Skip to navigation – Site map
2. Frontières dans la littérature de voyage : nouvelles pistes de recherche
II/ Frontières géographiques

Charles Doughty, un orientaliste engagé

Catherine DELMAS

Abstracts

Charles Montagu Doughty (1843-1926) was a scientist and a poet who explored Arabia for two years, from 1876 to 1878, after a Grand Tour of Europe and the Middle East in order to complete his education and his training as a geologist and a linguist. Travels in Arabia Deserta (1888) is both a geological treatise, a topographical and cartographic survey, an archeological and epigraphic study and an anthropological narrative, in which the scientific dimension dovetails with a mimetic and axiological function. The plurality of his various fields of interest raises the issue of his involvement at the service of his nation, even though he was neither a conqueror nor a colonizer. He defended the advancement of Western knowledge, the ideological values and Christian beliefs of his country, and the purity of the English language.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 D.G. Hogarth, The Life of Charles M. Doughty (New York: Doubleday, 1929) p 3-4 ; biographie récente (...)
  • 2 Charles Doughty, Travels in Arabia Deserta, 2 vols. (1888. New York : Dover Publications, 1979), 31 (...)

1Charles Montagu Doughty (1843-1926), issu d’une famille de la noblesse anglaise du Suffolk, d’une lignée de squires, d’officiers de marine et d’hommes d’Église, étudiant à Cambridge, se passionne très tôt pour les sciences naturelles et plus particulièrement la géologie, si l’on en croit son biographe D.G. Hogarth.1 Ses recherches le conduisent tout d’abord en Norvège où il étudie les glaciers ; il voyage ensuite pendant près de dix ans à travers l’Europe (la Hollande, l’Espagne, l’Italie, la Grèce) et le Moyen-Orient (l’Égypte, le Sinaï, la Palestine et la Syrie) comme il l’indique dans sa préface à la seconde édition de Travels in Arabia Deserta2 pour parfaire sa formation de géologue mais également de linguiste, et découvrir le monde en digne héritier des voyageurs du Grand Tour, comme l’a fait son père avant lui. Dans l’année qui précède son séjour de près de deux ans en Arabie, de novembre 1876 à août 1878, Doughty passe de longs mois dans la région de la Mer Morte et du Jourdain ; il a également parcouru le Sahara algérien bien des années auparavant (AD I 50, 629).

2Doughty n’est pas un néophyte du désert lorsqu’il quitte Damas en 1876 en compagnie des pèlerins du Hajj pour se rendre à Petra sur les traces de Johann-Ludwig Burckhardt, l’explorateur orientaliste suisse qui découvrit la nécropole nabatéenne en 1812.3 Il se rend ensuite à Meidán Sâlih, site nabatéen de Al-Hijr ou Hegra situé plus au sud4 en Arabie et dont il a entendu parler lors de son séjour à Maan. Il se met en route sans le soutien de la Société Royale de Géographie5 ni, comme il le confie dans le premier chapitre de Travels in Arabia Deserta, l’appui du consul britannique et du Wàly, le gouverneur de Syrie, qui se déchargent donc d’une quelconque responsabilité à son égard. Il quitte ensuite le pèlerinage pour partager la vie de nomades qu’il accompagne à Teyma, Hayil, Khaybar,6 Boreyda et Aneyza afin d’explorer le centre de l’Arabie. Doughty n’est pas seul à se rendre en Arabie à cette époque comme l’atteste la publication de récits de voyage contemporains de Travels in Arabia Deserta : Travels in the Great Desert of Sahara, in the Years of 1845 and 1846 (1848), Personal Narrative of a Pilgrimage to al-Madinah & Mecca de Francis Richard Burton (1855), Beduin Tribes (1878) et Pilgrimage to Nejd (1879) de Lady Anne Blunt, ou encore Southern Arabia de James Theodore et Mabel Virginia Bent (1896).7

  • 8 « The book is not milk for babes » (AD I 29), préface à la première édition.
  • 9 Une des trois fonctions de la description représentative, soulignée par Jean-Marc Moura dans Lire l (...)
  • 10 Le sámn est du beurre clarifié.

3Le récit de son périple n’est pas un conte pour enfants.8 Doughty fait part au lecteur de ses difficultés, de sa solitude, de sa fatigue, de la faim et de la pauvreté. Affirmant haut et fort sa foi chrétienne, il est en butte à l’hostilité des pèlerins du Hajj, des Bédouins et des habitants des villages où il est parfois retenu captif ou d’où il est chassé. Son arrivée à Jidda, à laquelle il consacre un seul paragraphe à la fin du second volume après un récit de mille deux cent quarante-huit pages (édition Dover), marque brutalement la fin du voyage et renvoie, en boucle, à la situation initiale : dans l’incipit, un ami de longue date rencontré dans une rue de Damas l’invite à narrer son histoire et à lui expliquer les raisons de son voyage. Le cadre ainsi formé par le retour à Damas oriente le regard du lecteur sur ce qu’il nous donne à voir, à entendre et à sentir, dans une approche mêlant discours scientifique, lyrisme et synesthésie, ainsi que réalisme. Ce récit, véritable fenêtre ouvrant sur le désert d’Arabie, a une triple dimension mathésique,9 mettant en scène un savoir et un lexique scientifiques pluridisciplinaires, une dimension subjective et axiologique, par la mise en scène de soi et l’affirmation de valeurs morales, et mimésique par la représentation du monde qu’il veut fidèle : « The book [...] might be likened to a mirror, wherein is set forth faithfully some parcel of the soil of Arabia smelling of sámn10 and camels » (AD I 29, préface).

