Navigation – Plan du site
1. « Regards croisés sur la Nouvelle-Orléans : la cité décalée » / “Perspectives on New Orleans, the Misfit City”
II/ Perspectives historiques / Historical perspectives

Du Sud à la Caraïbe : La Nouvelle-Orléans, ville créole

Nathalie DESSENS

Résumés

Le présent article examine l’historiographie de la Nouvelle-Orléans, démontrant comment l’évolution des perspectives d’étude a permis un recentrage progressif de la ville. Longtemps perçue comme une cité « décalée » au sein des Etats-Unis, voire au sein du Sud des Etats-Unis, la ville a été progressivement recentrée dans l’histoire de la Jeune République états-unienne puis dans l’espace atlantique par l’historiographie des vingt dernières années. Un décentrage de la perspective a ainsi permis de ne plus la considérer comme un cas marginal de l’histoire nord-américaine. L’article propose d’utiliser le nouveau paradigme de l’espace caribéen, tangentiel et complémentaire à l’espace atlantique défini par Bernard Bailyn dans les années 1980, afin de procéder à un recentrage encore plus évident de la Nouvelle-Orléans au XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1La Nouvelle-Orléans apparaît, depuis plus de deux siècles, comme une cité « décalée » dont certains disent que, si elle est géographiquement implantée sur le continent nord-américain, elle est, en réalité, la partie la plus septentrionale de l’arc antillais. Cette caribéanité aux origines multiples (un passé colonial latin, bien sûr, mais aussi l’arrivée, au tournant du XIXe siècle, d’une large population réfugiée de la révolution haïtienne), qui a longtemps dérouté les historiens sans qu’ils tentent réellement de la nommer, est peut-être ce qui peut nous permettre aujourd’hui de recentrer la Nouvelle-Orléans, d’utiliser cette impression de décalage pour mieux rendre compte d’une réalité riche et complexe.

  • 1 Pour plus de détails sur l’omission historiographique de l’arrivée de réfugiés à la Nouvelle-Orléan (...)

2Pour appréhender le degré d’incompréhension dont la Nouvelle-Orléans a longtemps été l’objet, il suffit de se pencher un instant sur l’exemple de l’arrivée des réfugiés chassés de Saint-Domingue par la Révolution haïtienne qui a secoué l’ancienne colonie française de 1791 à 18031. Comptant environ 15 000 personnes, composée à parts à peu près égales d’esclaves, de gens de couleur libres et de blancs, cette population a, un temps, constitué plus de la moitié de la population de la ville de la Nouvelle-Orléans (Dessens, From Saint-Domingue 1). Pourtant, l’historiographie a longtemps oublié cette vague migratoire sans précédent et, jusqu’à tout récemment, lorsqu’on pensait aux flux migratoires ayant concerné la ville au XIXe siècle, on pensait essentiellement à celui en provenance des États-Unis et, plus rarement, d’Irlande, d’Allemagne, d’Amérique Latine ou d’Italie. Mais on ne mentionnait presque jamais, au moins jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle, les réfugiés de Saint-Domingue.

3Comment l’arrivée de plus de 15 000 personnes, dans une ville en comptant autour de 8 000 au moment de son acquisition par les États-Unis, peut-elle passer inaperçue, d’autant que 10 000 d’entre eux sont arrivés en moins de six mois et ont fait immédiatement doubler la population de la ville ? Il est intéressant de s’interroger sur cet oubli et surtout d’en comprendre les modalités, pour mettre en lumière le recentrage progressif dont la Nouvelle-Orléans a fait l’objet dans les dernières décennies.

4Cet article examinera, tout d’abord, l’historiographie « décalée » de la ville, puis tentera de revenir sur l’histoire elle-même, en particulier au début de la période dite « américaine », pour expliquer cette impression persistante de décalage. Il proposera enfin de nouvelles pistes d’interprétation qui, quoiqu’elles semblent décaler davantage la ville, pourraient, en réalité, permettre de la recentrer à l’intérieur d’un nouveau paradigme qui serait celui d’un espace caribéen.

