Navigation – Plan du site
2. Frontières dans la littérature de voyage : nouvelles pistes de recherche
V/ Discours ambivalents ou subversifs

“I shall not concern the Union in this Discourse” : Prétérition et engagement dans l’écriture pro-unioniste de Daniel Defoe, voyageur en Écosse

Emmanuelle PERALDO

Résumés

Cet article explore la singularité de l’engagement et de la rhétorique politiques de Defoe dans ses écrits sur le Traité d’Union entre l’Écosse et l’Angleterre en 1706. Plusieurs genres littéraires sont convoqués dans cet essai, et une attention particulière sera accordée à son poème Caledonia (1706) et à son récit de voyage dont le sujet est la situation économique de la Grande-Bretagne, le Tour thro’ the Whole Island of Great-Britain, publié de 1724 à 1726. Defoe savait cultiver par profession le secret, étant engagé comme espion gouvernemental, et il était expert dans l’art de la prétérition, pensant que la meilleure façon d’agir sur la vie politique, économique et idéologique de son temps était de le faire en dissimulant son engagement dans une rhétorique modérée et prudente. Defoe est un fin observateur de la situation politique et économique lors de son voyage en Écosse, mais l’étude du point de vue et de l’engagement de ce voyageur « mandaté » se révèlera indispensable du fait de sa position d’ « observateur-participant. »

Haut de page

Texte intégral

1Daniel Defoe (1660 ?-1731) est venu au roman tardivement. Si Robinson Crusoe, considéré par de nombreux critiques comme le premier exemple du genre, est publié en 1719, la carrière d’écrivain de Defoe n’a pas commencé avec ce texte, puisqu’il avait 59 ans au moment de sa parution. Ses premiers textes étaient éminemment politiques, religieux, économiques, sociaux et lui valurent plusieurs emprisonnements et disgrâces : lors de l’été 1703, Defoe fut condamné par la Chambre des Communes à trois expositions au pilori, puis à l’emprisonnement à Newgate pour ses pamphlets en faveur de la liberté de presse et de conscience, de la propriété littéraire, de la liberté religieuse et des non-conformistes (notamment dans The Shortest Way with the Dissenters, 1702). Considérer Defoe comme un écrivain engagé – une fois passé le léger anachronisme de ce terme qui s’applique plutôt à la littérature du XXe siècle comme l’explique Benoît Denis dans Littérature et Engagement (2000) – semble donc assez évident. Le moment où Defoe sort de Newgate au printemps 1704 coïncide d’ailleurs avec celui où Robert Harley devient Secrétaire d’État. C’est Harley qui lui a permis de sortir de prison en échange de quelques « services ». En effet, dès septembre 1706, Harley envoie Defoe à Édimbourg comme agent secret. (Bateson 1900, McKim 2006) Il y voyage pendant plusieurs mois et se transforme en un véritable caméléon littéraire afin de proposer une écriture pro-unioniste comme cela était attendu de lui par Harley.

  • 1 1706 est la date du Traité, et c’est en 1707 que l’Acte fut voté par le Parlement. Defoe a beaucoup (...)
  • 2 Defoe part pour l’Écosse le 13 septembre 1706.

2Tantôt journaliste, tantôt écrivain de récit de voyage, tantôt poète, tantôt essayiste, tantôt historien, Defoe utilise tous les masques et artifices littéraires et rhétoriques pour soutenir l’Union entre l’Écosse et l’Angleterre : il publie un long poème de célébration de l’Écosse, Caledonia (1706) et un plus court, The Vision (1706), six Essays at Removing National Prejudice against a Union with Scotland (tous publiés en 1706 également), une monumentale Histoire de l’Union en quelque mille pages (The History of the Union, 1709) et des Memoirs of the Church of Scotland (1717), sans compter ses nombreux articles dans la Review, qui commence à paraître elle aussi en 1704, au moment où Harley devient secrétaire d’État et où Defoe sort de prison. Plus de quinze ans plus tard, il publiera son immense Tour Thro’ The Whole Island of Great Britain (1724-25-26) dont les dernières lettres sont consacrées à l’Écosse et à l’Union. Un premier constat est qu’il a beaucoup publié au moment de son voyage et au moment de l’Acte d’Union qui eut lieu en 17071, mais le récit de ce voyage lui-même2, le Tour, n’est publié que plus de quinze ans après, son but n’étant pas la promotion de l’Union, mais un compte-rendu chorographique des ressources, possibilités et difficultés de chaque comté de Grande-Bretagne. Nous considérerons ici ses poèmes, essais et lettres comme des hypotextes à son récit de voyage et comme une forme de relation de voyage, dans le sens où ces textes furent écrits en réaction à ce que Defoe avait pu vivre ou à ce dont il avait pu témoigner au cours de ses voyages en Angleterre et en Écosse.

3Et si l’on commence à parcourir ses écrits divers et variés autour du même événement, un deuxième constat plus problématique voit le jour : dans la préface de Caledonia adressée au Parlement, Defoe se défend par le biais de la prétérition d’aborder le sujet de l’Union (« I shall not concern the Union in this Discourse; so I take the Freedom to say here, the Union is noways concern’d in this Proposal », Caledonia, 215). Cette rhétorique dénégatoire qui prend l’allure de la prétérition, revient sans cesse comme un leitmotiv sous la plume de Defoe, comme nous le verrons plus en détail dans cet article, et c’est ce qui rend son engagement attrayant et problématique.

4Nous nous intéresserons ici non pas à l’engagement politique de Defoe en tant que tel, mais à la façon dont Defoe revendique une approche « désengagée » de l’événement politique majeur qu’est l’Acte d’Union de 1707 sur lequel il a pourtant publié de nombreux textes et pour la promotion duquel il avait été « engagé » par Robert Harley. Quel sens y a-t-il à revendiquer un tel désengagement quand on est à ce point engagé dans une cause, quand on n’est pas un simple observateur écrivant un compte-rendu de son voyage, mais qu’on est bien un observateur-participant dans le débat sur l’Union qui a précédé l’Acte définitif ? Même si nous parcourrons les différents types d’écrits de Defoe sur l’Union, nous concentrerons l’analyse sur son poème Caledonia écrit peu avant l’Acte d’Union, dans la période où il fallait encore convaincre les deux parties de l’utilité de s’unir, et sur son récit de voyage The Tour, publié dix-sept ans après, afin d’analyser les modalités de cette rhétorique dénégatoire avant et après l’événement pour lequel l’auteur était engagé, couplée à une rhétorique de la modération qui prend la forme d’une argumentation égalitaire dont l’intention était de rassurer les Anglais et les Écossais sur les conséquences du projet de l’Union.

