Skip to navigation – Site map
2. Frontières dans la littérature de voyage : nouvelles pistes de recherche
II/ Frontières géographiques

Isabella Bird’s Unbeaten Tracks in Japan ou le récit de voyage comme autoportrait d’une aventurière engagée

Floriane REVIRON-PIÉGAY

Abstracts

Unbeaten Tracks in Japan is much more than just Isabella Bird’s account of her discovery of Japan; it is also the story of a woman who wanted to break free from the constraints imposed upon her at home by a stifling, patriarchal society. Bird chose to explore unbeaten tracks both literally speaking and figuratively speaking as her travel account plays with the conventions of the genre. The epistolary form of her narrative proved an ideal medium to engage her readers’ attention, sustained throughout the book by the author’s pledge to deliver novelty and adventure. Although committed to describing the “real Japan”, Bird sometimes gives in to the temptation to romanticize and most often it is her own self she fictionalizes. The narrative does not just narrate her encounter with the Other (either the Japanese people or the Aino people), it is also a kind of autofiction whereby Bird ponders over her role as a woman, as an adventurer and as a writer. The initial pretext of the expedition gives way to an ethnographic account of Bird’s encounter with the Aino people, native to the Northern Island of Yezo and oppressed by the Japanese forces. The text hovers between two different kinds of rhetoric, that of identification and similarity and that of differentiation and difference.

Top of page

Full text

  • 1 The letters as their style indicates, were written without the remotest idea of publication.” Bird (...)
  • 2 Précisons qu’il ne sera pas question ici de jauger l’œuvre de Bird uniquement à la lumière de la no (...)
  • 3 Il fut littéralement prescrit à Isabella Bird de voyager dès son plus jeune âge en raison des maux (...)

1Unbeaten Tracks in Japan, publié en 1880, se présente comme la compilation de 44 lettres qu’Isabella Bird envoya à sa sœur Henrietta lors de son voyage au Japon en 1878. Il s’agit donc d’une publication a posteriori de lettres dont le caractère intime fut effacé lors du procédé éditorial : seul le lieu et la date d’écriture sont mentionnés, ce qui opère un dévoiement de la correspondance, typique des écrits de voyage féminins. Il s’agit du troisième récit de voyage qu’Isabella Bird publia de la sorte, après The Englishwoman in America (1856) et A Lady’s Ride in the Rockies (1879). Si une note préliminaire à A Lady’s Ride stipulait clairement que les lettres constituant le récit n’avaient pas vocation première à être publiées, la préface de Unbeaten Tracks in Japan est plus ambiguë.1 Il est difficile de savoir si, à son retour du Japon, Isabella Bird, qui dut faire face au décès de cette sœur, destinataire idéale de ses impressions, avait déjà en tête de publier ce récit ; toutefois, à la lecture de son itinéraire de voyageuse et d’écrivaine, il est évident qu’elle ne fut pas longue à s’engager dans la carrière d’écrivain de manière professionnelle. C’est précisément par le prisme de l’engagement que nous souhaitons analyser le récit de Bird, en comprenant cette notion au sens général d’implication sociale, éthique ou esthétique2 : en effet, les paradoxes qu’elle recèle permettent de mettre au jour la spécificité de ce texte hybride, entre récit intime et public. L’engagement suppose une préméditation qui semble faire défaut aux lettres d’Isabella Bird : celles-ci peuvent-elles d’emblée être envisagées comme la trace d’une prise de conscience de sa responsabilité politique, alors que l’une des premières motivations de son voyage fut thérapeutique ?3 Nous verrons que l’enjeu personnel à l’origine du voyage n’exclut pas un investissement collectif : Bird s’oublie dans le texte pour mieux parler de l’autre ou des autres (Japonais et Aïnous).

  • 4 Si comme le dit Luc Rasson « poser des questions éthiques toujours ancrées dans un projet esthétiqu (...)

2Nous nous interrogerons d’abord sur la valeur de la Préface comme texte programmatique où Bird s’engage auprès du lecteur à lui faire découvrir de l’inédit, de l’inouï, à lui proposer un récit hors des sentiers battus, et verrons en quoi la forme épistolaire est un vecteur privilégié d’engagement ; Bird joint l’action à la parole et le texte se fait lieu de tension entre l’engagement éthique à dire le Japon réel et la tentation esthétique d’en proposer une vision plus fictive.4

  • 5 Pour reprendre les termes de Jean Kaempfer, le récit de Bird « mobilise néanmoins de manière obliqu (...)
  • 6 Le sens premier de l’engagement selon le Petit Robert est « action de mettre en gage ». Pour paraph (...)

3Se dessine aussi à travers ce récit un portrait de femme engagée de manière à la fois littérale et littéraire dans des voies inédites. Bird revendique une liberté de pensée, d’action et de parole pour les femmes de son époque.5 Elle se veut à la fois unique, extraordinaire de bravoure et de force, et pourtant revendique une féminité ordinaire qui en fait un modèle pour les femmes de sa génération et les suivantes. On a affaire ici à une forme suprême d’exposition de soi, autre aspect de l’engagement comme don de sa personne en gage.6 Le récit impose une vision ambivalente de Bird, à la fois aventurière émérite, héroïne d’une fiction, mais narratrice fidèle à la réalité du monde qui l’entoure.

4Les Aïnous représentent la forme ultime d’altérité pour Bird, qui leur destine ses dernières pages, de même que leur île (aujourd’hui connue sous le nom d’Hokkaido) constitue sa dernière destination. Le récit de Bird est une réflexion sur la mission civilisatrice du colonisateur et fait entendre une voix tantôt discordante sinon dissidente, tantôt vecteur des préjugés du monde occidental. La religion, le patriotisme sont autant de valeurs que cette rencontre fait vaciller, bouleversant les préjugés de Bird et peut-être ceux de ses contemporains.

1. Le récit de voyage épistolaire comme lieu privilégié de « l’embarquement »

  • 7 Voir en particulier les biographies d’Isabella Bird par Anna Stoddart (The Life of Isabella Bird) e (...)
  • 8 À seize ans, Bird rédigea un pamphlet en faveur du Protectionnisme et prit position contre l’esclav (...)
  • 9 Pour une histoire des relations entre le Japon en l’Occident on consultera avec profit “Revising th (...)

