Navigation – Plan du site

Voyage et initiation poétique : l’aventure de Keats en 1818

Florence GAILLET–DE CHEZELLES

Texte intégral

1Durant l’été 1818, John Keats partit sillonner le Nord de l’Angleterre et l’ouest de l’Écosse en compagnie de son ami Charles Brown. Ravi à l’idée de vivre des sensations nouvelles, le jeune poète percevait ce voyage comme une étape importante dans sa vie, qu’il entendait désormais consacrer à l’écriture et à la formation de son esprit, comme le révèle cette évocation enthousiaste :

  • 1  Dans toutes les citations, les idiosyncrasies d’orthographe et de ponctuation ont été conservées.

I purpose within a Month to put my knapsack at my back and make a pedestrian tour through the North of England, and part of Scotland—to make a sort of Prologue to the Life I intend to pursue—that is to write, to study and to see all Europe at the lowest expence. I will clamber through the Clouds and exist. (264)1

2Désireux d’associer à cette expédition remarquable son frère Tom, resté à Londres car gravement atteint par la tuberculose, il tint pour lui un journal sous forme de longues lettres plus ou moins régulières. D’autres lettres, à sa famille ou à ses amis, complètent ce journal, fournissant certains détails sur des parties du voyage brièvement résumées dans le “récit” principal dont l’écriture, le soir après une longue journée de marche, était concurrencée par celle de ces missives (305). Le journal de Brown offre également un témoignage intéressant. Dans la lignée des récits de voyage traditionnels, ce texte écrit à la prose soignée diffère profondément du journal de Keats car les deux hommes ne partageaient pas la même approche :

Brown in his Letters puts down every little circumstance I should like to do the same but I confess myself too indolent and besides next winter every thing will come up in prime order as we verge on such and such things. (351)

3Confiant dans les pouvoirs de la mémoire, Keats ne s’évertuait pas à combattre son indolence pour consigner les détails de leur voyage. Il ne trouvait d’ailleurs aucun intérêt aux passages purement descriptifs (329) : loin d’avoir l’ambition, comme Brown, de fournir un itinéraire à d’autres voyageurs, il cherchait avant tout à partager son expérience avec ses proches. Il produisit donc un récit éminemment personnel et subjectif, s’attardant sur ce qui le touchait, d’un point de vue esthétique ou humain, et n’hésitant pas à coucher sur le papier ses humeurs, ses réflexions ou ses questionnements, parfois dans des vers impromptus. Plus qu’un récit de voyage proprement dit, les lettres-journal de Keats constituent donc un témoignage “impressionniste” sur une aventure remarquable qui contribua au développement de son esprit et de ses facultés poétiques, répondant ainsi pleinement à ses attentes :

I should not have consented to myself these four Months tramping in the highlands but that I thought it would give me more experience, rub off more Prejudice, use [me] to more hardship, identify finer scenes load me with grander Mountains, and strengthen more my reach in Poetry, than would stopping at home among Books even though I should reach Homer— (342)

“These Months tramping in the highlands”2

  • 2  Ce titre, comme les suivants, est extrait du passage “programmatique” tout juste cité.

4Du Lake District à l’ouest de l’Écosse, en passant brièvement par l’Irlande, les pérégrinations de Keats et Brown les menèrent dans des régions pittoresques maintes fois décrites par les voyageurs. À la belle saison, les touristes visitaient nombreux ces destinations à la mode et Keats eut plusieurs fois l’occasion de déplorer leur présence. Il estimait ainsi que le lac de Winandermere (ancien nom de Windermere) était défiguré par les “miasmes de Londres” : “I do suppose it contaminated with bucks and soldiers, and women of fashion—and hat-band ignorance.” (299) La région du Loch Lomond avait, elle, perdu de son caractère sauvage, ce qui ternissait quelque peu ses charmes : “Steam Boats on Loch Lomond and Barouches on its sides take a little from the Pleasure of such romantic chaps as Brown and I,” avoua Keats (334). La fréquentation accrue de ces sites favorisait de surcroît l’augmentation des prix. Faute de moyens, Keats et Brown durent renoncer à l’ascension du Ben Lomond et, plus tard, se rabattre sur un chemin éprouvant pour visiter l’île de Staffa en évitant de payer la traversée exorbitante depuis Oban (334).

