Skip to navigation – Site map
1. « Regards croisés sur la Nouvelle-Orléans : la cité décalée » / “Perspectives on New Orleans, the Misfit City”
III/ Études urbaines / Urban studies

La Nouvelle-Orléans, une ville nommée Désir et bien davantage

Pascale SMORAG

Abstracts

Toponyms give insight into the geographical, political and cultural construction of a place. The French names of New Orleans express the Crown’s imperialist ambitions as well as the contradictions of the king’s colonial policy. The desire of the Spaniards, and later of the Americans to maintain this legacy, while simultaneously inscribing their own ambitions on the map, reveals the complexity of their commitment to the city. Current toponymic inspirations that mingle memory, pragmatism and romanticism prove how imbued with the cultures that shape them places are: at the same time they attest to the spatial dimension of cultures, which in the case of New Orleans contributes to the city’s "indomitable" identity.

Top of page

Full text

1Les événements racontés par les toponymes et que relaient documents cartographiques, dictionnaires toponymiques, rapports officiels et études historiques, ouvrent les portes de mondes aux ambitions affirmées et aux rêves parfois déçus. En étudiant les noms des rues et des quartiers de La Nouvelle-Orléans, on saisit l’importance, en termes de réflexes nominatoires, de la précédence française sur ces terres du bout du monde. Puisqu’ils permettent d’imaginer ce qu’un lieu pourrait ou devrait être, les toponymes traduisent ainsi tout autant des appétits territoriaux que des implantations véritables, ce qui explique ces projections coloniales souvent « décalées », comme la magnifique colonie proposée par Le Moyne d’Iberville sans grand rapport avec ce comptoir plutôt misérable que fut La Nouvelle-Orléans. Bien que démocratiques, les ambitions américaines du XIXe siècle, puis celles des urbanistes des XXe et XXIe siècles reproduiront ce même réflexe, tous ayant à cœur d’apposer leurs marques sur ces terres du delta. Ainsi les noms choisis par les différents acteurs politiques pour représenter et occuper l’espace offrent-ils une certaine lecture de l’histoire de La Nouvelle-Orléans.

  • 1 À des fins pratiques, figureront en italique les toponymes dont sont soulignés les liens immédiats (...)

2C’est à ces désirs d’appropriation et d’organisation du territoire, ainsi qu’aux « décalages » entre ces aspirations et la réalité que la présente étude propose de s’intéresser. Elle démontre par ailleurs comment cette « écriture » des lieux de La Nouvelle-Orléans s’inscrit dans une continuité du processus toponymique, chaque acteur de la dénomination s’engageant à retenir les gloires passées ou imaginées, tout en l’enrichissant des apports de sa propre époque. La période étudiée couvrant plus de trois siècles, on ne retiendra ici que les moments forts de l’histoire de la ville, depuis l’établissement français de l’Île d’Orléans jusqu’aux projets d’urbanisation actuels1.

1. « Au nom de Louis, XIVe du nom »

  • 2 La localisation des toponymes mentionnés dans cette étude l’est sur les bases des moteurs de recher (...)
  • 3 Sauf mention particulière, les toponymes cités dans cet article sont répertoriés par ordre alphabét (...)

3L’histoire de La Nouvelle-Orléans est celle d’une aventure, comme en témoignent dans le quartier New Orleans East, près du lac Pontchartrain, des Expedition Dr., Endeavors Ct., Founders Ct., Adventure Ave., Wayfarer St., Trappers Ct., Voyageur Dr. et Intrepid St. (voir carte 1)2. Si Robert Cavelier de la Salle y est représenté avec Cavelier Drive et Lasalle St.3, c’est que lui revient l’honneur de prendre possession de la Louisiane en 1682 au nom du Roi-Soleil.

Carte 1. Quartier New Orleans East, secteur Michoud

Carte 1. Quartier New Orleans East, secteur Michoud

© Contributeurs d’OpenStreetMap

4Dès 1699, Pierre Le Moyne d’Iberville et son jeune frère Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville (Gill xvi) font édifier à Biloxi Fort Maurepas, en l’honneur du Comte de Maurepas de Pontchartrain, ministre des Affaires coloniales de Louis XIV, avant de fonder en 1702 Fort Louis de la Louisiane/de la Mobile (US Dept of the Interior). S'engage alors une épreuve contre la montre avec les Anglais, qu’il faut prendre de court, comme au Détour des/à l’Anglais, connu de nos jours comme English Turn (voir carte 2).

Carte 2. Carte de la Louisiane / par le Sr d'Anville, dressée en mai 1732, publiée en 1752. Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, 1732

Carte 2. Carte de la Louisiane / par le Sr d'Anville, dressée en mai 1732, publiée en 1752. Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, 1732

Détail de la côte du Détour à l’Anglois, de la rivière d’Iberville et des lacs Maurepas et Pontchartrain

© Bibliothèque nationale de France

5Aussi transforme-t-on en 1701 un comptoir de fourrures en un poste fortifié, le Fort Saint Jean, nommé d’après Jean-Baptiste le Moyne de Bienville, situé sur le bayou du même nom (devenu St John) et que les Choctaw appellent Bayouk Choupic (Faubourg St. John Association). Mais le roi tarde à dépêcher fournitures et renforts. Pire : il décide en 1712 de se dessaisir de la colonie et de la confier à un investisseur, Antoine Crozat, dont Crozat St. rappelle la mémoire. Incapable d’en redresser l’économie et d’endiguer les conflits avec les Indiens chitimacha, ce dernier la restitue en 1717 à la Couronne, qui l’octroie aussitôt à un banquier écossais, John Law (Lemmon, Magill & Wiese 45-46). Après avoir racheté la Compagnie du Mississippi créée en 1713 par Crozat, Law recrute à tout va. Sous sa régie, des Allemands, des Alsaciens et des Suisses s'établissent sur la côte des Allemands, aussi appelée Carlstain (voir carte 2), le long du bayou des Allemands, qui donna naissance à la commune Des Allemands (Chase 60).

  • 4 Louis XV n’a que cinq ans lorsque meurt son arrière-grand-père, Louis XIV.
  • 5 À des fins pratiques, plusieurs villes de l’Antiquité avaient déjà adopté le plan en damier.
  • 6 Eh dehors de son appellation amérindienne, le Mississippi sera toutefois plus connu sous le nom de (...)

6En 1718, lové sur une courbe du Mississippi – ce fameux « croissant » qui donnera à La Nouvelle-Orléans son surnom de Crescent City – naît un petit poste baptisé en l’honneur du régent de Louis XV, Philippe duc d’Orléans4. L’ingénieur militaire Adrien de Pauger (Pauger St.) imagine alors une ville quadrillée de 66 îlots, selon un plan en damier, le futur « Carré » (Lemmon, Magill & Wiese 294-295). Si les villes américaines se conformeront à ce schéma de manière quasi systématique avec le passage du Land Ordinance Act de 1785, à la fois par pragmatisme et pour affirmer de manière symbolique les visées démocratiques et égalitaires de la jeune République5, les colons de Nouvelle-France répondront aux injonctions de Versailles qui entendait imposer un cadre strict au développement des villes coloniales afin d’y faire prévaloir un ordre social et politique (Havard & Vidal 385-386). Pour ce faire, Louis XIV chargera Jean-Baptiste Colbert, son très actif Contrôleur général des finances et Secrétaire d'État à la Marine, d’envoyer intendants et ingénieurs en Nouvelle-France. Aussi le Mississippi fut-il également appelé fleuve Colbert6 en son honneur. Les désirs de liberté des Français du Nouveau-Monde s’en trouveraient peut-être contrariés, mais ils gagneraient en efficacité militaire, économique et commerciale, du moins l’espérait-on.

7En 1721, un premier quai sort de terre, avec bientôt des magasins, un hôpital, un couvent (Ursulines St.) et une église baptisée Saint Louis (History of the Cathedral). Tandis que Baton Rouge doit son nom à la présence d’un piquet recouvert de sang animal, grâce auquel les tribus bayogoula et houma délimitaient leurs aires de chasse respectives (Visit Baton Rouge), c’est une royale « Nouvelle Orléans » devenue capitale coloniale en 1723 que Pauger met à l’honneur avec ses rues d’Orléans, de Chartres (pour le duc de Chartres, autre titre du régent), de Ste. Anne (Ste. Ann), St Philippe (St. Philip) et St. Pierre (St. Peter), saints patrons de la Maison royale de France (voir carte 3). Aujourd'hui bordée de magasins d’antiquités et de galeries d’art, l’élégante rue Royale fut initialement appelée rue Royale-Bourbon, jusqu’à ce que Bienville en simplifiât le nom, attachant à une rue parallèle celui des Bourbons (Bourbon St.). Mais comme cette dernière s’appelait déjà rue de Conti, en l’honneur de la princesse de Conti, de la Maison des Bourbons, ce dernier nom fut à son tour transféré. Quant au fondateur de la ville, il se vit attribuer une rue de Bienville en lieu et place d’une certaine rue d’Anguin, nommée d’après le duc d’Enghien, fils aîné du Prince de Condé dont le nom disparut à tout jamais (Arthur 19-22). De proche en proche, de rue en rue, ainsi décala-t-on les toponymes du Vieux Carré.

