Skip to navigation – Site map
2. Frontières dans la littérature de voyage : nouvelles pistes de recherche
IV/ Les limites du sujet-voyageur

Traversées, hybridations grotesques et inquiétante étrangeté dans The Island of Dr Moreau (1896) de H. G. Wells : la mort de l’humain ?

Françoise DUPEYRON-LAFAY

Abstracts

Edward Prendick, the protagonist and narrator of The Island of Dr Moreau, embarks on a hazardous and terrifying crossing (between England and an unknown Pacific island) that will lead to other types of crossings – biological, taxonomical, psychological, ontological and generic ones. They will irretrievably make him a stranger to himself. Wells’s evolutionist work, like Dr Moreau’s laboratory, actually explores the problematic concepts of civilization and humanity and shows how permeable the frontiers between humans and animals are and how they insidiously dissolve, so that the humanization of animals (by Moreau) is paralleled by the (spontaneous) animalization of humans, a darkly disturbing form of regression that represents the return of the repressed, and one of the modalities of the Freudian unheimlich. Biological and ontological hybridity goes along with literary hybridity in this angst-ridden narrative that fuses science, realism and the fantastic, collapsing binary oppositions and resting on an ever-shifting in-between, grotesque logic. The island on which Prendick is compelled to live for months, instead of leading to (re)construction as in traditional utopias, is an anarchic tropical jungle that deconstructs and shatters all his norms and certainties, reflecting his wild and alien(ated) state.

Top of page

Full text

1C’est par le biais d’un long voyage maritime effectué entre l’Angleterre et une île tropicale inconnue du Pacifique par Edward Prendick, protagoniste et narrateur de The Island of Dr Moreau, que débute l’intrigue de la novella de Wells et qu’ont lieu une série de traversées, d’hybridations et de transgressions d’ordre générique, biologique (pour les créatures du Dr Moreau), psychique et ontologique.

2Les découvertes récentes en biologie et en psychiatrie, et les théories évolutionnistes qui forment le substrat scientifique et réaliste de The Island of Dr Moreau s’accompagnent de figurations de l’humanité et de l’animalité fantastiques et grotesques, adjectif récurrent dans le texte de Wells et associé à des affects négatifs, tels que l’angoisse, le dégoût et la terreur. Sa novella a acquis le statut de « classique », notamment en raison des adaptations filmiques de l’œuvre qui mettent en avant les expériences spectaculaires et terrifiantes du docteur éponyme sur des animaux qu’il tente d’humaniser. Mais cet aspect thématique, probablement le mieux connu du public, n’est sans doute pas le plus important. En revanche, d’un point de vue plus strictement littéraire et idéologique, le croisement de genres et de domaines en apparence incompatibles (la science, un régime narratif ressortissant au réalisme et des épisodes et des figurations de type fantastique) mérite que l’on s’y arrête car il s’agit du véhicule permettant une interrogation sur le concept problématique d’humanité, au plan biologique, mais surtout ontologique et éthique, et sur les risques de régression ou de « dévolution ».

[…] as many critics have noted, the narrative is also a ‘patchwork’ of different discourses, one grafted upon another. The point of agreement amongst critics on the ‘hybridity’ of the text involves the mixture of the literary (mythic, fictive) and the scientific (factual, logical). (Jackson 24)

  • 1 Avant la fin des années 1990 sont parues une série de monographies marquantes sur Wells, notamment (...)
  • 2 Simon J. James est l’un des rares spécialistes de Wells à se pencher en détail sur son esthétique d (...)
  • 3 Voir à ce sujet l’article de Colbey Emmerson Reid.

3Mais depuis la fin des années 19901, au-delà de ce constat, et du consensus sur cette hybridité (qui n’est d’ailleurs pas seulement discursive), la critique a le plus souvent adopté, soit exclusivement, soit en les combinant, des approches d’orientation postcoloniale, poststructuraliste, psychanalytique, gender studies, sociopolitique dans la mouvance du New Historicism, interdisciplinaire (liées au substrat scientifique de l’œuvre), et plus récemment post-humaniste ou relevant des animal studies, qui, aussi novatrices et éclairantes soient-elles, n’accordent que peu d’attention aux mises en œuvre et aux composantes génériques et stylistiques de cette hybridité, à son fort substrat réaliste2, au grotesque, pourtant omniprésent dans l’œuvre, et à sa relation intime avec la notion d’inquiétante étrangeté freudienne. Cet article traitera non seulement du grotesque (de type unheimlich), comme thème et dimension visuelle de l’œuvre3, mais montrera que s’il suscite des affects si puissants, c’est parce qu’il constitue le régime de représentation central de l’œuvre, le paradigme de son hybridité générique et une réponse épistémologique inédite à la crise des valeurs de la fin du XIXe siècle.

4The Island of Dr Moreau débute en instaurant toute une série d’effets de réel d’une importance stratégique car, sans eux, l’intrigue à dominante très largement fantastique perdrait de sa crédibilité. Nous nous pencherons donc sur les diverses stratégies réalistes qui visent à contextualiser, à authentifier le récit (dans le cadre victorien des années 1890) et à lui donner un pouvoir de conviction accru.

5Ainsi, le lecteur est mis en condition pour adhérer à l’« étrange » récit d’Edward Prendick dont la longue et périlleuse traversée maritime fait irrémédiablement basculer l’existence. Cette traversée physique qui le conduit sur l’île du Dr Moreau, représente un voyage psychique et éthique sans retour possible. Nous en analyserons les étapes en mettant en lumière la représentation et les moments-clefs de la dérive (au sens propre et figuré), et de l’aliénation de Prendick qui subit diverses morts symboliques en tant qu’humain.

6Dès les premiers chapitres, et plus encore lorsque l’action se déroule sur l’île, le récit met en scène la dissolution insidieuse des frontières entre l’homme et l’animal : l’humanisation des animaux (par Moreau) a pour pendant l’animalisation (spontanée) des êtres humains. Mais, cette œuvre troublante de Wells dépasse très largement une logique binaire exclusive, et repose sur le règne de l’entre-deux, de l’hybridité multiple et évolutive, et du grotesque, catégorie esthétique et conceptuelle convoquée pour répondre à une situation de crise et d’impasse du langage et de la pensée. À l’instar de l’appartenance générique hybride du récit, le recours au grotesque, associé au concept d’inquiétante étrangeté (présent dans le gothique fin de siècle), permet à Wells ce travail inédit, et expérimental, d’exploration et de mise en question des frontières taxinomiques et éthiques censées délimiter le concept d’humanité.