5S’ils s’inscrivaient dans un mouvement culturel général, Keats et Brown s’en démarquaient par leur mode de déplacement. La plupart des touristes londoniens se déplaçaient en voiture à cheval, alors qu’eux-mêmes avaient choisi de marcher — solution plus économique, qui favorisait de surcroît un contact plus direct avec la nature ou les gens. Ils se distinguaient en outre par leur accoutrement : tous deux portaient des sacs à dos, Keats un chapeau de fourrure et Brown, déjà remarquable par ses lunettes, une veste et un pantalon en tartan, recouverts d’un grand plaid écossais. Ils furent souvent pris pour des colporteurs, parfois même pour des espions ou des collecteurs d’impôts (360).

6Ils parcoururent ainsi plus de six cents miles, avec une moyenne de vingt par jour, sous un ciel assez maussade et par un temps souvent pluvieux qui retardait leurs déplacements ou les rendait plus éprouvants. Véritable exploit physique, leur aventure fut ponctuée par deux ascensions, celle du Skiddaw, point culminant du Lake District, et celle du Ben Nevis, point culminant du Royaume-Uni. Keats éprouvait une fierté particulière à avoir réussi cette dernière, autrement plus difficile : “I am heartily glad that it is done—it is almost like a fly crawling up a wainscoat—Imagine the task of mounting 10 Saint Pauls without the convenience of Stair cases.” (332)

7D’une manière générale, les conditions matérielles de leur périple, qui avaient été de qualité irrégulière dans un premier temps, devinrent nettement moins bonnes, voire franchement mauvaises, dès qu’ils entrèrent dans les Highlands. Alors qu’ils fournissaient des efforts physiques intenses, leurs repas se résumaient souvent à des œufs et des galettes d’avoine. Keats, pourtant peu enclin aux plaintes, exprimait d’ailleurs parfois sa lassitude face à ce régime fruste (337). Dans l’extrait suivant, qui résume à grands traits son voyage, il révèle ainsi, sur un mode humoristique, les fantasmes de nourriture qui l’animaient dans ses périodes d’abattement :

But I must leave joking & seriously aver, that I have been werry romantic indeed, among these Mountains & Lakes. I have got wet through day after day, eaten oat cake, & drank whiskey, walked up to my knees in Bog, got a sore throat, gone to see Icolmkill & Staffa, met with wholesome food, just here & there as it happened; went up Ben Nevis, & N. B. came down again; Sometimes when I am rather tired, I lean rather languishingly on a Rock, & long for some Beauty to get down her Palfrey in passing; approach me with—her saddle bags—& give me—a dozen or two capital roast beef sandwiches. (359-60)

8Suggérant ici les difficultés rencontrées, Keats évoque, sans la nommer, la rude traversée de l’île de Mull. Ces quelque trente-sept miles furent de loin les plus éprouvants du voyage : “The road through the Island, or rather the track is the most dreary you can think of—betwe[e]n dreary Mountains—over bog and rock and river with our Breeches tucked up and our Stockings in hand.” (346) Trouvant refuge dans une cabane de berger enfumée, ils passèrent la nuit à même le sol, dans des vêtements humides ; Keats attrapa alors un mauvais rhume qui dégénéra en un mal de gorge tenace. Fort affaibli, il alla consulter un médecin à Inverness et, sur ses conseils insistants, décida à regret de ne pas poursuivre son voyage.

9S’il ne put aller au bout de son aventure, Keats avait néanmoins vécu des expériences intenses et gardait en mémoire des souvenirs vivaces, liés notamment à sa découverte de paysages grandioses.