  • 7 Aucun de ces héritiers ne put régner, vu la longévité de leur aïeul sur le trône de France.

8Croisant la rue Saint-Louis, baptisée d’après le diocèse et le nom alors usuel du Mississippi, les rues Dauphine et de Bourgogne (Burgundy St.) honorent respectivement la mémoire du Grand Dauphin, fils de Louis XIV, et du duc de Bourgogne, son propre fils7. Quant aux rues Dumaine et Toulouse, elles célèbrent une lignée royale en demi-teinte : les fils illégitimes de Louis XIV et de Madame de Montespan, respectivement duc du Maine et comte de Toulouse (Hickman). Fidèles à Versailles, les ingénieurs militaires n’auront de cesse de nourrir les désirs de puissance de leurs commanditaires, représentants de la Couronne et têtes Couronnées elles-mêmes. Aussi créeront-ils ex nihilo des établissements aux points stratégiques de la colonie, en inscrivant sur les cartes des noms à la gloire du royaume. Comme l’expriment Gilles Havard et Cécile Vidal dans Histoire de l’Amérique française :

L’Empire français en Amérique du nord n’existait pas au sens strict, comme espace de souveraineté unifiée. […] Loin d’être une entité juridique reconnue comme telle par toutes ses composantes, il constituait plutôt une réalité territoriale et sociale qui s’élaborait tant localement, à travers l’interaction des peuples et des individus, que par l’entremise des directives coloniales venues de Versailles (19).

  • 8 L’actuelle Decatur St. est d’ailleurs en retrait du Mississippi, suite aux battures successives.

9Cette « réalité territoriale locale » associe précisément à la nomenclature flatteuse celle plus prosaïque du quotidien, laissant apparaître un décalage entre La Nouvelle-Orléans vécue sur place (par les grands planteurs, commerçants, esclaves, gens libres de couleurs, religieux ou marins en transit) et la ville « projetée » par les intendants du royaume. Ainsi la première rue parallèle au Mississippi fut-elle appelée Rue du Quai, puis rue de la Levée, enfin Decatur St. en 1870, en l’honneur du contre-amiral célébré pour ses exploits lors de la Bataille de Tripoli (victoire qui aurait donné son nom au quartier d’Algiers, ancien Lieu des Abattoirs). En bord du fleuve, les ingénieurs militaires décident de planter des poteaux afin de retenir le limon et de gagner sur les eaux (Lemmon, Magill & Wiese 295) : sur ces battures8, le commerce va bon train et l’on compte en haut-lieu sur l’accès au Mississippi pour faire fructifier les investissements commerciaux et agricoles de Louisiane, comme à Métairie (C. Campanella 6-7).

10Pour contrôler la ville, Iberville fait ériger des palissades en bois qui longent l’enceinte nord (Rampart St.). A l’ouest, on envisage de creuser un chenal situé sous l’actuelle Canal St., reliant un bassin de manœuvre (Basin St) au canal Carondelet et au Mississippi. Au sud, des militaires s’entraînent quotidiennement sur la Place d’Armes, aussi appelée Place Royale (Jackson Square), où s’élèvent les bâtiments des autorités temporelles et spirituelles. Contrairement à l’usage, les ingénieurs ont décalé cette dernière en bordure du fleuve, afin d’impressionner les visiteurs et les possibles assaillants. Dans leur désir de protéger la ville et les différents avant-postes le long du Mississippi, les représentants de la Couronne vont néanmoins cantonner la Louisiane à une colonie de garnison, peu développée sur le plan agricole. Peu après le retour des intrépides Marquette et Jolliet partis explorer le Mississippi en 1673, Colbert enjoignait déjà la population à « composer des villes et des villages » et à se « mettre avec d'autant plus de facilité en état de se bien défendre » (Creagh 48-49).

  • 9 Son prédécesseur avait lui aussi signifié son peu d’enthousiasme vis à vis de la Nouvelle France, e (...)
  • 10 D’autres interprétations sont aussi envisagées, comme celle d’une rivière traîtresse, qui change de (...)
  • 11 Toponyme néanmoins algonquien, retenu par Jolliet et Marquette lors de leur exploration du fleuve, (...)

11Malgré un négoce prometteur, la colonie de Louisiane doit faire face à de dures réalités (épidémies, ouragans), ainsi qu’au peu d’intérêt que lui témoigne le jeune Louis XV9. La ville le lui rend bien, qui n’a baptisé aucune rue en son honneur. Chez les soldats soumis aux attaques répétées des autochtones, on commence à déserter. Si royale soit elle, la colonie est érigée sur les fondations d’un village amérindien, Tchou-Tchouma ou « Cité du soleil » (C. Campanella 12), habité par des Chitimacha, cannibales dont les Français ont fort peur. La fréquence de ces conflits imposera à la colonie de rester sur ses gardes, notamment après le massacre des Indiens Natchez (1729) dont la toponymie porte les blessures. Ainsi Chef Menteur (Hway) aurait-il été attribué par les colons à un chef indigène fourbe qui les semait dans les bayous ; inversement, certaines études penchent pour une interprétation autochtone qualifiant un gouverneur français de « Kerlérec, chef menteur »(Chase 62)10. Alors qu’ailleurs en Louisiane, l’héritage amérindien est relativement présent comme en témoignent les paroisses de Caddo, Natchitoches, Ouachita et Tensas, la ville de Houma, certains bayous comme le Bayou Manchac, et bien sûr le Mississippi11 et l’Atchafalaya, il reste très relatif à La Nouvelle-Orléans, où par exemple le lac Okwata (« larges eaux ») des Choctaw fut rebaptisé Lac Pontchartrain. Tout « danger » indien écarté, il devint plus facile de renommer Clinton St., en Cherokee St. (1894), ou une ancienne Rue Royale le long du port, Tchoupitoulas St., d’après la tribu Chouapitoulas aujourd'hui disparue.

12En marquant au fer cette terre amérindienne où elle affirmait son autorité, l’administration coloniale française de Louisiane enchaîna les audaces comme les défaites. On devine, au-delà de ces destins souvent contrariés comme les retrace la toponymie, ce que furent ces vies d’opulence et d’indépendance que des revers venaient régulièrement contrarier. Établissement libre et joyeux se nourrissant de ses propres antagonismes, La Nouvelle-Orléans osa des mixités culturelles : planteurs, représentants de l’Église, indiennes aux mœurs libres, esclaves noirs, trappeurs mal dégrossis et chercheurs d’or se côtoyaient fréquemment sur ces terres du delta. Par essence « décalée », cette ville enfantée dans la douleur n’en affirmera que d’autant plus son désir d’exister, de manière improbable souvent, insolente toujours. À l’image d’un La Salle (voir carte 4) plantant au milieu des eaux marécageuses du delta un drapeau royal et apposant sur ces terres désolées un nom aux allures d’éternité, la Louisiane, la France bientôt transmettra à l’Espagne cet héritage ambivalent, en lui confiant la régie de la colonie.

Carte 4. Les costes aux environs de la rivière de Misisipi : découvertes par Mr. de la Salle en 1683 et reconnues par Mr. le Chevallier d'Iberville en 1698 et 1699. Nicolas de Fer & Vincent de Ginville, 1701

Carte 4. Les costes aux environs de la rivière de Misisipi : découvertes par Mr. de la Salle en 1683 et reconnues par Mr. le Chevallier d'Iberville en 1698 et 1699. Nicolas de Fer & Vincent de Ginville, 1701

Détail de l’embouchure du Mississippi, accompagné d’un extrait de la « Description de la Découverte du Misisipi, par N. de Fer »

© Bibliothèque nationale de France

2. La Nouvelle-Orléans espagnole

  • 12 Il fut mis au point le 15 août 1761.
  • 13 Officielle en 1762, la prise de possession espagnole ne fut effective qu'en 1766 : la Louisiane res (...)

