Skip to navigation – Site map
1. « Regards croisés sur la Nouvelle-Orléans : la cité décalée » / “Perspectives on New Orleans, the Misfit City”
I/ Avant-propos

Avant-propos

Gérard HUGUES, Anne LESME and Sylvie MATHÉ

Full text

1Cosmopolite, métissée, inclassable, La Nouvelle-Orléans s’est imposée d’emblée comme thème général pour le colloque international et pluridisciplinaire organisé sous l’égide du LERMA du 7 au 9 novembre 2013, et ce à un double titre. Tout d’abord, elle était la nouvelle étape d’une exploration entamée par le groupe ACNA (Aire Culturelle Nord Américaine) sur les villes américaines, dont elle constituait la troisième rencontre après Chicago en 2002 et San Francisco en 2009. Ensuite, la ville, par son histoire mouvementée, sa réputation parfois sulfureuse, s’inscrivait particulièrement bien dans la thématique générale du laboratoire pour son plan quadriennal qui vient d’arriver à échéance, « Centre(s) et marge(s) : les territoires de l’ailleurs. » Marginale, La Nouvelle-Orléans l’était à souhait et à bien des égards. Les autochtones, et notamment celles et ceux qui ont participé à ce colloque, récusent parfois cette appellation qui ne fait pas justice, selon eux, aux efforts de recentrage et normalisation que la ville a consentis au cours de son histoire, en particulier dans la période post-Katrina. Il demeure que géographiquement la Nouvelle-Orléans, située à l’extrémité méridionale du continent, en un lieu-transition entre terre et océan, irriguée de bayous, en proie aux phénomènes climatiques les plus extrêmes, se démarquait nettement du reste de la nation en construction en cette toute fin du 18ème siècle. Ville carrefour, au point de contact des trois grands empires de l’époque coloniale américaine qu’étaient l’Espagne, la France et la Grande-Bretagne, elle fut d’emblée un enjeu majeur dans les équilibres mondiaux qui restaient à établir. Avant même l’achat de la Louisiane qui se négociait dans des cercles autorisés à Paris, elle devint un point de friction entre la Jeune République et la France, alors même qu’elle ne cachait pas sa gratitude envers une nation qui avait aidé à son émancipation. Le président Jefferson lui-même, fervent francophile, déclarait en 1803 dans un courrier à Livingston alors occupé à négocier avec le gouvernement français, qu’en tout état de cause La Nouvelle-Orléans devait être américaine, parce que la richesse de la nation dépendait de la position stratégique de cette ville unique sur la mappemonde, et que toute velléité de la soumettre deviendrait immédiatement et inéluctablement un casus belli. L’adresse était au Premier Consul et relevait sans nul doute à la fois de la provocation et du calcul dans un jeu diplomatique complexe qui permit à la Jeune République de doubler sa superficie mais également d’étendre le domaine de l’esclavage. C’est parce que la ville est restée ville ouverte et débouché naturel de tout le commerce de l’ouest qu’elle a occupé une place de choix dans la traite négrière. Sa proximité avec la Caraïbe la plaçait à la périphérie d’un autre espace où la question de l’esclavage prenait une dimension paroxystique et c’est au sujet d’un cas apparu à La Nouvelle-Orléans que la Cour Suprême des Etats-Unis édictait la règle du « séparés mais égaux » qui installait dans tout le Sud la pratique de la ségrégation dont les traces sont encore très visibles dans les États-Unis d’aujourd’hui. Ville des extrêmes, La Nouvelle-Orléans le fut tout au long de son histoire, qu’il s’agisse de sa destruction quasi totale pendant la guerre de Sécession, ou, tout près de nous, du passage de l’ouragan Katrina dont les effets ont fait l’objet d’une réflexion approfondie lors de cette rencontre internationale. Là encore, le stigmate de la marginalisation a provoqué des jugements trop souvent péremptoires, voire déplacés, d’aucuns percevant dans ce cataclysme la main d’un Dieu vengeur attaché à punir la cité du péché. Il fut même argué que les villes sont mortelles et que, peut-être, La Nouvelle-Orléans avait vocation à disparaître. Il n’en fut rien et le rebond, ou la renaissance, ne peuvent que susciter l’admiration.