“Identify finer scenes load me with grander mountains”

10Avant son voyage de 1818, Keats connaissait surtout de la campagne anglaise les douces collines du Devon. Ce fut donc dans la région des Lacs qu’il contempla pour la première fois des montagnes et il en reçut une très forte impression. Le spectacle de la nature dépassait ses attentes, défiant même ses pouvoirs de description. Ainsi, dans les premières pages de son journal, son évocation du lac et des montagnes de Winander se limite à une juxtaposition de groupes nominaux n’offrant qu’une image vague des divers éléments du tableau : “the Lake and Mountains of Winander—I cannot describe them—they surpass my expectation—beautiful water—shores and islands green to the marge—mountains all round up to the clouds.” (298)Imparfaitement rendue par les mots, l’exceptionnelle beauté de la nature garantissait la pérennité du souvenir tout en contribuant à transformer le regard :

The two views we had of it are of the most noble tenderness—they can never fade away—they make one forget the divisions of life; age, youth, poverty and riches; and refine one’s sensual vision into a sort of north star which can never cease to be open lidded and stedfast over the wonders of the great Power. (299)

  • 3  Ce parallèle est entre autres souligné par Gittings (John Keats 220).
  • 4  Keats cite ici le vers 56 de “To Joanna” de Wordsworth.
  • 5  Voir notre article “Poésie, alchimie et éthique dans l’œuvre de Keats” (La Cassagnère 155-75).

11Plongeant le spectateur dans un profond ravissement, la douce grandeur du paysage épure la perception habituelle en l’élevant au-delà des sensations. Loin d’être éphémère, ce raffinement du regard ouvre la voie à une attitude durable (voir “never cease” ou “stedfast”) : la contemplation émerveillée de l’univers ou, en d’autres termes, la vision poétique, ici exprimée par l’image de l’étoile polaire. Or cette image, plus tard reprise par Keats dans le sonnet : “Bright star”, trouve sans doute son origine dans ces vers tirés de The Excursion de Wordsworth : “[Chaldean Shepherds] Looked on the polar star, as on a guide / And guardian of their course, that never closed / His stedfast eye.” (IV, v. 697-99)3 Comme tend à le suggérer ce rapprochement, l’intensité des émotions du jeune poète tenait sans doute au fait qu’il se trouvait dans un espace marqué par l’image et la poésie de Wordsworth. Bien avant de les découvrir, il avait maintes fois imaginé les lieux chantés par son aîné et il prenait un plaisir certain à les reconnaître au fil du chemin : “I have seen Kirkstone, Loughrigg and Silver How—and discovered without a hint ‘that ancient woman seated on Helm Craig’.” (303)4 L’ombre de Wordsworth planait sûrement aussi sur la cascade d’Ambleside qui, en dépit de sa nature modeste, l’impressionna fort. Envahi par ses sensations visuelles, il éprouva un ravissement si intense que le simple rappel de son expérience suffisait à le raviver, si l’on en croit, du moins, dans cet extrait, le passage fortuit du passé au présent : “I cannot feel with Hazlitt that these scenes make man appear little. I never forgot my stature so completely—I live in the eye; and my imagination, surpassed, is at rest—” (301). La particularité de son expérience sublime tenait au fait que la source d’étonnement majeure n’était point pour lui la force majestueuse de la cascade, mais ce qu’il a appelé son “ton intellectuel” : “What astonishes me more than any thing is the tone, the coloring, the slate, the stone, the moss, the rock-weed; or, if I may say so, the intellect, the countenance of such places.” (301) Loin d’être une pure abstraction, l’intellect si remarquable de la cascade était ancré dans la matière et émanait directement des éléments naturels composant le tableau, comme le suggère l’équivalence hardie : “or, if I may say so”. Pour Keats, la réalité matérielle du lieu semblait sublimée, comme si la nature avait œuvré à sa spiritualisation, transformant le paysage selon un processus qu’il percevait comme proprement poétique. Il envisageait en effet souvent la création poétique en termes de transformation chimique, plus précisément, de distillation ou de spiritualisation5, et cette métaphore se retrouve dans la phrase suivante évoquant sa réaction face à la cascade :

I shall learn poetry here and shall henceforth write more than ever, for the abstract endeavor of being able to add a mite to that mass of beauty which is harvested from these grand materials, by the finest spirits, and put into etherial existence for the relish of one’s fellows. (301)

12Keats était donc convaincu qu’en contemplant un paysage déjà doté à ses yeux d’une “existence éthérée”, il apprendrait la poésie ; en tirant les leçons de son expérience, il pourrait lui-même opérer une transmutation similaire et ajouter un peu de beauté à l’univers.