1. Le voyage comme engagement : une véritable politique de l’espace

5« S’engager, c’est avant tout prendre une direction » (Denis 2000, 31), et réfléchir au voyage de Defoe en Écosse permet de lier géographie et politique. Daniel Defoe n’a quasiment jamais quitté la Grande-Bretagne, contrairement à ce que Robinson Crusoe, ses récits de pirates et son récit de voyage dans les mers du Sud peuvent laisser penser (Backscheider 1989, Novak 2001). En revanche, il a beaucoup sillonné les routes d’Angleterre et d’Écosse, essentiellement pour le secrétaire d’État Robert Harley auprès duquel il jouait le rôle d’espion gouvernemental et de conseiller. C’est par le voyage qu’il a véritablement pu se rendre compte de l’état de la Grande-Bretagne qu’il nous livre dans son ouvrage de géographie économique sous la forme d’un récit de voyage épistolaire, le Tour Thro’ the Whole Island of Great Britain. L’Écosse, selon Defoe, regorge de matière pour un écrivain-voyageur comme il l’écrit au début du troisième volume du Tour : « The North of Great Britain, I mean Scotland, is a Country which will afford a great Variety to the Observation and to the Pen of an itinerate » (Tour, III, 11). Le voyage est un véritable engagement du corps et de l’esprit de l’auteur qui parcourt l’espace sur lequel il écrit afin d’en avoir une connaissance de terrain : il est ce qui fait passer Defoe du statut de géographe de cabinet à celui d’un géographe de terrain témoignant d’une parfaite connaissance de l’espace étudié.

6L’organisation de son récit de voyage, son Tour, est elle-même déjà engagée puisqu’il place Londres au centre du récit (Lettre 5), comme cette immense ville est au cœur de toutes les activités du royaume au XVIIIe siècle. Les lettres 11 à 13 marginalisent l’Écosse en la rejetant tout à la fin, en l’excluant en quelque sorte de la symétrie créée par les 10 lettres consacrées à l’Angleterre et équilibrées par la position centrale de Londres. Cette structuration reflète l’omnipotence de Londres et le rejet que pouvaient ressentir les Écossais, et Defoe ne cache pas cette hypertrophie du centre, en comparant la ville à un monstre : « …what a Monster must London be » (Tour, II, 134). Le voyage et l’écriture de ce parcours sont des actes performatifs en ce sens qu’ils permettent à Defoe d’agir sur le monde et sur l’histoire, de les transformer. Katherine Armstrong intitule d’ailleurs son ouvrage Defoe : Writer as Agent (1996), en jouant sur la polysémie du terme « agent », utilisé pour renvoyer aux fonctions d’agent secret de Defoe, mais aussi dans le sens d’actant, pour souligner son pouvoir d’action et de transformation du monde. C’est ce que Parkes appelle une forme de « cartographie thématique » (« thematic cartography [enabling Defoe to] transform physically and psychologically the landscape of Britain into a blueprint for economic development », Parkes 1995, 395). L’Écosse attend selon Defoe cette transformation nécessaire, et il répète qu’elle attend l’ « heure bénie » (« the blest Hour ») pour se révéler au monde :

Behind this Rugged Front securely lies
Old Caledonia, all the Worlds Surprize.
Her Native Beauty and her Wealth conceal’d
Waits the blest Hour when both shall be reveal’d. (nous soulignons)

7Et cette heure si attendue n’est autre que le traité de l’Union, qui apparaît dans la strophe 8, même si Defoe avait annoncé que ce sujet ne serait pas évoqué :

Brittain’s Left hand, which when she shall unite,
As Nature dictates, and the Fates Invite,
And join her younger Sister on the Right:
How shall they Mutual Wealth and Strength convey.
(nous soulignons)

8Defoe a recours ici à la métaphore de la sororité (« her younger sister ») qui change de l’habituelle métaphore politique du mariage utilisée par ses contemporains (et par lui-même dans d’autres textes) lorsqu’il s’agissait d’Union. La comparaison de l’Écosse et de l’Angleterre à deux sœurs semble plus rassurante que la comparaison à un couple à cause des liens du sang qui existent entre elles. Il suggère ainsi que les deux pays doivent être unis, comme ils le sont déjà par essence. William Ferguson souligne cette volonté de Defoe d’apaiser les tensions entre Écossais et Anglais : « [Defoe] sought to persuade both English and Scots that their ingrained animosities hurt the true interests of each nation and that these lay in an incorporating Union. (Ferguson 1977, 240)

9L’habileté de Defoe consiste à faire l’éloge des valeurs écossaises d’une façon qui place cette nation dans un contexte nécessairement unioniste. En effet, Defoe estime que la beauté et la richesse du pays ne sont rien hors de l’Union, et la rhétorique patriotique et héroïque, que Defoe manie à la perfection, n’est autre qu’un outil de propagande pro-unioniste. En allant à l’encontre du mythe d’une terre pauvre et d’un environnement et d’un climat trop hostiles, Defoe prouve que tout est possible en Écosse, mais surtout dans le cadre de l’Union, comme il le glisse dans la deuxième note de la strophe 7 : « the Union, whereby Improvement shall reveal the hidden Fruitfulness of Scotland ». Defoe montre que la pêche et le commerce sont possibles mais que, comme toutes les activités, ces deux activités ont été négligées jusque-là, à cause de l’incapacité des Écossais à exploiter le potentiel de leur pays :

What Pains has Scotland taken to be poor (strophe 40)

When Caledonians, when will you be wise
And search for certain Wealth in native Seas? (strophe 41)

Bear the Reproof, the fruitful Climate’s known,
Not Heaven or Nature blame, the Fault’s your own;
The Earth Adapt to bear, the Air, the Sea,
All fruitful, all to Plenty show the way;
No Barrenness, but in your Indust’ry.
(strophe 133)

10Dans ces injonctions et ces reproches, Defoe utilise le langage poétique comme un outil et une arme. Au-delà de la contradiction entre ce qui est annoncé en avertissement (une neutralité et un non-engagement sur le sujet de l’union) et les invocations explicites que l’on trouve dans la rhétorique clairement pro-unioniste de Defoe, la dissimulation et le secret étaient rendus nécessaires par l’engagement secret de Defoe envers Harley.