1. Une historiographie décalée

5Pendant un siècle et demi après son intégration dans la Jeune République américaine, la Louisiane est demeurée une sorte de mystère un peu gênant dans l’historiographie américaine. Pour diverses raisons, son existence a été ignorée dans le récit de la jeune nation indépendante. Les raisons de cette omission historiographique sont multiples. A l’échelon national, son intégration aux États-Unis a coïncidé avec le déclenchement du débat Nord/Sud qui a déchiré la jeune nation pendant un demi-siècle, aboutissant à la Guerre de Sécession et à la difficile période de la Reconstruction. Il était alors essentiel pour le Sud de taire l’hétérogénéité qui le caractérisait et d’apparaître comme un ensemble unitaire, incluant cette Louisiane qui présentait la caractéristique, essentielle pour le Sud, de figurer au nombre des sociétés esclavagistes, malgré son histoire coloniale différente. Pour le Sud, la chose est donc entendue. Et parce qu’elle partageait avec le reste du Sud son Institution déjà considérée comme Particulière, la Louisiane n’entrait pas dans un quelconque périmètre d’intérêt pour le Nord, bien au contraire, d’où son omission dans l’historiographie produite par les historiens du Nord.

  • 2 Voir les ouvrages de Martin ou Gayarré cités dans la bibliographie.

6Pendant le siècle qui a suivi la Guerre de Sécession, la Nouvelle-Orléans a donc été oubliée de l’historiographie américaine. Si elle méritait amplement un traitement à part, nous le verrons, elle a longtemps été difficilement intégrable au discours national. Un relevé des ouvrages traitant de la Louisiane ne donne que quelques histoires populaires produites par des historiens, tous louisianais, jusqu’au milieu du XXe siècle.2 Pour des raisons politiques évidentes, l’historiographie l’a incluse dans le récit Sudiste, la rendant aussi discrète que possible dans cet ensemble esclavagiste pourtant clairement disparate. Ce silence était sans doute aussi dû, dans un premier temps, au fait que les États-Unis rechignaient à reconnaître l’indépendance haïtienne et préféraient que demeure dans l’oubli la part importante des réfugiés de Saint-Domingue dans le tissu socio-économique de la ville et dans la consolidation de son ordre racial tripartite qui dérangeait tout à la fois le Nord et le Sud, plus encore peut-être dans l’Amérique de la ségrégation.

  • 3 Voir, par exemple, Tregle. Si son ouvrage date des années 1990, la thèse qui en est l’origine a été (...)
  • 4 Les premiers travaux de Debien sur les réfugiés datent des années 60.
  • 5 Cette tendance, inaugurée par Tregle s’est poursuivie dans les années 90. On citera, par exemple, l (...)

7Ce silence pudique a perduré jusqu’au milieu du XXe siècle et ce n’est qu’alors que les historiens de la Nouvelle-Orléans, presque tous louisianais (à l’exception notable de l’historien français spécialiste de Saint-Domingue Gabriel Debien), ont tenté de souligner sa spécificité dans le récit national et de la singulariser.3 La plupart des historiens d’alors ont négligé l’arrivée et le rôle des réfugiés (à l’exception, là aussi, notable, de Gabriel Debien dont la perspective était, du fait de ses origines, différente) et l’essentiel de l’historiographie a mis en avant l’importance de la population créole dans cette originalité.4 L’image la plus courante, alors véhiculée par les historiens, était celle d’une ville déchirée entre Créoles et Américains, les efforts des Créoles pour maintenir leur influence façonnant et expliquant son originalité.5 La Nouvelle-Orléans est devenue, dans la représentation historiographique, une cité décalée, même si cette représentation tendait à souligner un seul aspect du décalage et à en faire le centre de la singularité de la ville. Pour des raisons, là aussi politiques au sens large du terme, les historiens ont un peu oublié la composition extrêmement originale du groupe francophone pour n’insister que sur la part créole de cette population. Le décompte du nombre d’ouvrages consacrés à la Nouvelle-Orléans ou à la Louisiane plus généralement se situe autour d’une quinzaine dans la période 1950-1990, ce qui, comparé à la production des historiens américains sur d’autres histoires locales, est encore malgré tout extrêmement faible.