13Parce qu’elle fut source d’une émotion esthétique intense et d’une illumination poétique précieuse, la cascade d’Ambleside est longuement évoquée dans son journal. Or de telles descriptions détaillées sont assez rares sous la plume du poète car elles étaient pour lui sources d’ennui : “descriptions are bad at all times” (301). Il se dérobait donc parfois aux conventions épistolaires par d’habiles pirouettes. Ainsi, au lieu d’infliger à son ami Reynolds un résumé ordonné de son voyage, il le gratifia d’une évocation humoristique inspirée de Gulliver’s Travels (III, 5) :

I’ll not run over the Ground we have passed. that would be merely as bad as telling a dream—unless perhaps I do it in the manner of the Laputan printing press—that is I put down Mountains, Rivers Lakes, dells, glens, Rocks, and Clouds, With beautiful enchanting, gothic picturesque fine, delightful, enchancting, Grand sublime—a few Blisters &c—and now you have our journey thus far. (322)

  • 6  L’attitude du poète lui-même semble autoriser cette interprétation symbolique puisque “Read me a L (...)

14Malgré ses réticences, Keats dépeignait les paysages qu’il jugeait exceptionnels. Il rapporta ainsi en détail son ascension du Ben Nevis, qui l’ouvrit à des sensations jusqu’alors inconnues. Il fut en effet fasciné par les failles et les crevasses ou encore par le spectacle orchestré par les nuages qui, ménageant des trouées toujours changeantes, entretenaient le plaisir des grimpeurs sans assouvir leur curiosité. Par ailleurs, le simple fait de se trouver au sommet d’une montagne procura à Keats des impressions visuelles inédites, difficiles à exprimer : “I do not know whether I can give you an Idea of a prospect from a large Mountain top,” avoua-t-il à Tom (353). Son expérience la plus inattendue fut alors de découvrir la faculté qu’a le regard de passer soudain, sans solution de continuité, d’un espace proche et délimité à un espace lointain, démesurément grand, voire infini. S’il souligne, dans son journal, la radicale nouveauté du phénomène, Keats ne le commente pas plus avant. On peut toutefois supposer que cette juxtaposition de deux plans conçus comme distincts, mais néanmoins embrassés dans un même regard, dut raviver ses questionnements sur les rapports entre le réel et l’idéal — tension fondamentale qui forme le cœur de certains de ses poèmes, “Ode to a Nightingale” notamment6.

  • 7  Voir Letters 306 et Hyperion II, v. 33-38.

15Quelques jours avant cette ascension, Keats avait vécu d’autres expériences mémorables donnant lieu à de longues descriptions : la découverte de l’île d’Iona, avec ses ruines religieuses et ses sépultures royales, et surtout celle de l’île de Staffa, avec ses fantastiques formations basaltiques. Source d’étonnement pour tous les voyageurs, ces curiosités naturelles touchèrent directement l’imagination poétique de Keats, qui trouva en Fingal’s Cave le décor idéal pour l’évocation des Titans au livre II de son futur poème Hyperion, commencé peu de temps après son retour d’Écosse (348-9). Il avait ainsi été frappé par le grondement des vagues s’engouffrant dans une cavité rocheuse au fond de Fingal’s Cave et cette impression sonore lui fournit une image originale pour caractériser la voix d’Enceladus : “The ponderous syllables, like sullen waves / In the half-glutted hollows of reef-rocks, / Came booming thus” (II, v. 305-307). Si la description des Titans se nourrit bien de la visite du poète à Staffa, elle s’enrichit également d’une autre expérience mentionnée dans son journal : la découverte, à la tombée du jour, d’un cromlech situé non loin de Penrith (dans la région des Lacs)7.

  • 8  Pour d’autres exemples de ce réinvestissement, voir Gittings (The Living Year 225-9).