5La vie d’Isabella Bird est bien documentée7, elle appartient désormais au panthéon des femmes victoriennes de renom telles que Florence Nightingale. On sait moins que son engagement prit forme très tôt, et qu’elle se consacra à diverses œuvres philanthropiques, pour finalement embrasser une vocation missionnaire vers la fin de sa vie.8 Bird était-elle prédisposée à écrire une littérature engagée ? Il est certain, en tout cas, que le voyage au Japon répondit pour elle à un double impératif : lui permettre de recouvrer une meilleure santé et d’étancher sa soif de découvertes. En 1878, le Japon était un pays en pleine mutation, ouvert depuis seulement 200 ans aux étrangers, et restait encore largement inconnu.9 Le récit de Bird fit coïncider un intérêt personnel et un intérêt collectif. La préface de Unbeaten Tracks in Japan, tout en affirmant l’identité de la destinataire première, peut également se lire comme un pacte entre l’écrivain et un lecteur inconnu, illustrant le passage d’une parole privée à une parole publique. Les lettres sont dépourvues d’ancrage dans une intimité identifiable : Henrietta n’est mentionnée à la fin de la préface que par la simple mention de son décès, le pronom impersonnel “you” s’impose dans la narration. Les lettres sont signées des initiales de ILB, façon de revendiquer une autorité sur le texte, affirmée d’ailleurs dès la préface, signée sans ambiguïté aucune “Isabella L. Bird” (Bird XXVI). La Préface est bien le lieu privilégié de l’engagement de Bird envers ses lecteurs car elle coïncide avec les notions de « commencement, de point de départ, d’une incitation » (20) telles qu’Alexandra Makowiak les identifie dans l’ouvrage d’Emmanuel Bouju sur l’Engagement littéraire. Pourtant cette Préface fut en vérité écrite en dernier lieu. Tout se passe comme si le travail éditorial et les révisions des lettres a posteriori avaient créé une « autofiction » au sens où Doubrovsky l’entend, un espace ambivalent où le matériau biographique, emprunté au vécu et à la réalité contemporaine, se trouvait revisité et réorganisé par l’écriture, produisant une sorte de « mentir-vrai » qui serait comme la condition de possibilité d’une littérature engagée. Ce récit de voyage est paradoxalement « authentiquement littérature et pleinement engagé » (Denis 49) car Bird s’engage en parole à nous livrer de la nouveauté en même temps qu’elle s’engage en terra incognita, d’où le leitmotiv incessant de cette expression inaugurale “unbeaten tracks”, qui revient à maintes reprises dans le texte. Après le titre, elle réapparaît dès la préface, “From Nikkô northwards my route was altogether off the beaten track” (Bird XXIV), puis tout au long du récit lors de déclarations qui ont ce tour performatif propre à l’engagement : “My journey will now be entirely over ‘unbeaten tracks’ and will lead through what may be called ‘old Japan’” (86). Car dans la littérature engagée, dire c’est faire, et « l’engagement est toujours un faire-savoir, un savoir en train de se faire qui ne se conquiert que par l’action » (Makowiak 24). Le langage performatif est donc un indice fort de l’engagement de Bird :

This was an instance of forming a plan wisely and adhering to it resolutely! Firmness in travelling is nowhere more necessary than in Japan. I decided some time ago, from Mr. Brunton’s map, that the Omono must be navigable […] and told Ito I should go that way and no other. (Bird 169)

  • 10 « Je dirai qu’un écrivain est engagé lorsqu’il tâche à prendre la conscience la plus lucide et la p (...)
  • 11 On peut remarquer d’ailleurs que Ito teste l’engagement de Bird et plus qu’un guide représente auss (...)
  • 12 My attempt to write to you from Kasukabé failed, owing to the onslaught of an army of fleas, which (...)

6Bird s’engage en terre inconnue et, ce faisant, s’engage aussi à faire suivre au lecteur le même chemin : le sens concret et le sens figuratif jouent tous deux de manière égale. Isabella Bird est bien « embarquée » au sens pascalien du terme repris par Sartre10 : au début de ses pérégrinations avec Ito, son jeune guide, elle doit reconnaître son manque d’autonomie, sa dépendance totale vis à vis de ce jeune homme, et elle a ces mots intéressants : “our being mutually embarked on a hard and adventurous journey will I hope, make us mutually kind and considerate.” (Bird 96).11 Le mot « embarquée » signifie que Bird est placée dans une situation qui la contraint, la définit et définit pour elle certaines obligations. Pour reprendre les mots de Benoît Denis, « ce qui caractérise dès lors l’engagement c’est le refus de la passivité par rapport à cette inévitable implication dans le monde » (35). L’action est une des prérogatives de Bird, dont les biographes s’accordent à louer l’énergie et le caractère infatigable : le voyage, s’il est à visée thérapeutique, n’a rien d’une promenade de santé et Bird souligne à maintes reprises le prix de son engagement dans l’inconnu (le polyptote “novel/novelty” revient comme une obsession au cours de la préface notamment). Il s’agit pour elle de bien faire comprendre que les vicissitudes du voyage et de l’écriture vont de pair12 et sont liées au fait que le Japon lui résiste :

I write the truth as I see it, and if my accounts conflict with those of tourists who write of the Tokaido and Nakasendo, of Lake Biwa and Hakone, it does not follow that either is inaccurate. But truly this is a new Japan to me, of which no books have given me any idea, and it is not fairyland. (91)

  • 13 Accuracy has been my first aim” (XXVI). “I long to get into the real Japan” (8), “I don’t want to (...)
  • 14 Le texte regorge d’adjectifs comme “magnificent”, “gorgeous”, “glorious”, “lamentable”, “awful” et (...)
  • 15 There was an ocean of trees entangled with a beautiful trailer […] with a profusion of white leave (...)

7Bird nous demande donc en quelque sorte de la croire sur parole quand elle affirme que son Japon à elle n’a rien de livresque ni de romantique. Dénoncer l’imposture de la littérature et vouloir montrer le Japon réel, cela revient à admettre l’écart entre une visée éthique et une visée esthétique. Unbeaten Tracks in Japan oscille entre ces deux pôles, entre la tentation du degré zéro de l’engagement que constitue le témoignage, et la fiction, qui en est la modalité la plus haute et peut-être la plus authentique (Denis 48). Coexistent donc dans le texte les innombrables traces de l’engagement initial (le souci de véracité et de fidélité au réel)13 et les traces non moins nombreuses de fictionnalisation. L’engagement est double, celui de l’aventurière qui veut découvrir le vrai Japon et celui de l’écrivaine qui veut le transcrire de manière fidèle mais se permet quelques incartades dans le champ de la fiction, notamment lorsqu’il s’agit de parler de son propre rôle d’aventurière. D’où une écriture schizophrène où sa propre persona serait vue de manière enjolivée alors que le Japon serait vu de manière réaliste. Coexistent donc dans le texte des instances d’une écriture pragmatique, descriptive et objective, relativement épurée, et des impressions qui relèvent directement de la subjectivité de Bird14 et passent par de nombreuses figures de style, dont l’hyperbole qui renvoie souvent au sublime.15

2. Isabella Bird, « a lady » or « an ape » ? L’identité en question.

  • 16 Voir en particulier à ce sujet W. H. Davenport Adams, Alexandra Allen, Dea Birkett, Lilias Davidson (...)
  • 17 “I predict that they will fail and that I will succeed” (Bird 233).
  • 18 Voir Bird (91, 97).

