Navigation – Plan du site

La quête romantique de trois voyageurs : History of a Six Weeks’ Tour de Mary Shelley

Caroline VARENNE

Texte intégral

1Le court récit de voyage qui nous intéresse fut publié anonymement en 1817. Son titre complet était History of a Six Weeks’ Tour through a Part of France, Switzerland, Germany, and Holland: with Letters Descriptive of a Sail round the Lake of Geneva, and of the Glaciers of Chamouni. Les deux auteurs, Mary et Percy Shelley, pensaient qu’on ne les identifierait jamais. C’est pourtant Mary Shelley qui révéla des années plus tard ce qui n’était plus vraiment un secret, en insérant le récit dans sa compilation des œuvres de son mari, Essays, Letters from Abroad, Translations and Fragments, by Percy Bysshe Shelley. Edited by Mrs. Shelley (1839). Elle expliqua alors que, bien qu’ayant elle-même rédigé la majeure partie de cet ouvrage, elle avait décidé de l’inclure dans les œuvres de Shelley car il racontait une partie de la vie du poète, disparu en 1822.

2La publication de 1817 est composée de quatre éléments. Elle débute par une préface anonyme rédigée par Percy Shelley. Vient ensuite le récit d’un voyage de 1814 intitulé “History of a Six Weeks’ Tour” rédigé par Mary Shelley à partir du journal du couple et signé “M.”. Puis s’ouvre une nouvelle section, constituée de deux lettres écrites par Mary depuis Genève lors d’un second voyage en 1816 (signées “M.”), et de deux lettres écrites par Percy dans la même période (signées “S.”). Enfin, l’ouvrage s’achève avec “Mont Blanc”, poème composé par Percy lors du voyage de 1816.

3C’est Mary qui a rédigé la plus grande partie de l’ouvrage, puisque la section “History of a Six Weeks’ Tour” constitue l’essentiel du récit. Le volume est néanmoins composé de morceaux épars, rassemblés à la hâte pour former un tout dès le retour du couple en Angleterre en septembre 1816. Il est un mélange de différents types de narration (journal, lettres, poésie), un mélange de voix (puisqu’il y a deux auteurs), et un mélange de voies (deux voyages). Cette structure hybride et fragmentée n’est pas sans rappeler celle du premier roman de Mary, Frankenstein, justement en cours de rédaction pendant l’automne 1816.

4La préface écrite par Percy montre qu’il ne considérait pas ce récit comme une œuvre majeure. Sa tactique est donc d’anticiper les critiques en signalant lui-même les imperfections de l’ouvrage. Il commence ainsi :

Nothing can be more unpresuming than this little volume. It contains the account of some desultory visits by a party of young people to scenes which are now so familiar to our countrymen, that few facts relating to them can be expected to have escaped the many more experienced and exact observers, who have sent their journals to the press. In fact, they have done little else than arrange the few materials which an imperfect journal, and two or three letters to their friends in England afforded. They regret, since their little History is to be offered to the public, that these materials were not more copious and complete. This is a just topic of censure to those who are less inclined to be amused than to condemn (13).