11En effet, en Écosse, la position de Defoe, Anglais en terre étrangère et hostile à l’Union, est fort délicate en 1706, et le secret est le mode d’action imposé par les circonstances. À plusieurs reprises, Defoe écrit que, si son identité était révélée, il périrait sous les coups des Écossais. Nous pouvons lire, dans une lettre à Harley, qu’il s’insinue « incognito » dans des groupes de personnes susceptibles de lui donner des informations précieuses : « I have incognito gotten into the company of some of the people who came here on the design I mentioned. » (Letters, 187) En Écosse, Defoe n’est pas un simple voyageur. Au-delà d’un compte rendu référentiel, il s’agit d’une entreprise idéologique et politique : il est un voyageur-missionnaire et un auteur engagé dans la lutte pro-unioniste. L’antiphrase et la manipulation des lecteurs écossais et anglais sont omniprésentes dans cette entreprise politique. Il s’agit de dire subtilement son attachement à l’Union, sans s’attirer d’ennemis ou d’opposants, et le secret, tout comme l’anonymat, sont alors des moyens efficaces.

12De plus, il était un voyageur « engagé », « mandaté » par Robert Harley, tenu d’espionner et de rendre compte de ses constats. Defoe lui envoie trente-cinq lettres en 1707. Ces lettres sont de longs rapports sur la situation des partis en Écosse, les intrigues des clans anti-unionistes et l’état d’esprit des milieux presbytériens où il était reçu. Dans une lettre du 2 Novembre 1706, il fait part à Robert Harley des objectifs qu’il s’est fixés, en écrivant le poème Caledonia :

I am writeing a poem in praise of Scotland. You will say that is an odd subject, to bear a panegyrick, but my end will be answered. I make them believ I am come away from England, and resolv if the Union goes on to settle in Scotland, and all conduces to perswade them I am a friend to their country (Letters, 141).

13Il s’agit d’une écriture géographique engagée, pas d’un simple compte-rendu topographique, comme en témoignent les expressions « I make them believ » et « to perswade them ». Pourtant, le poème commence par une abondance de termes négatifs (« winds incessant blow », « cold », « ice », « hardships », « worst climate ») qui soulignent les inconvénients et les faiblesses de l’Écosse. Il semble donc paradoxal (ou habile) de vouloir célébrer l’Écosse tout en commençant par ne voir que ce qui est hostile dans ce pays. Il continue ainsi pendant plusieurs strophes et multiplie les préfixes privatifs, comme par exemple dans la strophe 7 :

Here labouring with the injuries of Time
Inclement Air, inhospitable Clime,
Foreign
Invasions and intestine Wars.

14C’est pourtant bien là que se situe l’habileté de la prétérition de Defoe : après avoir insisté sur les points négatifs de l’Écosse, il tourne ces faiblesses en forces et valorise d’autant plus la beauté de l’Écosse, comme on le voit à la fin de la strophe 7 (« yet all her native Beauty still appears »). Les points présentés comme négatifs prennent des tournures sublimes avant la lettre, comme le verbe « shine » l’évoque dans la strophe 4 lorsqu’il apparaît pour parler de sommets vertigineux que Defoe décrit avec l’adjectif « awful » (« Their awful Hights in threatning Grandeur shine »). Le caractère antithétique de ce vers montre bien comment Defoe jouait avec les mots et les connotations, avançant le négatif pour mieux souligner le positif. Il s’agit d’une forme de prétérition un peu différente de celle plus évidente que l’on trouve dans le décalage entre la préface (« I shall not concern the Union in this discourse ») et le poème lui-même présenté par Defoe dans sa lettre à Harley citée ci-dessus comme un panégyrique dont la finalité est l’Union.

2. Un véritable jeu de piste : entre désengagement et (sur‑)engagement

15Le contexte politique et personnel de Defoe imposait cette dissimulation et un jeu entre engagement et désengagement. Selon le medium utilisé, la position pro-unioniste de Defoe était plus ou moins dissimulée. En effet, le traitement de l’Union dans The Review commence le 26 septembre 1706, c’est-à-dire dans le numéro 3. Defoe annonce son engagement dès la préface de ce numéro : « [w]hen pursuing the same general Good of his Native Country, the Author has embark’d in the great Affair of the Union of Britain. » On note la métaphore du voyage, « embark’d» pour parler de son engagement. Defoe affiche clairement sa position pro-unioniste dès le début : « [m]ethinks Union should have no Enemies » (Review, 28 septembre 1706).

16L’immédiateté et l’urgence colorent la rhétorique defoéenne de l’Union, et pas seulement dans sa Review. Max Novak voit dans d’autres textes de Defoe sur l’Union dont The History of the Union (1709) un mélange de documents historiques et de récits de type journalistique :

His History of the Union (1709) (…) combines a collection of documents – an ideal of adherence to truth by supplying original materials – with a journalistic account of the events leading to the Union. (…) [H]e strove to achieve a kind of immediacy and particularity that, at least today, we associate with journalism. (Novak, in Richetti ed. 2008, 33-34)

17Journalisme et politique allaient déjà de pair à l’époque de Defoe. Mais le degré d’engagement n’est pas uniquement lié au medium : il est également dû au contexte du XVIIIe siècle, dans lequel l’engagement des auteurs pouvait être freiné par la menace d’une mise en examen ou par la réaction des lecteurs. Le début du siècle est riche en auteurs fortement engagés, et qui payèrent leur engagement par des emprisonnements, sanctions ou évictions, comme Jonathan Swift, par exemple, dont la satire des superstitions religieuses et du fanatisme dans A Tale of a Tub (1704) lui valut d’être discrédité par la Reine, ce qui l’empêcha d’obtenir des responsabilités politiques en Angleterre et le força à retourner en Irlande. Gulliver’s Travels reviendra en 1726 sur la satire religieuse, mais aussi politique, sous la forme déguisée du récit de voyage imaginaire, où l’engagement de l’auteur, tout aussi perceptible, est moins direct. Plus tard dans le siècle Henry Fielding publie The Historical Register (1737), satire des hommes politiques de son temps et une des causes du Licensing Act de 1737 qui imposa une sévère censure des théâtres. Les auteurs devaient donc jouer habilement à dévoiler leurs idées tout en se dérobant. « Dévoilement et dérobade » est d’ailleurs la dialectique à laquelle Elisabeth Détis s’est intéressée dans son ouvrage sur l’univers romanesque de Defoe (Détis, 1999). Les auteurs de cette période passèrent ainsi maîtres dans l’art de dire sans dire, comme on va le voir dans l’œuvre de Defoe, dans son art de la prétérition.

  • 3 Katherine A. Armstrong, Defoe: Writer As Agent. English Literary Studies, N°67, University of Victo (...)
  • 4 Kennedy appelle « rhétorique double » l’écriture contradictoire de Defoe, notamment la juxtapositio (...)