8Cette tension entre fictionnalisation de soi et véracité du discours ethnographique est à l’œuvre dans la plupart des récits de voyage au féminin de l’époque victorienne16 et nous permet de nous interroger sur la féminité de Bird et sur son engagement envers la cause féministe. La présence de Bird dans son texte est attestée par les nombreux passages où sa bravoure, son énergie et son endurance sont mises en exergue, comme pour mieux rivaliser avec ses émules masculins, convoqués dès les premières pages du récit comme autant de figures de la rivalité vouées à l’échec. Bird s’engage en pariant sur l’échec de l’expédition masculine rivale et clôt le récit pratiquement sur cette même note.17 L’engagement féministe de Bird est un engagement en creux, dans l’action, et passe par une parole qui souligne l’égalité homme-femme et parfois même la supériorité féminine face à l’adversité. Elle ne manque pas une occasion de remarquer qu’elle est meilleure cavalière que son jeune guide de 18 ans, sort indemne de chutes improbables, est prise d’un fou-rire lorsqu’elle tombe dans un piège à ours. Pourtant, son dos la fait horriblement souffrir : elle l’évoque à maintes reprises dans le récit, comme pour mieux souligner sa fragilité initiale et la force de caractère avec laquelle elle avance malgré tout, malgré le manque de sommeil, les matelas inexistants, ou pire, les randonnées équestres répétées sur des chemins escarpés et dangereux. Mais le danger agit sur Isabella Bird comme un euphorisant et elle n’épargne à ses lecteurs aucun des obstacles qu’elle rencontre, en insistant sur les difficultés innombrables du voyage, le climat, les pluies torrentielles notamment, le manque d’hygiène des populations retirées, les puces et autres moustiques, le manque d’intimité, autant de lieux communs du récit de voyage qui permettent de l’identifier comme aventurière héroïque. Le discours hésite entre appropriation des codes de l’écriture de voyage masculine (visant à faire du voyageur masculin un héros quasi mythique) et subversion comique de ces codes. L’humour a trait notamment (et ce n’est pas un hasard) aux nombreux quiproquos sur l’identité de Bird elle-même : les Japonais font preuve à son égard d’une curiosité insatiable car il n’ont jamais vu d’étranger et la prennent parfois pour un Chinois (142), un Aïnou (142) et même pour un singe (“a big ape” 192). Bird insiste sur cette confusion des nationalités et des genres et mentionne le fait qu’il lui est souvent difficile de distinguer les hommes des femmes au Japon18. Ce qui pourrait paraître comme un jugement hâtif, condescendant et ethnocentriste, peut aussi se lire comme une défense de cette égalité homme-femme qu’elle revendique de manière détournée. On pourrait reprendre pour le compte du récit de voyage les mots de Gilbert et Gubar à propos des écrivaines du XIXe siècle qui adoptent une stratégie oblique voire une forme de duplicité pour acquérir leur autorité en se conformant aux normes littéraires patriarcales tout en les subvertissant (73). Ainsi on retrouve la double dimension de l’action jointe à la parole dans cet engagement féminin : Bird est et reste une femme en toutes circonstances, et ce même lorsqu’elle ne monte pas en amazone. Les différentes façons dont elle fait référence à sa propre personne dans le texte sont intéressantes : elle est tantôt simplement et le plus souvent “a foreigner” (voir entre autres 119, 135, 141, 143, 168, 201, 331), le terme insistant sur la notion d’aliénation et l’écart avec les populations rencontrées, tantôt “a foreign woman” (175, 190, 257…), tantôt (et c’est la manière dont elle se présente pour la première fois au lecteur dans la préface) “a lady” et en particulier “a lady travelling alone” (XXV), “the first European lady” ou encore “the first foreign lady”  (209). Le terme de “lady” revient moins souvent dans le texte que celui de “foreigner”. C’est donc l’étrangeté, plus que la féminité et l’appartenance sociale qui définissent la voyageuse et cela correspond bien au souci de Bird d’être exemplaire et de s’adresser non seulement à Henrietta, et à travers elle aux femmes anglaises et européennes, mais à un lectorat beaucoup plus large : le récit est un guide à visée universelle, “a help for future travellers” (36), dans lequel elle donne des conseils à tout un chacun, “every traveller” (86).

  • 19 Voir la note de bas de page 2 : “My fears, though quite natural for a lady alone, had really no jus (...)
  • 20 Voir Susan Bassett, “Travel Writing and Gender” (Hulme 226 et seq.) : l’écriture de voyage au fémin (...)

9Bird montre aussi que la féminité n’est pas un obstacle à l’exploration de terres inconnues, elle feint de craindre pour sa vertu pour mieux balayer les arguments de la décence et des conventions qui voudraient qu’une femme ne voyage pas seule. La seule offense à son intégrité n’est pas tant liée à son sexe qu’à son caractère absolument nouveau pour les peuples qu’elle rencontre, ce qui lui permet au passage d’insister sur son rôle de pionnière : la curiosité parfois excessive et proche du voyeurisme qui l’importune souvent est tout aussi fréquemment justifiée et légitimée (et donc excusée) par Bird elle-même. La prolepse initiale par laquelle elle annonce que ses craintes n’étaient pas justifiées19 sera reprise par de nombreuses analepses du type : “I look back upon my fears now [...]” (221). La féminité est une construction culturelle, elle est le produit de stratégies discursives dans un monde phallocentrique, Bird l’a bien compris, pour qui l’écriture devient en soi un engagement, une manière de transformer le monde en étudiant son opacité, la difficulté de le pénétrer par le langage même. C’est cette écriture qui échappe à toute catégorisation, qui n’est ni typiquement masculine, ni totalement féminine selon les définitions habituelles20 mais crée un nouvel espace, un entre-deux hybride, qui est le plus sûr signe de l’engagement de Bird dans son projet. Certes Bird était soucieuse de s’attirer les faveurs des membres exclusivement masculins de la Royal Geographical Society, (et elle fut la première femme à en devenir membre en 1891) mais elle souhaitait également toucher n’importe quel lecteur, comme le montre la préface.