5Arrivé à ce point, le lecteur est en droit de se demander pourquoi les auteurs ont pris la peine de faire publier un texte tellement dépourvu d’intérêt. Mais si l’on examine ces affirmations de plus près, on se rend compte qu’elles ne sont pas tout à fait exactes. On sait aujourd’hui que Mary était fière de ce récit, au point de l’inclure entièrement dans sa compilation des œuvres de Shelley. Cette modestie est donc plus conventionnelle que réelle. Par ailleurs, s’il est vrai que les pays traversés avaient déjà été décrits dans une littérature de voyage abondante, peu de touristes s’étaient aventurés sur le continent pendant les guerres napoléoniennes. Après la dernière défaite de Napoléon à Leipzig en 1813, la France avait été envahie par les alliés. En 1814, nos voyageurs ont donc traversé un pays souvent ravagé par la guerre, et les scènes décrites ne sont pas aussi familières pour leurs compatriotes que Shelley le laisse entendre. On peut également noter le courage (ou l’inconscience) de ces trois jeunes Anglais partant à l’aventure dans un pays ennemi du leur et politiquement instable. Ils sont arrivés en France en juillet 1814, alors que Napoléon avait été déchu par le Sénat en avril et envoyé à l’île d’Elbe. Il en revint quelques mois plus tard, en février 1815, entra à Paris, et l’Europe coalisée envahit à nouveau la France. La paix ne fut rétablie que pendant l’été 1816, date du second voyage des Shelley sur le continent. Toutes les références à cette actualité politique différencient leur récit de ceux de leurs prédécesseurs. Enfin, s’il est vrai que le récit est très bref, il n’est pas, comme le dit Shelley, la simple réorganisation d’un journal de voyage suivie de deux ou trois lettres. Mary a entièrement réécrit leur journal. Les seuls passages qu’elle a pratiquement recopiés tels quels sont généralement ceux qui avaient été écrits par Percy. Les quatre lettres ont également fait l’objet de nombreuses modifications. Percy exprime les regrets des auteurs devant les imperfections du récit, qui semble presque être publié malgré eux (“since their little History is to be offered to the public”). En réalité, il a fait de nombreuses démarches auprès des éditeurs pour faire publier ce manuscrit. Il désarme enfin les critiques en insinuant que ceux qui trouveraient ce petit ouvrage incomplet manqueraient de sens de l’humour. Après avoir montré lui-même les faiblesses de l’ouvrage, il peut, dans un deuxième mouvement, indiquer au lecteur ce qui devrait lui plaire dans le récit :

Those whose youth has been past as theirs […] in pursuing, like the swallow, the inconstant summer of delight and beauty which invests the natural world, will perhaps find some entertainment in following the author, with her husband and sister, on foot, through part of France and Switzerland, and in sailing with her down the castled Rhine, through scenes beautiful in themselves, but which, since she visited them, a great Poet has clothed with the freshness of a diviner nature (13).

6Le public visé est celui qui se laisse guider par son imagination et qui recherche avant tout la beauté et les délices offertes par la nature. En plaçant le récit dans le contexte valorisant du Romantisme, Shelley écarte les jeunes gens du flux de voyageurs britanniques qui ont entrepris le Grand Tour depuis plusieurs siècles et les présente comme des voyageurs guidés uniquement par leur plaisir. Remarquons qu’il considère Mary comme l’auteur du récit et qu’il trahit son sexe en disant qu’elle a voyagé avec son mari et sa sœur. Ces deux informations sont légèrement inexactes, puisque Mary n’était encore que la maîtresse de Percy lors de ces deux voyages, et que Claire n’était pas la sœur de Mary mais seulement la fille de la seconde épouse de son père. Le fait que l’auteur soit une femme est sans doute un élément déterminant dans la stratégie discursive de Shelley : une préface minimisant l’intérêt de l’œuvre féminine était alors de bon aloi et servait à rappeler la modestie de l’auteur. Le grand poète auquel il fait ensuite référence est Byron, qui avait écrit cet été-là le troisième chant de son Childe Harold’s Pilgrimage. Cette allusion comprise par les amateurs de poésie consolide le lien avec le Romantisme et met en avant ce qui fait la force du récit. Ses imperfections seront compensées par la description des sentiments que la nature aura éveillés chez les voyageurs. Shelley poursuit :

[The readers] have perhaps never talked with one who has beheld in the enthusiasm of youth the glaciers, and the lakes, and the forests, and the fountains of the mighty Alps. Such will perhaps forgive the imperfections of their narrative for the sympathy which the adventures and feelings which it recounts, and a curiosity respecting scenes already rendered interesting and illustrious, may excite (13-14).

7Après cette préface commence le texte intitulé “History of a Six Weeks’ Tour”, qui s’inscrit immédiatement dans le genre autobiographique. L’auteur parle à la première personne et explique que son journal de voyage a servi de base à son récit, même si elle a aussi puisé dans ses souvenirs. On sait en effet que Mary a utilisé le journal tenu avec Percy pendant la période du 28 juillet au 13 septembre 1814. Elle a repris certaines des pages rédigées par Percy presque mot pour mot, et elle a paraphrasé les autres. La plupart d’entre elles décrivaient des paysages. En revanche, Mary a complètement réécrit ses propres notes, de sorte qu’il ne reste presque plus rien de son style de 1814. Certains incidents rapportés dans le récit ne figurent pas dans son journal mais dans celui de sa “sœur”, Claire Clairmont.