8Parmi les raisons qui expliquent ce lent mouvement de « découverte », figure sans doute en bonne place l’intégration de la Nouvelle-Orléans dans la Jeune République américaine à la source d’un incroyable dynamisme, tout au moins dans la première moitié du XIXe siècle. La ville se distinguait clairement des autres villes du Sud. Y arrivaient des flots de nouveaux arrivants, français, pour beaucoup, mais aussi des migrants d’autres nations européennes, des Anglais, des Italiens, des Espagnols (d’Espagne ou des anciennes colonies latino-américaines de l’Espagne, agitées par les indépendances), et, comme dans les villes atlantiques du Nord-Est, des Allemands et des Irlandais.

  • 6 Voir Dessens, “New Orleans, La 1790-1828” dans Dilworth (dir.), 103-109.

9La Nouvelle-Orléans était donc décalée pour de très nombreuses raisons. Elle était décalée du fait de son passé colonial, comme en témoignait la nombreuse population française qu’elle comptait et qui continuait à y affluer. Mais elle était aussi décalée parce que, si son institution esclavagiste en faisait une cité plutôt sudiste, elle partageait avec les villes du Nord-Est des États-Unis une population de migrants qui n’a que de manière anecdotique affecté le peuplement du reste du Sud.6 Au-delà de sa composition ethnique, elle a aussi connu, au XIXe siècle, un développement inhabituel pour le Sud. Petite ville coloniale, très « provinciale » et très marquée par les caractéristiques de la frontière au début du XIXe siècle, elle est devenue, en quatre décennies, une métropole majeure de la Jeune République. En 1840, en effet, elle était la troisième ville des États-Unis, au même niveau que Baltimore et derrière New York et Philadelphie, ce qui, pour une ville d’un Sud, majoritairement rural, et d’un Ouest, encore en construction et loin de l’urbanisation de l’Est, était une vraie particularité. L’une des avancées majeures de l’historiographie récente a été de déplacer la perspective et de cesser de considérer la Nouvelle-Orléans dans sa singularité, hors du cadre de l’histoire nationale, pour la replacer au sein du récit états-unien.

2. La Louisiane du Sud à l’Atlantique

  • 7 Pour ne citer que quelques exemples, voir Domínguez, Kein, Dormon ou Mills.
  • 8 Par exemple, Din sur les Canariens ou Merrill sur les Allemands.
  • 9 C’est le cas, par exemple, de Hirsh et Logsdon, Fossier ou Cossé-Bell.
  • 10 Pour n’en citer que quelques-uns, Cécile Vidal, Jean-Pierre Le Glaunec, Shannon Dawdy, Jennifer Spe (...)

