Navigation – Plan du site

Topographies littéraires

Introduction à ce numéro d’E-rea
Jean VIVIÈS

Texte intégral

For my part I travel not to go anywhere but to go. I travel for travel's sake. (R.L. Stevenson, Travels with a Donkey in the Cévennes)

1Ce numéro de la revue E-REA rassemble quinze communications présentées dans le cadre de l’atelier “récit de voyage” des congrès de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur tenus à Grenoble (2003) et à Versailles Saint-Quentin (2004). Cet atelier, créé lors du congrès de Montpellier en 2001, s’attache à un domaine qui n’est apparu en tant que tel que récemment dans le paysage des études anglaises en France. Dans le monde anglo-saxon il en va différemment. Les colloques consacrés au “travel writing” sont fréquents, des revues universitaires se sont spécialisées (Studies in Travel Writing), des ouvrages synthétiques s’efforcent de baliser ce domaine potentiellement très vaste (voir notamment The Cambridge Companion to Travel Writing). Les approches sont très diverses, de l’ethnographie aux “cultural studies”, de la littérature à l’anthropologie ou à l’histoire des mentalités.

2Inclure le récit de voyage dans le corpus de la “littérature” ou simplement le considérer sous un angle littéraire nous conduit à reprendre la réflexion sur la notion même de littérature, sur la littérarité de la littérature. Depuis longtemps les historiens, les ethnologues s’intéressent au récit de voyage comme source primaire, comme document relevant d’une critique externe et interne ; mais sa constitution en objet d’étude proprement littéraire ne va pas de soi. Ce que nous entendons par littérature, par une sorte de “philosophie spontanée”, pour paraphraser Althusser (La Philosophie spontanée des savants), désigne souvent le roman (et la nouvelle), la poésie et le théâtre. Cette triade générique qui régit les programmes des universités et des concours, et qui est au fond l’héritière de la triade post-aristotélicienne des genres épique, dramatique et lyrique, ne donne guère de visibilité à d’autres genres pourtant éminemment représentés dans la littérature anglophone, comme le récit de voyage ou encore l’essai. Sans doute le récit de voyage a-t-il souffert au sein des études littéraires au cours des dernières décennies du peu de dignité critique des textes dont le statut est en apparence, mais en apparence seulement, purement référentiel. Les textes littéraires étant censés ne jamais parler d'états de choses qui leur soient extérieurs, le hors-texte étant vu comme l’effet trompeur d'un jeu d'illusions régi par des codes, le récit de voyage avait peine à trouver sa place dans les problématiques dominantes. L’on peut remarquer, et c'est sans doute symptomatique, que les auteurs de récits de voyage n'ont pas même de nom pour le critique, à l'inverse du poète, du romancier, du dramaturge, de l'essayiste, du nouvelliste ou du chroniqueur. L’on en est réduit pour les désigner à la périphrase : auteurs de récits de voyage, ou à l’étiquette commode mais quelque peu problématique d'“écrivains voyageurs”.

3Même si le récit de voyage est une forme très ancienne, l’Odyssée étant au fond le livre-matrice des récits de voyages et d’aventures, l’attention s’est plutôt portée sur ses aspects documentaires, par exemple ethnographiques, historiques ou idéologiques, avec un regain d’intérêt dans le cadre des études postcoloniales. Ou bien l’on a mis l’accent sur la dimension autobiographique de ces textes, qui éclaire par exemple l’œuvre d’un poète (Auden) ou l’œuvre de fiction d’un romancier (Smollett, Dickens, Stevenson, Lawrence, Greene ou Auden) quand il ne raconte pas des histoires mais se raconte dans l’histoire et la géographie. L’intérêt s’est moins porté sur les mécanismes formels du récit de voyage, sa construction, ses modes narratifs, le statut de son narrateur, l’usage des temps alors que l’examen de ces textes qui relèvent de la catégorie générale du récit et donc aussi d’une narratologie , demande la même rigueur d’analyse.