18De nombreux critiques se sont penchés sur l’analyse rhétorique des écrits politiques de Defoe (Armstrong 1996, James 1972, Kennedy 1997, Macaree 1991, Deschamps 1997, 2001 et 2011, McKim 2006, Downie, 1975, 1977 et 1979, Hopes 1997, Nelson et Alker, 20133). Parmi eux, Laurence Kennedy analyse en détail les contradictions dans que contient la rhétorique politique de Defoe dans les années qui précédèrent le Traité d’Union. Son analyse originale se fonde sur les théories psychanalytiques de Freud et de Lacan pour explorer les revirements rhétoriques de Defoe, et le fait que ses amis deviennent ses ennemis et vice versa dans ses écrits sur l’Union dans au moyen de ce qu’il appelle une « rhétorique double. » (Kennedy 1997, 2614) Pour ce faire, Defoe a recours à une rhétorique égalitaire, à la négation de toute prise de position, comme dans la citation suivante extraite du Tour avec la binarité des expressions « neither so considerable/ or so inconsiderable » renforcée par le commentaire de l’auteur sur sa propre écriture « I shall take the middle of both extremes » :

The People in these Northern Climes (…); the one Part of them being, till now, a distinct nation, the Inhabitants thereof will necessarily come in as a part of what we are to describe: Scotland is neither so considerable, that we should compliment her at the expence of England, or so inconsiderable, that we should think it below us to do her Justice; I shall take the middle of both Extremes. (Tour, III, 9, nous soulignons)

19Il insiste d’ailleurs tant sur la neutralité qu’elle en devient suspecte, surtout quand ses prétentions à la vérité apparaissent dans le Tour, publié 15 ans après l’Acte d’Union. Cette neutralité est d’autant plus suspecte quand on connaît tout l’hypotexte qui a précédé et tous les débats qui l’ont opposé aux anti-unionistes parmi lesquels Andrew Fletcher of Saltoun, Lord Belhaven, ou encore Patrick Abercromby :

My Business is rather to give a true and impartial Description of the Place, a View of the Country, its present State as to Fertility, Commerce, Manufacture and product; with the Manners and Usages of the People, as I have done in England and to this I shall confine my self as strictly as the Nature of a Journey through the Country requires. (Tour, III, 10, nous soulignons)

  • 5 Direction for Sea-Men, Bound for Far Voyages.” Royal Society, Philosophical Transactions I (1665).
  • 6 Voir au sujet des avantages à tirer de l’union l’article de Y. Deschamps : « Les Écossais pourront (...)

20Defoe insiste ici sur un des aspects du récit de voyage qui est l’opsis, l’observation empirique, excellent mode d’accès au vrai (« true and impartial ») recommandé par la Royal Society5 aux personnes désireuses d’écrire des relations de leurs voyages. Il prétend observer et rendre compte en toute impartialité des événements. Il adopte pour cela une rhétorique exagérément neutre. En effet, parallèles et binarités émaillent le Tour (« As I shall not make a Paradise of Scotland, so I assure you I shall not make a Wilderness of it », Tour, III, 148), comme pour montrer que l’Union allait être équitable et que chaque partie allait être avantagée dans ce rapprochement6. Kennedy parle d’une rhétorique prudente (« cautious rhetoric », 272) dans Caledonia, où la même « éloquence égalitaire » est perceptible, comme dans la strophe 85, dans laquelle on note la répétition, ou plutôt l’accumulation, du terme “same”. Ici, ce terme renvoie à la stabilité de l’Écosse, stabilité qui est rendue par le rythme et le parfait équilibre engendrés par la répétition de ce monosyllabe au sein des vers :

And now the Scots in Valour still the same,
Worthy the race, and equal in their flame,
With the
same fury, gain the same applause,
The
same the Courage, and the same the Cause:
The
same the Circumstance, the same Success,
That great Gustavus saw, great Marlbro’ this. (nous soulignons)

21Cette technique est également présente dans les six Essay[s] at Removing National Prejudice against a Union with Scotland. Dès le début du premier Essay, Defoe affiche son objectif général, qui est de combattre les préjugés de part et d’autre de la frontière anglo-écossaise : ceux-ci ont causé beaucoup de tort à l’Écosse alors qu’ils n’étaient fondés que sur des stéréotypes et des idées fausses, comme Defoe l’indique aussi dans Caledonia en ayant recours à deux colocations oxymoriques (« barren/fruitful » et « poor/rich ») dans un même vers :

  • 7 Dans Caledonia, le poète s’insurge avec virulence contre ces préjugés nés selon lui dans des « fabl (...)

So Scotlands Barren, Fruitful, Poor and Rich:
Speak Malice, Speak Insulters, tell us which.
(Strophe 44)7

22Le décalage entre les termes antithétiques souligne l’absurdité des préjugés combattus par Defoe, et il peut alors mettre en lumière les avantages de la signature de l’Acte d’Union pour les deux parties :

In order therefore to remove the Mists and Vapours of Imagination, from the Eyes of the People, and prepare Mens Minds for Union, the Design of this Work is, to remove the Prejudices settled, or that seem to be settled, in the Minds of the common People of both Nations against each other; that a Union of the Nations may, as already it is to all wise Men, be really desirable to both Sides (...) as this is what no Man has yet attempted, I hope it may be an acceptable Thing to both Sides, and may open our Eyes to a second article, viz the Advantage of a Union to both the Nations. (Essay [1706] 2000, I. 44)

23Les nombreuses répétitions dont celle du monosyllabe « both » soulignent la volonté de Defoe de faire accepter le traité par les deux parties, en tentant de dissiper les doutes sur les conséquences positives d’un tel traité d’Union. Le terme « both » est suivi dans les deux phrases de « nations » et de « sides », et ces expressions sont reprises sous la forme d’un chiasme (« both Nations » puis « both Sides » dans la première, et « both Sides » puis « both the Nations » dans la seconde). Ce chiasme, par l’équilibre qu’il introduit dans la syntaxe, souligne la volonté de Defoe de présenter l’Union comme équitable ; l’effet de miroir du chiasme n’est pas sans rappeler la « rhétorique double » dont parle Kennedy. Cette prose parfaitement équilibrée annonce la manipulation plus générale de la narration dans les six Essays.