16En découvrant, comme il l’avait espéré, des paysages grandioses, Keats enrichit son esprit d’images et de sensations nouvelles plus tard réinvesties dans sa poésie, de façon plus ou moins directe8. Mais là ne se limitait pas l’intérêt de son aventure, comme le signalent ces vers légers tirés du poème autobiographique “Naughty Boy” : “There was a naughty Boy / And a naughty Boy was he / He ran away to Scotland / The people for to see.” (315)

“Give me more experience, rub off more Prejudice, use me to more hardship”

17Observant avec jubilation des danses écossaises, Keats avoua : “This is what I like better than scenery. I fear our continued moving from place to place, will prevent our becoming learned in village affairs; we are mere creatures of Rivers, Lakes, & mountains.” (307-8) Il éprouvait en effet un intérêt profond pour les gens et sa curiosité était redoublée par sa présence en pays “étranger” puisque, malgré son appartenance au Royaume-Uni, l’Écosse conservait jalousement son identité. Il eut ainsi souvent le sentiment distinct d’une altérité foncière qui se renforça dans les Highlands :

I am for the first time in a country where a foreign Language is spoken—they gabble away Gaelic at a vast rate—numbers of them speak English—There are not many Kilts in Argylshire—At Fort William they say a Man is not admitted into Society without one—the Ladies there have a horror at the indecency of Breeches. (338)

18Très positive, sa première rencontre avec la culture écossaise, à travers les danses endiablées d’Ireby, renforça chez lui l’idée de la richesse des différences culturelles. Il ne conserva pourtant point une telle ouverture d’esprit durant tout son voyage car, comme il l’avouait lui-même, des préjudices venaient parfois fausser sa vision (309). Il s’efforça néanmoins de juger avec impartialité de la société écossaise soumise à “l’horrible domination” de l’Église (319), mais ses conclusions l’emplissaient d’amertume : “ We live in a barbarous age” (320). Or cette “barbarie” de l’époque trouvait une illustration encore plus frappante en la misère des Irlandais, clairement perçue au cours d’une brève incursion dans leur île : “On our walk in Ireland we had too much opportunity to see the worse than nakedness, the rags, the dirt and misery of the poor common Irish—” (321). La figure la plus emblématique de cette déchéance était sans conteste une vieille femme totalement déshumanisée à qui Keats avait amèrement décerné le titre de “Duchess of Dunghill”.

19Quelques jours plus tard, de retour en Écosse, il s’essaya à une rapide comparaison entre les caractères écossais et irlandais — exercice assez banal dans les récits de voyage. Son originalité tenait toutefois à la conscience aiguë du caractère biaisé de sa vision, impliqué par sa qualité de touriste anglais : “It seems to me they are both sensible of the Character they hold in England and act accordingly to Englishmen—Thus the Scotchman will become over grave and over decent and the Irishman over-impetuous.” (330-1) S’il se plia de bonne grâce à cet exercice imposé, Keats était davantage intéressé par les individus réellement rencontrés. Ainsi, plutôt que de donner une image abstraite de la vie dans les Highlands, il choisit de décrire l’auberge de Ford et ses environs, accordant une bonne place aux gens en ne manquant point d’en souligner les traits typiques : leur emploi du gaélique ou encore leur habitude de vaquer pieds nus à leurs occupations (339).

20À côté de ces figures emblématiques, une série d’individus associés à des anecdotes mémorables peuplent le journal de Keats. Ils sont en général présentés très brièvement et leur souvenir est parfois cristallisé autour d’une expression, retranscrite selon une graphie et une ponctuation particulières visant à en suggérer le ton, le rythme ou la prononciation. À Endmoor, les deux amis croisèrent ainsi “one Richard Bradshaw a notorious tippler” qui, venant se camper sous le nez de Brown, lui demanda : “Do—yo  u sell Spect—ta—cles ?” (310-1). La rencontre, dans le cottage de Burns, d’un homme qui se présentait comme “a curious old Bitch” donna lieu pour sa part à une longue description remplie de bile : laissant se déchaîner sa rage, Keats alla jusqu’à invoquer Vathek (le héros cruel de Beckford) pour se débarrasser du “mahogany faced old Jackass” (324). Les lettres-journal mentionnent également des personnes qui, par une action inopinée, lui procurèrent des instants de plaisir. Il en va ainsi des deux vieillards qui agrémentèrent de ballades la traversée vers l’Irlande ou encore de cette habitante de l’île de Mull qui, sans mot dire, les remit sur le bon chemin en les accompagnant un temps sur un chemin détrempé par la pluie, “in a missling rain and splashy way” (343).

