge), de la distorsion des formes (Berenice Abbot), de la solarisation (Man Ray) ou encore de l’anamorphose (Clarence John Laughlin) sont autant d’artifices visant à une expression de soi éprise de recherches formelles.

10Les différents angles d’approche de l’auteure apportent une densité nouvelle à ces images en même temps qu’ils proposent des outils pour aborder le sujet, avec des interprétations très détaillées, parfois audacieuses. Cet ouvrage contribue à construire l’identité de l’autoportrait comme genre à part entière dans l’histoire de la photographie américaine.

Haut de page

Notes

1 W.E.B. Du Bois, The Souls of Black Folk, in Henry L.Gates and Nellie Y. Mc Kay African American Literature, 1997, 615 (trad. M.CL).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne LESME, « Marie Cordié Levy, L’autoportrait photographique américain (1839-1939) », E-rea [En ligne], 13.2 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://erea.revues.org/5085

Haut de page

Auteur

Anne LESME

Aix-Marseille Université, LERMA EA 853

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org