2La première partie de ce dossier, consacrée aux perspectives historiques, revisite des moments clés de l’histoire de la ville, avant et immédiatement après la formation de la nation et examine la délicate intégration de la cité dans le récit national né de l’Indépendance. Dès la deuxième moitié du 17ème siècle, les explorateurs de la vallée du Mississippi, Joliet, Marquette et La Salle en tête, tentent de créer l’embryon d’un empire français, de façon à contrer la présence anglaise toute proche et à développer un commerce qui promettait d’être florissant. Cette mainmise suscite une réaction anglaise à la hauteur des enjeux et l’article de Catherine Armstrong démontre, à partir d’une étude de sources primaires jamais exploitées, que Français et Anglais n’ont finalement pas réussi à domestiquer cette terre hostile, largement restée à l’état de « wilderness », compromettant toute velléité de peuplement futur. Ainsi, tandis que Nouvelle Angleterre, colonies du centre et du sud connaissent, à des degrés divers, des phases de développement, les Carolines intérieures jusqu’à l’embouchure du Mississippi résistent à la main de l’homme et se marginalisent dans l’espace nord-américain. Beaucoup plus tard, en 1815, après avoir rompu son isolement initial et être devenue un lieu stratégique majeur, la ville sert de théâtre au choc entre troupes britanniques et américaines, pour livrer une bataille décisive dans ce qu’il est convenu d’appeler la deuxième guerre d’Indépendance. La victoire revint finalement aux troupes du général Andrew Jackson qui ainsi commençait à bâtir sa renommée et Pierre-François Peirano invite son lecteur à un examen des représentations de la bataille, sur la toile, mais également au travers d’autres medias comme la chanson populaire. L’on passe ainsi de la représentation à l’évocation, permettant de nourrir le récit national et d’associer à la ville d’autres héros, comme les pionniers du vaste Ouest, convoqués dans certaines peintures avec toques de castor et vêtements de cuir. Nathalie Dessens propose dans son article une perspective historiographique originale, lui permettant de revisiter la place de La Nouvelle-Orléans dans l’histoire des États-Unis depuis, grosso modo, leur accession au statut de nation libre. L’auteure axe son propos sur le recentrage voulu, et en grande partie réussi, d’une ville-frontière, longtemps rejetée aux marches d’un Empire en construction, fût-il celui de la Liberté, et qui peu à peu a abandonné son état initial de cité décalée pour prendre sa place au centre de la république. Au-delà de l’espace créole, voire du continent américain, Nathalie Dessens élargit le cercle historiographique pour faire entrer La Nouvelle-Orléans dans l’espace atlantique.

3Le deuxième volet du dossier intitulé « Études urbaines » propose en premier lieu une étude sociologique et ethnographique, fondée sur des enquêtes de terrain menées dans certains quartiers de la cité (Tremé, Central City et Broadmoor), pour établir que les politiques urbaines ne peuvent à elles seules rendre compte d’un véritable apartheid qui s’est imposé pendant l’entre-deux-guerres. Walter Stern appuie sa démonstration sur des données patiemment réunies pour conclure que l’implantation des écoles a aussi joué un rôle majeur dans la constitution des ghettos noirs et blancs. Or, si le système scolaire a réussi à imposer une stricte ségrégation à La Nouvelle-Orléans, il est désormais totalement impuissant à le défaire. Jim Crow continue de sévir, en dépit de tous les efforts déployés lors de la lutte pour les droits civiques, aggravant d’autant les violences urbaines qui en sont le corollaire. Dans un tout autre registre, Pascale Smorag utilise la toponymie pour proposer un parcours dans l’espace de la ville, et dans un temps très long, puisque l’article ne couvre pas moins de trois siècles d’histoire. Une sélection rigoureuse a été opérée des événements les plus marquants de son évolution, depuis le temps des premières explorations sous le règne de Louis XIV jusqu’à l’appropriation de la cité par les Anglo-Saxons après l’achat de la Louisiane, en passant par l’épisode, assez peu marquant sur le plan toponymique, de la présence espagnole. Les noms de lieux, de quartiers et de rues reflètent parfaitement l’ambivalence d’une ville qui très longtemps balance entre statut colonial et adhésion à l’indépendance républicaine, pour finalement garder dans les mots qui la disent les marques de cette identité complexe.