8Le récit est divisé en quatre parties (“France”, “Switzerland”, “Germany”, “Holland”). Il s’ouvre à Londres le 28 juillet 1814, par une sorte d’introduction qui amène les voyageurs à Douvres. Il y a une ellipse complète sur les événements qui ont entraîné cette course précipitée vers la France, ainsi que sur les causes et la destination du voyage. On devine aisément pourquoi ces informations sont passées sous silence. On imagine mal l’auteur expliquer qu’elle a discrètement quitté le domicile paternel en pleine nuit pour s’enfuir avec un homme marié, alors qu’elle n’avait pas dix-sept ans, entraînant sa sœur dans le scandale. Ils sont donc des outcasts quand ils fuient l’Angleterre ; ils ont quitté le droit chemin pour devenir des marginaux. Du fait de l’absence de motif invoqué pour ce voyage, le lecteur non initié comprend mal pourquoi les voyageurs sont si pressés de quitter le pays. En effet, arrivés à Douvres vers 16 heures, ils prennent la décision de louer un petit bateau pour effectuer la traversée vers Calais, au lieu d’attendre tranquillement le paquebot du lendemain. Pour toute explication, le lecteur doit se contenter de : “we very much wished to cross the channel with all possible speed” (15). Cette décision semble d’autant plus hâtive et étrange que le temps se gâte peu après leur départ, et qu’ils n’atteignent Calais que le lendemain matin après une traversée très périlleuse, au lieu d’arriver deux heures plus tard comme prévu. Le récit est totalement dépourvu d’intrigue : le lecteur ignore qui ils sont, pourquoi ils partent et où ils vont exactement, ce qui lui donne l’impression d’être face aux errances de jeunes gens indécis.

9Les étapes du parcours vont alors se succéder avec une rapidité déconcertante. C’est Paris qui retient les voyageurs le plus longtemps (six jours), non pas parce qu’ils sont désireux de visiter la capitale mais parce que les chambres d’hôtel se louent à la semaine et non à la journée, et que, surtout, ils doivent attendre un virement bancaire de l’homme d’affaires de Shelley pour avoir les moyens de continuer leur parcours. L’aspect financier est d’ailleurs décisif tout au long du voyage. Le choix des moyens de transport est souvent dicté par un souci d’économie, notamment pour le trajet du retour, effectué principalement par bateau. Ces mêmes difficultés financières expliquent leur décision de rentrer en Angleterre seulement deux jours après avoir loué un appartement dans une maison en Suisse pour une durée de six mois. Ayant tardivement calculé qu’il ne leur reste que 28 livres alors qu’il leur en a fallu 60 pour atteindre la Suisse depuis Paris, ils prennent rapidement le chemin du retour. Le récit se termine de manière abrupte par leur arrivée en Angleterre après une traversée difficile. Il n’y a aucun bilan, aucune réflexion générale sur le voyage effectué. C’est simplement le retour qui met un terme au récit.

10Ce qui frappe le plus dans cette partie de l’ouvrage est l’improvisation de l’itinéraire. Le parcours n’est pas fixé à l’avance, même si l’on sait aujourd’hui que l’objectif était d’atteindre l’Italie. L’itinéraire se fait en fonction des envies des voyageurs et des aléas de la route. Seul le retour précipité a une cause explicite. En l’absence de raison invoquée pour le voyage, il reste le récit des étapes qui se succèdent rapidement. L’aspect fragmenté de la narration est en parfait accord avec son contenu. Le seul fil directeur est la chronologie, l’avance d’un point à un autre.

