Navigation – Plan du site
1. « Regards croisés sur la Nouvelle-Orléans : la cité décalée » / “Perspectives on New Orleans, the Misfit City”
II/ Perspectives historiques / Historical perspectives

Les représentations de la bataille de La Nouvelle-Orléans

Pierre-François PEIRANO

Résumés

Événement marquant de l’histoire militaire États-Unis, la bataille de la Nouvelle-Orléans, qui se déroula le 8 janvier 1815, attestait du rôle encore stratégique de cette ville au début du XIXe siècle et contribua à forger la légende du général Andrew Jackson. Son souvenir s’est perpétué à travers les décennies et cet article examine, de manière chronologique, les représentations picturales les plus marquantes de la bataille. Cependant, l’analyse inclura également les autres moyens de relater, de vulgariser et de célébrer celle-ci, afin d’en établir en quelque sorte une « image mentale », ainsi que d’analyser sa place dans l’histoire de La Nouvelle-Orléans, et au-delà des Etats-Unis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 John William Ward, Andrew Jackson: Symbol for an Age, New York, Oxford University Press, 1962, p. 4 (...)

1Au début de l’année 1815, la nouvelle de la signature du traité de Gand n’avait pas encore traversé l’Atlantique et n’était donc pas connue des troupes stationnées autour de La Nouvelle-Orléans. Le document avait été paraphé le 24 décembre 1814, mettant fin officiellement à la deuxième guerre entre Américains et Britanniques en l’espace de quarante ans. A ce moment précis, les Britanniques, qui cherchaient à s’emparer de la ville, avaient remporté une première victoire au Lac Borgne, le 14 décembre, ce qui leur avait permis d’avancer vers La Nouvelle-Orléans, puis d’établir leurs positions dans la Plantation Chalmette, sur les bords du Mississippi. Les troupes américaines elles-mêmes, sous le commandement du général Andrew Jackson, s’étaient renforcées et avaient reçu les renforts de volontaires du Kentucky et du Tennessee, ainsi que de contrebandiers français dirigés par le fameux flibustier Jean Laffite, en vue d’une autre confrontation directe. Celle-ci se déroula le 8 janvier 1815, par un matin brumeux, et se solda par une retentissante victoire des troupes américaines, qui repoussèrent les assauts des Britanniques et leur infligèrent de lourdes pertes. Plus de deux mille soldats britanniques furent tués ou blessés, et parmi eux, les généraux anglais Pakenham et Gibbs perdirent la vie sur le champ de bataille, alors que seuls soixante-dix soldats américains subissaient le même sort. Dès que la nouvelle fut connue, elle eut un grand retentissement à travers le pays, comme le prouve un témoignage cité par l’historien John William Ward dans son ouvrage consacré à Andrew Jackson : « La nouvelle de la victoire frappa le pays comme un coup de tonnerre dans l’azur clair du firmament1 » (Ward 46).

2Le souvenir de cette bataille, nette victoire américaine au terme d’une guerre qui s’acheva, pour ainsi dire, sans vainqueur ni vaincu, s’est perpétué à travers les décennies et son écho, même lointain, résonne encore aujourd’hui. Les différentes représentations de cet événement l’attestent bien, mais, avant d’aller plus loin, il convient de définir le terme de « représentation ». Dans cette intervention, il ne sera pas circonscrit aux seules peintures, gravures et lithographies inspirées par cet événement et inclura aussi les autres moyens utilisés pour le relater, le vulgariser et le célébrer, – afin d’en dégager une « image mentale », et d’analyser sa place au sein de l’identité et de l’histoire de La Nouvelle-Orléans, voire celle des Etats-Unis. Ainsi, des sources telles que les récits de cette bataille, les monuments, les commémoratifs ou, encore, la chanson populaire viendront s’ajouter à cette étude. Sa trame en sera largement chronologique et, dans une première partie, la vulgarisation de l’événement à travers les représentations (principalement au XIXe siècle) sera étudiée ; la deuxième partie sera consacrée à l’exaltation de la figure du général (et futur président) Andrew Jackson, avant de traiter, en dernier lieu, des tableaux et objets les plus récents inspirés par la bataille, dans lesquels la représentation proprement dite laisse souvent la place à son évocation, dans le sens du rappel d’un événement qui a pu être oublié.