21Croisés au hasard des chemins, tous ces gens vinrent animer le voyage de Keats et, partant, son journal. Mais l’ombre de deux figures plane de manière beaucoup plus prégnante sur son périple. Wordsworth est ainsi le grand absent des premiers jours. S’étant présenté à Rydal Mount, sa demeure, Keats fut déçu de n’y trouver personne ; il laissa un mot, mais son amer dépit renforça la désillusion qu’il avait éprouvée la veille en apprenant que “Lord Wordsworth” (notons la grinçante ironie du titre) menait une existence de notable dans la région (299) et soutenait activement Lord William et Henry Lowther, les candidats Tory, dans la campagne pour les élections législatives — diligence politique qui lui valut d’apparaître dans le poème satirique “All gentle folks who owe a grudge”. Ainsi endommagée, son image fut bientôt supplantée, dans l’esprit de Keats, par celle d’un autre poète qu’il admirait : Robert Burns.

22Décédé en 1796, le célèbre écrivain écossais repose au cimetière de Dumfries ; passant dans cette ville, Keats ne manqua point d’aller sur sa tombe. Commémorant cette occasion, “On Visiting the Tomb of Burns”, un sonnet composé sur le moment “in a strange mood, half asleep” (309), évoque un paysage baigné d’une atmosphère d’étrange irréalité. À l’image de l’été tout juste naissant mais déjà blême (“paly”) et irrémédiablement éphémère (“short-lived”), la nature tout entière semble marquée du sceau de la mort. Or cette tonalité lugubre est le fruit d’une imagination maladive qui flétrit toute beauté et dessine un espace dans lequel “All is cold Beauty, pain is never done” (v. 8). De fait, loin d’être perçu dans sa matérialité concrète, le paysage décrit par Keats paraît imaginaire, tout droit tiré d’un rêve ancien : “a dream, / I dreamed long ago” (v. 3-4). Cette impression d’irréalité donne le sentiment que, s’étant projeté dans l’avenir, Keats vivait son expérience présente comme s’il s’était déjà agi d’un souvenir lointain ; l’atmosphère glaciale pourrait même laisser penser que c’était avec un regard d’outre-tombe qu’il contemplait les environs de Dumfries. Or, en remarquant que la fin du sonnet fait écho à la méditation sur la mort de Hamlet, A. Ward (198) a justement suggéré que ce jour-là, Keats s’était figuré qu’il se tenait, non point près de la tombe de Burns, mais près de la sienne propre, péchant ainsi, par l’activité excessive de son imagination, contre la mémoire du poète ; d’où ces remords : “Burns! with honor due / I have oft honoured thee. Great shadow; hide / Thy face, I sin against thy native skies.” La lettre dans laquelle figure ce poème marqué par l’angoisse se clôt sur une référence plus légère à Burns puisque Keats y rapporte avec plaisir sa découverte du whisky et du “toddy, very pretty drink, & much praised by Burns” (309).

23Accompagné par la pensée du poète dans ses pérégrinations écossaises, Keats ne manqua point d’interroger les paysans à son sujet, recevant alors des témoignages de modeste reconnaissance (322-3) . Il restait pourtant obsédé par l’idée du sort miséreux de son aîné au milieu de ce peuple austère, oppressé par l’Église :

Poor unfortunate fellow—his disposition was southern—how sad it is when a luxurious imagination is obliged in self defence to deaden its delicacy in vulgarity, and riot in thing[s] attainable that it may not go mad after thing[s] which are not. (319-20)

24Il s’efforça néanmoins de dissiper ces sombres pensées à l’approche d’Ayr, le village natal de Burns. Frappé par la beauté de cette région pastorale, il ressentit, en contemplant les grandioses montagnes qui barraient l’horizon, une forte élévation esthétique, aussitôt traduite en termes de création poétique : “How is it they did not beckon Burns to some grand attempt at Epic”, se demanda-t-il alors (331). Les poèmes de Burns accompagnaient en effet ses pensées, formant même un prisme à la lumière duquel il lisait le paysage. Il prit ainsi grand plaisir à découvrir certains lieux de la ballade “Tam o’Shanter” ou encore à se plier à son injonction finale : “Remember Tam o’Shanter’s old grey mare” en prisant un peu de tabac à l’endroit où les sorcières lui avaient arraché la queue (331).