7L’œuvre montre, d’une façon très dérangeante, que la régression de Prendick n’est rien d’autre qu’un retour du refoulé, et que, comme ses congénères, il était déjà primitif et à demi animal avant son séjour sur l’île, avant d’avoir été « infecté » par la promiscuité avec les bêtes du Dr Moreau dans la jungle tropicale. Ainsi, The Island of Dr Moreau nous fait entrevoir la « jungle » intérieure anarchique qui habite l’humanité et a donc valeur de diagnostic et de mise en garde post-évolutionniste sur la fragilité du concept de civilisation.

1. La scientific romance et les indispensables effets de réel du récit

  • 4 La dimension religieuse du texte, inséparable de son substrat d/évolutionniste, complexifie encore (...)
  • 5 H. G. Wells, The Island of Dr Moreau (éd. Patrick Parrinder, London: Penguin Classics, 2005).

8Wells qualifiait ses novellas des années 1890, comme The Time Machine (1895), The Island of Dr Moreau (1896), The Invisible Man (1897), et The War of the Worlds (1898), de scientific romances. Cette locution repose sur une opposition plus radicale que dans science fiction, expression qui n’existait pas encore à l’époque. En effet, l’emploi de la catégorie de la romance met en avant la présence d’un imaginaire de type merveilleux (au sens large, incluant la catégorie du fantastique), associé à un autre domaine, la science, qui lui est, en toute logique, radicalement étranger puisqu’il implique un substrat rationnel et crée chez le lecteur un horizon d’attente que, globalement, on pourrait appeler « réaliste ». Les découvertes récentes en biologie et en psychiatrie, et les théories évolutionnistes qui constituent le soubassement de The Island of Dr Moreau y côtoient des figurations grotesques de l’humanité et de l’animalité4. L’adjectif grotesque est, de fait, employé quinze fois entre les chapitres III et XXI (dont quatre fois au chapitre IX, aux pages 40-425), outre une occurrence du substantif grotesqueness au chapitre XVI. Ce croisement entre la romance et la science est particulièrement flagrant au chapitre XV lorsque Prendick prétend ne pouvoir décrire l’étrangeté radicale des « Beast People », qu’il qualifie de « grotesque travesties of men » (80), mais s’y emploie pourtant en détail, à grand renfort de termes médicaux désignant divers types de défauts et de malformations : « inhuman curvature of the spine », « prognathous », « malformed », « deficient in the number of digits », ou encore « lacking any tactile sensibility » (82). Comme le souligne Dominique Iehl dans Le Grotesque (1997) :

Le grotesque, parent du fantastique, semble étranger, dans ses dérivations, aux visées directes du réalisme. On le rencontre pourtant, à travers le XIXe siècle […] chez un Gogol, et même chez un Balzac, dont l’œuvre contient toute une galerie de grotesques […]. Mais le nouveau grotesque se situe ailleurs, selon une ligne qui aboutit à Kafka, et qui, paradoxalement, part de Flaubert, le peintre le plus exact et, en apparence, le moins déformant de la réalité. (76)

9De fait, la novella de Wells débute en instaurant toute une série d’effets de réel d’une importance stratégique : sans eux, le récit présenté par Edward Prendick n’aurait pas le pouvoir de conviction qui, malgré les épisodes de type fantastique qui dominent très largement, caractérise son étrange et terrible histoire.

  • 6 Edward Prendick souffrant de dépression et de graves troubles mentaux après son séjour sur l’île, l (...)
  • 7 Rien de surprenant à la présence de ces lapins dont, dans son essai « Human Evolution, an Artificia (...)

10Au XIXe siècle, comme on peut le constater avec les ghost stories victoriennes par exemple, ce mode opératoire et ce même type de croisement générique sont observables dans les œuvres de fiction dont les thèmes relèvent de l’imaginaire fantastique mais qui adoptent un régime de représentation réaliste. Wells procède exactement de la même façon en faisant débuter sa novella par un bref chapitre d’introduction écrit par le neveu d’Edward Prendick. Ce préambule a pour fonction de légitimer le récit posthume qui va suivre : nous apprenons d’emblée que l’histoire racontée dans The Island of Dr Moreau n’avait pas pour vocation première d’être publiée et divulguée au grand public mais qu’il s’agissait d’une forme de fragment autobiographique retrouvé dans les papiers de Prendick après sa mort assez énigmatique dont la date et les circonstances ne sont pas précisées6 : « The following narrative [was] unaccompanied by any definite request for publication » (5). Le neveu juge « étrange » l’histoire de son oncle disparu et recourt à toute une série d’effets de réel pour la rendre vraisemblable et crédible : les dates et la durée au jour près de l’aventure de Prendick (1er février 1887-5 janvier 1888, 11 mois et 4 jours), le nom (évidemment fictif) des navires impliqués (The Lady Vain, The Ipecacuanha), la mention de ports en revanche bien réels, tels que Callao au Pérou ou Arica au nord du Chili, les latitudes et les longitudes utiles à la compréhension des itinéraires accomplis, mais aussi la visite de Noble’s Isle par l’équipage du vaisseau H. M. Scorpion en 1891 pour tenter (en vain) d’identifier dans cet îlot volcanique les caractéristiques de l’île du Dr Moreau. À leur arrivée, les marins trouvent l’endroit quasi inhabité, à l’exception de quelques porcs sauvages, de lapins7 et de « rats assez particuliers » (5) dont on peut soupçonner, à une deuxième lecture, qu’il pourrait s’agir de rongeurs ayant subi des greffes de tissus, à l’instar de ces « rats rhinocéros » qu’évoque le Dr Moreau au chapitre XIV (71). Mais l’équipage ne rapporte aucun spécimen et ne découvre sur cet îlot du Pacifique aucune des créatures décrites dans le manuscrit de Prendick, ce qui est une façon habile de laisser subsister le bénéfice du doute : « So that this narrative is without confirmation in its most essential particular » (5). Aucun indice matériel ne permet donc de corroborer les dires de Prendick dont, le corps médical s’interroge sur la santé mentale à son retour en Angleterre : « He gave such a strange account of himself that he was supposed demented » (5) ; « His case was discussed among psychologists at the time as a curious instance of the lapse of memory consequent upon physical and mental stress » (5). Mais cette folie supposée elle-même a paradoxalement pour effet de rendre le récit plus réaliste et plus crédible puisqu’elle est l’occasion de faire état des découvertes scientifiques récentes sur les mécanismes d’occultation à l’origine de la perte de mémoire. Par ailleurs, le neveu conclut son préambule en insistant sur le fait que le schooner Ipecacuanha, grâce auquel Prendick a atteint l’île du Dr Moreau, a entrepris son voyage en janvier 1887 et que l’on a perdu sa trace en décembre de la même année (sans doute s’est-il abîmé en mer pendant une tempête), autre élément apportant une caution objective au récit :