1. Les représentations de la bataille au XIXe siècle

  • 2 Gordon S. Wood, Empire of Liberty: A History of the Early Republic, 1789-1815, New York, Oxford Uni (...)
  • 3 Sur terre, s’entend. En effet, la marine américaine, sous les ordres d’Oliver Perry, avait, le 10 s (...)

3Si la bataille de La Nouvelle-Orléans a été célébrée, uniquement du côté américain, bien entendu et l’on ne trouve pas beaucoup de représentations de celle-ci du côté britannique, c’est avant tout parce qu’un sens a pu lui être conféré immédiatement. Même si elle se déroula après la conclusion du traité de Gand, le 24 décembre 1814, l’impression qui en résulta fut que l’armée américaine avait bel et bien gagné cette guerre et que même, selon les mots de l’historien Gordon S. Wood, « Les États-Unis avaient dicté leurs conditions aux Britanniques, même si le traité de paix avait déjà été signé2 » (Wood 696). L’hypothèse selon laquelle les Américains seuls, et sans l’aide des Français, avaient réussi, pour la première fois, à mettre la redoutable armée britannique en déroute3 mérite d’être soulevée pour expliquer son passage à la postérité, comblant même un manque que la Guerre d’Indépendance et ses principaux événements ne pouvaient pas combler, tout en soulignant la continuité avec ce précédent conflit. La bataille de La Nouvelle-Orléans, en quelque sorte, pouvait même « clôturer » ce cycle historique en montrant que, quelques décennies seulement après l’indépendance, les États-Unis possédaient une armée digne de ce nom.

4Dans les premières années et les premières décennies qui suivirent, on recense de nombreux tableaux et gravures représentant la bataille, mais il ne s’agit pas de toiles de maîtres. Au contraire, ces représentations appartiennent au domaine de l’imagerie populaire, preuve que cet événement était connu de la majorité de la nation américaine et que des tentatives pour le vulgariser étaient également faites. Plusieurs exemples attestent de cela, dont quatre lithographies exécutées par Nathaniel Currier et James Merritt Ives, véritable reflet des sujets les plus connus et les plus populaires en leur temps.

The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815

The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815

Image 1. “The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815”, lithographie de Currier et Ives, années 1860 (C0417, G0466)

5Seule la première est reproduite ici (image 1) : chacune porte le titre “The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815”, et l’agencement est chaque fois similaire. L’artiste (et, du même coup, le spectateur) se placent du point de vue américain et l’armée commandée par Jackson repousse l’infanterie britannique sur la ligne de front, comme l’indiquent les drapeaux qui distinguent clairement chaque camp. Il semble évident que l’accent était ainsi mis sur la résistance et l’héroïsme des troupes commandées par Jackson, tandis que le mode de représentation se situe dans la continuité de celui de conflits précédents, en particulier, de la Guerre d’Indépendance. On pourrait citer, dans ce domaine, les toiles de John Trumbull, également peintes au début du XIXe siècle. Une seule représentation se démarque de ce modèle : celle effectuée par le Français Jean Hyacinthe de Laclotte, qui prit lui-même part à la bataille et s’efforça de retranscrire la scène d’après ses propres souvenirs des lieux (image 2). Exception faite de celle-ci, le patriotisme était facilement décelable dans les représentations américaines et le point de vue choisi mettait en valeur les soldats de l’armée des États-Unis au détriment des redcoats, peut-être une autre réminiscence de la Guerre d’Indépendance. Au sein de cette iconographie, une autre scène de la bataille fut représentée : la mort du général Pakenham, toujours dans des gravures ou des lithographies (image 3), mais sur le modèle d’autres toiles célèbres, comme La Mort du général Wolfe (1771), de Benjamin West.

The Battle of New Orleans at Chalmette, 1815

The Battle of New Orleans at Chalmette, 1815

Image 2. Jean Hyacinthe Laclotte, “The Battle of New Orleans at Chalmette, 1815”, années 1820.

Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860)

Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860)

Image 3. Anonyme, Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860).
<http://memory.loc.gov/​service/​pnp/​cph/​3c20000/​3c21000/​3c21100/​3c21125v.jpg>

  • 4 Il est possible de citer, entre autres, “An Epick Poem In Commemoration Of Gen. Andrew Jackson’s Vi (...)
  • 5 Horn Riley Kneass, “Proceedings of the Celebration of the Anniversary of the Golorious (sic) Battle (...)

6Cette célébration de la bataille, cependant, ne s’arrêtait pas au strict domaine de la peinture. L’événement fut relaté à maintes reprises dans les livres d’histoire et des poèmes épiques, de qualité souvent médiocre4, furent même écrits pour perpétuer son souvenir. Mais, plus important encore, la ville de La Nouvelle-Orléans célébra, presque chaque année, la date de cette bataille et un document de 1846, “Proceedings of the Celebration of the Anniversary of the Glorious Battle of New Orleans”, détaille les célébrations et les mots envoyés par les personnes invitées. L’historien et homme politique George Bancroft comptait parmi eux et, ne pouvant se rendre à La Nouvelle-Orléans, il écrivit les lignes suivantes, fort révélatrices du sens conféré à la bataille à l’époque et de sa conception mentale : « L’événement que vous commémorez, éternellement digne de tous les honneurs, mérite tout particulièrement d’être rappelé pour prouver que l’Amérique peut défendre son propre territoire contre toute agression étrangère5 » (Kneass 10). Ce jugement reste fortement lié au contexte historique, alors que La Nouvelle-Orléans était encore un endroit stratégique et qu’à l’ouest de la Louisiane s’étendait l’État nouvellement acquis du Texas. Le discours d’investiture du président Polk, prononcé le 4 mars 1845, reprend le même argument en considérant le vingt-huitième Etat de l’Union comme une « zone-tampon », un rempart contre les velléités des puissances européennes :

  • 6 “To Texas the reunion is important, because the strong protecting arm of our Government would be ex (...)

Les Texans attachent de l’importance à l’unification, car le bras fort et protecteur de notre gouvernement s’étendrait sur leur Etat, […] tandis que cet acte contribuerait à prémunir La Nouvelle-Orléans, ainsi que toutes nos frontières du sud-ouest, contre toute agression hostile, ainsi qu’à promouvoir les intérêts de l’Union entière6.

7Dans le cas des célébrations de la bataille de La Nouvelle-Orléans, il semble donc bien s’agir d’une affirmation de la puissance américaine sur son propre territoire, dans la continuité du point de vue adopté dans les tableaux précédemment étudiés. Cependant, un homme restait associé à cet héroïque fait d’armes et la réputation qu’il y gagna augmenta au fil des années, alors qu’il gravissait les échelons devant le conduire à la présidence : Andrew Jackson.

2. L’exaltation de la figure d’Andrew Jackson

8Parmi les autres lithographies de Currier et Ives, trois autres représentent le général et portent le titre “General Andrew Jackson: The Hero of New Orleans” (image 4). Il est, à chaque fois, représenté seul et à cheval, mais, dans les autres lithographies, sa présence demeurait facilement repérable. C’est également le cas dans d’autres tableaux et son attitude est toujours similaire ; qu’il soit à cheval ou debout, il commande à ses troupes, souvent sabre au clair, et demeure le principal personnage des scènes représentées.

General Andrew Jackson, The Hero of New Orleans

General Andrew Jackson, The Hero of New Orleans

Image 4. “General Andrew Jackson, The Hero of New Orleans”, lithographie de Currier et Ives, années 1860 (G2418)

9En son temps, Jackson lui-même se servit de cet événement, en plus de sa réputation de tueur d’Indiens (Indian fighter) pour bâtir sa notoriété et la répandre au sein de la nation, à des fins électorales. Tableaux et gravures mis à part, d’autres moyens tels que les chansons populaires furent employés pour associer le personnage d’Andrew Jackson à la bataille de La Nouvelle-Orléans. Dans l’une d’elles, “Huzzah! For General Jackson”, on trouve les paroles suivantes dans l’un des couplets :

  • 7 “Remember New Orleans I say / Where Jackson show’d them Yankee play / And beat them off and gained (...)