4Le volet « Réfractions littéraires et cinématographiques » ouvre sur une étude des jeux de trompe-l’œil que déploie George Washington Cable, lui-même natif de La Nouvelle-Orléans, dans les nouvelles de son recueil Old Creole Days (1879). Valérie Croisille y démonte les mécanismes du regard, du voyeurisme, des simulacres et des faux-semblants dans une société créole en déliquescence que Cable, à rebours de l’image romantique de la ville, satirise à loisir. Pour le Mississippien William Faulkner, La Nouvelle-Orléans, où il passa six mois en 1925 avant de s’embarquer pour l’Europe, fut le berceau de son apprentissage : Frédérique Spill déroule ici le fil de ces promenades littéraires, inspirées par une ville dont l’effervescence culturelle stimula les premiers pas dans la fiction de l’écrivain en herbe. Si ces New Orleans Sketches, tardivement rassemblés par Carvel Collins en 1958, sont généralement considérés comme des croquis imparfaits et relégués par la critique, ils n’en sont pas moins le lieu où s’élabore la recherche des formes et des figures qui deviendront la signature de l’artiste. Avec « Ten et Tru sur Bourbon Street », Liliane Kerjan nous embarque dans une flânerie à travers La Nouvelle-Orléans sur les traces de Tennessee Williams et Truman Capote, deux autres figures majeures de la littérature sudiste du 20ème siècle pour qui la cité décalée est à la fois espace du vagabondage interlope et source d’imaginaire, matrice des pièces Un Tramway nommé Désir, Soudain l’été dernier ou Vieux Carré pour Williams et persistance du souvenir chez Capote. L’étude de Gérald Préher met en regard deux images de La Nouvelle-Orléans, avant et après le passage de l’ouragan Katrina, à travers deux nouvelles de Richard Ford, « Puppy » (2001) et « Leaving for Kanosha » (2008). Jouant sur les clichés qui caractérisent la ville et les liens entre lieu et identité, les deux nouvelles mettent en scène l’irruption d’un élément de perturbation et de décalage qui débouche sur une forme de réconciliation et de résilience. Tanya Tromble examine ensuite le rôle que joue La Nouvelle-Orléans dans la nouvelle « Aiding and Abetting » de Joyce Carol Oates à travers l’évocation de la « New Orleans Parish Prison », afin d’explorer les implications métaphoriques de cet espace carcéral pour le récit ainsi que les associations qu’établit l’auteur entre la ville de La Nouvelle-Orléans et le mal. Quant à l’article de Stéphanie Durrans sur le roman post-apocalyptique de Moira Crone, The Not Yet (2012), il envisage le roman comme miroir des angoisses de l’Amérique, dans un récit où la ville fonctionne comme espace liminal par excellence et où la dialectique de l’inclusion et de l’exclusion ouvre sur l’hybridisation et la carnavalisation afin de mieux déjouer la mort.

5Cinéma, séries télévisées et arts visuels ne sont pas en reste dans les regards croisés que suscite La Nouvelle-Orléans, ville dont la dimension décalée et transgressive sert de toile de fond à des représentations jouant avec les codes et les us. Taïna Tuhkunen analyse deux films contemporains de Gone with the Wind (1939), le mélodrame romantique Jezebel de William Wyler (1938) et la comédie d’aventures romanesques The Flame of New Orleans de René Clair (1941), qui mettent ainsi en scène deux personnages féminins, une Belle du Sud et une douteuse comtesse française, qui transgressent les codes de la société sudiste antebellum dans la Babylone insulaire de la Louisiane. Là où Atlanta brûle, les cinéastes font de La Nouvelle-Orléans, entre iconoclasme et satire, une ville qui résiste et survit, en dépit de la maladie, la misère et la décadence.