10Depuis les années 1990, la Louisiane est devenue un réel sujet d’intérêt et les monographies la concernant se comptent par dizaines. La première caractéristique de cette nouvelle tendance a été de s’intéresser aux populations de couleur (libre et esclave), ce qui correspond à des tendances historiographiques courantes dans l’Amérique post-mouvement pour les droits civiques, même si la Nouvelle-Orléans a été un peu en retard sur le reste de la nation dans ce développement.7 Les monographies sur des groupes ethniques ont aussi commencé à se développer, là encore en accord avec la mise en avant de la pluralité ethnique et culturelle en vigueur à la fin du XXe siècle.8 Les ouvrages produits se sont, pour beaucoup, concentrés sur la période coloniale, la plus facile, sans doute, à distinguer de celle du reste du pays. Ce n’est qu’au XXIe siècle que les historiens ont commencé à s’intéresser vraiment au XIXe siècle, même si quelques rares chercheurs avaient commencé à explorer cette période particulièrement foisonnante dès la fin du XXe siècle.9 Ce mouvement récent de l’historiographie se caractérise par une diversification de l’origine des chercheurs (qui ne sont plus exclusivement louisianais et viennent de plusieurs régions des États-Unis et même de France)10 et surtout par la production d’une histoire plus nuancée, qui insiste, certes, sur certaines spécificités de la Louisiane, mais tend à l’inclure davantage dans le récit national, faisant d’elle l’une des composantes de l’américanité plutôt qu’une sorte d’anomalie. Les récentes monographies sont le témoin de cette évolution. Jennifer Spear, par exemple, conclut son ouvrage Race, Sex, and Social Order in Early New Orleans en démontrant que la singularité apparente de la ville a rendu les historiens aveugles aux similitudes qu’elle présentait avec le reste de l’Amérique coloniale et appelle à une vision plus globale de cette histoire finalement moins décalée qu’il n’y paraît (Spear 219-220). Il s’agit là d’une perspective plus large, moins microscopique, qui considère la Louisiane dans un ensemble plus vaste, celui du contexte états-unien dans lequel elle s’est intégrée quatre décennies seulement après la naissance de la Jeune République.

  • 11 A ce propos, voir, par exemple, l’introduction de Cécile Vidal dans l’ouvrage qu’elle a dirigé Loui (...)

11Si le pas de côté qui a permis de ne plus considérer la Louisiane comme une exception gênante dans son contexte national a déjà ouvert la perspective et a permis de complexifier la vision que l’on peut avoir de la Nouvelle-Orléans, une autre évolution historiographique récente a consisté à placer la ville dans une perspective atlantique, l’incluant dans un vaste espace d’échanges de bien, d’idées et de personnes, la plaçant au centre de ces échanges intercontinentaux et intracontinentaux, dans ses similitudes et dans ses différences avec le reste des colonies (ou anciennes colonies) atlantiques.11 C’est ce que fait, par exemple, l’excellent ouvrage de Rebecca Scott et Jean Hébrard, Freedom Papers, An Atlantic Odyssee in the Age of Emancipation. Le cas des réfugiés de Saint-Domingue, sur lequel nous reviendrons, pousse clairement dans cette direction.

12La perspective atlantique, adoptée par un certain nombre d’historiens, comme Scott et Hébrard, ou encore Cécile Vidal, Ken Aslakson ou Emilie Clark, est extrêmement enrichissante et permet une meilleure interprétation du « décalage » historique de la ville : elle démontre que celle-ci n’est réellement en décalage que si on la considère dans l’espace réduit du Sud des États-Unis ou même l’espace moins réduit mais, par certains côtés, trop étroit encore, de la Jeune République américaine.

13La ville ne prend tout son sens que quand on en examine les interactions avec l’Europe, la Caraïbe et l’Amérique Latine. Comprendre la dynamique qui s’instaure dans la première moitié du XIXe siècle ne peut se faire si l’on ne prend pas en considération les rapports physiques et virtuels persistants que la ville entretenait avec son ancienne nation colonisatrice. Elle ne peut se concevoir non plus sans l’examen de ses rapports avec les îles de la Caraïbe, qu’elles soient françaises, espagnoles, anglaises ou nouvellement indépendantes comme Haïti. Les liens physiques, par des flux migratoires dans les deux sens, mais aussi les rapports commerciaux soutenus, et enfin les liens plus ténus tissés par l’échange des idées et des cultures ne peuvent qu’aider à une meilleure interprétation de ce qui a pu longtemps apparaître comme la singularité de la Nouvelle-Orléans.

14Tous ces pas de côté, décalages volontaires progressifs pour inclure la Nouvelle-Orléans dans l’espace national ou dans l’espace atlantique, permettent déjà de mieux appréhender l’histoire de la ville et de transcender les lectures antérieures qui choisissaient tantôt de taire tantôt d’exagérer le décalage de la ville. L’on pourrait même décentrer encore la perspective en ne considérant plus le cadre de l’espace atlantique et en définissant un autre espace, qui présente des points de contact évidents et est complémentaire de l’Atlantique : l’espace caribéen.