Rappelez-vous La Nouvelle-Orléans, vous dis-je,
Lorsque Jackson leur montra de quel bois se chauffaient les Yankees,
Les mit en déroute et remporta la victoire.
Et, alors, nous entendîmes le peuple crier :
« Hourrah ! » pour le général Jackson7.

10Une nouvelle fois, le fait d’avoir battu les Anglais à plate couture sur le sol américain est accentué. Cependant, le souvenir le plus marquant dans ce domaine se trouve à La Nouvelle-Orléans même, au bien nommé Jackson Square. En 1856, une statue équestre de Jackson y fut érigée pour commémorer et perpétuer le souvenir de la bataille du 8 janvier 1815. La date mérite tout de même une attention particulière : alors que le fossé entre États du Nord et États du Sud se creusait plus que jamais, il importait, peut-être, pour l’État de la Louisiane, de rappeler le souvenir du premier président à n’être pas originaire de Nouvelle-Angleterre ou de Virginie, mais de la Caroline du Nord. Rien, cependant, ne permet d’affirmer cela, mais cet aspect de la question ne devrait pas être ignoré. Toujours est-il que, même après la Guerre de Sécession, le personnage d’Andrew Jackson demeura présent dans les représentations de la bataille, comme dans une lithographie de Kurz et Allison datée de 1890 (image 5), sur laquelle un champ beaucoup plus large remplace le décor de la plantation, alors que de nombreux vaisseaux figurent à l’arrière-plan, conférant à la bataille un caractère plus grandiose.

Battle of New Orleans, January 1815

Battle of New Orleans, January 1815

Image 5. Battle of New Orleans, January 1815, lithographie de Kurz et Allison (1890). <http://www.loc.gov/​pictures/​item/​96513344/​>

11En 1910, l’artiste Edward Percy Moran peignit une autre scène de la bataille, clairement influencée par les précédentes, mais dans laquelle la position respective des soldats anglais et américains est encore révélatrice de l’issue de la bataille. Quant à Jackson, il est toujours représenté comme l’indispensable commandant de ses troupes. On retrouve encore sa présence dans un timbre commémoratif de 1965, année du 150e anniversaire de la bataille. Les deux éléments qui semblent le mieux la rappeler demeurent un canon et le profil du général ensuite devenu président. Le 150e anniversaire donna lieu à de nombreuses célébrations dans la ville même de La Nouvelle-Orléans, dont une reconstitution de la bataille et de nombreuses cérémonies officielles, mais il semble que ces manifestations n’aient été que des événements « isolés », si l’on peut dire, sans retentissement national. Le souvenir de cette bataille tenait par « l’ère de la commémoration », pour reprendre les mots de l’historien Pierre Nora et, même si le souvenir est présent, il est devenu plus lointain et les représentations s’en font également l’écho.

3. De la représentation à l’évocation

12Depuis le début du XXe siècle, la bataille de 1815 a perdu la notoriété qui était la sienne, même si elle reste considérée comme un haut fait d’armes de l’armée américaine. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cela :

13- le souvenir de la Guerre de Sécession et de la bataille de 1862, lorsque la prise de la ville par l’amiral David Farragut sépara les Etats Confédérés en deux ;

14- le fait qu’avec le temps, l’image même de La Nouvelle-Orléans ait moins été associée à la guerre qu’à la nostalgie plus ou moins artificielle du « vieux Sud » (d’autres lithographies de Currier et Ives, dont “Levee—New Orleans”, qui décrit un bateau à aube accostant à un quai du port de la ville, semblent attester que cette image mentale était déjà répandue dans la deuxième moitié du XIXe siècle) ou qu’à la musique, avec l’émergence du blues, puis du jazz.

15Néanmoins, l’historiographie de la bataille ne prête pas à des visions contradictoires et est restée similaire depuis presque deux siècles. Theodore Roosevelt consacra plusieurs pages à l’éclatante victoire de Jackson dans son ouvrage The Naval War of 1812 et la célébra comme une affirmation de la puissance de l’armée américaine :

  • 8 Theodore Roosevelt, The Naval War of 1812, volume II, New York-Londres, G.P. Putnam’s Sons, 1902, p (...)