4Dans ce récit, Doughty a souhaité tout dire, tout montrer, mêlant vision panoramique lorsqu’il décrit les plateaux volcaniques et les étendues désertiques et vision de près, dans les moindres détails, allant de l’humain au végétal ou au moindre caillou. Le récit reflète cette double vision lorsque le souvenir de l’expérience vécue, narrée au prétérit, est entrecoupé de généralisations, déductions ou commentaires au présent simple, destinés à instruire un lecteur déjà averti, qu’il soit archéologue, spécialiste d’épigraphie, géologue ou encore linguiste. Le récit mêle la description, la narration et le dialogue, car il a souhaité rapporter les paroles de ceux qu’il a rencontrés ou dont il a partagé la vie. Le rythme du récit oscille ainsi entre pauses descriptives, descriptions au fil de la marche, lorsque Doughty, accompagnant les pèlerins du Hajj puis les nomades, promène son miroir le long des chemins, narration du quotidien, reflétant son souci d’exhaustivité et une méticulosité qui transparaît également dans le trait précis et délicat de ses gravures, et tension agonistique des dialogues lorsqu’il est en butte à l’hostilité des habitants ou des officiers turcs.

  • 11 Edward W. Saïd, Orientalism (New York: Vintage Books, 1979) ; Culture and Imperialism (London: Chat (...)
  • 12 Voyages en Arabie déserte. Paris : Éditions Karthala, 2002.

5Travels in Arabia Deserta est tout d’abord un récit de voyage dans la Péninsule arabique, relaté au jour le jour mais reconstruit pendant les dix années d’un long processus d’écriture (l’ouvrage n’est publié qu’en 1888 après avoir été refusé par la Société Royale de Géographie en 1883) ; c’est également un traité de géologie, un relevé topographique et cartographique, une étude archéologique et épigraphique et un manuel d’anthropologie. Récit hybride par ses multiples facettes, il propose au lecteur un ensemble complet et indispensable de connaissances sur l’Arabie comme l’a souligné T.E. Lawrence dans son introduction : « Doughty’s completeness is devastating. There is nothing we would take away, little we could add » ; « There can never be another picture of the whole in our time, because here it is all said and by a great master. [...] He seems to have recorded everything » (AD I 17-18). Tout dire, englober tous les champs du savoir sur l’Orient, dans un récit d’exploration écrit par un voyageur occidental au XIXe siècle, correspond à la définition de l’orientalisme et aux disciplines mises en avant par Edward W. Saïd, telles que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la philologie,11 ainsi qu’au regard scientifique de l’explorateur ainsi défini par M.L. Pratt : « a male, urban, lettered, white authority » (1992, 30). Les trois concepts clefs énoncés par Pratt dans son ouvrage semblent en effet caractériser le voyage et la posture de l’écrivain : l’Arabie comme zone de contact, dans un contexte qui n’est cependant pas celui de relations impériales, le regard scientifique qui se prétend « innocent » et que Pratt nomme « anticonquest », et « the monarch-of-all-I-survey scene », lieu d’une interaction entre esthétique et idéologie (1992, 200). L’étude de la personnalité ambigüe, du point de vue et du discours de Doughty nous permettra de corroborer ces hypothèses et de souligner l’engagement d’un orientaliste apprécié par ailleurs pour son ouverture à l’Autre, par T.E. Lawrence ou D.G. Hogarth, son premier biographe, mais aussi par des lecteurs contemporains, notamment Jean-Claude Reverdy qui a effectué la traduction de l’ouvrage.12 Nous verrons en premier lieu que Doughty est un ardent défenseur des valeurs de la nation britannique, qu’il s’inscrit dans une lignée d’orientalistes malgré ses dénégations, et enfin que son discours scientifique et religieux confirme la portée idéologique du récit.

1. L’engagement au service de la nation britannique

6Doughty semble de prime abord être un voyageur solitaire, à part, exceptionnel par la durée du séjour, les difficultés rencontrées, la longueur et la précision du récit, la somme de connaissances qu’il convoque. Il a ainsi traversé seul et sans protection des régions encore mal connues, où seuls quelques Européens se sont aventurés, souvent sous une fausse identité comme Richard Francis Burton en 1853, ou en acceptant de se convertir à l’islam comme le signale Doughty dans son récit. Marcheur solitaire tel qu’il se présente, « a sâiehh [...], a walker about the world » (AD I 315), il n’a rien d’un conquérant. Seules son endurance et sa détermination, ainsi que les risques encourus, mettent en lumière son esprit pionnier, comme l’atteste T.E. Lawrence (AD I 18). Doughty se défend d’être un espion au service de la Grande-Bretagne, comme le seront T.E. Lawrence ou Gertrude Bell, et s’il se pose en défenseur de l’Empire britannique, il affirme aux Bédouins qui l’interrogent que les chrétiens n’ont pas l’intention d’envahir l’Arabie :

‘The Nasâra will not invade you, this was never a land of ours : and besides their own, they have other great lands beyond the seas, not long discovered, and full of the benediction of Ullah ; land of water and green as the garden of Damascus. In them there is a temperate air, barâd, without great heat or cold, and there is room for you all my friends, they would receive you freely and welcome you thither’. (AD I 434)

  • 13 Frankistan , terme archaïque se référant à l’Europe, la terre des Francs.