13Malgré les efforts de Bienville, John Law peine à faire fructifier la colonie qui repasse sous le contrôle de la Couronne en 1731. Si la Louisiane est mal en point, laissée à elle-même, c’est que l’attention se porte au Canada où une guerre oppose la France aux « Anglois », dont elle sortira défaite après la capitulation de Montréal en 1761. Somme toute, cette déroute de la France en Amérique confirme son faible intérêt pour ses possessions d’outre-Atlantique. Le décalage avec l’Angleterre est d’autant plus flagrant que cette dernière n’hésite pas à envoyer colons et capitaux dans sa colonie canadienne. Tentant de protéger la Louisiane susceptible de tomber aux mains anglaises, Louis XV sort une botte secrète : en vertu du Pacte de famille des Bourbons12, liant l’Espagne au destin de la France (Leclerc), il cède en 1762 la rive occidentale du Mississippi, avec La Nouvelle-Orléans, à son cousin Bourbon d’Espagne, Charles (Carlos) III (dont la magnifique avenue St. Charles célèbre la gloire). Mais loin de Versailles, les Français de Louisiane, rejoints dès 1765 par les Acadiens, ne l’entendent pas de cette oreille. Outrés, ils congédient, à peine arrivé13, le gouverneur espagnol Antonio de Ulloa (Ulloa St.). En 1769, l’Espagne riposte en envoyant une armada commandée par Don Alejandro O’Reilly (O’Reilly St.), général d’origine irlandaise qui matera l’insurrection (Lemmon, Magill & Wiese 295).

14Sous administration espagnole, la colonie prospère au cœur d’une francophonie dont sont perpétués les mœurs, la langue et la foi catholique. Soutenus par le nouveau gouverneur Luis de Unzaga y Amezaga (1769-1777), grand conciliateur, de nombreux Louisianais d’origine espagnole franciseront leurs noms, marquant ainsi leur désir de perpétrer une certaine latinité sur ces terres américaines. Les cartes elles-mêmes retiennent les noms français, parfois hispanisés : sur la Place d’Armes, devenue Plaza de Armas, la cathédrale Saint-Louis ou San Luis est reconstruite après l’incendie de 1788, par Don Andres Almonaster y Rocas (Almonaster Avenue), riche propriétaire et grand bienfaiteur de La Nouvelle-Orléans (Lemmon, Magill & Wiese 296).

  • 14 L’auteur de ce rapport, rédigé lors de la rétrocession de la Louisiane à la France, puis publié jus (...)
  • 15 Stricto sensu le terme Créole désignait toute personne, principalement d’origine française, espagno (...)
  • 16 Menée par Toussaint-Louverture, cette rébellion réclamant l’égalité de droits pour les esclaves abo (...)

15Tandis que les gouverneurs se succèdent, comme Bernardo de Galvez (Galvez St.) et Don Estevan Miro (N & S Miro St.), c’est incontestablement de 1792 à 1797 Francisco Luis Héctor, baron de Carondelet (Français naturalisé espagnol) « dont le nom est lié aux choses utiles qui se sont faites à la Louisiane », qui retient l’attention (Rapport sur la Louisiane)14. Le nouveau gouverneur décide dans un premier temps d’améliorer les infrastructures de la ville, faisant creuser le canal Carondelet qui relie alors La Nouvelle-Orléans au lac Pontchartrain (Picou). Puis, il fait ériger autour du Vieux Carré cinq forts reliés par des fossés profonds, dont Fort Saint-Charles, en l’honneur de Charles III d’Espagne (Bunner 159). Esplanade Avenue occupe alors un vaste espace ouvert, permettant de faire feu, sans obstacle, sur l’ennemi : les soldats s’y entraînent près de leurs casernes situées calle del Quartel et que les Français appellent alors rue du Quartier, et les Américains Garrison, et qui deviendra Barracks St. (Hickman). Les riches Créoles (Francophones nés à La Nouvelle-Orléans15) jugent toutefois inutiles ces dépenses militaires, « l’ennemi » ayant disparu avec la fin de la guerre d’Indépendance américaine. Rejoints par des aristocrates fuyant la Révolution française et des planteurs et gens de couleur libres de Saint-Domingue échappant aux révoltes d’esclaves (août 1791)16, ils s’opposeront également à la suspension de la traite esclavagiste imposée par Carondelet.

16En cette période de renouveau social et politique cadencé par les révolutions américaine et française, le gouverneur a fort à faire, notamment pour contenir le flux d’Américains. Peut-être en décalage avec son temps, il ira jusqu’à s’opposer à leur immigration, prétextant la subversion de leurs esprits révolutionnaires (Faber & Chamberlain). Afin de pouvoir absorber les nouveaux flux démographiques, Carondelet décide néanmoins d’agrandir la ville au-delà des limites traditionnelles du Vieux Carré (voir carte 5).

Carte 5. Map of New Orleans and Vicinity. Vincente Pintado & Carlos Trudeau, 1819

Carte 5. Map of New Orleans and Vicinity. Vincente Pintado & Carlos Trudeau, 1819

Détail du Faubourg Sainte Marie sous administration espagnole, situé sur le flanc ouest du Vieux Carré

© Library of Congress

  • 17 Disparu au xixe siècle, le terme faubourg fut réintroduit à la Nouvelle Orléans dans les années 197 (...)

17Déjà en 1788 un faubourg17 ou « banlieue » (R. Campanella 10) avait été créé en amont du fleuve – le premier de La Nouvelle-Orléans – sur la plantation que subdivisent alors Bertrand et Marie Gravier (Gravier St.). Ces derniers avaient acquis ces terres auprès des Jésuites (Loyola St.) à qui on les avait confisquées suite à leur expulsion des colonies espagnoles en 1767 (voir carte 6).

Carte 6. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875

Carte 6. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875

Détail du Faubourg Sainte Marie

© Library of Congress

18Toutefois, situé sur des marécages éloignés des rives, Ville Gravier, devenue Faubourg Sainte Marie après le décès de Marie Gravier (Lemmon, Magill & Wiese 296), n’attire pas les populations qui lui préfèrent les terres plus sèches du Faubourg Marigny, situé de l’autre côté du Vieux Carré (voir carte 7). Il faudra attendre l’arrivée des Américains pour qu’enfin le Faubourg Sainte Marie prenne son essor. C’est précisément ce quartier, l’actuel Garden District, que Carondelet St., artère importante de La Nouvelle-Orléans, traverse, parallèle à celle de son épouse, Baronne St., comme des amants inséparables.

Carte 7. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817

Carte 7. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817

Détail du Faubourg Marigny et du Vieux Carré

© Library of Congress

19Que retenir de cette présence espagnole à La Nouvelle-Orléans ? Tout d’abord, elle fut davantage « espagnole » sur le papier que dans les faits. Selon les termes de l’historien David Weber,  spécialiste de la Louisiane espagnole : “Louisiana became Spanish more in name than in fact.” (Faber & Chamberlain). De cette époque, néanmoins, subsiste en langue anglaise le nom espagnol, et non français, de l’État. Ce décalage entre pouvoir (officiellement espagnol) et identités (mixtes) s’explique aussi par l’absence, là encore, mais différemment des Français, d’un manque d’intérêt royal pour la Louisiane. Madrid suivait en effet avec distance les événements d’une colonie qui ressemblait fort peu à celles du Pérou ou du Mexique. Pourvoyeuses de minerais et non de produits agricoles jugés peu rentables, ces dernières ne présentaient pas non plus d’instabilités raciales rendues plus flagrantes en Louisiane avec l’esprit de la révolution américaine. En dehors de son port permettant d’écouler les richesses venues des Andes, La Nouvelle-Orléans comblait peu les désirs impérialistes de la Couronne espagnole. Ce fut un roi quelque peu apathique, Charles IV, qui signa en 1795 un traité accordant aux Américains un libre commerce sur le Mississippi et l’accès au port de La Nouvelle-Orléans. Le 1er octobre 1800, Madrid rétrocédera sans grande surprise la Louisiane à la France qui la conservera trois ans avant de la vendre aux États-Unis.

3. Les Américains se « décalent » en amont du fleuve

  • 18 Les États-Unis appliqueront cette nomenclature classique à plus grande échelle avec les villes de S (...)