La Louisiane fut préservée de terribles ravages et La Nouvelle-Orléans d’une possible destruction. Et, après que nos tentatives de repousser les invasions de la Virginie et du Maryland se furent soldées par d’humiliantes défaites, la victoire de La Nouvelle-Orléans fut presque une nécessité pour préserver notre honneur national8. (238)

  • 9 Richard Slotkin, Regeneration Through Violence: The Mythology of the American Frontier, 1600-1800, (...)

16Dans les représentations picturales, un seul changement peut être décelé, justement, dans une image datant du début du XXe siècle. Alors que, dans les précédentes, les troupes américaines étaient presque uniquement constituées de soldats en uniforme, plusieurs hommes en peau de daim (buckskin) viennent grossir les rangs des militaires et montent vers le front (image 6). Cette tentative de mettre en valeur les volontaires du Kentucky et du Tennessee venus prêter main forte aux troupes du général Jackson révèle aussi que, tout comme ces hommes de la Frontière, la bataille de La Nouvelle-Orléans appartient à un cycle historique révolu. Plus intéressant, encore, la figure de Jackson elle-même évoque les hommes de la Frontière, comme l’affirme Richard Slotkin dans Regeneration Through Violence : « Les mythes des pionniers et des chasseurs de l’Ouest, Andrew Jackson, Davy Crockett et Daniel Boone9 » (Slotkin 538). Ainsi, Old Hickory sert lui-même, dans ces évocations, de trait d’union entre la Frontière et les États atlantiques, ainsi qu’entre deux cycles de l’histoire des États-Unis.

Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans

Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans

Image 6. F.C. Yohn, Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans, illustration pour The Youth Companion’s Historic Milestones.
<https://www.loc.gov/​item/​98510134/​>

17À La Nouvelle-Orléans même, quelques représentations et peintures murales restent dédiées à la bataille, dont une à l’Absinthe House, dans le Vieux Carré. Elle reste de facture très classique, sans que la figure de Jackson soit présente derrière la ligne de front. Devant le couvent des Ursulines, une fresque célèbre la victoire comme une intervention de l’Esprit Saint. Cette interprétation est due à une anecdote : quelques jours avant la bataille, les Ursulines auraient prié pour la victoire des troupes américaines et, lorsque la nouvelle de cette victoire arriva, celle-ci fut perçue comme le fruit d’une intervention divine et Jackson lui-même prit soin d’honorer, chaque année, ce couvent. Mais, sur cette fresque, la bataille de La Nouvelle-Orléans est associée à d’autres événements marquants des XVIIIe et XIXe siècles (dont la fondation de la première chapelle du couvent, en 1786), autre élément qui contribue à placer la bataille au sein d’un cycle historique révolu.

18Cependant, pour reprendre l’image du glacis employée par Fernand Braudel dans La Dynamique du capitalisme, c’est en regardant sous la surface que l’on découvre d’autres images ou d’autres traditions précédemment attachées à un lieu. L’étude des représentations de la bataille de La Nouvelle-Orléans contribue précisément à cela et, même si d’autres traits plus caractéristiques (et plus « récents ») sont désormais associés à l’imaginaire qui entoure cette ville, le souvenir de la bataille demeure présent, mais relève davantage de l’évocation et d’un rappel du passé. Sa résurgence se manifeste encore dans d’autres domaines que la peinture, qui viennent enrichir la représentation mentale de l’événement. La chanson populaire, encore une fois, en fait partie et, en 1959, Jimmy Driftwood s’inspira d’un thème musical célèbre, le “8th of January Fiddle Tune”, pour écrire “The Battle of New Orleans”, devenue un classique de la country music. Le premier couplet et le refrain, entre autres, mettent à nouveau l’accent sur le fait d’avoir « bouté » l’Anglais hors du territoire américain et la figure d’Andrew Jackson :

  • 10 “In 1814 we took a little trip / Along with Colonel Jackson down the might Mississipp’ / We took a (...)