11Le récit du voyage de 1816 prend une forme épistolaire. Il est encore plus condensé que le premier, puisque le parcours de l’Angleterre à la Suisse est résumé brièvement dans la première des quatre lettres. Ces lettres ne sont bien sûr pas des lettres vraiment envoyées à quelqu’un. Celles de Mary semblent être des versions littéraires de sa correspondance avec sa sœur Fanny, restée à Londres. Pourtant, la lettre I, théoriquement écrite par Mary, contient presque mot pour mot des passages d’une lettre que Percy a écrite à son ami Peacock le 15 mai 1816. Encore une fois, il est difficile de différencier les voix de ces deux co-auteurs. Il est impossible de savoir si Mary s’est à nouveau inspirée de son journal, car le cahier correspondant à la période de 1816 a été égaré. Il est aussi difficile d’identifier les sources des lettres III et IV, écrites par Shelley. On peut supposer qu’il s’agit également d’un mélange complexe entre des pages de journal, des lettres envoyées à des proches et des souvenirs ayant refait surface lors de la rédaction. Dans ses lettres, Mary s’attarde à décrire les paysages montagneux qu’ils ont traversés et ceux qui les entourent. Puisqu’ils ont eu le temps de se sédentariser lors de ce voyage, elle évoque aussi leurs occupations quotidiennes, leurs promenades et leurs excursions. Elle a aussi davantage le temps d’étudier les habitants et fait des observations moins superficielles que lors du premier voyage. Le trajet du retour n’est pas décrit, de sorte que l’ouvrage se clôt sur le poème de Shelley.

12Sur le plan du contenu, les récits des deux voyages présentent certains éléments sans doute incontournables dans ce genre d’écrits. On peut citer les remarques sur les auberges (prix, qualité de la nourriture, qualité des lits, propreté) ; les moyens de transport (confort, rapidité, prix) ; le temps qu’il fait ; la santé des voyageurs ; les repères géographiques ; quantité d’observations sur les habitants, leurs vêtements et leurs manières. On n’échappe pas aux clichés sur les caractères nationaux : les Français sont tolérants face aux excentricités, mais perpétuellement insatisfaits, souvent sales, vaniteux et grossiers, quoique les serviteurs soient aussi polis et bien élevés que les Anglais les mieux éduqués ; les Suisses sont propres, lents, mais attachés à la liberté ; les Allemands sont excessivement sales et laids. Mary fait également plusieurs remarques d’ordre pédagogique qui révèlent certains préjugés. Par exemple, devant la propreté de la Suisse et de ses habitants succédant à la saleté de la France ravagée par la guerre, elle écrit : “This superior cleanliness is chiefly produced by the difference of religion: travellers in Germany remark the same contrast between the protestant and catholic towns, although they be but a few leagues separate.” (27) Plus loin, Mary décrit une jeune Allemande qui est la seule jolie femme qu’elle ait vue pendant tout le voyage (37). Elle raconte quelquefois des anecdotes sur des gens rencontrés au cours du périple, et s’étend aussi sur certains incidents généralement dus à la grossièreté des autochtones. Ainsi, sur ce qu’elle appelle une diligence par eau en Suisse, leurs compagnons de voyage n’étaient pas des plus raffinés :

Our companions in this voyage were of the meanest class, smoked prodigiously, and were exceedingly disgusting. After having landed for refreshment in the middle of the day, we found, on our return to the boat, that our former seats were occupied; we took others, when the original possessors angrily, and almost with violence, insisted upon our leaving them. Their brutal rudeness to us, who did not understand their language, provoked S*** to knock one of the foremost down: he did not return the blow, but continued his vociferations until the boatmen interfered, and provided us with other seats (32-33).

13En plus de ces ingrédients typiques, le récit comporte des éléments assez originaux, voire subversifs. On remarque d’abord que l’enthousiasme des voyageurs est constant, alors même que leurs conditions de voyage ne sont pas idéales. Après être arrivé aux portes de Provins, au sud-est de Paris, au coucher du soleil et avoir admiré un panorama digne d’être peint, le trio se retrouve dans une auberge dont la nourriture est médiocre et dont les lits sont inconfortables, mais le souvenir de ce magnifique paysage suffit à les rendre heureux (20). De même, lorsqu’ils remontent le Rhin en bateau, ni la présence des voyageurs grossiers et repoussants ni leurs soucis financiers ne les empêchent d’admirer les paysages grandioses qu’ils traversent. Shelley attribue cet enthousiasme à leur jeunesse dans la préface, et l’on peut supposer que la passion amoureuse que les deux jeunes amants vivaient enfin sans contraintes les rendait relativement indifférents aux désagréments de leur situation. La jeunesse est un atout supplémentaire puisqu’elle entraîne des remarques assez naïves mais pleines d’authenticité qu’un voyageur expérimenté n’aurait certainement pas faites, comme celle-ci décrivant leur arrivée à Calais : “I heard for the first time the confused buzz of voices speaking a different language from that to which I had been accustomed; and saw a costume very unlike that worn on the opposite side of the channel.” (16)