20La vente de la Louisiane en 1803 par Bonaparte brisera les scellés français de la région (Kaplan 137-139), exception faite des nombreux toponymes à la gloire de l’empereur, tels Napoleon Avenue et Austerlitz St. (tous deux attribués par un grand admirateur de Napoléon et ancien capitaine d’artillerie) et ces Bordeaux, Constantinople, Jena, Lyons, Marengo, Milan et Valence célébrant des victoires napoléoniennes. Arrivent dès lors des Anglo-Saxons, dont l’austérité et l’éthique du travail se marient mal avec l’insouciance épicurienne des Créoles. Échappant aux rues sales et mal famées du Vieux Carré, les Américains se « décalent » vers l’ouest – comme l’avait prévu Carondelet – au-delà de Canal St. séparant désormais le French Quarter de l’American Sector (R. Campanella 48). Ils s’installent d’abord au Faubourg Ste. Marie, dans cette Haute/Upper Banlieue (la Basse/Lower Banlieue étant le Faubourg Marigny), à proximité du Mississippi, au Quartier des entrepôts (Warehouse District), puis plus à l’ouest encore, au Garden District. Si ce quartier doit son nom à la magnificence de ses jardins (Bruno), les noms donnés à ses rues en confirment l’élégance : muses et dieux grecs – Colyseum, Melpomene, Euterpe, Thalia, Erato, Terpsichore ou Prytania – témoignent aussi du désir de la jeune République américaine de s’inspirer de l’Antiquité comme idéal de culture, de perfection et de démocratie (voir carte 8)18.

Carte 8. Garden District

Carte 8. Garden District

© Contributeurs d’OpenStreetMap

21À la même époque, un certain Bernard Xavier Philippe de Marigny de Mandeville est contraint, pour éponger ses dettes de jeux, de vendre des parcelles de son immense plantation située en aval du Vieux Carré (Voir carte 9). En 1805, il la fait diviser en deux quartiers (R. Campanella 48), le Faubourg Marigny, proche du fleuve, et le Nouveau Marigny, un peu en retrait, qui deviendra un quartier de « plaçage », où étaient logées les maîtresses de couleur des planteurs (Pérol 90-91).

Carte 9. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875

Carte 9. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875

Détail de la plantation Marigny

© Library of Congress

22Marigny baptise lui-même les artères de son faubourg, rues de la Paix, de l'Histoire, des Poètes, des Français, des Duels, de l'Amour, de la Musique, des Arts, des Peintres, mais aussi rues du Craps et de Bagatelle (jeux auxquels il s’adonnait plus que de raison) depuis renommées Burgundy St. et Bourbon St. (en prolongement du Vieux Carré). Tel fut le legs de cet aristocrate fantasque qui projeta ainsi un monde de paix, d’amour et d’abondance, comme en témoignent toujours Arts, Music, Painters, Benefit, Treasure, Abundance, Agriculture, Hope et Industry Streets (voir carte 10). Ainsi que l’exprime Christian Jacob dans L’Empire des cartes :

Regarder une carte géographique, parcourir du regard ces toponymes chargés de sens, c’est susciter des paysages, des atmosphères, des couleurs. Rêves de paradis perdus, de régénération existentielle, de retour aux sources et à l’état de nature, de dépaysement et de confrontation à l’altérité (304).

Carte 10. Détail du Faubourg Marigny

Carte 10. Détail du Faubourg Marigny

© Contributeurs d’OpenStreetMap

  • 19 Ce nom fut donné en mémoire des six Français qui furent exécutés après s’être insurgés contre le go (...)
  • 20 Fuyant le brouhaha et les hordes de touristes de Bourbon Street et les traditionnels clubs de jazz (...)
  • 21 On pourrait établir un parallèle (dans un autre registre) avec Miami la cubaine, cette autre métrop (...)

23Alors que certains des toponymes choisis par Marigny ont disparu, ceux qui survivent prouvent que le « décalage » de ce quartier, moins axé sur le profit que le Garden District et son quartier des entrepôts par exemple, est précisément sa raison d’être. Aujourd'hui encore, ce quartier un peu bohème accueille les bons vivants : le long de la rue des Français19 anglicisée en Frenchmen Street, les groupes de jazz et de musique cajun viennent se produire en marge des circuits traditionnels (Bruno)20. Il convient également de préciser que, contrairement au Faubourg Sainte Marie/St. Mary où se concentraient les Américains, le faubourg Marigny, tout comme le Vieux Carré, était habité et géré par les Créoles francophones. Aussi ces quartiers cultivèrent-ils ce sens de la fête, incarnant une devise devenue emblématique de la Louisiane, comme s’ils intimaient à tous un ordre aux allures de désir : « Laissez les bons temps rouler »21.

24Cette ville serait-elle celle de tous les plaisirs, dont une rue et un tramway portent une invitation si sensuelle ? En aval du Faubourg Marigny, au Faubourg Washington (actuel Bywater), un certain François Gautier de Montreuil, officier de la Marine sous les ordres de Bienville, avait reçu des terres en récompense de ses bons et loyaux services (Arthur 90-91). L’un de ses descendants, Robert Gautier Montreuil, décida d’aménager la plantation et nomma deux rues d’après ses filles, Elmire et Désirée (Clark 142-143). L’influence de la célèbre pièce de théâtre Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams en 1947 transformera cependant Désirée en Desire, faisant perdre au lieu tout lien avec la descendante de Gautier de Montreuil (Winters Titles Agency).

25Après Marigny, c’est au tour de Claude Tremé (St. Claude Avenue) de vendre sa plantation située au-delà de la rue des Remparts. L’attrait du faubourg Tremé est toutefois moins immédiat, du fait de son éloignement du Mississippi (Lemmon, Magill & Wiese 297). Aussi dans les années 1810 la municipalité le lui rachète-t-il et le subdivise en domaine public, ces Communes de la ville (voir carte 7) ou City Commons situées à l’ouest sur des terres marécageuses (Marais St.) où seront concentrés cimetières, hôpitaux et installations militaires. Dans les années 1890, l’arrivée des prostituées le transformera en un quartier de débauche, le fameux Storyville (R. Campanella 48-49). À l’est, sur les hauteurs plus sèches de Tremé, habitent les personnes de couleur libres, quartier offrant au XIX° siècle un contraste saisissant avec Camp St. dans le Warehouse District, « camp » d’esclaves attendant leur mise aux enchères.

Carte 11. Détail du Quartier Tremé-Lafitte

Carte 11. Détail du Quartier Tremé-Lafitte

© Contributeurs d’OpenStreetMap

26Les premières transformations de La Nouvelle-Orléans américaine ont été en grande partie encouragées par William Charles Cole Claiborne. Arrivé en 1803 afin d’administrer le territoire d’Orléans, il en devient le gouverneur lorsque ce dernier rentre dans l’Union en 1812, ce jusqu’en 1816. La plus longue rue de la ville, Claiborne Avenue, honore la mémoire de cet homme dont l’un des exploits fut de faire vivre en bonne intelligence Créoles et Américains. Grand ami de Claiborne et actif représentant au Congrès qui promut la Louisiane au statut d’État (Chase 71-72), Julien Poydras de Lalande (Poydras St.) favorisa aussi la renommée de son ami Jean-Jacques Audubon (Audubon St., Audubon Blvd, Audubon Park), fondateur de l’ornithologie américaine (Lemmon, Magill & Wiese 300). À peine nommé gouverneur, Claiborne doit néanmoins faire face aux Britanniques prêts à revenir en force sur le sol américain. Il peut toutefois compter sur l’aide de Jean et Pierre Lafitte, fieffés pirates (Pirates Alley) que l’on amnistie pour l’occasion. Le 8 janvier 1815, à la tête de 2 000 forbans, le général Andrew Jackson gagne contre les Anglais la fameuse Bataille de La Nouvelle-Orléans à Chalmette, faubourg établi sur l’ancienne plantation de Louis-Xavier Martin de Chalmette, originaire de Québec et aïeul du futur Bernard de Marigny. Pour marquer ce moment de gloire, on rebaptise la Place d’Armes, Jackson Square, au centre de laquelle s’élève la statue d’Andrew Jackson. Quant aux pirates, la toponymie ne retient aujourd'hui que la bravoure, comme au Faubourg Lafitte (voir carte 11), quartier résidentiel au-delà de Rampart St. Demi-frère des Lafitte, Dominique You, la « terreur de la Caraïbe » que les années assagiront et transformeront en un respectable notable (Storyville District NOLA), aura droit à une courte voie, Dominique Place, dans le quartier de New Orleans East, proche de Pierre’s Court, elle-même nommée d’après Pierre Lafitte (voir carte 1).