10L’engagement féministe de Bird est donc à la fois action salvatrice de soi et action pour l’autre, que cet autre soit la jeune sœur Henrietta restée confinée à la maison et qui voyage par procuration, ou l’Autre, le peuple des Aïnous, avec lequel elle va tisser d’incroyables liens, en caractérisant bien souvent le comportement aïnou de féminin.

3. Bird et les Aïnous : une rhétorique de la ressemblance et de la différence.

As a Lady travelling alone, and the first European lady who had been seen in several districts through which my route lay, my experiences differed more or less widely than those of preceding travellers; and I am able to offer a fuller account of the aborigines of Yezo, obtained by actual acquaintance with them, than has hitherto been given. These are my chief reasons for offering this volume to the public. (Preface XXIV-XXV)

11La rencontre avec ce peuple natif de l’île de Yezo n’a donc rien de fortuit et est présentée comme l’apogée du voyage d’Isabella Bird. Pourtant le lecteur, averti dès la préface, doit attendre la lettre 36 et la 253e page du récit pour qu’enfin apparaisse le moment tant attendu de cette rencontre. La voyageuse ne remplit le contrat passé avec le lecteur qu’au terme d’un long périple de trois mois sur l’île principale de Honshu et qu’après avoir savamment entretenu sa curiosité par quelques prolepses du type :

I hope to start on my long-projected tour to-morrow ; I have planned it for myself with the confidence of an experienced traveller and look forward to it with great pleasure, as a visit to the aborigines is sure to be full of novel and interesting experiences. (233, fin de la lettre 34)

  • 21 Voir à ce sujet le chapitre consacré aux Aïnous par Michele M. Mason dans Reading Colonial Japan : (...)

12S’agit-il d’une simple façon d’entretenir le suspense ? D’un artifice d’écriture ou bien d’un délai nécessaire pour que la rencontre avec les Aïnous prenne tout son sens après celle du peuple japonais oppresseur ? La première mention des Aïnous dans le texte (après la préface) apparaît assez tôt (lettre 18), alors que Bird a déjà passé deux mois sur l’île principale du Japon. Il s’agit déjà d’un cas de confusion d’identité : “it turned out that [the Japanese man] took me for an Aino, one of the subjugated aborigines of Yezo.” (142). Cette phrase n’est pas aussi anodine qu’il y paraît et laisse une première impression au lecteur d’identité possible entre Bird et les Aïnous. De plus, le terme “subjugated” est une reconnaissance du statut des Aïnous, que le gouvernement japonais maintenait déjà sous son joug depuis 1869 (coïncidant plus ou moins avec la fin du Shoguna et le début de l’Ère du Meiji, 1868). Reconnaître dès 1880 que les Aïnous étaient un peuple opprimé, dépossédé de son île, était audacieux et suffirait pratiquement à faire de Unbeaten Tracks in Japan un texte d’engagement idéologique en faveur des Aïnous. Par la suite, d’autres phrases, en apparence aussi anodines que la précédente, réinstaurent de manière presque innocente ce lien d’appartenance fort entre l’île et le peuple aïnou : “Kindly interest has been excited by the first foray made by a lady into the country of the Aborigines.” (235). Car la littérature coloniale de l’époque visait précisément à ne pas reconnaître aux Aïnous leur statut d’aborigènes. L’île était alors reconnue dans la rhétorique coloniale comme colonie intérieure, appartenant au Japon, et bénéficiant de sa « protection »21. Or la rencontre de Bird avec ce peuple est entourée de nombreux commentaires méta-textuels, comme pour mieux attirer l’attention du lecteur sur ce qui va suivre :

I venture to present this journal letter, with a few omissions just as it was written, trusting that the interest which attaches to the aboriginal races and little-visited regions will carry my readers through the minuteness and multiplicity of detail. (234, lettre 34)

  • 22 Peter Hulme a montré à quel point cette hiérarchisation des races, l’invention de nationalités dist (...)