7Doughty semble davantage un héros aventureux qu’un aventurier mû par l’appât du gain ou de conquête, pour reprendre la distinction faite par Vladimir Jankélévitch (1963, 10). Cependant, même s’il n’a pas le soutien des autorités britanniques ni de la Société Royale de Géographie dont le rôle dans l’essor du colonialisme est indéniable, peut-on le considérer pour autant comme étant coupé des siens et de la nation dont il est issu ? Il tient l’Empire britannique et l’émigration pour un fait acquis, sans les remettre en question, comme le montre la citation ci-dessus ; il croit d’autre part à la mission civilisatrice de l’Europe, au progrès qu’elle peut apporter, par exemple grâce à la construction d’une voie de chemin de fer, en comparaison à la destruction et à la ruine apportées selon lui par l’Empire ottoman, comme l’indique une citation où il exprime son point de vue par les paroles rapportées d’un marchand de Damas : « Seeing that the Turks (which devour all and repair nothing) leave such a fresh country in ruins, might not some of your ingenious people of Frankistan lay an iron-way hither ?13 » (AD I 56). Doughty est fils de pasteur et s’il n’est pas un missionnaire désirant convertir les autochtones, ce qui aurait été impossible en Arabie à une époque où les chrétiens étaient menacés de mort s’ils tentaient de pénétrer dans les lieux saints de Médine et La Mecque, il clame constamment son appartenance religieuse et défend sa foi contre l’islam. Doughty semble illustrer le concept que Pratt nomme « anticonquest », « a term used to refer to the strategies of representation whereby European bourgeois subjects seek to secure their innocence in the same moment as they assert European hegemony » (1992, 9) ; de nombreux exemples montrent son engagement au service de sa nation, de son empire et des valeurs impérialistes qui en sont les fondements. Pour être plus convaincant, il utilise souvent le point de vue extérieur et admiratif d’un natif pour opposer la grandeur de l’Empire britannique à la décadence de l’Empire ottoman, comme nous l’avons vu ci-dessus, ou comme dans le récit enchâssé, hyperbolique d’Abdullah, le gouverneur turc de Khaybar, qui célèbre la puissance militaire de la Grande-Bretagne, et la richesse et le pouvoir du consul britannique de Jidda (AD II 104), sans que le lecteur puisse vérifier la véracité du propos.

  • 14 Charles Doughty, Documents épigraphiques recueillis dans le nord de l’Arabie (Paris : Imprimerie Na (...)
  • 15 Son ouvrage est rejeté par la Société royale de géographie en 1883 en raison d’un style « incompréh (...)
  • 16 « The worst poetry of the 19th century» selon W. Blunt, cité par Taylor, God’s Fugitive, p. 226.
  • 17 « the indispensable foundation of all true understanding of the desert » (AD I 35).
  • 18 Richard Francis Burton, Personal Narrative of a Pilgrimage to El-Medinah and Meccah (1855-56) ; Joh (...)

8Travels in Arabia Deserta n’a pas connu le succès escompté et Doughty n’a pas été reconnu par ses pairs, malgré son engagement au service de la nation britannique qui transparaît à maintes reprises dans le récit. C’est en France qu’il a fait publier ses documents épigraphiques dans la traduction d’Ernest Renan,14 car la Société de géographie refuse de publier ses travaux.15 Le manque d’intérêt ne provient ni du contenu ni de la longueur de l’ouvrage qui correspondent à ce qui était publié en matière de récit d’exploration à l’époque, mais à son style archaïsant, imité de Chaucer et de Spenser, et à l’oralité d’un texte dont la narration est entrecoupée de nombreux dialogues et parsemée de termes arabes. Mû par un désir de pureté linguistique et d’authenticité, Doughty emprunte les tournures syntaxiques du Moyen anglais, notamment les antépositions et les inversions grammaticales, les terminaisons verbales en –th, le pronom personnel « thou » et l’adjectif possessif « thy », ainsi qu’un lexique obsolète, afin de retourner aux sources de la langue anglaise ; les nombreux dialogues et les récits enchâssés rappellent les Contes de Canterbury de Chaucer, racontés par des pèlerins en route vers le lieu saint. Doughty semble donc davantage préoccupé par un recentrage sur les origines de la langue anglaise et de la nation britannique, ce qu’atteste l’œuvre de sa vie, The Dawn in Britain16 suivi de cinq autres volumes, long poème épique à la gloire de son pays. Doughty n’est cependant pas tombé dans l’oubli. Il a inspiré une autre épopée, à la gloire de la nation arabe celle-là, Seven Pillars of Wisdom, écrite par T.E. Lawrence qui ne tarit pas d’éloges à son égard dans son introduction. Pour Lawrence, Travels in Arabia Deserta est devenu un classique, « a Bible of its kind », dont le propre est la pérennité [« the book has no date and can never grow old » (AD I 17)], l’ouvrage d’un « grand maître » faisant autorité et inspirant ses étudiants. Texte fondateur pour la compréhension du désert,17 le récit s’inscrit aussi dans la filiation des textes sur le Moyen-Orient, depuis Hérodote, que Doughty cite, jusqu’aux récits de ses contemporains R.F. Burton, J.L. Burckhardt, A. Sprenger et A. Zehme.18 Il servira également de guide à Lawrence dans le désert d’Arabie.

2. Ambiguïtés du discours et de la posture orientalistes

  • 19 Sylvestre de Sacy, orientaliste français, publie Mémoires sur l’histoire des Arabes avant Mahomet e (...)

9Doughty est ainsi une figure ambiguë et paradoxale qui semble vouloir se démarquer des orientalistes puisqu’il déclare dans la préface à la première édition ne rien connaître des auteurs arabes, dont il laisse l’étude aux érudits, ni des spécialistes occidentaux du désert, hormis A. Zehme, et A. Sprenger dont il emporte l’ouvrage, ou J.L. Burckhardt qui a visité Petra avant lui. Homme de terrain, il semble coupé de ses pairs et des institutions, mais il sera néanmoins en contact avec Ernest Renan à son retour et la découverte des inscriptions de Meidán Sâlih et de Hâyil et ses travaux d’épigraphie l’inscrivent dans une lignée d’orientalistes, entre Sylvestre de Sacy « selon qui on n’écrivait pas dans le désert avant Mahomet » (AD I 224) et Charles Huber, Julius Euting et le Marquis de Vogüé.19

10Si, pour E. Saïd, l’orientalisme présente une vision et une représentation fantasmée de l’Orient, le réalisme du récit, qui se veut miroir du monde comme le souligne Lawrence dans son introduction, semble alors offrir un contre-exemple. Doughty a tout noté et retranscrit ; son livre est, selon lui, une peinture, voire un calque reproduisant fidèlement la Péninsule arabique et les Arabes. Contenant pour le contenu, « parcelle du sol de l’Arabie » pour le tout, le livre a une relation métonymique avec l’espace et les hommes qu’il tente d’englober et de circonscrire. Et si le voyageur ou l’étudiant peut y puiser des renseignements, la découverte du pays vient aussi corroborer le récit qui est une interface entre le pays et le lecteur : « here you have all the desert, its hills and plains, the lava fields, the villages, the tents, the men and animals » (AD I 17). Il semble décalquer le pays qu’il explore par le texte, la carte et les gravures, tout comme il imprime avec du papier absorbant les inscriptions qu’il découvre à Meidán Sâlih. Le texte lui-même se lit comme une carte, tracée au jour le jour, dans les moindres détails, entre progression de la narration et digressions descriptives ou dialogues rapportés, quête et nomadisme, trajets et pauses près des points d’eau ou dans les villages.