24En effet, le narrateur se fait passer tantôt pour un Écossais, tantôt pour un Anglais. Tantôt il dit que l’Union est équitable, tantôt il dit qu’elle est favorable à un pays, puis à l’autre, ce qui rétablit l’équilibre, mais cet équilibre paradoxal met l’accent sur la manipulation rhétorique de Defoe. En effet, Defoe change complètement d’argumentation selon le point de vue adopté : alors que les deux premiers Essays sont adressés aux Anglais, les deux suivants sont publiés à Édimbourg et adressés aux Écossais. De même, la rhétorique égalitaire cède parfois le pas à une comparaison qui va placer l’un ou l’autre pays en avant, comme dans le Tour :

We began also to see that Scotland was not so naturally barren, as some people represent it, but, with Application and Judgement, in the proper methods of improving Lands, might be made to equal, not England only, but even the richest, most fruitful, most pleasant, and best improv’d Part of England. (Tour, III, 154).

25L’accumulation de quatre superlatifs dans cet exemple montre l’effort de Defoe pour revaloriser l’Écosse aux yeux des Anglais. De même, à la strophe 40, la reprise anaphorique de la négation « not » sur cinq vers crée un effet d’attente et une mise en valeur du septième vers de la strophe qui parle d’un trésor (« treasure ») que l’Écosse possède et que tous les lieux et pays mentionnés dans les vers précédents n’ont pas :

Not all the Spicy Banks of Ganges Stream,
Not Fruitful Nile so oft the Poets Dream,
Not Isles of Pearl, not rich Pacifick Seas,
Not the more Fruitful Caribbees,
Not Africks Wealth or Chilean Stores,
The Silver Mountains, or the Golden Shores,
Could such an Unexhausted Treasure boast.

26Kennedy voit le même double jeu que celui évoqué ci-dessus dans les publications successives en Écosse puis en Angleterre de Caledonia qui montrent bien comment Defoe combinait éloge et critique afin de maintenir un équilibre et de ne se mettre ni les Anglais ni les Écossais à dos :

The doubleness of Defoe’s poem in fact began with its dual publication for, when first printed in folio at Edinburgh, Caledonia appeared with a patronizing Preface to the Parliament that initiated the work’s strategy of combining praise with criticism and distortion. When published a few months later in London, the Preface had been replaced by a subscription list of Scottish notables that suggests an analogy with those drawn south by Court patronage. Whilst the poem remained essentially the same, the two editions were thus culturally disempowering in different ways. (Kennedy 1997, 264)

27Yannick Deschamps, qui a consacré sa thèse de doctorat aux arguments de Defoe en faveur de l’Union, se demande si les Essays sont vraiment des « essais » comme leur titre l’indique ou plutôt des « pamphlets » :

Les Essays écossais déploient une rhétorique de la modération qui vise à rallier à la cause unioniste les presbytériens modérés et à marginaliser leurs coreligionnaires radicaux et les jacobites. Mais certains passages ne sont pas dénués d’ironie, ni même d’attaques ad hominem. Afin de donner à penser qu’il se situe au-dessus de la mêlée des propagandistes, et de conférer l’objectivité requise à son plaidoyer en faveur de l’Union, Defoe pose en essayiste. Mais pour discréditer le plus efficacement possible les adversaires de l’Union et leurs arguments, comme Harley et ses amis écossais le lui ont demandé, il est souvent amené à exploiter la veine polémique et à se comporter en pamphlétaire. D’où l’hybridité des Essays. (Deschamps, 2011, 179)

28Difficile dans ces conditions de savoir ce que Defoe pensait de l’Union ou de l’Église d’Écosse par exemple. Holly Faith Nelson et Sharon Alker ont étudié les stratégies rhétoriques utilisées par Defoe lorsqu’il écrit sur cette dernière et affirment qu’en dépit du jeu d’équilibriste auquel Defoe devait se livrer (à cause du contexte, comme nous l’avons vu plus haut), son opinion sur l’Église d’Écosse restait la même :

Defoe balances his pro-British position in the Union negotiations, his private dissenting beliefs, and the anxieties of both his Scottish and English readers that the ‘true religion’ would be under threat if and when Scotland and England incorporated. Despite this precarious balance, Defoe’s works on the Church of Scotland are remarkably consistent: they admire its sacred origins and evolution, endorse its doctrine and discipline, defend its past and present actions, and argue for its protection through the Union. This stability of opinion suggests that while Defoe’s positive stance on the Church of Scotland is politically motivated in part—given his commission from Robert Harley to eliminate Scottish resistance to the Union—his view of the church does not simply shift with the political winds of the moment. (Nelson et Alker 2013)

29Même s’il relayait les nouvelles (« news »), la spécialité de Defoe était vraiment l’opinion (Novak, 2008, 25-26). La rhétorique de Defoe semble varier et fluctuer selon les risques, le public, l’anonymat, la transmission privée ou publique. Difficile donc de saisir cette rhétorique fluctuante, dont la modération, loin de signaler un manque d’engagement, signale davantage un jeu avec le ou les lecteur(s). Enfin, le refus de l’engagement que l’on perçoit sous la plume de Defoe peut aussi être vu comme un engagement, voire comme la forme ultime de l’engagement.

3. Le sens de l’engagement désengagé de Defoe

3.1 Entre esthétique et politique

30Le débat sur l’Union n’a jamais vraiment disparu, comme en témoignent à la fois le référendum sur l’indépendance de l’Écosse en septembre 2014 et les appels à un deuxième référendum suite à celui portant sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, mais les arguments pour ou contre l’indépendance ont quelque peu évolué depuis le début du XVIIIe siècle. Même si pour un lecteur d’aujourd’hui le contexte historique particulier de l’Écosse en 1706 semble éloigné, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas capable d’apprécier les écrits de Defoe très liés aux événements de son temps, d’une part parce qu’il peut en voir des échos dans le monde contemporain, et de l’autre parce que ce lien parfois malaisé entre poésie et engagement politique peut l’amener à s’interroger sur la tension entre esthétique et idéologie – tension qui reste d’actualité. Defoe dépasse l’obsolescence rapide de la littérature engagée trop liée à l’actualité en donnant une dimension universelle à son combat ou à ce qu’il défend. Dans Caledonia, Defoe fait des Écossais des personnages-types, avec des traits nationaux distinctifs, comme le manque d’énergie ou de volonté de se sortir d’une situation difficile aux strophes 41 et 42, qui commencent toutes deux par la même injonction (« When Caledonians, when will You be wise? »). Il souligne également leur courage (« This, and Your Valour, would revive Your Fame », strophe 42), ou encore leur caractère robuste (« A hardy Race », strophe 48). Kennedy développe cette idée lorsqu’il écrit que Defoe a utilisé le medium de la poésie, et non de la prose, afin de présenter ces éléments comme s’ils étaient des vérités universelles sur l’Écosse : « to construct what are in some ways offered as universal truths about Scotland » (Kennedy 1997, 265). Hunter souligne lui aussi cette caractéristique qui rend possible aujourd’hui encore la lecture des poèmes de Defoe :

Defoe gets quickly to particulars in these poems, and one recurrent feature makes them quite readable today in spite of their detailed historical particularity. He fleshes out his satirical analysis of events and issues by peopling his poems with type-characters, often based on contemporaries who figured prominently in the actual events and issues of the time but then transformed to general, almost allegorical types whose character is dominated by a single characteristic or obsession, which Alexander Pope later popularized as a “ruling passion” (Hunter, in Richetti ed, 227).