14Une autre originalité de ce récit tient au fait que les voyageurs traversent un pays venant d’être ravagé par une guerre, ce qui entraîne de nombreuses références aux événements politiques récents, des remarques sur le caractère barbare des soldats allemands et russes ayant envahi la France, des commentaires sur l’insécurité générée par des bandes de militaires oisifs errant dans les campagnes (on les prévient que les deux jeunes filles risquent d’être enlevées), ou encore des descriptions de la dévastation et de la ruine que les envahisseurs ont semées sur leur passage. On perçoit nettement la désapprobation de Mary face aux méfaits des soldats.

15Il apparaît rapidement que ces Anglais ont une approche très personnelle du voyage. En quittant Paris, ils décident de traverser la France à pied, ce qui est plutôt inhabituel. Ce projet, même s’il leur semble quelque peu excentrique, les séduit par son charme et leur donne le sentiment d’être libérés des conventions sociales. Peut-être ont-ils été inspirés par Wordsworth, dont ils étaient de fervents admirateurs. On sait aussi que Shelley était un grand amateur de marche à pied. Les voyageurs achètent donc un âne, puis une mule pour porter leurs bagages, et parfois aussi l’un d’entre eux. Mais ils sont bientôt contraints de revenir à des moyens de transport plus conventionnels, Shelley s’étant foulé la cheville.

16Ils se distinguent également par de fréquentes références littéraires. Parfois les lectures n’ont pas de rapport avec la situation, comme lorsque Shelley lit à voix haute le récit du siège de Jérusalem de Tacite (31), mais d’autres fois, ces lectures sont plus pertinentes, comme celle de Letters from Norway, un récit de voyage de Mary Wollstonecraft (34), qu’ils lisent le jour du dix-septième anniversaire de Mary. Il y a aussi des références à des œuvres qu’ils n’ont pas lues pendant le voyage mais avant ou après, comme ce jour où ils pique-niquent sous un arbre : “At about one we arrived at Gros Bois, where, under the shade of trees, we ate our bread and fruit, and drank our wine, thinking of Don Quixote and Sancho.” (20) Au moment où elle décrit leur remontée du Rhin, Mary évoque le troisième chant du Childe Harold de Byron, qui décrit magnifiquement les paysages qu’ils étaient en train de traverser (36). En Hollande, elle mentionne un pont tournant déjà décrit par Lady Mary Montagu dans son récit Letters of the Right Honourable Lady M---- W----y M----e : written during her travels in Europe, Asia and Africa (38). Dans sa première lettre de 1816, elle explique également qu’ils lisent des livres en latin et en italien pendant les chaleurs de la mi-journée (44). On note donc un besoin constant de marquer leur appartenance à un milieu littéraire et érudit.

17Un aspect plus subversif du texte tient à l’attachement de l’auteur à certaines valeurs démocratiques et égalitaires. Elle remarque, lors de son deuxième voyage en 1816, que les Français se comportent différemment avec les Anglais depuis la dernière invasion des Alliés (celle de 1815, lors de laquelle les Anglais et leurs alliés ont occupé la France et restauré la monarchie). Loin de s’irriter de l’anglophobie des Français, Mary trouve au contraire leur indignation honorable. N’est-il pas normal qu’ils reportent sur ses sujets leur haine d’un gouvernement étranger qui leur a envoyé des garnisons hostiles et qui a rétabli sur le trône une dynastie Bourbon détestée ? Mary trouve leur réaction très encourageante pour les opprimés de tous les pays d’Europe qui croient encore en la cause de la liberté. Ce sentiment est réitéré dans la lettre suivante, lorsque Mary évoque un monument érigé à Genève à la mémoire de Rousseau, exactement à l’endroit où les partisans genevois de la démocratie ont exécuté les magistrats de la ville lors de l’insurrection de 1792. Le gouvernement révolutionnaire inspiré par la Révolution française s’est maintenu jusqu’en 1795. Les sentiments de Mary à l’égard de cette révolution suisse sont sans ambiguïté : “that revolution, which […], notwithstanding the temporary bloodshed and injustice with which it was polluted, has produced enduring benefits to mankind, which all the chicanery of statesmen, nor even the great conspiracy of kings, can entirely render vain.” (46) Les ravages causés par les révolutions, les bains de sang et les injustices, ne remettent pas en question le bien-fondé de la révolution elle-même. Mary observe d’ailleurs que la Suisse est un pays où l’égalité des classes est plus grande qu’en Angleterre :