  • 20 « a high testimony, not only to his strength of mind, but also to the imaginative appeal of Arabia (...)

11Le contraste entre mimesis et orientalisme, fidélité de la représentation et vision fantasmée, pourrait sembler flagrant, pourtant le réalisme est également le propre de la peinture orientaliste du XIXe siècle. La longueur du récit rappelle également la dimension de nombreux tableaux, souvent proches du format de la peinture historique. Le sujet lui-même – la vie du désert, les ruines d’une cité antique, une palmeraie, les plaines désertiques – est un des topoï de la peinture orientaliste. De fait, le livre est pour Lawrence un grand livre d’images, « the great picture book of nomad life » (AD I 27), qui témoigne de l’appel que l’Arabie exerce sur l’imagination du lecteur et du voyageur.20 Pourtant le récit de Doughty n’est pas le fruit d’un regard exotique, dont le propre est d’embellir et d’oblitérer la réalité au profit du pittoresque et de la couleur locale mis en place par quelques signifiants bien choisis par le trait de plume ou de pinceau ; il n’offre pas non plus un portrait idéalisé des habitants et ne nie pas leur existence pour concentrer la description sur les particularités géographiques du désert, même si dans la présentation de Lawrence précédemment citée, l’humain arrive en seconde place après les considérations géologiques.

  • 21 The Text, the World and the Critic (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1983), chapitre 11.

12Doughty donne sa propre définition de l’orientalisme, synonyme d’affabulation, à quoi il oppose la représentation fidèle. C’est ainsi qu’il qualifie les contes et légendes entendus en chemin, celui du ghrôl, le monstre qui effraie femmes et enfants, des sorcières ou autres créatures surnaturelles, ou bien les illusions des Arabes qui rêvent de s’enrichir en un jour, grâce au pouvoir des astres : « Such is the Orientalism, the fond dream of the Arabs, − to be rich upon a day, before we die, by the benign influence of the stars, without our labour » (AD II 120). L’orientalisme semble donc être pour lui la marque de l’Orient, de ses légendes et ses superstitions, venant s’opposer aux valeurs occidentales du travail et de la raison, reproduisant ainsi une opposition binaire et un jugement de valeurs dénoncés par la critique post-coloniale. Mais Doughty qualifie aussi d’orientalistes les récits extravagants de voyageurs occidentaux : « These and the like are tales rather of an European Orientalism than with much resemblance to the common experience. » (AD I 96) L’orientaliste est l’érudit ou l’universitaire qui vit en Europe et s’oppose à ce qu’il est, l’homme de terrain, et le contraste met au jour deux approches épistémologiques différentes – d’une part l’analyse et l’interprétation, d’autre part l’observation et l’expérience sur lesquelles repose le récit de Doughty, qui devient une interface entre le terrain et la bibliothèque, l’Orient et l’Occident. Voyageur, observateur, narrateur, Doughty est aussi médiateur, et peut-être comme l’écrit Edward Saïd à propos de Raymond Schwab,21 un orienteur, plus qu’un orientaliste, à la fois parce qu’il oriente le regard du lecteur sur l’Arabie qu’il donne à voir et les pas de ceux qui, comme Lawrence, suivront sa trace dans le désert. Il convient néanmoins de s’interroger sur la définition de Saïd, pour qui ‘l’orienteur’ est un homme dont l’ouverture d’esprit et la prise de conscience l’emportent sur la soif de classification, et se demander si ces qualités peuvent effectivement s’appliquer à Doughty.

  • 22 « I do not like the modern habit of wrenching all legends into the purpose of anthropology », The H (...)

13Rapporter contes et légendes est pour lui une manière de retranscrire la réalité orientale et de faire entendre la voix de ceux qu’il a rencontrés, dans un tissage textuel et linguistique de dires et de paroles, d’arabe et d’anglais, comme le souligne la métaphore : « my books, which are but a sewing together of men’s sayings » (AD I 461). Contes et légendes contribuent paradoxalement à la véracité de son récit et côtoient nombre de récits enchâssés, véridiques ou fabuleux, qui sont autant d’histoires individuelles et de témoignages dont l’Histoire d’un peuple est faite. La place donnée à la parole de l’autre dans le récit est cependant ambiguë. Par cette retranscription des paroles entendues, Doughty apparaît bien comme un ethnographe, s’inscrivant dans cette science naissante qu’est l’anthropologie au XIXe siècle et que critique Lawrence.22 Ce dernier a également souligné dans son introduction à Travels in Arabia Deserta l’effacement dont Doughty fait preuve dans son récit. Le texte transmet en effet très peu d’affects, sauf dans le lyrisme de quelques passages descriptifs où la subjectivité s’exprime indirectement dans les tropes, par déplacement, comparaison et condensation métaphorique. Doughty correspond-il alors au portrait de l’anthropologue dressé par J. Clifford dans son ouvrage Routes. Travel and Translation in the Late Twentieth Century (1997) ? À savoir non pas celui qui pose un regard panoptique sur les peuples rencontrés, mais celui qui voyage avec eux et en rapporte les paroles. Nous pouvons cependant nous interroger sur la fonction de la retranscription, en vieil anglais, de la parole de l’Autre : n’est-elle pas plutôt le signe d’une monstration et d’une forme d’exotisation ? Un ailleurs de la langue correspondant à l’hétérotopie temporelle et spatiale qu’est l’Arabie ? Le point de vue de l’Occidental s’inscrit toujours dans le discours, soit en filigrane, soit de manière très explicite comme le laissent transparaître les très nombreux commentaires sur l’Arabie, ses habitants et l’islam.