31Ce fonctionnement allégorique de l’écriture de Defoe se retrouve dans ses romans qui virent le jour plus tard, à partir de 1719.

3.2 Les restes de cette écriture engagée dans ses romans

  • 8 Voir à ce sujet Max Novak, « Crusoe the King and the Political Evolution of his Island », in Studie (...)

32Defoe utilisera le même art de la prétérition dans ses productions romanesques que celui que l’on trouve dans ses écrits sur l’Union, comme dans cet exemple tire du Journal d’une année de la peste, dans lequel le narrateur dit qu’il n’a pas de mot suffisant pour exprimer une émotion, alors que la formulation exprime particulièrement bien la gratitude de l’homme : « I have not words to express the poor man’s thankfulness neither could he express it himself but by tears running down his face » (JPY, 133). Le Journal contient de nombreuses occurrences similaires d’une forme d’aporie qui souligne avec vivacité l’horreur de la peste. La paralipse (ou prétérition) est une technique narrative très utilisée par Defoe, une façon de mettre l’emphase sur un point en prétendant l’atténuer : c’est le cas encore dans cet extrait de Robinson Crusoe où le personnage éponyme prétend ne pas pouvoir décrire les errances de son imagination, alors qu’il le fait de manière très précise : « Nor is it possible to describe how many various shapes my affrighted imagination represented things to me in, how many wild ideas were found every moment in my fancy, and what strange, unaccountable whimsies came into my thoughts by the way. » (Robinson Crusoe, Norton ed. 111). Dans ce cas, la prétérition permet à Defoe d’attribuer à l’espace de l’île déserte un caractère unique. L’engagement que nous avons décelé dans les écrits sur l’Union est moins présent dans ses romans, où la forme de la prétérition est un artifice stylistique et esthétique plus que politique. Cependant, analysant l’espace dans le roman anglais au XVIIIe siècle, Simon Varey pense que tout espace créé, que ce soit par un architecte ou un romancier, exprime une idéologie, une position politique : « the spaces created (in theory or practice) by architects and those created by the novelists – whether or not they are the same space – express specific ideology and are therefore political » (Varey, 4). Defoe crée un espace écossais allégorique dans Caledonia, en renvoyant au passé mythique de ce pays et en lui attribuant des caractéristiques générales et atemporelles. Il crée également un espace économiquement viable dans le Tour, par ses suggestions et conseils pour que ce pays se transforme et s’améliore. De même, l’espace que Robinson se recrée sur l’île déserte est empreint d’éléments venant du royaume de Grande-Bretagne, et derrière l’acharnement de Robinson à construire des barricades, à imposer sa domination et son pouvoir sur ceux qu’il appelle ses « sujets » (Vendredi et les animaux), l’on peut percevoir une allégorie de la monarchie britannique8.

My island was now peopled, and I thought myself very rich in subjects; and it was a merry reflection, which I frequently made, how like a king I looked. First of all, the whole country was my own property, so that I had an undoubted right of dominion. Secondly, my people were perfectly subjected—I was absolutely lord and lawgiver—they all owed their lives to me, and were ready to lay down their lives, if there had been occasion for it, for me. (Robinson Crusoe, 188)

  • 9 « J’entends par [relation hypertextuelle] toute relation unissant un texte B (que j’appellerai hype (...)

33L’« auto-réécriture » (Domino, 1987) que nous avons vue dans les divers écrits de Defoe sur l’Union était la preuve de la force de son engagement politique et d’une certaine forme de propagande pro-unioniste : il lui fallait multiplier les stratégies rhétoriques et les media pour convaincre encore et toujours. Ses différents types et genres de publications étaient certes répétitifs et redondants ; parfois ils étaient même contradictoires (puisque Defoe s’adaptait à son public et aux circonstances), mais ils étaient néanmoins complémentaires. Cette relation « hypertextuelle » définie par Genette9 entre différents textes contient toujours une forme de commentaire implicite, de construction d’une opinion ou d’un argument par accrétion.

Conclusion : palimpseste et jeu sur la forme

34La réutilisation du même sujet, l’Union de 1707, par Defoe dans différents genres littéraires (poésie, essai et / ou pamphlet, récit de voyage, lettre, article de périodique etc.) en jouant sur ses positions, ses points de vue et sa rhétorique comme nous l’avons vu, fait de l’écriture elle-même le véritable enjeu de l’engagement de Defoe. Il s’agit d’une écriture en « palimpseste » (pour reprendre le titre de la célèbre étude de Genette), un véritable jeu sur les formes et les discours. Defoe jouait sur la forme de ses écrits pour se jouer des difficultés auxquelles il s’exposait en traitant de sujets aussi brûlants que celui de l’Union. C’est pour cela que son engagement était dissimulé dans une expression parée de prétérition : il était un auteur engagé qui avançait masqué, au sens littéral (par son anonymat, par le secret qui entourait ses activités) et au sens figuré (par les paradoxes, les chiasmes et la paralipse qui émaillaient son style). Il utilisait l’écriture à la fois comme un art et comme une arme idéologique. Aussi, l’expression « littérature engagée » n’est pas un oxymore pour parler de Defoe pour qui il existait une véritable esthétique de l’engagement qui s’exprimait à travers son art de la prétérition, son engagement désengagé. Esthétique et politique ne s’opposaient pas au XVIIIe siècle mais se rencontraient volontiers, et les vers étaient à l’époque la forme privilégiée de l’expression des idées politiques, comme le souligne Christine Gerrard :

Although the eighteenth century is widely regarded as the great age of political verse, that label really applies more strictly to a sixty-year period which cuts across the seventeenth and eighteenth centuries: between the rise of the political parties in the 1680s and the fall of Robert Walpole in 1742. (Gerrard, in Sitter ed., 56)

35L’engagement, loin de priver l’écriture de Defoe de sa dimension littéraire et esthétique, lui a donné un sens, une direction, une posture qui ont façonné le Defoe romancier que nous connaissons mieux aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Defoe, Daniel. Caledonia &c. A Poem in Honour of Scotland, and the Scots Nation. 1706. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 209-266.