And it seems that a schooner called the Ipecacuanha with a drunken captain, John Davies, did start from Arica with a puma and certain other animals aboard in January, 1887, that the vessel was well known at several ports in the South Pacific, and that it finally disappeared from those seas (with a considerable amount of copra aboard), sailing to its unknown fate from Bayna in December, 1887, a date that tallies entirely with my uncle’s story. (6)

11Comme le fait son neveu en préambule, Prendick a tout de suite recours à l’adjectif « strange » pour qualifier son histoire dont le récit est lui aussi infléchi par une volonté d’authentification : des effets de réel et des détails factuels dont la fonction est similaire à celle de l’introduction. L’ouverture du chapitre I effectue de nombreuses références à la presse, à la forte médiatisation des faits divers à l’époque victorienne, et à des épisodes marquants du XIXe siècle. L’allusion au célèbre naufrage de la frégate française La Méduse en 1816 permet de faire comprendre au lecteur l’expérience des survivants du Lady Vain (et suggère à demi-mot l’acte tabou du cannibalisme). Prendick pousse le souci de réalisme jusqu’à citer le nom et la date d’un article de presse qu’il souhaite compléter afin de rétablir la vérité.

I do not propose to add anything to what has already been written concerning the loss of the Lady Vain. As everyone knows, she collided with a derelict when ten days out from Callao. The longboat, with seven of the crew, was picked up eighteen days after by H. M. gunboat Myrtle, and the story of their terrible privations has become quite as well known as the far more horrible Medusa case. But I have to add to the published story of the Lady Vain another, possibly as horrible and far stranger. It has hitherto been supposed that the four men who were in the dinghy perished, but this is incorrect. I have the best of evidence for this assertion: I was one of the four men.

But in the first place I must state that there never were four men in the dinghy,—the number was three. Constans, who was “seen by the captain to jump into the gig” (Daily News, March 17, 1887), luckily for us and unluckily for himself did not reach us. (7)

2. Les traversées maritimes et l’île : la dérive, l’aliénation progressive et les morts symboliques de Prendick

12La longue et périlleuse traversée entre l’Angleterre et le Pacifique effectuée par Prendick à bord de quatre embarcations différentes fait irrémédiablement basculer son existence. Il évoque au chapitre I le naufrage du Lady Vain, nom aux connotations tragiques suggérant l’absence de protection divine ; il décrit ensuite sa survie à bord du « dinghy », petit canot dériveur du navire, puis son sauvetage dont le récit se poursuit au chapitre II. C’est Montgomery, l’un des passagers du schooner Ipecacuanha, qui permet à Prendick de se rétablir mais le capitaine, abruti par l’alcool, le chasse dans un accès de colère, le forçant à descendre dans le canot que Montgomery utilise pour atteindre l’île du Dr Moreau. C’est en fait dès le chapitre I, à la suite du naufrage du Lady Vain, que la traversée maritime conduit Prendick à effectuer une autre traversée, un voyage sans retour possible, d’ordre psychique. À bord du « dinghy », à la dérive sur l’océan pendant des jours, sans eau potable sous un soleil de plomb, il échappe de peu à l’irréparable (une forme de cannibalisme) puisque les deux autres passagers tirent au sort pour savoir lequel des trois sera sacrifié et son sang bu, mais un violent corps-à-corps fait tomber les deux hommes du canot. La traversée des frontières commence dès ce moment-seuil car en les voyant sombrer, Prendick comprend déjà obscurément qu’il est devenu autre, étranger à lui-même : « They sank like stones. I remember laughing at that, and wondering why I laughed. The laugh caught me suddenly like a thing from without » (8-9). Alors, seul, en proie au délire, il subit une première mort symbolique qui se traduit par une scission profonde et irréversible, un dédoublement de son esprit en acteur et en spectateur indifférent à son propre sort. À ce stade précoce de l’histoire, il se croit même déjà mort :

And even as I lay there I saw, with no more interest than if it had been a picture, a sail come up towards me over the sky-line. My mind must have been wandering, and yet I remember all that happened, quite distinctly. I remember how my head swayed with the seas, and the horizon with the sail above it danced up and down; but I also remember as distinctly that I had a persuasion that I was dead, and that I thought what a jest it was that they should come too late by such a little to catch me in my body. (9)

  • 8 Ce n’est sans doute pas un hasard si le lieu d’habitation qui a été attribué à Prendick sur l’île é (...)

13Lors de son sauvetage, au moment où le schooner arrive à son niveau et où on le hisse à bord, la syntaxe exprime clairement l’aliénation de Prendick qui décrit ce qui lui arrive à la voix passive. Paradoxalement, ce « sauvetage » signe sa perte et le précipite déjà vers une forme de bestialité puisque le sang qui n’a pas été bu sur le « dinghy » va sans doute l’être sur le schooner. Montgomery, qui déclare l’avoir trouvé « presque mort » (11) le rend à la vie en lui administrant un mystérieux breuvage rouge très fortifiant : « a dose of some scarlet stuff » ; « It tasted like blood and made me feel stronger » (10). Le schooner (Ipecacuanha) dont le nom brésilien désigne une plante émétique est associé dès le début au dégoût et à la nausée, sensations qui accompagneront sans cesse Prendick par la suite. Il règne en effet sur ce bateau une saleté repoussante et l’équipage s’y comporte avec une sauvagerie et une grossièreté indignes d’êtres humains. Le schooner est un microcosme qui préfigure bien des aspects de la vie sur l’île du Dr Moreau8, particulièrement la dissolution insidieuse des frontières entre l’homme et l’animal. Le puma en cage que l’équipage se complaît à tourmenter est qualifié par Prendick de « poor brute » (22), et ce même substantif est employé pour décrire le capitaine qui se comporte comme une bête et une brute : « It was no good answering the brute » (23). Dès le chapitre I, Prendick connaît donc une lente agonie psychique, ponctuée de crises, de paroxysmes, et de morts symboliques, d’abord sur le « dinghy », puis sur l’île. Son expulsion du schooner révèle une nouvelle fois la fracture qui s’est opérée en lui et la radicalise en montrant qu’il a déjà perdu une part de son humanité et acquis des caractéristiques animales (peut-être après avoir bu du sang ?), la nourriture et la faim étant à l’évidence devenues l’une de ses préoccupations majeures :

I was alternately despairful and desperate. Once or twice as I stood waiting there for things to accomplish themselves, I could not resist an impulse to laugh at my miserable quandary. I felt all the wretcheder for the lack of a breakfast. Hunger and a lack of blood-corpuscles take all the manhood from a man. [...] So I waited passively upon fate [...]. (24)

  • 9 Voir Françoise Dupeyron-Lafay, « La Postérité du Livre IV de Gulliver’s Travels (1726) de J. Swift  (...)