  • 23 « the ship, that our hands have built (with incessant labour) in a decennium, (…) launched forth to (...)

14Tout récit est en effet une construction qui, si elle n’est pas imaginaire et fantasmatique, n’en est pas moins culturelle et idéologique. L’anthropologue porte tout d’abord un regard sur l’Autre qui ne peut être neutre ; puis il opère des choix dans ce qu’il observe, parmi les notes et documents qu’il sélectionne et organise en un récit, même si le texte de Doughty révèle un désir d’exhaustivité et une certaine difficulté à effectuer des choix. Paul Veyne écrit à propos de l’historiographie que « l’événement n’est pas saisi directement et entièrement, mais incomplètement et latéralement » (1971, 15) et, s’appuyant sur Genette, que la narration historique est diégèse et non mimesis ; il en va de même pour l’anthropologie narrative, qui au récit adjoint le discours ou « logos ». La métaphore utilisée par Doughty pour qualifier son livre, et qui illustre la notion de construction, est celle du vaisseau, lancé sur l’océan du savoir23 et impliquant un lecteur. Doughty utilise conjointement dans sa première préface les deux métaphores du vaisseau comme construction diégétique et du miroir mimétique, soulignant ainsi le paradoxe du récit d’anthropologie, partagé entre raconter et montrer.

3. Discours scientifique, discours religieux

  • 24 « the indestructible building of our sciences » (AD II 165).

15Doughty est également un ardent défenseur de la science occidentale. Il justifie son intérêt pour l’Arabie, son voyage et la construction de son récit, par le souhait d’apporter une pierre à l’édifice scientifique européen et de satisfaire une soif de connaissances : « Of surpassing interest to those many minds, which seek after philosophic knowledge and instruction, is the Story of the Earth, Her manifold living creatures, the human generations, and Her ancient rocks », (préface à la deuxième édition, AD I 31). Doughty souhaite ainsi consolider l’édifice scientifique occidental, métaphore architecturale qu’il utilise à plusieurs reprises24 et dont il souligne la pérennité face au caractère éphémère de la vie humaine : « the indestructible temple-building of science, wherein is truth » (AD II 409). Malgré son déni d’orientalisme, Doughty est bien un homme de son temps et ce qu’il nomme « sciences libérales » (« liberal sciences ») correspond aux sciences humaines et naturelles, ce que l’on pourrait également nommer les sciences de la vie et de la terre, englobant la géologie, l’anthropologie, l’ethnographie, l’archéologie, les sciences naturelles, auxquelles il faut ajouter la médecine que Doughty pratique, l’épigraphie et la linguistique. Tout ce qui concerne la place de l’homme dans l’univers, depuis ses origines, passionne Doughty, c’est à dire la Création, et à l’universalité de son champ d’étude, correspond le souci d’exhaustivité de son récit. Le livre voudrait être le texte du monde, une archive, et le monde est un ensemble infini de signes qu’il lui faut lire, déchiffrer, interpréter, ainsi lorsqu’il assimile des affleurements de récifs coralliens à des « documents » renvoyant à une époque plus ancienne de la terre (I AD 465). L’espace renvoie aux temps géologiques, à l’âge de la terre mais il s’inscrit également dans l’éternité, telle cette ville de basalte, Umm Jemâl, (« Beth Gemul dans la Bible ») inhabitée, donc paradoxalement morte mais éternelle et indestructible comme le soulignent les termes « eternal », « endless monument », « indestructible » (AD I 51). Le désir d’archiver le monde illustre ce que Thomas Richards nomme « the rhetoric of the imperial sciences », mythe d’une archive impériale unifiée qui engloberait le monde, « holding together the vast and various parts of the Empire » (1993, 6). Si ce désir relève bien du fantasme de conquête épistémologique, « a fantasy of knowledge collected and united in the service of state and Empire » (Richards 6), l’Arabie ne fait en revanche pas partie de l’Empire britannique et il faudra attendre la Révolte arabe menée par Lawrence et la défaite de l’Empire ottoman pour voir la péninsule arabique et le Moyen-Orient partagés entre la France et la Grande-Bretagne.

16Le pendant de ce grand livre du monde est la Bible que Doughty cite et à laquelle il fait constamment référence dans la première partie du voyage. Deux pensées semblent l’obséder : la première est le désir de faire correspondre l’espace traversé aux lieux bibliques et les habitants aux patriarches hébreux, comme s’il s’agissait de remettre en question la théorie de l’évolution de Darwin, qui n’est jamais mentionné dans ce récit, ou du moins de répondre à un questionnement en cette période de rupture épistémologique et à l’angoisse qu’elle a pu générer. La seconde est le désir de retrouver une certaine continuité de l’histoire, prenant en compte les origines de la terre, de l’homme et de l’écriture, par l’étude du relief, du terrain et des traces humaines que sont les ruines et les inscriptions.

17Doughty entremêle ainsi différents domaines scientifiques dans l’analyse du terrain, essayant de circonscrire le réel par une approche pluridisciplinaire qui associe constamment considérations géologiques, archéologiques et épigraphiques dans l’étude d’un lieu, et par un feuilletage discursif. Il recherche, observe et répertorie les traces, les vestiges et les inscriptions, comparant sans cesse le « texte » de l’Arabie à l’hypotexte biblique, dans la droite ligne de la géographie biblique en vogue à l’époque et comme s’il souhaitait dresser un parallèle entre géologie et généalogie. Il ne se contente pas de situer un lieu – Zerka correspondant à Jabbok mentionnée dans la Bible (AD I 51) – mais il fait aussi appel à l’histoire biblique pour justifier le caractère désertique d’Edom et Moab (AD I 83). Il compare les coutumes (celle qui consiste à punir un voleur AD I 53), les activités humaines, le pastoralisme et le nomadisme en montrant le lien qui unit les Bédouins aux habitants de Ammon, Moab ou Edom (AD I 82) et convoque la géologie pour expliquer la Bible : « the high limestone downs and open plains of Ammon, Ruben, Gad and Manasseh […] the shallower grounds, we may read in the Hebrew Scriptures, were at all times pastoral » (AD I 56). Le point de vue est comparatiste et le lecteur se demande si la science vient au service de l’exégèse du texte biblique ou si la Bible est l’hypotexte qui permet de déchiffrer le monde, dans une approche herméneutique. Sa lecture du paysage reflète le lien entre « topographie et topique » souligné par Adrien Pasquali dans son ouvrage sur le récit de voyage (1994, 18), et révèle une vision du monde inspirée du divin.