3. De l’espace atlantique à un espace caribéen ?

15Il est désormais impossible de considérer que la Nouvelle-Orléans était, au début du XIXe siècle, une ville où dominait la confrontation entre les Créoles et les Américains. Les anciens habitants de la colonie franco-espagnole étaient, au début du XIXe siècle, certes, encore en grand nombre. S’ils étaient encore apparemment majoritaires, c’était parce que s’y étaient adjoints les réfugiés de Saint-Domingue, entre autres.

16C’est cette caribéanité, évoquée en introduction, qui revient ici servir de trame à la réflexion. Les liens entre la Nouvelle-Orléans et la Caraïbe, surtout française, avaient toujours été solides, l’ancienne colonie française, puis espagnole, ayant toujours eu des liens commerciaux avec les îles, en partie du fait de sa difficulté à se maintenir économiquement. L’on aurait pu s’attendre à ce que ces liens se distendent lorsqu’elle cessa d’être une colonie européenne pour s’intégrer à la Jeune République. Mais l’arrivée, en plusieurs vagues successives, de dizaines de milliers de réfugiés de la révolution haïtienne a maintenu ce contact étroit pour en faire une autre singularité de la ville.

17Venus directement de Saint-Domingue pour un petit nombre dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, les réfugiés sont arrivés en vagues plus importantes dans la première décennie du XIXe siècle. Ils se sont concentrés à la Nouvelle-Orléans après avoir tenté de s’établir dans des refuges différents, la côte est des États-Unis, pour certains, la Jamaïque pour d’autres, Cuba pour une large partie d’entre eux. Victimes indirectes des guerres napoléoniennes européennes, c’est la Nouvelle-Orléans qui est devenue leur terre d’accueil. Le flot venu de Cuba en 1809-1810 a fait instantanément doubler la population de la ville (Dessens, From Saint-Domingue 27-28).

  • 12 Il faut attendre les premières publications de Debien sur la question pour voir apparaître un réel (...)

18Malgré le silence qui a longtemps entouré cette migration massive,12 il est impensable qu’un tel afflux n’ait pas eu d’influence directe sur la ville. Et de fait, il en a eu sous de nombreuses formes. Pour n’en citer que quelques-unes, parmi les plus notables, les réfugiés ont modifié un certain nombre de rapports de forces au moment crucial où la ville devenait administrativement américaine, où la population anglophone et protestante venait progressivement réduire l’importance relative de la population traditionnellement francophone et catholique, où la Common Law risquait de prendre le pas sur le Droit Romain, où la vision biraciale stricte importée par les Américains risquait de l’emporter sur une vision plus complexe de la société.

  • 13 Pour plus de details, voir Dessens, From Saint-Domingue, chapitre 4 (« Influencing Louisiana’s Econ (...)
  • 14 Dessens, From Saint-Domingue, chapitre 7 (« A Still Unfathomed Cultural Legacy », p. 139-168).
  • 15 Voir, par exemple, Dessens, « Louis Charles Roudanez, » 26-38.

19Les influences importantes que les réfugiés ont eues sur la ville sont légion. Le groupe de population blanche (environ un tiers des effectifs) a, à des degrés divers, influé sur l’économie, la politique, le domaine légal et législatif.13 Les esclaves (environ un tiers des effectifs) ont facilité la diversification de l’économie et apporté une riche culture déjà créolisée à la Louisiane.14 Les gens de couleur libre (dernier tiers de la population venue de Saint-Domingue) ont permis à ce groupe de rester longtemps influent dans le paysage néo-orléanais. Leurs descendants, instruits et politiquement éduqués, ont même fait de la Louisiane le premier laboratoire du mouvement pour les droits civiques dès le milieu de la Guerre de Sécession et pour les trois décennies suivantes.15 S’ajoutant donc, jusqu’au début du XIXe siècle, à l’histoire coloniale différente de la ville dans l’économie de ce qui allait devenir les États-Unis, l’influence caribéenne de ces réfugiés a renforcé la spécificité de la Nouvelle-Orléans au XIXe siècle.