This occasions a greater freedom and refinement of manners among the lower orders than we meet with in our own country. I fancy the haughty English ladies are greatly disgusted with this consequence of republican institutions, for the Genevese servants complain very much of their scolding, an exercise of the tongue, I believe, perfectly unknown here (46).

18Ces sentiments égalitaires semblent pourtant disparaître lorsque Mary est confrontée à la classe populaire dont elle fait ici l’éloge. En Allemagne, elle se plaint à plusieurs reprises de leurs compagnons de voyage, et juge ainsi un étudiant allemand sur sa seule apparence : “a kind of shapeless animal, with a heavy, ugly, German face.” (35) Mais ce sont surtout les classes laborieuses qui suscitent son dégoût : “nothing could be more disgusting than the lower order of smoking, drinking Germans who travelled with us.” (36) Devant cette apparente contradiction, il faut se souvenir que Mary avait fait des remarques très positives sur les serviteurs français et suisses pour comprendre qu’elle n’exprime pas ici un préjugé sur les classes populaires, mais qu’elle déplore en fait l’existence du système socio-politique qui les a rendues vulgaires. On peut saluer la démarche audacieuse de ce jeune auteur, qui n’hésita pas à défendre les idéaux égalitaires de la Révolution française dans une Europe redevenue monarchiste.

19S’ils contribuent à donner de l’intérêt au récit, les aspects subversifs ne sont pas au centre des préoccupations des voyageurs. Le rythme endiablé du voyage incite à penser que le groupe poursuit une quête frénétique de quelque chose qui lui échappe. Il est clair qu’ils ne recherchent pas l’art et la culture dans les grandes villes, comme le faisaient les touristes traditionnels. Ils passent six jours à Paris contre leur gré et ressentent ce séjour forcé comme un emprisonnement. Les quelques descriptions que l’on obtient de la capitale tiennent en quelques lignes : ils se sont promenés dans le jardin des Tuileries, mais ont préféré les grands boulevards, bien aérés et bordés d’arbres, et terminés à Saint-Denis par une magnifique cascade. Ces voyageurs ne s’intéressent guère aux villes. Dans une lettre de 1816, Mary affirme d’ailleurs à sa correspondante qu’il n’y a rien à dire sur Genève. À peine sorti de Paris, le trio arrive en vue de Charenton au coucher du soleil. Le panorama qu’ils contemplent les ravit tellement que Claire s’exclame : “Oh! this is beautiful enough; let us live here.” Mary explique que Claire répète la même chose à chaque nouvelle scène car chacune surpasse la précédente : “I am glad we did not stay at Charenton, but let us live here.” (20) Cette anecdote confirme que les jeunes gens étaient partis pour une durée indéterminée, qu’ils n’avaient qu’une vague idée de leur destination, et qu’ils se laissaient guider par leurs envies du moment. La beauté d’un paysage constituait une bonne raison de s’attarder dans un endroit. Plus ils approchent des Alpes et découvrent des spectacles inhabituels pour eux, plus les descriptions de paysages se font longues, nombreuses et poétiques. On se souvient de ce que Shelley avait écrit dans la préface : ils sont comme des hirondelles poursuivant les délices et la beauté du monde naturel. Les termes dénotant le bonheur et le contentement (“happy”, “contented”, “delight”) apparaissent de plus en plus fréquemment au fur et à mesure de leur progression. Rien n’égale les sublimes Alpes, dont les multiples descriptions commencent alors qu’elles sont encore très éloignées :

They were a hundred miles distant, but reach so high in the heavens, that they look like those accumulated clouds of dazzling white that arrange themselves on the horizon during summer. Their immensity staggers the imagination, and so far surpasses all conception, that it requires an effort of the understanding to believe that they indeed form a part of the earth (28).