18Doughty est en quête des origines de l’homme, qu’il semble faire remonter à la Bible tant l’hypotexte fondateur, l’Ancien Testament, est omniprésent et tant il est préoccupé par la notion de filiation. Doughty retrouve tout d’abord une continuité linguistique dans les inscriptions nabatéeennes de Petra et Meidán Sâlih, ou les inscriptions himiariques et coufiques. La filiation est ensuite textuelle, entre l’Ancien Testament et l’Arabie qu’il explore : il parle de lignée (« lineage »), de descendance depuis les prophètes et les patriarches hébreux, tout comme il étudie les structures de parenté entre les différentes tribus. La continuité temporelle de l’espace est ainsi restaurée par l’exploration des traces et des vestiges.

  • 25 « more civil » (AD I 154), « old civil glory » (AD I 57), « decayed country » (AD I 154), « a land (...)

19Le discours de Doughty paraît également contradictoire : la science et la religion sont indissociables lorsqu’il s’agit de sa foi chrétienne mais l’une domine l’autre lorsque Doughty souligne les superstitions qu’il associe à l’islam : « a little salt of science would dissolve all their religion » (AD I 92). Au discours religieux et scientifique se mêle également le discours mythique. Doughty semble vouloir montrer que l’Arabie antique d’avant Mahomet, et pas seulement l’Arabia Felix, vivait un certain âge d’or, en comparaison avec ce qu’il considère être la décadence actuelle, comme le montre l’opposition entre civilisation et corruption.25 A la pureté de la langue de Chaucer, opposée, selon lui, à la dégénérescence de l’anglais moderne, fait pendant une évolution des langues, entre le nabatéen plus noble et l’arabe moderne, et celle des peuples. La nostalgie des origines fait de Doughty un orientaliste tourné vers le passé de l’Arabie antique et de la Bible, mais les comparaisons constantes dans le but d’analyser l’évolution des langues et des peuples montrent le lien qui l’unit à son époque et révèle un discours idéologique ethnocentrique.

  • 26 Voir à ce sujet Catherine Delmas, « Charles Doughty’s quest and conquest in Arabia Deserta » in Sci (...)

20La quête de Doughty devient une croisade contre l’islam26 et les musulmans comme l’attestent les nombreux termes dépréciatifs qu’il utilise pour condamner une religion qu’il dit fanatique, superstitieuse. Lawrence a souligné la stature chevaleresque de l’auteur, en fait une figure mythique et un héraut de l’Occident, mais le récit montre plutôt la figure d’un croisé défendant sa foi contre l’islam. S’il n’a pas directement pris part à l’essor de l’empire britannique, il en défend les valeurs. Son point de vue est toujours celui de l’Européen et du chrétien, ainsi que celui du scientifique et de l’anthropologue qui établissent des hiérarchies et des classifications selon une pensée que Deleuze et Guattari qualifient d’arborescente dans leur introduction à Mille Plateaux (1980). Il reste détaché de son « objet » d’étude, qu’il s’agisse du pays ou de ses habitants, et affirme constamment sa différence. Il entre bien dans une des catégories de voyageurs anglais établies par Lawrence dans Seven Pillars of Widom, reprises dans l’introduction à Travels in Arabia Deserta et remises en question par Janice-Deledalle-Rhodes dans L’Orient représenté (2000), celle qui consiste à vivre parmi les Bédouins mais en affirmant son identité. Même s’il a partagé la vie des Arabes, Doughty n’a pas tenté de les imiter et a toujours affirmé ses origines nationales et sa foi. Son point de vue est également dépréciatif et le tableau négatif et raciste qu’il dresse de l’Arabie et de ses habitants vient ternir l’image de l’humaniste ou de l’orientaliste éclairé. Quasiment à chaque page de son récit, il souligne l’hostilité, l’ignorance, la saleté, d’un peuple « barbare », « sauvage », « démoniaque », « fanatique », « obscurantiste », « querelleur », pour ne citer que quelques exemples d’une litanie ethnocentrique permanente correspondant sans nul doute aux attentes du lectorat britannique du XIXe siècle. Son affiliation est culturelle et idéologique et en ce sens il est bien représentatif du contexte impérialiste de son époque. Son point de vue est celui du centre et il ne cache pas la puissance hégémonique, militaire et linguistique de la Grande-Bretagne : « But we by navigation are neighbours to all nations, we encompass the earth with our speech in a moment. » (AD II 58).

21Son récit contient également des informations utiles sur l’Arabie, mettant directement au jour le lien entre orientalisme et colonialisme. Le lecteur y trouve des renseignements très précis sur les tribus nomades, les clans et leurs relations, leur nombre et leur territoire, les points d’eau, de même que sur l’émir de Hâyil, Ibn Rashîd, sa personnalité, l’histoire et les relations familiales, son territoire (les trente oasis, les cinq villes et les villages qu’il contrôle), le nombre d’habitants, de soldats. Doughty évalue également les forces arabes armées pouvant s’élever contre la domination turque (AD II 48). Les informations qu’il donne concernant Khaybar (II ch 5), les relations tribales et familiales, le nombre d’habitants, de rues, peuvent autant relever de l’ethnographie que du service de renseignements à des fins militaires. Les données géographiques, cartographiques, topographiques, humaines, les distances d’un point à un autre, qu’il s’agisse d’un puits, d’une oasis, d’une tribu ou d’une ville, font ainsi dire à T.E. Lawrence dans son introduction que ce récit d’exploration est « un grand manuel militaire » (AD I 27) qui lui a été utile ainsi qu’à Gertrude Bell. Doughty tire ses renseignements de l’observation mais également des Bédouins qu’il accompagne et qui souvent lui dessinent sur le sable la carte de la région où il se trouve.