14Le choix d’une île comme cadre principal de l’action renvoie à une longue tradition mythologique et littéraire, reposant souvent sur de curieuses métamorphoses ; ainsi en va-t-il chez Homère, dans The Tempest de Shakespeare, ou dans Gulliver’s Travels de Jonathan Swift dont Wells était un fervent admirateur depuis son adolescence9. L’île du Dr Moreau, à la frontière entre réel et imaginaire, évoque aussi la localisation classique de l’utopie, mais Wells transforme ce lieu en laboratoire anti-utopique qui déconstruit tous les acquis et toutes les certitudes de Prendick sur la permanence et l’inaltérabilité de son statut d’être humain. En effet, son séjour sur cette île le transforme lentement, insidieusement et irrévocablement, au point qu’il finit par ne plus savoir qui ou ce qu’il est.

15Ainsi, au chapitre X, à son réveil, il se lève un peu trop précipitamment de son hamac qui le dépose à quatre pattes sur le sol (49) et après avoir mangé le repas qu’on lui a préparé, il éprouve un moment de bien-être qu’il décrit comme « a sense of animal comfort » (50). Pendant tout le récit, il est tiraillé entre des pulsions animales et des sentiments humains, réactions contradictoires mais concomitantes. Les découvertes terrifiantes qu’il effectue expliquent cette scission car il s’imagine d’abord que les créatures de l’île sont des humains que, par perversité, Moreau et son assistant Montgomery ont opérés et rendus bestiaux et grotesques : « As I interpreted it then, this island was inhabited only by these two vivisectors and their animalised victims » (53). Il craint donc de subir le même sort dégradant et envisage un moment le suicide, mais choisit finalement de vivre pour assister à la suite : « I had half a mind to drown myself then; but an odd wish to see the whole adventure out, a queer, impersonal, spectacular interest in myself, restrained me » (54). La part d’animalité dont il a pris la mesure le conduit au renoncement mais celui-ci, jusqu’au bout du récit, coexiste avec une conscience douloureuse de sa situation, un sentiment de désespoir devant l’absurdité tragique de l’existence, accompagné d’une distance ironique de type philosophique. C’est ce que démontre clairement le moment où les « Beast Folk » récitent la loi de Moreau et où Prendick évoque la deuxième mort symbolique qu’il vient de subir en entrant dans leurs taudis, premier contact rapproché qui le contamine irréversiblement : « I could have imagined I was already dead and in another world » (58-59). Dans ce chapitre, le pronom we montre que Prendick est devenu l’un d’eux mais l’alternance entre nous et je indique son statut incertain en tant que spectateur détaché de cette scène qui lui inspire par ailleurs un profond dégoût : « Superficially the contagion of these brutes was upon me, but deep down within me the laughter and disgust struggled together » (59).

  • 10 L’apposition « eating and drinking sparingly » (129) qui complète le bref récit de ces trois jours, (...)
  • 11 «  [...] my uncle, Edward Prendick, a private gentleman, who certainly went aboard the Lady Vain at (...)

16Ainsi, The Island of Dr Moreau est doublement un récit posthume puisqu’il n’est lu qu’une fois son auteur mort, mais même de son vivant, et cela dès le début de sa traversée, Prendick est déjà symboliquement mort et passé de l’autre côté. Son voyage aller-retour entre l’Angleterre et le Pacifique est d’ailleurs encadré par deux mouvements de dérive qui représentent bien son aliénation et sa perte de contrôle : l’un sur le « dinghy » au chapitre I après le naufrage de The Lady Vain (« We drifted famishing », 8) et l’autre quand il réussit enfin à quitter l’île du Dr Moreau, à l’avant-dernier chapitre : « So I drifted for three days » (129)10. On notera d’ailleurs que le départ de l’île s’effectue sur un canot dont le nom est devenu illisible11 de même que Prendick ne sait plus qui ou ce qu’il est après avoir passé des mois en compagnie des animaux humanisés de Moreau et être devenu l’un d’entre eux dans la jungle tropicale.

3. La dissolution des frontières : l’hybridité et le grotesque

17Le jeu des pronoms (l’alternance entre I et we) au début du chapitre XXI, « The Reversion of the Beast Folk », exprime de manière troublante ce statut hybride, instable et provisoire :

In this way I became one among the Beast People in the Island of Doctor Moreau. (118)

We were in just the state of equilibrium that would remain in one of those ‘Happy Family’ cages which animal-tamers exhibit, if the tamer were to leave it for ever. (124)

  • 12 L’influence du livre IV de Gulliver's Travels est ici très nette et l’attitude de Prendick fait éch (...)

18La perte de repères éthiques et esthétiques stables et de cadres permanents et infrangibles a d’ailleurs lieu bien plus tôt, et cela dès le chapitre XV quand Prendick constate qu’il s’habitue à la vue de ces créatures contrefaites, et en vient à trouver la forme humaine disgracieuse : « I even fell in with their persuasion that my own long thighs were ungainly » (82). On mesure l’évolution du personnage quand on se souvient que l’adjectif « ungainly » avait initialement été employé pour décrire le serviteur difforme et inquiétant de Montgomery au chapitre VII12.

19Quand Prendick regarde l’homme-léopard évadé et traqué par Moreau, cette créature acculée et terrifiée rattrapée par son bourreau lui fait prendre conscience d’un paradoxe que sa raison ne peut résoudre :

It may seem a strange contradiction in me, — I cannot explain the fact, — but now, seeing the creature there in a perfectly animal attitude, with the light gleaming in its eyes and its imperfectly human face distorted with terror, I realised again the fact of its humanity. (94)

20Mais inversement, Prendick perd de son humanité car avec le temps, il devient indifférent aux hurlements de douleur du puma dont Moreau mutile et modèle le corps pour le faire ressembler à celui d’un homme : « So indurated was I at that time to the abomination of the place, that I heard without a touch of emotion the puma victim begin another day of torture » (97).

21Dans The Island of Dr Moreau, le positionnement liminal instable qu’entraînent les différentes traversées (physique, morale, psychologique et générique) fait clairement dépasser les oppositions binaires, et établit le règne troublant de l’entre-deux, et de l’hybridité multiple, évolutive et grotesque. Le grotesque n’est pas un genre littéraire à proprement parler ; il s’agit plutôt d’une composante textuelle et visuelle, et surtout d’un mode d’appréhension, d’une catégorie esthétique et conceptuelle qui, sous ses formes les plus noires et inquiétantes, à partir de l’époque romantique, vient combler un vide. Le grotesque est toujours convoqué lorsque le langage et la pensée se trouvent dans une impasse, comme au chapitre III, sur le pont du schooner, lors de la rencontre nocturne entre Prendick et le « serviteur » de Montgomery, qui traduit parfaitement le désarroi engendré par la confrontation avec l’inconcevable :

[I was] astonished beyond measure at the grotesque ugliness of this black-faced creature. I had never beheld such a repulsive and extraordinary face before, and yet—if the contradiction is credible—I experienced at the same time an odd feeling that in some way I had already encountered exactly the features and gestures that now amazed me. (14)

  • 13 On notera pour chacun de ces adjectifs (et leurs variantes adverbiales ou substantivées) : 62 occur (...)