20Cette vision des Alpes est déterminante dans le choix de la destination : “we resolved to journey towards the lake of Uri, and seek in that romantic and interesting country some cottage where we might dwell in peace and solitude.” (29) Cette information différencie nettement les voyageurs des touristes. Ils voyagent pour le plaisir et le trouvent dans la contemplation des scènes variées que leur offre la nature. Les descriptions des différents paysages ou de l’aspect particulier du ciel et des nuages constituent les passages les plus nombreux et les plus soignés du récit. Ces paysages ont d’ailleurs un pouvoir sur le psychisme des voyageurs. Il arrive qu’après avoir marché toute la journée dans la chaleur, ils doivent continuer de nuit pour atteindre un village. Rappelons que Shelley avait une entorse à la cheville et que Mary, même si elle dit simplement qu’elle était “faible”, était en réalité enceinte. Malgré tout, la beauté d’un site les stimule et les encourage à avancer :

The evening was most beautiful, and the scenery lovely enough to beguile us of our fatigue: the horned moon hung in the light of sunset, that threw a glow of unusual depth of redness over the piny mountains and the dark deep vallies [sic] they enclosed; at intervals in the woods were beautiful lawns interspersed with picturesque clumps of trees, and dark pines overshadowed our road (26).

21Les sentiments éveillés par la beauté de la nature sont aussi importants que les considérations esthétiques elles-mêmes. Il est fréquent que les passages descriptifs soient accompagnés d’une description de l’impact que ces paysages ont sur ceux qui les contemplent, en particulier lorsqu’ils provoquent un sentiment de sublime. Ainsi les orages grandioses qu’ils observent depuis leur maison au bord du lac Léman en 1816 :

The thunder storms that visit us are grander and more terrific than I have ever seen before. We watch them as they approach from the opposite side of the lake, observing the lightning play among the clouds in various parts of the heavens, and dart in jagged figures upon the piny heights of Jura, dark with the shadow of the overhanging cloud, while perhaps the sun is shining cheerily upon us. One night we enjoyed a finer storm than I had ever before beheld. The lake was lit up—the pines on Jura made visible, and all the scene illuminated for an instant, when a pitchy blackness succeeded, and the thunder came in frightful burst over our heads amid the darkness (45).

22Le terme “enjoyed”, en italiques dans le texte, montre à quel point ces instants où se mêlent la terreur et l’admiration sont intensément recherchés par les voyageurs. Tous les aspects de la nature les ravissent, surtout lorsqu’il n’y a pas de trace de présence humaine. C’est comme si les êtres humains gâchaient le paysage. Après avoir décrit les magnifiques rives du Rhin couvertes de vignes, Mary explique que le moment n’était pas aussi parfait qu’elle l’imagine aujourd’hui, que sa mémoire a embelli les choses, car ils étaient en réalité entourés des Allemands repoussants que nous avons déjà évoqués (36). Plus loin, au milieu d’une sombre forêt, les discussions animées de leurs guides venaient rompre le silence, “creating disturbance, where but for them, there was none.” (43)

23C’est là une constante de ce récit, qui représente un détour par rapport aux normes génériques : au lieu de se concentrer sur les conseils concernant le voyage, il ouvre des perspectives philosophiques et esthétiques et rend hommage à la nature sous toutes ses formes. L’expression des sentiments personnels des voyageurs à propos des personnes et des situations qu’ils rencontrent montre aux lecteurs comment ils devraient eux aussi réagir. Ce qui se présente comme un récit de voyage est en réalité une leçon sur la façon d’aborder un voyage avec romantisme.

Haut de page

Bibliographie

Shelley, Mary. Travel Writing. London: William Pickering, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline VARENNE, « La quête romantique de trois voyageurs : History of a Six Weeks’ Tour de Mary Shelley », E-rea [En ligne], 3.1 | 2005, mis en ligne le 15 juin 2005, consulté le 24 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/525 ; DOI : 10.4000/erea.525

Haut de page

Auteur

Caroline VARENNE

Université de Saint-Etienne
Caroline Varenne est PRAG à l’Université de Saint-Etienne. Domaines de spécialité : littérature anglaise du XIXe siècle, écriture féminine, Mary Shelley.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org