  • 16 Ana Cleaver, doctorante à l’EHESS, travaille sur ces migrations de la Nouvelle-Orléans et Mobile ve (...)
  • 17 C’est d’ailleurs la période qui a vu se développer la Doctrine de Monroe aux États-Unis et l’idée d (...)

20Un nouveau pas de côté, un nouveau décalage peut ainsi produire une vision nouvelle et des interprétations fertiles. Parce que la Nouvelle-Orléans, tout en s’inscrivant de plus en plus nettement dans l’espace national états-unien, tout en développant sa position dans l’espace atlantique, est aussi devenue un des centres privilégiés d’une activité intense dans l’espace circum-caribéen (ce que l’on appelle désormais, en anglais, « Greater Caribbean »), elle se prête à d’autres interprétations qui la centrent plutôt que de la décaler. Des lignes de navigation régulières vers la Havane, mais aussi vers les centres commerciaux mexicains (comme Tampico) se sont progressivement mises en place. Des réseaux commerciaux, parfois familiaux (comme le montre l’exemple étudié par Scott et Hébrard) se sont développés entre Cuba, la Nouvelle-Orléans et le Mexique. Des déplacements migratoires, temporaires ou permanents, renforçant ces réseaux, ont eu lieu, tant parmi les populations blanches que parmi les populations de couleur libres.16 Tout un nouvel espace d’interprétation s’ouvre à nous, décalant la perspective mais démontrant que la cité décalée ne l’est réellement que dans une perspective étroitement sudiste, voire états-unienne. La perspective atlantique a permis de revoir la vision eurocentrée qui avait longtemps placé les colonies aux marges des espaces impériaux européens. Elle a aussi, dans le cas de la Nouvelle-Orléans, permis de ne plus la placer, au XIXe siècle, à la marge de l’espace états-unien, mais d’en faire un point d’ancrage des liens entre les Amériques, du Nord et du Sud, la Caraïbe et l’Europe. La nouvelle perspective ouverte ici est un pas de plus dans le recentrage opéré, faisant de la ville le centre d’un réseau complexe et plein de vitalité qui s’est développé alors. L’Amérique avait moins le regard tourné vers l’Europe et recentrait son attention sur elle-même, à l’échelle continentale.17

21Pour conclure, plusieurs facteurs ont donc fait de la ville une cité apparemment décalée dans la Jeune République : son passé colonial non britannique, mais aussi sa composition ethnique et raciale qui en a fait une anomalie dans le Sud états-unien d’avant la guerre de Sécession. Incluse dans les sociétés esclavagistes de la Jeune République, elle s’en distinguait pourtant clairement par sa population libre de couleur inhabituellement importante, éduquée et à la conscience politique élevée. Ville dynamique, en marche vers la modernité, au XIXe siècle, anomalie dans le Sud rural de l’époque, elle était aussi une ville plus cosmopolite que ses consœurs sudistes, plus proche, par bien des aspects, des villes atlantiques de la côte Est. Mais si cette image de « citée décalée » est devenue la spécificité de la ville, c’est aussi, en grande partie, par la faute des historiens qui n’ont pas vu (ou n’ont pas voulu voir) que ce décalage apparent venait de l’étroitesse de leur perspective.

22Les dernières décennies ont permis à la communauté historienne de décentrer son point de vue pour interpréter ce décalage et le réduire, voire pour recentrer la ville. En guise de clin d’œil, on pourrait citer le célèbre urbaniste Andres Duany, né à New York mais élevé à Cuba, impliqué dans la reconstruction de la Nouvelle-Orléans après le passage du cyclone Katrina en 2005, qui conclut une réflexion sur les caractéristiques urbanistiques particulières de la Nouvelle-Orléans par ces mots :

  • 18 Cité dans l’article de Wayne Curtis intitulé « The Houses of the Future », The Atlantic, Novembre 2 (...)