25La visite au cottage natal de Burns, alors transformé en échoppe à whisky, fut fort désagréable pour Keats car un impudent lascar, qui avait connu le poète, gâcha son plaisir en racontant moult anecdotes, l’empêchant ainsi d’écrire des vers dignes de l’occasion : “his gab hindered my sublimity. —The flat dog made me write a flat sonnet” (324-5). Si ce manque d’inspiration s’explique en partie par les inanités du “flat dog”, la raison fondamentale semble plutôt en être la conscience aiguë de la misère de Burns, comme en témoigne ce passage :

His Misery is a dead weight upon the nimbleness of one’s quill—I tried to forget it—to drink Toddy without any Care—to write a merry Sonnet—it wont do—he talked with Bitches—he drank with Blackguards, he was miserable—We can see horribly clear in the works of such a man his whole life, as if we were God’s spies. (325)

26Empruntant au Roi Lear l’image des “espions de Dieu” (V, 3, v. 17), Keats souligne à quel point la misère qu’il avait sentie dans les œuvres de Burns s’ancrait dans la réalité de sa triste existence. Lorsqu’en arrivant près d’Ayr, il avait découvert un paysage riant au lieu des terres désolées qu’il s’était imaginées, il s’était indigné de ses préjugés (323). Mais sa visite au cottage de Burns l’avait finalement convaincu que son impression faussée n’était pas un véritable préjugé car elle s’accordait à la vision du poète : peu fidèles aux apparences naturelles, les mornes paysages de ses vers reflétaient sa détresse intérieure, qui s’y trouvait comme projetée.

27Renforçant l’empathie de Keats, la visite au lieu de naissance de Burns, décédé avant d’avoir accompli toutes ses promesses, vint raviver en lui l’idée de sa propre mort, comme le suggère le premier vers, tristement prophétique, du sonnet composé à Ayr : “This mortal body of a thousand days” (Stillinger 206-7). Prétextant sa piètre qualité, Keats ne transcrivit jamais ce poème dans ses lettres et en détruisit même le manuscrit (après toutefois que Brown en eut copié une version). Or s’ils ne sont pas brillants, ces vers ne sont pas non plus franchement mauvais et leur destruction s’explique sans doute par la peur qu’avait le poète de voir ses correspondants y déceler, comme s’ils étaient des “espions de Dieu”, l’idée angoissée de sa mort. Or cette pensée inquiétante se retrouve dans “There is a joy in footing slow across a silent plain”, poème “cousin germain” du sonnet détruit (344), composé quelques jours plus tard. Tirant les leçons de son pèlerinage sur les traces de Burns, ce texte — profondément personnel, mais écrit à la troisième personne — évoque les dangers d’une imagination toute puissante qui, faute d’être contrecarrée par un solide ancrage dans la réalité, risque d’entraîner l’esprit de l’homme au-delà des limites naturelles dans un espace irréel et mortifère.

28Source de graves réflexions existentielles, la confrontation avec la mémoire de Burns se révéla donc particulièrement troublante pour Keats. Elle stimula néanmoins son imagination puisqu’en dehors des poèmes spécifiquement liés au “bardie”, ce fut sûrement son exemple qui l’incita à composer des ballades comme celle de Meg Merrilies ou plus encore “Ah! ken ye what I met the day”, écrite dans une langue dialectale à l’imitation du “langage écossais” de son aîné.

“Strengthen more my reach in poetry”