6La « Big Easy » porte mal son nom lorsque, comme en 2005, la cité des extrêmes est frappée par un ouragan si dévastateur que d’aucuns ont cru y voir la fin programmée de la ville vouée à sombrer définitivement sous les eaux qui l’avaient submergée. Le volet V de ce dossier revient sur l’épisode paroxystique de Katrina qui allait, à contre-courant de quelques idées reçues sur la nonchalance de ses habitants, démontrer leur extraordinaire capacité de rebond. Le deuil suivant la tragédie posait la question du maintien du Mardi Gras, dans un contexte aussi troublé, où les esprits n’étaient pas à la fête. Aurélie Godet analyse ce temps d’hésitation où le désir d’un retour à la normale le disputait au respect des morts et des disparus, alors même que l’attitude des autorités fédérales, en particulier du président G.W. Bush, faisait l’objet des plus vives critiques. Dans cet article tout en nuances, l’on perçoit bien que si finalement la décision fut prise de célébrer Mardi Gras, le contenu même de la fête en fut considérablement modifié. Les parades furent écourtées, mais surtout un humour grinçant et haut en couleurs finit par apporter une forme de catharsis dont les habitants avaient tant besoin. Pour Lucie Béreau, la difficile reconstruction de l’après-Katrina est passée très largement par la recomposition d’un modèle éducatif obsolète, qui pourrait donner l’exemple d’une reconquête exceptionnelle après le traumatisme de l’ouragan. Ainsi, les habitants de la cité et les autorités locales ont-ils entrepris de reconstruire l’école, pour in fine reconstruire la ville, autour du modèle des « charter schools ». Ces établissements, fondés sur une logique néo-libérale où l’implication des enseignants et des équipes dirigeantes doit répondre à des objectifs clairement identifiés, étaient censés apporter la démonstration de ce que Lucie Béreau nomme la résilience de la ville. L’on peut légitimement s’interroger sur le bien-fondé de ce choix d’extrême libéralisme, tout en reconnaissant que l’école peut servir et a effectivement servi de paradigme à cet indispensable rebond. L’article de Catherine Dessinges et Dominique Gendrin s’attache ensuite à la représentation de la ville après le passage du cyclone dans la série Treme, avec un accent tout particulier sur les phénomènes de racialisation de l’espace. Les espaces urbains représentent en effet dans l’ère post-Katrina des enjeux majeurs de la lutte raciale et culturelle qui se joue entre les communautés de la ville à l’heure de la reconstruction et dont la série, à travers ses différents arcs narratifs, retrace la complexité. Dans la série télévisée True Blood, ce sont les codes et motifs du film de vampire et de loup-garou qui sont recyclés pour figurer la violence et le dysfonctionnement au cœur de l’univers post-Katrina de La Nouvelle-Orléans. Anne-Marie Paquet-Deyris examine les stratégies esthétiques, formelles et idéologiques grâce auxquelles Alan Ball, le concepteur de la série, explore de façon résolument originale une réalité sociétale au prisme de l’imaginaire fantasmatique du genre de l’horreur. Enfin, la peinture contemporaine de La Nouvelle-Orléans après Katrina, telle que représentée dans les œuvres de James Michalopoulos, Terrance Osborne et Phil Sandusky, fait du décalage, du décentrement et du déséquilibre le dénominateur commun de pratiques artistiques figuratives liées à la rupture d’un équilibre déjà fragile. Mais paradoxalement, ce que l’étude d’Hélène Gaillard souligne, c’est, au cœur de la catastrophe, l’harmonie retrouvée et une forme d’espoir née de cette osmose entre les habitants et la cité. Belle image que celle du silver lining sur laquelle ouvre in fine ce dossier de regards croisés.

Top of page

References

Electronic reference

Gérard HUGUES, Anne LESME and Sylvie MATHÉ, « Avant-propos », E-rea [Online], 14.1 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 21 November 2017. URL : http://erea.revues.org/5528

Top of page

About the authors

Gérard HUGUES

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

By this author

Anne LESME

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

By this author

Sylvie MATHÉ

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

By this author

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org