22Les effets induits par des adjectifs comme strange, odd, curious, unaccountable, extraordinary13 qui ponctuent par ailleurs le récit sont tout autres car ils postulent tous a contrario une norme rationnelle et humaine, ce qui n’est pas le cas du grotesque. Sa seule présence est donc un aveu assumé d’impuissance et une stratégie esthétique et conceptuelle mise en œuvre pour signaler des angles morts dans la pensée et le langage. Il met l’accent sur l’incapacité à comprendre, l’impossibilité de concevoir et d’exprimer des réalités trop complexes ou trop inédites pour être appréhendées avec nos ressources verbales et mentales habituelles. Dans The Grotesque in Art and Literature (1957), Wolfgang Kayser interprète la présence du grotesque dans les œuvres du XIXe siècle sous un angle artistique et sociologique comme le symptôme d’une crise profonde, et une réponse angoissée à cette crise :

Structurally, it presupposes that the categories which apply to our world view become inapplicable. We have observed the progressive dissolution which has occurred since the ornamental art of the Renaissance: the fusion of realism which we know to be separated [...], the loss of identity, the distortion of “natural” size and shape, the suspension of the category of objects, the destruction of personality, and the fragmentation of the historical order. (Kayser 185)

  • 14 Comme le souligne Bertrand Féron, le traducteur de Freud pour l’édition Gallimard, dans sa note lim (...)

23La publication de The Island of Dr Moreau est bien la réponse à une crise et l’œuvre met au jour de manière artistique et symbolique des angoisses liées aux théories évolutionnistes contemporaines. L’apparence des bêtes est, somme toute, malgré son aspect frappant, l’aspect le plus anecdotique, quoique le plus connu, de ce texte dérangeant qui opère de multiples transgressions et dissout les frontières (taxinomiques et éthiques) censées protéger le concept d’humanité. Ce concept est mis à mal par la conjonction que Wells opère entre le réalisme, le fantastique et le grotesque, entre la biologie évolutionniste et une approche de type psychiatrique fondée sur la notion d’inquiétante étrangeté ou « uncanny » mise au jour par Freud, sans doute dès les années 1890, et en tout cas, bien avant la parution de son célèbre essai L’Inquiétante étrangeté (Das Unheimliche), en 191914.

4. La jungle : le grotesque et l’inquiétante étrangeté

24Au chapitre I de The Late Victorian Gothic. Mental Sciences, the Uncanny, and Scenes of Writing (2011), Hilary Grimes cite l’extrait d’un discours des années 1890, prononcé par William James en hommage à F. W. H. Myers, membre fondateur de la Society for Psychical Research (SPR), et dans lequel l’esprit humain est défini par une double métaphore, architecturale et végétale, dont la portée littéraire et psychologique éclaire parfaitement le sens de la novella de Wells, quasiment contemporaine de ce discours. Selon James, l’esprit humain était jusqu’ici envisagé comme une « abstraction » dont n’étaient pris en compte que les aspects « normaux » et diurnes, ainsi que les propriétés architecturales classiques, synonymes d’ordre, de maîtrise rationnelle et de civilisation : « A sort of sunlit terrace was exhibited on which [the human mind] took exercise. But where that terrace stopped, the mind stopped » (13). James file la métaphore en soulignant la métamorphose des alentours de la terrasse classique en lieu de style gothique et en évoquant la végétation anarchique qui y prolifère :

[…] uncouth forms lurk in the shadows. A mass of mental phenomena are now seen in the shrubbery beyond the parapet. Fantastic, ignoble, hardly human or frankly non-human are some of the new candidates for psychological description. The menagerie and the madhouse [...] have been made to deliver up their material. (Grimes, Ibid., 13)

  • 15 D’une manière très intéressante, cet essai de Freud apparaît lui-même comme une résurgence, comme l (...)

25Selon Grimes, la manière dont James décrit la transformation du jardin ornemental classique en friche ou en jungle révèle clairement la manière dont la science et la littérature « gothique » s’alimentaient mutuellement à la fin de la période victorienne. Mais elle emploie le terme « gothique » en le redéfinissant par rapport à une conception historique et générique étroite : « […] Gothic literature itself blurs boundaries, not only between literary periods, but also between genres » (1). Et elle précise en outre : « […] I do not refer to the traditional tropes associated with the genre, like ruined castles, wicked villains, and helpless heroines » (2). Le « gothique » fin de siècle illustré par Stevenson, Wilde ou Stoker, ressortit à l’inquiétante étrangeté (ou « the uncanny »), aux états de perturbation mentale (dédoublement, hallucinations, hantise, obsessions, désintégration psychique) et aux expériences extrêmes, à l’étrange et/ou au surnaturel, mais celui-ci est souvent plus intériorisé que le résultat de manifestations objectives. Le sens où l’entend Grimes correspond donc étroitement à la conception de la romance entretenue par Wells dont curieusement d’ailleurs, elle ne cite pas The Island of Dr Moreau au chapitre I alors que la signification de la jungle y est à la fois littérale et métaphorique. Les arabesques confuses de la végétation anarchique de l’île ont pour pendant les formes grotesques des créatures de Moreau auxquelles la jungle semble symboliquement donner naissance : « Immediately there was a […] sound of voices from the dense green jungle [...]. Then at three or four points on the edge of the sulphurous area appeared the grotesque forms of the Beast People hurrying towards us » (89). Au-delà de l’angoisse de la régression biologique qu’exprime The Island of Dr Moreau, la novella suggère, d’une façon plus troublante encore, que cette jungle est aussi celle de la psyché humaine, avec ses profondeurs obscures, effrayantes, sauvages, et inconnaissables, dont sortent de temps à autre des créatures indésirables. De fait, la rencontre avec le serviteur de Montgomery préfigure l’essai de Freud sur l’inquiétante étrangeté dont la logique profonde affleurait déjà à la fin de l’époque victorienne, bien avant sa publication en 191915. The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886) de Stevenson propose une figuration gothique du retour du refoulé, tout comme la novella de Wells, à deux reprises au moins, chaque fois que Prendick éprouve un sentiment trouble et troublant de déjà-vu devant les créatures de Moreau. La vision du serviteur de Montgomery, sur le schooner, provoque la résurgence inquiétante, mais éphémère, de terreurs enfantines refoulées : « That black figure with its eyes of fire struck down through all my adult thoughts and feelings, and for a moment the forgotten horrors of childhood came back to my mind » (20). Plus tard, la découverte des humains-porcs dans la jungle de l’île donne lieu à une nouvelle expérience de l’inquiétante étrangeté.