4Les études qui sont rassemblées ici mettent en avant une préoccupation littéraire. Et si elles portent sur des époques et des lieux différents, sur trois siècles et plusieurs continents, elles permettent par le jeu de l’intertextualité inhérente au récit de voyage des allers et retours et des regards croisés. Nathalie Bernard interroge d’abord le statut auctorial du romancier Fielding dans son dernier texte, son récit de voyage à Lisbonne, tandis que Robert Sayre étudie un certain nombre de récits de voyage du XVIIIe siècle en territoire indien, en relation avec le roman d’aventures. Le voyage en Europe de Mary Shelley en compagnie de son mari offre un aperçu sur le renouvellement profond du regard qui sera la marque du romantisme ; son récit se termine par le célèbre poème de P.B Shelley “Mont Blanc”. Â la même période, et sur le mode de la lettre–journal,  Keats  évoque un voyage effectué en 1818 dans le Nord de l’Angleterre et en Écosse, qui sera le prélude de l’écriture de ses grandes odes (Florence Gaillet-de Chezelles). Nathalie Vanfasse consacre deux études distinctes aux récits de voyage de Dickens, American Notes et Pictures from Italy, montrant dans le premier une tonalité plus imaginaire que dans le récit de voyage traditionnel aux Etats-Unis et dans le second un jeu complexe entre espace géographique et espace littéraire. À l’intérieur même d’un roman, Sylvia’s Lovers d’Elizabeth Gaskell, Françoise Martin-Bernard déchiffre la tentation du voyage dans les tours et détours de la narration. Catherine Delmas propose une étude du célèbre récit de Charles Doughty , Travels in Arabia Deserta, qui était la bible de T.E Lawrence, entre l’origine et l’ailleurs, et entre savoir et pouvoir. Parmi les trois textes de Durrell qui relèvent peu ou prou du récit de voyage, après l’étude d’I. Keller dans Lignes d’Horizon, Murielle Philippe a choisi de s’intéresser à Reflections on a Marine Venus et montre toute la subtilité d’une relation au référent, l’île de Rhodes, espace déserté, île–cercueil, qui s’apparente à l’espace du texte. Jan Borm rend hommage à la figure récemment disparue de l’explorateur Wilfred Thesiger et à son texte classique Arabian Sands, entre fiction et témoignage dans le désert des déserts. C’est aussi un voyage en Orient qu’étudie Isabelle Keller : le voyage islamique de V.S Naipaul qui devient un lieu de rencontre où une culture donnée est vue à travers le prisme d’une autre culture, ainsi qu’un cheminement qui ouvre l’espace de l’interrogation. Il en va un peu de même pour l’Afghanistan, sujet classique du récit de voyage britannique et  représenté dans deux récits récents que lit Kerry Featherstone dans la lignée de l’ouvrage classique de Robert Byron, The Road to Oxiana. Autre figure célèbre de l’exploration : Mungo Park, dont les aventures en Afrique sont retracées sur le mode fictionnel par l’écrivain américain T.C Boyle. Françoise Buisson montre que dans les méandres de son roman-fleuve, c’est le lecteur qui voyage et s’égare dans l’entrelacs chatoyant des genres et des significations. L’intertextualité est un ressort littéraire permanent des récits de voyage et c’est précisément à la ré-écriture contemporaine du grand texte de Swift, Gulliver’s Travels, que s’intéresse Ruth Menzies à travers deux exemples contemporains qui éclairent sous un angle parodique un mécanisme fondamental du genre. Enfin le roman récent de Matthew Kneale, English Passengers, est écrit à la manière des premiers récits d’explorateurs dans un art de l’entre-genres où paradoxalement le concept de genre se trouve réinvesti, s’érigeant en instrument de cadrage idéologique qui permet de dépasser le simple jeu de la transgression des codes (Françoise Kral).

5Toutes ces études dessinent une vaste géographie littéraire de mots, une cartographie de parcours qui sont autant de discours : parcours/discours dans et sur un monde qu’il ne s’agit pas de mettre entre parenthèses ou hors jeu dans l’absolu d’un geste littéraire pur mais un monde avec lequel il s’agit d’entrer en contact, de croiser le fer, ou la plume. Que ce monde soit lointain ou à notre porte n’est pas l’essentiel : comme l’a souligné récemment Alain de Botton dans son art de voyager (The Art of Travel), le récit de voyage met en scène le monde à chaque fois singulièrement. Il repose sur un art du regard qui, de surcroît, nous fait voir autrement ce que nous avons déjà vu et lire autrement ce que nous avons déjà lu. Ostranenie (“défamiliarisation”) s’exclame-t-on ? Les Formalistes russes y voyaient le sceau de la littérature. Nous y voilà bien revenus.

Ce numéro bénéficie du concours de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur, à laquelle nous adressons nos remerciements, ainsi qu’au Laboratoire d’Étude et de Recherche du Monde Anglophone (LERMA) de l’Université de Provence et à Joanny Moulin, directeur d’EREA, pour son soutien à ce projet et son aide précieuse.

Haut de page

Bibliographie

De Botton, Alain. The Art of Travel. London : Penguin Books, 2002.

Hulme Peter & Tim Youngs, eds. The Cambridge Companion to Travel Writing. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Korte Barbara. English Travel Writing. From Pilgrimages to Postcolonial Explorations, trans Catherine Matthias. Basingstoke : MacMillan, 2000.

Viviès Jean éd. Lignes d’Horizon. Récits de voyage de la littérature anglaise. Aix : Publications de l’Université de Provence, 2002.

Viviès Jean éd. Lignes de fuite. Littérature de voyage du monde anglophone. Aix : Publications de l’Université de Provence, 2003.

Youngs Tim. “The Importance of Travel Writing”. The European English Messenger, 13.2 (Autumn 2004) 55-62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean VIVIÈS, « Topographies littéraires », E-rea [En ligne], 3.1 | 2005, mis en ligne le 15 juin 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/519 ; DOI : 10.4000/erea.519

Haut de page

Auteur

Jean VIVIÈS

Université de Provence
Jean VIVIÈS est professeur de littérature anglaise à l’Université de Provence. Ses travaux portent sur le XVIIIe siècle et sur la littérature de voyage. Il a notamment coordonné les volumes Lignes d’Horizon (2002) et Lignes de fuite (2003), tous deux publiés aux Presses Universitaires de Provence dans la collection “écritures du voyage”.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org