En 1814, nous avons fait un petit voyage
Et descendu le puissant Mississippi avec le colonel Jackson.
Nous avons mangé un peu de bacon et de haricots
Et battu ces satanés Britanniques à la ville de La Nouvelle-Orléans.
[Refrain]
Nous avons tiré et les Britanniques avançaient toujours,
Ils n’étaient pas aussi nombreux qu’auparavant.
Nous avons tiré à nouveau et ils ont commencé à fuir
Descendant le Mississippi jusqu’au Golfe du Mexique10.

19En 1973, Johnny Cash reprit cette chanson et, à l’occasion d’un concert, avant de la chanter, il associa la bataille aux événements fondateurs des Etats-Unis : la Guerre d’Indépendance, les premières avancées vers l’Ouest et le sacrifice des Américains pour l’idéal de liberté :

Mon pays fut créé en 1776, lorsqu’il se sépara de l’Angleterre. Puis les colons vinrent, ils avancèrent vers l’ouest et traversèrent les vertes montagnes de l’Est, les Appalaches, […] puis les vastes plaines et s’arrêtèrent au pied des Montagnes Rocheuses. Beaucoup sont morts pour cette liberté que nous appelons Amérique, comme ce fut le cas plus au sud, à La Nouvelle-Orléans11.

  • 12 Hayden White, Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore-Londr (...)

20Si cette association peut paraître quelque peu facile et désordonnée, l’événement occupe une place incontestable dans le « roman national américain », restant lié au « récit des origines » au même titre que l’achat de la Louisiane et conférant, pour la première fois, un caractère proprement américain à La Nouvelle-Orléans. En même temps, le sens donné à la bataille permet de clôturer la guerre de 1812 —et, peut-être, le cycle menant à l’indépendance des Etats-Unis et à l’affirmation de sa puissance militaire— de manière « romanesque », selon les quatre façons de relater l’Histoire selon Hayden White dans son ouvrage Metahistory12. Celui-ci distingue, en citant à chaque fois un historien du 19e siècle, quatre manières d’élaborer une intrigue à partir de simples faits et l’écriture de Jules Michelet représente, toujours selon White, ce type « romanesque », qui se conclut par le triomphe d’un héros, ainsi que celui du bien sur le mal.

21Sur une pièce commémorative de vingt-cinq cents frappée en 2002, faisant partie d’une série consacrée à la fondation de chaque Etat et dédiée à la Louisiane, trois éléments qui sontautant de symboles issus de différents cycles historiques, peuvent être observés : un pélican brun, emblème de l’Etat, une trompette et quelques notes de musique, puis, à l’arrière-plan, une carte du territoire de la Louisiane, lorsqu’elle fut achetée à la France en 1803. La bataille de 1815 fait partie de ce premier cycle et, bien qu’elle soit désormais supplantée par d’autres éléments plus récents attachés à cette ville, son évocation reste bien vivace, preuve de son importance historique intrinsèque. Chaque année, le 8 janvier, la bataille reste commémorée par les gardes de l’État de la Louisiane à Jackson Square et le site même de l’assaut, la plantation de Chalmette, est conservé au milieu du Parc historique national et réserve Jean Laffite.

22En conclusion, il convient d’affirmer que la bataille de La Nouvelle-Orléans ne présente pas d’aussi riches facettes que d’autres batailles plus controversée, et l’on pense bien entendu à celle de Waterloo, qui se déroula la même année et fut ensuite utilisée à la fois par les Anglais et les Français, tour à tour comme une victoire retentissante ou une « glorieuse défaite », suivant le point de vue. Ici, le message implicite des diverses représentations, relayé par le discours de l’historiographie, reste sans équivoque : la victoire sans précédent de l’armée américaine sur l’armée britannique clôture, de manière triomphale, un conflit de deux ans qui ne vit pourtant ni vainqueur ni vaincu, ainsi que le cycle historique menant de l’indépendance proprement dite des États-Unis à l’affirmation de sa puissance militaire ; et on ne trouve, d’ailleurs, de représentations de la bataille que du côté américain, presque exclusivement. Au fil des décennies et de l’expansion américaine vers l’Ouest, alors que La Nouvelle-Orléans perdait son caractère proprement stratégique, d’autres événements furent associés à cette ville et le besoin de glorifier une victoire sur les Britanniques se fit moins sentir, d’où le glissement progressif vers une simple évocation de la bataille, qui peut être reléguée au deuxième rang, si l’on peut dire, de l’histoire prodigieusement riche de La Nouvelle-Orléans. Son utilité historique est devenue moindre, ce qui n’empêche en rien des représentations et des commémorations régulières. Les célébrations du bicentenaire n’ont fait l’objet d’aucune attention particulière et les férus d’histoire ont, comme tous les ans, élaboré une minutieuse reconstitution de la bataille dans le parc Jean Laffite. Cependant, le site Internet dédié à cet événement13 semblait vouloir l’inscrire dans le « roman national » et l’expansion du territoire, mais il n’évitait pas un anachronisme flagrant sur la date de la bataille et l’incorporation de l’Etat de la Louisiane au sein de l’Union. Enfin, Andrew Jackson figurait encore sur le logo officiel, dans une posture rappelant la statue équestre de Jackson Square et marquant, sans nul doute, la transition entre Histoire et mythe.