29Écrits à la hâte, sur un ton souvent humoristique ou satirique, les poèmes que Keats composa durant son voyage ne sont généralement pas de très grande qualité. Mais, dans une perspective plus large, l’aventure de 1818 permit un développement remarquable de ses pouvoirs littéraires. D’une part, la leçon poétique de la cascade d’Ambleside l’aida à mieux comprendre les processus de transmutation à l’œuvre dans la création artistique. D’autre part, ses diverses expériences humaines contribuèrent à la croissance de son esprit et à l’évolution de sa pensée. Lui faisant prendre conscience des dangers d’une imagination trop stimulée, ses réactions sur les lieux marqués par le souvenir de Burns ouvrirent la voie à des questionnements plus poussés sur la valeur réelle de cette faculté qu’il avait jugée reine à ses débuts. La figure de Burns était en outre une illustration poignante de la misère et de la souffrance qu’il put quotidiennement observer. Or la confrontation avec ces tristes réalités le fit sans nul doute mûrir, lui donnant peut-être même l’“esprit complexe” qu’il admirait chez son ami Bailey : “one that is imaginative and at the same time careful of its fruits—who would exist partly on sensation partly on thought—to whom it is necessary that years should bring the philosophic Mind” (186). Si le jeune poète n’avait pas encore atteint l’esprit philosophique, son souci pour les maux affectant les habitants des régions traversées le plaçait néanmoins déjà au rang des philanthropes, ces hommes qui, dans The Fall of Hyperion (1819), pouvaient seuls accéder au temple jalousement gardé par la prêtresse Moneta. À l’image de son double poétique, le narrateur de The Fall, Keats se distinguait donc des rêveurs, confortablement installés dans leur sphère idéale, et pouvait espérer devenir un jour un poète digne de ce nom : “A humanist, physician to all men” (I, v. 190).

  • 9  D’après la première citation de cet article.

30Par ses apports poétiques précieux, le voyage de 1818 fait ainsi figure de prélude à ce que Gittings a appelé “The Living Year”, cette année féconde allant de septembre 1818 à septembre 1819, durant laquelle Keats écrivit ses meilleurs vers, notamment les odes. Le jeune poète avait donc réussi son audacieux pari : he had clambered through the clouds, and existed9.

Haut de page

Bibliographie

Brown, Charles. “Walks in the North, During the Summer of 1818” in The Letters of John Keats vol. 1, 298-363.

Gittings, Robert. John Keats. London: Heinemman, [1968] 1970.

—. John Keats: The Living Year. London: Heinemman, [1954] 1960.

Keats, John. The Letters of John Keats (vol. 1). Ed. H. E. Rollins. Cambridge: Harvard University Press, 1958.

—. Complete Poems. Ed. J. Stillinger. Cambridge: Harvard University Press, 1982.

La Cassagnère, Christian (ed.). Keats ou le sortilège des mots. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 2003.

Ward, Aileen, John Keats: The Making of a Poet. London: Secker & Warburg, 1963.

Haut de page

Notes

1  Dans toutes les citations, les idiosyncrasies d’orthographe et de ponctuation ont été conservées.

2  Ce titre, comme les suivants, est extrait du passage “programmatique” tout juste cité.

3  Ce parallèle est entre autres souligné par Gittings (John Keats 220).

4  Keats cite ici le vers 56 de “To Joanna” de Wordsworth.

5  Voir notre article “Poésie, alchimie et éthique dans l’œuvre de Keats” (La Cassagnère 155-75).

6  L’attitude du poète lui-même semble autoriser cette interprétation symbolique puisque “Read me a Lesson muse” (sonnet écrit au sommet du Ben Nevis) témoigne d’une lecture analogique du paysage (358).

7  Voir Letters 306 et Hyperion II, v. 33-38.

8  Pour d’autres exemples de ce réinvestissement, voir Gittings (The Living Year 225-9).

9  D’après la première citation de cet article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence GAILLET–DE CHEZELLES, « Voyage et initiation poétique : l’aventure de Keats en 1818 », E-rea [En ligne], 3.1 | 2005, mis en ligne le 15 juin 2005, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://erea.revues.org/527 ; DOI : 10.4000/erea.527

Haut de page

Auteur

Florence GAILLET–DE CHEZELLES

Université Victor Segalen-Bordeaux II
Florence Gaillet de Chezelles, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, est actuellement ATER à l’Université Victor Segalen-Bordeaux II. Ses recherches portent sur la période romantique, plus particulièrement la littérature. Elle a soutenu une thèse intitulée Wordsworth ou la déambulation : marche et démarche poétique et publié une traduction commentée : Dorothy Wordsworth. William Wordsworth. Voyage en Ecosse. Journal et poèmes (Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2002, coll. “Versions françaises”).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org