—. An Essay at Removing National Prejudice against a Union with Scotland…Part I. 1706. David W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4, Union with Scotland. W. R. Owens and P. N. Furbank éds. London: Pickering & Chatto, 2000, 35-61.

—. An Essay at Removing National Prejudice against a Union with Scotland…Part II. 1706. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 63-87.

__. An Essay at Removing National Prejudice against a Union with Scotland…Part III. 1706. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 89-112.

—. A Fourth Essay, at Removing National Prejudice. 1706. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 113-144.

—. The Vision, A Poem. 1706. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 199-204.

—. A Fifth Essay, at Removing National Prejudice. 1707. D. W. Hayton ed. In Political and Economic Writings of Daniel Defoe, Volume 4. London: Pickering & Chatto, 2000, 145-174.

—. The History of the Union of Great-Britain. 1709. D. W. Hayton ed. In Writings on Travel, Discovery and History by Daniel Defoe. Volumes 7 et 8. W. R. Owens & P. N. Furbank eds. London: Pickering & Chatto, 2002.

—. The Letters of Daniel Defoe. George Harris Healey éd. Oxford: Clarendon Press, 1955, reprinted in 1969.

—. Robinson Crusoe. 1719. London, New York: A Norton Critical Edition, Michael Shinagel ed. Harvard University, 2ème édition, 1995.

__. A Journal of the Plague Year. 1722. Harmondsworth: Penguin Classics, 1986.

__. A Tour thro’ the Whole Island of Great Britain. 1724-25-26. John McVeagh éd. In Writings on Travel, Discovery and History by Daniel Defoe. Volumes 1, 2 et 3. W. R. Owens and P. N. Furbank eds. London: Pickering & Chatto, 2001.

Fielding, Henry. The Historical Register. 1737. Dramatic Works. London: Smith, Elder, 1882.

Swift, Jonathan. A Tale of a Tub. 1704. Oxford, New York: Oxford University Press, 1999.

__. Gulliver’s Travels. 1726. New York, London: A Norton Critical Edition, 1998.

Sources secondaires

Books

Armstrong, Katherine A. Defoe: Writer as Agent. English Literary Studies, N°67, University of Victoria, 1996. Print.

Backscheider, Paula. Daniel Defoe: His Life. Baltimore & London: The Johns Hopkins University Press, 1989. Print.

Denis, Benoît. Littérature et engagement. Point. Essais. Paris : Seuil, 2000. Print.

Deschamps, Yannick. Daniel Defoe au service de l’Union anglo-écossaise (1707) : essai d’interprétation des arguments utilisés par Defoe pour promouvoir l’Union. Thèse de doctorat, Paris III. Dir. Professeur Suzy Halimi, 1997. Print.

Détis, Elisabeth. Dévoilement et dérobade : Lecture de l’univers romanesque de Daniel Defoe – 1719-1724. Thèse de Doctorat : Études Anglaises. Dir. Professeur P. G. Boucé, Paris III, 1995. Print.

Ferguson, William. Scotland’s Relations with England : A Survey to 1707. Edinburgh: John Donald Publishers Ltd, 1977. Print.

Genette, Gérard. Palimpsestes. La Littérature au second degré. Paris : Seuil, 1982. Print.

James, E Anthony. Daniel Defoe’s Many Voices. A Rhetorical Study of Prose Style and Literary Method. Amsterdam: Rodopi, 1972. Print.

Macaree, David. Daniel Defoe and the Jacobite Movement. Salzburg Studies in English Literature. Elizabethan and Renaissance Studies, 42. Salzburg: Institut für Anglistik und Amerikanistik, Universität Salzburg, 1980. Print.

—. Daniel Defoe’s Political Writings and Literary Devices. Studies in British Literature, Vol. 14. Lewiston, Queenston, Lampeter: The Edwin Mellen Press, 1991. Print.

McKim, Anne. Defoe in Scotland; A Spy Among Us. Dalkeith, Scotland: Scottish Cultural Press, 2006. Print.

Merrett, Robert James. Daniel Defoe’s Moral and Rhetorical Ideas. English Literary Studies, N°19, University of Victoria, 1980. Print.

Novak, Maximillian E. Daniel Defoe, Master of Fictions. Oxford: Oxford University Press, 2001. Print.

Peraldo, Emmanuelle. Daniel Defoe et l’écriture de l’Histoire. Paris, Genève : Éditions Honoré Champion, 2010. Print.

Rogers, Pat. The Text of Great-Britain; Theme and Design in Defoe’s Tour. Newark: University of Delaware Press ; London: Associated University Presses, 1998. Print.

Sitter, John (ed). The Cambridge Companion to Eighteenth-Century Poetry. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. Print.

Articles

Bateson, Thomas. “The Relations of Defoe and Harley”. The English Historical Review Vol. 15, N°58, 1900, 238-250. Print.

Deschamps, Yannick. « Le débat sur l’Union anglo-écossaise. La dernière phase (1706-1707) ». Études Écossaises, N°7, « L’Etrange, le mystérieux, le surnaturel», Université Stendhal Grenoble III, 2001, 195-207. Print.

__. « Les Essays at Removing National Prejudices against a Union (1706-1707) de Daniel Defoe : essais ou pamphlets ? ». Études écossaises, 14, 2011, 163-179. Print.

—. « De l’Empire anglais à l’empire britannique. Le débat sur l’Union anglo-écossaise et la question des colonies d’Amérique ». Etudes Écossaises, N°8, « Le roman écossais moderne, Contradiction », Université Stendhal Grenoble III, 2002, 181-289. Print.

Détis, Elisabeth. Daniel Defoe démasqué ; lecture de l'œuvre romanesque. Paris : L’Harmattan, 1999.

Domino, Maurice. « La Réécriture du texte littéraire. Mythe et réécriture ». Thomas Aron (ed), La Réécriture du texte littéraire. Paris : Les Belles Lettres, 1987. Print.

Downie, J. A. “Daniel Defoe and the General Election of 1708 in Scotland”. Eighteenth-Century Studies, Vol. 8, N°3, 1975, 315-328. Print.

—. “Defoe and The Advantages of Scotland by an Incorporate Union with England : An Attribution Reviewed”. Papers of the Bibliographical Society of America, Vol. 71, 1977, 489-493. Print.

—. “Secret Service Payments to Daniel Defoe, 1710-1714”. The Review of English Studies, New Series, Vol. 30, N°120, 1979, 437-441. Print.

Gerrard, Christine, « Political Passions ». John Sitter (ed). The Cambridge Companion to Eighteenth-Century Poetry. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. Print.

Hopes, Jeffrey. “Scottish Unionism and the Beginning of Defoe Criticism”. Études Écossaises, N°4, 1997, 159-165. Print.