Haut de page

Bibliographie

Driftwood, Jimmy. “The Battle of New Orleans”, 1959.

Emmons, Richard. “An Epick Poem In Commemoration Of Gen. Andrew Jackson’s Victory On the Eighth of January, 1815”, Boston, 1827.

“Huzzah! For General Jackson”, chanson populaire du XIXe siècle.

Kneass, Horn Riley. “Proceedings of the Celebration of the Anniversary of the Golorious (sic) Battle of New Orleans”, dans The Daily Keyston, Philadelphie, 1846.

Nora, Pierre. Les Lieux de mémoire. Volume I. Paris : Quarto-Gallimard, 1984.

Polk, James Knox. Discours d’Investiture, 4 mars 1845 : <http://www.presidency.ucsb.edu/ws/?pid=25814>

Roosevelt, Theodore. The Naval War of 1812, or the History of the United States During the Last War With Great Britain, deux volumes, New York/Londres: G.P. Putnam’s Sons, 1902.

Slotkin, Richard. Regeneration Through Violence: The Mythology of the American Frontier, 1600-1800. Norman. University of Oklahoma Press, 2000 [1973].

Ward, John William. Andrew Jackson: Symbol for an Age. New York: Oxford University Press, 1962.

White, Hayden. Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe. Baltimore/Londres: The John Hopkins University Press, 1973.

Wood, Gordon S. Empire of Liberty: A History of the Early Republic, 1789-1815. New York: Oxford University Press, 2009.

Ressources en ligne

Anonyme, Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860). <http://memory.loc.gov/service/pnp/cph/3c20000/3c21000/3c21100/3c21125v.jpg>

Battle of New Orleans, January 1815, lithographie de Kurz et Allison (1890). <http://www.loc.gov/pictures/item/96513344/>

Johnny Cash chante “The Battle of New Orleans”: <http://www.youtube.com/watch?v=B1AVivYvl_g>

F.C. Yohn, Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans, illustration pour The Youth Companion’s Historic Milestones. <https://www.loc.gov/item/98510134/>

Haut de page

Notes

1 John William Ward, Andrew Jackson: Symbol for an Age, New York, Oxford University Press, 1962, p. 46 : “The news of victory came upon the country like a clap of thunder in the clear azure vault of the firmament.”

2 Gordon S. Wood, Empire of Liberty: A History of the Early Republic, 1789-1815, New York, Oxford University Press, 2009, p. 696 : “The American victory at New Orleans was so overwhelming […] that the Americans came to believe that the United States had really won the war and dictated the peace terms, even though the peace treaty had already been signed.”

3 Sur terre, s’entend. En effet, la marine américaine, sous les ordres d’Oliver Perry, avait, le 10 septembre 1813, infligé une cinglante défaite aux Britanniques sur le Lac Erié.

4 Il est possible de citer, entre autres, “An Epick Poem In Commemoration Of Gen. Andrew Jackson’s Victory On the Eighth of January, 1815” (1827), d’un certain Richard Emmons.

5 Horn Riley Kneass, “Proceedings of the Celebration of the Anniversary of the Golorious (sic) Battle of New Orleans”, dans The Daily Keyston, Philadelphie, 1846, p.10 : “The event you commemorate, at all times so worthy of honor, deserves to be specially called to mind, as evidence that America can defend her own soil against all foreign aggression.”