And then I realized…that New Orleans was not an American city. Once you recalibrate, it becomes the best-governed, cleanest, most efficient, and best-educated city in the Caribbean. New Orleans is actually the Geneva of the Caribbean.18

23Si la citation de Duany est volontairement provocatrice, c’est bien à ce recalibrage qu’invite la perspective du nouveau cadre d’interprétation qu’est celui de l’espace caribéen.

Haut de page

Bibliographie

Aslakson, Kenneth. “The ‘Quadroon-Plaçage’ Myth of Antebellum New Orleans: Anglo-American (Mis)interpretation of a French-Caribbean Phenomenon.” Journal of Social History 45.3 (Spring 2012): 709-734. Print.

Cossé Bell, Caryn. Revolution, Romanticism, and the Afro-Creole Protest Tradition in Louisiana, 1718-1868. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1997. Print.

Curtis, Wayne. “The Houses of the Future.” The Atlantic (November 2009).

http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2009/11/houses-of-the-future/7708/2/. Web. 11 March 2016.

Dawdy, Shannon Lee. Building the Devil’s Empire. French Colonial New Orleans. Chicago and London: University of Chicago Press, 2008. Print.

Debien, Gabriel. “Réfugiés de Saint-Domingue expulsés de la Havane en 1809”, Annuario de Estudios Americanos 35 (1979) : 555-610. Print.

Dessens, Nathalie. “Anatomie d’un oubli historique : les réfugiés de Saint-Domingue en Louisiane” in Nathalie Dessens et Jean-Pierre Le Glaunec (dirs.). Haïti, regards croisés. Paris: Le Manuscrit, 2007 : 69-94. Print.

Dessens, Nathalie. From Saint-Domingue to New Orleans: Migration and Influences. Gainesville: University Press of Florida, 2007. Print.

Dessens, Nathalie, “Louis Charles Roudanez, A Creole of Color of Saint-Domingue Descent: Atlantic Reinterpretations of Nineteenth-Century New Orleans.” South Atlantic Review 73:2 (Spring) 2008: 26-38. Print.

Dessens, Nathalie, “New Orleans, La 1790-1828” in Richardson Dilworth (dir.), Cities in American Political History. Los Angeles, London, New Delhi, Singapour, Washington DC: CQ Press, 2011: 103-109. Print.

Din, Gilbert C. The Canary Islanders of Louisiana. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1988. Print.

Dóminguez, Virginia R. White by Definition: Social Stratification in Creole Louisiana. New Brunswick, New Jersey, and London: Rutgers University Press, 1986. Print.

Dormon, James H. (ed.). Creoles of Color of the Gulf South. Knoxville: The University of Tennessee Press, 1996. Print.

Fossier, Albert E. The New Orleans Glamour Period 1800-1840. A History of the Conflicts of Nationalities, Languages, Religion, Morals, Culture, Laws, Politics and Economics During the Formative Period of New Orleans. New Orleans: Pelican Publishing Company, 1957. Print.

Gayarré, Charles Etienne Arthur. History of Louisiana. 4 vols. 1903. New Orleans: Pelican, 1965. Print.

Hirsh, Arnold R. et Joseph Logsdon (eds.). Creole New Orleans. Race and Americanization. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1992. Print.

Kein, Sybil (ed.). Creole. The History and Legacy of Louisiana's Free People of Color. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 2000. Print.

Le Glaunec, Jean-Pierre. “Re-constructing and Celebrating the Louisiana Purchase in New Orleans.” Transatlantica 3 (2003): 151-161.

Martin, François Xavier. The History of Louisiana from the Earliest Period. New Orleans: James A. Gresham, 1882. Print.

Merrill, Ellen C. Germans of Louisiana. Gretna, La: Pelican Publishing, 2004. Print.

Mills, Gary. The Forgotten People. Cane River's Creoles of Color. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1977. Print.