Suddenly, as I watched their grotesque and unaccountable gestures, I perceived clearly for the first time what it was that had offended me, what had given me the two inconsistent and conflicting impressions of utter strangeness and yet of the strangest familiarity. The three creatures engaged in this mysterious rite were human in shape, and yet human beings with the strangest air about them of some familiar animal. (42)

  • 16 Cette illustration figure dans l’édition de The Island of Dr Moreau éditée par Brian Aldiss, pour E (...)

26La lithographie effectuée par l’architecte et designer Arts and Crafts Charles Robert Ashbee (« C.R.A ») illustrant cette scène du chapitre IX pendant laquelle Prendick, dissimulé par des arbres, observe ces créatures à leur insu, constituait le frontispice de la première édition de The Island of Dr Moreau publiée en 1896 par William Heinemann16, et sa position liminaire montre à quel point ce moment de la novella est significatif. On y voit donc, alors que Prendick vient à peine d’arriver sur l’île et n’a pas encore régressé, ses affinités étroites (mais encore insoupçonnées) avec les animaux humanisés : la large ceinture noire qu’il porte a pour pendant les étoffes noires (des espèces de pagnes courts) qui cachent le postérieur et le sexe des humains porcs. De plus, les traits de celui de gauche (le seul dont le visage est visible, les deux autres étant représentés de dos) constituent une version extrême, sur le mode de la caricature, de ceux de Prendick, représenté chevelu et barbu, détail visuel inexact par rapport à la chronologie qu’il court-circuite (cette pilosité animale ne sera mentionnée qu’au chapitre XXI) mais tout à fait juste et exact par rapport à la logique profonde de l’œuvre.

Ashbee’s frontispiece demonstrates the cultural availability of the grottesche as a way of thinking about evolution and its crises, and Ashbee’s sense of the paradigmatic conflict between biological and ornamental ways of seeing. (Emmerson-Reid 53)

27Ce que l’illustration suggère, anticipant la régression effective de Prendick, décrite pas à pas à partir du chapitre XV, c’est que celui-ci est déjà primitif et à demi animal à ce stade précoce de son séjour sur l’île, même avant d’avoir été « infecté » par la promiscuité avec les bêtes du Dr Moreau qui aggrave la « pathologie » intrinsèque et chronique dont il souffre. De fait, sur l’illustration, ce qui frappe est la proximité spatiale (et symbolique) entre Prendick et ces êtres : les arbres, très écartés les uns des autres (contrairement à la végétation tropicale étouffante décrite dans le texte de Wells), n’y constituent pas une véritable barrière, ni une réelle protection.

  • 17 Cependant, la « normalité » de Prendick est relative et il ne constitue pas un modèle véritable, mê (...)

28Prendick est marqué à vie par son séjour dans l’île jungle et par la découverte de sa propre « jungle » intérieure. Cette blessure inguérissable révèle à quel point le texte de Wells a valeur de diagnostic par son exploration des pathologies effectives et potentielles de la société contemporaine à travers l’expérience d’un individu initialement représentatif d’une certaine normalité17, par rapport au docteur Moreau du moins :

I fell indeed into a morbid state, deep and enduring, and alien to fear, which has left permanent scars upon my mind. I must confess that I lost faith in the sanity of the world when I saw it suffering the painful disorder of this island. (96)

I had to act with the utmost circumspection to save myself from the suspicion of insanity. [...] unnatural as it seems, with my return to mankind came, instead of that confidence and sympathy I had expected, a strange enhancement of the uncertainty and dread I had experienced during my stay upon the island. No one would believe me; I was almost as queer to men as I had been to the Beast People. I may have caught something of the natural wildness of my companions. They say that terror is a disease, and anyhow I can witness that for several years now a restless fear has dwelt in my mind,—such a restless fear as a half-tamed lion cub may feel. (130)

29Prendick, bien qu’il ait regagné la Grande-Bretagne, a effectué en réalité plusieurs traversées et un voyage sans retour. C’est l’une des raisons pour lesquelles cette novella d’une grande force visuelle et symbolique suscite des réactions hybrides, de la fascination (en raison de la beauté de son écriture et des mécanismes tragiques implacables mis en œuvre, selon un paradigme évolutionniste) et un sentiment de malaise, parce qu’elle nous fait quitter la « terrasse classique ornementale » si rassurante et si bien éclairée. La lecture de cette œuvre constitue donc aussi pour les lecteurs, tout autant de nos jours qu’à l’époque de sa parution, une forme de traversée, éprouvante et dérangeante. Comme le souligne Patrick Parrinder :

Its outburst of pain and despair elicited an overwhelmingly hostile press reaction at the time of first publication and continued to embarrass its author in later life. In his preface to the collected edition of his scientific romances in 1933 […] he sought to defuse the result as ‘an exercise in youthful blasphemy’ […]. (62-3)

Conclusion. La mort de l’humain ? Une « possibilité »…

30Même aux XXe et XXIe siècles, les nettes divergences dans la réception et l’interprétation de cette œuvre témoignent bien de sa complexité et de sa profonde ambiguïté. Robert Crossley écrit par exemple sur Moreau et The Invisible Man (1897) : « Wells’s two grotesques are the most macabre of his longer fictions and perhaps the most heartrending » (30). Margaret Atwood ou Kelly Hurley voient dans cette novella le summum de la noirceur et du désespoir :

Prendick forsakes his earlier dabblings in biology, and turns instead to chemistry and astronomy He finds ‘hope’ – ‘a sense of infinite peace and protection in the glittering hosts of heaven’. As if to squash even this faint hope, Wells almost immediately wrote The War of the Worlds, in which not peace and protection, but malice and destruction, come down from the heavens in the form of the monstrous but superior Martians. (Atwood xxvi)

The Island of Dr Moreau sets out, to a remorseless and almost overwhelming degree, the tenuousness of human identity, and the provisional and mutable nature of species identity in general. (Hurley 102)

[It] accomplishes the utter ruination of the human subject, without apology, without nostalgia, without remorse. (Hurley 113)

  • 18 Ce sous-titre ne figure pas dans l’édition londonienne d’avril 1896 chez W. Heinemann, mais il est (...)