6 “To Texas the reunion is important, because the strong protecting arm of our Government would be extended over her, […] while the safety of New Orleans and of our whole southwestern frontier against hostile aggression, as well as the interests of the whole Union, would be promoted by it.”

7 “Remember New Orleans I say / Where Jackson show’d them Yankee play / And beat them off and gained the day / And then we heard the people say / Huzza! For General Jackson”.

8 Theodore Roosevelt, The Naval War of 1812, volume II, New York-Londres, G.P. Putnam’s Sons, 1902, p. 238 :
“Louisiana was saved from being severely ravaged, and New Orleans from possible destruction; and after our humiliating defeats in trying to repel the invasions of Virginia and Maryland, the victory of New Orleans was really almost a necessity for the preservation of the national honor.”

9 Richard Slotkin, Regeneration Through Violence: The Mythology of the American Frontier, 1600-1800, Norman, University of Oklahoma Press, 2000 [1973], p. 538 : “The myths of the western pioneers and hunters, Andrew Jackson, Davy Crockett, and Daniel Boone.”

10 “In 1814 we took a little trip / Along with Colonel Jackson down the might Mississipp’ / We took a little bacon and we took a little beans / And we caught the bloody British in the town of New Orleans / [Chorus] We fired our guns and the British kept a comin’ / There wasn’t nigh as many as there was a while ago / We fired once more and they began to runnin’ on / Down the Mississippi to the Gulf of Mexico.”

11 <http://www.youtube.com/watch?v=B1AVivYvl_g>, transcrit par l’auteur :
“My country began…
It broke away from England in 1776… And the settlers came, and they pushed through the green mountains of the East, the Appalachian Mountains, […] went across the Great Plains and stopped before the Shining Mountains. Many died for this freedom that we call America, like they did down in New Orleans.”

12 Hayden White, Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore-Londres, The John Hopkins University Press, 1973.

13 <http://www.battleofneworleans2015.com/index.php>

Haut de page

Table des illustrations

Titre The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815
Légende Image 1. “The Battle of New Orleans, Fought January 8th, 1815”, lithographie de Currier et Ives, années 1860 (C0417, G0466)
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre The Battle of New Orleans at Chalmette, 1815
Légende Image 2. Jean Hyacinthe Laclotte, “The Battle of New Orleans at Chalmette, 1815”, années 1820.
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860)
Légende Image 3. Anonyme, Death of Edward Pakenham at the Battle of New Orleans (1860).<http://memory.loc.gov/​service/​pnp/​cph/​3c20000/​3c21000/​3c21100/​3c21125v.jpg>
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre General Andrew Jackson, The Hero of New Orleans
Légende Image 4. “General Andrew Jackson, The Hero of New Orleans”, lithographie de Currier et Ives, années 1860 (G2418)
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Battle of New Orleans, January 1815
Légende Image 5. Battle of New Orleans, January 1815, lithographie de Kurz et Allison (1890). <http://www.loc.gov/​pictures/​item/​96513344/​>
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans
Légende Image 6. F.C. Yohn, Andrew Jackson Commands Troops During the Battle of New Orleans, illustration pour The Youth Companion’s Historic Milestones.<https://www.loc.gov/​item/​98510134/​>
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-François PEIRANO, « Les représentations de la bataille de La Nouvelle-Orléans », E-rea [En ligne], 14.1 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://erea.revues.org/5209 ; DOI : 10.4000/erea.5209

Haut de page

Auteur

Pierre-François PEIRANO

Université de Toulon, docteur du LERMA (Aix Marseille Univ, Aix-en-Provence, France)
pf.peirano@yahoo.com
Pierre-François Peirano est PRAG à l’Université de Toulon et directeur du département d’anglais de l’UFR Lettres et Sciences Humaines. Sa thèse de doctorat, consacrée aux représentations inspirées par l’expédition Lewis et Clark, sera publiée dans les prochains mois et ses recherches incluent des domaines tels que la peinture, l’iconographie et l’histoire des idées.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org