27La politique nominatoire des urbanistes et des administrateurs de La Nouvelle-Orléans américaine d’alors ressemble fort à celle de leurs prédécesseurs. Il est en effet de mise d’honorer les têtes gouvernantes (État fédéral, État de Louisiane, différentes municipalités de la ville) ainsi que des personnalités de renom. On pourrait alors s’interroger sur le décalage entre les désirs démocratiques de la jeune nation, censés mettre à l’honneur le citoyen, et le fait que celui-ci ne soit que très rarement célébré par la toponymie, ou alors de manière collective et souvent stéréotypée (Tremé, le quartier des « gens de couleur libres », Irish Channel, le quartier « irlandais »). Comme le fait remarquer Derek H. Alderman :

Because of the normative power of naming, place names create a material and symbolic order that allows dominant groups to impose certain meanings into the landscape. […] The images of social distinction and elitism created through naming not only work to commodify the past but also assist in reinforcing unequal power relations (208).

28À partir des années 1830, La Nouvelle-Orléans connaît un essor sans précédent (Passage de la Bourse/Exchange Passage), avec ses quais continuellement jonchés de balles de coton, de barriques de sucre ou de peaux de castor venues des Rocheuses, et sa rue Magazine (Warehouse District) où l’on entrepose les marchandises (poudre, ferblanterie, tabac du Kentucky) prêtes à être embarquées (Chase 71). C’est alors qu’elle adopte un nouveau surnom – Dixie, du nom français de ses billets de dix dollars (Gill xxiii). C’est aussi à cette époque que naît la petite ville de Lafayette sur l’ancienne plantation de l’Annonciation (Annunciation St.) de Jacques Livaudais (Livaudais St.), nommé en l’honneur du général français venu porter secours aux insurgés américains, et qui reçut en 1806 des terres près de Canal St. (voir carte 12). Lafayette Square, anciennement Place Gravier, date par contre de sa visite en 1825 (Hickman).

Carte 12. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817

Carte 12. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817

Détail du Faubourg de l’Annonciation. On notera la facture et nomenclature françaises de la carte.

© Library of Congress

29Les Américains continuent de s’établir, en amont du fleuve, comme à Levee St., qui devient N. Peters St. en 1852, du nom de Samuel J. Peters, banquier et promoteur qui modernisa ce secteur américain avec l’aide de son partenaire James H. Caldwell (Caldwell St.). Plus loin encore, des familles aisées construisent de somptueuses demeures néo-classiques dans la boucle du Mississippi où William Carroll, général de la milice du Tennessee ayant rejoint Andrew Jackson en 1815, avait campé avec ses 2500 hommes (Lemmon, Magill & Wiese 300). Sur cette levée naturelle, loin des classes laborieuses affairées sur les docks, naît en 1845, Carrollton (ou Uptown) où se retrouve également l’élite intellectuelle (les universités Loyola et Tulane y prendront leurs quartiers). Après la ville de Lafayette, vers 1850, sept autres faubourgs seront créés qui formeront Jefferson City, hommage attendu envers ce président qui conclut l’achat de la Louisiane.

Carte 13. Uptown, traversée par les avenues South Clairborne et Saint Charles

Carte 13. Uptown, traversée par les avenues South Clairborne et Saint Charles

© Contributeurs d’OpenStreetMap

  • 22 De 1836 à 1852, le Vieux Carré ou Première municipalité, ainsi que le Faubourg Marigny ou Troisième (...)

30Si l’on parle d’Uptown pour ce faubourg (voir carte 13), c’est en opposition au Downtown des Français (Lemmon, Magill & Wiese 308, note 87), cette French Town qui comprend le Vieux Carré, une partie de Tremé et le Faubourg Marigny (l’expression Vieux Carré n’apparaîtra qu’en 1903 sur la carte de T. P. Thompson, A Walk Through The Vieux Carré). La distinction entre Uptown/Downtown a son importance, car au milieu du XIX° siècle les tensions entre Américains et Créoles restent sensibles, ce qui provoquera la partition (temporaire) de La Nouvelle-Orléans en trois municipalités indépendantes22, et en 1846 la perte du statut de capitale, transféré à Baton Rouge (voir carte 14).

Carte 14. Norman's plan of New Orleans & environs, 1845. Henry Möllhausen & Benjamin Norman, 1845

Carte 14. Norman's plan of New Orleans & environs, 1845. Henry Möllhausen & Benjamin Norman, 1845

Détail des 1ère, 2de et 3e municipalités et de la ville de Lafayette

© Library of Congress

31Mais le pire reste à venir, avec la sécession sudiste qui met un frein aux années dorées (Jefferson Davis Pkwy rappelle ces années troubles). En Louisiane, les plantations sont la proie des flammes et des pillages, puis rachetées à bas prix par des spéculateurs peu scrupuleux. Alors que l’on célèbre des généraux confédérés à Beauregard St., Bragg St., et Governor Nicholls St. (Francis R. Nicholls fut aussi deux fois gouverneur), au centre de Tivoli Circle renommé Lee Circle pour la circonstance, on érige en 1876 une colonne coiffée de la statue du général confédéré Robert E Lee.

4. Indomptable NOLA23

  • 23 Acronyme de New Orleans Louisiana.

32Au lendemain de la guerre de Sécession, La Nouvelle-Orléans sombre dans une léthargie économique, en proie à la décadence, tels ces tripots et maisons closes de Storyville, quartier baptisé d’après Sidney Story. Conseiller municipal, ce dernier propose en 1897 de légaliser les maisons closes où marins, planteurs, négociants et pionniers du Kentucky viennent s’encanailler auprès de jeunes mulâtresses, sur les improvisations musicales de descendants d’esclaves, parmi lesquels Sidney Bechet et Louis Armstrong (Storyville District NOLA). Voici inscrit le désir charnel de La Nouvelle-Orléans, qui deviendra à son tour une de ces Sin Cities, lieux de débauche et de crimes. La situation n’est pas nouvelle, ni dépassée. Des maîtresses indiennes, noires ou mulâtresses des planteurs aux actuels strip clubs de la décadente Bourbon Street (dont le nom est parfois interprété comme une incitation à la beuverie), La Nouvelle-Orléans a toujours affiché un érotisme sans retenue. Les rues chaudes de la ville ne le sont pas que l’atmosphère pesante d’une subtropicalité souvent insoutenable.

Oui, partout, quelque chose pourrissoir (sic). On l’a vu, tous les reliefs de l’Amérique, ou presque, viennent y finir boue, vase lente, coulée incertaine, sperme continental dans le ventre du golfe. Mais l’Amérique des hommes, protestante, un peu plus que catholique, puritaine un peu plus que la moyenne, y vint aussi pendant deux siècles faire pourrir ses principes, ou les reste de ses principes, sa vitalité excessive et ses érosions sans pitié dans les bordels ouverts pour elle à profusion. (Pérol 14)

33Le déhanchement de la foule en transe, où vaudou et désir étaient intimement liés, à Congo Square (actuel Louis Armstrong Park) que l’on appelait autrefois Place des Nègres, avait déjà inspiré le mot jass, qui en argot se référait à l’acte sexuel. Ainsi la prostitution rythmera-t-elle au grand jour et sans complexe la vie du Vieux Carré jusque dans les années 1940, lorsque Storyville sera rasée (R. Campanella 50). Le choix de Louis Armstrong comme nouveau nom de Congo Square, ainsi que de l’aéroport international (un 11 juillet 2001, lors des commémorations du centenaire de la naissance du jazzman), tournera néanmoins une nouvelle page de l’histoire de la ville (Airways News).

34Alors que Storyville naît sur le flanc occidental du Vieux Carré, à la fin du XIXe siècle on assainit les terres insalubres de la ville, afin d’endiguer les épidémies. En 1890, un Board of Levee Commissioners est créé, pour protéger la cité des débordements du Mississippi et gagner des terres sur le lac Pontchartrain. En 1928, l’État de Louisiane accorde le développement de quartiers résidentiels, comme ces 900 hectares de terre à Lakefront (Gill xxii). L’arrivée d’un siècle nouveau change la donne toponymique et les urbanistes préfèrent désormais aux grands hommes les références à la nature (même si à Lake Vista, Robert E. Lee Blvd honore la mémoire du général confédéré), comme l’attestent ces rues aux noms d’oiseaux, pour la plupart natifs de Louisiane, tels Bluebird, Crane, Dove, Egret, Finch, Flamingo, Gull, Hawk, Heron, Ibis, Jay, Kildeer, Lark, Oriole, Plover, Rail, Snipe, Stilt, Swallow, Swan, Thrasher, Warbler, Willet et Wren (voir carte 15).