13Ou bien : “I have reserved all I have to say about the Ainos till I had been actually among them, and I hope you will have patience to read to the end” (254). Quelle peut être la fonction de ces précautions oratoires sinon celle de réitérer l’engagement principal envers le lecteur de lui offrir un morceau choisi, quelque chose de vraiment exceptionnel ? On voit bien comment la prolepse, figure de style appartenant au littéraire, contribue à créer un horizon d’attente élevé, en accord avec l’engagement initial. Seules cinq lettres sont dévolues à la vie de Bird parmi les Aïnous, mais elles sont un concentré d’ethnographie et valent par leur fidélité à la réalité. Là encore, point d’engagement clair pour le peuple qu’elle découvre, mais toujours cette oscillation entre un discours de colonisateur condescendant et visant à affirmer la supériorité des Britanniques sur tout autre peuple, et un discours plus empathique qui dénonce le colonisateur japonais en exposant, toujours de manière indirecte, sa violence et sa maltraitance de ce peuple. Bird est confrontée à une altérité absolue, celle du “hairy savage” : les Aïnous sont connus pour leur exceptionnelle pilosité, contrastant bien sûr avec l’aspect glabre des Japonais et les associant à une animalité primitive, forme d’essentialisme que Bird reprend à son compte pour finalement le dénoncer en expliquant que les Japonais ont exagéré cette prétendue pilosité (Bird 326). Il s’agit pour elle par ailleurs de porter un regard critique sur les Japonais, qui, dans leur attitude envers les Aïnous, lui rappellent celle des Anglais envers les Écossais et donc in fine de critiquer de manière voilée toute forme d’impérialisme. Sous la plume de Bird, les “hairy savages” deviennent des “handsome savages” (281) et l’oxymore dit bien toute l’ambivalence de sa position. Le message de Bird est d’une part marqué par l’idée de la suprématie d’une race sur l’autre et par la notion de hiérarchie, qui verrait le Japonais supérieur à l’Aïnou mais inférieur au Britannique22 (on remarquera que Ito, le jeune guide d’Isabella, établit une hiérarchie toute différente qui le place bien au-dessus du Britannique) ; d’autre part, il tend à saper cette hiérarchie. Bird oppose sauvage et civilisé et inclut les degrés divers de civilisation dont celle des Britanniques serait la forme suprême : “the Ainou stand high among uncivilised peoples” (302). Pourtant cette hiérarchie est établie pour être mieux remise en question dans un discours qui oscille entre prise de position en faveur des Aïnous au détriment des Japonais et comparaison entre impérialisme japonais et britannique. Non seulement les Aïnous se trouvent être supérieurs en terme de civilité aux Japonais (Bird insiste sur leur courtoisie naturelle à son égard et apprécie le fait qu’à l’inverse des Japonais, ils semblent dénués de tout voyeurisme) mais lorsque Bird ajoute “this politeness is savage, not civilized” (267) il faut le comprendre comme un compliment et non comme une critique. Se fait jour peu à peu l’idée que c’est l’état sauvage de ces peuples qui est leur plus belle qualité, et l’engagement de Bird se fait contre la civilisation dont elle égrène les effets pervers : “Contact with civilisation only debases them” (302), “The Aino has been contaminated by the four or five foreigners he has seen” (270) ou bien : “savage virtue […] is not strong enough to survive much contact with civilisation” (264). La consommation d’alcool initialement modérée et considérée par les Aïnous comme une libation aux Dieux fut modifiée par l’importation massive de saké japonais : l’alcoolisme que cela engendra au sein du peuple aïnou est un exemple flagrant de la perversion du bon sauvage par le colonisateur. Ce dernier se retrouve de fait rabaissé au rang de celui auquel il croyait être supérieur : “Japanese and Aino alike when they are drunk are reduced to a beastly equality” (304). Cette rhétorique de l’égalité par la ressemblance qui annule de fait la suprématie d’une race sur une autre est encore soulignée par la comparaison qui fait des Aïnous et des Japonais alcoolisés les pendants des Écossais : selon Bird, les scènes de beuverie aïnoue sont dignes de celles que l’on voit en Écosse tous les samedis après-midi. (304). Ainsi de manière subtile, pleine d’humour et détournée, Bird invite son lecteur à remettre en question ses certitudes idéologiques plus sûrement que n’importe quel pamphlet ne pourrait le faire. Les Aïnous se trouvent valorisés par des comparaisons avec les Japonais mais n’ont pas à rougir de la comparaison avec les Britanniques eux-mêmes : “they are better than the masses of our own great cities who are baptized into Christ’s name” (272). L’un d’eux ressemble à un Christ plutôt qu’à un sauvage, tel autre, jeune homme splendide, est comparé à un gentleman (270) et plus loin encore : “one kindly smile on a savage face is as intelligible as on that of one’s own countrymen” (315). Non seulement la rhétorique de la différenciation cède le pas à celle de la ressemblance, mais Bird opère un véritable renversement des valeurs :

I never saw such a strangely picturesque sight as that group of magnificent savages with the fitful firelight on their faces […] eastern savagery and western civilisation met in this hut, savagery giving and civilisation receiving, the yellow-skinned Ito the connecting link between the two, and the representative of a civilisation to which our own is but an “infant of days”. (260)

  • 23 He had the simple curiosity of a child” (267), ou bien “they are just like children” (268). “Belie (...)
  • 24 Voir aussi Guy Rosolato, qui, dans La Relation d’inconnu, démontre que la métaphore, c’est « une ch (...)

14La civilisation occidentale se voit infantilisée alors même que l’infantilisation est un des topoï majeurs de la rhétorique colonisatrice que Bird utilise souvent à l’encontre des Aïnous.23 Le sauvage est fréquemment assimilé à un enfant qu’il faut éduquer. L’engagement de Bird se mesure à l’aune de sa capacité à ébranler nos certitudes en exposant ses propres doutes, ses atermoiements, loin d’une rhétorique sûre de sa suprématie. Plutôt que de prendre position de façon claire pour les Aïnous, elle prend position contre les Japonais, qui certes les traitent mieux que les Américains ne traitent les Indiens, mais dont la violence est non moins insupportable. Cette prise de position hostile culmine à l’issue du texte dans une métaphore complexe qui vient illustrer l’une des rares critiques directes des Japonais : “Japanese contiguity is hurtful and the Ainos have reaped abundantly of the disadvantages without the advantages of contact with Japanese civilisation” (313). Cette phrase est suivie d’une métaphore indiquant la brutalité avec laquelle les Japonais dressent les chevaux sauvages, ce dressage « contre nature », (“horse-breaking”) revient comme un leitmotiv dans les dernières pages du texte. Le cheval dressé est humanisé par l’usage du pronom personnel “he” : “He was ‘broken’, effectually spirit-broken, useless for the rest of his life. It was a brutal and brutalizing exhibition, as triumphs of brute force always are” (314). Le polyptote autour de “brutal” vient éclairer le sens de cette métaphore qui doit se lire comme une critique à peine voilée de la façon dont les Japonais ont abîmé l’île de Yezo et cassé son peuple. Or c’est précisément un mécanisme de substitution par ressemblance qu’opère la métaphore, nous dit David Lodge (75), qui ajoute que dans la métaphore la différence entre comparant et comparé reste un élément constitutif.24 Se joue donc dans l’usage de la métaphore toute la problématique du texte de Bird, qui ne cesse de vouloir démêler la question subtile des ressemblances et des différences entre les peuples, les races et les civilisations.

  • 25 “Japan is a study, not a rapture” (Bird XXIV).
  • 26 Voici quelques mots de Bird à propos des Ainous : “These handsome savages, with their powerful phys (...)

15Si le récit de l’exploration de l’île principale de Honshu est émaillé de remarques négatives à l’encontre du Japon, objet d’étude plus que de ravissement25, l’impression laissée à Bird par le peuple aïnou est celle d’un peuple agréable, sociable, dont le contact lui a procuré du plaisir. Il se dégage une harmonie de ce peuple, signifiée par la synecdoque de leurs voix souvent qualifiées de très harmonieuses et douces, et de leurs corps splendides et robustes (par contraste avec les voix discordantes et déplaisantes des Japonais, dont le physique est le plus souvent qualifié de laid, “ugly”).26 Et lorsqu’elle doit passer d’un guide aïnou à un guide japonais, le commentaire de Bird ne laisse aucun doute sur le fait que la discordance et la cacophonie des voix japonaises lui sont insupportables : “I exchanged the silence or low musical speech of Aino guides for the harsh and ceaseless clatter of Japanese” (336). Comment ne pas voir, à travers cette discordance, le désaccord fondamental de Bird avec les mœurs de ce pays et notamment la manière dont il traite le peuple aïnou ? Métaphores et métonymie sont donc le site privilégié de la dissidence de Bird, preuve s’il en est que l’engagement se fait aussi littérature chez cette aventurière qui joint de manière magistrale l’action à la parole et la parole à l’action. La métonymie et la métaphore, utilisées conjointement et reposant sur des mécanismes de substitution opposés (similitude pour la métaphore, contiguïté pour la métonymie), sont l’indice de la tension interne qui habite le récit.