31Pourtant, ce serait oublier le sous-titre de Moreau, A Possibility, rarement cité et pourtant présent dès la première édition new yorkaise de l’œuvre en août 189618, et ce serait également compter sans l’essai de Wells, « Human Evolution, an Artificial Process », paru en octobre 1896 dans la Fortnightly Review. Avec ce sous-titre et son essai, Wells n’avait pas pour seul objectif de désamorcer les réactions hostiles de ses contemporains : il soulignait ainsi que sa scientific romance était une œuvre d’anticipation à caractère hypothétique, tout comme The Time Machine (1995). De fait, Simon J. James souligne bien l’interaction entre le langage, le fantastique, le réel et l’extrapolation dans les scientific romances : « In Wells’s fantastic writing, the reader is confronted with something that is unreal in order to challenge or unsettle their views of the real » (41). Pour sa part, Robert Glendening (2007), tout en évoquant « l’histoire dérangeante » que la théorie évolutionniste, que connaissait parfaitement Wells, « racontait sur l’humanité » (39), décrit par ailleurs les objectifs de The Island of Dr Moreau en ces termes :

[…] a cautionary tale [… that] offers a sobering diagnosis of the human condition and not a prescription for despair […].

[…] by dramatizing his characters’ mistakes in attitude and action, Wells also testifies to his actual belief […] in the progressive potential of those qualities they so clearly lack: selflessness […], dedication to communal welfare, and willingness to acknowledge uncongenial truths. (61)

32Le lecteur est, quant à lui, forcé de prendre conscience de ces vérités indésirables et dérangeantes mais la « possibilité » du sous-titre nous suggère que, même si nous devons nous en accommoder, la novella possède aussi, malgré sa noirceur et son ambiguïté, une fonction cathartique, et surtout préventive, que met explicitement en lumière l’essai « Human Evolution », sorte de post-scriptum à l’œuvre elle-même :

[…] what we call Morality becomes the padding of suggested emotional habits necessary to keep the round Palaeolithic savage in the square hole of the civilised state. And Sin is the conflict of the two factors—as I have tried to convey in my Island of Dr Moreau. (Wells Human Evolution 217)

33Tout en ne niant pas les risques de régression menaçant la race humaine, Wells évoquait aussi dans son essai des solutions et des antidotes, l’éducation en premier lieu (217), seule voie vers ce qu’il appelait « a trained reason » (218), et « a sounder science, both of matter and psychology » (218), qui pourraient apporter la paix et le bonheur aux générations futures. L’itinéraire désastreux suivi par Moreau ou par Prendick n’était donc qu’une possibilité, parmi d’autres, en tout cas la pire imaginable, servant donc de contre-exemple et de mise en garde. Les deux dernières pages de l’essai se terminent donc sur une note d’espoir en nous proposant de suivre un tout autre chemin, dans une veine finalement bien plus humaniste que post-humaniste :

To me, at least, that is no dream, but a possibility to be lost or won by men, as they may have or may not have the greatness of heart to consciously shape their moral conceptions and their lives to such an end. (218; c’est moi qui souligne)

This view, in fact, reconciles a scientific faith in evolution with optimism. (218)

[…] in Education lies the possible salvation of mankind from misery and sin. (219)

Top of page

Bibliography

Ashbee, Charles Robert (« C.R.A »). Frontispiece. The Island of Dr Moreau. London: William Heinemann, 1896. The Island of Dr Moreau. Ed. Brian Aldiss. London: J. M. Dent, Everyman, 1999, xxxvii. Print.

Atwood, Margaret. « Introduction ». The Island of Dr Moreau. Ed. P. Parrinder. London: Penguin Classics, 2005, xiii-xxvii. Print.

Bergonzi, Bernard. The Early H. G. Wells: A Study of the Scientific Romances. Manchester: Manchester UP, 1961. Print.

Crossley, Robert. H. G. Wells. Starmont House: Borgo Press/Wildside Press, 1986. Print.

Dupeyron-Lafay, Françoise. « La Postérité du Livre IV de Gulliver’s Travels (1726) de J. Swift : The Island of Dr Moreau (1896) de H. G. Wells ». Revue de la Société d’Études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles (RSEAA XVII-XVIII) 56 (2003): 147-158. Print.

Dupeyron-Lafay, Françoise. « Encounters with Alterity in British Science Fiction Texts (1895-1938): Seeing Oneself ‘In a Glass Darkly’ ». The Ethics and Poetics of Alterity. New Perspectives on Genre Literature. Eds. Sandrine Sorlin and Maylis Rospide. Newcastle: Cambridge Scholars, 2015, 64-81. Print.

Emmerson Reid, Colbey. « The Grottesche Designs of H.G. Wells (Or, Cripping Style)  ». Journal for Cultural and Religious Theory (JCRT), 15.2 (Spring 2016): 42-58. Web. 12 septembre 2016.

Freud, Sigmund. L’Inquiétante Étrangeté et autres essais. Trad. Bertrand Féron. Paris : nrf, Gallimard, Connaissance de l’inconscient, 1985. Print.

Glendening, John. The Evolutionary Imagination in Late-Victorian Novels: An Entangled Bank. Aldershot, Hampshire: Ashgate, 2007. Print.

Grimes, Hilary. The Late Victorian Gothic. Mental Sciences, the Uncanny, and Scenes of Writing. Farnham, Surrey: Ashgate, 2011. Print.

Hurley, Kelly. The Gothic Body: Sexuality, Materialism, and Degeneration at the Fin-de-Siècle. Cambridge and New York: Cambridge UP, 1996. Print.

Iehl, Dominique. Le Grotesque. Paris : PUF, Que Sais-je ?, 1997. Print.

Jackson, Kimberley. « Vivisected Language in The Island of Doctor Moreau ». The Wellsian: The Journal of the H.G. Wells Society 29 (2006): 20-36. Print.

James, Simon J. Maps of Utopia. H. G. Wells, Modernity and the End of Culture. New York: Oxford UP, 2012. Print.

Kayser, Wolfgang. The Grotesque in Art and Literature. Transl. Ulrich Weisstein. Bloomington: Indiana UP, 1963. Print.

Parrinder, Patrick. Shadows of the Future: H. G. Wells, Science Fiction and Prophecy. Liverpool: Liverpool UP, 1995. Print.

Philmus, Robert M. and David Y. Hughes, eds. H.G. Wells: Early Writings in Science and Science Fiction. Berkeley: University of California Press, 1975. Print.

Redfern, Nick. « Abjection and Evolution in The Island of Doctor Moreau ». The Wellsian: The Journal of the H.G. Wells Society 27 (2004): 37-47. Print.

Taneja, Payal, « The Tropical Empire: Exotic Animals and Beastly Men in The Island of Doctor Moreau ». English Studies in Canada (ESC) 39.2-3 (2013): 139-159. Web. 9 septembre 2016.

Wells, Herbert George. The Island of Dr Moreau. Ed. Patrick Parrinder. London: Penguin Classics, 2005. Print.

Wells, Herbert George. « Preface to the Scientific Romances ». Scientific Romances. London: Victor Gollancz, 1933. Print.