Hunter, J. Paul. “Couplets and Conversation” ; John Sitter (ed). The Cambridge Companion to Eighteenth-Century Poetry. Cambridge: Cambridge University Press, 2001. Print.

__. “Defoe and Poetic Tradition”. The Cambridge Companion to Daniel Defoe. John Richetti (ed). Cambridge : Cambridge University Press, 2008, 216-236. Print.

Novak, Maximillian E. “Defoe’s Political and Religious Journalism”. John Richetti (ed). The Cambridge Companion to Daniel Defoe. Cambridge : Cambridge University Press, 2008, 25-44. Print.

__. « Crusoe the King and the Political Evolution of his Island », in Studies in English Literature, 1500-1900, Vol. 2, N°3, 1962, 337-350.

Parkes, Christopher. “‘A True Survey of the Ground’ : Defoe’s Tour and the Rise of Thematic Cartography”. Philological Quarterly, Vol. 74, 1995, 395-414. Print.

On-Line Resources

Kennedy, Laurence J. D. Defoe’s Political Rhetoric, 1697-1707. PhD, Department of English Literature and language. King’s College, London, 1997. https ://kclpure.kcl.ac.uk/portal/files/2936229/285694.pdf

Nelson, Holly Faith et Sharon Alker. “Daniel Defoe and the Scottish Church”. Digital Defoe : Studies on Defoe and his Contemporaries. 5. 1. 2013. http ://english.illinoisstate.edu/digitaldefoe/features/nelsonalker.pdf

Haut de page

Notes

1 1706 est la date du Traité, et c’est en 1707 que l’Acte fut voté par le Parlement. Defoe a beaucoup écrit dans l’année qui a précédé l’Acte.

2 Defoe part pour l’Écosse le 13 septembre 1706.

3 Katherine A. Armstrong, Defoe: Writer As Agent. English Literary Studies, N°67, University of Victoria, 1996 ; Anthony E. James, Daniel Defoe’s Many Voices. A Rhetorical Study of Prose Style and Literary Method. Amsterdam: Rodopi, 1972 ; Laurence J. D. Kennedy, Defoe’s Political Rhetoric, 1697-1707. PhD, Department of English Literature and language. King’s College, London, 1997. https ://kclpure.kcl.ac.uk/portal/files/2936229/285694.pdf ; David Macaree, Daniel Defoe’s Political Writings and Literary Devices. Studies in British Literature, Vol. 14. Lewiston, Queenston, Lampeter: The Edwin Mellen Press, 1991 ; Yannick Deschamps, Daniel Defoe au service de l’Union anglo-écossaise (1707) : essai d’interprétation des arguments utilisés par Defoe pour promouvoir l’Union. Thèse de doctorat, Paris III. Dir. Professeur Suzy Halimi, 1997 ; Anne McKim, Defoe in Scotland ; A Spy Among Us. Dalkeith, Scotland: Scottish Cultural Press, 2006 ; J. A. Downie, “Daniel Defoe and the General Election of 1708 in Scotland”. Eighteenth-Century Studies, Vol. 8, N°3, 1975, 315-328 ; J. A. Downie,Defoe and The Advantages of Scotland by an Incorporate Union with England: An Attribution Reviewed”. Papers of the Bibliographical Society of America, Vol. 71, 1977, 489-493 ; J. A. Downie “Secret Service Payments to Daniel Defoe, 1710-1714”. The Review of English Studies, New Series, Vol. 30, N°120, 1979, 437-441 ; Jeffrey Hopes, “Scottish Unionism and the Beginning of Defoe Criticism”. Études Écossaises, N°4, 1997, 159-165 ; Holly Faith Nelson et Sharon Alker, “Daniel Defoe and the Scottish Church”. Digital Defoe: Studies on Defoe and his Contemporaries. 5. 1. 2013. http ://english.illinoisstate.edu/digitaldefoe/features/nelsonalker.pdf

4 Kennedy appelle « rhétorique double » l’écriture contradictoire de Defoe, notamment la juxtaposition du conflit et de l’unité : « Defoe’s double rhetoric has been linked to the death drive's projection of conflict and fragmentation into tropes of unity. »

5 Direction for Sea-Men, Bound for Far Voyages.” Royal Society, Philosophical Transactions I (1665).

6 Voir au sujet des avantages à tirer de l’union l’article de Y. Deschamps : « Les Écossais pourront exporter leur charbon, leur toile et leur bétail en Angleterre ; ils auront la possibilité de commercer avec les colonies anglaises d’Amérique en toute légalité ; de leur côté, les Anglais ne seront plus importunés par le Parlement écossais, et n’auront plus à craindre que l’Écosse ne serve de base arrière à la France pour envahir l’Angleterre. Defoe cherche également à rassurer ses lecteurs écossais, souvent inquiets : ils garderont leur Église presbytérienne, la Kirk, et leurs tribunaux ; le futur Parlement de Grande-Bretagne, qui sera lié par le traité d’union, ne pourra invalider ces décisions. » (Deschamps, 2011, 163)

7 Dans Caledonia, le poète s’insurge avec virulence contre ces préjugés nés selon lui dans des « fables monstrueuses » : « What Fabl’d Monstrous Stories have been told! » (strophe 45).

8 Voir à ce sujet Max Novak, « Crusoe the King and the Political Evolution of his Island », in Studies in English Literature, 1500-1900, Vol. 2, N°3, 1962, 337-350.

9 « J’entends par [relation hypertextuelle] toute relation unissant un texte B (que j’appellerai hypertexte) à un texte antérieur A (que j’appelle hypotexte) sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire. (…) B ne parle nullement de A, mais ne pourrait cependant exister tel quel sans A dont il résulte au terme d’une opération (…) de transformation » (Genette 1982, 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle PERALDO, « “I shall not concern the Union in this Discourse” : Prétérition et engagement dans l’écriture pro-unioniste de Daniel Defoe, voyageur en Écosse », E-rea [En ligne], 14.1 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/5582 ; DOI : 10.4000/erea.5582

Haut de page

Auteur

Emmanuelle PERALDO

Université Jean Moulin – Lyon III
emmanuelle.peraldo@univ-lyon3.fr
Emmanuelle Peraldo is Senior Lecturer in English at the University Jean Moulin, Lyon 3 and a member of the IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles, EA 4186). Her most recent publications are an article co-written with a geographer (Yann Calbérac) “How to do narratives with maps? Cartography as a performative act in Gulliver’s Travels and Through the Looking-Glass” (Reconstructions, 2015), and a translation in French of the poem studied here, Caledonia (Honoré Champion, 2016).

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org