Conclusion

16J’aimerais donc reprendre pour le compte de Bird les mots de Philippe Forest dans son épilogue à l’ouvrage d’Emmanuel Bouju. Forest nous rappelle que

le devoir d’engagement repose sur le principe de fidélité qui doit être entendu à la fois au sens éthique (lorsque l’on parle de la fidélité à une promesse faite) et au sens esthétique (quand on traite cette fois de la fidélité d’une représentation à la réalité qu’elle figure). Car l’engagement littéraire manifeste précisément l’indissociabilité de ces deux exigences. (Bouju 410)

17Il s’agit pour Bird de se vouloir à la fois éthiquement fidèle à un projet esthétique, mais aussi à une éthique de l’événement, de l’expérience. C’est parce que les exigences de l’exploration et celles de l’écriture sont antinomiques que le texte se fait lieu de tensions et de compromissions entre fiction et véracité, tentation du sensationnalisme et sobriété, privé et public, singulier et collectif, féminin et masculin. Le récit de voyage propose un entre-deux périlleux qui traduit bien l’inconfort de l’expédition elle-même et qui permet ainsi au lecteur, même du XXIe siècle, de s’identifier à l’aventurière, preuve s’il en est que la réussite de Bird est totale en tant qu’exploratrice d’un autre monde, ethnographe d’un peuple en voie de disparition et conteuse d’un récit passionnant.

Top of page

Bibliography

Ouvrage de référence

Bird, Isabella L. Unbeaten Tracks in Japan [1880]. San Francisco: Travellers’ Tales, Inc., 2000. Print.

Ouvrages et articles critiques

Adams, W. H. Davenport. Celebrated Women Travellers of the 19th century. London: Swann, Sonnenschein & Co., 1883. Print.

Allen, Alexandra. Travelling Ladies : Victorian Adventuresses. London: Jupiter, 1980. Print.

Bassnet, Susan. “Travel Writing and Gender” in The Cambridge Companion to Travel Writing. Eds Peter Hulme & Tim Youngs. Cambridge: Cambridge UP, 2002 : 225-241. Print.

Beauvoir, Simone de. La Force des choses. Tome 1. [1963] Paris : Gallimard, coll. Folio, 1972. Print.

Bird, Isabella L. The English Woman in America. London: John Murray, 1856. Print.

— . A Lady’s Ride in the Rocky Mountains. London: John Murray, 1879. Print.

Birkett, Dea. Spinsters Abroad : Victorian Lady Explorers. Oxford: Blackwell, 1989. Print.

Bouju, Emmanuel. L’Engagement littéraire. Rennes : PUR, coll. « Interférences », 2005. Print.

Carr, Helen. “Modernism and Travel, (1880-1940)” in The Cambridge Companion to Travel Writing. Eds Peter Hulme & Tim Youngs. Cambridge: Cambridge UP, 2002: 70-86. Print.

Clark, Steve. “‘A Study Rather than a Rapture’ : Isabella Bird on Japan.” New Directions in Travel Writing Studies. Eds. Julia Kuehn & Paul Smethurst. London: Palgrave Macmillan, 2015 : 17-34. Print.

Davidson, Lilias. Hints to Lady Travellers at Home and Abroad. London: Illife & Sons, 1889. Print.

Denis, Benoît. Littérature et engagement : de Pascal à Sartre. Paris : Seuil, 2000. Print.

Doubrovsky, Serge. Autobiographiques : de Corneille à Sartre. Paris : PUF, coll. « Perspectives critiques », 1980. Print.

Fortunati, Vita, Rita Monticelli & Maurizio Ascari, eds. Travel Writing and the Female Imaginary. Bologna: Patron Editore, 2001. Print.

Forster, Shirley. Across New Worlds: 19th Century Women Travellers and their Writings. London: Harvester Wheatsheaf, 1990. Print.

Forster, Shirley, & Sarah Mills. An Anthology of Women’s Travel Writing. Manchester: Manchester UP, 2002. Print.

Frawley, Maria, H. A Wider Range: Travel Writing by Women in Victorian England. Fairleigh : Dickinson UP, 1994. Print.

Gilbert, Sandra M., & Susan Gubar. The Madwoman in the Attic. Newhaven & London: Yale UP, 1979. Print.

Goater, Thierry, & Élise Ouvrard. L’Engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des XVIIIe et XIXe siècles. Rennes : PUR, coll. « Interférences », 2012. Print.

Hamalian, Leo K. Ladies on the Loose: Women Travellers of the 18th and 19th centuries. New York: Dodd, Mead, 1981. Print.

Holt, Jenny. “Teaching Guide for ‘Samurai and Gentlemen’: The Anglophone Japan Corpus and New Avenues into Orientalism”. Literature Compass 11.3 (March 2014): 232-233. Web. 27th Sept. 2016.

Hulme, Peter, & Tim Youngs. The Cambridge Companion to Travel Writing. Cambridge: Cambridge UP, 2002. Print.

Hung, Ho-Fung. “Orientalist Knowledge and Social Theories: China and the European Conceptions of East-West Differences from 1600 to 1900.” Sociological Theory 21.3 (Sept. 2003): 254-280.

Kaempfer, Jean, Sonya Florey, & Jérôme Meizoz. Formes de l’engagement littéraire (XVème- XXème siècles). Paris : Antipodes, 2006. Print.

Kaye, Evelyn. Amazing Traveller: Isabella Bird, the Biography of a Victorian Adventurer. Boulder: Blue Penguin Publications, 1994. Print.

Kuehn, Julia & Paul Smethurst, eds. New Directions in Travel Writing Studies. London : Palgrave Macmillan, 2015.

Leiris, Michel. L’Âge d’homme, précédé de De la littérature considérée comme une tauromachie. Paris : Gallimard, coll. Folio, 1973. Print.

Leroi-Gourhan, Arlette & André. Un voyage chez les Aïnous. Hokkaïdo, 1938. Paris : Albin Michel, 1989. Print.

Makowiak, Alexandra. « Paradoxes philosophiques de l’engagement » dans L’Engagement littéraire, Bouju, Emmanuel. Rennes : PUR, Coll. « Interférences » : 2005 : 19-30.