Conclusion

22Les trois concepts de Mary-Louise Pratt permettent ainsi de cerner la personnalité, le point de vue et le discours de Doughty. La zone de contact qu’est l’Arabie renvoie à des rapports de savoir-pouvoir, non à un échange ou un partage, même s’il rapporte les paroles des Arabes qu’il rencontre en chemin ou s’il ne peut survivre que grâce à leur hospitalité. Malgré ses dénégations, Doughty est bien, par ses activités scientifiques et le feuilletage discursif de son récit, un orientaliste qui couvre plusieurs domaines épistémologiques pour tenter de cerner la totalité et la pluralité de la Péninsule arabique et de ses habitants. Son regard scientifique, panoptique est celui du « monarch-of-all-I-survey » et l’ars poetica d’une « épopée en prose », pour citer un compte rendu du Morning Post en tête de la traduction française de l’édition Payot (1949), et de l’archive impériale, révèle un discours idéologique, culturel, religieux et un point de vue ethnocentrique. Orientaliste, il a souhaité par son récit apporter sa contribution et laisser une trace dans l’édifice du savoir occidental, « …that my passing life might add somewhat of lasting worth to the European geography » (AD I 469). « Orienteur » non conquérant, il a cependant mené croisade contre l’islam et guidé les pas d’autres voyageurs, notamment ceux de Lawrence dans la conduite de la révolte arabe contre l’Empire ottoman.

Top of page

Bibliography

Clifford, James. Routes. Travel and Translation in the Late Twentieth Century. Cambridge, Mass. : Harvard University Press, 1997. Print.

Deledalle-Rhodes, Janice. L’Orient représenté : Charles Montagu Doughty et les voyageurs anglais du XIXe. Bern, Peter Lang : 2000. Print.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari. Mille plateaux. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980. Print.

Delmas, Catherine. Écritures du désert : Voyageurs, romanciers anglophones XIXe-XXe siècles. Aix en Provence : Presses universitaires de Provence, 2005. http://books.openedition.org/pup/799.

—. « Charles Doughty’s quest and conquest in Arabia Deserta » in Science and Empire in the 19th Century, Catherine Delmas, Donna Spalding Andreolle and Christine Vandamme, eds. Cambridge Scholars Publishing, 2010. pp 3-12. Print.

Doughty, Charles. Travels in Arabia Deserta, 2 vols. 1888. New York: Dover Publications, 1979. Print.

Hogarth, D.G. The Life of Charles M. Doughty. New York: Doubleday, 1929. Print.

—. The Penetration of Arabia. London: Lawrence & Bullen, 1904. Print.

Jankélévitch, Vladimir. L’Aventure, l’ennui, le sérieux. Paris : Aubier Montaigne, 1963. Print.

Lawrence, Thomas Edward. Introduction. Travels in Arabia Deserta, 1888. New York: Dover Publications, 1979. Print.

—. The Home Letters of T.E. Lawrence and his Brothers. Oxford: Basil Blackwell, 1954. Print.

Moura, Jean-Marc. Lire l’exotisme. Paris : Dunod, 1993. Print.

Pasquali, Adrien. Le tour des horizons : critique et récits de voyage. Paris : Klincksieck, 1994. Print.

Pratt, Mary Louise. Imperial Eyes. Travel Writing and Transculturation. London : Routledge, 1992. Print.

Reverdy, Jean-Claude, traduction de Travels in Arabia Deserta. Voyages en Arabie Déserte. Paris : Éditions Karthala, 2002. Print.

Richards, Thomas. The Imperial Archive, Knowledge and the Fantasy of Empire. London, New York: Verso, 1993. Print.

Saïd, Edward W. Orientalism. New York: Vintage Books, 1979. Print.

—. The Text, the World and the Critic. Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1983. Print.

—. Culture and Imperialism. London: Chatto and Windus, 1993. Print.

Taylor, Andrew. God’s Fugitive: The Life of C. M. Doughty. Harper Collins, 1999. Print.

Veyne, Paul. Comment on écrit l’histoire. Paris : Seuil, Points Histoire, 1971. Print

Top of page

Notes

1 D.G. Hogarth, The Life of Charles M. Doughty (New York: Doubleday, 1929) p 3-4 ; biographie récente par Andrew Taylor, God’s Fugitive: The Life of C. M. Doughty (Harper Collins, 1999).

2 Charles Doughty, Travels in Arabia Deserta, 2 vols. (1888. New York : Dover Publications, 1979), 31. (Ab. AD)

3 http://dictionnairedesorientalistes.ehess.fr/document.php?id=221, consulté le 19 septembre 2016.

4 http://whc.unesco.org/fr/list/1293/, consulté le 19 septembre 2016.

5 Il n’obtiendra pas les fonds nécessaires à son voyage à Meidán Sâlih, malgré les lettres qu’il envoie à la Royal Geographical Society et à la British Association for the Advancement of Science. Andrew Taylor, God’s Fugitive, p. 79.

6 Également Khaïbar, ou Kheybar dans la transcription anglaise de l’arabe. La carte dessinée par Doughty à partir de ses relevés topographiques figure à la fin de Travels in Arabia Deserta et indique tous les lieux traversés. Elle peut également être consultée en ligne sur le site de la bibliothèque numérique mondiale : https://www.wdl.org/fr/item/15042/.

7 Pour une étude des récits de Richard Francis Burton, T. E. Lawrence et Gertrude Bell, voir Catherine Delmas, Écritures du désert : Voyageurs, romanciers anglophones XIXe-XXe siècles. Aix en Provence : Presses universitaires de Provence, 2005.