Carte 15. Détail du Quartier Lakeview

Carte 15. Détail du Quartier Lakeview

© Contributeurs d’OpenStreetMap

35Carte 16. Principaux quartiers de NOLA

© Contributeurs d’OpenStreetMap

36À partir des années 1910 se développe, après le comblement des marais situés en contrebas de l’ancienne plantation Gentilly de Mathurin Dreux (Dreux Avenue), la zone résidentielle de Gentilly Terrace (R. Campanella 51 ; voir carte 16). Les années 1960 et 1970 voient l’urbanisation des terres de part et d’autre de l’Industrial Canal, avec les secteurs de Lake Willow, Spring Lake, Kenilworth, Seabrook, Melia, Pines Village, Lake Forest East, Lake Forest West, Edgelake, Plum Orchard, Bonita Park, Donna Villa, Willowbrook, Cerise-Evangeline Oaks et Castle Manor (Lemmon, Magill & Wiese 304-305). Alors que le caractère bucolique ici l’emporte, ailleurs, c’est le lyrisme qui s’exprime comme à Castle Manor, avec des rues inspirées des légendes du Roi Arthur : Arthur, Gawain, Galahad, Lancelot, Knight, Camelot et Castle Court. Afin d’attirer les acquéreurs, les urbanistes du quartier Warwick East jouent sur une toponymie très « Îles Britanniques » : ainsi Brookfield Drive côtoie-t-elle Hanover Rd, Flossmoor, Deerfield, Avalon, Elmdale, Chevy Chase, Plainfield, Willowbrae, Kinnel Drive, Guildford Drive, Harrow Drive, Yardley Rd, Restgate, Roger Drive et Read Lane, mais aussi Chaucer, Kensington et Waterford (voir carte 17).

Carte 17. Quartier New Orleans East, secteur Read Blvd/Morrison Rd

Carte 17. Quartier New Orleans East, secteur Read Blvd/Morrison Rd

© Contributeurs d’OpenStreetMap

  • 24 Comme le dit l’annonce du site Lake Bullard Neighborhood Improvement District, “Lake Bullard is one (...)

37À première vue, ces noms récents semblent en décalage avec le topos. Sur un plan historique, cette terre de Louisiane ne fut jamais anglaise. Par ailleurs, ces anciens bayous et marécages infestés de marigots et d’alligators n’ont guère éveillé l’âme des poètes. Le raffinement toponymique de ces nouveaux quartiers permet par conséquent de redéfinir, voire de réinventer ces lieux grâce aux métaphores qu’ils suggèrent. Près du lac Pontchartrain, les promoteurs du secteur de Lake Bullar misent ainsi sur une version poétique de l’histoire louisianaise24, en attribuant des noms de plantations, tels Asphodel,Beaver, Fernly, Midpoint, Notaway (Nottaway), Oak Alley, Stillwater, Waverly et Winrock. Tandis qu’à Bocage les rues répondent à des noms élégamment français, dans une autre subdivision développée par un certain Wadsworth (au nord de Gentilly) les voies commencent toutes par « W », tels ces Wainwright, Wingate, Warrington, Wickfield, Wilton et Wildair Drives (Gill xxxii). Le décalage de la nomenclature n’existerait alors que dans l’esprit ou le ressenti d’une population qui lui serait réfractaire. Qui plus est, ces nouveaux répertoires permettent de répondre au problème soulevé par la normativité toponymique mise en place par une élite, comme la dénonçait Alderman.

38Les commissions onomastiques modernes veillent à une certaine cohérence de la nomenclature ainsi qu’à l’élimination des doublons. En 1923, le Commissaire municipal Paul Maloney passe également une ordonnance requérant que les noms soient attribués par le Conseil municipal, et non plus par les urbanistes ou les promoteurs, parfois trop fantaisistes (Gill xxviii). L’actuelle Commission d’urbanisme adopte toujours ces recommandations, en mettant toutefois l’accent sur le caractère particulier de la ville, notamment son passé colonial (Gill xxix-xxx). Les politiques toponymiques n’échappent pas aux modes, favorisant parfois la métaphore – royale pour les colons, républicaine pour la jeune Amérique, bucolique pour nos contemporains, même si des personnalités à l’occasion sont honorées (Victory Drive fut rebaptisée General de Gaulle Avenue lors de la visite du général en 1960, et une section de Melpomene St. devint Martin Luther King Blvd en 1989). Dans le quartier d’Algiers, par exemple, ce sont des États de l’Union qui sont mis à l’honneur, avec, par ordre alphabétique, Arizona, Delaware, Georgia, Idaho, Illinois, Indiana, Iowa, Kansas, Maine, Nevada, Ohio, Oregon, Utah, Wyoming et Texas. Les perpendiculaires y portent des noms de fleuves, sans ordre apparent, comme Amazon, Wabash, Seine, Hudson, Rhine, Potomac, Sabine et Rio Grande (voir carte 18).

Carte 18. Détail du Quartier Algiers

Carte 18. Détail du Quartier Algiers

© Contributeurs d’OpenStreetMap

39Au Village de L'Est (en français dans le texte), les urbanistes ont distribué des noms – anglicisés – de villes ou de provinces et régions françaises : Alsace, Corsica, Brittany, Savoie, Biscay, Bergerac, Strasbourg, Calais, Sevres, Laval ou Lemans. Curieusement, comme une population vietnamienne – francophone – s’est installée après la chute de Saigon (Saigon St.) au Versailles Arms Apartment Complex, on surnomme souvent ce quartier Versailles, ou encore “Vietnamese Versailles Community”, ce qui prouve à la fois le caractère facétieux de la toponymie et le décalage entre la nomenclature officielle et les appellations usuelles (Leong et al. 770–779). Peut-être est-ce là la véritable magie de cette ville indomptable.

Conclusion

40On peut aisément retracer les ambitions coloniales, puis républicaines, sur ces terres du delta, lorsque la nomenclature des rues et des quartiers est là si vivace pour les faire revivre. Si des Fleur de lis (sic), Colbert, Louisville et Louis Xiv Streets (sic, avec les chiffres romains, une rareté en anglais) sont apparues sur les cartes au XXe siècle, comme dans ce quartier de Lakeview, c’est précisément parce que la toponymie y inscrit la singularité d’une ville qu’elle lègue à la postérité. On pourrait pareillement souligner que malgré les quelque quarante années d’administration espagnole, ce sont bien des noms francais qui ont été retenus dans les anciens quartiers créoles : Saint Louis et non San Luis Cathedral, Charles et non Carlos St., Magazine (au lieu de Almacen) St., ou encore Bourbon au lieu de Borbon St. L’adoption par les Espagnols du français comme langue véhiculaire et officielle explique certainement ce fait. A contrario, celui que l’on appelle de nos jours Vieux Carré ou French Quarter présente une architecture essentiellement espagnole, conséquences des incendies de 1788 et 1794 ayant détruit les constructions coloniales françaises.

41Fruit des désirs contradictoires de Versailles, qui tantôt la soutenait, tantôt la répudiait comme une maîtresse dispendieuse, La Nouvelle-Orléans peina à se développer sur les rives du Mississippi. Quand, enfin, elle dégagea des profits de son commerce maritime, Louis XV la transféra aux Espagnols. En dépit de cette défaite, la France continuerait à faire parler d’elle, ou du moins la langue et la toponymie le feraient pour elle. Le vaincu ne se tut donc point : les relations intimes des Français avec la terre de Louisiane prendraient au contraire une nouvelle tournure. Car comme le soutient la géographie culturelle actuelle, si l’espace construit les identités, celles-ci à leur tour construisent la ville. Les empreintes françaises, puis espagnoles, même s’il leur fallut parfois s’angliciser, furent reprises par les Anglophones de La Nouvelle-Orléans, preuve de leur désir de préserver cet héritage et cette particularité culturelle. Au fur et à mesure de leur expansion géographique, les Américains ajoutèrent des toponymes reflétant leurs propres aspirations, mais plus qu’un palimpseste, les cartes de La Nouvelle-Orléans devinrent le symbole d’une mixité réussie.