Tregle, Joseph George, Jr. Louisiana in the Age of Jackson: A Clash of Cultures and Personalities. Baton Rouge: Louisiana State University, 1999. Print.

Scott, Rebecca J. and Jean M. Hébrard. Freedom Papers. An Atlantic Odyssey in the Age of Emancipation. Cambridge, Mass: Harvard University Press, 2012. Print.

Spear, Jennifer. Race, Sex, and Social Order in Early New Orleans. Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 2009. Print.

Vidal Cécile (dir.). Louisiana, Crossroads of the Atlantic World. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2014. Print.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur l’omission historiographique de l’arrivée de réfugiés à la Nouvelle-Orléans, voir Dessens, « Anatomie d’un oubli historique ».

2 Voir les ouvrages de Martin ou Gayarré cités dans la bibliographie.

3 Voir, par exemple, Tregle. Si son ouvrage date des années 1990, la thèse qui en est l’origine a été soutenue en 1974.

4 Les premiers travaux de Debien sur les réfugiés datent des années 60.

5 Cette tendance, inaugurée par Tregle s’est poursuivie dans les années 90. On citera, par exemple, l’ouvrage de Hirsh et Logsdon.

6 Voir Dessens, “New Orleans, La 1790-1828” dans Dilworth (dir.), 103-109.

7 Pour ne citer que quelques exemples, voir Domínguez, Kein, Dormon ou Mills.

8 Par exemple, Din sur les Canariens ou Merrill sur les Allemands.

9 C’est le cas, par exemple, de Hirsh et Logsdon, Fossier ou Cossé-Bell.

10 Pour n’en citer que quelques-uns, Cécile Vidal, Jean-Pierre Le Glaunec, Shannon Dawdy, Jennifer Spear, ou Ken Aslakson.

11 A ce propos, voir, par exemple, l’introduction de Cécile Vidal dans l’ouvrage qu’elle a dirigé Louisiana, Crossroads of the Atlantic World (Vidal 1-17).

12 Il faut attendre les premières publications de Debien sur la question pour voir apparaître un réel intérêt pour la question.

13 Pour plus de details, voir Dessens, From Saint-Domingue, chapitre 4 (« Influencing Louisiana’s Economic Pattern », p. 67-90) et chapitre 5 («  The Refugees’ Politics, From Visibility to Influence », p. 109-138).

14 Dessens, From Saint-Domingue, chapitre 7 (« A Still Unfathomed Cultural Legacy », p. 139-168).

15 Voir, par exemple, Dessens, « Louis Charles Roudanez, » 26-38.

16 Ana Cleaver, doctorante à l’EHESS, travaille sur ces migrations de la Nouvelle-Orléans et Mobile vers Cuba et le Mexique.

17 C’est d’ailleurs la période qui a vu se développer la Doctrine de Monroe aux États-Unis et l’idée de l’Hémisphère de l’Ouest (Western Hemisphere).

18 Cité dans l’article de Wayne Curtis intitulé « The Houses of the Future », The Atlantic, Novembre 2009, http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2009/11/houses-of-the-future/7708/2/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie DESSENS, « Du Sud à la Caraïbe : La Nouvelle-Orléans, ville créole », E-rea [En ligne], 14.1 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://erea.revues.org/5216 ; DOI : 10.4000/erea.5216

Haut de page

Auteur

Nathalie DESSENS

Université Toulouse-Jean Jaurès
dessens@univ-tlse2.fr
Nathalie Dessens est professeur de civilisation américaine à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès. Elle est l’auteur de trois monographies publiées par University Press of Florida: Myths of the Plantation Society (2003), From Saint-Domingue to New Orleans (2007) et Creole City: A Chronicle of Early American New Orleans (2015).
Nathalie Dessens is professor of American civilization at the University of Toulouse-Jean Jaurès. She is the author of three monographies published with University Press of Florida: Myths of the Plantation Society (2003), From Saint-Domingue to New Orleans (2007) and Creole City: A Chronicle of Early American New Orleans (2015).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org