8 « The book is not milk for babes » (AD I 29), préface à la première édition.

9 Une des trois fonctions de la description représentative, soulignée par Jean-Marc Moura dans Lire l’exotisme (Paris : Dunod, 1993) p. 122-126.

10 Le sámn est du beurre clarifié.

11 Edward W. Saïd, Orientalism (New York: Vintage Books, 1979) ; Culture and Imperialism (London: Chatto and Windus, 1993). Pour Saïd, l’orientalisme est le produit d’un regard occidental sur l’Orient, un ensemble de représentations individuelles et collectives, un réseau de textes et de disciplines telles que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la philologie, la philosophie, marqués par un discours. Pour Saïd, l’Orient est un savoir « institutionnalisé » en Occident, enseigné dans les universités, transmis par les textes et les bibliothèques, et il est nécessairement associé à un pouvoir, notamment dans le contexte impérialiste du XIXe siècle.

12 Voyages en Arabie déserte. Paris : Éditions Karthala, 2002.

13 Frankistan , terme archaïque se référant à l’Europe, la terre des Francs.

14 Charles Doughty, Documents épigraphiques recueillis dans le nord de l’Arabie (Paris : Imprimerie Nationale, 1884). L’ouvrage peut être consulté à la Bibliothèque Nationale ou à la Bibliothèque des Langues Orientales à Paris.

15 Son ouvrage est rejeté par la Société royale de géographie en 1883 en raison d’un style « incompréhensible » et pour des raisons scientifiques : “he had none of the qualifications necessary to turn his travels to account. He had no geographical acquirements ; no knowledge of instruments, no capacity for useful observation, while on the other hand he seems to have to adopt in the description of this journey, such an extravagant eccentricity of style and language as to make his notes not only unfitted to the pages of a scientific journal, but almost unintelligible to any reader, be he scientific or otherwise.” Henry Rawlinson (11 Dec. 1883), cité par Andrew Taylor, God’s Fugitive, p. 228.

16 « The worst poetry of the 19th century» selon W. Blunt, cité par Taylor, God’s Fugitive, p. 226.

17 « the indispensable foundation of all true understanding of the desert » (AD I 35).

18 Richard Francis Burton, Personal Narrative of a Pilgrimage to El-Medinah and Meccah (1855-56) ; Johann-Ludwig Burckhardt, Travels in Arabia (1829) ; Aloys Sprenger, Die alte Geographie Arabiens als Grundlage der Entwicklungsgeschichte des Semitismus (Bern 1875) ; Albercht Zehme, Arabien und die Araber seit 100 Jahren (Halle, 1875).

19 Sylvestre de Sacy, orientaliste français, publie Mémoires sur l’histoire des Arabes avant Mahomet en 1785 ; Julius Euting, orientaliste allemand, voyage en Arabie en 1883 en compagnie du Français Charles Huber, comme l’indique David Hogarth, dans The Penetration of Arabia, 1904 (version numérisée, Cambridge University Press, 2012) p. 281 ; le Marquis Charles-Jean Melchior de Vogüé est un orientaliste français (1829-1916).

20 « a high testimony, not only to his strength of mind, but also to the imaginative appeal of Arabia and the Arabs to him and us » (AD I 23).

21 The Text, the World and the Critic (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1983), chapitre 11.

22 « I do not like the modern habit of wrenching all legends into the purpose of anthropology », The Home Letters of T.E. Lawrence and his Brothers (Oxford: Basil Blackwell, 1954), lettre envoyée de Karkemish à sa mère le 11 mai 1912.

23 « the ship, that our hands have built (with incessant labour) in a decennium, (…) launched forth to the great waters » (AD I 29, préface à la première édition).

24 « the indestructible building of our sciences » (AD II 165).

25 « more civil » (AD I 154), « old civil glory » (AD I 57), « decayed country » (AD I 154), « a land of desolation and of these squalid Arabs » (AD I 57).

26 Voir à ce sujet Catherine Delmas, « Charles Doughty’s quest and conquest in Arabia Deserta » in Science and Empire in the 19th Century, Catherine Delmas, Donna Spalding Andreolle and Christine Vandamme, eds. (Cambridge Scholars Publishing, 2010) pp 3-12.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine DELMAS, « Charles Doughty, un orientaliste engagé », E-rea [Online], 14.1 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 24 October 2017. URL : http://erea.revues.org/5485 ; DOI : 10.4000/erea.5485

Top of page

About the author

Catherine DELMAS

ILCEA4, Univ. Grenoble Alpes
catherine.delmas@univ-grenoble-alpes.fr
Catherine Delmas est professeur de littérature anglophone à l’Université Grenoble Alpes. Sa thèse, son dossier d’HDR et ses travaux de recherche portent sur les modes de représentation de l’Orient par l’Occident, dans le roman et les récits de voyage britanniques des XIXe et XXe siècles, sur le discours orientaliste et (anti)impérialiste aux époques coloniale et postcoloniale, et sur le modernisme et le postmodernisme. Elle a publié plusieurs articles sur Joseph Conrad, T.E. Lawrence, Kipling, E.M. Forster, Lawrence Durrell, Michael Ondaatje et J.M.Coetzee dans diverses revues et un ouvrage sur Écritures du désert : voyageurs et romanciers anglophones XIXe-XXe siècles (Presses universitaires de Provence, 2005). Elle a également publié History/Stories of India, co-dirigé avec le Professeur Chitra Krishnan de l’Université de Madras (Macmillan India, Delhi, 2009), Tropes and the Tropics in Joseph Conrad’s novels avec Christine Vandamme (Pulim 2010), Science and Empire in the 19th Century co-dirigé avec Donna Spalding Andreolle et Christine Vandamme (Cambridge Scholars Publishing, 2010), Re/membering Place, avec André Dodeman (Peter Lang, 2011) et Vestiges du Proche-Orient et de la Méditerranée, avec Daniel Lançon (Geuthner, 2015).

By this author

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org