42Acronyme de New Orleans LA et autre nom actuel de la ville (qui figure sur de nombreux sites web), NOLA affirme un certain décalage avec son passé européen. Cet acronyme exprime en effet le désir d’inscrire la métropole américaine dans l’ère moderne, dans le pragmatisme, dans une dimension plus scientifique. Pour autant, cette manière bien « américaine » de nommer ne renvoie pas aux oubliettes de l’histoire les aventures coloniales. Au contraire, la préservation des toponymies française et espagnole témoigne d’une identification avec ce passé, pont jeté entre présent, histoire et mémoire. Tout comme les bâtiments, les toponymes s’inscrivent dans le paysage, aussi les vaincus d’autrefois « réapparaissent-ils » en force, avec leur désir d’être, d’exister, entre lutte et insoumission, derrière l’apparente nonchalance de la Big Easy, cette « ville facile, décontractée » qui sait si bien célébrer la vie. La Crescent City n’est pas que langoureusement lovée dans son delta du Mississippi : elle est le lieu de toutes les extravagances, celle de son carnaval, bien sûr, mais au-delà, celle de toutes les irrévérences.

Top of page

Bibliography

Sources citées

Ouvrages toponymiques et cartographiques

Campanella, Richard. Time and Place in New Orleans: Past Geographies in the Present Day. Gretna, Louisiana: Pelican Publishing. 2002. Print.

Chase, John Churchill. Frenchmen, Desire, Good Children and Other Streets of New Orleans. New Orleans: Pelican Publishing Company. 2007 (3rd ed.) (original ed.: Robert L Crager and Co. 1949). Print.

Gill, Donald A. Stories Behind New Orleans Street Names. Chicago: Bonus Books. 1992. Print.

Jacob, Christian. L’Empire des cartes : Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Paris: Albin Michel. 1992. Print.

Lemmon, Alfred E., Magill, John T. & Wiese, Jason R., ed. Charting Louisiana, Five Hundred Years of Maps. New Orleans: The Historic New Orleans Collection. 2003. Print.

Stewart, George Rippey. Names on the Land: A Historical Account of Place-Naming in the United States. Boston: Houghton Mifflin. 1967 (original ed. 1945 : New York: Random House). Print.

Ouvrages historiques

Arthur, Stanley Clisby. Old New Orleans, a History of the Vieux Carré, Its Ancient and Historical Buildings. Westminster, MD: Heritage Books. 2009 (New Orleans: Harmanson. 1936). Print.

Bunner, E. History of Louisiana. Carlisle, Mass.: Applewood Books. 2010 (original ed. New York: Harper. 1855). Print.

Campanella, Catherine. Metairie. Charleston, SC: Arcadia Publishing, Collection “Images of America”. 2008. Print.

Clark, Emily. Masterless Mistresses: The New Orleans Ursulines and the Development of a New World Society, 1727-1834, Chapel Hill, NC: The University of North Carolina Press Books. 2007. Print.

Giraud, Marcel. Histoire de la Louisiane française : La Compagnie des Indes (1723-1731). Paris : L'Harmattan. 2012. Print.

Havard, Gilles & Vidal, Cécile. Histoire de l’Amérique française. Paris : Flammarion, Collection Champs d’histoire. 2014. Print.

Kaplan, Lawrence S. Thomas Jefferson: Westward the Course of Empire. Wilmington, Delaware: SR Books. 1999. Print.

Pérol, Jean. La Nouvelle-Orléans. Seyssel (Ain) : Champ Vallon. 1992. Print.

Ressources en ligne

Rapport sur la Louisiane

M*** [Anonyme]. Mémoires sur la Louisiane et La Nouvelle-Orléans. Paris : Ballard Imprimeur-Libraire. 1804. Archive.org. Web 10 juin 2014.

Articles toponymiques

Alderman, Derek H. “Place, Naming and the Interpretation of Cultural Landscapes.” The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity. Ed. Brian Graham & Peter Howard. Burlington, VT: Ashgate Publishing C°. 2008 : 195-213. Print.

Bruno, R. Stéphanie. “New Orleans History Contained In Colorful Names.” The Times-Picayune. November 8, 2010. Web 10 juin 2014.

Hickman, Peter. “Streets of New Orleans Compilation.” Katrinafilm.files.wordpress.com. Nov. 2010. Web 10 juin 2014.

“How Did Baton Rouge Adopt Its Name?” FAQs, Visit Baton Rouge. Web 10 juin 2014.

United States Department of the Interior, National Park Service. “National Historic Landmark Nomination – Old Mobile Site.” January 27, 2000. Web 10 juin 2014.

Articles et sites historiques

“Basin Street, Gateway to Storyville” et “Dominique You.” Storyville District NOLA, Web 10 juin 2014.

“Dedication Plaque of Louis Armstrong New Orleans International Airport – 2012.” Louis Armstrong New Orleans International Airport Photos and History. Airways News. Web 10 juin 2014.

Faber, Lo & Chamberlain, Charles. “Spanish Colonial Louisiana.” KnowLA Encyclopedia of Louisiana. Ed. David Johnson. Louisiana Endowment for the Humanities, 7 Feb 2014. Web 24 Nov. 2015.

Faubourg St. John Neighborhood Association. Web 10 juin 2014.

“History of the St. Louis Cathedral.” Cathedral-Basilica Saint Louis, King of France, New Orleans. Web 10 juin 2014.

Lake Bullard Neighborhood Improvement District. Web 10 juin 2014.

Leclerc, Jacques. « La colonie française de la Louisiane ». L'aménagement linguistique dans le monde. Web 10 juin 2014.

Leong, Karen J., et al. “Resilient History and the Rebuilding of a Community: The Vietnamese American Community in New Orleans East.” Journal of American History 94 (Dec. 2007), 770–779. Web 10 juin 2014.

Picou, Steve. “Carondelet Canal/Walk (Old Basin Canal).” New Orleans Historical. Web 10 juin 2014.

Cartes géographiques et moteurs de recherche cartographique

d’Anville, Jean-Baptiste Bourguignon. Carte de la Louisiane / par le Sr d'Anville, dressée en mai 1732, publiée en 1752. [n.p.] 1732. Map. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans. Web. 26 Nov. 2015.

Bellin, Jacques-Nicolas. Plan de la Nouvelle Orléans. [n.p.] 1764. Map. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans. Web. 26 Nov. 2015.

Del Vecchio, Charles, Maspero, P., Rollinson, William & Tanesse, I. Plan of the city and suburbs of New Orleans : from an actual survey made in 1815. New York: Charles Del Vecchio ; New Orleans : P. Maspero, 1817. Map. Library of Congress, Geography and Map Division. Web. 20 Nov. 2015.

de Fer, Nicolas & de Ginville, Vincent. Les costes aux environs de la rivière de Misisipi : découvertes par Mr. de la Salle en 1683 et reconnues par Mr. le Chevallier d'Iberville en 1698 et 1699. [Paris? : n.p.], 1701. Map. Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans. Web. 26 Nov. 2015.

“La Nouvelle-Orléans, Orleans Parish, Louisiana.” Map. OpenStreetMap. 20 Nov. 2015. Web. 20 Nov. 2015.

Möllhausen, Henry & Norman, Benjamin Moore. Norman's plan of New Orleans & environs, 1845. [n.p.]. 1845. Map. Library of Congress, Geography and Map Division. Web. 20 Nov. 2015.

“New Orleans, LA.” Map. Google Maps. Google. 10 May 2014. Web. 10 May 2014.

Pintado, Vincente & Trudeau, Carlos. Map of New Orleans and Vicinity. Havana: 1819 [1804]. Map. Library of Congress, Geography and Map Division. Web. 20 Nov. 2015.

Trudeau, Charles & Debrunner Alexander. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. [s.n.] 1875. Map. Library of Congress, Geography and Map Division. Web. 20 Nov. 2015.

Top of page

Notes

1 À des fins pratiques, figureront en italique les toponymes dont sont soulignés les liens immédiats entre un fait ou un personnage historique et la dénomination du lieu.

2 La localisation des toponymes mentionnés dans cette étude l’est sur les bases des moteurs de recherche Google Maps et OpenStreetMap. Pour la répartition géographique des quartiers de la Nouvelle-Orléans, voir la carte 16.

3 Sauf mention particulière, les toponymes cités dans cet article sont répertoriés par ordre alphabétique par Donald Gill, dans Stories Behind New Orleans Street Names, Bonus Books, Chicago, 1992. Ces références n’apparaissent donc pas dans le corps du texte, exception faite des pages d’introduction.

4 Louis XV n’a que cinq ans lorsque meurt son arrière-grand-père, Louis XIV.

5 À des fins pratiques, plusieurs villes de l’Antiquité avaient déjà adopté le plan en damier.

6 Eh dehors de son appellation amérindienne, le Mississippi sera toutefois plus connu sous le nom de fleuve Saint Louis (Stewart 93-94).