Wells, Herbert George. « Human Evolution, an Artificial Process » (Fortnightly Review 60 (October 1896): 590-95). H.G. Wells: Early Writings in Science and Science Fiction. Eds. R. M. Philmus and D. Y. Hughes. Berkeley: University of California Press, 1975, 211-19. Print.

Top of page

Notes

1 Avant la fin des années 1990 sont parues une série de monographies marquantes sur Wells, notamment celles de Bernard Bergonzi (1961), de John Hammond (en 1979, puis en 2001), John Huntington (1982), Peter Kemp (1982), Michael Draper (1987), Brian Murray (1990), et Patrick Parrinder (1995, outre son Critical Heritage en 1972) mais les aspects stylistiques et génériques y occupent relativement peu de place.

2 Simon J. James est l’un des rares spécialistes de Wells à se pencher en détail sur son esthétique dans Maps of Utopia (2012), et sur la question du réalisme au chapitre 3.

3 Voir à ce sujet l’article de Colbey Emmerson Reid.

4 La dimension religieuse du texte, inséparable de son substrat d/évolutionniste, complexifie encore son hybridité générique. Wells, avec le recul, avait défini Moreau en ces termes : « an exercise in youthful blasphemy » et « a theological grotesque » dans sa « Preface to the Scientific Romances », composée pour la réédition de ses textes de fiction à caractère scientifique par Victor Gollancz en 1933. Voir Philmus et Hughes, 184.

5 H. G. Wells, The Island of Dr Moreau (éd. Patrick Parrinder, London: Penguin Classics, 2005).

6 Edward Prendick souffrant de dépression et de graves troubles mentaux après son séjour sur l’île, la lecture du dernier chapitre (XXII) nous conduit à penser qu’il a peut-être mis fin à ses jours.

7 Rien de surprenant à la présence de ces lapins dont, dans son essai « Human Evolution, an Artificial Process » (Fortnightly Review 60, October 1896), Wells se sert pour illustrer les processus évolutionnistes (voir Philmus, 212-13).

8 Ce n’est sans doute pas un hasard si le lieu d’habitation qui a été attribué à Prendick sur l’île évoque les navires sur lesquels il a voyagé : « When I awoke, it was broad day. For a little while I lay flat, staring at the roof above me. The rafters, I observed, were made out of the timbers of a ship » (49).

9 Voir Françoise Dupeyron-Lafay, « La Postérité du Livre IV de Gulliver’s Travels (1726) de J. Swift : The Island of Dr Moreau (1896) de H. G. Wells » (2003).

10 L’apposition « eating and drinking sparingly » (129) qui complète le bref récit de ces trois jours, est certes logique pour quelqu’un sans doute muni de maigres provisions, mais témoigne aussi d’un désir de frugalité s’opposant à la voracité intrinsèque de certains animaux. On peut donc voir là un désir de retour à l’humanité.

11 «  [...] my uncle, Edward Prendick, a private gentleman, who certainly went aboard the Lady Vain at Callao, and who had been considered drowned, was picked up in latitude 5° 3′ S. and longitude 101° W. in a small open boat of which the name was illegible, but which is supposed to have belonged to the missing schooner Ipecacuanha » (5).

12 L’influence du livre IV de Gulliver's Travels est ici très nette et l’attitude de Prendick fait écho à celle de Gulliver dont le positionnement envers les Yahoos évolue peu à peu pendant son séjour chez les Houyhnhnms. Cf. Françoise Dupeyron-Lafay, RSEAA 17-18.

13 On notera pour chacun de ces adjectifs (et leurs variantes adverbiales ou substantivées) : 62 occurrences (strange), 29 (odd), 18 (curious), 4 (unaccountable), 7 (extraordinary). Ils peuvent en outre être associés à des termes renforçant leur visée normative, comme dans « so strangely distorted » ou « strangely unreal » (89).

14 Comme le souligne Bertrand Féron, le traducteur de Freud pour l’édition Gallimard, dans sa note liminaire à L’Inquiétante Étrangeté : « Freud mentionne cet article, paru en 1919, dans une lettre à Ferenczi datée du 12 mai de la même année. Il y déclare qu’il a exhumé un ancien travail oublié dans un tiroir et qu’il est en train de le réécrire. On ne connaît pas la date de la première version ; on ne sait pas non plus ce qui en a été modifié » (L’Inquiétante Étrangeté et autres essais, 211).

15 D’une manière très intéressante, cet essai de Freud apparaît lui-même comme une résurgence, comme le montre le traducteur de Freud, Bertrand Féron, qui nous rappelle l’exhumation de cet « ancien travail oublié dans un tiroir » avant sa révision et sa publication en 1919 (Freud, 211).

16 Cette illustration figure dans l’édition de The Island of Dr Moreau éditée par Brian Aldiss, pour Everyman (1999, xxxvii). Elle peut aussi être consultée à l’adresse http://dogpatch.press/2015/08/28/the-island-of-dr-moreau/. Web. 16 septembre 2016.

17 Cependant, la « normalité » de Prendick est relative et il ne constitue pas un modèle véritable, même au début de la novella. Au chapitre II, à la suite de son sauvetage, il se présente brièvement à Montgomery comme un célibataire fortuné, désœuvré et en proie à l’ennui, ce qui sous-entend d’emblée une forme de décadence : « I told him my name, Edward Prendick, and how I had taken to natural history as a relief from the dulness of my comfortable independence » (11).

18 Ce sous-titre ne figure pas dans l’édition londonienne d’avril 1896 chez W. Heinemann, mais il est présent dans celle d’août 1896 chez Stone & Kimball à New York.

Top of page

References

Electronic reference

Françoise DUPEYRON-LAFAY, « Traversées, hybridations grotesques et inquiétante étrangeté dans The Island of Dr Moreau (1896) de H. G. Wells : la mort de l’humain ? », E-rea [Online], 14.1 | 2016, Online since 15 December 2016, connection on 24 June 2017. URL : http://erea.revues.org/5554 ; DOI : 10.4000/erea.5554

Top of page

About the author

Françoise DUPEYRON-LAFAY

Université Paris-Est-Créteil (UPEC)
dupeyron@u-pec.fr
Françoise Dupeyron-Lafay est Professeur de littérature britannique du XIXe siècle et a écrit sur divers auteurs victoriens réalistes, de détection et fantastiques : Dickens, Wilkie Collins, Conan Doyle, Le Fanu, Wells, et G. MacDonald dont elle a traduit Lilith (1895) en 2007. Sa recherche porte sur les hybridations et les filiations génériques, la poétique et la stylistique des textes, et l’écriture autobiographique : elle est l’auteur de L’Autobiographie de Thomas de Quincey (2010).

Top of page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org