Markley, Robert. The Far East and the English Imagination, 1600-1730. Cambridge: Cambridge UP, 2006.

Mason Michele M. & Helen J. S. Lee. Reading Colonial Japan: Text, Context and Critique. Stanford: Stanford UP, 2012. Print.

Mason, Michele M. “Writing Ainu Out/Writing Japanese In: The ‘Nature’ of Japanese Colonialism in Hokkaido” in Reading Colonial Japan: Text, Context and Critique. Eds. Michele M. Mason & Helen J. S. Lee. Stanford: Stanford UP, 2012 : 33-54. Print.

Middleton, Dorothy. Victorian Lady Travellers. London: Routledge & Kegan Paul, 1965. Print.

Mills, Sarah. Discourses of Difference. An Analysis of Women’s Travel Writing and Colonialism. London: Routledge, 1991. Print.

Nishihara, Daisuke. “Said, Orientalism, and Japan”. Alif: Journal of Comparative Poetics 25: 241-253. Jstor.org. 26th Sept. 2016. Web.

Rasson, Luc. « ’Je ne peux pas être de salut public’, Romain Gary engagé.” dans Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles). Eds. Jean Kaempfer, Sonya Florey et Jérôme Meizoz. Lausanne : Antipodes, 2006 : 89-99. Print.

Reviron, Floriane. “Isabella Bird’s Unbeaten Tracks in Japan: Unbeaten Tracks in Travel Literature” in In-Between Two Worlds: Narratives by Female Explorers and Travellers (1850-1945). Eds Béatrice Bijon & Gérard Gâcon. New York: Peter Lang, 2009. 67-77. Print.

Robinson, Jane. Wayward Women: A Guide to Women Travellers. Oxford: Oxford UP, 1994. Print.

Russell, Mary. The Blessings of a Good Thick Skirt: Women Travellers and their World. London: Collins, 1986. Print.

Ricœur, Paul. La Métaphore vive. Paris : Seuil. 1975. Print

Rosolato, Guy. La Relation d’inconnu. Paris : Gallimard NRF, 1978. Print.

Sartre, Jean-Paul. Qu’est-ce que la littérature ? [1948]. NRF Idées. Paris : Gallimard, 1970. Print.

Stoddart, Anna M. The Life of Isabella Bird (Mrs. Bishop) Hon. Member of the Oriental Society of Pekin, FRGS, FRSGS. London: John Murray, 1906. Print.

Suhamy, Henri. Les Figures de style. Paris : Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? » (No 1889), 1981. Print.

Williams, Laurence. “Defining English Identity in Japan: East India Company Accounts of the Japan Trade in Kyushu, 1600-1673.” Academia.edu. 27th Sept. 2016. Print.

—. “Revising the ‘Contact Zone’: William Adams, Reception History, and the Opening of Japan, 1600-1860.” New Directions in Travel Writing Studies. Eds. Julia Kuehn & Paul Smethurst. London: Palgrave Macmillan, 2015: 297-312. Print.

—. “Jonathan Swift and Kaempfer’s History of Japan: The Origins of the Court and Empire of Japan, 1727/28.” Notes and Queries 63.1 (2016). Academia.edu. 27th Sept. 2016. Print.

Yōichi, Komori. “Rule in the Name of ‘Protection’: The Vocabulary of Colonialism.” Trans. Michele M. Mason. In Reading Colonial Japan: Text, Context and Critique. Eds. Michele M. Mason & Helen J. S. Lee. Stanford: Stanford UP, 2012 : 60-75. Print.

Top of page

Notes

1 The letters as their style indicates, were written without the remotest idea of publication.” Bird, A Lady’s Ride. Voir à ce sujet l’article de Susan Bassnet “Travel Writing and Gender” (232).

2 Précisons qu’il ne sera pas question ici de jauger l’œuvre de Bird uniquement à la lumière de la notion de l’engagement telle que Jean-Paul Sartre la définit dans Qu’est-ce que la littérature ? Outre que cela constituerait un anachronisme, cela reviendrait à vouloir faire entrer le récit de Bird dans un cadre éthique et esthétique très contraignant au risque de passer à côté de la spécificité de son engagement.

3 Il fut littéralement prescrit à Isabella Bird de voyager dès son plus jeune âge en raison des maux que lui infligeait une tumeur située près la colonne vertébrale, tumeur dont l’ablation ne fut pratiquée que lorsqu’elle eut 18 ans. Sa santé resta fragile et les voyages lui furent donc recommandés à intervalle régulier. Voir Helen Carr, “Modernism and Travel” (76).

4 Si comme le dit Luc Rasson « poser des questions éthiques toujours ancrées dans un projet esthétique relève de la littérature engagée » (98), alors le récit de Bird est engagé.

5 Pour reprendre les termes de Jean Kaempfer, le récit de Bird « mobilise néanmoins de manière oblique et inattendue une conception de la responsabilité de l’écrivain » et notamment de l’écrivain femme (9).

6 Le sens premier de l’engagement selon le Petit Robert est « action de mettre en gage ». Pour paraphraser les mots de Michel Leiris dans L’Âge d’homme, Bird s’engage tout entière dans son récit et l’on pense inévitablement aussi à Simone de Beauvoir pour laquelle l’engagement se caractérise par « la présence totale de l’écrivain à l’écriture » (65).

7 Voir en particulier les biographies d’Isabella Bird par Anna Stoddart (The Life of Isabella Bird) et Evelyn Kaye (Amazing Traveler: Isabella Bird, the Biography of a Victorian Adventurer) mais aussi les articles qui lui sont consacrés par Jane Robinson, Mary Russell, Dorothy Middleton, pour ne citer que quelques noms. (voir bibliographie complète en fin d’article).

8 À seize ans, Bird rédigea un pamphlet en faveur du Protectionnisme et prit position contre l’esclavage dans son premier livre, fruit de son voyage en Amérique. Grâce aux droits d’auteur de ce même récit, elle subventionna les pêcheurs des West-Highlands, puis s’engagea activement pour la cause des fermiers pauvres des Highlands, qu’elle contribua à faire émigrer au Canada. Ceci n’a rien d’étonnant dans le parcours d’une jeune fille de la classe aisée, fille de pasteur, évoluant dans le cercle de la Clapham Sect et évangélique de surcroît.