7 Aucun de ces héritiers ne put régner, vu la longévité de leur aïeul sur le trône de France.

8 L’actuelle Decatur St. est d’ailleurs en retrait du Mississippi, suite aux battures successives.

9 Son prédécesseur avait lui aussi signifié son peu d’enthousiasme vis à vis de la Nouvelle France, en mettant un terme en 1696 au négoce des pelleteries (les marchés européens se trouvaient saturés de peaux de castor), nerf de l’économie canadienne, et qui transitaient par la Nouvelle-Orléans (Creagh 50-59). Les colons français se sentirent de fait abandonnés par leur roi.

10 D’autres interprétations sont aussi envisagées, comme celle d’une rivière traîtresse, qui change de sens au gré de la marée.

11 Toponyme néanmoins algonquien, retenu par Jolliet et Marquette lors de leur exploration du fleuve, d’après le nom utilisé par leurs guides miamis (de langue algonquienne).

12 Il fut mis au point le 15 août 1761.

13 Officielle en 1762, la prise de possession espagnole ne fut effective qu'en 1766 : la Louisiane resta donc quatre années supplémentaires sous administration française.

14 L’auteur de ce rapport, rédigé lors de la rétrocession de la Louisiane à la France, puis publié juste après l’achat de la Louisiane par les États-Unis, préféra rester anonyme.

15 Stricto sensu le terme Créole désignait toute personne, principalement d’origine française, espagnole, antillaise ou/et indienne, née en Louisiane avant son achat par les Américains en 1803. Par extension, le terme s’appliqua aux émigrés allemands qui s’installèrent dès 1721 au nord de la ville et devinrent francophones (et souvent créolophones). Passé la période coloniale, le terme désigna les descendants de tous ces Louisianais unis par une même langue – le français. Bien que francophones, ces populations ont peu en commun avec les Cajuns des bayous, peu cultivés et pratiquant un dialecte canadien bien éloigné des conversations mondaines des riches planteurs. Dans son acception actuelle, est créole toute personne née à La Nouvelle-Orléans.

16 Menée par Toussaint-Louverture, cette rébellion réclamant l’égalité de droits pour les esclaves aboutira à l’abolition de l’esclavage par la Convection en 1794. Renommée Haïti, l’île deviendra en 1804 la première république noire du monde.

17 Disparu au xixe siècle, le terme faubourg fut réintroduit à la Nouvelle Orléans dans les années 1970, grâce aux sociétés historiques et aux agences immobilières.

18 Les États-Unis appliqueront cette nomenclature classique à plus grande échelle avec les villes de Syracuse, Troy, Attica, Emporia, Homer, Memphis, Cairo, Hannibal, etc.

19 Ce nom fut donné en mémoire des six Français qui furent exécutés après s’être insurgés contre le gouverneur Alejandro O'Reilly, lors de la passation de la colonie à l’Espagne.

20 Fuyant le brouhaha et les hordes de touristes de Bourbon Street et les traditionnels clubs de jazz du Vieux Carré (Preservation Hall et Maison Bourbon), de nombreux groupes de jazz classique, des brass bands, des chanteurs de musique cajun, de zydeco, de rhythm’n’blues, de jazz rap et de free jazz se retrouvent à Frenchmen Street parmi une clientèle d’habitués, dans une atmosphère décontractée et bon enfant.

21 On pourrait établir un parallèle (dans un autre registre) avec Miami la cubaine, cette autre métropole « latine »  et festive des États-Unis.

22 De 1836 à 1852, le Vieux Carré ou Première municipalité, ainsi que le Faubourg Marigny ou Troisième municipalité seront sous contrôle des Créoles francophones, alors que le Faubourg Ste. Marie ou Seconde municipalité passera sous administration américaine (Lemmon, Magill & Wiese 300).

23 Acronyme de New Orleans Louisiana.

24 Comme le dit l’annonce du site Lake Bullard Neighborhood Improvement District, “Lake Bullard is one of the best kept secrets in Eastern New Orleans. Nestled in a quiet New Orleans suburb, Lake Bullard subdivision is a peaceful upscale retreat offering lakefront living at its finest.”

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1. Quartier New Orleans East, secteur Michoud
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-1.png
File image/png, 291k
Title Carte 2. Carte de la Louisiane / par le Sr d'Anville, dressée en mai 1732, publiée en 1752. Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, 1732
Caption Détail de la côte du Détour à l’Anglois, de la rivière d’Iberville et des lacs Maurepas et Pontchartrain
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-2.png
File image/png, 629k
Title Carte 3. Plan de la Nouvelle Orléans. Jacques-Nicolas Bellin, 1764
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-3.png
File image/png, 973k
Title Carte 4. Les costes aux environs de la rivière de Misisipi : découvertes par Mr. de la Salle en 1683 et reconnues par Mr. le Chevallier d'Iberville en 1698 et 1699. Nicolas de Fer & Vincent de Ginville, 1701
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-4.png
File image/png, 1.8M
Caption Détail de l’embouchure du Mississippi, accompagné d’un extrait de la « Description de la Découverte du Misisipi, par N. de Fer »
Credits © Bibliothèque nationale de France
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-5.png
File image/png, 604k
Title Carte 5. Map of New Orleans and Vicinity. Vincente Pintado & Carlos Trudeau, 1819
Caption Détail du Faubourg Sainte Marie sous administration espagnole, situé sur le flanc ouest du Vieux Carré
Credits © Library of Congress
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-6.png
File image/png, 1.1M
Title Carte 6. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875
Caption Détail du Faubourg Sainte Marie
Credits © Library of Congress
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-7.png
File image/png, 1.5M
Title Carte 7. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817
Caption Détail du Faubourg Marigny et du Vieux Carré
Credits © Library of Congress
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-8.png
File image/png, 1.7M
Title Carte 8. Garden District
Caption © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-9.png
File image/png, 335k
Title Carte 9. Plan of the City of New Orleans and adjacent plantations. Charles Trudeau & Alexander Debrunner, 1875
Caption Détail de la plantation Marigny
Credits © Library of Congress
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-10.png
File image/png, 952k
Title Carte 10. Détail du Faubourg Marigny
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-11.png
File image/png, 393k
Title Carte 11. Détail du Quartier Tremé-Lafitte
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-12.png
File image/png, 384k
Title Carte 12. Plan of the city and suburbs of New Orleans: from an actual survey made in 1815. Charles Del Vecchio, P. Maspero, William Rollinson & I. Tanesse, 1817
Caption Détail du Faubourg de l’Annonciation. On notera la facture et nomenclature françaises de la carte.
Credits © Library of Congress
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-13.png
File image/png, 1.4M
Title Carte 13. Uptown, traversée par les avenues South Clairborne et Saint Charles
Caption © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-14.png
File image/png, 861k
Title Carte 14. Norman's plan of New Orleans & environs, 1845. Henry Möllhausen & Benjamin Norman, 1845
Caption Détail des 1ère, 2de et 3e municipalités et de la ville de Lafayette
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-15.png
File image/png, 825k
Title Carte 15. Détail du Quartier Lakeview
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-16.png
File image/png, 263k
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-17.png
File image/png, 505k
Title Carte 17. Quartier New Orleans East, secteur Read Blvd/Morrison Rd
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-18.png
File image/png, 296k
Title Carte 18. Détail du Quartier Algiers
Credits © Contributeurs d’OpenStreetMap
URL http://erea.revues.org/docannexe/image/5237/img-19.png
File image/png, 263k
Top of page

References

Electronic reference

Pascale SMORAG, « La Nouvelle-Orléans, une ville nommée Désir et bien davantage », E-rea [Online], 14.1 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 26 March 2017. URL : http://erea.revues.org/5237 ; DOI : 10.4000/erea.5237

Top of page

About the author

Pascale SMORAG

Université de Bourgogne-Franche-Comté
psmorag@univ-fcomte.fr
Pascale Smorag est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et membre de l’équipe CRIT, Besançon (EA 3224). Ses recherches portent principalement sur la toponymie de villes, de rues, de résidences et de commerces aux États-Unis et au Canada. Elle s’intéresse tout particulièrement aux motivations culturelles, commerciales, idéologiques et politiques qui dictent les choix de la nomenclature. Elle a publié plusieurs articles sur le sujet, ainsi qu’un ouvrage sur La Toponymie du Midwest, aux PUF Sorbonne (2009). Elle travaille actuellement à la rédaction d’un ouvrage toponymique sur l’aire métropolitaine de Miami-Fort Lauderdale.

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org