9 Pour une histoire des relations entre le Japon en l’Occident on consultera avec profit “Revising the Contact Zone : William Adams, Reception History and the Opening of Japan, 1600-1860”, dans New Directions in Travel Writing Studies, éds. Julia Kuehn et Paul Smethurst ou bien “Orientalist Knowledge and Social Theories: China and the European Conceptions of East-West Differences from 1600 to 1900.” D’autres études sur la période antérieure permettent également de mieux comprendre l’imaginaire à partir duquel Bird travaille, notamment l’article de Laurence Williams intitulé Defining English Identity in Japan: East India Company Accounts of the Japan Trade in Kyushu, 1600-1673)”.

10 « Je dirai qu’un écrivain est engagé lorsqu’il tâche à prendre la conscience la plus lucide et la plus entière d’être embarqué, c’est à dire lorsqu’il fait passer pour lui et pour les autres l’engagement de la spontanéité immédiate au réfléchi » (Sartre 82, 98).

11 On peut remarquer d’ailleurs que Ito teste l’engagement de Bird et plus qu’un guide représente aussi la tentation de choisir l’itinéraire facile au détriment des sentiers ardus, des “unbeaten tracks”. Mais face à la détermination sans faille de Bird d’honorer son engagement, Ito doit s’avouer vaincu à maintes reprises (Bird 179).

12 My attempt to write to you from Kasukabé failed, owing to the onslaught of an army of fleas, which compelled me to retreat to my stretcher, and the last two nights, for this and other reasons, writing has been out of the question” (Bird 38). Ou bien : “I tried to write to you but fleas and mosquitoes prevented it” (Bird 44).

13 Accuracy has been my first aim” (XXVI). “I long to get into the real Japan” (8), “I don’t want to convey a false impression” (Bird 198).

14 Le texte regorge d’adjectifs comme “magnificent”, “gorgeous”, “glorious”, “lamentable”, “awful” et de bien d’autres expressions de la subjectivité de Bird accompagnées parfois de paremboles ou d’épiphrases par lesquelles Bird commente son propre discours et qui donnent une dimension métalinguistique au récit, preuve que l’auteur est soucieuse de créer un effet sur le lecteur. Voir p. 40, “Must I write it? The houses were mean, poor, shabby, often even squalid, the smells were bad, and the people looked ugly, shabby and poor.” Le chiasme “poor, shabby… shabby and poor” ajoute encore à l’effet de style de la question rhétorique, proche de la prétérition. Bird cumule plusieurs effets de style, transformant ainsi la laideur de son environnement en matériau littéraire. De manière générale, le texte et ses nombreuses figures de style viennent contredire la préface, dans laquelle Bird semble affirmer que la forme épistolaire choisie entraîne le sacrifice de l’artifice et du littéraire.

15 There was an ocean of trees entangled with a beautiful trailer […] with a profusion of white leaves, which at a distance, look like great clusters of white blossom” (Bird 107) ; voir aussi la description d’un glissement de terrain qui a trait au sublime et relève clairement de l’hypotypose (Bird 206-207).

16 Voir en particulier à ce sujet W. H. Davenport Adams, Alexandra Allen, Dea Birkett, Lilias Davidson, Shirley Forster, Maria Frawley ou Leo K Hamalian.

17 “I predict that they will fail and that I will succeed” (Bird 233).

18 Voir Bird (91, 97).

19 Voir la note de bas de page 2 : “My fears, though quite natural for a lady alone, had really no justification [...]”(Bird 45).

20 Voir Susan Bassett, “Travel Writing and Gender” (Hulme 226 et seq.) : l’écriture de voyage au féminin se soucie plus des relations interpersonnelles et des préoccupations philanthropes, s’attache plus à la vie personnelle de ceux qu’elle rencontre que le discours masculin plus public. La femme voyageuse fera attention aux détails de la vie quotidienne. Voir aussi Travel Writing and the Female Imaginary dans lequel Fortunati, Monticelli & Ascari insistent sur la dimension affective du voyage chez les auteurs féminins et sur la dimension intellectuelle chez les auteurs masculins. Mills dans Discourses of Difference reprend l’idée selon laquelle les peuples indigènes sont souvent représentés comme des enfants aimants, ce qui permet au voyageur anthropologue d’éviter la question de la sexualité des peuples indigènes (22). Plus particulièrement, à propos de l’ambiguïté du discours de Bird, voir Reviron 67 et seq.

21 Voir à ce sujet le chapitre consacré aux Aïnous par Michele M. Mason dans Reading Colonial Japan : Text, Context and Critique. (Mason and Lee 33-56) et celui de Komori Yōichi (Mason and Lee 60-75).

22 Peter Hulme a montré à quel point cette hiérarchisation des races, l’invention de nationalités distinctes, et la suprématie des blancs, les notions de progrès, d’avancée scientifique et de développement ont contribué à l’avènement de l’Impérialisme et sont contemporaines du récit de Bird (73).

23 He had the simple curiosity of a child” (267), ou bien “they are just like children” (268). “Beliefs among people who are merely adult children [...]” (291), ou encore “as pleased as children.” (315).

24 Voir aussi Guy Rosolato, qui, dans La Relation d’inconnu, démontre que la métaphore, c’est « une chaîne inconsciente qui met en jeu des souvenirs et des fantasmes personnels en désaccord avec l’énoncé » (57). Le texte dit ce que Bird n’ose avouer tout haut. Voir aussi Paul Ricœur, la Métaphore vive.

25 “Japan is a study, not a rapture” (Bird XXIV).

26 Voici quelques mots de Bird à propos des Ainous : “These handsome savages, with their powerful physique look remarkably well in their best clothes” (281) ; “their voices are softer and sweeter than anything I have previously heard”(301).

Top of page

References

Electronic reference

Floriane REVIRON-PIÉGAY, « Isabella Bird’s Unbeaten Tracks in Japan ou le récit de voyage comme autoportrait d’une aventurière engagée », E-rea [Online], 14.1 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 26 March 2017. URL : http://erea.revues.org/5493 ; DOI : 10.4000/erea.5493

Top of page

About the author

Floriane REVIRON-PIÉGAY

Université Jean Monnet, St Etienne, France
floriane.reviron.piegay@univ-st-etienne.fr
Floriane Reviron-Piégay est Maître de conférences en littérature anglaise des XIXe et XXe siècles dans le Département d’Études Anglophones de la Faculté Arts, Lettres et Langues de l’Université Jean Monnet, à St Étienne. Sa recherche porte principalement sur les récits non fictionnels (biographies, autobiographies, lettres, récits intimes des auteurs anglais du début du XXe siècle, notamment du Bloomsbury Group), et aussi sur les récits de voyage au féminin ou récits d’exploration. Elle est l’éditeur de Englishness Revisited (Cambridge Scholars’ Press, 2009).

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org